•  

    Vu sur "GALLICA.BNF"

    Sortez masqués ! Histoire médiatique du masque de protection 

    Quand, hier, nous nous demandions ce que nous verrions peut-être le lendemain

    (et le surlendemain aussi...) 

    Quoi de neuf ? Rien...

    "Un masque respiratoire....Il fut imaginé en 1868 par M. Henrot pour parer au danger de contagion de certaines maladies infectieuses par les voies respiratoires, la diphtérie, par exemple. Il se compose d’une armature emprisonnant le nez et la bouche et fermée à l’extérieur par deux toiles métalliques entre lesquelles on place des rondelles de coton. Tous les germes infectieux restent attachés à ces rondelles et l’air est ainsi rigoureusement filtré. Une petite soupape très simple et très sensible permet l’issue de l’air respiré. Tout ce petit appareil est en aluminium, très léger par conséquent, et se porte aisément comme des lunettes." (Le Temps, 13 mai 1915)

     

    "... N'y a-t-il pas de quoi rester bouche bée devant cette proposition de M. Henrot de se munir d'un masque destiné à filtrer l'air et à le débarrasser de ses miasmes, tout comme le faisaient ces médecins du moyen âge qui pensaient, à l'aide d'un costume grotesque, pouvoir éviter la contagion de la peste ?... Et dire que cette proposition a été faite devant l'Académie de Médecine, et qu'elle a eu les honneurs d'une discussion !..." (Excelsior, 28 février 1916)

    Quoi de neuf ? Rien...

    "La récente conclusion, votée par l’Académie de médecine sur la proposition du docteur Bezançon, préconisant le port de masques, pour éviter la dissémination de grippe parmi le personnel sanitaire, ne consacre pas une nouveauté. Le masque protecteur est apparu pour la première fois il y a déjà bien des années […] Serait-il trop compliqué de porter devant la bouche et le nez quelques doubles de gaz à pansement maintenus par une armature de fil de fer, exactement comme on porte des lunettes – ou plus simplement encore, de porter une voilette épaisse ?" (Le Petit Parisien, 27 octobre 1918)

    Quoi de neuf ? Rien...

    "À la séance d’hier de l’Académie de médecine, le savant professeur Marchoux a fait une communication du plus grand intérêt et de la plus pressante actualité ; il recommande, notamment aux médecins et au personnel hospitalier, de porter sur la figure un réseau léger, voilette ou masque, et en plus des lunettes, afin de se garantir de la projection de gouttelettes septiques provenant d’un éternuement, d’une toux, de la parole des grippés en cours de traitement." (Le Journal, 13 février 1929)

     

    "Afin de limiter le risque de transmission directe du virus par les gouttelettes projetées à l’occasion de la parole, de la toux et de l’éternuement, le port d’un masque anti-projections couvrant le nez et la bouche, destiné à retenir ces postillons et à éviter leur dispersion dans l’environnement immédiat, a été recommandé dans un communiqué récent de l’Académie nationale de médecine […] Pour être efficace, le port du masque anti-projections doit être généralisé dans l’espace public."

    Quoi de neuf ? Rien...

    "En Angleterre, on a adopté le masque respiratoire pour éviter la contagion. Pourquoi ne le fait-on pas en France ? Le docteur Netter a, cependant avec sa clairvoyance d’éminent praticien, présenté, il y a trois mois, un masque pratique. La Faculté l’adopta, mais non point le public -public, en vérité, bien léger, et qui, par crainte d’être ridicule, préfère se laisser assassiner par les pneumocoques et tous les agents microbiens qu’expulsent les sujets malades qui toussent, éternuent à l’envi dans les tramways, les autobus et les métros ! À Londres, on le porte carrément, et l’on voit dans les quartiers les plus fréquentés, passer des dames, des soldats, de graves civils protégés par le masque -lequel n’empêche pas de parler- contre le fâcheux et mystérieux microbe." (L’Heure, 26 février 1919)

    Quoi de neuf ? Rien...

    "Le français plaisante, même au milieu du danger, et je n’ai pas grande illusion que les hommes en général portent un masque, alors que, pendant la guerre, les officiers avaient peine à l’obtenir des soldats. Mais pour les femmes, vis-à-vis desquelles la mortalité grippale a donné une prédominance marquée en 1918 et qu’on retrouve encore au cours de l’épidémie actuelle, il est si facile de se protéger par le retour d’un élément de toilette jadis à la mode, la voilette, que je ne doute pas de la réussite, si un couturier de luxe s’intéressait au problème et renouvelait la mode". (Le Matin, 3 mars 1929)

    Quoi de neuf ? Rien...

    "Les Londoniennes, depuis quelques jours, portent un masque contre la grippe. Et plusieurs journaux ont publié hier des photographies les représentant assez désagréablement muselées. Mais la santé avant tout, n’est-ce pas ? L’exemple d’outre-Manche sera-t-il suivi par nos Parisiennes ? Cela serait à souhaiter, sinon pour nous, qui serions privés du plaisir de contempler leurs gracieux visages, du moins pour elles. Mais, voilà, les Parisiennes consentiront elles à se défigurer pour sauvegarder leurs bronches ? J’ai bien peur qu’elles ne prennent ce masque-là en grippe. Au fait, ce serait de l’homéopathie !" ("Ça et là", Le Gaulois, 27 février 1919)

    A retrouver sur https://gallica.bnf.fr/blog/   

     

    BONUS...

    Voir aussi :

    (éventuellement, pour celles zet ceux qui n'en veulent t'encore)

    De la grippe espagnole au Covid-19, ces remèdes qui promettent des miracles

    Couvre-feu et embrasement médiatique : lumière sur une mesure exceptionnelle

    Pour ou contre la vaccination ? Polémiques actuelles et débats du passé

    16 mars...Quoi de neuf ? rien...

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

    BFM et le virus

     

    Mais, en même temps (ou presque) : 

     

    BFM

     


    9 commentaires
  • MàJ 15/02 18:30

    Ce lundi, le parquet de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) a annoncé avoir saisi l'"Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre" dans le cadre de l'enquête sur l'opération anti-migrants qui a été menée mardi 19 janvier par Génération Identitaire au col du Portillon.

     

    Ça, c'est fait...

    La dissolution de Génération identitaire franchit une nouvelle étape.

    Ça, c'est fait...

    Le groupuscule d’extrême droite s’est vu notifier sa dissolution vendredi soir. Sur le papier, ses dirigeants ont dix jours pour répondre à l’administration. 

    Le gouvernement ne veut pas perdre de temps. Fin janvier, Gérald Darmanin avait annoncé lancer la procédure de dissolution du groupe d’ultra-droite Génération identitaire, à l’origine de nombreuses opérations anti-migrants ces dernières années. Trois semaines plus tard, selon France Info qui cite le ministère de l’Intérieur, cette décision a été notifiée aux dirigeants de GI vendredi soir. Génération identitaire a "dix jours pour répondre" à cette annonce. S’ils n’apportent pas d’élément nouveau pour leur défense, "la dissolution est très probable sous 15 jours".

    Libé   

     

     Mais, en même temps, la "Ligue de Défense Noire Africaine"...

    Darmanin.

    https://presse.ldna.fr/2021/02/08/la-france-comme-letat-islamique-sont-des-etats-terroristes/

     

     

     

     


    17 commentaires
  • "Si je n’avais pas menti, je n’aurais pas été accepté,

    ma vie est ici maintenant...

    Alors, je reste !"

    Logique !

    résumé des épisodes précédents :

    A Blaye, en Gironde, Silima Diagouraga, migrant malien d'une trentaine d'années, est menacé d’expulsion pour s’être fait passer pour un mineur isolé. “Si je n’avais pas menti, je n’aurais pas été accepté. Ma vie est ici maintenant”

    Il a quitté Bamako il y a quatre ans. Il affirme avoir tenté, dans un premier temps, la voie légale,  mais sa demande à l’ambassade de France aurait été rejetée. Alors il a suivi la voie de beaucoup de Maliens : Algérie, Maroc, traversée de la Méditerranée, Espagne et France. "On m’avait dit  'Si tu passes avec un papier de mineur, tu vas être protégé'..."

    Depuis qu'il a reçu le courrier d'expulsion en novembre, le jeune boulanger d'origine malienne ne peut plus travailler. Il n'ose plus sortir seul, Ketty et Pierre, sa famille d'accueil, ne l'avaient jamais vu comme ça. "Il n'a plus le même allant, il a perdu du poids, il est fatigué"

     

    Ils sont tous boulangers !

    Laye Fodé Traoré ou Yaya Camara à Besançon, Souleymane Sow à Montpelier, Mamadou Sacko à Fontaine (Isère), Ibrahima Barry à Dijon (*), etc... on ne peut décemment pas abandonner ces jeunes hommes qui quittent leur pays et leurs familles et prennent tous ces risques pour nous donner notre pain quotidien.

    (*) vérifiables et vérifiés !

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

    Je mets ça là, je ne sais pas pourquoi...

    Je mets ça là...

    ...car, forcément, toute ressemblance... etc. etc.

     

     


    13 commentaires
  •  

    A Vendre...

    Petit livre paru en 1998 sur "une extraordinaire aventure" expliquée par deux auteurs dont les compétences et le sérieux dans divers domaines n'ont jamais été mis en doute.

    Un livre à mettre entre toutes les mains...

    A Vendre...

    ...et dont je me sépare pour raisons personnelles.

     

     

     


    13 commentaires
  •  

    Nous sommes le 31 décembre 2020,

    il est très exactement 20 heure... 

    C'est l'heure des vœux "d'Unité, d'Espoir et de Vérité" du Président de la République pour l'année à venir à ses chers concitoyens... 

    Il est 20 heure, Monseigneur

    A titre strictement personnel...

    ...je me suis passé de ses vœux à l'occasion des Fêtes de Noël.

    ...je m'en passerai tout autant à l'occasion de la Nouvelle Année.

    Après tout, c'est bien son.... (comment dit-on, déjà ? ah, oui...) "Ministre de la Santé" qui nous a conseillé "Le meilleur moyen de célébrer l’entrée dans la nouvelle année, c’est de ne pas la célébrer."  

    Il est 20 heure, Monseigneur 

     

     

     

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique