•  

    Denier du Culte "akbar"

    Autrefois, on parlait du "Denier du Culte", une expression très significative pour désigner une contribution volontaire destinée à trouver des fonds pour financer dans chaque paroisse le fonctionnement de l'Eglise et pour assurer un revenu plus ou moins décent aux évêques et au curés, la "loi sur la Laïcité" de 1905 ayant rompu le concordat signé entre Napoléon 1er et le Pape.

    Récemment, on a remplacé l'expression "Denier du Culte" par "Denier de l'Eglise", terme plus neutre, ne se référant plus à un hommage religieux rendu par les Croyants à leur Dieu, et laissant de côté l'aspect liturgique du culte... une "église" pouvant se confondre avec un simple bâtiment dénué de sens et de destination, un élément ordinaire du patrimoine architectural.

    Maintenant, on dit "Denier" (qualifié cependant "de l’église catholique" en petits caractères, comme les clauses honteuses des contrats). Les personnes non concernées ne se sentiront donc pas stigmatisée par des mots tels que "église" ou "catholique" ou, pire, "Eglise Catholique". Les personnes au courant auront compris de quoi il s'agit et financeront ou pas, hésitant encore entre un don pour le "Téléthon" ou pour les "Restos du Cœur".

    Mais, bon, en même temps™...

    Dans la cité papale du Saint-Siège catholique, apostolique et romain:

    •Au Vatican, le "pape"(?) François transforme la place Saint-Pierre en musée d'art progressiste à ciel ouvert à la gloire des migrants ("accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants qui apportent une culture précieuse à l'Europe") qu'il accueille tout sourire par des selfies ravis, migrants auxquels il compare Marie et Joseph, tandis qu'il refuse aux pèlerins catholiques le droit traditionnel et rituel d'embrasser son anneau papal... il aurait fait fabriquer une croix avec le bois provenant d'un bateau de clandestins, croix qu'il fait circuler d"église en église à la façon d'une sainte relique...  il apparaît tout juste ému et à peine concerné par le devenir de Notre-Dame de Paris, incendiée et menaçant toujours ruines, pour laquelle il affirme ne pas pouvoir participer financièrement à sa sauvegarde et à sa restauration... il déconseille aux chrétiens d'afficher leur Foi de façon trop orgueilleuse et leur interdit toute velléité de prosélytisme dans leur entourage, mais s'affiche régulièrement sans vergogne en compagnie du "Commandeur des Croyants" ("croyant" en Allah, forcément, à l'inverse des mécréants) : un descendant authentique et incontestable de Mahomet, et reçoit au Vatican un des imams sunnites les plus profondément anti-chrétiens d'Egypte.... il ose dire que, si il parle des violences islamiques, il doit parler aussi des violences catholiques... il prône une conversion de l’Église vers une "écologie intégrale" (?) ou vers une église aux rites exotiques, entre animisme primitif et superstitions, et n'a pas un mot, ne fait pas un geste envers les chrétiens d'Orient, martyrisés et assassinés, lapidés, crucifiés... il prétend, avec la légitimité que lui conférerait l'infaillibilité papale, qu'on ne peut pas être chrétien ET patriote... il n'hésite pas, enfin, à laisser planer publiquement ses doutes personnels concernant la divinité de Jésus en la Trinité et sa Résurrection au sortir du tombeau...

       ...et, dernièrement (18 novembre), évoquant un épisode de "La Chanson de Roland" qui illustre de façon romanesque un épisode de la Reconquista espagnole par les rois catholiques contre l'occupant musulman, il dénonce la mentalité "fondamentaliste" des chrétiens d'alors -de retour sur leur Terre ancestrale après plusieurs siècles de domination islamique-  qui "menaçaient les musulmans de choisir entre le baptême et la mort".

    Sur la terre comme au ciel de ce qui fut la Fille aînée de l'Eglise:

    •En France, évêques et curés rivalisent de générosité pour céder à vil prix ou contre une somme symbolique à des associations musulmanes des terrains appartenant à l’Église pour y construire des centres dits-culturels et des mosquées... ils assistent, en grande tenue de cérémonie, et avec le sérieux qui sied à un tel événement, à l'inauguration fastueuse de celles-ci et ne s'opposent pas à l'idée que les églises qu'ils ont contribué à vider de leurs fidèles depuis Vatican II soient transformées en mosquées... ils participent régulièrement à la sacro-sainte rupture du jeûne à la fin du Ramadan... ils organisent des rencontre "œcuméniques" au cours desquelles des prières musulmanes résonnent comme une menace sous les voûtes des cathédrales ou des chapelles (quittes à célébrer plus tard une "messe de réparation", le cas échéant) dans lesquelles la Présence Réelle reste allumée... ils défilent avec ce que l'ultra-gauche compte de plus violemment laïcard et anti-clérical pour protester aux côtés de "leurs frères musulmans" contre une "islamophobie" jugée menaçante... ils implorent, au nom du Christ, lors de messes solennelles d'enterrement des victimes du terrorisme, le Pardon divin envers les égorgeurs islamistes, "égarés" dans leur foi...

       ...et l'actuel recteur du Sanctuaire de Lourdes et ancien secrétaire général de la Conférence des évêques de France déclarait récemment à propos des profanations quasi-quotidiennes dans les églises, en excusant par avance leurs auteurs : "Mais il y a aussi beaucoup de gens qui ne savent pas ce que c’est qu’une église, qui y entrent pour voler, pour dégrader, donc il faut différencier les attaques contre les lieux de cultes."

    Autre-part et maintenant...

    •Ailleurs... en Allemagne, un grand pas a été franchi dès 2008: les églises de Neukölln et de Tempelhof, des quartiers de Berlin,  ont été vendues et transformées en mosquées... en Italie: on a vu un cimetière dont les croix des tombes catholiques avaient été recouvertes de bâches noires pour ne pas offenser les travailleurs "d'une autre religion" qui y effectuaient des travaux de rénovation et, toujours dans un cimetière, on a vu un prêtre hésiter puis abandonner l'idée d'installer sa traditionnelle Crèche de Noël "par respect pour les autres religions" et "pour ne pas entrer dans des dynamiques politiques"... aux Etats-Unis, suite à d'une plainte déposée par  deux personnes,  la ville de Durham va jusqu'à bannir de l'espace public les sapins de Noël, les guirlandes lumineuses et le Père Noël "dans un effort de supprimer les connotations religieuses" et transforme les "fêtes de fin d'année" en "fête de la gelée"  ... etc... etc...

    "Denier du Culte" akbar !

     

    Ce ne sont même-pas des Judas dont le rôle ingrat était essentiel pour l'avènement du christianisme : sans Judas, pas de "trahison", sans "trahison" pas de procès, sans procès pas de condamnation, ni de Crucifixion, ni de Résurrection, donc pas de christianisme : pas d’eucharistie, pas de Mystère de la Foi (tout au plus, peut-on affirmer qu'il a agi par cupidité ou par lâcheté, plutôt que par idéologie athée ou laïciste !)... Ce sont les pires hérétiques que le christianisme ait eu jamais à affronter depuis 2 000 ans... beaucoup ont été brûlés vifs pour moins que ça !

    "Denier du Culte" akbar !

     

    Et, pendant ce temps-là, un de ces jours, mon évêque va m'envoyer ses diacres, ses clercs ou ses quêteuses frapper à ma porte pour me demander 100 balles ou une poignée de pièces jaunes pour le Denier (du Culte). Un denier du culte destiné en partie à la formation de rares séminaristes dont un grand nombre, tels le dernier des pigistes endoctriné de "Libé" ou de "Médiapart", n'auront de cesse que de faire partager leur phobie des islamophobes

    "Denier du Culte" akbar !

    message personnel :

    "De nombreux établissements de grand standing, des entreprises de luxe et des bâtiments de prestige, (et même quelques footeux décervelés) ont été achetés, rubis sur l'ongle, par les qataris ou les saoudiens : j'allais vous proposer d'être patient et d'attendre patiemment que vienne votre tour... Mais non, ils vous savent acquis à leur cause et, de toute façon les émirs ne dépenseraient pas un seul de leurs pétro-dollars pour quelques collabos serviles, en phase terminale, qu'au fond d'eux-mêmes, ils méprisent silencieusement"

    "Denier du Culte" akbar !

     

    Ancien catholique pratiquant ("ancien..."), nourri à la sève d'un christianisme traditionnel (on dirait "traditionaliste"), celui-là qui fit de la France la "fille aînée de l’Église" et qui permit d'en recouvrir le sol d'un "blanc manteau d'églises" -et de monastères transformés le plus souvent en chambres d'hôte BCBG vouées à la méditation transcendantale ou bouddhiste- et d'être à l'origine de nombres d'ordres religieux depuis les ordres mendiants ou contemplatifs comme les Franciscains ou les Carmélites jusqu'aux ordres de moines-soldats tels que les Templiers -"Chevaliers du Christ"-, à tel point que même la République prit comme emblème Marianne : de "Marie", la mère du Christ, et "Anne", sa propre mère, je me permets de vous dire avec tout l'irrespect que je ne vous dois même pas : "Allez au Diable, monsieur l'abbé."

    "Denier du Culte" akbar ! 

     

    Autre exemple...

    •dans la série nos "belles images pieuses" :

    Denier du Culte "akbar" !

    "Issa est châ'gé de sa cwoix"

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    14 commentaires
  • Bon chez nous, en France, on a de sacrés phénomènes inexplicables (et inexpliqués): une cathédrale multi-séculaire qui s'embrase presque subitement comme un fétu de paille et menace ruine à cause d'un mégot mal éteint, ou 5000 tonnes de produits chimiques toxiques aux noms cryptés qui brûlent sur un site classé Seveso+ sans autre inconvénient que des odeurs désagréables, une fumée gênante et des retombées de suie un peu salissantes, et... d'autres phénomènes pour les quels des explications risquent de se faire attendre

     

    Et, en même temps...

    En France, on a un tribunal médiatique de la bien-pensance qui veille à ce qu'aucun propos nauséabond ne fasse d'amalgame entre immigration et islam, entre islam et radicalisation, entre radicalisation et attentat, entre attentat et risque de partition du territoire, entre risque de partition et guerre civile...

    Mais, en même temps...

    En France, on a une ou des (- ou quelques... - ou plusieurs... - ou de nombreuses..) personnes, parfois placées à des postes clés des services informatiques du renseignement anti-terroriste, chargées d'assurer la sécurité de l'Etat et de ses citoyens qui sont passés à l'ennemi et livrent une véritable petite guérilla armée et meurtrière  au nom de leur religion.

    En France, on a un Pouvoir Exécutif, un Ministre de l'Intérieur (et des Cultes...), un Préfet de Police, des Procureurs et des porte-parole qui, par incompétence, par lâcheté, par niaiserie ou par complicité plus ou moins tacite, nient ou minimisent le risque encouru par les français du fait de la coexistence sur le même sol de l'islam (uniquement celui qu'on appelle "radical") avec les valeurs de la République...

     

    Et, en même temps...

    En Italie, au Vatican, le pseudo successeur de Saint Pierre, amoureux transi des réfugiés et des musulmans, après avoir comparé Marie et Joseph à un couple de demandeurs d'asile, inaugure une statuaire monumentale à la gloire des migrants, comparés à des anges... Une foule de 140 migrants, de toutes origines, Au sein de laquelle, des ailes d’ange émergent, suggérant la présence du sacré parmi eux. 

    En Italie, au Vatican, le pseudo Souverain Pontife, ordonne aux Sœurs de la congrégation de Jeanne d'Arc, responsables d'une école privée catholique au Sénégal, de réintégrer les 22 jeunes musulmanes qui assistaient aux cours en portant ostensiblement le voile islamique.

    En Italie, au Vatican, le pseudo Évêque de Rome est, pourtant et contre toute attente, contre la suppression des crucifix (pour les remplacer par des cartes du monde...?) dans les lieux publics... Avec une bonne raison à ça: cette suppression pourrait être instrumentalisée par l’extrême-droite.

    En Italie, mais à Bologne, la traditionnelle fête de St Pétrone qui se prolonge habituellement par une dégustation publique géante de raviolis a subi un léger accommodement raisonnable : la farce habituelle à base de viande de porc a été remplacée par du poulet pour chanter les joies de l'accueil et du vivre-ensemble -sous la loi et le joug de 'l'autre"-. (Et, en même temps, dit-on, pour satisfaire les souhaits personnes âgées ou au régime et qui veulent manger léger...! Rien pour les végans cette année).

     

    .... et, en même temps.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    15 commentaires
  •  

    hors sujet (forcément) mais pas vide de sens pour autant: 

    lun. 15/04/2019 - 20:10

    ...lendemain du dimanche des rameaux... début de la Semaine Sainte: l'entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem,  le dernier repas du Christ, son arrestation et son jugement, la Crucifixion et sa Résurrection le dimanche de Pâques ... 

    Un incendie en cours à Notre-Dame de Paris - Dernière minute. (Libé)

    Un incendie est en cours à Notre-Dame de Paris, dans le centre de la capitale, "potentiellement lié" aux travaux de rénovation de l'édifice, selon les pompiers.

    Le feu, dont la gravité reste encore à déterminer, a pris dans les combles de la cathédrale, monument historique le plus visité d'Europe, ont indiqué les pompiers. Selon le porte-parole de Notre-Dame, l'incendie se serait déclaré aux alentours de 18h50.

    Jeudi, seize statues de cuivre avaient été décrochées de la flèche de la cathédrale Notre-Dame pour être restaurées. La cathédrale, un monument emblématique de Paris construit entre 1163 et 1345, attire près de 13 millions de visiteurs chaque année.

       sales cons...   

    Anne Hidalgo, fixant les écrans de surveillance des pompiers, l'air abattu : "C'est terrible, c'est l'emblème de Paris, c'est un lieu extraordinaire, c'est l'histoire, c'est Victor Hugo. C'est la poésie de Paris. Pour l'instant, je n'ai pas les mots, je ne peux que saluer le travail des pompiers."... "De notre devise, nous tirerons la force de nous relever. Fluctuat nec mergitur."

    L'Eglise est en crise (persiste t-on)

     

     

     

     

     

     

    pendant ce temps, sur les réseaux sociaux...

    Certains cadres de l'UNEF s'en amusent...

    Quelques musulmans s'en réjouissent... 

    Les "antifas" et l’extrême-gauche jubilent

    L'Eglise est en crise (persiste t-on)

     

    Mais...

    Et si les catholiques ne tendaient plus l’autre joue? 

    Alors que le nombre d'atteintes aux lieux de culte chrétiens augmente nettement, certains catholiques remettent en doute le bien-fondé de la ligne officielle, qui consiste à jouer l'apaisement pour éviter la surenchère victimaire. Enquête.

    Cent cinquante-trois atteintes aux lieux de culte recensés en France en 2008 par le ministère de l’intérieur, 1 057 en 2016, soit 690 % de hausse en huit ans. C’est ce qu’on appelle une tendance nette

    (article de Causeur -article payant: extraits) 

     

    À Lavaur (Tarn), deux mineurs ont avoué avoir mis le feu à l’autel d’une chapelle de la cathédrale Saint-Alain, où ils s’étaient réfugiés pour échapper à la pluie, par désœuvrement. Il a fallu deux jours pour nettoyer les suies. Ils ont aussi tordu le bras d’un Christ, pour lui faire prendre une pause particulière, popularisée par le footballeur Paul Pogba. À Dijon (Côted’or), le coupable a brisé une statue de la Vierge, ouvert le tabernacle et jeté les hosties; un sacrilège pour les catholiques, car les hosties consacrées représentent le corps du Christ. Idem à Nîmes (Gard): les hosties de l’église Notre-dame-des-enfants ont été dispersées, avec en prime une croix d’excrément tracée sur un mur. À l’église Saint-Nicolas de Maisons-Laffitte (Yvelines), le tabernacle a été jeté à terre [...]  C’était la troisième église du département prise pour cible en quelques jours. L’évêché de Versailles a appelé à "aborder ces événements avec du recul. […] Il s’agit, dans la plupart des cas, d’actes de personnes connues et souvent vivant en marginalité...Il ne faut pas y voir systématiquement des attaques contre l’église." 

    Le portrait-robot du profanateur serait en quelque sorte un jeune, à bout de bière et d’ennui, qui se défoule [...]. La géographie des attaques contre les lieux de culte serait celle de la France où les usines ont fermé et où le tissu social se délite. Le sentiment antichrétien serait finalement une motivation secondaire, pour ne pas dire négligeable.

    Il y a aussi consensus pour penser que, par rapport à la gravité des persécutions subies par les juifs dans le passé ou par les chrétiens aujourd’hui au Proche-orient, la retenue s’impose face au vandalisme. Mais cette retenue est-elle toujours de mise ?

    Le sujet explosif des agressions islamistes... La question divise le monde catholique. Les attaques sont en augmentation et leur gravité va croissante, l’islamisme radical ayant fait monter la tension de plusieurs crans. Égorgé dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel était le premier prêtre tué en tant que tel en France depuis la Révolution. En rapports réguliers avec leurs homologues musulmans, les responsables du clergé français s’efforcent de prévenir un choc des religions, mais les extrémistes sont là. Chérif Chekatt l’a dit au chauffeur de taxi qu’il a brièvement pris en otage après avoir tué cinq personnes sur le marché de Noël de Strasbourg le 11 décembre 2018 : il voulait tuer des "infidèles". Une semaine plus tard, la police italienne annonçait l’arrestation à Bari d’un Somalien qui préparait des attaques, au nom de l’islam, contre les églises en général et le Vatican en particulier. Il saluait dans un de ses messages le geste de Chérif Chekatt.

    Dès 2016, l’aide à l’église en détresse évoquait la montée d’un "islamisme hyper-radical"

    [...]

    "J’ai travaillé au service qui compilait les atteintes aux lieux de culte. Il ne fait aucun doute que certaines d’entre elles, visant des lieux chrétiens, sont motivées par l’islamisme", souligne Claude Sirvent, aumônier de la Communauté chrétienne des policiers de France, devenu prêtre après une longue carrière l’ayant conduit jusqu’au grade de commandant de police. "Le ministère de l’intérieur ne les recense pas en tant que tel, mais «le phénomène existe,"

    [...]

    Pour partie, les catholiques vivent de plus en plus mal une série d’asymétries. Asymétrie dans le traitement médiatique des affaires : les profanations de mosquée ou de synagogue suscitent des condamnations plus vigoureuses. Asymétrie internationale : l’église pratique la politique de la main tendue en France, alors que le simple fait de tenter de convertir un musulman peut valoir la prison en Algérie (sans parler de l’arabie saoudite, où il n’y a aucune église). Asymétrie dans les provocations. Courageux, mais pas téméraire, l’artiste espagnol Abel Azcona accède à la notoriété internationale avec 242 hosties consacrées formant le mot "pederastia". Scandale sans péril et sans gloire. Une performance équivalente ciblant l’islam l’aurait mis en danger de mort...

    [...]

    Que faire ? Quelle serait l’attitude conforme à l’essence du christianisme, tendre l’autre joue ou brandir le glaive ? Encaisser les attaques sans se plaindre ou organiser la défense des valeurs chrétiennes ? Panacher les deux ? Le débat est loin d’être clos. 

     

     

    un écho à cet article sur Boulevard Voltaire:

    Touche pas mon église !

    L’ancien président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier (prédécesseur de de Moulins-Beaufort) adopte une position qui se veut nuancée. Lors d’un entretien au Point, il a récemment expliqué : "Nous ne voulons pas développer un discours de persécutions. Nous n’avons pas le désir de nous faire plaindre. [...]" [...] Et quand des politiques, comme Eric Ciotti, dénoncent une “cathophobie qui gagne tous les milieux et conduit à des violences”, l’archevêque répond benoîtement : “Je ne vois pas quels faits permettent à ces politiques de tenir un tel discours.” 

    De cette recrudescence nationale de profanations d’églises est née une initiative spontanée de jeunes étudiants. Sous la forme de groupes Facebook répartis dans une dizaine de villes en France, le mouvement Protège ton église se donne pour but de prévenir des dégradations et vandalismes que subissent les édifices religieux. Le principe de leurs actions relayées sur leur page, déjà suivie par près de 3.000 personnes, est d’effectuer des rondes de surveillance et de veille pour prévenir des dégradations. "Depuis mi-mars, ce sont trente vacations qui ont été faites, pour un total de 70 lieux veillés depuis le début. 25 églises sont actuellement couvertes. Le tout pour Paris intramuros uniquement", témoigne Cyriaque, coordinateur du mouvement sur la capitale. Chaque semaine, cinq rondes nocturnes sont effectuées bénévolement par des étudiants dans différentes villes de France.

    "Protège ton Eglise" sur Facebook et sur Twitter

    Entretien avec l'initiateur de "Protège ton Eglise"

    "Tous les Français ont "leur" église. Celle qu’ils voient en sortant de chez eux, celle devant laquelle ils passent en allant au travail, pour aller faire leurs courses, retrouver des amis, etc... Nous entendons réveiller les Français et leur rappeler que ce sont bien "nos" églises et qu’elles font partie de notre patrimoine local et national. [...] Ces églises sont notre passé et notre présent. Nous voulons qu’elles restent et soient aussi notre avenir. Et pour les catholiques, comme la plupart d’entre nous, il s’agit en plus de la maison de Dieu. C’est ce travail de sensibilisation que nous entendons mener. De là découlent les veilles, notre volonté d’être présents pour intervenir si nous assistons à des actes de vandalisme conformément à l’article 73 du code de procédure pénale."

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • Quand la réalité du voyage du pape chez les mahométans dépasse l'affliction de mon précédent billet...

     

    23 et 24 Rajab 1440 (de l'Hégire...)

    Pour la gloire de l'islam et des migrants - d'après Vaticannews:

    Le 30 et 31 mars prochain le Pape se rendra à Rabat au Maroc. Mgr Cristòbal Lòpez, archevêque de Rabat, appelle les fidèles à se préparer à l’accueillir comme "Pasteur universel" (...) Concrètement, les diocésains se préparent à la rencontre du "Père de tous les chrétiens catholiques"  en méditant à partir de fiches portant notamment sur "le dialogue interreligieux..."

    Le programme du samedi sera très dense, avec la visite au Roi Mohammed VI au Palais Royal, le discours depuis l’esplanade de la mosquée Hassan au peuple marocain, aux autorités et au corps diplomatique, la visite du mausolée du Roi Mohammed V et de l’institut Mohammed VI où sont formés les imams et prédicateurs (...) Il s’agit aussi d’une occasion de réaffirmer le soutien du pape François au Pacte mondial sur les migrations des Nations Unies adopté à Marrakech en décembre dernier et d’appeler à nouveau la communauté internationale à œuvrer avec responsabilité, solidarité et compassion vis-à-vis des migrants”

     23 & 24 Rajab 1440 (suite... pas fin)

     

    23 & 24 Rajab 1440 (suite mais pas fin)

     

    Au Maroc, le pape François soutient les migrants africains en marche vers l’Europe. 

    Le souverain pontife appelle mettre en œuvre "avec rapidité" les engagements du pacte de Marrakech notamment par "l'élargissement de canaux migratoires réguliers".

    Commentant le pacte de Marrakech, François a donc estimé qu'il était un pas en avant notamment pour prendre conscience que ces réfugiés ne sont pas seulement des migrants, Il faut donc "se laisser remuer et toucher par celui qui frappe à la porte"

    L'idée de François est de construire une société interculturelle et ouverte avec "des villes accueillantes, plurielles et attentives aux processus interculturels, des villes capables de valoriser la richesse des différences dans la rencontre de l'autre".

     

    Le pape aux chrétiens du Maroc : "S’il vous plaît, pas de prosélytisme !"

    Le pape François a mis en garde les chrétiens contre toute tentation de "prosélytisme", avant de célébrer une grande messe à Rabat, dimanche au second jour de sa visite officielle au Maroc. "Continuez à vous faire proches de ceux qui sont souvent laissés de côté, des petits et des pauvres, des prisonniers et des migrants", a-t-il conseillé, en revanche "les chemins de la mission ne passent pas par le prosélytisme, qui conduit toujours à une impasse".

    À l’intérieur de la cathédrale de Rabat, pavoisée et repeinte à neuf pour l’occasion, des représentants religieux venus du Maroc, mais aussi d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, ont accueilli le pape avec émotion, ponctuant son arrivée de youyous et d’applaudissements, immortalisant le moment avec leurs téléphones portables.

     

     

     

    à suivre...

     

    cadeau au Saint Père

    quand l'église demande à un musulman de faire l'Adhan * , émouvant et exceptionnel...

    * appel à la prière musulmane

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

    23 et 24 Rajab 1440 (de l'Hégire...)

    On peut aussi, si on veut, dire "30 et 31 mars 2019 de notre ère" (ou même, si on peut, "après J.C. pour 'Jésus Christ' ")

    C'est en effet à cette date que le Serviteur d'Espérance (comprendre l’Évêque de Rome, comprendre le Pape) rencontrera -en tant que "serviteur", donc- le Commandeur des Croyants (comprendre le Chef des Musulmans -les autres religions étant donc composées de "mécréants", qui ne pratiquent pas la vraie religion)

    On pourrait dire les choses plus simplement: le Commandeur a convoqué un de ses Serviteurs...

    Ironie du sort, coïncidence significative ou prophétique, ignorance de l'Histoire du christianisme ou provocation islamo-papale... 31 mars 1146, Saint Bernard, abbé de Clairvaux et conseiller des souverains, l'un des plus illustres "piliers de la chrétienté", lance depuis la colline de Vézelay un vibrant "appel aux chevaliers et souverains d'Occident" en présence du roi Louis VII et de la reine Aliénor d'Aquitaine, devant plus de 100.000 personnes du petit peuple des fidèles et de tout ce que la France compte de noblesse et de seigneurs, de hauts dignitaires, de gens d'église, de chevaliers... C'est le début de la deuxième croisade.... (31 mars 2019, au Maroc, le pape visite le chef ultime des adorateurs de Mahomet, visite l'institut où sont formés imams et prédicateurs musulmans et réaffirme sa solidarité et sa compassion avec les migrants et les clandestins)          

    23 et 24 Rajab 1440

    (certains ont cru voir, dans ce logo papal, une croix chrétienne, un peu chétive, enserrée entre les branches à la fois dominatrices  et menaçantes d'un croissant musulman - pourquoi pas ?)

     

    Pour la gloire de l'islam et des migrants - d'après Vaticannews:

    Le 30 et 31 mars prochain le Pape se rendra à Rabat au Maroc. Mgr Cristòbal Lòpez, archevêque de Rabat, appelle les fidèles à se préparer à l’accueillir comme "Pasteur universel"(sic)  (...) Concrètement, les diocésains se préparent à la rencontre du "Père de tous les chrétiens catholiques" (re sic) en méditant à partir de fiches portant notamment sur "le dialogue interreligieux..."

    Le programme du samedi sera très dense, avec la visite au Roi Mohammed VI au Palais Royal, le discours depuis l’esplanade de la mosquée Hassan au peuple marocain, aux autorités et au corps diplomatique, la visite du mausolée du Roi Mohammed V et de l’institut Mohammed VI où sont formés les imams et prédicateurs, et enfin une visite à la Caritas diocésaine où aura lieu une rencontre avec les migrants et ceux qui leur viennent en aide.

    Le dimanche matin, il se rendra au centre rural des services sociaux de Témara, avant la rencontre avec le clergé catholique et les religieux à la cathédrale de Rabat.

    Il est aussi rappelé, sans surprise, par le "Saint-Siège" qu'"Il s’agit aussi d’une occasion de réaffirmer le soutien du pape François au Pacte mondial sur les migrations des Nations Unies adopté à Marrakech en décembre dernier et d’appeler à nouveau la communauté internationale à œuvrer avec responsabilité, solidarité et compassion vis-à-vis des migrants”. le même communiqué précise que "Ce voyage apostolique sera aussi marqué par la rencontre du Souverain Pontife avec les chrétiens vivant au Maroc (précision nécessaire ?), dans une parfaite harmonie et liberté de culte, au service de la paix, de la tolérance et de la fraternité"

    Un enthousiasme chaudement partagé par le Muslim Post

    On est loin de 2006 et du rappel de l’ambassadeur marocain au Vatican suite aux propos du pape Benoît XVI. A l’époque, le souverain pontife avait paraphrasé l’empereur byzantin Manuel II Paléologue et affirmé que le Prophète n’avait apporté que "des choses mauvaises et inhumaines." Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Et l’arrivée de François au Vatican a permis au petit Etat (sic) de créer de meilleures relations entre chrétienté et Islam. "Le Coran est un livre de paix, c’est un livre prophétique de paix", avait-il ainsi dit en 2014, avant d’indiquer, deux ans plus tard : "Si je parlais de violence islamique, je devrais également parler de violence catholique.

    Quels seront les thèmes abordés lors de ce voyage au Maroc ? Il sera d’abord question de liberté religieuse dans le royaume (???). Mais aussi de la question migratoire (!!!): l’archevêque de Rabat indique que l’Eglise s’occupe des migrants avec de nombreuses initiatives. "Au Maroc, nous avons alloué 1,5 million d’euros et établi un programme pluriannuel, ‘Kantara’, qui assiste des milliers de migrants". Le pape devrait enfin mettre l’accent sur le dialogue interreligieux.

    ... à tel point qu'il est presque difficile de faire la distinction entre la presse vaticane et le presse mahométane... (si ce n'est, chez l'une des deux, la façon d'écrire "...chrétienté et Islam..." avec un emploi assez partisan de la lettre majuscule... -quoi que ...)

    Mais bon, jusque-là, on pourrait croire à un jeu diplomatique courtois afin de ménager toutes les sensibilités. Y compris les plus chatouilleuses...

    ... mais, en même temps, on peut lire ailleurs:

    La "Coordination des chrétiens marocains", une communauté ultra-minoritaire dans ce pays musulman à 99 %, a appelé jeudi les autorités à garantir à tous la liberté de culte, à quelques jours de la visite du pape François:  "Nous renouvelons l’expression de nos aspirations aux libertés de base dont nous, chrétiens marocains, sommes encore souvent privés (...) Parmi ces droits, la liberté du culte public, le droit au mariage ecclésial ou civil, les rites funéraires chrétiens ou l’éducation des enfants (...) Nous appelons aussi les autorités marocaines à ne plus faire subir des pressions aux Eglises officielles du pays, dont l’Eglise catholique au Maroc, dans le but de les dissuader d’accueillir ceux qui choisissent la voie du christianisme." (j'ignore si le pape aura à cœur de s’immiscer dans les affaires intérieures d'un pays libre et démocratique indépendant: on ne peu pas, à la fois, pleurer sur les musulmans rohingyas harcelés par les hindous et s'occuper du sort des cathos un peu partout dans le monde islamique, hein ?...)

    L'hypocrisie et le mensonge deviennent flagrants quand le "pape" François et ses adorateurs osent prétendre que sa visite s'inscrit dans "une longue et fructueuse tradition de dialogue avec l'islam" initiée il y a tout juste 800 ans par Saint François d'Assise en visite d'Amour, de Tolérance et de Paix chez le sultan Malik al-Kamil  ("le Parfait")...

     

    Pauvre Saint François, trahi jusque par les siens... On peut en effet lire sur le site des frères franciscains :
    "Il est en effet inspirant de constater que même au Moyen-Âge, au temps de François d’Assise, des chrétiens ont voulu établir des relations harmonieuses avec d’autres religions, en particulier avec l’Islam (...) Si François d’Assise était allé rencontrer le Sultan dans l’idée de le voir convertir vers la religion chrétienne, il y a dans sa démarche une volonté de réconciliation et de paix. Et encore plus réconfortant, c’est que nous pouvons appliquer à notre temps les leçons de cette rencontre profonde, pleine d’humanité et de tendresse (...) Les Franciscains souhaitent contribuer à l’éveil des jeunes sur l’existence d’autres cultures, d’autres religions que l’on se doit de respecter." (source)

    En fait...

    Au risque de sa vie et de celle de ses compagnons et en pleine croisade, le but de François d'Assise était, non pas d'entamer un dialogue "d'espoir", d'amitié réciproque et de compréhension mutuelle, mais d'essayer de convaincre le sultan d’abandonner l'impitoyable domination musulmane sur les lieux saints et de stopper les cruautés infligées aux chrétiens autochtones ou aux croisés venus libérer les Lieux Saints du Christianisme placés sous une domination mahométane impitoyable. Les chroniqueurs de l'époque signalent qu'à leur arrivée François et ses compagnons se firent "saisir brutalement par les Sarrazins, avec haine et cruauté, injurier, rouer de coups...", ce qu'avait pressenti le Saint en disant qu'ils se retrouveraient "comme des brebis au milieu des loups"... rien à voir, donc, avec de gentilles palabres philosophico-métaphysiques 

    François d'Assise a lui-même, dans une de ses Méditations, conclu ainsi de sa visite chez le sultan Malik al-Kamil: "Les frères qui s’en vont parmi les musulmans et autres non-chrétiens peuvent envisager leur rôle spirituel de deux manières : ou bien, ne faire ni procès ni disputes, être soumis à toute créature humaine à cause de Dieu, et confesser simplement qu’ils sont chrétiens... Ou bien, s’ils voient que telle est la volonté de Dieu, annoncer la Parole de Dieu afin que les non-chrétiens croient au Dieu tout puissant, Père, Fils et Saint-Esprit, Créateur de toutes choses, et en son Fils Rédempteur et Sauveur, se fassent baptiser et deviennent chrétiens..." un texte dont 'notre' François semble n'avoir pas eu connaissance ou dont il aurait fait un usage, certes hygiénique, mais assez peu catholique.

     

    hors-sujet, mais pas trop, en parlant d'hygiène pontificale:

    Le pape retire sa main pour empêcher les pèlerins d’embrasser son anneau papal:

    La bague du pape est un symbole de la relation forte entre le pontife et son Eglise. L’embrasser est un moyen d’exprimer sa loyauté envers le rôle joué par le Pape et de témoigner sa confiance en lui. (peut-être un reste d’honnêteté... ne pas vouloir abuser de la loyauté naïve de ses quelques derniers fidèles ?...)

     S'il s'agit d'une mesure d'hygiène, il a bien changé, notre "Saint Père", apostolique et romain:

    A l'occasion du Jeudi Saint, le pape François a lavé et baisé les pieds de douze personnes, des migrants de confession chrétienne, hindoue et musulmane, comme le fit Jésus avec ses disciples avant la Cène.

    (...Vous serez peut-être, comme moi, étonnés d'apprendre que Jésus avait "lavé les pieds des musulmans", avant la Cène...?)

     

     

    Si vous avez lu jusque-là et que vous avez encore un peu de temps devant vous, je ne résiste pas au plaisir de vous re-proposer (voir ici) cette "interview (presque) imaginaire de Saint François d'Assises" par Aldo Maria Valli, journaliste et écrivain catholique italien, à la suite du précédent voyage ("comme un frère"...) du "Saint-Père" aux Émirats arabes-unis afin de participer à une "conférence mondiale sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune" organisée par le "Conseil Musulman des Sages", présidé par son ami, le cheikh Ahmed Al Tayeb, recteur et grand iman de l'université Al Azhar du Caire...:

    - Bonjour, saint François.
    - Bonjour à toi. Que le Seigneur te donne la paix.

    - Pareillement. Puis-je vous poser une question?
    - Je t'en prie....

    - C'est à propos de François.
    - François?

    - Oui, le pape François.
    - Le pape François ?

    - Oui, Jorge Mario Bergoglio: le Pape François.
    - Ah ?!

    - Qu'est-ce qu'il y a?
    - Rien, rien. Donc, tu voulais savoir...

    - Voilà, saint François, je voulais vous demander un jugement sur un passage de la Déclaration signée par François et le Grand Imam.
    - Ils ont signé une déclaration ?

    - Oui, à Abu Dhabi.
    - Où est-ce? Près de Damiette?

    - Pas vraiment. Mais ça n'a pas d'importance. Le fait est que dans la déclaration...
    - J'imagine que le pape, pour témoigner de sa foi, a voulu entrer dans un grand feu, comme je l'ai fait en 1219 ....

    - Pas vraiment, saint François. Aucun feu.
    - Comment donc?

    - Eh bien, vous savez, cela ne se fait plus.
    - Oh, quel dommage. Et alors?

    - Et donc le Pape et le Grand Imam ont signé cette Déclaration...
    - Oh, bien. Le Grand Imam s'est converti au christianisme....

    - Hum, pas vraiment...
    - Mais s'il a signé...

    - Oui, il a signé, mais pour dire qu'il est d'accord sur le dialogue, la coexistence, la tolérance...
    - Et le pape n'a pas demandé au sultan....

    - Au Grand Imam....
    - Oui, d'accord, il n'a pas demandé au Grand Imam de se convertir à l’Évangile ?

    - Euh, non....
    - Comment cela?

    - Non, cela ne se fait plus....
    - Oh, c'est étrange ! Mais le pape ne devrait-il pas annoncer l'Évangile à tous les hommes?

    - Oui, mais là, voyez-vous, il y a la question du dialogue...
    - Je ne comprends pas. Moi, j'avais un désir ardent: aller chez le sultan, prêcher la foi chrétienne aux musulmans et montrer une volonté totale de mourir pour Christ. C'est pourquoi j'ai rejoint l'armée croisée...

    - Euh, je m'excuse, saint François....
    - Qu'est-ce qu'il y a ?

    - Aujourd'hui, ce n'est pas bien de parler de l'armée croisée...
    - Oh, c'est étrange ! Quoi qu'il en soit, disais-je, c'est pourquoi je suis allé là-bas, chez le prince musulman, et il m'a écouté volontiers. Mais quand je lui ai demandé de se convertir avec tout son peuple, il a hésité. Alors je lui ai proposé d'allumer un grand feu et je lui ai dit: "Moi et tes prêtres entrerons dans le feu et ainsi tu pourras savoir quelle foi est la plus certaine et la plus sainte." Mais les prêtres musulmans se sont enfuis. Et puis j'ai dit: "Je vais entrer dans le feu et si je sors indemne, tu te convertiras", mais il n'a rien voulu savoir à ce sujet.

    - Je connais l'histoire, saint François. Mais maintenant, j'aimerais vous demander quelque chose.
    - Oh, oui, bien sûr, demande...

    - Il s'agit ici d'une phrase de la Déclaration, où il est dit: "Le pluralisme et les diversités de religion, de couleur, de sexe, de race et de langue sont une sage volonté divine".
    - C'est ce qu'il dit ?

    - Oui.
    - Oh, très bien. Je n'ai jamais rien entendu de tel. Donc, si je comprends bien, si la diversité des religions est la volonté de Dieu, moi, chrétien, je n'ai pas besoin de prêcher l’Évangile.

    - C'est un peu cela.
    - Mais si je ne prêche pas l’Évangile, quel genre de chrétien suis-je?

    - C'est exactement ce que je voulais vous demander, cher saint François.
    - Eh bien, je suis surpris. Je suis allé parmi les infidèles....

    - Euh, saint François, s'il vous plaît....
    - Qu'est-ce qu'il y a ?

    - Infidèles, eh bien, on ne doit pas le dire....
    - Oh, très bien. Et pourquoi?

    - Parce que ça ne va pas. Vous savez, le dialogue, le respect...
    - Eh bien, j'y suis allé pour conquérir la palme convoitée du martyre, pas pour signer... comment dites-vous ?...

    - Une déclaration.
    - Voilà, pas pour signer une déclaration. Dans laquelle, en outre, il est écrit que ne pas être chrétien est la sage volonté de Dieu.

    - Mais vous devez comprendre que les temps ont changé...
    - Les temps... les temps. Mais la foi ne peut pas changer. Prêcher le Christ est notre devoir, en particulier aux Sarrasins....

    - Euh, saint François, s'il vous plaît....
    - Qu'y a-t-il encore?

    - Les Sarrasins.... on ne peut pas dire cela.
    - Oh, quels mots dois-je utiliser alors ?

    - Ceux du dialogue, du respect....
    - Dialogue ? Respect ? Mais vois-tu les gardes du sultan nous ont attaqués, nous ont battus avec des bâtons, nous ont mis enchaînés, et j'ai été forcé de crier pour les faire fuir !

    - Autres temps, saint François. Maintenant, il y a la tolérance.
    - Eh bien, c'est possible. Quoi qu'il en soit, j'ai dit clairement au Sultan: "Ce n'est pas par l'homme, mais par Dieu que nous avons été envoyés pour vous montrer, à vous et à votre peuple, le chemin de la santé et de l'annonce de l’Évangile".

    - Donc, cher saint François, je crois comprendre que la Déclaration signée ne vous plaît pas...
    - Je ne sais pas quoi te dire. Elle me semble étrange. Mais le pape, après, il est resté?

    - Bien sûr. Pourquoi cette question?
    - Parce que moi, j'ai mis les choses au clair: "Je resterai...", ai-je dit au Sarrasin...

    - Saint François, s'il vous plaît....
    - Ah oui...on ne doit pas dire sarrasin.

    - Merci.
    - J'ai donc dit au sultan : "Je resterai volontiers avec toi, si toi et ton peuple vous convertissez au Christ". Mais je ne pense pas que le pape ait demandé quelque chose de ce genre, non?

    - Non, en fait....
    - Et puis, quand le sultan m'a critiqué pour la sainte entreprise...

    - Sainte entreprise?.....
    - Oui, la croisade.

    - Saint François, soyez gentil, nous ne pouvons pas appeler la croisade "sainte entreprise".
    - Oh, très bien. Et pourquoi?

    - Le dialogue, le respect....
    - D'accord. Quand le sultan m'a critiqué pour la croisade, j'ai répondu avec fermeté: "Les chrétiens vous attaquent à juste titre, vous et la terre que vous avez occupée, parce que vous blasphémez le nom du Christ et éloignez de son culte autant de personnes que vous pouvez. Mais si vous vouliez connaître le créateur et rédempteur, le confesser et l'adorer, ils vous aimeraient comme si vous étiez eux-mêmes."

    - Mais saint François....
    - Qu'y a-t-il encore?

    - C'était une autre époque.
    - Et d'autres chrétiens, à ce que je vois.

    - Peut-être. Quoi qu'il en soit, merci pour cette interview.
    - Il n'y a pas de quoi. Que le Seigneur te donne la paix.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    11 commentaires
  • Le poète a encore plus raison que ça: la femme est l'avenir de Dieu

     (nom de Dieu !)

    Nadia et les Évangiles ...

    "Les Inrocks" [1] étaient fous d'elle... "Nadia Bolz-Weber, portrait d'une pasteur punk".

    ...et il y a de quoi, semble t-il, selon leurs critères personnels.

    Enfant rebelle née dans une famille de chrétiens fondamentalistes du Colorado, elle rejette très tôt la religion "trop contraignante" (selon elle).

    Peu à peu, elle va connaitre la rue et succomber au(x) sexe(s), à la violence et à la drogue (moins "contraignante", peut-être, que la prière familiale du soir ?) jusqu'à ce que sa santé se dégrade de façon dramatique.

    Alors, soudain, elle se rend compte que la religion pourrait (re)devenir une source d'espoir: déjà que ses amis lui demandaient, comme ça,presque pou rigoler, de célébrer quelques cérémonies de mariage ou d'enterrement.

    Elle décide d'entrer au séminaire et, à sa sortie après plusieurs années d'étude, elle crée sa propre congrégation "The House for all sinners and saints" ("la maison de tous les pécheurs et les saints") pour "ses" gens (marginaux, oubliés, alcooliques, drogués, jeunes en rupture, gays et lesbiennes... ); cependant, d'après certains témoins, on verrait également, parfois, sur les bancs de son église, des fidèles en costumes-cravates et jupes plissées... mais c’est toujours à coups de "fuck", "bullshit" et "dudes" qu’elle fait entendre la Voix du Seigneur.

    Elle se dit certaine que François (le pape catholique apostolique et romain) est fan de sa congrégation; exemples : "Dans sa paroisse, tout le monde peut recevoir l’eucharistie, quelles que soient ses convictions, ses pratiques et ses croyances..." et "La communauté qu'elle sert, accueille près de deux tiers de personnes LGBTI" et "elle est de tous les combats pour l'accueil des migrants".

    Et "l'Accueil radical (pour une Eglise inclusive)" [2] ne tarit pas d'éloges à son sujet.

    "...de mon point de vue, les personnes LGBTI n’ont pas besoin de l’Église. C’est l’Église qui a besoin de ces personnes. Pour être vraiment corps du Christ, entièrement."

     

     

    Et c'est pas tout, toujours aux Etats-Unis, dans la célèbre série "on se ressemble grâce à nos différences" (© Nelson M.):

     

    Ani et le Coran...

    Le magazine "Cheekmagazine" [3] (un "podcast conversationnel, générationnel et féministe"™) a trouvé une autre perle rare: 

    Ani Zonneveld est l’une des rares femmes imams dans le monde. Cette Malaisienne installée à Los Angeles est convaincue que la pratique de l’islam est à réinventer pour mieux se rapprocher du Coran.

    Ani Zonneveld, était venue aux États-Unis faire ses études, et n’en est jamais repartie... elle s’est rapprochée de sa religion d'origine (l'islam "traditionnel" ) après les attentats du 11 septembre 2001: elle a compris à ce moment-là à quel point l’islam était méconnu, à l’intérieur comme à l’extérieur de la communauté musulmane.

    C'est à cette époque qu'elle a tenté de sortir un album de "pop-islamic" pour démontrer que les musulmans sont des gens modérés...

    Pas découragée par cet échec, elle fonde en 2006 une communauté appelée "Muslims for progressive values" dans laquelle "l’égalité est au cœur de toutes les démarches, que ce soit entre hommes et femmes, gays et hétéros, musulmans et non musulmans" et, en véritable imam(·e), elle dirige les prières, organise les jeûnes et célèbre régulièrement des "nikâh": des mariages religieux entre des femmes musulmanes et des hommes non musulmans...

     

    C'est tout pour aujourd'hui...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • "Saint-Père, Rome est fichue...Vous vous damnez comme un chien." annonçait un modeste diacre ou un bedeau anonyme dans les années 1850

    Tout était écrit, car comme disait l'autre: "le poète a toujours raison..."

    Le pape musulman 
    Jadis voyageant pour Rome,
    Un pape, né sous le froc,
    Pris sur mer, fut, le pauvre homme,
    Mené captif à Maroc.
    D’abord il tempête, il sacre,
    Reniant Dieu bel et bien.
    – Saint-Père, lui dit son diacre,
    Vous vous damnez comme un chien.

    Sur un pal que l’on aiguise
    Croyant déjà qu’on le met,
    Le fondement de l’église
    Dit : "Invoquons Mahomet.
    Ce prophète en vaut bien d’autres;
    Je me fais son paroissien."
    – Saint-Père, au nez des apôtres
    Vous vous damnez comme un chien.

    Aye...! aye...! on le circoncise.
    Le voilà bon musulman,
    Sinon parfois qu’il se grise
    Avec un coquin d’iman.
    Il fait de sa vieille Bible
    Un usage peu chrétien.
    – Saint-Père, c’est trop risible ;
    Vous vous damnez comme un chien.
      En vrai corsaire il s’équipe ;
    Pour le Croissant il combat,
    Prend le sorbet et la pipe ;
    Dans un harem il s’ébat.
    Près des femmes qu’il capture,
    Voyez donc ce grand vaurien !
    – Saint-Père, quelle posture !
    Vous vous damnez comme un chien.

    À Maroc survient la peste;
    Soudain fuit notre forban,
    Qui dans Rome, d’un air leste,
    Rentre avec son beau turban.
    – Souffrez qu’on vous rebaptise.
    – Non, dit-il, ça n’y fait rien.
    – Saint-Père, quelle bêtise !
    Vous vous damnez comme un chien.

    Depuis, frondant nos mystères,
    Ce renégat enragé
    Veut vider les monastères,
    Veut marier le clergé.
    Sous lui l’église déchue
    Ne brûle juif ni païen.
    – Saint-Père, Rome est fichue ;
    Vous vous damnez comme un chien.

     

    Pierre-Jean de Béranger (1780-1857): Chansonnier prolifique, on lui doit beaucoup d'airs populaires. Très estimé par ses contemporains, il est reconnu de son vivant, et son succès s'étend jusqu'en Belgique. Il multiplie les styles et écrit aussi bien des satires, des chansons à boire que des romances ou des chansons politiques. Emprisonné un temps, Alexandre Dumas et Victor Hugo viennent lui rendre visite. Aujourd'hui, il est considéré comme le père de la chanson moderne.

     

    Plus près de nous:

    Le coup du père François...

    Voyage de Sa Sainteté le Pape François chez nos frères mahométans sunnites d'Arabie Saoudite et ceux du Maroc...

    le coup du père François...

    Nous avons choisi celui-ci parmi la cinquantaine de logos envoyés par ceux qui ont répondu au concours de logos que nous avions lancé :
    1. Une croix et un croissant: la croix chrétienne et le croissant musulman = la dimension de rencontre interreligieuse entre chrétiens et musulmans, la rencontre du Pape François et du Commandeur des croyants à Rabat, 800 ans après la rencontre de François d’Assise avec le sultan.
    2. Les couleurs des 2 pays : vert et rouge pour le Maroc, jaune et blanc (le fond) pour le Vatican.
    3."Serviteur d’Espérance": le Saint-Père est Serviteur des Serviteurs de Dieu, mais c’est aussi la reprise du titre de la lettre pastorale de la CERNA remise au Pape François lors de la dernière visite ad limina en 2015.
    4. Le nom du Maroc écrit en arabe pour honorer le pays qui l’invite.

    http://ilsismografo.blogspot.com

    ( voir aussi ce site )

     

    A défaut d'écouter la voix (infaillible car papale) de François, écoutons, mes frères, celle de Majid

    - Deux fois, mon frère ?

    - Hé... oui... En attendant l'Avènement du Chrislam...

    - C'est quoi, ça, le... chrislarme ?

    - C'est ça, mon frère...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique