•  Gné ? :Onomatopée plutôt écrite qu'orale, utilisée lorsque qu'on ne capte rien à quelque chose.

     

     

    GNÉ ???

    Bon... c'est peut-être l'âge, la fatigue, la chaleur ou le vin de messe... (ah, oui, en parlant de ça), mais là, j'ai du mal à comprendre ce qui se passe...

    Je m’explique:

    épisode 1 - il y a un certain temps...

    Le dénommé Macron, conseiller-principal-en-chef à Pôle-Emploi et célèbre marabout addictologue réputé annonçait successivement, du haut de ses fonctions successives de ministre-argentier et de président-gérant-manager de "France S.A.", sans presque reprendre son souffle, que les français·es étaient tout à la fois et en-même-temps ™:

    • des illettré(e)s,

    • des fainéants et des cyniques,

    • des bordéliques,

    • des alcooliques et des tabagiques,

    • des "dealers" et des "choufs",

    etc...

    épisode 2 - juillet 2017:

    le même dénommé Macron, Généralissime en Chef des Armées, se rappelle à ses subalternes de tous grades, Armée et Gendarmerie, à peu près dans ces termes:

    — "Je suis votre chef.. Gâârd'vou... Vous êtes à partir de maintenant aux arrêts dans vos casernements... toutes les permissions sont suspendues... Repos... Rompez les rangs... Bordel à cul de pompe à merde !"

    épisode 3 - mai 2018:

    Un commandant de Gendarmerie déclare, comme une allégorie, et croyant se faire bien voir de son Chef-Suprême en abondant sans son analyse de la société, que certains guyanais seraient:

    • "une faune exceptionnelle de singes hurleurs lançant autant de jurons que de parpaings pour marquer leur territoire, des petits caïmans trempant jour et nuit dans l’alcool et entourés de plantes euphorisantes"

    • "des paresseux très nombreux dont la réactivité et l’envie de travailler n’ont d’égal que les résultats qu’ils obtiennent"

     

    Alors que le premier a été globalement glorieusement glorifié par la presse pour la sincérité de son "parler vrai" sans langue de bois, le second se voit unanimement clouer au pilotis des cabanes-bambous de Guyane !

     

    Y a quéqu'chos' qui cloch' là-d'dans... J'y retourne immédiat'ment !

     

    JE SUIS VOTRE CHEF...!

    On note immédiatement que les sujets abordés sont sensiblement les mêmes: territoires, alcool, drogue, trafics et désœuvrement...

    On note bien que les mots utilisés par le gendarme font preuve de plus d'originalité, de richesse, de pittoresque, de suggestivitude  et de drôlerie que celle de son/notre maître en toutes choses, mais de là à le blâmer et à trouver que c'est "choquant, intolérable, inacceptable et inadmissible" qu'un simple officier de Gendarmerie du Val-de-Marne ait un vocabulaire plus riche et plus imagé qu'un chef d'état omnipotent et discrétionnaire ?

    On note aussi que le premier s'adressait à des "gens qui ne sont rien" (pour reprendre une autre de ses expressions), éparpillés aux quatre coins de l'Hexagone, dans des territoires dont on n'entend parler que par leurs spécialités gastronomiques et pour leurs coutumes folkloriques rigolotes quand on est en vacances, alors que le deuxième parlait de populations insulaires exotiques ayant tout sacrifié et tout apporté au monde occidental, et ayant souffert -et souffrant encore- de la domination et du mépris sous le joug des anciens gaulois; mais je ne vois pas le rapport.

    Alors, c'est vrai, je ne comprends pas ce retournement de situation et de veste réunies de la part de la presse, habituellement si sure de détenir La Vérité Universelle et Définitive... ce qui fait que maintenant on va hésiter à traiter quelqu'un de paresseux ou de singe hurleur...

    Gné ? hé hé !!!

     

    Gné ? hé hé !!!

    Ou alors... Y a encore quéqu'chos' qui cloch' là-d'dans... J'y retourne immédiat'ment !

     

     

     

    Au fait...

    Appi beurdai mystère prézident...

     

    GNÉ ???

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • L’OLRA,

    nouvelle association de lutte contre le racisme anti-blanc

    Un groupement vu d’un mauvais œil par les militants anti-racistes, et pour cause.

     

    O.L.R.A.

     

    Présentation de l'organisation sur son site ...

    "Nous considérons que ne pas nommer les choses ne fait qu’aggraver le problème, nuit à l’ensemble de la société et détériore les relations sociales. Le racisme anti-blanc est bel et bien réel, et l’absence de ce sujet dans la sphère médiatique entretient l’inaction dans le champ politique. Le déni dont ce problème fait l’objet empêche de travailler à sa résolution, alors même qu’il existe de nombreuses solutions susceptibles d’endiguer le phénomène. En outre, lorsque le sujet est abordé dans les médias et par les différents acteurs politiques, la peur de "faire le jeu de l’extrême droite" paralyse les débats. Il s’agit pourtant d’un problème d’envergure nationale, qui transcende tous les partis."

    "Nous observons que depuis une vingtaine d’années, cette forme de racisme est en pleine expansion dans la société française, mais aussi en Europe et plus largement dans l’Occident"...  "[nous voulons] faire reconnaître, en lui donnant une tribune et une visibilité, cette forme de discrimination particulièrement insidieuse qu’est le racisme anti-blanc..."

    O.L.R.A.

    copie d'écran du site

    ...ce qui semble hérisser le poil de toute la bobosphère qui va, récitant ses leitmotivs récurrents, à savoir que:

    "le "racisme anti-blanc" n'est pas un racisme "systémique" qui "va au-delà d’un cas d’agression isolée en ce qu’il va s’inscrire dans des structures sociales, y compris dans les services de l’État et avoir un impact sur les conditions de vie des personnes" (ouf)

    "il ne s’agit ainsi pas d’une expérience de masse, puisqu’elle est moins répétitive que le racisme qui s’applique aux minorités et qu’elle ne se matérialise pas par une privation de droits ou d’accès à une ressource" 

    "une partie des personnes qui ne sont ni immigrées ni des enfants d’immigrés qui déclarent avoir subi des propos racistes ont en réalité été traitées de ‘sales racistes"

    et porte, comme à son habitude, des jugements a-priori:

    "Beaucoup pensent d’abord à une blague, d’autres dénoncent un rassemblement identitaire français qui ne dit pas son nom. Car, et l’organisation le sait, les termes de "racisme anti-blanc" sont régulièrement critiqués par les militants anti-racistes : pour ces derniers, il n’existe tout simplement pas.../...Les termes "racisme anti-blanc" sont régulièrement utilisés par des sites conservateurs et identitaires français, tels que laicite-republique.com, fdesouche.com – pour "Français de souche" -, ou encore le Front national. Et sur le site de l’OLRA, dans la rubrique "Actualités" censée répertorier les cas de racisme anti-blanc dans la presse, ce sont ces mêmes sites que l’on retrouve en guise de sources..."

    etc...

    Cette vidéo de présentation a été "sanctionnée" par Youtube en la supprimant de sa plateforme, à la grande joie de certains partisans de la liberté à outrance, (ils sont également ravis et fiers, les fins limiers,  d'y avoir "reconnu", avant sa suppression, Laurent de Béchade, "membre de la famille de Béchade, issue de la noblesse française"... alors que son nom figure en toutes lettres dans la présentation de l'Organisation !!!)

     

    O.L.R.A. vous connaissez ?

     

    ...alors que certains sites d'information (comme par hasard, ceux visés par le"président" Macron, comme RTfrance) font preuve de beaucoup plus de finesse d'analyse:

    "Si l'OLRA combat spécifiquement les agressions et discriminations ciblant les Blancs, elle refuse une orientation qui la placerait sur la ligne identitaire, assurant d'ailleurs qu'il existe une vraie diversité parmi [ses] membres actifs, que ce soit dans leurs engagements, leurs idées, leur religion ou leur couleur de peau". Mais tout le monde ne semble pas de cet avis : sur Twitter, un certain nombre d'internautes reprochent d'ores et déjà à l'association d'inventer une forme de racisme qui n'existerait pas et de surfer sur un supposé fantasme forgé par l'extrême droite...."

    pour sa part, le site BreizhInfo présente cette association avec toute la retenue souhaitable:

    "C’est le travail mené par les Identitaires, et notamment les Jeunesses Identitaires, au début des années 2000 qui a permis d’imposer le concept de racisme anti-blanc (suite notamment aux agressions dont étaient victimes des Français de souche, dans des cités, ou à l’occasion des émeutes en banlieue parisienne). Gérald Pichon, auteur de "Sale Blanc, chronique d’une haine qui n’existe pas" a ensuite parfaitement conceptualisé et argumenté sur ce concept.

    "Par la suite, l’émergence des réseaux sociaux, mais aussi le gros travail effectué à l’époque par des médias comme Fdesouche, Novopress, et dans la foulée un semblant de « libération de la parole » chez quelques politiques et intellectuels, a obligé porter le sujet sur le devant de la scène, les faits et les images ne pouvant plus être niés, au grand dam des belles âmes de gauche qui voulaient à tout prix réserver le racisme aux populations extra européennes.

    "L’OLRA – qui se déclare laïc et apolitique  – sait toutefois qu’elle a beaucoup de pain sur la planche, pour faire reconnaître ce racisme, qui touche pourtant de plus en plus de Français de souche, agressés ou humiliés pour ce qu’ils sont, dans leur propre pays...."

     

    liens

    https://www.olra-asso.org/

    https://www.facebook.com/AssociationOLRA/

    https://twitter.com/OLRA_asso

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • dernières nouvelles de chez Delphine (ça date de 2 ou 3 jours)

     

    France Télévisions procédera l'an prochain à un rafraîchissement de son "identité visuelle" komondi: les nouveaux logos ont été déposés auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI).

    Les couleurs attribuées aux chaînes évolueraient sensiblement selon des observateurs perspicaces:. France 3 adopterait un bleu plus clair, le violet de France 4 serait plus foncé, tandis que le vert de France 5 devient presque fluorescent.

    Ce serait , selon les spécialistes des logos Un signe de modernité. Les couleurs restent sensiblement les mêmes et les chaînes ne changent pas de nom, mais ce point symboliserait le numérique et l'ouverture du groupe aux nouveaux modes de consommation de l'information et des divertissements (?...) et, pour certains mauvais esprits, pourrait être un clin d’œil aux adeptes de l'écriture inclusive !

    J'allais oublier un détail:

    coût de l'opération: 240 000 euros, soit la redevance audiovisuelle de 1 740 familles.

    Ce gaspillage tombe pile-poil au moment où Mathieu Gallet, PDG de Radio France, propose à d’instaurer une redevance audiovisuelle automatique et universelle pour payer les nouveaux coûts de l’audiovisuel public… Rappelons que l’État demande 50 millions d'euros d'économies à France-Télévision pour l'année prochaine et que le groupe va devoir supprimer 5 millions d'euros dans le budget de l'information et, accessoirement, que Mathieu Gallet avait dépensé près de 100 000 euros pour retaper son bureau à son arrivée à Radio France...

     

         
       

    Delphine !!!

         

    Ça bouge à la télé.

     
         Avant      Après  
     

     

    240 000 euros plus tard...

    soit un peu plus de 17 années de SMIC,

    ou un studio de plus de 25 m² au prix moyen de l'immobilier à Paris,

    ou une maison de 250 m² entièrement restaurée dans les Cévennes

    ou un séjour A/R à Saint Barth (7 j./8 n.) - hôtel∗∗∗ - repas non compris ...

     

     

     

    Delphine !!!

     

     

     

    pour les rares personnes qui n'auraient pas bien saisi l'allusion,

    et pour ceux qui veulent se rafraîchir la mémoire:

    cliquez sur l'image ci-dessous:

    pour les autres, c'est sur la petite photo tout en bas

    Ça bouge à la télé.

    Ça bouge à la télé.

    (mais non, vous pouvez tous cliquer sur la petite photo...!)

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Lorsque l'enfant paraît 

     

     

     

     

    Jusqu'il y a encore peu de temps, le gentil mari devenu un heureux présumé papa devait se plier à un certain nombre de coutumes plus ou moins ancestrales:

     

    - se mettre frénétiquement à fumer 15 ou 20 cigarettes par le nez et à la fois sur le pas de la porte de la salle d'attente,

    - tourner de l’œil dans la salle d'accouchement, à cause de la chaleur des scialytiques et des odeurs d’éther,

    - se saouler la gueule avec ses copains, avec ses collègues, avec un peu de remords et avec modération,

    - vérifier que la peinture de la petite chambre est bien sèche mais ne commence pas à s'écailler,

    - dévaliser tous les fleuristes dans un rayon de 15 km. pour fleurir la maison avant le retour de bobonne de pupuce,

    - contrôler pour la 783ème fois la date de péremption sur les 138 petits pots déjà ouverts pour en éprouver la qualité,

    - s'ébouillanter le creux du poignet en voulant tenter d'essayer de vouloir contrôler la température du biberon,

    - braquer un camion de transport de boules Quies® pour pouvoir dormir un petit peu tranquille la nuit nom de dieu...

    Il s'ajoute maintenant une nouvelle option très attendue dans les familles:

    - prendre 6 semaines de congés paternité...

    Ça part d'un bon sentiment, la preuve, "40 personnalités masculines" préférées de français et éminemment spécialistes de la question ont signé la pétition initiée par le célèbre mensuel féministe "Causette" (en énormes difficultés financières depuis fin 2016 et ayant dernièrement fait un appel aux dons avant de déposer le bilan) parmi lesquels: Vikash Dhorasoo, Frédéric Beigbeder, David Foenkinos, Magyd Cherfi, Julien Clerc, Mathieu Boogaerts, Vincent Delerm, Jean-Michel Ribes, Jean-Pierre Darroussin, Jacques Bonnaffé, Patrick Pelloux, Laurent Lantieri ou encore Thomas Piketty pour la faire lire à Marlène Schiappa.

    Renseignements pris, cette mesure citoyenne© et gagnante/gagnante© ne vise pas, par priorité, à permettre à ces vigoureux géniteurs  de s'inscrire à des cours d'aqua-gym, ni d'apprendre à tricoter des petits chaussons roses ou bleus comme une vulgaire parturiente en attente de ses retours de couche; il s'agit de:

    1) donner aux papas qui le souhaitent, ou pas, le droit impérieux et le devoir obligatoire de perdre jusqu'à un mois et demi de salaire = LIBERTÉ

    2) mettre sur le même pied de conformité, par rapport au monde du travail (patrons et collègues...) et au monde médical (gynécologue ou andrologue) le parent n°1 et le parent n°2 = ÉGALITÉ

    3) permettre à chacun d'avoir son tour de rôle pour talquer le petit cucul humide ou faire faire le gros rototo baveux = FRATER = SORORITÉ..

    C'est beau le progrès, et ça va simplifier le rôle des employeurs qui n'auront plus qu'un seul discours à tenir face à un demandeur d'emploi de n'importe quel sexe: " Avez-vous des enfants ? -Voulez-vous des enfants ? -Combien ? -Pourquoi ? -Avec Qui? -Dans quelle position ?...", même face à un sympathisant actif ou passif L.G.B.T., depuis que certaines femm.e.s devenu.e.s homm.e.s (ou l'invers.e) peuvent accoucher, comme l'américain.e Trystan Reese, ou que la mèr.e peut devenir pèr.e pendant que le fil.s devient fill.e à la manière de Eric et Corey toujours aux U.S.A. (Seul.e.s, les drag-queens et les bears ne sont peut-être pas encore concernés par cette réforme mais, même avec une large ouverture d'esprit, je ne vois ni l'un.e ni l'autr.e dans une étude d’huissiers ou une entreprise de pompes-funèbres, mais c'est surement un préjugé ridicule...)

    Un autre problème, pourtant assez voisin, semble toutefois avoir été négligé par nos experts spécialistes, celui des règles douloureuses: alors que certaines femmes pourraient bénéficier d'un "congé menstruel" ou "dysménorrhéique" de deux jours par mois, pourquoi en priver leur conjoint ou compagnon, salarié ou non dans la même société ou entreprise, peut-être pas à la même date mais plutôt avec un certain décalage quand la période de "sautes d'humeur" est écartée. En plus, ça détendrait l’atmosphère dans les ateliers ou sur les chantiers...

    Quoi-qu'il en soit, il est (peut-être (ou pas)) rassurant et encourageant de constater qu'aucun progrès n'est impossible et qu'aucune bête au monde ne saurait faire ce que l'on est en train de faire et le cercle de néo-famille peut enfin applaudir à grands cris, une pierre de plus vient d'être posée au monument dédié à la "théorie du genre qui n'existe pas" et à l'indifférenciation générale dans l'indifférence générale... Mais non, suis-je bête et nauséabond: c'est parce-que "Cela serait un signal fort pour l’égalité femmes-hommes et pour le bien-être de la société dans son ensemble" et que "Cela permettrait également de limiter l’impact de la maternité sur la carrière des femmes. Si les hommes s’investissent autant que les femmes dans la prise en charge des enfants, alors celles-ci seront moins pénalisées professionnellement. À l’embauche et dans la progression de leur carrière." (c'est écrit dans "le Monde".)

     

    Et pour terminer, quelques conseils aux pamans et mapas new-style, on sait jamais...

    Lorsque l'enfant paraît

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Monsieur et Madame...

     

    Monsieur et Madame...

    ou "monsieur et monsieur" ou "madame et madame"... ça va de soi.

    - monsieur et madame "Martel" ont un fils... comment qu'ils l'appellent ?

    - "Charles" ?

    - mauvaise réponse de la part d'un mauvais esprit !

     

    Mais par contre, si siyed et sayyida "•••••••••" (*) ont un fils et qu'ils l'appellent "Jihad", ça peut le faire sans trop de problème... La preuve, d'après un hebdomadaire bien pensant, il y aurait actuellement 800 petits ou petites Jihad en Fran dans l'Hexagone (bien que les services de l’État Civil admettent que... "ce prénom, fortement connoté est contraire à l’intérêt de l’enfant...", même si -forcément- "ce terme n'a aucune connotation péjorative: le jihad est une vertu de la foi, une forme d'effort spirituel et de maîtrise de soi, rien à voir avec la guerre sainte..."

    Monsieur et Madame...

    Monsieur et Madame...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (*) le nom a été flouté pour des raisons de sécurité

     

    Dicton du jour:

    A la saint Jihad, pars en croisade mais fais gaffe aux embuscades.

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique