•  

    "This Has Gotta Stop"

     

    En 2020, il avait déjà sorti "Stand and Deliver", pour dire son opposition aux masques et au confinements liés à la "pandémie" de la COVID19 (SARS-CoV-2, pour montrer son érudition).

    Il récidive dans son combat contre les mesures anti-covid avec "This Has Gotta Stop" où il parle entre-autre sa "mauvaise expérience" avec le vaccin...

    Eric Clapton, puisqu'il s'agit de lui, avait déclaré publiquement qu'il refuserait de jouer dans une salle qui exigerait un passe-sanitaire.

    Mais, bah... On ne peut pas dire que les grandes stations de radio, nationales ou périphériques, vont nous rabattre les oreilles avec ça, jusqu'à nous informer subrepticement que c'est la chanson préférée des français...

       
     
     

    This has gotta stop
    Enough is enough
    I can’t take this BS any longer

    It’s gone far enough
    If you wanna claim my soul
    You’ll have to come and break down this door

    I knew that something was going on wrong
    When you started laying down the law

    I can’t move my hands
    I break out in sweat
    I wanna cry
    Can’t take it anymore

    This has gotta stop
    Enough is enough
    I can’t take this BS any longer

    It’s gone far enough
    If you wanna claim my soul
    You’ll have to come and break down this door

    I’ve been around
    Long long time
    Seen it all
    And I’m used to being free

    I know who I am
    Try to do what’s right
    So lock me up and throw away the key

    This has gotta stop
    Enough is enough
    I can’t take this BS any longer

    It’s gone far enough
    If you wanna claim my soul
    You’ll have to come and break down this door

    Thinkin’ of my kids
    What’s left for them
    And then what’s coming down the road

    The light in the tunnel
    Could be the southbound train
    Lord, please help them with their load

    This has gotta stop
    Enough is enough
    I can’t take this BS any longer

    It’s gone far enough
    If you wanna claim my soul
    You’ll have to come and break down this door

    This has gotta stop
    Enough is enough
    I can’t take this BS any longer

    It’s gone far enough
    If you wanna claim my soul
    You’ll have to come and break down this door

       (This door)
       (This door)
       (This door)
       (Break down this door)

       (This door)
       (This door)
       (This door)
       (Break down this door)

     

    Cela doit s’arrêter
    Trop c’est trop
    Je ne peux plus supporter ces conneries

    C’est allé trop loin
    Si vous voulez réclamer mon âme
    Vous devrez venir enfoncer cette porte

    Je savais que quelque chose n’allait pas
    Quand vous avez commencé à faire la loi

    Je ne peux pas bouger mes mains
    Je transpire à grosses gouttes
    Je veux pleurer
    Je n’en peux plus

    Il faut que ça cesse
    Trop c’est trop
    Je ne peux plus supporter ces conneries

    C’est allé trop loin
    Si vous voulez réclamer mon âme
    Vous devrez venir enfoncer cette porte

    J’ai été dans le coin
    Longtemps, longtemps
    J’ai tout vu
    Et j’ai l’habitude d’être libre

    Je sais qui je suis
    J’essaie de faire ce qui est juste
    Alors enfermez-moi et jetez la clé

    Il faut que ça s’arrête
    Trop c’est trop
    Je ne peux plus supporter ces conneries

    C’est allé trop loin
    Si vous voulez réclamer mon âme
    Vous devrez venir enfoncer cette porte

    Je pense à mes enfants
    À ce qu’il leur reste
    Et à ce qui les attend sur la route

    La lumière dans le tunnel
    Pourrait être le train vers le sud
    Seigneur, aidez-les avec leur fardeau

    Cela doit s’arrêter
    Trop c’est trop
    Je ne peux plus supporter ces conneries

    C’est allé trop loin
    Si vous voulez réclamer mon âme
    Vous devrez venir enfoncer cette porte.

    Cela doit cesser
    Trop c’est trop
    Je ne peux plus supporter ces conneries

    C’est allé trop loin
    Si vous voulez réclamer mon âme
    Vous devrez venir enfoncer cette porte

       (Cette porte)
       (Cette porte)
       (Cette porte)
       (Briser cette porte)

       (Cette porte)
       (Cette porte)
       (Cette porte)
       (Enfoncer cette porte)

         

     

    Pour rappel... ou pour information :

     

     

     


    10 commentaires
  •  

    C'est aujourd'hui le dimanche 22 août.

    Nous savons tous qu'il s'agit de la "journée internationale de commémoration des personnes victimes de violence en raison de leur religion ou de leurs convictions"...

    Mais pour apporter un peu d'insouciance et de légèreté en cette journée de piété et de ferveur universelles et de pardons réciproques, j'avais souhaité proposer soit :

    • une analyse du livre consacré aux confidences secrètes de la maman de Emmanuel Macron (" Brigitte n'est pas une belle-fille, c'est une amie.")...

    • une chanson...

    J'ai choisi une chanson :

     

     

    Dans mon aéroplane blindé

    Jacques Higelin (1979)

     

    Que les amateurs de prodiges,
    La fleur du meeting aérien,
    Tout le gratin de la voltige
    Gardent leurs casques à la main
    Je vais sur l'heure exécuter
    Malgré ma sainte horreur du vide
    Quelques figures intrépides
    Dans mon aéroplane blindé.

    Suis-je distrait...!
    Moniteur, s'il vous plaît
    À quoi peut bien servir un manche à balai ?
    Qu'est-ce que j'ai dit qui vous fait cet effet ?
    Le fait que je m'effraie d'affronter
    Dans la cabine de pilotage
    Tous ces cadrans, tous ces leviers,
    Qui semblent narguer mon courage
    Juste au moment de démarrer...
    (C'est parti...)
    Mon dieu quel furieux décollage
    (Planquez tout, fou dang'reux !)
    Dans un rouleau de barbelés
    (N'en jetez plus, c'est assez...)
    Pendu au train d'atterrissage
    (J'en suis toute retournée...)
    Quelques curieux décapités
    (Quel carnage mes aïeux !)
    Malgré ce sérieux handicap
    (Oh, mon glorieux coucou...)
    On vas s'taper un p'tit rase-motte
    (On s'amuse comme des fous !)
    Bilan : trois cents kilos d'carottes
    (Épluchées d'un seul coup !)
    Mon copilote a une attaque
    (Sauve qui peut, lâchez tout...)
    Il a gerbé tout son ragoût
    Sur les g'noux d'un sapeur-pompier
    Dont on s'demande bien ce qu'il fout, hein ?
    Dans mon aéroplane blindé
    Allez sortez, sortez ou alors sifflez
     
    Dans mon aéroplane blindé,
    Un déluge providentiel
    Fait que deux belles effarouchées
    Cherchent refuge sous mes ailes.
    Attention les gamines pour le vol du bourdon
    Va y'avoir du frisson dans l'échine.
    À fond les gaz, on attaque un looping
    Juste à la sortie du grand canyon,
    Hostie d'calice j'ai comme la sensation
    D'être un chewing-gum au fond d'un lance-pierres
    Manekenpiss, v'là qu'on r'part en arrière...!
    Z'ont dû monter l'hélice à l'envers
    Dans mon aéroplane blindé.
     
    Y'a qu'à moi qu'ces trucs-là arrivent.
    Jamais vu ça même au ciné
    C'est l'overdose de la dérive
    V'là qu'le moteur a des hoquets
    Une merveille de technique
    Pour les chandelles et les piqués,
    Surtout pas de cris hystériques
    (Grosse brute !)
    J'avais prévu en cas de chute
    Quelques coupons de toile de jute
    Pour me servir de parachute.
    Qu'est-ce qu'elles ont toutes à ricaner ?
    Ah oui la terre se rapproche
    À la vitesse d'un "grand V".
    Prêt pour la dernière taloche...!
     
    Sous sa fragile sépulture de toile et de tôle éventrée
    Gît un héros de l'aventure dans son aéroplane

    Blindé.
     
     
     
     
    "Eh Monsieur, dessine-moi une chèvre,
     Eh Monsieur, dessine-moi une chèvre"
    "Tu vois pas que j'suis occupé non,
      Pourquoi faire ? Hein !"
    "Pour mon mouton, tiens !"

     

     


    4 commentaires
  •  

    - La France...

    - Hein ?

    - La France : "Marie la France" !

    - Ah... Ouais... OK, OK...

    Marie la France...!

     

    "Marie la France" - Philippe Clay (1974)
     
    Marianne aux yeux couleur du temps
    Marie la France
    T'en as vu passer des amants
    Marie la France
    Depuis qu'un beau jour de juillet
    T'as eu l'idée de t'éclater
    A la Bastille
    Tu leur ouvrais ton cœur, tes bras
    Marie la France
    Et ton lit tout grand chaque fois
    Marie la France
    Ils te faisaient un brin de cour
    Toi, tu t' couchais pour faire l'amour
    Comme une fille

    Marie la France
    Tu t'es déjà mariée cinq fois
    T'as été cocue chaque fois
    Ca n' t'a jamais servi d' leçon
    Maintenant encore, il s'rait question
    Qu' tu t' remaries
    Tu veux qu' j' te dise, t'as trop bon cœur
    Marie la France
    Et comme tu n' peux pas vivre seule
    Marie la France
    Deux sous d' lilas, un p'tit vin blanc
    Tu t' fais avoir aux sentiments
    T'es trop bonne fille
        Marianne aux yeux couleur du temps
    Marie la France
    T'en as connu des sales moments
    Marie la France
    Tu t'en es toujours bien tirée
    Tu ne vas pas t' laisser aller
    J' te fais confiance
    Même si les temps sont difficiles
    Marie la France
    Pas question qu' tu fasses l'imbécile
    Marie la France
    Qu' tu t' mettes à crier "Sauve qui peut !"
    Parce que ça n' va pas comme tu l' veux
    Faut pas qu' tu flanches

    Marie la France
    Tu le sais bien, quand ça va mal
    Quand tu n'as plus du tout l' moral
    Il y a toujours sur ton chemin
    La foule des bons samaritains
    Pour ta défense
    Leurs mouchoirs pour te consoler
    Marie la France
    Et puis leurs bras pour t'appuyer
    Marie la France
    Ils sont tous là pour t' protéger
    Mais comme on l'entend du côté
    D' Pigalle et Blanche
       
    Marianne aux yeux couleur du temps
    Marie la France
    Tu sais c' qui m' f'rait plaisir vraiment
    Marie la France
    C'est qu'avant d' leur laisser la peau
    Tu dises à tous ces gigolos
    D'aller s' faire pendre
    Tu étais riche, tu n'as plus rien
    Marie la France
    Et pour tes enfants morts pour rien
    Marie la France
    Si tu faisais l' tour des cimetières
    C'est bientôt le tour de la Terre
    Qu'il faudrait faire
    Marie la France

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

    Graeme Allwright - Suzanne (1967) (Leonard Cohen)     


      

    Suzanne t'emmène écouter les sirènes
    Elle te prend par la main
    Pour passer une nuit sans fin
    Tu sais qu'elle est à moitié folle
    C'est pourquoi tu veux rester
    Sur un plateau d'argent
    Elle te sert du thé au jasmin
    Et quand tu voudrais lui dire
    Tu n'as pas d'amour pour elle
    Elle t'appelle dans ses ondes
    Et laisse la mer répondre
    Que depuis toujours tu l'aimes


    Tu veux rester à ses côtés
    Maintenant, tu n'as plus peur
    De voyager les yeux fermés
    Une flamme brûle dans ton cœur

       

    Il était un pêcheur venu sur la terre
    Qui a veillé très longtemps
    Du haut d'une tour solitaire
    Quand il a compris que seuls
    Les hommes perdus le voyaient
    Il a dit qu'on voguerait
    Jusqu'à ce que les vagues nous libèrent
    Mais lui-même fut brisé
    Bien avant que le ciel s'ouvre
    Délaissé et presque un homme
    Il a coulé sous votre sagesse
    Comme une pierre


    Tu veux rester à ses côtés
    Maintenant, tu n'as plus peur
    De voyager les yeux fermés
    Une flamme brûle dans ton cœur

       

    Suzanne t'emmène écouter les sirènes
    Elle te prend par la main
    Pour passer une nuit sans fin
    Comme du miel, le soleil coule
    Sur Notre Dame des Pleurs
    Elle te montre où chercher
    Parmi les déchets et les fleurs
    Dans les algues, il y a des rêves
    Des enfants au petit matin
    Qui se penchent vers l'amour
    Ils se penchent comme ça toujours
    Et Suzanne tient le miroir


    Tu veux rester à ses côtés
    Maintenant, tu n'as plus peur
    De voyager les yeux fermés
    Une blessure étrange dans ton cœur.

                 
     Si, comme moi, vous êtes parfois interrogé sur l'origine et le sens des paroles de cette chanson... j'ai trouvé ça, ici.

    Les chansons d'amour les plus marquantes ont souvent des histoires qui le sont d'avantage.. A l'instar de "Suzanne",  adaptation française par Graeme Allwright du titre original "Suzanne" issu d'un poème du canadien Léonard Cohen "Suzanne Takes You Down".

    L'histoire de cet artiste aux multiples casquettes avec cette fameuse "Suzanne Verdal" est assez spéciale, se rapprochant de la fascination, de la connexion parfaite au-delà même du cœur et du corps, mais pourtant jamais consommée. Elle confira sur cette relation : "Nous n'avons jamais été amants sur un plan physique s'entend, c'était beaucoup plus profond que cela. Vous savez combien Leonard est un homme sexuel ! Il est très attirant pour les femmes et je ne voulais pas être une de plus dans la foule".

    Suzanne était une danseuse hippie, épouse de l'un des amis sculpteurs avec qui Léonard a eu une complicité hors normes à la limite du spiritisme. Même si les deux époux se sont séparés par la suite, nos deux âmes connectése ne se sont pour autant jamais mis ensemble. Ils se reverront un jour chez la dame, où elle le recevra avec une grande hospitalité et lui servira ce fameux thé dont il traite dans le texte de la chanson "Je touchais son corps parfait par l'esprit". Il ne se réapercevront qu'une seule fois, et ne se reverront plus jamais.

    Suzanne

    Les droits d'exploitation du titre ont été volés à l'artiste canadien qui n'a pas reçu un sous pour son art.

    Cela n'a pas remis en cause le succès du titre qui a même été repris des dizaines de fois par de grands noms de la musique, à l'exemple de Sylvie Vartan, Françoise Hardy, ou encore Maurane en duo avec Graeme Allwright, et en 2018 par Nolwenn Leroy.

    "... it will be wrong to be rich with this tune ." 

     

    Suzanne takes you down to her place near the river / You can hear the boats go by / You can spend the night beside her / And you know that she's half crazy / But that's why you want to be there / And she feeds you tea and oranges / That come all the way from China / And just when you mean to tell her / That you have no love to give her / Then she gets you on her wavelength / And she lets the river answer / That you've always been her lover

    And you want to travel with her / And you want to travel blind / And you know that she will trust you / For you've touched her perfect body with your mind.


    And Jesus was a sailor / When he walked upon the water / And he spent a long time watching / From his lonely wooden tower / And when he knew for certain / Only drowning men could see him / He said "All men will be sailors then / Until the sea shall free them" / But he himself was broken / Long before the sky would open / Forsaken, almost human / He sank beneath your wisdom like a stone

    And you want to travel with him / And you want to travel blind / And you think maybe you'll trust him / For he's touched your perfect body with his mind.


    Now Suzanne takes your hand / And she leads you to the river / She is wearing rags and feathers / From Salvation Army counters / And the sun pours down like honey / On our lady of the harbour / And she shows you where to look / Among the garbage and the flowers / There are heroes in the seaweed / There are children in the morning / They are leaning out for love / And they will lean that way forever / While Suzanne holds the mirror

    And you want to travel with her / And you want to travel blind / And you know that you can trust her / For she's touched your perfect body with her mind.

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    Roger Mason "Le blues de la poisse"

    Extrait d'une émission de télévision des années 70 animée par Philippe Bouvard, Roger Mason était l'invité ..

     

     

    Mais, ça c'était avant,

    maintenant...

    ... question poisse (ou pas) y'a aussi ça !

     

     


    votre commentaire
  •  

    en ces temps déraisonnables...

    ...ça peut pas faire de mal non plus !

    "France fille aînée de l'Eglise"

    Jean-Yves-Marie Tourbin

    Juste pour faire mentir Marion Maréchal-"Le Pen" ("la France va passer de la fille ainée de l'église catholique à la petite nièce de l'Islam") et Nicolas L. ("Cela fait longtemps que les Français ne souhaitent plus entendre parler de la France comme de la fille aînée de l'Église. Les voilà exaucés : elle est désormais fille cadette de l'Oumma"), et pour taquiner Sa Sainteté François Ø (*)

    Si ça fait pas de bien...

    (*) à gauche (aussi) sur la photo

     

     


    9 commentaires
  •  

    L'Île Saint-Louis...

    "Une des plus belles chanson de Jean-Pax MEFRET, journaliste et auteur/compositeur, sur la désillusion éprouvée par ceux qui ont pu croire aux paradis marxistes vantés par les élites des années 60/70 ... dont ne subsistent que les charniers un peu partout dans le monde. Des millions de morts ... URSS, Cambodge...." (extrait d'une des présentations de la chanson)

     

    L'Île Saint-Louis 

    Elle fume toujours des Camel

    Quand elle remonte Saint Michel.

    Elle a les yeux qui s'ennuient

    Aux reflets de l'île Saint-Louis.

    "Sous les pavés, y'a la plage"...

    Elle aimait bien cette image

    Quand elle désertait la fac

    Pour courir rue Gay-Lussac.

     

    Elle ne chantait que des chansons de Dylan,

    Elle ne parlait que de la guerre du Vietnam,

    Elle transformait les restos en amphis,

    La nuit, sur l'île Saint-Louis.

     

    San Francisco, Katmandou,

    Woodstock, Hanoï et Moscou,

    C'était sa géographie,

    Ses frontières, toute sa vie,

    Quand les maisons bleues accrochées aux collines

    La faisaient planer jusqu'au mont de Palestine...

    Manipulation sur fond de mélodie,

    La nuit, sur l'île Saint-Louis.

     

     

     

     Je l'ai rencontrée hier,

    Elle marchait en solitaire,

    Elle avait un peu vieilli,

    Elle avait beaucoup compris.

     

    Fini, le temps du Népal,

    Plus d'œillets au Portugal...

    Là-bas, en Mer de Chine,

    Les boat-people sont nés sous Ho Chi Minh.

     

    Elle a tout raté, elle revient de Corrèze.

    Elle a tout laissé, elle n'écoute plus Joan Baez.

    Certaines chansons ont perdu leur magie,

    Fait gris sur l'île Saint-Louis.

     

    Paradis artificiel,

    Elle s'en va de Saint Michel.

    Elle veut d'autres harmonies...

     

    Mai 68, c'est loin d'ici...

     

     

    "Elle a un peu vieilli, elle a beaucoup compris..."

    combien croient ne pas avoir vieilli et n'ont encore rien compris ?

    ...ou font semblant.

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique