• Laurent SAILLY est est politologue, juriste et historien; il est membre fondateur de "La France Libre TV", membre de l'Association française de Science Politique, du Centre d'Histoire de Sciences Po, de l'Institut Méditerranéen de Défense et de Sécurité, de l'Association Française de Droit Constitutionnel, de l'Association Française de Soutien à l'Armée française; il participe à de nombreux sites et blogs dont "Agoravox", "Boulevard Voltaire", "Contrepoints", "La Gauche m'a tuer" et "Méchant réac". 

    Il a dressé le "portrait-robot du prochain dictateur de la France".

     

    "ELLE"

    Peu à peu, les libertés reculent. La presse se voit convoquer par la DGSI afin d’y dévoiler ses sources. Le politiquement correct règne dans la plupart des média audio-visuel et particulièrement à France-Télévision et Radio-France. Le législateur multiplie les lois restrictive à la liberté d’expression. La liberté de circulation est limitée par la simple volonté d’agitateurs minoritaire ou parce que votre voiture est trop vieille. La culpabilisation règne en maître afin de clouer au pilori les contradicteurs de la bien-pensance : "vous mangez trop gras, trop salé, trop sucré, pas assez bio" ; "vous consommez trop de viande" ; "fumer tue" ; "vous avalez trop de médicaments" ; "vous devez boire avec modération" ; "vous ne bougez pas assez" ; "vous triez mal vos déchets" ; "vous polluez votre planète" ; etc. Je vous laisse compléter la liste. La liberté de penser ou d’opinion est également attaqué. Plutôt que de contre-argumenter, on interdit : "le racisme n’est pas une opinion" ; "vous ne devez pas avoir de pensées homophobes, sexistes, islamophobes…". Soyez ainsi et vous serez heureux ! Vivez oisif et l’Etat s’occupera de tout !
    Cette société apocalyptique est en marche (sans allusion aucune). Le prochain dictateur de la France n’est pas issu des rangs du mouvement présidentiel. Ce n’est pas Emmanuel Macron. Alors qui sera-t-il ? ou plutôt qu’elle sera-t-elle ?


    UNE FÉMINISTE
    "Elle", en effet ! Car il s’agira d’une femme. Oui, une femme ou plus exactement une féministe dont la haine des hommes (mâles = porcs) l’amène à faire de ceux-ci des "êtres" de seconde zone. Après les épisodes de lynchage médiatique des hashtags "Balance Ton Porc" ou de "Me Too" plus question d’égalité homme-femme (je veux dire Femme-homme…). Le mâle blanc est relégué à l’arrière-plan. Car dans un premier temps, seul le mâle blanc est considéré comme néfaste. Pourquoi ?


    UNE ISLAMO-GAUCHISTE
    Parce qu’"Elle", dans un premier temps, n’a pas fait le deuil de ses théories gauchisantes multiculturalistes (exception faite de la culture occidentale et judéo-chrétienne). Ainsi, "Elle" est attachée à l’application de la loi coranique et tolère même les comportements sexuels déviants (agressions sexuelles, viols) des hommes de confession musulmane au motif des écarts de civilisation entre l’Europe et l’Islam. Puis, après une période plus ou moins longue de "rééducation", le "bon musulman" rentrera dans les rangs de cette société féminisée.


    UNE ÉGALITARISME-COLLECTIVISTE
    Pas question de différence de revenus entre femmes. Aussi, "Elle" impose le bon vieux collectivisme stalinien. Un seul mot d’ordre pour une seule tête : "toutes pauvres mais toutes égalitaires". C’est la fin du capitalisme, maux de toutes les discordes. "Elle" interdira même qu’il y soit fait référence même pour le diffamer.


    UNE PROPHÈTE DE L'ÉCOLOGISME
    L’écologisme, c’est la version extrémiste de l’écologie. A force de restriction, tous les véhicules à moteur finissent par être interdit. Les usines nucléaires sont fermées, ainsi que les usines hydrauliques et les éoliennes à cause de leur consommation d’huile et de béton. "Elle" interdit toute production d’électricité.


    UNE VEGANE
    "Elle" interdit de consommer de la viande ou des produits d’origine animale. Même pour se nourrir ! "Les animaux sont des êtres humains comme les autres" pour reprendre une phrase mémorable d’une célèbre actrice françaises. Les droits de l’Homme ont été supplantés par les droits et libertés fondamentaux de tous les animaux. Rapidement, la question des droits des animaux entre eux se pose et, en premier lieu, le droit des carnivores à dévorer leurs proies.


    UNE ÉCOLOGISTE-MALTHUSIENNE
    Les enfants étant des facteurs de production de gaz carbonique, "Elle" instaure une politique draconienne de droit à l’enfant : un enfant par couple. Peu à peu, pour "sauver la planète" les plus fidèles de "Elle" (et les plus extrêmes) se feront stériliser. 


    "THE LAST GENERATION"
    L’économie s’effondre. La production industrielle disparaît ainsi que la production agricole. Les administrés de "Elle" deviennent de simples cueilleurs. Les scènes de cannibalisme se multiplient. La famine, le manque d’eau potable, les maladies ne laissent que 10% des plus jeunes et des plus vaillants des contemporains de "Elle" en vie.
    La politique "anti-enfant" et la hausse de la mortalité infantile n’ont pas permis le renouvellement de la génération. 
    "Elle" disparaît, touchée par la maladie, avec SA dernière génération !

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    15 commentaires
  • Un article trouvé sur le blog "A moy que chault !", concernant, au-delà des menaces sur la liberté d'expression sur internet et ailleurs, ce que l'auteur appelle à juste titre: "la grande machine à décérébrer et à émasculer", représentant un danger plus grave et plus insidieux...

     

    La fin de la récré...

     

    La liberté d’expression dans l’espace public est en voie d’éradication. Ce n’est pas un nouveau fantasme complotiste mais un simple et froid constat que tout un chacun peut faire en se penchant notamment sur la loi dite "contre la haine en ligne" actuellement en cours de vote au Parlement … Entre autres sympathiques facéties, celle-ci transfère à des opérateurs privés des pouvoirs qui jusque-là étaient octroyés aux juges…  Nous entrons donc aujourd’hui dans l’ère du contrôle à priori, de la censure "de précaution", et de la soumission automatique et désormais "légitime" à toutes les délations et les dénonciations "citoyennes"… "L’incitation à la haine" étant un concept si vaste, si fumeux, si subjectif, si imparfaitement défini, il apparaît d’évidence  qu’à peu près tout et n’importe quoi pourra être soumis à cette infamante définition. C’est bien d’ailleurs en ce sens que la loi a été pensée et écrite.

    Cette disparition programmée d’une liberté pourrait être terrible et tragique… Ce n’est finalement qu’anecdotique. Car en effet à quoi bon légiférer contre la liberté d’expression dans une société où plus personne n’a rien à exprimer, où plus personne bientôt n’aura même les moyens intellectuels de former et  de formuler une idée ?

    Le vrai drame n’est en effet pas le nouvel épisode de la grande saga des lois liberticides, qui, si scélérates soient-elle, ont toujours produit leurs propres contestations, oppositions et remises en cause…  Non, la véritable –et sans doute définitive– défaite, c’est la disparition généralisée, générationnelle, de l’intelligence, de la culture et du sens critique… Ce ne sont ni les députés vendus ni les juges larbins qui assassinent de façon rédhibitoire la pensée dissidente et la liberté d’expression, c’est bel et bien l’Education nationale. Priver les gens de leurs capacités de réflexion et de d’expression est un moyen d’asservissement beaucoup plus efficace, d’un point de vue radical et totalitaire, que chercher à sanctionner ou réprimer la dite pensée.

    Nos politiciens, leurs cornacs oligarchiques comme leurs domestiques magistrats, ne sont en fait que des gens trop pressés. Ils pondent encore des lois pour accélérer l’avènement d’une situation qu’encore deux générations de "citoyens" obligatoirement  lobotomisés de 3 à 20 ans leur apporteront inéluctablement… L’observation du bac 2019 est à ce sujet particulièrement révélatrice… Le niveau n’est même plus affligeant, il est d’une certaine façon sublime de nullité… Et quoi de plus facile que de régner sur une population de crétins de cet acabit ?Aux trois quarts illettrés, incapables de placer Napoléon et Charlemagne dans le temps, déstructurés, accrocs à Insta et aux écrans, n’aspirant qu’à une réussite purement matérielle, s’amusant de leur propre sottise, curieux de rien, veules et drogués…  Encore mieux que des esclaves puisque nos néo-bacheliers sont pour leur part satisfaits et volontaires…  Aucun mépris d’ailleurs  dans ce constat car ce ne sont bien sûr que des victimes d’un plan organisé mis en place depuis des décennies, et dont  tous les adultes ou parents que nous sommes sont partiellement complices…  

    La grande machine à décérébrer et à émasculer intellectuellement qu’est l’Education Nationale depuis 40 ans est en tout cas aujourd’hui en phase de pouvoir se prévaloir d’avoir atteint l’objectif pour lequel des milliards lui ont été versés : créer une nouvelle race "d’hommes", la grande armée des zombies consuméristes, gigantesque dégueulis d’abrutis vulgaires et hautains, aussi prétentieux que geignards et pleurnichards, ayant le caractère au même niveau que leur bagage intellectuel, bloqué au début de la petite enfance, pour ne pas dire au stade anal.

    Avec eux, plus besoin de lois, de juges, de condamnations, de mitards et de matons… Leur vide est leur plus  efficace geôlier et ils ne pourront jamais être tentés par une quelconque pensée divergente puisque –faute d’instruments, de connaissances, de vocabulaire, de lectures, d’entraînement…-  le concept même de penser leur sera devenu inaccessible. Au mieux (au pire) - en cas d’échec social ou de cassure psychologique- ils aboieront des slogans simplistes et caricaturaux, glapiront une "haine" pour le coup bien réelle, seul sentiment désormais à leur portée, sombreront dans une violence nihiliste et seront alors le repoussoir idéal tout autant que le matériau parfait de toutes les manipulations…

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique