•  

    En complément de "Images du temps jadis"...

      Suite à l'incendie du 15 et 16 avril 2019 qui la ravagea en grande partie, Notre-Dame de Paris n’est toujours pas ouvert au public mais demeure la Cathédrale de Paris. Conscient que l’édifice manque à tant de français et de parisiens, l’archevêché et la Maîtrise de la Cathédrale ont offert sur France 2 un concert à l’occasion du réveillon de Noël.  
           
       

    LA MAÎTRISE NOTRE-DAME DE PARIS OFFRAIT POUR NOËL UN CONCERT DIRIGÉ PAR HENRI CHALET, SON DIRECTEUR, DANS LA CATHÉDRALE NOTRE-DAME DE PARIS.

       
       

    Sous les auspices de l’Église de Paris représentée par Monseigneur Michel Aupetit, archevêque de Paris la Maîtrise Notre-Dame de Paris a donné un concert de Noël dirigé par Henri Chalet, son directeur, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ce concert événement, diffusé sur France 2 et KTO se déroula dans le strict respect des normes sanitaires en cours et a réuni 20 chanteurs du chœur d’adultes de la Maîtrise, accompagnés par Yves Castagnet à l’orgue positif (instrument loué pour l’occasion), ainsi que par 2 solistes : Julie Fuchs (soprano) et Gautier Capuçon (violoncelle).

     

       

     

    Voilà.

    C'est tout.

     

     

    Images du temps présent

     


    12 commentaires
  •  

     

     
     

    Le 24 décembre 1948, pour la première fois la messe de minuit de Notre-Dame était télévisée et retransmise en direct par la Radiodiffusion française. Cette messe était célébrée en latin par le cardinal Emmanuel Suhard (1874-1949), archevêque de Paris.

    Pour terminer l'office religieux, les enfants de chœur chantent "Il est né le divin enfant".

     

     

    Mais ça, c'était avant... 

    Mais, bon, on ne pense plus à tout ça, on ne va pas se faire du mal pour rien.

    N'empêche...

    Je me demande à quand remonte le dernier Noël sans Messe de Minuit... et quelle raison fut invoquée ?

     

     

     


    4 commentaires
  • Jeanne d’Arc symbolise pour les Russes et les Français le patriotisme 

    Un article récent de Boulevard Voltaire ... peut-être passé un peu inaperçu en raison de la défête nationale...

    Une statue de Jeanne d’Arc du sculpteur Boris Lejeune sera érigée, en septembre 2020, à Saint-Pétersbourg, à l’occasion du centenaire de la canonisation de la sainte, à l’initiative de l’Association universelle des amis de Jeanne d’Arc. Cette œuvre a été présentée, ce mercredi 8 juillet, à Paris, en présence de l’ambassadeur de Russie en France, Alexeï Mechkov.

    "Jeanne est celle qui peut inspirer et représenter les nobles idéaux face au danger commun de la barbarie du terrorisme d'une part et, d'autre part, la perte de ses racines

     

    L'initiative en revient à l'Association Universelle des Amis de Jeanne d'Arc (amis-jeanne-d-arc.org/) et a été pilotée par un comité de parrainage comportant, entre-autres, Philippe de Villiers, Nicolas Dupont-Aignan, ou Thierry Mariani et Jean-Frédéric Poisson, d’autres personnalités politiques de tous bords -des LR à LaREM- et de nombreuses personnalités franco-russes.

    Le projet avait été présenté à Vladimir Poutine lors de sa visite à Paris en 2015 ; il a donné immédiatement son feu-vert de principe en attendant la décision officielle de la Douma.

     Poutine, Président ?

    Pendant ce temps-là, en France, les statues de Jeanne d'Arc sont régulièrement vandalisées ou profanées, tant par une ultra gauche laïcarde que par des groupuscules dits "racisés" ou des associations LGBT.

     

     

     


    20 commentaires
  •  

    Carte des châteaux médiévaux en France.

    Jean-Claude Golvin  (encre de Chine et aquarelle)

     

    Espace-temps (2)

    " Jean-Claude Golvin, architecte, archéologue français et ancien chercheur au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique – Université de Bordeaux III Michel de Montaigne) est  le premier spécialiste au monde de la restitution par l’image des grands sites de l’Antiquité.

    " Il est l’auteur de plus de 1000 dessins de restitution de villes et monuments antiques et médiévaux... 

    " Le but de la restitution architecturale est de reconstruire méthodiquement, en collaboration avec les meilleurs connaisseurs des sites (historiens, archéologues, etc), une image crédible de la ville étudiée."

     https://jeanclaudegolvin.com/

     

    Espace-temps (2)

    Bordeaux - porte Saint-Eloi

     

    Espace-temps (2)

    Reims - cathédrale

     

    Espace-temps (2)

    Paris - le Louvre 

     

    Espace-temps 

    Paris - cathédrale Notre-Dame (chantier) 

     

    Espace-temps (2)

    Cluny - abbaye

     

    Espace-temps (2)

    Fenouillet - château cathare

     

    Espace-temps (2)

    Montpellier - hôtel Jacques Cœur 

     

    L’image est réalisée à l’encre de Chine et à l’aquarelle, mode d’expression préféré de l’auteur. Elle est nécessairement réaliste et précise car elle a un rôle didactique à jouer. Elle doit attirer l’attention et séduire. Son intérêt artistique est dû à la personnalité et la sensibilité de l’auteur.

    Espace-temps

    Ce qui rend son travail incomparable est le fait qu’il ne témoignage pas seulement d’une grande habileté, mais qu’il respecte, jusque dans le moindre détail, les découvertes des archéologues et des spécialistes. 

     

     

     

     

     

      

    voir aussi "espace-temps"

     

     

     

    13 commentaires
  •  

    Les articles auxquels vous avez échappé...

    Épidémie de coronavirus, selon les dernières communications de la porte-parol...

    Chaque soir, dans de nombreuses villes françaises l'appel à la prière musulm...

    Les guet-apens contre la police de plus en plus fréquents dans les "quartiers sensib...

    Plusieurs milliers de détenus (dont des fichés S) remis en liberté pour raison de santé et...

    Le président Emmanuel Macron et ses cons...

     

    Marre de l'actualité ?

    Mais...

    ...vous aimeriez voir avec un œil nouveau l'endroit où vous êtes confiné (depuis... et pour encore...?)

    ...ça vous dirait bien de voir les lieux où, en principe, vous auriez dû passer vos prochaines vacances..

     

    Grâce au site "Gallica" vous pouvez retrouver votre ville ou votre village sur la carte de Cassini, réalisée entre 1756 et 1815 mais qui aura demandé au total plus d'un siècle de travaux et les efforts de quatre générations de géographes depuis les premières études menées avant 1700... (il faudra donc noter l’absence de Nice, de la Savoie et de la Corse, mais la présence de villes aujourd’hui devenues belges, luxembourgeoises ou allemandes.)

    Le site propose deux méthodes d'accès "dynamiques" à votre région (en plus de l'accès "par région" ou "par numéro de feuille")

    l'assemblage "moderne" interactif de calques réalisé par Gallica :

    Espace-Temps

    la carte originelle d'époque et son découpage en 21 rectangles : 

    Espace-Temps

     

    Passé une rapide période de prise en main des différentes fonctions et des outils de navigation, c'est encore mieux que Google Maps...!

    Bons voyages...

     

    (des exemples sur #MonBledDansCassini

      

     


    4 commentaires
  • Le Boléro de Ravel par l'Orchestre national de France en #confinement #ensembleàlamaison

    "Dans la période délicate que nous traversons, les musiciens de l'Orchestre National de France ont souhaité, malgré la distance, jouer ensemble pour offrir et partager avec chacun ce qu'ils savent le mieux faire : de la musique.

    "En espérant que ces quelques notes de Ravel, universelles, vous apporteront un peu de chaleur et de réconfort.

    "En attendant de vous revoir"

     


    4 commentaires
  • En ce début de ramadan et en ce vendredi, jour de grande prière pour nos frères mahométans, au lieu de faire un papier fort convenu sur l'égorgement rituel des moutons pour l'Aïd-el-Fitr (ou l'Aïd-el-Adha, je confonds, mais tant pis) dans nos quartiers et autres banlieues, je me suis autorisé cet emprunt à "L'Incorrect" concernant l'abattage traditionnel du cochon dans nos campagnes; ceci n'ayant rien à voir avec cela, et je risque de bannir tout commentateur qui prétendrait le contraire... biggrin !

    La saint Cochon (aussi appelée saint Boudin) est une fête traditionnelle rurale française célébrée dans plusieurs régions...  Les dates et les pratiques sont variables selon les régions, mais se situent en général entre novembre et avril. Elle peut être célébrée tant à titre privé (directement dans les fermes), qu'à titre public (fête villageoise). La saint Cochon débute toujours par l'abattage d'un porc. Ces fêtes s'organisent ensuite autour de la dégustation de charcuterie, de grattons ou de boudin.

    Au début du XXme siècle, le porc était un animal présent dans toutes les fermes, même les plus modestes, et sa viande saine et nutritive pouvait se garder toute l'année, salée ou fumée. Cependant "tuer le cochon" était une des rares occasions de manger de la viande fraîche...

    Une tradition que certains tentent d'actualiser pour la faire perdurer: ("La Montagne" du 19/01/2019): 

    Humour, fête et traditions ont rythmé la Saint-Cochon à Besse (Puy-de-Dôme) 

    Tout est bon dans le cochon, même une pointe d'humour autour de la bête de 160 kg dépecée dans les rues du bourg de Besse pour la tradition. Cette année, il s'appelait Manu.

     

     

    LA SAINT-COCHON

    Un article d  du 17/02/2018

    En février, dans les campagnes françaises, on tue le cochon. La saint cochon efface la vilenie du porc, cette ambivalence d’un animal honni dans certaines cultures, adoré dans d’autres...

    le Saint Patron de la France

    En février, dans les campagnes françaises, on tue le cochon. Tout commence par l’élevage et l’engraissement du cochon de l’année qui loge dans la grange. Plusieurs mois à voir grandir le cochonnet nourri des reliefs des repas. "Faire le cochon" est une fête: chaque famille possède le sien et invite ses amis à venir l’aider. Tous se déplacent ainsi de maison en maison pour un mois de cochonnailles. La veille, on aiguise les couteaux, on ressort de la cave le chaudron en cuivre, on nettoie les ustensiles et les bocaux ; ces bocaux en verre Le Parfait qui s’alignent ensuite dans la souillarde avec les saucisses, les légumes et les champignons de l’année. Quand on fait le cochon, pas de gender ni de vegan.

    Chacun a sa place: les femmes dans la cuisine, pour les conserves et les repas; les hommes dans la grange, pour tuer l’animal et le débiter. Tout se mange et tout se transforme. Le sang est recueilli pour le boudin, cuit au chaudron. Les boyaux sont lavés, pour la saucisse et les andouilles. Les pieds et les oreilles sont le déjeuner du jour. Les cuisses et les épaules sont précieusement désossées, pour le jambon. Les côtes sont débitées. Les poumons sont hachés, pour le pâté. Les abats sont jalousement disputés. Il ne restera rien. Le cochon est le roi et ses sujets sont au travail.

    Chacun sa tâche: à lui la découpe, à lui la machine à saucisse, à lui l’apprêt des jambonneaux et des pâtés. Chaque famille a sa recette. Plus il fait froid dehors et plus la chaleur augmente à l’intérieur; on transpire et on travaille, en cuisine comme dans la grange. C’est la saint cochon.

    Au long de la journée, la grange se pare de nouvelles décorations: les saucisses sont enroulées le long de bâtons de bois attachés au plafond pour être mises à sécher. Le jambon est emmailloté dans un torchon d’épais coton empli de sel. Oublié à l’air frais du grenier il séchera de longues semaines. Les saucisses fraîches sont placées dans des faitouts de terre cuite remplis de graisse, pour être conservées jusqu’à l’été. Les conserves sont stérilisées et rangées à la cave, le boudin est cuit, les fritons mijotent dans la marmite.

    La saint cochon efface la vilenie du porc, cette ambivalence d’un animal honni dans certaines cultures, adoré dans d’autres. On aime le cochon, mais on déteste le porc, alors que c’est le même. Ses poils deviennent des brosses; sa graisse, du saindoux; ses tendons, des cordes d’instruments. Est-ce parce que c’est l’animal biologiquement le plus proche de l’homme qu’il est parfois banni ? C’est lui le véritable bouc émissaire. Mais dans les campagnes, c’est une fête. Rendez-vous à Besse-et-Saint-Anastaise, dans le Sancy, pour vivre la saint-cochon. Petit déjeuner cochonnaille le matin: œufs au lard et saucisson au marc d’Auvergne. Toute la journée, musique de rue et fête communale. Pour un temps, Saint-Cochon devient le saint patron de la France.

     

    J'avoue que les conditions d'hygiène, de travail et de sécurité n'étaient certainement pas conformes aux dernières normes, ni même aux avant-dernières, élucubrées et imposées par les techniciens européïste de Bruxelles, ce qui pourrait me ramener à l'actualité électorale du moment, mais je crois que je m'égarerais......

    Pour en revenir à nos compatriotes et amis muzz, il ne faut voir là aucune raillerie ni aucune provocation de ma part à leur intention.

    La preuve:

    le saint patron de la France

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique