• Le Gouvernement lance une surveillance généralisée des réseaux sociaux ! (15/04/2021)

    "Le Gouvernement a lancé un appel d’offres pour 'détecter, analyser et mesurer' les opinions politiques sur les réseaux sociaux… Autrement dit pour surveiller les Français et les opposants ! Trois entreprises privés –dont deux étrangères– seront en charge d’inspecter nos contenus…

    "social listening" ou "veille et détection des contenus hébergés sur les espaces d'expression"

     

    Présentation du document :

         
     

    France-Paris: Services d'analyse stratégique et de planification de systèmes ou de technologies de l'information

    2021/S 071-181745

    Avis d’attribution de marché

    Résultats de la procédure de marché

    II.1.1) Intitulé :

    Outil de social listening

    Numéro de référence : SIG_AOO-2020_008

    II.1.4) Description succincte :

    L'accord cadre a pour objet la fourniture d'outil de social listening et de mesure d'impact sur les réseaux sociaux pour permettre au gouvernement de détecter, analyser et mesurer les préoccupations des internautes vis-à-vis de son action et de l'actualité en général. Il s'agit d'un marché passé sous le mandat de la Direction des achats de l'état (DAE) pour es besoins de l'ensemble des ministères.

    II.1.7) Valeur totale du marché (hors TVA) :

    Valeur hors TVA : 2 820 000.00 €

    II.2.1) Intitulé :

    Veille en temps réel des espaces d'expression en ligne

    .../...

    lot n°1

    Veille en temps réel des espaces d'expression en ligne

    Nom et adresse du titulaire

    Nom officiel: Newswhip Media LTD
    Adresse postale: 47 Merrion Square
    Ville: Dublin
    Code NUTS: IE061 Dublin
    Code postal: D02
    Pays: Irlande
    Adresse internet: https://www.newswhip.com/

     

    lot n°2

    Mesure d'impact des contenus publics accessibles en ligne

    Nom et adresse du titulaire

    Nom officiel: Visibrain
    Adresse postale: 9 rue Charles Fourier
    Ville: Évry
    Code NUTS: FR101 Paris
    Code postal: 91000
    Pays: France
    Adresse internet: https://www.visibrain.com/fr/

     

    lot n°3

    Mesure d'audience et d'influence des producteurs de contenus en ligne

    Nom et adresse du titulaire

    Nom officiel: Talkwalker SARL
    Adresse postale: 12-16, avenue Monterey
    Ville: Luxembourg
    Code NUTS: LU Luxembourg
    Code postal: L-2163
    Pays: Luxembourg
    Adresse internet: https://www.talkwalker.com/fr

     
         


     

    Chut...

     

     

     


    4 commentaires
  • C'est un peu long : un peu plus de 1 000 mots, mais entre la fin des heures de confinement (sanitaire) et le début de l'heure du couvre-feu (sanitaire), vous trouverez bien quelques minutes... non ?

    Le pape François a adressé le 4 avril dernier une lettre aux participants à la Réunion de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international qui [s'est tenu] du 5 au 11 avril dans le contexte de la "relance" à la suite de la crise créée autour du COVID-19. Le pape y souhaite la mise en place de "solutions nouvelles", "inclusives et durables", par le biais notamment de la création ou de la "régénération" d’institutions de "gouvernance globale".

     

    Message du pape François à la Banque mondiale et au FMI

      Je vous remercie de l’aimable invitation qui m’a été faite de m’adresser aux participants aux Réunions de printemps 2021 du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international par le biais de cette lettre, que j’ai confiée au cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère du Saint-Siège pour la promotion du développement humain intégral.

      Au cours de ces douze derniers mois, notre monde a été contraint en raison de la pandémie de Covid-19 d’affronter une série de crises socio-économiques, écologiques et politiques graves et interdépendantes. J’espère que vos discussions contribueront à l’élaboration d’un modèle de "relance" capable de faire émerger des solutions nouvelles, plus inclusives et durables pour soutenir l’économie réelle, aider les individus et les communautés à réaliser leurs aspirations les plus profondes et le bien commun universel. La notion de relance ne peut se contenter d’un retour à un modèle de vie économique et sociale inégalitaire et non durable, où une infime minorité de la population mondiale possède la moitié des richesses.

      En dépit de nos convictions profondes selon lesquelles tous, hommes et femmes, sont créés égaux, un grand nombre de nos frères et sœurs au sein de la famille humaine, en particulier ceux qui sont en marge de la société, sont de fait exclus du monde financier. La pandémie nous a cependant une nouvelle fois rappelé que personne n’est sauvé seul. Si nous voulons qu’à l’issue de cette crise notre monde soit meilleur, plus humain et plus solidaire, il faut concevoir des formes nouvelles et créatives de participation sociale, politique et économique, qui soient attentives à la voix des pauvres et qui s’engagent à les inclure dans la construction de notre avenir commun (cf. Fratelli Tutti, 169). En tant qu’experts en finance et en économie, vous savez bien que la confiance, née de l’interconnexion entre les personnes, est la pierre angulaire de toutes les relations, y compris les relations financières. Ces relations ne peuvent être établies que par le développement d’une "culture de la rencontre", où chaque voix peut se faire entendre et où tous peuvent s’épanouir, en trouvant des points de contact, en construisant des ponts et en imaginant des projets inclusifs à long terme (cf. ibid., 216).

      Alors que de nombreux pays consolident actuellement leurs plans de relance individuels, il subsiste toujours le besoin urgent d’un plan mondial capable de créer de nouvelles institutions ou de régénérer les institutions existantes, en particulier celles de la gouvernance globale, et d’aider à construire un nouveau réseau de relations internationales pour faire progresser le développement humain intégral de tous les peuples. Cela implique nécessairement de donner aux nations plus pauvres et moins développées une participation réelle à la prise de décision et de faciliter leur accès au marché international. Un esprit de solidarité mondiale exige également au minimum une réduction significative du fardeau de la dette des nations les plus pauvres, dette exacerbée par la pandémie. Alléger le fardeau de la dette de tant de pays et de communautés aujourd’hui, constitue un geste profondément humain qui peut aider les populations à se développer, à avoir accès aux vaccins, à la santé, à l’éducation et à l’emploi.

      Nous ne pouvons pas non plus ignorer un autre type de dette : la "dette écologique" qui existe surtout entre le Nord et le Sud de la planète. Nous sommes, en effet, débiteurs envers la nature elle-même, mais aussi envers les personnes et les pays touchés par la dégradation écologique d’origine humaine et la perte de biodiversité. À cet égard, je suis convaincu que l’industrie financière, qui se distingue par sa grande créativité, se montrera capable de développer des mécanismes agiles pour calculer cette dette écologique, afin que les pays développés puissent la payer, non seulement en limitant de manière significative leur consommation d’énergie non renouvelable ou en aidant les pays plus pauvres à adopter des politiques et des programmes de développement durable, mais aussi en assumant les coûts de l’innovation nécessaire à cette fin (cf. Laudato Si’, 51-52).

      La compréhension profonde de l’objectif et de la finalité essentiels de toute vie économique, à savoir le bien commun universel, se trouve au cœur d’un développement juste et intégral. Il s’ensuit que l’argent public ne peut jamais être dissocié du bien public, et que les marchés financiers doivent être encadrés par des lois et des règlements visant à garantir qu’ils travaillent véritablement pour le bien commun. Un engagement en faveur de la solidarité économique, financière et sociale suppose donc bien davantage que des actes sporadiques de générosité. C’est penser et agir en termes de communauté, de priorité de la vie de tous sur l’appropriation des biens de la part de certains. C’est également lutter contre les causes structurelles de la pauvreté, de l’inégalité, du manque de travail, de terre et de logement, de la négation des droits sociaux et du travail. C’est faire face aux effets destructeurs de l’Empire de l’argent. La solidarité, entendue dans son sens le plus profond, est une façon de faire l’histoire  (Fratelli Tutti, 116).

      Il est temps de reconnaître que les marchés -en particulier les marchés financiers- ne se gouvernent pas eux-mêmes. Les marchés doivent être encadrés par des lois et des réglementations garantissant qu’ils travaillent pour le bien commun, que la finance -plutôt que d’être simplement spéculative ou de se financer elle-même- travaille pour les objectifs sociétaux si nécessaires dans le contexte de l’urgence sanitaire mondiale actuelle. À cet égard, nous avons particulièrement besoin d’une solidarité vaccinale financée de manière juste, car nous ne pouvons pas permettre que la loi du marché prenne le pas sur la loi de l’amour et de la santé de tous. Ici, je réitère mon appel aux chefs de gouvernement, aux entreprises et aux organisations internationales pour qu’ils travaillent ensemble à la fourniture de vaccins pour tous, en particulier pour les plus vulnérables et les plus nécessiteux (cf. Message Urbi et Orbi, jour de Noël 2020).

      J’espère qu’à l’occasion de votre réunion, vos délibérations officielles et vos rencontres personnelles porteront beaucoup de fruits pour le discernement de solutions sages au service d’un avenir plus inclusif et plus durable. Un avenir où la finance est au service du bien commun, où les personnes vulnérables et marginalisées sont placées au centre, et où l’on prend bien soin de la terre, notre maison commune.

      En vous adressant mes meilleurs vœux et mes prières pour que ces réunions portent des fruits, j’invoque sur tous les participants les bénédictions divines de sagesse et d’intelligence, de bon conseil, de force et de paix.

      Au Vatican, le 4 avril 2021

    Le Pape a dit :

     

     

     


    Le Pape a dit...

     

    ..et, comme le remarque Jeanne Smits sur son blog :

    "Sans surprise, la Sainte Trinité et même Notre Seigneur Jésus-Christ sont aux abonnés absents de la lettre du pape (au FMI et à la Banque mondiale.)"

    "Mais si c’est pour une œuvre… 'L’économie verte, inclusive et solidaire''...!"

     

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  

     
     
     "LE DORMEUR DOIT SE RÉVEILLER" #2
     
     

    Le jour n'est pas loin, peut-être, où il nous semblera aussi naturel de laisser notre clef dans la serrure afin que la police puisse entrer chez nous nuit et jour, que d'ouvrir notre portefeuille à toute réquisition. Et lorsque l'État jugera plus pratique, afin d'épargner le temps de ses innombrables contrôleurs, de nous imposer une marque extérieure, pourquoi hésiterions-nous à nous laisser marquer au fer, à la joue ou à la fesse, comme le bétail ?

    L'épuration des Mal-Pensants, si chère aux régimes totalitaires, en serait grandement facilitée. 

    Georges Bernanos - "La France contres les robots"
     
     Demain
     
     
     

     


    9 commentaires
  •  

     
     
    "LE DORMEUR DOIT SE RÉVEILLER" #1
     
     

    Très peu d’hommes savent se forger une opinion par eux-mêmes. Aussi répètent-ils ce que leur ont dit leurs parents, puis leurs professeurs et enfin ce qu’ils ont entendu aux informations du soir. Et ils finissent par se convaincre qu’il s’agit là de leur opinion personnelle, au point de la défendre ardemment face à d’éventuels détracteurs.

    Il suffirait pourtant qu’ils tentent d’observer par eux-mêmes, de penser par eux-mêmes et ils découvriraient le monde tel qu’il est et non pas comme on les conditionne à le voir.

    Bernard Werber - "Nous, les Dieux"
     
    Aujourd'hui 
     
     
     

     


    2 commentaires
  •  

    Déni de démocratie

    Publié le 10 avril 2021 sur le site "La Constitution dévoilée"

    "Sous couvert de consultation, le Gouvernement cache une manœuvre et une instrumentalisation proprement scandaleuses..."

    Une manœuvre scandaleuse est orchestrée par le Gouvernement, depuis hier soir. Il agit par l’intermédiaire des préfets, qui ont écrit à tous les maires de France pour leur demander si, oui ou non, ils étaient en mesure d’organiser les élections régionales et départementales du mois de juin.

    La consultation paraît légitime.

    En effet, les préfets leur demandent, s’appuyant sur l’avis du Conseil scientifique du 29 mars qu’ils joignent à leur envoi, "si les conditions préconisées par le comité scientifique vous semblent réunies pour tenir les deux scrutins prévus en juin prochain, afin que je puisse faire connaître au Premier ministre et au Ministre de l’intérieur la position des maires de notre département, en vue du débat parlementaire qui se tiendra le mardi 13 et le mercredi 14 avril", cela "dans le souci du Gouvernement d’être à l’écoute de chacun des maires de notre pays et compte tenu du rôle essentiel imparti aux communes dans l’organisation des scrutins".

    On se souvient que le Conseil scientifique, concernant d’abord la campagne électorale, préconisait "d’encourager au maximum l’usage de moyens dématérialisés.../.... Il faut noter l’utilisation possible de numéros verts et l’intérêt de campagnes menées sur internet". De plus, il recommandait "que les candidats aient recours à la vaccination dans le cadre général de la stratégie vaccinale".

    Concernant les bureaux de vote, il recommandait "de solliciter des personnes vaccinées (vaccination complète)" et, à défaut, "que les membres des bureaux de vote réalisent des tests, qu’ils soient RT-PCR, antigéniques ou autotests, s’ils sont disponibles, à J-2 puis J5 puis J8 et en cas de symptômes cliniques". Surtout, "en fonction des conditions météorologiques prévisibles au moment où auront lieu les élections, il peut être prévu qu’elles se déroulent en extérieur" et "toutes les manifestations collectives suivant l’annonce du résultat devraient être non recommandées voire interdites". Enfin, "il est important que le vote puisse avoir lieu sur la plus grande plage horaire possible afin que le flux de votants soit étalé tout au long de la journée" et "il peut également être envisagé de prévoir une plage horaire privilégiée pour les personnes vulnérables, par exemple de 9h à 12h".

    En conclusion, rappelant le Gouvernement à sa responsabilité, "le Conseil scientifique regrette que la digitalisation des votes et le vote par correspondance ne puisse être envisagé pour ces élections".

    Nombre de ces éléments relèvent de la compétence des Maires. C’est ainsi que cette consultation peut paraître légitime.

    Elle cache en réalité et une manœuvre et une instrumentalisation proprement scandaleuses.

    D’une part, les maires ont reçu ce message vendredi soir, aux alentours de 19h. Ils sont sommés de répondre avant lundi midi, soit pendant un seul week-end, sans être en mesure de se concerter avec qui que ce soit et alors que certains d’entre eux ont à affronter des situations pour le moins dramatiques, telle la calamité agricole du fait du regel de ces derniers jours.

    D’autre part, ce procédé n’a d’autre objectif que d’instrumentaliser la réponse qui sera donnée, afin que le Gouvernement puisse se défausser sur les Maires en soutenant que c’est à leur demande que le scrutin doit à nouveau être reporté.

    Nous serions alors la seule grande démocratie au monde à ne pas être en mesure d’organiser des élections après plus d’un an et demi de pandémie.

    En effet, que peuvent répondre les maires à une telle interrogation ? Peuvent-ils assumer le risque de mettre en danger la santé de leurs administrés en affirmant que, oui, les élections peuvent être organisées, alors qu’ils risquent de ne pas être en mesure d’avoir des assesseurs en nombre suffisant pour tenir tous les bureaux de vote ? La prudence les conduirait logiquement à dire qu’il est préférable de reporter, en répondant donc par la négative.

    Mais il s’agit en réalité d’occulter la véritable raison de cette prudence : l’incompétence du Gouvernement à prendre les mesures nécessaires au bon déroulement du scrutin, telles que le vote par correspondance, le déploiement de moyens pour permettre à la campagne de se tenir, ainsi qu’une meilleure gestion de la politique vaccinale.

    Après avoir tenté de se défausser sur le Conseil scientifique, le gouvernement essaie maintenant se décharger de sa responsabilité sur les maires.

    En un mot, le Gouvernement est le seul responsable de la situation dans laquelle il conduit le pays, mais refuse d’assumer cette responsabilité et celle du déni de démocratie qu’il veut instaurer. C’est ce que confirme l’AMF, Association des Maires de France, dans sa réponse adressée au Gouvernement (*).

    Si ce mot de la "responsabilité" a encore un sens pour l’Exécutif, alors qu’elle est la première dette du pouvoir, il doit alors l’assumer pleinement, en déployant les moyens nécessaires à la tenue de ces élections (à commencer par une politique de vaccination appropriée et une adaptation des règles de la campagne électorale).

    Ce n’est pas aux Maires de l’assumer. Ils n’ont donc d’autre choix que d’ignorer purement et simplement ce qui ressemble à une consultation mais qui n’est autre qu’une instrumentalisation mesquine et une manœuvre scandaleuse.

     

      Déni de démocratie     A retrouver sur le compte Twitter de l'auteur, Jean-Philippe Derosier, agrégé des facultés de droit, professeur de droit public à l’Université de Lille, membre de l'Institut Universitaire de France, spécialiste de droit constitutionnel comparé. Ses travaux sont essentiellement consacrés à l’étude des institutions politiques, des rapports de systèmes entre l’État, les autorités locales (collectivités territoriales, en France) et les instances internationales (notamment l’Union européenne).  

     

     

        Mise à jour : LETTRE DE L'AMF SUR LA CONSULTATION DES MAIRES PAR LE GOUVERNEMENT RELATIF AU REPORT DES ÉLECTIONS PRÉVUES EN JUIN     
        Déni de démocratie    
       

    source : https://www.amf.asso.fr/documents-lettre-amf-sur-la-consultation-maires-par-gouvernement-relatif-au-report-elections-prevues-en-juin/40693

       

     

     

     


    3 commentaires
  • Gims, Dadju et Slimane reprennent Belle, le "tube" tiré de Notre-Dame de Paris 

    "Belle..."

    GIMS : anciennement Maître Gims, de son vrai nom Gandhi Djuna, né le 6 mai 1986 est un auteur-compositeur-interprète et rappeur congolais, Membre du groupe parisien "Sexion d'assaut" 

    DADJU : de son nom complet Dadju Djuna Nsungula, né le 2 mai 1991 à Bobigny, en Seine-Saint-Denis, est un auteur-compositeur-interprète français, le chanteur et rappeur Gims est son frère.

    SLIMANE : de son nom complet Slimane Nebchi, est un auteur-compositeur-interprète et acteur français, né le 13 octobre 1989 à Chelles, en Seine-et-Marne. Il a emporté la 5me saison de "The Voice".

    "Gims, Dadju et Slimane remplacent Garou, Daniel Lavoie et Patrick Fiori..." Si je vous disais que je n'ai rien contre, vous n'êtes pas obligé de me croire... Notez bien que j'étais très, très (très) loin d'être un fan de la version de la comédie musicale originelle, mais je n'imaginais pas très bien les personnages de "Notre-Dame de Paris" sous ces traits-là.... C'est tout. On ne se refait pas. D'autant que je ne crois pas qu'il s'agisse là d'un hommage rendu, ni au roman de Victor Hugo, ni aux diverses adaptations qui en ont été faites, ni à la Cathédrale parisienne incendiée... (mais je peux me tromper).

     

    Faites vos jeux... Rien ne va plus.

    "Belle..."

     

    "Belle..."

      rien ne va plus...

     

     

     

     


    16 commentaires
  • Stanislas Berton - Tout est faux : comment sauver la France ?

    Stanislas Berton, entrepreneur et écrivain, constate que nous vivons dans une réalité fictive et une société déréglée où le criminel devient le héros. Au nom de l’écologie et de l’égalité se cachent une gouvernance mondiale et le totalitarisme. Pour lui, la clé pour s’en sortir, c’est la foi et le christianisme. (3 avr. 2021)

    «L’écrivain Renaud Camus dit : "C’est l’ère du faussaire, tout est faux". Je dis souvent aux gens qui veulent m’écouter, "si vos seules sources d’information sont les médias de masse, vous vivez dans une réalité fictive". On détruit la structure de la société, c’est-à-dire qu'un criminel devient un héros. La vérité c’est-à-dire la vérité des statistiques est niée au nom de l’émotion. On détruit toutes les règles de la société et on rend les gens complètement fous. Ils ne savent plus où est le haut où est le bas où est le bien où est le mal ; ils sont complètement perdus et les gens qui sont dans cet état de confusion mentale, eh bien, c’est extrêmement facile de les soumettre et de les dominer.»

    «Il faut avoir conscience que les gens aujourd'hui bénéficient d'un lavage de cerveau qui passe par l'école, qui passe par les médias, qui passe par tout l'environnement culturel dans lequel ils se trouvent. C'est pas pour rien que justement ce totalitarisme attaque toujours le christianisme parce qu'ils savent que c'est l'antidote c'est ça la clé qui va vous aider à sortir de votre prison.»

    et (ou)...

    Stanislas Berton : «On a perdu notre France» - André Bercoff avec Stanislas Berton, spécialiste de la gestion de crise, auteur du livre “La France retrouvée” (31 mars 2021)

     

    Stanislas Berton est un entrepreneur français né à Nancy en 1984.

    Après avoir effectué sa scolarité à Lunéville, il étudie en classes préparatoires au lycée Henri Poincaré à Nancy (ECE). Il entre ensuite à l’École Supérieure de Commerce de Reims (NEOMA) dont il sort diplômé en 2008 avec une spécialisation en marketing, entrepreneuriat et intelligence économique. Durant ses études, il réalise plusieurs court-métrages et rédige un grand nombre de critiques de films. Ce travail lui vaudra d’être sélectionné par l’État Français comme membre du Jury Jeune du 61ème Festival de Cannes.

    Après avoir consacré son mémoire de master à la plate-forme de distribution numérique de jeux vidéo "Steam" et identifié l’impact du développement de l’internet haut débit sur les modèles économiques, Stanislas Berton travaille pour des éditeurs et des studios de développement de jeux vidéo français comme business developer.

    En 2009, il démissionne pour créer son propre studio de développement, "AGŌ Games", dont il finance la création via une levée de fonds réussie auprès d’investisseurs. En 2011, il commercialise dans le monde entier le jeu "The Asskickers" qu’il écrit, produit et réalise.

    Suite à cette expérience, Stanislas Berton liquide son entreprise en 2013 et prend un congé sabbatique. En 2015, le jeu "The Asskickers" est commercialisé sur Steam ainsi que sur la plupart des plates-formes de distribution numérique.

    Pendant plusieurs années, Stanislas Berton se consacre à l’étude de l’économie, de la psychologie, de l’éthologie, des sciences politiques, des risques systémiques et du renseignement open-source (OSINT)

    En 2018, il écrit et publie un livre qui célèbre l’identité française et sa spécificité : "Etre Français : lettre à ma sœur".

    En 2019, il crée le site stanislasberton.com  où il partage une synthèse de ses travaux.

    En 2020, son travail sur les risques systémiques lui permet d’identifier dès janvier le risque posé par le Covid-19. Il tente alors d’alerter les pouvoirs publics mais ses avertissements ne sont pas entendus.

    En juillet 2020, il publie un recueil rassemblant l’ensemble des essais publiés sur son site sous le titre : "L’Homme et la Cité".

    En février 2021, il publie le livre "La France Retrouvée" dans lequel il révèle le projet de destruction de la France et propose des solutions concrètes pour sauver notre pays et lui faire retrouver son rang.

    Bien que diplômé d’une grande école, Stanislas Berton se considère comme un autodidacte.

    Il est bilingue en anglais et parle couramment allemand.

    http://stanislasberton.com/

     

     

     

     

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires