• On a tous en tête 

    Un vieux 45 tours rayé

    Souvenir d'un âge bête 

    Et des années yé-yé

    ...et le chanteur chantait:

    "I love you and you love me it's wonderfull I am singing with my guitar" 

     

    "Rockcorrection"

     

    De temps à autres je ré-ouvre de vieux livres, de vieilles revues qui datent du temps des cheveux longs, du temps des fleurs, des futals pattes d'éph de la marine anglaise et des gilets afghans brodés...

    Par exemple "SPECIAL POP" : "380 pages, 860 photos, 100 dessins... Un travail démoniaque... la vie détaillées de 475 idoles... les Hippies, les Sounds, les Radios-Pirates..." (19,95 F TTC en 1967 -et 30 € d'occasion aujourd'hui...)

    Tout sur tous, de Patrick Abrial à the Zombies, en passant par Roy Orbiison, Mireille Mathieu, Jefferson Airplane, Antoine, Bob Dylan et Fats Domino ou Chuck Berry... Et de Daniel Fillipacchi à José Arthur et le Président Rosko... Et bien d'autres choses encore...

    C'était bien c'était chouette, presque autant que chez Laurette.... et nous étions de la dernière averse.(vs les neiges d'antan)

    Depuis, mes goûts, mes convictions et mes opinions ont quelque peu changé... 

    A propos de Chuck Berry, justement... un article de Polémia .

     

    Chuck Berry : porte-avions des troupes d’occupation culturelles 

    Thierry Bouzard, chroniqueur musical, analyse ici le rôle culturel de Chuck Berry, inventeur du rock-and-roll, né de la fusion entre la musique afro-étasunienne et la musique blanche country d’origine irlandaise.

    Chuck Berry est mort à 90 ans : le rock, ça conserve. Particulièrement inspiré, ce guitariste noir du Missouri a opéré la fusion entre la musique afro-étasunienne et la musique blanche country d’origine irlandaise pour donner naissance, au milieu des années 1950, au rock-and-roll. Une musique rapide, calée sur le rythme du moteur, une musique de l’ère industrielle qui ouvre sur la musique de masse.

    Chuck Berry va devenir le modèle de toute une génération de musiciens occidentaux qui imitent son style et son côté sulfureux fait de prison, de filles et de dollars, y ajoutant souvent les drogues. Un de ses standards sorti en 1958, "Johnny B. Good", est repris par les plus grands guitaristes, Elvis Presley, les Beatles, Keith Richard, Jimi Hendrix, Eric Clapton et bien d’autres, pour devenir celui d’une génération. En France, il est introduit par Eddy Mitchell et Johnny Halliday. Vingt ans après les soldats français qui avaient combattu sous l’uniforme US, leurs émules musiciens renouvelaient ainsi l’allégeance à leur suzerain, overlord en anglais (*).

    Le Jazz en Europe (1917), le rock (années 1950) : déplacement du centre culturel de la civilisation occidentale

    Le jazz était arrivé en Europe en 1917 avec le corps expéditionnaire US, illustrant le déplacement du centre de gravité culturel, mais aussi économique et politique, de la civilisation occidentale. Quarante ans plus tard, le rock va conforter cette hégémonie, lui donnant une dimension planétaire. Par l’influence qu’il a exercée, Chuck Berry est une sorte de porte-avions des troupes d’occupation culturelles de la mondialisation. Que ce soit par les armes ou la musique, l’objectif est identique : la conquête de nouveaux marchés économiques. Le combat pour la suprématie s’est simplement déplacé du militaire au culturel. En 1977, consécration suprême : Johnny B. Good est même sélectionné par la NASA pour présenter le portrait musical de l’humanité auprès d’éventuels extra-terrestres que rencontrerait la sonde Voyager, à l’égal de Bach, Mozart et Beethoven. On passe du planétaire à l’interstellaire.

    Mythe vivant, Chuck Berry n’avait pas besoin de groupe pour l’accompagner : où qu’il aille se produire avec sa légendaire Gibson rouge, il trouvait toujours des musiciens connaissant son répertoire, parfois plus ou moins bien.

    Guitare électrique, microsillon et société de consommation

    Sa musique apparaît à une période charnière où la rencontre de la guitare électrique, du microsillon et de la société de consommation va ouvrir le marché de la jeunesse, opérant une fracture entre les générations. Il est presque étonnant d’observer comment les populations de vieille souche européenne vont joyeusement abandonner leurs références musicales ancestrales pour ces nouveaux standards, envoûtants certes, mais néanmoins particulièrement corrosifs pour leur identité culturelle –le modèle étant tellement entré dans les mœurs qu’il n’est même plus contesté.

    L’émergence du rock coïncide d’ailleurs avec l’abandon de la plus longue mémoire musicale de la civilisation européenne quand l’Eglise de Vatican II élimine le grégorien de la liturgie ordinaire. Entraînant l’adhésion des masses, la musique devient un outil majeur d’un affrontement de civilisations. Ainsi la célébration de Chuck Berry a quelque chose de morbide, elle est celle de l’effondrement du modèle culturel de la vieille Europe.

    Note : (*) Operation Overlord (suzerain) est traduit par Débarquement en Normandie des troupes étasuniennes en 1944.

    Thierry Bouzard
           23/03/2017

    A travers un exemple, concret et précis, une démonstration de cette "américanisation de l'Europe", dénoncée et vilipendée culturellement et sociologiquement par Eric Zemmour dans la plupart de ses ouvrages ("Destin français", "Le suicide français" entre-autres), démontée et expliquée historiquement, politiquement et économiquement par par Philippe de Villiers ("J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu"), et visible jour après jour par qui a encore un regard lucide à travers les mouvements "progressistes" de toutes sortes (écologie punitive, théories du genre, féminisme radical, anti-racisme et repentance, négation de l'histoire et de la culture des nations, rejet des traditions ancestrales, etc...) 

    Bien sûr... pour les anti-Zemmour ou anti-de Villiers...!

     

    A propos de Thierry Bouzard, on peut lire entre-autres sur Polémia:

    "Des chansons contre la pensée unique" de Thierry Bouzard

    Ce spécialiste réputé du chant militaire y mène une étude originale, complète et approfondie des différentes musiques rebelles, depuis l’apparition de la chanson engagée.Tout ce qui a pu se faire "à droite" est répertorié et mis en perspective. Le tout est accompagné d’une réflexion savante sur le lien entre ces expériences musicales et l’engagement politique.

    4e de couverture :

    La musique joue sur nos émotions, nous faisant privilégier les styles connectés à notre sensibilité et notre culture.
    Du fait du morcellement des répertoires, nos choix ignorent des courants musicaux nombreux et créatifs, d’autant plus que le totalitarisme culturel ambiant les occulte et les combat. Grégorien, chanson traditionnelle, chanson de soldat, oi!, rock identitaire, RAC, rock metal et indus… Venance Fortunat, Botrel, le Père Doncœur, Méfret, Gavino, Barbelivien, Fraction, Vae Victis, In Memoriam… l’inventaire serait incohérent si les compositions qui en émanent n’étaient l’expression d’une certaine identité, en butte à la pensée dominante. L’abondante diversité de ces courants musicaux alternatifs soigneusement tenus à l’écart des médias devait être présentée, car elle témoigne d’une vitalité et d’une richesse insoupçonnées.Il vous est proposé ici un tour d’horizon jamais tenté et pourtant indispensable, qui ne manquera pas d’étonner, comme a déjà été remarqué l’entretien exclusif avec Jean-Marie Le Pen.

    Thierry Bouzard, historien de la musique et de la chanson, a publié plusieurs ouvrages et recueils de chants. Il a animé plus de cinq ans une émission musicale sur Radio Courtoisie et a participé à la réalisation de nombreux CD.

     

     

    Bon... je n'ai pas (encore ?) lu ce livre, mais il me semble à des années lumières "des vieux livres, des vieilles revues qui datent du temps des cheveux longs, du temps des fleurs, des pattes d'éph de la marine anglaise et des gilets afghans brodés... que je réouvre de temps à autres....", comme...

    ...comme par exemple ce "Chansons politiques d'aujourd'hui" (enfin... avant-hier !) avec  François Béranger, Michel Bühler, Jean-Max Brua, Imago, Gilles Servat, Mouloudji, Gilles Vigneault...

    "Les chansons ici rassemblées ne prétendent pas représenter l'ensemble de la chanson politique, tout juste quelques tendances. Au premier regard, leur assemblage peut sembler disparate. Leur unité vient d'ailleurs, elles sont le résultat de plusieurs années de travail vers une conception différente de l'écriture et de la production musicale. Une conception qui, d'emblée, se démarque des compromissions habituelles en ce domaine et qui a doublement choisi la voie la plus périlleuse. Il faut en effet un certain courage et des convictions bien arrimées pour choisir, à l'époque des tubes de quelques semaines, la chanson à texte et, plus qui est, la chanson sociale ou révolutionnaire.../...

    (Il semble que quelques personnes croyaient en ces propos...on ne rigole pas, SVP.)

     

     

      "Rockcorrection"

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    20 commentaires
  •  

    En ces temps déraisonnables, courte pause encore plus déraisonnable et bienvenue...

    Et, en plus, cette pause joint l'utile à l'agréable...

    Tous à votre "ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE" : motif "achats de première nécessité"...

    Stéphane Collaro rencontre le docteur MAURY qui à découvert que chaque vin avait des propriétés thérapeutiques spécifiques

    La Lorgnette 01/04/1974

     

     

    Pour ceux d'entre vous qui n'ont pas internet, vous pouvez (peut-être encore) vous procurer la version papier:

    Du Pauillac plutôt que du Prozac !

    Pause dominicale

     

    Vous avez une angine ? Médoc.

    Vous avez des problèmes de vue ? Bourgogne.

    Vous êtes cardiaque ? Champagne sec.

    Vous êtes ballonné ? Vin d'Alsace.

    Ce sont quelques-uns des stupéfiants conseils du docteur Maury dans ce guide publié pour la première fois en 1974, où le "jus de la vigne" se transforme en remède universel.

    Vous y apprendrez, en outre, que le vin n'est pas une "boisson alcoolique" ; que les discours anti-œnologiques détournent l'attention des vrais dangers que sont la consommation excessive d'eau et de jus de fruits ; et que l'alcoolisme ne serait plus un problème si nous buvions plus de vin.

    Plongez le nez dans ce best-seller oublié : vous retrouverez la légèreté et l'ivresse de la France d'hier. Un très grand cru !

     

     

     

     Vous me remercierez plus tard...

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires
  •  trouvé ça, sur quelques sites :

    Message des évêques de France aux catholiques et à tous nos concitoyens

    L’ensemble des évêques de France invite les Français à un geste commun le mercredi 25 mars prochain. Les catholiques lui donneront une signification particulière en raison de la fête de l’Annonciation, mais tout le monde peut s’y joindre : déposer une bougie sur sa fenêtre au moment où les cloches sonneront sera une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays.

    Le mercredi 25 mars, à 19h30

    Un peu partout en France, les cloches de toutes les églises sonneront pendant dix minutes, non pour appeler les fidèles à s’y rendre, mais pour manifester notre fraternité et notre espoir commun. 

    Elles sonneront comme elles ont sonné aux grandes heures de notre histoire, la Libération par exemple. En réponse à ce signe d’espoir, nous invitons tous ceux qui le voudront à allumer des bougies à leur fenêtre. Ce geste, qui est de tradition dans la ville de Lyon, est un signe d’espérance qui transcende les convictions particulières...

     

    Et pourquoi pas ?

    Chaque soir, à 20 heures pétantes, les habitants des grandes villes sont invités par les bien-pensantes autorités compétentes à sortir sur leur balcon pour applaudir rapidement mais avec enthousiasme le personnel soignant.

    Régulièrement, on allume des bougies, on sort les ours en peluche, les fleurs blanches, les tits dessins d'enfants et les pancartes et banderoles quand un malencontreux incident n'a pu être ni prévu, ni anticipé, ni déjoué...

    De temps à autres, dans "la capitale", la Tour Eiffel clignote et s'allume et s'éteint etc.. selon l’urgence et la nécessité de faire citoyen concerné et impacté dans l'épreuve nationale et républicaine  comme dans la liesse populaire.

    Alors, pourquoi ne pas écouter pendant à peine dix petites minutes retentir les cloches de l'église de votre ville ou celles de votre village pendant qu'elles existent encore ? Promis, juré, on ne recommencera plus, fini, terminé dès jeudi, et vendredi espérons que ce ne sera pas le tour du muezzin de votre ville et de votre village...Faire ça ou attendre le "point presse" de l'expert scientifique élyséen quotidien concernant l'imminente mise en fabrication de masques de protection et de gel hydroalcoolique pour nos concitoyens les plus vulnérables... Et, comme moi, vous n'êtres obligé de penser, même une fraction de seconde, que la clémence divine ou mariale tombera du ciel pour nous sauver (ni de ça, ni d'autre-chose, suivez mon regard...)

    NB. Seul le titre me choque un peu. Je ne suis pas sûr que "tous nos concitoyens" apprécient le son des cloches de nos églises. Et je ne suis pas sûr de vouloir les associer "tous" dans un moment "de communion, de pensée et (éventuellement) de prière". Mais c'est une autre histoire...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    16 commentaires
  •  

    Calme plat sur les blogs... 

    C'est le confinement, ou quoi ?

    Pas bravo et pas merci à monsieur Emmanuel Macron, président de la République Française...

    Il a réussi à vous faire taire, ou quoi ?

    Peu de nouveaux articles chez les infréquentables (sauf chez les "institutionnels" de la fachosphère)...

    Peu de nouveaux commentaires, ici, là, là-bas, plus loin et ailleurs... [à propos... "p'tit coucou" au(x) visiteur(s) furtif(s) ou timide(s)]

    - Un vieux coup de calgon ?

    - Laetitia Avia vous remercie de votre silence indépendant de sa volonté.

    J'espère que vous allez bien !... (pour ma femme et moi pour l'instant ça semble aller, merci...- parents, voisins et amis aussi)

    Alors, si vous passez par-ici...

    Jetons un rapide coup d’œil sur le confinement de nos amis les plus incorrects, politiquement parlant:

    Zemmour, Houellebecq, Villiers, Bellamy... comment ils vivent leur confinement

    https://www.valeursactuelles.com/

    extraits...

    Eric Zemmour

    Le très médiatique journaliste du Figaro est confiné en famille, chez lui, à Paris, d'où il sort chaque soir, du lundi au jeudi, pour se rendre sur le plateau l’émission Face à l’info, dans les locaux de C.News, à Boulogne. Amputée de sa seconde partie consacrée au débat en face à face, l’émission réunit les chroniqueurs habituels et dure généralement un peu moins d’une heure. Interrogé sur la pandémie de Covid 19, Eric Zemmour s’est montré assez sceptique vis-à-vis de la gestion du gouvernement.

    Michel Houellebecq

    L'écrivain, astreint à un strict confinement médiatique depuis quelques années, ne vit pas des moments particulièrement différents de sa vie habituelle. Selon nos informations, l'auteur de Sérotonine devrait publier un nouveau livre chez son éditeur Flammarion à l’automne, que cette période de confinement lui permet de préparer. L'ouvrage réunirait plusieurs prises de positions publiques exprimées ces dernières années.

    Philippe de Villiers

    L’écriture est aussi l’activité du fondateur du Puy du Fou, en pleine rédaction d’un roman historique à paraître chez Albin Michel. "Le confinement bouscule mon quotidien car j’ai l’interdiction d’aller au Puy du fou. Personne n’a le droit d’y aller" à part son fils Nicolas, président du parc. Pire, les 2600 salariés sont au chômage technique. "C’est la pagaille pour les entreprises sur les chantiers, certaines continuent à travailler, d’autres s’arrêtent, personne n’a vraiment compris la dernière déclaration d’Emmanuel Macron". Si bien que l’ex-homme politique regrette que le gouvernement ait "ajouté à la pandémie sanitaire la pandémie économique par manque de préparation"

    François-Xavier Bellamy

    Le député LR. européen est confiné chez lui, à Versailles, et n’a pas quitté la région parisienne afin de pouvoir se rendre utile. "Je me suis porté volontaire auprès de mon académie pour reprendre du service comme professeur, dans les établissements scolaires qui accueillent les enfants des personnels soignants. J’attends d’être appelé par les établissements qui ont besoin pour venir rejoindre l’un d’entre eux". Côté parlement européen, où il exerce son mandat de député, l’activité a été suspendue, ce qui ne l’empêche pas de continuer à télétravailler avec ses collaborateurs sur les sujets de fond.

    Robert Ménard

    Réélu très largement dès le premier tour avec 68,74% des voix aux élections municipales, le maire de Béziers ne chôme pas. Tout entier dévoué à sa ville, le confinement rime pour lui avec acharnement. Parmi ses deux préoccupations majeures : la propreté et la sécurité de Béziers. "Ce matin, dès 5 heures, j’étais avec le personnel de nettoyage" explique celui qui dit être confrontés à "1000 soucis", de la mairie où il travaille et tente d’assurer l’approvisionnement de masques, de gels hydroalcooliques ainsi que le bon fonctionnement des grandes surfaces.

    Marion Maréchal

    Retirée de la vie politique malgré un passage remarqué lors de la convention de la droite en septembre dernier, l’ex-députée préfère rester discrète sur sa vie privée, "...d’autant plus qu’il n’y a rien d’extraordinaire à raconter". L’ISSEP, l’école de sciences politiques lyonnaise qu’elle a fondé courant 2018, a momentanément fermé ses portes précise-t-elle. "Mais nous assurons les cours à distance."

    Erik Tegner  

    Le jeune co-organisateur de la convention de la droite, et désormais ex-membre des Républicains dont il a été expulsé il y a quelques mois, avait d’abord prévu de se rendre en Bretagne pour le confinement, chez ses parents. Projet auquel il a finalement renoncé pour les protéger. "Mes parents ont 70 ans, ils sont fragiles" explique-t-il depuis Bruxelles, où il loge chez sa sœur, avec ses neveux et nièces, depuis lundi dernier. 

    Jean-Pierre Pernaut

    Le présentateur-star du journal de 13h de TF1 a souhaité rassurer son public via Twitter, dès les premières mesures de confinement. "Je ne présente pas le 13 h cette semaine [...] TF1 a préféré me mettre à l’abris pour respecter le confinement avec les petits problèmes de santé que j’ai eu il y a quelques mois" Un studio automatique a été installé chez l’animateur pour lui permettre d’animer une nouvelle rubrique quotidienne en fin de journal, intitulée "Le 13h à la maison (reportages sur notre vie quotidienne à tous, quand on est confiné)". 

    Charlotte d’Ornellas

    La journaliste star de Valeurs actuelles est restée à Paris pour pouvoir se rendre comme à son habitude sur le plateau de C.News, à Boulogne. "J’ai un moment songé à quitter Paris, ce que j’aurais certainement fait si les émissions télévisées ne s’étaient pas poursuivies." Charlotte d'Ornellas, qui profite également de ce confinement pour lire et travailler, envisage éventuellement de sortir pour effectuer des reportages dans les prochains jours pour Valeurs actuelles

    et, complètement hors-sujet, ce dont je me fous présidentialement :

    Brigitte Macron

    Comme son mari l’a annoncé, il n’y a pas de passe-droit, même pour sa femme, logée à la même enseigne que tous les Français. Confinée, l’ancienne professeure de Français n’est pas pour autant à l’arrêt. Comme présidente de La Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, elle est mobilisée pour aider ceux qui sont envoyés au front pour lutter contre le virus. "Brigitte Macron, qui reste à l'Elysée sans effectuer de déplacement, se consacre désormais exclusivement à la fondation et à ce recensement des besoins", annonce son entourage à l’AFP. 

    Sibeth Ndiaye

    (la porte-parole he de la présidence de la république he et du conseil-scientifique he réunis ne semble pas finée - le journaliste he Jean-Michel Apathie et le docteur he Michel Cymes non plus)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    26 commentaires
  •  

    CORONAVIRUS...

    Autour du Président Macron et de son gouvernement :

    Un "Comité Scientifique" pour éclairer la "décision publique"

    [Macron's team]

    Composée d'experts indiscutables appartenant à toutes les disciplines de la science, de la médecine, de la sociologie, de la politique, des statistiques et de la communication, une équipe soudée dans la force de sa diversité et dans l'unité et la complémentarité de ses opinions et de ses objectifs est un gage d'efficacité pour permettre à la France de sortir vainqueuse de la guerre qui l'oppose à l'épidémie de force 3, avec des armes dont elle ne dispose pas mais qui, de toute façon, se révéleraient inefficaces voire dangereuses.

    Macron's war team

     

    Mises à jour 

     

    Revenons sur la "bonne blague" évoquée en commentaire vers 19 h. :

    synthèse de la presse de ce soir :

    Agnès Buzyn craque et lâche une bombe politique : "C'était une mascarade. On aurait dû tout arrêter"

    "Depuis le début je ne pensais qu’à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade. La dernière semaine a été un cauchemar. J’avais peur à chaque meeting. J’ai vécu cette campagne de manière dissociée", confie-t-elle. Celle qui était ministre de la Santé jusqu'à la mi-février explique encore : "Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu."

    voir la vidéo de son intervention sur https://www.20minutes.fr/sante/ : "Je vais maintenant faire un point de situation sur le coronavirus en Chine, ce que nous savons, et ce que nous ne savons pas. […] Plus de 800 cas avérés, plus de 150 personnes hospitalisées, pour des cas graves, 27 morts. Vingt-cinq provinces chinoises sont touchées. […] Cinq pays ont répertorié des cas : la Thaïlande, le Japon, la république de Corée, Taïwan, les Etats-Unis. Tous les cas avaient voyagé à Wuhan, il n’y a pour l’instant à ma connaissance pas de cas dans l’Union européenne [...] En termes de risques pour la France, les analyses de risques d’importation sont modélisées régulièrement par des équipes de recherche. Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul parce que la ville est isolée. Les risques de cas secondaires autour d’un cas importé sont très faibles, et les risques de propagation du coronavirus sont très faibles". Et d’ajouter une précision importante : "Cela peut évidemment évoluer dans les prochains jours s’il apparaissait que plus de villes sont concernées en Chine ou plus de pays, notamment de pays de l’Union européenne"

    mais on ne sait pas qui blague le plus fort, le plus haut et le plus loin
     



     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

      

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Hier, 29 février, on fêtait les "Auguste", comme dit la dame qui cause de la météo à la télé...

    Pauvre Auguste... dont le prénom signifierait: "majestueux" ou "vénérable" et qui a été porté par nombre d'empereurs romains...  Pauvre Auguste, réduit à un personnage de pauvre clown grotesque...

    Pauvre Auguste...

     

    Pauvre Auguste...

    Pauvre Auguste dont on ne souhaite la fête que tous les quatre ans...

    Une pensée, aussi pour les malheureux dont on ne souhaite l'anniversaire que tous les quatre ans qui ont eu la mauvaise idée de naître un 29 février (Henrik Sundström, Dave Williams, ou Sugar Sammy... dont on n'a jamais entendu parler...)

    Sinon, pour les uns et les autres (et aussi pour les autres), il reste la lecture de "La Bougie du Sapeur" (le seul quotidien paraissant tous les quatre ans)

    Pauvre Auguste.

    Au sommaire du dernier numéro :

    Marlène Schiappa, la nouvelle Jack Lang

    Le dilemme du bonhomme de neige.

    Les dangers de la cravate.

    On adore les détester (Greta Thunberg, Rachida Dati, Yann Moix, Cyril Hanouna, Alexandre Benalla...)

    La charcuterie, de l'art et du cochon.

    Le mariage expliqué aux prêtres.

    Sauver la planète... Pourquoi ?

    [Pauvre Auguste...]

     

    ... et quelques réflexions hautement philosophiques, mais pas con pour autant :

    Dieu a inventé les économistes pour qu'en matière de prévision les météorologues ne soient pas les plus ridicules.

    C'est vrai que l'argent est ignoble. Surtout celui des autres, le sien on finit par s'y faire.

    La "crise" est un mot inventé par les riches, les pauvres appellent ça la "vie"

    Le travail d'équipe est essentiel : en cas d'erreur ça permet d'accuser quelqu'un d'autre.

    "Patriote" : Totalement obsolète au regard du vocabulaire politique et civique. Désigne un missile américain.

    "Voyou" : En voie d'extinction... On ne connait que des individus "bien connus des services de police", des "récidivistes" et des "multi-délinquants".

    "Mourant" : Il n'y a plus de mourants mais des malades "en phase terminale". pour éviter une redoutable confusion ne dites pas à votre fils qu'il est en terminale, mais qu'il va passer son bac. Pour désigner un mort, doit-on parler d'un individu "en phase terminée" ?

    ...ou "Ce que vous n'avez plus le droit de dire":

    En 2016, vous disiez encore: "Ce que j'ai fait dimanche, eh bien, après la corrida on a mangé un côte de bœuf entre amis. Quelle journée sympa..."  - En 2020, vous devrez dire: "Ce que j'ai fait dimanche, eh bien, après la brocante solidaire on a mangé un poke-bowl au chou kale entre amis. Quelle journée sympa..."

    En 2016, vous disiez encore: "Mon fils de 14 ans m'a annoncé qu'il était homo, quel choc..."  - En 2020 vous devrez dire : "ma fille de 14 ans m'a annoncé qu'elle n'était même pas bisexuelle, quel choc..."

    (etc... etc...)

    Des jeux, des portraits, des interviews, des conseils, etc...

    Mais, bon, il est encore temps d'aller l'acheter... 4,80 € : même pas le prix d'un demi paquet de Marlboro...

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

    Un français pas moyen

     

    Je n'ai pas envie de céder à la facilité ambiante et d'y aller de mon billet sur la sex-tape du candidat marcheur à la mairie de Paris

    Parce-que y'en a marre de "l'affaire Benjamin Griveaux" et que les gamineries d'un post-adolescent lubrique se masturbant sur des sites aussi ouverts à tous que Messenger ou Instagram ne m'intéressent pas et que, n'étant ni parisien ni macroniste : Benjamin Griveaux, ou Cédric Villani, ou même Mounir Mahjoubi (quoique...) à la mairie de Paris, pour moi, c'est kif-kif bourricot.

    Parce-que politiciens et médias sautent sur l'occasion pour dénoncer et condamner l'anonymat sur Twitter ou sur Facebook et sur les autres réseaux sociaux en faisant semblant ne pas voir que "l'affaire Griveaux" est partie d'un site internet (ni réseau, ni page perso, ni blog...) créé par un "activiste" qui n'est en rien anonyme et, au contraire, revendique haut et fort son geste.

    Parce-que politiciens et médias auraient chanté les louanges de la transparence politique, du manque de maturité déontologique et de respect envers les femmes en général (et la leur en particulier) et envers  l'ensemble des électeurs, si la même mésaventure était survenu à Serge Federbusch (candidat soutenu par le R.N. !!!) ou à Marcel Campion ou son colistier Jean-Marie Bigard,  

    Parce-que politiciens et médias sautent sur l'occasion pour faire un amalgame bien pratique, mais aussi stupide que partisan, entre un "artiste performeur" et "réfugié politique" (sic) opposant notoire et déclaré au régime de Vladimir Poutine, et les célèbres hackers russes ayant (dit-on) failli faire rater l'irrésistible élection de Macron en 2017, ou la "trumpisation" perverse et ravageuse d'internet...

    Parce-que politiciens et médias ont longtemps considéré Piotr Pavlenski comme le modèle ultime de l'artiste engagé quand il défendait les Pussy Riot accusées de blasphème ou quand il se mutilait pour dénoncer les horreurs de la dictature instaurée par Poutine et l'ex-KGB en Russie, avant de subir l’opprobre unanime des mêmes pour s'en être pris à une étoile montante de la macronie parisienne..

    Parce-que, malgré tout, il fallait bien que j'en parle... je vous rappelle ce papier de juin 2019 motivé par l'estime toute relative qu'il vouait aux "gars qui fument des clopes et roulent au diesel" (et n'ont pas toujours le loisir d'envoyer une vidéo "intime" à leur maîtresse en guise de "petit cadeau avant le repas") actualisé pour rappeler ses avis très tranchés sur ses "abrutis" de "fils de pute" d'(anciens) adversaires

     

     Un français pas moyen

    404 diesel et Gitanes maïs

    A Benjamin Griveaux

    IN MEMORIAM

    Jean Constantin - "Le Français moyen" 

    Il n'a pas trouvé le moyen
    Le moyen d'avoir des moyens
    Car son train de vie est moyen
    C'est un vrai Français (moyen)

    Il habite le Nord, le Midi
    Saint-Brieuc, Strasbourg ou Paris
    Très rarement Neuilly ou Passy
    Mais plutôt à Saint-(Denis)

    Il s'appelle Durand ou Dupont
    Il vote pour un oui, pour un non
    Car il aime la Constitution
    Et la famille Du(raton)

    Dans le train, le métro ou chez lui
    Il s'instruit, il lit et relit
    La Fontaine, Verlaine et Vigny
    Mais surtout Chéri-(Bibi)

    Cinéma, question nouvelle vague
    Ses idées seraient plutôt vagues
    Lui, c' qu'il aime ce n'est pas Truffaut
    Mais l' dos de Brigitte (Bardot)
      Il dit qu'on est mal dirigé :
    Les Français, faudrait les mater
    Un régime de poigne, vous verriez
    Et vive la li(berté)

    Gagarine ça le laisse froid
    L' major Glenn, il ne l'envie pas
    Mais depuis longtemps il connaît
    Kopa et Louison (Bobet)

    De nature il est musicien
    La musique, la vraie, il l'aime bien
    "Boléro de Ravel", "Veuve joyeuse"
    Et "Clair de lune à (Maubeuge)"

    Débrouillard, un peu rouspéteur
    Pas méchant, fleur bleue ou blagueur
    Oui, il a trouvé le moyen
    D'être un vrai Français (moyen)

    On le dit et on le redit
    Il est faible en géographie
    Mais on sait que depuis toujours
    Il s'y connaît en... voiture

     

     

    Bon... je ne voulais pas faire d'article sur ce non-événement concernant un non-personnage, mais qui anime nos soirées télévisées... et pis, on s'emporte, on s'emporte... et voila...

     (revoir l'article et vos commentaires :  403 diesel et Gitanes maïs)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique