• Y'a (pas) bon, bwana... Gnia !

    Pourquoi tant de haine ?

     

    Pourquoi tant de haine ?   Vs  

     

    France, mère des arts, des armes et des lois,
    Tu m'as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
    Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,
    Je remplis de ton nom les antres et les bois.

    Si tu m'as pour enfant avoué quelquefois,
    Que ne me réponds-tu maintenant, ô cruelle ?
    France, France, réponds à ma triste querelle.
    Mais nul, sinon Écho, ne répond à ma voix.

    Entre les loups cruels j'erre parmi la plaine,
    Je sens venir l'hiver, de qui la froide haleine
    D'une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

    Las, tes autres agneaux n'ont faute de pâture,
    Ils ne craignent le loup, le vent ni la froidure :
    Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau.

     

    Joachim du Bellay

    - Je ne veux pas être un Blanc catholique, je préfère être un Noir athée 

    - Notre chance, c'est le métissage. Et depuis 2 600 ans, nous sommes du parti de ceux qui se disent contents d'être mélangés, fiers d'être le peuple qui compte le plus grand nombre de mariages mixtes de toute l'Europe !... Les peuples du Maghreb sont nos frères et nos sœurs. Il n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb.

    - Je ne supporte plus de vivre autrement que dans un endroit où les gens sont mélangés. J'habite à Paris dans le dixième arrondissement, je ne pourrais pas habiter dans le 6e ou dans le 7e, je ne peux pas vivre quand il n'y a que des blonds aux yeux bleus, c'est au-delà de mes forces.

    J.L. Méchancon

     

    Et pourtant...

    On nous répète que l'homme blanc, à défaut d'être complètement nuisible, était pour le moins relativement inutile, sinon pour la planète, du moins en Hexagonerie...

    - il est incapable de faire rigoler le bon petit peuple, heureusement qu'il y a Djamel et son Club de Comédie...

    - il est incapable de tourner dans des grands films, heureusement qu'il y a Omar qui ferait pâlir de jalousie Louis Jouvet...

    - il est incapable de taper dans un ballon, heureusement qu'il y a l'équipe de foot-ball des Bleus(-blacks-beurs)...

    La seule chose qu'il est à peu près capable de faire, l'homme "blanc" (comme moi), "catholique" (un peu comme moi) et "de plus de 50 ans" (tout comme moi), c'est parader devant les caméras en agitant son "prix Nobel" de biologie infra-moléculaire ou d'astrophysique vectorielle, en oubliant de signaler que si les américains ont envoyé un homme (blanc !) sur la Lune, c'est uniquement grâce au travail acharné et désintéressé de trois géniales femmes noires !

    (Et, en plus, il monopoliserait, selon la cheffe de la Télévision Française elle-même, tous les postes dans les médias nationaux pour y diffuser sa propagande suprématiste.)

    .oOo.

    Et puis, l'étincelle qui aurait fait déborder le vase -passez-moi l'expression- (ou la goutte d'eau qui a mis le feu aux poudres), c'est de constater que sur le hachetague #balancetonporc, tous les porcs balancés s'appellent Louis, Didier, Jean-Marc, Hans, Juanito, Piotr ou Johnny et sont des "hommes blancs, catholiques (et de tout âge)", aucune personne "racisée" (sauf exception, forcément calomnieuse, raciste (ou pire: "isl***phobe") et/ou stigmatisante comme on dit dans certains milieux) n'aurait fait l'objet d'un signalement.

    "En même temps" ™, il n'y a qu'a regarder les publicités à la télévision ou dans les beaux magasines avec du papier glacé pour remarquer l'air extatique qu'ont les femmes blanches aux yeux bleus dans les bras d'homme pas blancs et aux yeux pas bleus, ou l'air plus con que la moyenne de l'homme blanc quand il s'y agit d'effectuer quelque tâche domestique ou ménagère...

    .oOo.

    Et en plus, ces hommes non-blancs et pas catholiques, ils ne viennent pas faire chier nos bretons en érigeant des poteaux de marabout en bois peinturluré ou des sculptures de Mohmoh le prophète avec un croissant ostensiblement suspendu  au-dessus du turban !...

    Et, en outre, un certain nombre de "déséquilibrés" étant à l'origine de quelques "incidents à caractère terroriste" seraient des souchiens gaulois d'origine, blonds aux yeux bleus, ayant choisi un pseudo. à sonorité sarrazine dans un but inavouable mais turpide !

    .oOo.

    Et, enfin, cette obsession morbide à vouloir faire table rase du passé (mânes soixante-huitardes, sortez de ce pays...):

    - la négation de l'Histoire de France:

    "Depuis 30 ans, les dénigrements systématiques des intellos parisiens, les nouveau ayatollahs de la pensée unique, font régner sur les ondes et dans les journaux un véritable terrorisme intellectuel Edwy Planet est le Fouquier-Tinville de la nouvelle Terreur. Ce journaliste à la tête du réseau Médiapart déverse tout son fiel : « la légion d’Honneur, dit-il, est vicieuse. Elle a été créé par Napoléon celui qui a rétablit l’esclavage et c’est une honte de l’accepter. Aidé par Claude Serrilon « Napoléon est un beau salopard ! ». lgnorance anachronisme permanents, Lavage de cerveau ineptie absurdité, Le manichéisme historien sévit.

    "Nous laissons la Marseillaise se faire siffler et la désinformation s’installer dans les médias… Il est devenu impossible de pavoiser un drapeau bleu-blanc-rouge sans se faire traiter de facho…

    "La classe politique instrumentalise le passé dans un but électoraliste sans compter les délires intellectuels de certains comme Madame Taubira et sa loi mémorielle du 21 mai 2001 oubliant la Traite Orientale et intra africaine ou Thierry Tuot du Conseil d’ État. Celui-ci signe carrément la désintégration de la France en exigeant une remise à plat de l’histoire de France et la fin du principe d’intégration. Il affiche dans un rapport rendu en novembre 2013 , ouvertement le désir de parcellariser le tissu social en factions rivales ainsi qu’une nouvelle hiérarchie des valeurs fondées sur les droits des individus au détriment des valeurs collectives fondatrices de la République française. 

    "La déconstruction de notre histoire est rampante et les tenants de ces théories révisionnistes creusent lentement leurs sillons. Sans que personne ne réagisse. De plus en plus tournée vers la seule lecture culpabilisante du passé et cet éternel esprit de repentance, la France multiplie les lois mémorielles (loi Taubira 2001). Nos hommes politiques sont-ils à ce point désemparés devant les enjeux du présent et les perspectives d’avenir pour se déchirer ainsi sur le passé ? Ont-ils une si noire vision de la France, de son héritage et de ses valeurs qu’ils s‘acharnent à salir le pays pour plaire à leurs clientèles communautaires ‘?" (article de Dimitri Casali sur son blog- extraits)

     

    - l'abandon des racines culturelle du pays:

    "C’est historiquement avéré, la France tire sa force du fait qu’elle est un Etat-Nation. Or, aujourd’hui, elle est davantage devenue une juxtaposition de communautés aux intérêts et cultures divergentes qu’une communauté nationale soudée autour d’une culture de référence et d’un projet commun.

    "La France est traversée par cette question identitaire et religieuse depuis 30 ans. Les responsables politiques successifs l’ont volontairement ignorée.

    "J’ai grandi dans les banlieues nord de Paris. Nous parvenions à vivre ensemble à l’époque, car il y avait un cadre culturel de référence : il restait la France comme repère commun et obligatoire. Il n’y avait pas encore ce rêve omniprésent d’une société multiculturelle qui n’a absolument aucun sens, et que je refuse.

    "Il faut avoir le courage de dire aujourd’hui que la manière dont un certain nombre de musulmans envisagent la vie en société pose problème aux Français.

    "Pas seulement l’islam radical et l’agression constante qu’il fait peser sur notre société et notre mode de vie : celui-là n’a pas sa place dans notre territoire, ni dans d’autres sociétés. Mais bien l’islam « tout court », si l’on peut dire. Dans la mesure où ses déclinaisons sociales et politiques entrent en collision avec les principes fondateurs de notre société, en tous cas avec notre mode de vie. Non pas qu’il faille empêcher les musulmans de croire et de pratiquer leur religion dans des conditions décentes. Mais nos conceptions respectives de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, de la dignité humaine et de la laïcité sont si différentes que les Français ne comprennent plus aujourd’hui comment la vie commune, sans changement, est encore possible.

    "Parallèlement, je suis convaincu que notre pays aurait tout à gagner à se réapproprier collectivement notre culture de référence qui est chrétienne. La partager, ce n’est pas refuser la différence. C’est simplement affirmer qui nous sommes et se respecter soi-même. C’est être enraciné ; c’est être debout.

    "La liberté, l’égalité et la fraternité sont des concepts dont l’origine est chrétienne. C’est au nom de cette culture que nous sommes fondés à exiger le respect de ce que nous sommes, pour peu que nous commencions par nous respecter nous-mêmes.

    "La France est un pays de tradition chrétienne, comme toute l’Europe. C’est une vérité historique. Dire cela, ce n’est pas refuser l’autre. C’est la condition de toute intégration. La France n’a pas vocation à devenir un pays musulman, ni un pays multiculturel." (intervention de Jean-Frédéri, député Les Républicains et président du Parti Chrétien Démocrate   dans Valeurs Actuelles)

     

     - La destruction de la langue française:

    · La réforme de l'orthographe:

    "Plutôt que d'essayer de faire progresser les élèves en orthographe, on change l'orthographe. On a effacé le problème au lieu de le prendre à bras-le-corps. C'est comme si pour l'histoire de France, on disait: «Comme il est trop difficile de retenir des dates, on va les supprimer». Ça n'a pas de sens.

    "Cette simplification pourrait aider les francophones ou du moins les étrangers à apprendre le français. Mais il ne faut pas être dupe, toute langue a ses difficultés. L'anglais a une prononciation extrêmement difficile par exemple. Il y a plusieurs graphies pour un seul son et plusieurs sons pour une seule graphie. Mais les anglais n'ont pas réformé leur langue pour nous. Ni même les allemands. Ils n'ont pas supprimé leurs déclinaisons sous prétexte que c'était difficile à apprendre pour les étrangers.

    "La langue est notre plus grand dénominateur commun. C'est important de se retrouver là-dessus. C'est une valeur refuge. On est dans une société qui est un peu perdue, qui cherche ses repères et la langue française fait partie de notre identité. L'orthographe est aussi un code social. Bien écrire à quelqu'un, c'est le respecter et faire acte de bonne manière. En fait, l'orthographe dit beaucoup de choses de notre société, de notre culture". (interview de Julien Soulié dans Le Figaro)

    · La réforme des règles de vocabulaire et de grammaire:

    l'écriture inclusive - "Le français est une langue libre, hospitalière, qui a de l’allure. Elle respire. Elle a sa propre histoire, son jardin d’herbes folles. De nombreux écrivains, comme Stéphane Mallarmé, Raymond Roussel ou Antonin Artaud, se sont amusés à la triturer. Les surréalistes, Breton ou Aragon, écrivaient une langue limpide, ils n’ont pas commis d’attentat contre la grammaire. Cette langue n’a pas empêché non plus de nombreuses femmes de l’habiter, de Madame de La Fayette à Simone de Beauvoir. 

    "Pourquoi vouloir introduire avec l’écriture inclusive une police générale du langage ? L’écriture inclusive est, elle, une norme qu’on veut opposer à une autre norme. Un absolutisme navrant. Un avatar dégradé du déconstructivisme des années 70.

    "Cette querelle autour de l’écriture inclusive est le symptôme d’enfants gâtés de démocraties saisies par la tentation suicidaire, la France, avec l’écriture inclusive, est atteinte de cet étrange tropisme de vouloir compromettre et mutiler ce qui ne marche pas si mal. Sous prétexte d’égalitarisme, une forme de nihilisme est à l’œuvre." (Marc Lambron, académicien, dans Libération)

    l'accord de proximité - "Dans une tribune publiée sur le site Internet Slate.fr, 314 professeurs de français font savoir qu'ils renoncent à enseigner la règle grammaticale selon laquelle le masculin l'emporte sur le féminin. Pour se justifier, ils avancent que la règle est - relativement - récente, puisqu'elle date du XVIIe siècle et qu'elle pousse ceux qui l'utilisent à promouvoir un stéréotype selon lequel l'homme serait supérieur à la femme.

    "À la place, ces enseignants souhaitent privilégier l'accord “de proximité”, c'est-à-dire que les les adjectifs et participes passés avec le substantif le plus proche. Ce qui donnerait par exemple, comme le citent les auteurs de ce manifeste : “On peut aller sur le lac, en bateaux à vapeur ou petits-bateaux, et visiter les coteaux et montagnes voisines” (Dr Linarix, Guide pratique de la Savoie et Haute-Savoie médicale et pittoresque, 1896).

    "À l'heure où le langage SMS se généralise et où les fautes d'orthographe se font plus fréquentes, ce projet, qui n'a évidemment reçu l'assentiment de personne ni dans les rangs de l'Académie française ni au ministère de l'Education nationale, risque seulement d'embrouiller un peu plus les élèves. Que se passera-t-il quand ils changeront d'enseignant ? Devront-ils changer de règle chaque année ? Et le jour du baccalauréat, que se passe-t-il si un tenant de l'une des deux règles voit passer une copie qui utilise l'autre ? Autant de questions qui restent en suspens…" ("Valeurs Actuelles")

     

    Y'a pas bon, bwana... Gnia !

     

     

     

    Bon, je sens que je m'énerve...

    Y'a pas bon, bwana... Gnia !

    ...mais peut-être que je n'aurais pas du reprendre trois ou quatre fois des bolognaises "mouton/merguez/ras-el-hanout" hier soir avant d'aller me coucher, et d'avoir peut-être un tout petit peu forcé sur le Sidi-Brahim pour faire glisser...

    C'est ça ?

                         C'est ça...!

     

    « PPDA 05Arithmétique inclusive »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    jean-marc
    Mercredi 8 Novembre à 19:05

    Remarquable plaidoyer!

      • Mercredi 8 Novembre à 21:10

        Merci...  ! money

         

    2
    Dithyrambe
    Mercredi 8 Novembre à 21:10

    En dehors de l'intérêt du texte, je dis merci à Julien Soulié et à vous-même pour

    "La langue est notre plus grand commun dénominateur".

    Je ne supporte plus d'entendre des tas de cons prétentieux  (même Laurent Wauquiez s'y est mis le mois dernier) parler de "plus petit dénominateur commun", sauf, évidemment, s'ils parlent d'eux.

      • Mercredi 8 Novembre à 21:17

        C'est un article que je trainais depuis quelque temps et que je ne savais pas trop sous quelle forme publier...

        "La destruction de la langue française" et les délires de cette faune hautaine et méprisante a servi de "déclencheur": si "on" nous abime ça aussi plus rien ne retiendra ces crapules arrogantes.

         

    3
    Jeudi 9 Novembre à 09:28

    Oui, l'homme blanc a apporté une grande partie  de la civilisation et s'il a dominé (c'est ce qu'on lui reproche) c'est pour cette raison. Le texte de Mélenchon prouve en fait qu'il est raciste.

      • Jeudi 9 Novembre à 15:11

        Tant qu'on aura des mélenchons, des danièlobonos ou des saïdbouamamas et des houriabouteldjas que certains appellent des "idiots utiles" mais qui sont les véritables manipulateurs d'une opinion de moins en moins publique (j'espère !!!) on n'est pas sortis de la couscousserie...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :