• Lorsque l'enfant paraît 

     

     

     

     

    Jusqu'il y a encore peu de temps, le gentil mari devenu un heureux présumé papa devait se plier à un certain nombre de coutumes plus ou moins ancestrales:

     

    - se mettre frénétiquement à fumer 15 ou 20 cigarettes par le nez et à la fois sur le pas de la porte de la salle d'attente,

    - tourner de l’œil dans la salle d'accouchement, à cause de la chaleur des scialytiques et des odeurs d’éther,

    - se saouler la gueule avec ses copains, avec ses collègues, avec un peu de remords et avec modération,

    - vérifier que la peinture de la petite chambre est bien sèche mais ne commence pas à s'écailler,

    - dévaliser tous les fleuristes dans un rayon de 15 km. pour fleurir la maison avant le retour de bobonne de pupuce,

    - contrôler pour la 783ème fois la date de péremption sur les 138 petits pots déjà ouverts pour en éprouver la qualité,

    - s'ébouillanter le creux du poignet en voulant tenter d'essayer de vouloir contrôler la température du biberon,

    - braquer un camion de transport de boules Quies® pour pouvoir dormir un petit peu tranquille la nuit nom de dieu...

    Il s'ajoute maintenant une nouvelle option très attendue dans les familles:

    - prendre 6 semaines de congés paternité...

    Ça part d'un bon sentiment, la preuve, "40 personnalités masculines" préférées de français et éminemment spécialistes de la question ont signé la pétition initiée par le célèbre mensuel féministe "Causette" (en énormes difficultés financières depuis fin 2016 et ayant dernièrement fait un appel aux dons avant de déposer le bilan) parmi lesquels: Vikash Dhorasoo, Frédéric Beigbeder, David Foenkinos, Magyd Cherfi, Julien Clerc, Mathieu Boogaerts, Vincent Delerm, Jean-Michel Ribes, Jean-Pierre Darroussin, Jacques Bonnaffé, Patrick Pelloux, Laurent Lantieri ou encore Thomas Piketty pour la faire lire à Marlène Schiappa.

    Renseignements pris, cette mesure citoyenne© et gagnante/gagnante© ne vise pas, par priorité, à permettre à ces vigoureux géniteurs  de s'inscrire à des cours d'aqua-gym, ni d'apprendre à tricoter des petits chaussons roses ou bleus comme une vulgaire parturiente en attente de ses retours de couche; il s'agit de:

    1) donner aux papas qui le souhaitent, ou pas, le droit impérieux et le devoir obligatoire de perdre jusqu'à un mois et demi de salaire = LIBERTÉ

    2) mettre sur le même pied de conformité, par rapport au monde du travail (patrons et collègues...) et au monde médical (gynécologue ou andrologue) le parent n°1 et le parent n°2 = ÉGALITÉ

    3) permettre à chacun d'avoir son tour de rôle pour talquer le petit cucul humide ou faire faire le gros rototo baveux = FRATER = SORORITÉ..

    C'est beau le progrès, et ça va simplifier le rôle des employeurs qui n'auront plus qu'un seul discours à tenir face à un demandeur d'emploi de n'importe quel sexe: " Avez-vous des enfants ? -Voulez-vous des enfants ? -Combien ? -Pourquoi ? -Avec Qui? -Dans quelle position ?...", même face à un sympathisant actif ou passif L.G.B.T., depuis que certaines femm.e.s devenu.e.s homm.e.s (ou l'invers.e) peuvent accoucher, comme l'américain.e Trystan Reese, ou que la mèr.e peut devenir pèr.e pendant que le fil.s devient fill.e à la manière de Eric et Corey toujours aux U.S.A. (Seul.e.s, les drag-queens et les bears ne sont peut-être pas encore concernés par cette réforme mais, même avec une large ouverture d'esprit, je ne vois ni l'un.e ni l'autr.e dans une étude d’huissiers ou une entreprise de pompes-funèbres, mais c'est surement un préjugé ridicule...)

    Un autre problème, pourtant assez voisin, semble toutefois avoir été négligé par nos experts spécialistes, celui des règles douloureuses: alors que certaines femmes pourraient bénéficier d'un "congé menstruel" ou "dysménorrhéique" de deux jours par mois, pourquoi en priver leur conjoint ou compagnon, salarié ou non dans la même société ou entreprise, peut-être pas à la même date mais plutôt avec un certain décalage quand la période de "sautes d'humeur" est écartée. En plus, ça détendrait l’atmosphère dans les ateliers ou sur les chantiers...

    Quoi-qu'il en soit, il est (peut-être (ou pas)) rassurant et encourageant de constater qu'aucun progrès n'est impossible et qu'aucune bête au monde ne saurait faire ce que l'on est en train de faire et le cercle de néo-famille peut enfin applaudir à grands cris, une pierre de plus vient d'être posée au monument dédié à la "théorie du genre qui n'existe pas" et à l'indifférenciation générale dans l'indifférence générale... Mais non, suis-je bête et nauséabond: c'est parce-que "Cela serait un signal fort pour l’égalité femmes-hommes et pour le bien-être de la société dans son ensemble" et que "Cela permettrait également de limiter l’impact de la maternité sur la carrière des femmes. Si les hommes s’investissent autant que les femmes dans la prise en charge des enfants, alors celles-ci seront moins pénalisées professionnellement. À l’embauche et dans la progression de leur carrière." (c'est écrit dans "le Monde".)

     

    Et pour terminer, quelques conseils aux pamans et mapas new-style, on sait jamais...

    Lorsque l'enfant paraît

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Monsieur et Madame...

     

    Monsieur et Madame...

    ou "monsieur et monsieur" ou "madame et madame"... ça va de soi.

    - monsieur et madame "Martel" ont un fils... comment qu'ils l'appellent ?

    - "Charles" ?

    - mauvaise réponse de la part d'un mauvais esprit !

     

    Mais par contre, si siyed et sayyida "•••••••••" (*) ont un fils et qu'ils l'appellent "Jihad", ça peut le faire sans trop de problème... La preuve, d'après un hebdomadaire bien pensant, il y aurait actuellement 800 petits ou petites Jihad en Fran dans l'Hexagone (bien que les services de l’État Civil admettent que... "ce prénom, fortement connoté est contraire à l’intérêt de l’enfant...", même si -forcément- "ce terme n'a aucune connotation péjorative: le jihad est une vertu de la foi, une forme d'effort spirituel et de maîtrise de soi, rien à voir avec la guerre sainte..."

    Monsieur et Madame...

    Monsieur et Madame...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (*) le nom a été flouté pour des raisons de sécurité

     

    Dicton du jour:

    A la saint Jihad, pars en croisade mais fais gaffe aux embuscades.

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • #balancetonporc

     

    "Le hashtag #balancetonporc a été lancé vendredi par une journaliste pour inciter les femmes à briser l'omerta et à raconter le harcèlement et même les agressions sexuelles dont elles sont ou ont été victimes dans leur quotidien "en donnant le nom et les détails". Un appel rapidement entendu par plus de 50 000 personnes de toutes origines et de tous milieux."

    Malgré une évidente et certainement souhaitable libération de la parole, certains y voient cependant un appel à des délations anonymes ou y redoutent quelque règlements de compte frôlant parfois la diffamation.

    J'ai trouvé sur ce réseau social, les deux tweets suivants (mais, non, je les ai inventés...) qui se ressemblent beaucoup, mais je me demande si l'un des deux ne sera pas perçu différemment de l'autre ?

     

    Jeannine I. #balancetonporc

    #balancetonporc sté "A. Nonime" - Vrai supplice de prendre l'ascenseur: Jean-Luc Lefranc tripoteur obscène et obsédé y passe ses journées à guetter ses proies.

     

    Jeannette T. #balancetonporc

    #balancetonporcsté "S. Ahèrelle" - Vrai supplice de prendre l'ascenseur: Mounir Abbalhaji tripoteur obscène et obsédé y passe ses journées à guetter ses proies.

     

    Maintenant... je dis ça, je dis rien...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Salah Abdeslam voit encore ses conditions de détention améliorées

     

    Il est des nôtres....

    "Il est des nôtres...." C'est le cri de joie qui a jailli spontanément de la gorge de la foultitude de pensionnaires  des centres psychiatriques où ils sont internés pour "troubles psychologiques justifiant une apparence de début de radicalisation islamiste présumée " en apprenant la nouvelle du jour: "le terroriste Salah Abdeslam est en fait un simple déséquilibré comme tout le monde... Al-Hamdoullilah !"

    Il est des nôtres....


    - L'administration pénitentiaire craint pour sa vie. Placé à l'isolement à Fleury-Mérogis (Essonne) depuis un an et demi, Salah Abdeslam a montré ces derniers mois des signes alarmants de dégradation de sa santé mentale. Ce qui a conduit à alléger certaines conditions d'une détention hors normes, la justice redoutant un suicide avant son procès.

    Abdeslam, 28 ans, numéro d'écrou 428001, est le seul membre encore vivant des commandos du 13 novembre 2015. Il est le détenu le plus surveillé de France, le seul à ce jour à faire l'objet d'une vidéosurveillance 24 heures sur 24. Un confinement lui est même imposé au sein du quartier d'isolement. (le Parisien)

     

    - Les conditions de détention de Salah Abdeslam ont été révisées, au regard d’un d’état psychologique jugé inquiétant (le Figaro)

     

    - La justice redouterait que Salah Abdeslam ne mette fin à ses jours avant son procès. depuis un an et demi, "a montré des signes alarmants de dégradation de sa santé mentale"prostration, paranoïa, irritabilité. (l'Obs)

     

    - La santé mentale du seul terroriste survivant des attentats du 13 novembre 2015 a décliné et le juge a décidé en conséquence d'améliorer sa détention et les conditions de ses visites. (RTL)

     

    - la santé mentale du seul survivant du commando du 13 novembre 2015 a obligé la justice à assouplir les règles de détention. (le Point)

    Il est des nôtres....

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • On dira qu'on n'est pas protégés

    SOUMISSION CHIMIQUE

    Et on dira qu'on n'est pas protégés

    Quitte à nous faire bouffer tout et n'importe quoi à base de farines animales et d'huiles frelatées, d'additifs alimentaires et de conservateurs, de pesticides, d'antibiotiques, d'insecticides, de perturbateurs en tous genre... il serait enfin temps pour nos apprentis sorciers 5 étoiles de joindre l'utile à l'agréable: l'ocytocine ™ arrive bientôt dans votre assiette, pour le plus grand bien de tous ("Le meilleur des soleils verts de 1984", en quelque sorte)

    vu un peu partout (mais pas trop)  (protégés... même contre nous-même..)

     

    Des chercheurs mettent au point une drogue pour forcer la population à accepter les migrants

    Des chercheurs allemands ont noté que les gens "sont plus altruistes avec leur famille et leurs amis qu’avec de parfaits étrangers" et croient avoir trouvé la façon de changer cela. En les droguant.

    D’après des chercheurs de l’Université de Bonn, en Allemagne, les gens devient "plus charitables" quand ils se voient administrer une "hormone d’amour", l’oxytocine, et sont exposés à la pression de leurs semblables.

    Les chercheurs affirment que les humains tendent à être généralement plus généreux à l’égard de leurs amis et familles qu’envers les étrangers mais cette tendance naturelle peut être dépassée en donnant de l’oxytocine aux humains et en leur imposant des « normes sociales » qui les poussent à accepter des migrants.

    "L’effet combiné de l’oxytocin et de l’influence de ses pairs pourraient diminuer les intentions égoïstes" assure le Professeur Rene Hurlemann du département de psychiatrie de l’Université de Bonn. "Dans les bonnes conditions, l’oxyticine peut aider à promouvoir l’acceptation et l’intégration des migrants au sein des cultures occidentales", ajoute-t-il.

    "Nous étions surpris que les participants de la première expérience donnent 20% de plus aux migrants qu’au locaux dans le besoin" a indiqué Nina Marsh, membre de l’équipe du Professeur René Hurlemann.

    "Maintenant, même les gens avec des attitudes négatives à l’égard des migrants leur donnent 74% de plus" selon Nina Marsh.

     

    Des chercheurs proposent des stratégies pour atténuer l’attitude de rejet de l’étranger chez les xénophobes

    Les xénophobes pratiquent le même mécanisme, ils se rassemblent pour écouter leurs modèles sociaux, mais ils sont exposés à des signaux négatifs.

    Alors qu’un récent sondage révélait qu’une part importante de la population québécoise s’oppose à l’accueil des demandeurs d’asile haïtiens qui affluent à la frontière canado-américaine, des chercheurs allemands publient dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) un article proposant des stratégies susceptibles d’atténuer cette attitude de rejet envers les étrangers, voire d’induire un comportement altruiste chez les personnes xénophobes.

    Ces stratégies consistent à accroître la libération d’ocytocine, une hormone impliquée dans l’empathie, tandis que l’on expose les personnes à des messages décrivant des actions altruistes.

    L’équipe de René Hurlemann, du Centre médical de l’Université de Bonn, en Allemagne, a mené sa recherche tandis que des milliers de réfugiés en provenance du Moyen-Orient déferlaient vers les pays d’Europe de l’Ouest et étaient accueillis en grand nombre par l’Allemagne.

    Pour ce faire, les chercheurs ont présenté à 76 Allemands de souche 50 portraits authentiques de personnes pauvres, dont 25 étaient des réfugiés et 25 des Allemands locaux. Avec les 50 euros qu’on leur avait remis, les sujets de l’étude décidaient ensuite s’ils accordaient ou pas une somme n’excédant pas un euro à chacun de ces individus. Ils étaient autorisés à garder pour eux le reste de l’argent qu’ils n’avaient pas distribué

    Dans une deuxième expérience, les chercheurs ont d’abord évalué les attitudes d’une centaine d’Allemands de souche à l’égard des réfugiés à l’aide d’un questionnaire.

    Dans un second temps, ces sujets devaient s’administrer une dose d’ocytocine — une hormone qui accroît notamment l’attachement de la mère pour son bébé — ou d’un placebo à l’aide d’un vaporisateur nasal avant de décider à qui et combien ils donneraient parmi 25 réfugiés et 25 « locaux » en situation de grande pauvreté.

    L’administration d’ocytocine, cette hormone sécrétée par une structure du cerveau appelée hypothalamus, a alors incité les sujets présentant une attitude positive à l’égard des réfugiés à doubler leur contribution aux réfugiés et aux "locaux", même si les sommes qu’ils allouaient aux réfugiés demeuraient 30 % plus élevées.

    Selon les chercheurs, ces résultats "fournissent la preuve qu’il est possible de contrer le rejet xénophobe des réfugiés [que manifestent certains citoyens] en combinant un accroissement de l’activité du système sécrétant l’ocytocine avec des incitations à la coopération proférées par des individus ayant un rôle de modèles dans la société. Toutefois, aucune de ces deux interventions n’est suffisante en elle-même pour altérer les comportements égoïstes" des personnes xénophobes.

    "Des messages de bienfaisance n’étaient pas suffisants pour encourager l’altruisme envers les réfugiés chez les personnes au départ réfractaires à leur venue", souligne M. Hurlemann, avant d’expliquer que l’augmentation de l’activité du système sécrétant l’ocytocine faciliterait vraisemblablement le respect de la norme sociale, et ainsi induirait l’altruisme envers les membres de communautés étrangères chez les individus les plus égoïstes et xénophobes.

     

    On dira qu'on n'est pas protégés

     

    Mais que fait la Police ?

    Et on dira qu'on n'est pas protégés "Vous avez demandé la police, ne quittez pas... Vous avez demandé la police, ne quittez pas... Vous avez demandé la po..." "Mais que fait la police ?"... un concours-photos lancé sur un site de policiers va apporter les réponses essentielles à vos questions non moins essentielles..

    vu sur un site de Policiers nationaux

    Un véhicule de police, ce n'est pas un véhicule lambda. Vous imaginez, 500.000 km au compteur d'une voiture qui doit intervenir rapidement en zone urbaine, qui se prend des trottoirs?...

    On dira qu'on n'est pas protégés

    On dira qu'on n'est pas protégés

    On dira qu'on n'est pas protégés

    On dira qu'on n'est pas protégés

     

    mais, non, là, monsieur l'agent... faut pas rêver: c'est après ÇA qu'il va falloir courir...

    On dira qu'on n'est pas protégés

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    bonne chance quand même...

    Et on dira qu'on n'est pas protégés

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ... et avec vos propres économies, pour trouver un véhicule en état de marche...

     

    On dira qu'on n'est pas protégés

     

    Attention les yeux...

    Et on dira qu'on n'est pas protégés Enfin, nos forces de l'ordre vont avoir les moyens de moyenner. Tremblez, ennemis de la France, ivres de sang et d'orgueil... C'était aussi simple que l’œuf du même nom: notre Collomb intérieur national va faire frissonner dans les chaumières, dans les "quartiers" et dans les pantalons... 

    vu dans Marianne:...

    Prévoyant, le gouvernement commande des grenades lacrymo pour 4 ans

    Le ministère de l'Intérieur a lancé le 8 août un appel d'offres pour une commande d'un montant de 22 millions d'euros (hors TVA) de "grenades de maintien de l'ordre et moyens de propulsions à retard"

    Le gouvernement nommé par Emmanuel Macron se prépare-t-il à un quinquennat socialement agité ? En tout cas, il ne lésine pas - et n'a pas traîné - sur les moyens alloués au maintien de l'ordre. Le ministère de l'Intérieur a lancé le 8 août un appel d'offres pour une commande d'un montant de 22 millions d'euros (hors TVA) de "grenades de maintien de l'ordre et moyens de propulsions à retard" destinée à la police et à la gendarmerie nationales.

    L'appel d'offres, publié dans le bulletin officiel des annonces des marchés publics (BOAMP), se divise en cinq lots contenant diverses références de grenades assourdissantes, lacrymogènes et fumigènes, de cartouches-grenades et de lanceurs. Lancé jusqu'à fin septembre, l'appel d'offres prévoit un contrat d'équipement pour… quatre ans. Emmanuel Macron sera donc paré jusqu'à la fin de son quinquennat.

    Le timing de l'appel d'offres n'a pas manqué d'interpeller les esprits caustiques, qui relèvent que la rentrée de septembre pourrait s'avérer agitée pour le gouvernement. Alors que doit s'engager la réforme promise du code du travail, plusieurs manifestations sont déjà prévues par ses opposants. Et personne n'a oublié l'émergence du mouvement Nuit Debout contre la loi Travail précédente, ni le difficile printemps 2016 de manifestations contre le projet alors porté par Myriam El Khomri.

     

    On dira qu'on n'est pas protégés...

     

    ...mais on me souffle dans l'oreillette que ces précautions ne sont pas toutes destinées à être utilisées contre les schizophrèno-paranoîdes stigmatisés et en proie à des chagrins personnels dont la conduite de leur véhicule leur échappe, ni même contre les parano-schizophrèniques victimes de ces incidents et qui pourraient développer des réflexes de peur, de colère ou, parfois, de vengeance; ce serait plutôt contre les gens de ce peuple qui ne sont rien, et qui craindraient de devenir "moins que rien".

    On dira qu'on n'est pas protégés

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique