•  

    Sur une plage, quelque part en Normandie, ce 6 juin 2022...

    ...parmi les quelques "belles images" de la commémoration du débarquement allié de juin 44, on peut trouver celle-ci, visible sur quelques sites de la presse régionale, représentant un figurant en uniforme ukrainien portant un drapeau ukrainien ostensiblement mis à la place d''honneur, entre des porteurs de drapeaux français et américains, lors du passage de la Patrouille de France...

    LES SALAUDS !

    ...à peu près à cette même époque, les divisions SS de l'armée ukrainienne alliée à l'Allemagne nazie, continuaient inexorablement d'exterminer juifs et polonais sur le front de l'est, sous le commandement de Stepan Bandera aujourd'hui encore "héros national" ukrainien, au point que, outre d'innombrables statues et monuments à sa gloire, il existe toujours un timbre-poste à son effigie mis en circulation en 2019...

    ET QUOI, ENCORE ?

    ...certains observateurs font par ailleurs remarquer que le "bataillon Azov", élément d'élite contemporain de l'armée ukrainienne contre la Russie, a repris comme emblème celui qu'utilisait la division "Das Reich", responsable du massacre d'au moins 650 civils, hommes, femmes et enfants à Oradour-sur-Glane... à peine quelques jours après le débarquement !

     

     

     

     

    (d'après un tweet de Régis de Castelnau) 

     


    14 commentaires
  • Effraction : action illégale et brutale consistant, pour un individu ou groupe d'individus malfaisants, à s'approprier un bien ou un avantage ou à s'adjuger une fonction ou un titre sans y avoir de droit légitime ni de compétence avérée

    "Chez Emmanuel et Jean - *Effractions en tous genres*" 

    C'est une boutade ?

    C'est un aveu ?

    C'est par hasard, ou c'est une nécessité ?

     

    « Je me suis donné sans retenue à cette belle et haute fonction de Premier ministre {...] Je ferai un pas de côté et me retirerai de la vie politique où je suis entré par effraction..."

    Jean Castex, le 16 mai 2022, lors de son discours de passation des pouvoirs à Élisabeth Borne

     

    «...je n’oublie pas d’où je viens. Je ne suis pas l’enfant naturel de temps calme de la vie politique. Je suis le fruit d’une forme de brutalité de l’histoire, d’une effraction parce que...»

    Emmanuel Macron, le 13 février 2018, devant l'"Association de la presse présidentielle"

     

     

     

    ...qui d'autre ?

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    "La Ve République peut finir dans un bain de sang...." Cette formule sans ambiguïté n'est pas d'un "gilet jaune" en mal de publicité chez Hanouna, d'un estrémiste de gôche ou de drouâte fanatisé en meeting prérévolutionnaire, ni d'un crypto-néoroyaliste blanc catholique radicalisé, mais de M. Jacques Mézard, 75 ans, auvergnat de souche, ancien sénateur, soutien de la première heure du mouvement 'En Marche', ancien deux fois ministre du premier gouvernement d'Edouard Philippe, et membre du Conseil Constitutionnel nommé par le président Emmanuel Macron, etc.

    Petit tour des médias pour se rendre compte de la situation d'hier, d'aujourd'hui, et éventuellement de demain, à la relecture d'éléments épars mais sélectionnés.

     

    D'HIER A AUJOURD'HUI ET DEMAIN,

    COMPLOTONS AVEC JACQUES MÉZARD ET GÉRARD LARCHER, ETC...

    Hier...

    Janvier 2021 : Une unité d'élite nationale ("super CRS 8") va être créée d'ici l'été prochain au sein de la police afin de rétablir l'ordre "en cas de violences urbaines et de troubles graves", n'importe où en France. Composée de 200 CRS en alerte 7/7 et 24/24 formés et équipés de moyens spéciaux (uniformes anti-feu, casques plus légers, véhicules pouvant franchir des barricades) et capables d'intervenir partout en moins de 15 minutes. Cette unité devrait être mise en place avant l'été 2022.

    Mars 2021 : Le gouvernement a passé un appel d'offre pour l'achat de 170 000 nouveaux projectiles LBD dont une dizaine de milliers appelées "munitions de défense marquante visible" destinées à  "marquer l’agresseur dans une foule ou dans une situation d’émeute". Rappel :  le LBD et ses munitions sont des armes de catégorie A2 (matériel de guerre), le fabriquant suisse ne peut l’exporter qu’en tant que "matériel militaire", et son partenaire français qu'en accord avec le ministère des armées. 

    Octobre 2021 : Dans le cadre de la stratégie du maintien de l'ordre qui prévoit l'acquisition de matériels nouveaux, le gouvernement a passé commande de 90 véhicules blindés "anti-émeutes" pour "accompagner les adaptations nécessaires à la conduire des opérations de rétablissement de l'ordre dans des environnements dégradés" afin de "s’adapter aux nouvelles formes de contestation". Les premiers exemplaires de ces véhicules devraient être livrés au cours du premier semestre 2022.

    Aujourd'hui...

    Mars 2022 : Evoquant la réélection inévitable de Emmanuel Macron, le président du Sénat dit craindre "...un risque de légitimité s'il y a escamotage du débat démocratique."  Des "proches de l'Elysée" vont jusqu'à prédire: "Le Président va être réélu, mais le plus dur est devant nous. L'état de grâce sera de courte durée. Reconduit par défaut, il ne pourra rien faire, le contexte politique sera très dur" et "Le 55-45 face à Le Pen me glace [...] Il peut ressortir de cette élection un champ de ruines." ou "S'il ne veut pas finir avec la tête au bout d'une pique, il devra rassembler" et "La Ve République peut finir dans un bain de sang" (bvoltaire - 5 mars 2022)

    Mars 2022 : Le président du Sénat persiste et signe  "Le président de la République veut être réélu sans jamais avoir été réellement candidat, sans campagne, sans débat, sans confrontation d’idées. Tous les candidats débattent sauf lui. C’est un paradoxe ! [...] être en tête dans les sondages n’est pas une raison suffisante pour enjamber l’élection et considérer que ce scrutin n’est qu’une formalité, ne serait-ce que par respect de la démocratie [...] S’il n’y a pas de campagne, la question de la légitimité du gagnant se posera.. (lemonde - 15 mars 2022)

    Demain...

    ?

     

     

    Et, pendant tout ce temps-là, dans le petit village de Jeoffrécourt...

    hier, aujourd'hui, demain... ?

    mise à jour... 

     

     

    ADDENDA : Il n'est pas exclu que depuis que j'ai commencé à rédiger cet article au cours de la deuxième quinzaine du mois de mars avant de le mettre en ligne la veille du premier tour de l'élection présidentielle, la situation politique de la France et le climat social soient devenus moins tendus qu'alors et que toutes ces élucubrations abracadabrantesques soient maintenant hors propos.

    Plus de détails à venir.

    Dès demain soir, peut-être, à l'issue du premier tout du scrutin et à la fin du dépouillement.

    Si tout se passe bien.

    Ou pas trop mal.

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

    "Je vous le dis, d'ici trois ans, [...] nous aurons un contrôle par le QR code, non pas seulement pour entrer sur le territoire, mais aussi pour entrer dans un magasin, un théâtre, un cinéma... [...] On va avoir cette situation d'un contrôle massif de la population par les QR codes au nom de l'urgence sanitaire."

    LaREM a lancé une consultation en ligne auprès de ses adhérents et des visiteurs de son groupe "Telegram" pour "alimenter la réflexion du mouvement sur le sujet du pass-sanitaire" évoqué à plusieurs reprises par le président de la République...

           
       

    après la crise

     
       

    après la crise

     
       

    après la crise

     
       

    après la crise

     
       

    après la crise

     
       

    après la crise

     
       

    après la crise

     
       

    après la crise

     
       

    après la crise

     



    3) "Selon vous, faut-il le rendre obligatoire pour : Evènement avec foule (concert, festival, salon professionnel) -  Certains lieux (musée, hôtel) - Accès aux lieux de boisson (bar) ou de restauration .../... Il faut le rendre obligatoire même après la crise."

    5) "À l'occasion d'une réunion de famille ou un événement amical comptant plus de 6 personnes, feriez-vous usage du pass sanitaire pour réduire a priori les risques de contagion ?"

    Pour après la crise...

    C'est tout pour aujourd'hui, et bon week-end quand-même.

     

    NB. pour participer, c'est là :https://enmarche.typeform.com/

     

     

     


    42 commentaires
  • après une tentative déjouée de manipuler les résultats des élections municipales pour mieux manipuler les sénatoriales, retour aux fondamentaux : les élections législatives :

    Proportionnelle aux législatives : une promesse électorale que Macron est en train d’enterrer

    Peut-être (je dis bien peut-être) légèrement inquiet pour le sort et le nombre de ses futurs députés aux prochaines élections législatives face aux élus des autres formations politiques ou de ce qu'il en reste encore dont, par exemple... non, je ne vois pas... la "meilleure représentation du pluralisme politique" promise par le candidat Macron risque très très fort d'être enterrée par le président du même nom... et d’attendre (au moins) le prochain quinquennat :

    "C’est enterré à 85%" [...] "Techniquement, c’est toujours possible, mais si Emmanuel Macron engage cette réforme, ce sera un exercice assez violent pour sa majorité, car même si c’est l’exécutif qui aura les ciseaux en main, il faudra bien faire passer à la trappe certains élus de La République en marche. C’est mort... Comment dire à quelqu’un : 'Hey, merci pour tout, par contre dans deux ans c’est fini pour toi... Mais on reste mobilisés, hein !'"

     

     


    3 commentaires
  •  

    Merde... raté...

    Municipales : la circulaire Castaner attaquée en justice, le Conseil d’État saisi.

    "...deux élus, conseillers municipaux de deux communes exclues du dispositif, ont formé un recours en référé devant le Conseil d’État. Il sera examiné vendredi prochain, en vue d’une éventuelle suspension du texte controversé."

    Mise à jour : 18 janvier - 18h012

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Maison "Macron, Castaner & C°" - Charcuterie en gros et demi-gros depuis 2017

    "Forte progression de LREM"

    Pour les prochaines élections municipales le ministre de l'Intérieur a donné ses instructions aux préfets :

    Jusqu'alors les candidats, investis par un parti ou sans étiquette, se voyaient attribuer par les préfectures une "nuance" politique : divers-gauche, socialiste, républicains, régionaliste, écologiste, divers-droite ou extrême-droite, etc.. par exemple (une vingtaine au total). Ce qui permettait, après avoir additionné tous les résultats, d'estimer le poids de chacune de ces formations à l'échelle nationale.

    Ça, c'était avant...

    Maintenant, seuls les résultats des villes de plus de 9 000 habitants seront comptabilisés dans cette estimation.

    D'après le politologue Pascal Perrineau, "Cette France de plus de 9 000 habitants, c’est la France le plus macroniste, c’est la France le moins lepéniste...", ce qui avait été longuement analysé et démontré par Jérôme Fourquet dans "L'archipel français"  

    Selon France-Info, ce sont 96% des communes françaises, et 54% des électeurs qui vont disparaître des statistiques post-électorales, qui ne compteront donc pas dans la moyenne nationale globale... et qui ne refléteront donc pas le vote complet des électeurs...

    Le même site a fait une simulation explicite à partir des chiffres de la dernière élection connue:

        élections européennes 2018   élections municipales 2020

    Rassemblement National

      23,3 %   19,4 %
    République en Marche   22,4 %   24,2 %

     

     

    la même chose en vidéo :

     

     

    En bref, donc, en à peine 3 ans, la macronie :

    - a siphonné la plus grande partie des responsables des partis traditionnels et discrédité ou décrédibilisé les autres...

    - a fait savoir que tout maire, élu sans l'appui de LREM ou du MODEM, serait un ennemi du président et donc du Pouvoir...

    - s’apprête à effacer des écrans-radars 54% des électeurs dans 96% des communes, des présumés "opposants" politiques...

     

     

     

     


    16 commentaires
  • Bientôt les élections municipales...

    Ni une grande partie des maires sortants (essentiellement des "petites communes"), ni une majorité des électeurs ne semblent exceptionnellement motivées. Mais...

    Mais l'Islam de France s'en préoccupe déjà activement.  ("projet Tamkine" : "L'accès au pouvoir passe par des alliances pragmatiques avec des partis politiques plus classiques et la subversion des valeurs démocratiques, au niveau local, communal, régional, national et, aussi et surtout, en dehors des pays musulmans." )

    Abstention, piège à cons...

    - A Goussainville, un musulman (présumé...) fiché S, précédemment élu conseiller municipal sur une liste "Divers Gauche" avant de passer à l'opposition en cours de mandat, se présenterait sans étiquette sur la liste "Audace du Renouveau" (sic). Il dément (du verbe "démentir" et nom du mot "démence") se présenter comme proche du mouvement fondamentaliste "Tabligh" (impliqué dans la filière djihadiste de Lunel), mais pépèrement en tant qu'ancien directeur du foot-ball-club de la ville, au sein duquel il déclare ne jamais avoir mélangé sport et politique. Ou ça lui aurait échappé. Il n'a pas, comme certain de ses proches, observé deux jours de jeûne de pénitence au moment de la mort de Mohamed Merah.

    - A Nice, une pétition initiée par l'"Union des Démocrates Musulmans de France" (re-sic) qui se définit comme "anti-impérialiste, anticolonialiste et antisioniste" a pour ambition de faire exclure une liste "d'estrème-droate" des prochaines élections. Morceaux choisis : "Le néo-nazi Philippe Vardon [...] vice-président au conseil régional de Provence-Alpes-Côtes d'Azur au sein du Rassemblement national (RN), était initialement responsable local du Bloc identitaire et avait été condamné pour discrimination envers les musulmans. [...] Cet adepte de la théorie du grand remplacement prône aussi la remigration, qui consiste à un retour forcé des immigrés non Européens dans leurs pays d'origine. [...] Ce personnage est incontestablement un danger pour le vivre-ensemble et un pyromane de la république." Lancée en juillet, elle ne compte à ce jour pas plus de 430 signatures, mais c'est l'intention qui compte et Inch'Allah.

    - A Vaux-en-Velin (et peut-être aussi à Villeurbanne et dans une partie de l'agglomération lyonnaise) une liste UDMF devrait être menée par un ancien conseiller municipal communiste, une liste "pour une laïcité respectueuse" qui accepterait femmes voilées et candidats non-musulmans. Ses priorités avouées officiellement ?  "la jeunesse, la sécurité, la propreté et les retraités."

    - A Nantes ou à Rennes (autre aspect du même problème)... Elections municipales : une alliance avec l’UDMF, un débouché pour l’UDB ? .../... "L’UDMF (L’Union des démocrates musulmans français) et l’UDB (Union démocratique bretonne) pourraient s’entendre aux prochaines élections municipales [...] Compte tenu de l’importance de la population immigrée dans les métropoles nantaise et rennaise, on ne voit pas ce qui interdirait à l’UDMF d’y présenter des listes aux prochaines élections municipales. Une liste commune UDMF–UDB serait même dans l’air du temps, puisque les dirigeants du parti breton raisonnent "citoyenneté bretonne" ; en clair, toute personne résidant en Bretagne est bretonne… Au programme, on pourrait inscrire l’enseignement de l’arabe et du breton…"

    - Ce même parti musulman et (en même temps) démocratique et son dernier faux-nez en date, l'"Union pour une Europe au service des peuples" (re-re-sic) "non confessionnel, laïc et profondément républicain" a récemment dépassé la barre des 7% dans plusieurs "quartiers sensibles" et l'un des ses dirigeants a tweeté (mais pour rire...!) que "Le grand remplacement est en marche dans les urnes de la république" en affirmant l'intention de son parti d'être présent aux municipales de 2020 

    Abstention, piège à cons...

    Un peu partout ailleurs (la liste serait longue...), on trouve des municipalités, toutes tendances confondues, qui se hâtent de donner des gages supplémentaires de bonne volonté aux musulmans, soit en cherchant à s'attirer la sympathie des électeurs par quelques ultimes "accommodements raisonnables" de dernière minute, soit en faisant une place sur leur liste à des candidats issus de la oumma ou connus pour être "islamocompatibles".

    Des personnalités très peu zemmourolâtres, loin des théories complotistes ou nauséabondes, de Gérard Larcher, président du Sénat, à Gérard Collomb, ancien ministre de l'Intérieur (et des Cultes) ont récemment abordé ce thème et fait part de leurs craintes à qui voulait entendre.

    On doit pouvoir trouver d'autres exemples sur n'importe quel moteur de recherche respectable avec des critères comme "islam"  "musulmans" "france" "election" "2020". C'est vous qui voyez.

    Où se situeront-ils dans la galaxie macronienne pour qui "Un maire qui sera élu avec l’apport de LREM et du MoDem sera un allié pour 2022. Un maire qui sera élu sans leur apport sera un ennemi du président." ? Les "musulmans démocrates" ou pas, intégristes ou pas, "fichés S" ou pas, seront-ils les partenaires ou les adversaires du président ? ...et donc, de la République ?...et des Français "de souche" ?

     

     

     

     

     

     

     
     

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
/* Fleche haut et bas */ /* Fin Fleche haut et bas */