• ?

    Vous vous demandez, où et comment...

    1) passer les 6 ou 8 mois du prochain confinement citoyen et profilactique

    2) échapper aux effets annoncés du changement climatique et de la canicule

    3) résister aux désagréables incivilités exotiques de l'ensauvagement national

    4) oublier la réélection triomphale de Président Emmanuel Macron en 2022 

    5) vivre, tout simplement, une retraite peinarde...

    La BAD est faite pour vous !

    BAD is good

    Une BAD est une "Base Autonome Durable"...

    Une Base Autonome Durable est un petit coin de Paradis, individuel ou familial, au milieu de l'Enfer Avenir.

    Pour les spécialistes avertis :

    "La Base Autonome Durable est un terme générique pour désigner un refuge, un havre de paix, une forteresse qui permettra à tout un chacun de se sentir en sécurité avec pour objectif d’être le plus autonome possible en cas d’effondrement de la normalité.

    "La B.A.D peut être votre maison individuelle, une vieille ferme à restaurer, une maison de campagne, ou un regroupement de maisons partageant un terrain et des bâtiments en commun formant une petite communauté ou un hameau…

    "Cela peut être aussi un terrain que vous avez acheté avec simplement posé dessus une caravane, un abris de chasseur, ou des containers maritime aménagés en lieux de vie.

    "Ce refuge une fois défini doit devenir le plus autonome possible, c’est pourquoi il est préférable dans la mesure du possible de vivre dans sa B.A.D et être propriétaire pour y développer une autonomie alimentaire et énergétique. Il est évident que l’on ne peut pas gérer un potager et un poulailler en venant qu’une fois par semaine. Avoir une B.A.D est pertinent si une situation dégrader venait à perdurer dans le temps, et que les produits de première nécessité commencent à se faire rare. 

    "En cas d’effondrement économique, de perte d’emploi, de guerre civile ou de catastrophe naturelle, être propriétaire d’un refuge autonome en énergie et produisant de la nourriture peut faire la différence entre vivre et mourir."

    Il va de soi que...

    "Dans la mesure du possible il est préférable de choisir un terrain ou une maison éloignés des grands axes routiers, des centrales nucléaires et des grandes villes. Préférer plutôt la campagne et la ruralité bien plus calme pour bénéficier de grand espace à moindre coût."

    Et comme il faut penser à tout...

    l'autonomie en eau potable est la priorité absolue et, forcément, vous devrez disposer d'une source d'eau potable, ou à la rigueur d'un puits et récupérer systématiquement les eaux de pluie dans une ou plusieurs citernes.

    l'autonomie alimentaire va de soi suite à la disparition de la Grande Distribution et des petits commerces. Potager et verger seront indispensables ainsi qu'un minimum d'élevage (sauf pour les BAD végans)

    l'autonomie énergétique, évidemment, basée sur des associations subtiles et personnalisées de cellules photovoltaïques et d'éoliennes, de groupe électrogène (polluant... mais bon...) et de bois de chauffage.

    l'autonomie de stockage, à la fois pour les conserves de votre jardin (bio et local) et un stocke de graines , ainsi que celles du commerce, un stock de légumes secs et d'épicerie (sucre, farine - durée de conservation : 15 ans)

    l'autonomie sécuritaire à base de mur d'enceinte surmonté de tessons de bouteille, de ronces, de chien de garde, de vitrages blindés et de grillage aux fenêtres, etc...

    Tous ces conseils détaillés et bien d'autres sont à retrouver sur https://www.citoyenprevoyant.frhttps://nopanic.fr... et bien d'autres.

     

    NB.: A l'origine, j'avais préparé cet article sur un fond d'ironie gentillette envers nos amis survivalistes et collapsologues ou gretaïstes, mais au vu d'une certaine accélération/aggravation de l'hypothèse 3) de l'introduction et les conclusions assez peu optimistes de l'article précédent [.../...]... on peut se demander si... parfois... à la réflexion.... mais sans vouloir paniquer, vu que BFM-TV ou C-NEWS n'ont pas l'air de commencer à dramatiser la situation... mais quand-même... faut voir... Non ? Se renseigner, ça coûte rien, n'est-ce-pas...?

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  •  

    L'hymenopus coronatus, vous connaissez ?

    Non... l'"hymenopus coronatus" n'est pas une infection virale récemment découverte qui pourrait frapper certaines jeunes patientes suite à une "reconstruction de leur virginité".

    C'est "une espèce d'insectes de la famille des Hymenopodidae, sous-famille des Hymenopodinae, et du genre Hymenopus", si on en croit n'importe quelle bonne encyclopédie qui se respecte et ne recule devant rien pour enrichir notre culture.

    Sa principale caractéristique est son mimétisme poussé à l’extrême : elle se déguise littéralement en orchidée (d'où son nom vulgaire de "mante orchidée"), telle une fleur parmi les fleurs...

    Hymenopus coronatus

            ...pour tromper, attirer (et dévorer) ses proies (généralement de jolis papillons pollinisateurs). Sa couleur peut varier de toutes les nuances du rose au brun en passant par le blanc

    Il faut reconnaître que, en général, c'est pas mal fait :

    Hymenopus coronatus

     

    Hymenopus coronatus

    Hymenopus coronatus

      Hymenopus coronatus

     

     

    Mais je me demande encore pourquoi je poste cet article sur les beautés et les mystères de la Nature, loin de mes thèmes et sujets les plus habituels sur la décadence et le chaos quotidiens...

    Si quelqu'un suggère que c'est parce-que... je voudrais insinuer que... parmi les êtres humains aussi... on pourrait en rencontrer... parfois... quelque-part... en certaines occasions...  en rencontrer qui chercheraient à dissimuler leur personnalité et leurs intentions pour nous séduire, pour mieux nous attirer, et mieux nous croquer tout cru... je lui dirais qu'il a vraiment mauvais esprit..

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • L'actualité ne prête pas à sourire c'est vrai.

    Laissez-moi pourtant vous narrer ce que je sais de... 

    ...mon copain Manu.

    (toute ressemblance avec des personnes ou des faits existants serait pure imagination de votre part.)

    Mon copain Manu

    Mon copain Manu ne va pas bien en ce moment, et ça me fait de la peine pour lui de voir ça... On m'a dit que c'est peut-être un peu à cause d'une vieille ancienne maîtresse d'école qui surveille son dortoir du pensionnat où il est pour encore au moins deux ans et qui a fait renvoyer Alexandre, son meilleur ami de chambrée mais trop bagarreur...

    On dit qu'il a décidé ne plus vouloir s'amuser avec sa collection complète de soldats de plomb ou de bois et tous ses déguisements et tous les accessoires qui vont avec (bateau qui va sous l'eau, Jeeps, hélicoptère, avion à réaction, hôpital en toile de tente, etc...), ne plus vouloir les mettre en rang d'oignon ou les faire pirouetter devant lui comme des danseu·r·se·s (on doit s'obliger à écrire comme ça...), pas vraiment marti·al·aux·ales (...mais ça fait drôle quand on se relit à haute voix !) avant de renverser la table en disant que c'est lui qu'est le chef, d'abord. Ça avait pourtant l'air de bien lui plaire au début : il fallait voir l'air sérieux comme le pape qu'il essayait de prendre en essayant de ne pas rigoler quand il ouvrait son coffre à jouets et qu'il les regardait en fronçant les sourcils comme pour leur faire peur. Mais il est comme ça : au début, ça lui plait, il commence tout et il ne finit rien. Ou alors il le finit sans faire attention, n'importe comment, mais il sait que de toute façon il ne sera pas grondé. C'est surtout le 14 juillet, la "Journée Nationale de la France" que les petits et les grands enfants trouvaient ça beau. mais pas lui, alors il boude.  On m'a dit que c'est parce-que ça lui rappelle les leçons d'Histoire de France et je sais qu'il aime pas l'Histoire de France. Ni la Géographie.

    Depuis qu'on lui a en offert une belle panoplie complète pour son Noël dernier, il ne fait plus que jouer au docteur avec ses copains de sa bande. En les obligeant des fois à se fabriquer eux-même leur panoplie d'infirmier-re : des blouses avec des vieux sacs en plastique, des masques avec les vieux soutien-gorges de leur sœur, des boites qu'on dit que c'est des médicaments pour de rire mais qui coûteraient le pognon du dingue, et tout ça... et pis surtout, il les oblige à prendre et reprendre sans arrêt sa température dans son trou de balle. Il veut aussi leur donner un peu des médailles que ses petits soldats ne méritent pas quant ils ne meurent même pas tous pour de vrai à la guerre comme les infirmières et les docteurs. Mais surtout il n'aime pas que les autres enfants des voisins, ceux qui viennent de Marseille (c'est à la plage comme Le Touquet mais dans les Alpes-Atlantiques, il m'a dit, Manu) viennent jouer au docteur avec lui parce-que on lui a dit que c'étaient des tricheurs et des vantards. Il est fort à ce jeu là car il a réussi à enfermer presque tout le monde de son institut en leur disant que vous êtes gravement malades et si on se contagieuse par la maladie on va tous mourir !

    Je le connais bien, et je sais déjà que bientôt ça lui passera aussi et qu'il faudra trouver un autre jeu pour y jouer... Peut-être au jardinier-vétérinaire avec sa copine suédoise Greta, celle qui a toujours trop chaud et qui transpire tout le temps et que ça la met en colère... Peut-être à la marchande avec la grosse Angèle qui sent la bière et qui vient d'Allemagne et qui gagne toujours au Monopoly (mais elle triche tout le temps)... Peut-être aux cow-boys avec Donald, Mickey et quelques autres, mais c'est pas sûr je crois qu'ils sont fâchés... Ou même des jeux plus simples et plus faciles : "papa-maman" (ou parent#1-parent#2) avec Marlouna... ou "je te tiens la barbichette" avec Doudou et Fifi... ou "Jacques a dit" avec Sibethdaye... ou "pigeon vole", mais là, avec tous ses copains qui sont très fort à ce jeu qu'ils le prennent au mot de la lettre ; c'est ce qu'ils disent dans les blogs... ou aussi faire un spectacle de fin d'années en duo avec Bigard... Ce qui est sûr, c'est que les éducathérapeutes qui le suivent depuis son admission sont d'accord avec eux :  laissé à Lui-Même, il risque de se retrouver dans le même état de nerfs qu'en avril 2017...! 

    Mais aussi, il aurait bien aimé aller à la "Méga Teuf de la Zique" de papy-taty Jack, mais on sent que son cœur n'y est pas à cause de tout ce qu'on entend dans le journal : que des afro-black -peut-être même ceux des îles de Guyane ou des Antilles- se font mourir étouffés partout dans le monde par les supréracistes blancs (surtout des policiers) comme on les appelle, alors il est un triste et c'est peut-être pour ça son caprice parce-que si il ne va pas à la fête il ne pourra pas ressortir son instrument pour jouer avec les musiciens afro-black comme l'autre fois. Mais il y aura quand-même plein d'artistes et il regardera peut-être à la télé parce-qu'il y a encore des virus qui nous font la guerre dans la rue mais c'est dommage : c'est tous les artistes préférés des français qui vont chanter et même (j'ai oublié son nom) celle qui a une chanson qui dit qu'il faut prendre un fusil pour tuer les policiers qui tuent les Panthères-Noires (ou un truc comme ça) en Amérique à Neuve-York ou à Neuf-Trois (je sais pas où c'est), c'est la chanson préférée de son copain Cricri "le castagneur", comme on l'appelle, mais qui voudrait quand-même faire policier. J'ai pas tout capté, comme on dit.

    Pourtant, et je ne sais pas pourquoi, bon, c'est un bon copain, mais si j'étais dans la même classe que lui, je ne voterais pas pour lui comme chef-de-classe. Il est quand-même trop bizarre des fois. Et on dit qu'il fume en cachette et qu'il renifle tout le temps.

    Bon, je dois vous quitter, c'est le moment de la séance d'Adaptation Citoyenne de Progrès... Après, comme on est vendredi, ça sera l'heure de la Grande Prière. J'ai toujours envie de rigoler quand mon copain François récite "Al-ḥamdu lillāh, alaykum wa-raḥmatu llāhi wa-barakātuh" avec son accent italien de la région de Rome... mais je me retiens, je n'ai pas envie d'être dénoncé et d'être appelé dans le bureau de monsieur Didier (celui qui a une grande casquette, pas celui qui a un stéstoscope et des cheveux sales) : c'est le Préfet de la Police Intérieure et du Règlement. On a un copain qu'on n'a jamais revu après, il s'appelait Eric, et on ne sait pas où il est maintenant.

    Allez, cette fois, j'y vais...

    A bientôt peut-être...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    8 commentaires
  • FRANCE ÉMEUTES 2020

    L'article "Émeutes 2020" n'existe pas sur ce wiki !

    ("wikipédia : pas d'article avec ce nom.)

    Vous souhaitez le créer ? Vérifiez auparavant que le sujet n'a pas déjà été traité dans les résultats ci-dessous, puis assurez-vous qu'il est admissible dans l'encyclopédie.

     

    Les émeutes de 2020 se déroulent dans les quartiers populaires, un peu partout en France durant le mois d’avril 2020, alors même que le pays est en confinement imposé, en période de crise sanitaire dû au Covid-19 qui sévit en France depuis le mois de février 2020.

    ("article supprimé- visible en cache")

    ["Police (au) secours...!"]

     

    Autre chose ?

     

     

    extraits :

    "...Sur le Coran !"

    "Tu passes plus ici. Tu passes par ici, tu te fais caillasser ta race"

    "J’ai des cocktails molotov, j’ai des mortiers ici "

     

    L' application UVP...


    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • On a tous en tête 

    Un vieux 45 tours rayé

    Souvenir d'un âge bête 

    Et des années yé-yé

    ...et le chanteur chantait:

    "I love you and you love me it's wonderfull I am singing with my guitar" 

     

    "Rockcorrection"

     

    De temps à autres je ré-ouvre de vieux livres, de vieilles revues qui datent du temps des cheveux longs, du temps des fleurs, des futals pattes d'éph de la marine anglaise et des gilets afghans brodés...

    Par exemple "SPECIAL POP" : "380 pages, 860 photos, 100 dessins... Un travail démoniaque... la vie détaillées de 475 idoles... les Hippies, les Sounds, les Radios-Pirates..." (19,95 F TTC en 1967 -et 30 € d'occasion aujourd'hui...)

    Tout sur tous, de Patrick Abrial à the Zombies, en passant par Roy Orbiison, Mireille Mathieu, Jefferson Airplane, Antoine, Bob Dylan et Fats Domino ou Chuck Berry... Et de Daniel Fillipacchi à José Arthur et le Président Rosko... Et bien d'autres choses encore...

    C'était bien c'était chouette, presque autant que chez Laurette.... et nous étions de la dernière averse.(vs les neiges d'antan)

    Depuis, mes goûts, mes convictions et mes opinions ont quelque peu changé... 

    A propos de Chuck Berry, justement... un article de Polémia .

     

    Chuck Berry : porte-avions des troupes d’occupation culturelles 

    Thierry Bouzard, chroniqueur musical, analyse ici le rôle culturel de Chuck Berry, inventeur du rock-and-roll, né de la fusion entre la musique afro-étasunienne et la musique blanche country d’origine irlandaise.

    Chuck Berry est mort à 90 ans : le rock, ça conserve. Particulièrement inspiré, ce guitariste noir du Missouri a opéré la fusion entre la musique afro-étasunienne et la musique blanche country d’origine irlandaise pour donner naissance, au milieu des années 1950, au rock-and-roll. Une musique rapide, calée sur le rythme du moteur, une musique de l’ère industrielle qui ouvre sur la musique de masse.

    Chuck Berry va devenir le modèle de toute une génération de musiciens occidentaux qui imitent son style et son côté sulfureux fait de prison, de filles et de dollars, y ajoutant souvent les drogues. Un de ses standards sorti en 1958, "Johnny B. Good", est repris par les plus grands guitaristes, Elvis Presley, les Beatles, Keith Richard, Jimi Hendrix, Eric Clapton et bien d’autres, pour devenir celui d’une génération. En France, il est introduit par Eddy Mitchell et Johnny Halliday. Vingt ans après les soldats français qui avaient combattu sous l’uniforme US, leurs émules musiciens renouvelaient ainsi l’allégeance à leur suzerain, overlord en anglais (*).

    Le Jazz en Europe (1917), le rock (années 1950) : déplacement du centre culturel de la civilisation occidentale

    Le jazz était arrivé en Europe en 1917 avec le corps expéditionnaire US, illustrant le déplacement du centre de gravité culturel, mais aussi économique et politique, de la civilisation occidentale. Quarante ans plus tard, le rock va conforter cette hégémonie, lui donnant une dimension planétaire. Par l’influence qu’il a exercée, Chuck Berry est une sorte de porte-avions des troupes d’occupation culturelles de la mondialisation. Que ce soit par les armes ou la musique, l’objectif est identique : la conquête de nouveaux marchés économiques. Le combat pour la suprématie s’est simplement déplacé du militaire au culturel. En 1977, consécration suprême : Johnny B. Good est même sélectionné par la NASA pour présenter le portrait musical de l’humanité auprès d’éventuels extra-terrestres que rencontrerait la sonde Voyager, à l’égal de Bach, Mozart et Beethoven. On passe du planétaire à l’interstellaire.

    Mythe vivant, Chuck Berry n’avait pas besoin de groupe pour l’accompagner : où qu’il aille se produire avec sa légendaire Gibson rouge, il trouvait toujours des musiciens connaissant son répertoire, parfois plus ou moins bien.

    Guitare électrique, microsillon et société de consommation

    Sa musique apparaît à une période charnière où la rencontre de la guitare électrique, du microsillon et de la société de consommation va ouvrir le marché de la jeunesse, opérant une fracture entre les générations. Il est presque étonnant d’observer comment les populations de vieille souche européenne vont joyeusement abandonner leurs références musicales ancestrales pour ces nouveaux standards, envoûtants certes, mais néanmoins particulièrement corrosifs pour leur identité culturelle –le modèle étant tellement entré dans les mœurs qu’il n’est même plus contesté.

    L’émergence du rock coïncide d’ailleurs avec l’abandon de la plus longue mémoire musicale de la civilisation européenne quand l’Eglise de Vatican II élimine le grégorien de la liturgie ordinaire. Entraînant l’adhésion des masses, la musique devient un outil majeur d’un affrontement de civilisations. Ainsi la célébration de Chuck Berry a quelque chose de morbide, elle est celle de l’effondrement du modèle culturel de la vieille Europe.

    Note : (*) Operation Overlord (suzerain) est traduit par Débarquement en Normandie des troupes étasuniennes en 1944.

    Thierry Bouzard
           23/03/2017

    A travers un exemple, concret et précis, une démonstration de cette "américanisation de l'Europe", dénoncée et vilipendée culturellement et sociologiquement par Eric Zemmour dans la plupart de ses ouvrages ("Destin français", "Le suicide français" entre-autres), démontée et expliquée historiquement, politiquement et économiquement par par Philippe de Villiers ("J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu"), et visible jour après jour par qui a encore un regard lucide à travers les mouvements "progressistes" de toutes sortes (écologie punitive, théories du genre, féminisme radical, anti-racisme et repentance, négation de l'histoire et de la culture des nations, rejet des traditions ancestrales, etc...) 

    Bien sûr... pour les anti-Zemmour ou anti-de Villiers...!

     

    A propos de Thierry Bouzard, on peut lire entre-autres sur Polémia:

    "Des chansons contre la pensée unique" de Thierry Bouzard

    Ce spécialiste réputé du chant militaire y mène une étude originale, complète et approfondie des différentes musiques rebelles, depuis l’apparition de la chanson engagée.Tout ce qui a pu se faire "à droite" est répertorié et mis en perspective. Le tout est accompagné d’une réflexion savante sur le lien entre ces expériences musicales et l’engagement politique.

    4e de couverture :

    La musique joue sur nos émotions, nous faisant privilégier les styles connectés à notre sensibilité et notre culture.
    Du fait du morcellement des répertoires, nos choix ignorent des courants musicaux nombreux et créatifs, d’autant plus que le totalitarisme culturel ambiant les occulte et les combat. Grégorien, chanson traditionnelle, chanson de soldat, oi!, rock identitaire, RAC, rock metal et indus… Venance Fortunat, Botrel, le Père Doncœur, Méfret, Gavino, Barbelivien, Fraction, Vae Victis, In Memoriam… l’inventaire serait incohérent si les compositions qui en émanent n’étaient l’expression d’une certaine identité, en butte à la pensée dominante. L’abondante diversité de ces courants musicaux alternatifs soigneusement tenus à l’écart des médias devait être présentée, car elle témoigne d’une vitalité et d’une richesse insoupçonnées.Il vous est proposé ici un tour d’horizon jamais tenté et pourtant indispensable, qui ne manquera pas d’étonner, comme a déjà été remarqué l’entretien exclusif avec Jean-Marie Le Pen.

    Thierry Bouzard, historien de la musique et de la chanson, a publié plusieurs ouvrages et recueils de chants. Il a animé plus de cinq ans une émission musicale sur Radio Courtoisie et a participé à la réalisation de nombreux CD.

     

     

    Bon... je n'ai pas (encore ?) lu ce livre, mais il me semble à des années lumières "des vieux livres, des vieilles revues qui datent du temps des cheveux longs, du temps des fleurs, des pattes d'éph de la marine anglaise et des gilets afghans brodés... que je réouvre de temps à autres....", comme...

    ...comme par exemple ce "Chansons politiques d'aujourd'hui" (enfin... avant-hier !) avec  François Béranger, Michel Bühler, Jean-Max Brua, Imago, Gilles Servat, Mouloudji, Gilles Vigneault...

    "Les chansons ici rassemblées ne prétendent pas représenter l'ensemble de la chanson politique, tout juste quelques tendances. Au premier regard, leur assemblage peut sembler disparate. Leur unité vient d'ailleurs, elles sont le résultat de plusieurs années de travail vers une conception différente de l'écriture et de la production musicale. Une conception qui, d'emblée, se démarque des compromissions habituelles en ce domaine et qui a doublement choisi la voie la plus périlleuse. Il faut en effet un certain courage et des convictions bien arrimées pour choisir, à l'époque des tubes de quelques semaines, la chanson à texte et, plus qui est, la chanson sociale ou révolutionnaire.../...

    (Il semble que quelques personnes croyaient en ces propos...on ne rigole pas, SVP.)

     

     

      "Rockcorrection"

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    20 commentaires
  •  

    En ces temps déraisonnables, courte pause encore plus déraisonnable et bienvenue...

    Et, en plus, cette pause joint l'utile à l'agréable...

    Tous à votre "ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE" : motif "achats de première nécessité"...

    Stéphane Collaro rencontre le docteur MAURY qui à découvert que chaque vin avait des propriétés thérapeutiques spécifiques

    La Lorgnette 01/04/1974

     

     

    Pour ceux d'entre vous qui n'ont pas internet, vous pouvez (peut-être encore) vous procurer la version papier:

    Du Pauillac plutôt que du Prozac !

    Pause dominicale

     

    Vous avez une angine ? Médoc.

    Vous avez des problèmes de vue ? Bourgogne.

    Vous êtes cardiaque ? Champagne sec.

    Vous êtes ballonné ? Vin d'Alsace.

    Ce sont quelques-uns des stupéfiants conseils du docteur Maury dans ce guide publié pour la première fois en 1974, où le "jus de la vigne" se transforme en remède universel.

    Vous y apprendrez, en outre, que le vin n'est pas une "boisson alcoolique" ; que les discours anti-œnologiques détournent l'attention des vrais dangers que sont la consommation excessive d'eau et de jus de fruits ; et que l'alcoolisme ne serait plus un problème si nous buvions plus de vin.

    Plongez le nez dans ce best-seller oublié : vous retrouverez la légèreté et l'ivresse de la France d'hier. Un très grand cru !

     

     

     

     Vous me remercierez plus tard...

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires
  •  trouvé ça, sur quelques sites :

    Message des évêques de France aux catholiques et à tous nos concitoyens

    L’ensemble des évêques de France invite les Français à un geste commun le mercredi 25 mars prochain. Les catholiques lui donneront une signification particulière en raison de la fête de l’Annonciation, mais tout le monde peut s’y joindre : déposer une bougie sur sa fenêtre au moment où les cloches sonneront sera une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays.

    Le mercredi 25 mars, à 19h30

    Un peu partout en France, les cloches de toutes les églises sonneront pendant dix minutes, non pour appeler les fidèles à s’y rendre, mais pour manifester notre fraternité et notre espoir commun. 

    Elles sonneront comme elles ont sonné aux grandes heures de notre histoire, la Libération par exemple. En réponse à ce signe d’espoir, nous invitons tous ceux qui le voudront à allumer des bougies à leur fenêtre. Ce geste, qui est de tradition dans la ville de Lyon, est un signe d’espérance qui transcende les convictions particulières...

     

    Et pourquoi pas ?

    Chaque soir, à 20 heures pétantes, les habitants des grandes villes sont invités par les bien-pensantes autorités compétentes à sortir sur leur balcon pour applaudir rapidement mais avec enthousiasme le personnel soignant.

    Régulièrement, on allume des bougies, on sort les ours en peluche, les fleurs blanches, les tits dessins d'enfants et les pancartes et banderoles quand un malencontreux incident n'a pu être ni prévu, ni anticipé, ni déjoué...

    De temps à autres, dans "la capitale", la Tour Eiffel clignote et s'allume et s'éteint etc.. selon l’urgence et la nécessité de faire citoyen concerné et impacté dans l'épreuve nationale et républicaine  comme dans la liesse populaire.

    Alors, pourquoi ne pas écouter pendant à peine dix petites minutes retentir les cloches de l'église de votre ville ou celles de votre village pendant qu'elles existent encore ? Promis, juré, on ne recommencera plus, fini, terminé dès jeudi, et vendredi espérons que ce ne sera pas le tour du muezzin de votre ville et de votre village...Faire ça ou attendre le "point presse" de l'expert scientifique élyséen quotidien concernant l'imminente mise en fabrication de masques de protection et de gel hydroalcoolique pour nos concitoyens les plus vulnérables... Et, comme moi, vous n'êtres obligé de penser, même une fraction de seconde, que la clémence divine ou mariale tombera du ciel pour nous sauver (ni de ça, ni d'autre-chose, suivez mon regard...)

    NB. Seul le titre me choque un peu. Je ne suis pas sûr que "tous nos concitoyens" apprécient le son des cloches de nos églises. Et je ne suis pas sûr de vouloir les associer "tous" dans un moment "de communion, de pensée et (éventuellement) de prière". Mais c'est une autre histoire...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique