• Amis(e)s parisien(ne)s, vous nous aviez caché ça...

    C'est pas sympa de ne pas partager...

    Mais, bon, je ne suis pas trop envieux de vos activités et loisirs dominicaux...!

    A l'année prochaine, peut-être, ou pas, si Anne Hidalgo et Dieu le veulent :

     

    ...samedi 5 octobre, la mairie de Paris organisait la 18me édition de sa Nuit Blanche...

    Un p'tit vélo dans la tête...

    sous le signe du mouvement, du vélo et de la trottinette...

    (les descriptions des réjouissances sont celles données par la mairie de Paris)

     

    - Pour vivre cette Nuit Blanche tout en mouvement, près d’une quinzaine de plateformes artistiques, entièrement conçues par des artistes contemporains, ont circulé de la place de la Concorde à la Bastille. L’occasion donnée au public de voir passer une exposition mobile, un défilé d’œuvres monumentales, délirantes ou fantastiques, poétiques ou exubérantes.

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    - Des artistes promeneurs circulaient dans Paris pour entraîner avec eux le public afin de vivre une performance participative.

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    - Le public était invité à traverser la ville en courant afin d'explorer les plus prestigieuses institutions culturelles comme les musées, les opéras et les théâtres. Une expérience au croisement de la culture et du sport dans la perspective des Jeux olympiques et paralympiques de Paris en 2024.

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    - Durant cette nuit, une portion du périphérique, de la porte de Pantin à la porte de la Villette, était fermée aux voitures et transformée en un vélodrome citoyen lumineux.

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    - Pour que la Nuit soit mobile, des stations plus immobiles ont été imaginées dans Paris et la Métropole. Points d’arrivée des plateformes de la Parade, ces stations éphémères brillaient aux quatre points cardinaux.

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

    - Pendant ce temps-là, un karaoke avait lieu à l'Opéra-Comique, dans le 2e arrondissement. "Avec l’Opéraoké, vous pourrez vous essayer au chant lyrique, guidés par un chef de chœur, sur des airs bien connus du répertoire."

    Un p'tit vélo dans la tête...

     

     

    Finalement, réflexion faite, je n'y serais certainement pas allé : j'ai pas de vélo et j'aime pas la barbe-à-papa, ni les plates-formes déambulatoires artistiques contemporaines, ni les performances participatives, ni les odeurs de kebabs, ni les reportages de France-2.

    Sans rancune...

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sur le cul, je me contente de copier/coller intégralement et bêtement cet article paru il y a peu dans "Valeurs Actuelles":

     

    A Sciences-Po, un nouveau cours baptisé… “Macron”

    Au programme, un séminaire “hautement interactif”, dispensé en anglais, qui s’intéressera au parcours du président de la République. 

    Grande première à l’Institut d’études politiques de Paris. Dès la rentrée prochaine, un nouveau cours bien particulier va voir le jour à l’école de la rue Saint-Guillaume, rapporte Le Point. Intitulé "Macron", il aura comme sujet le président de la République lui-même.

    Les jeunes années, les défis, les chances de réélection…

    Ce séminaire "hautement interactif" et sélectif s’intéressera plus précisément à l’essor personnel et politique du chef d’Etat, un phénomène "intriguant" et encore "insuffisamment exploré", selon la présentation publiée sur le site de Sciences Po Paris. Le cours se penchera donc sur ses jeunes années, mais également sur ses premiers pas en tant que président, les défis auxquels il doit faire face, la trace qu’il est amené à laisser dans l’histoire et ses chances de réélection en 2020. La bibliographie est notamment composée du dernier livre du journaliste Brice Couturier, Macron, un président philosophe, mais aussi de Macron par Macron, des entretiens avec le président, réalisés par Eric Fottorino, une compilation de discours du locataire de l’Elysée, ou encore Révolution, le livre de celui qui n’était alors qu’un candidat à l’élection présidentielle.

    Prévu pour le printemps 2020, ce séminaire aura une durée totale de 24 heures et sera donné… en anglais ! Les étudiants devront néanmoins être capables de lire couramment le français. Reste à connaître l’identité de celui (ceux ?) qui viendra enseigner cette matière bien particulière aux élèves. Verra-t-on le principal intéressé revenir dans l’école qu’il a quitté il y a maintenant 18 ans ? 

    The présentation of the séminaire on the site of Sciences-Po

     

    Bien entendu, le "phénomène intriguant" (ou "intrigant" ?) et "insuffisamment exploré" à fond a appris cette innovation par la presse et est à la fois heureux et confus de tant d'honneurs, pourtant largement mérités, pour une carrière qui devrait servir d'exemple à tous les potards appelés à devenir, comme Lui, Maîtres du Monde Nouveau

    Mais... si on tient compte de la discrimination pluri-positive actuellement en vogue et du niveau scolaire et universitaire...

    La phrase "Les étudiants devront néanmoins être capables de lire couramment le français. Reste à connaître l’identité de celui (ceux ?) qui viendra enseigner cette matière bien particulière aux élèves." me fait penser irrésistiblement à cette autre information publiée récemment dans l'Obs:

    Brigitte Macron va enseigner le français à des adultes sans diplôme.

    Des ateliers leur permettront de formuler un projet professionnel, ou d’apprendre à se présenter lors d’un entretien...

     

    Rassurez-moi...

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  

    Grand débat :

    et si on changeait les paroles de "La Marseillaise" ?

     

    marseillaise

     

    Outre le "sang impur" dont le sens a été expliqué par de nombreux historiens, on voit assez bien les paroles qui dérangent les néo-mondialistes xénophiles pacifistes...  

    Quoi ! des cohortes étrangères,
    Feraient la loi dans nos foyers !

    Dieu de clémence et de justice
    Vois nos tyrans, juge nos cœurs
    Que ta bonté nous soit propice
    Défends-nous de ces oppresseurs

    ...hymne qui se termine pourtant par ces mots "rassurants":

    Soyons unis ! Tout est possible ;
    Nos vils ennemis tomberont,
    Alors les Français cesseront
    De chanter ce refrain terrible.

    La seule modification raisonnable que je suggérerait serait de remplacer:

    Ils viennent jusque dans vos bras,
    Égorger vos fils, vos compagnes ! par 

    "Blesser à la gorge, fils et compagnes"

     

    Un fameux protest-singer néo-zélandais des années 1960/1970 à qui on n'avait rien demandé en a fait une version courte mais bonne si on en croit les réactions de ses fans (dont je faisais un peu partie, à cette époque bénie...)

    "Pour tous les enfants de la terre 

    "Chantons amour et liberté. 

    "Contre toutes les haines et les guerres 

    "L'étendard d'espoir est levé 

    "L'étendard de justice et de paix..."

    Ça fait débat...

     

    BONUS. dossier (presque) complet: "Le concept de 'sang impur' est à bannir" : " Nous sommes les enfants de France Pays de la fraternité "- inclus:

    "La Marseillaise" dans une réadaptation de et par Djamel DJENIDI

    "La Marseillaise de la Paix" - interprétée par Chanson Plus Bifluorée

    "En finir avec "La Marseillaise" - sur https://france.attac.org/

    "(...)Faut-il pour autant se rassembler autour d’un hymne belliqueux et souvent sanguinaire ? La question a été bien des fois posée par le passé, elle devient cruciale aujourd’hui, quand, dans l’imaginaire populaire, dans les conversations et parfois même dans les discours politiques, le terrorisme se retrouve assimilé à l’islam, voire à l’ensemble des peuples arabes, y compris les Français issus de l’immigration maghrébine. Et il n’y a qu’un pas à franchir pour que le 'sang impur' du refrain devienne le leur."

    "Changeons les paroles de La Marseillaise" - sur http://alternatives-non-violentes.org/

    "...Que faire quand l’hymne national est en dissonance avec les valeurs de la Constitution ? Est-il possible de construire une nation apaisée sur un chant de guerre ? Ce dossier s’intéresse aux débats et enjeux liés à la réécriture des paroles. Il ouvre des pistes pour y parvenir, pour cheminer collectivement vers une culture de paix."

     

    A défaut d'en changer les paroles, on peut (re)voir et (re)écouter comment les jeunes "français" de 2016 en imaginaient l'interprétation musicale sur  "Allons, enfants... etc."

     

    Ça fait débat

    Chaque jour, dans le cadre du grand débat national, Le "PETIT" Parisien passe l’une de vos propositions au crible. Ce vendredi, l’idée de remplacer l’hymne national.

    En marge du grand débat national organisé par le gouvernement en réponse au mouvement des Gilets jaunes, Le Parisien invite ses lecteurs à lui envoyer les propositions de lois citoyennes qu’ils souhaiteraient voir émerger. Chaque jour, une partie d’entre elles sont passées au banc d’essai par la rédaction. (...)

    La Marseillaise reste consensuelle dans la classe politique. Le 13 janvier 2015, tous les députés et ministres présents au sein de l’Assemblée nationale ont entonné l’hymne national au terme d’une minute de silence pour les victimes des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. (...)

    Modifier les paroles de "La Marseillaise", ou remplacer cette dernière par un nouvel hymne, n’a rien d’impossible. Une forte adhésion populaire reste toutefois nécessaire puisque cette réforme devrait probablement passer par un référendum.

    Les + de cette réforme…

    • Plutôt facile à mettre en place
    • La modernisation d’un chant parfois jugé belliqueux, chauvin voire raciste

    … et les - :

    • Un référendum reste coûteux
    • L’hymne français est lié à l’histoire du pays

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Black & yellow-blocs of Junker...

    un titre volontairement provocateur, et pourtant

    Les Gilets Jaunes sont de toute évidence et sans conteste possible, à l'origine, des gens raisonnables et profondément sympathiques, et leurs revendications essentielles étaient d'un tel bon sens et d'une telle évidence qu'on se demande pourquoi on n'y a pas pensé plus tôt, avec la même volonté d'aboutir...

    Mais... Il serait bon, parfois de faire le point ... Mobilisant (comme par hasard) toutes les ressources médiatiques déjà passablement partisanes de notre pauvre hexagone macronien, ils laissent les mains plus libres que jamais à un pouvoir qu'ils souhaitent affaiblir ou déstabiliser. La présidence, le gouvernement et l'assemblée présumée nationale ont les coudées plus franches qu'ils ne le l'espéraient pour prendre les mesures qu'ils souhaitent, sans provoquer de réaction, et le président lui même verrait sa côte de popularité attendre des sommets jamais égalés, grâce à sa volonté de fermeté politico-économico-libérale et, en même temps©®, à sa hâte nouvelle, tardive et un peu forcée d'être à à l'écoute du bon petit peuple.

    Parmi les cadeaux offerts sur un plateau au premier de cordée hexagonien des progressistes européanistes

    - renforcement de la politique sécuritaire de l'Etat avec des lois "d'exceptions" franchement liberticides, "justifiées" par les violences et les exactions commises -souvent impunément- dans leur sillage...

    - manipulations de l'opinion publique en voulant faire passer tous les g.j. pour des voyous, des casseurs ou des pillards, alors qu'ils sont soigneusement fouillés et contrôlés au début de chaque manif. et que black-blocs et  autres "antifas" semblent surgir du néant à la fin, casqués et armés...

    - justification d'une main-mise inédite et accrue du gouvernement sur la presse (toute la presse...) et sur les réseaux sociaux et de répressions contre certains militants qualifiés d'ultra-droite 

    - faillites annoncées d'artisans locaux et de petits commerces indépendants et de proximité, au bénéfice des grandes enseignes et des lobbies (et laissant présager par voie de conséquence, une recrudescence, en centre-villes, de guichets bancaires et d'assurances inutiles, et d'épiceries 7/7 24/24 ou de kebabs pour le plaisir de nos chances pour la France)

    - réformes budgétaires de la politique de Santé Publique, supprimant certains "petits" hôpitaux de proximité et les médecins libéraux bientôt obligés de se mutualiser au sein de "Communautés Professionnelles Territoriales de Santé", astreints à un nombre de consultations quotidiennes souhaité.

    - réformes de l'Education Nationale qui, à l'abri derrière des alibis fallacieux de drapeau tricolore et d'hymne national prépare une baisse sensible de moyens financiers et n'envisage que timidement de restaurer l'autorité des maîtres face aux dérives... communautaristes

    - silence radio (et télé) sur les problèmes liés aux flux migratoires, à l'accueil des clandestins, au "regroupement familial", au coût exorbitant des différentes aides sociales et médicales dont les "souchiens" sont souvent exclus.

    - silence (cf. ci-dessus) sur les problèmes liés à l'islamisation galopante de certains territoires depuis longtemps perdus de la République, sur l'antisémitisme, la christianophobie et le racisme anti-blanc

    - discrétion maximum sur les conditions de "rapatriement" des 150 djihadistes dits "français" et sur leurs conditions d'accueil, de détention (provisoire), de jugement, d'incarcération, etc... (et de "réinsertion" éventuelle !)

    et, accessoirement...

    - désinformation criminelle, visant à faire passer les Gilets Jaunes, dans leur ensemble, pour des factieux d'extrême-droite, présentés comme racistes et, forcément, antisémites, alors que de notoriété publique, les rares actes anti-sémites de ces dernières semaines ont eu lieu, soit en dehors des dates et des lieux de rassemblement des Gilets Jaunes et que le seul qui pourrait y être rattaché est le fait d'un musulman salafiste radicalisé, excusé par avance par l’extrême-gauche officielle islampohile (mais pratiquement aucune image concernant les nombreux actes christianophobes sur la même période)

    - génération spontanée d'une horde de candidats aux élections à venir (et plus si affinités)... candidats potentiels et inattendus parmi les Idoles des Jaunes, auto-désignés ou portés par des médias... et susceptibles de disperser les voix de l'anti-macronnerie ou, tout au moins, de donner une image caricaturale du parlementarisme qu'ils rejettent pourtant majoritairement !

    - législations quasi clandestines, concernant de nouvelles taxes et amendes et, surtout, la théorie du genre dans certains documents officiels, la reconnaissance programmée de la PMA et, à terme, de la GPA

     

    En guise de conclusion:

    Les Gilets Jaunes d'aujourd'hui, trois mois jour pour jour après le début du mouvement, n'ont pour la plupart d'entre-eux absolument rien... rien à voir avec les Gilets jaunes qui manifestaient d'une façon originale et pertinente sur les ronds-points contre l'excès de taxes et d'impôts et contre la chèreté de la vie, ceux qui restent sont désespérément et paradoxalement coincés entre deux dérives opposées mais aussi mortifères l'une que l'autre:

    - ils traînent derrière eux une horde furieuse d'antifas, de black-blocs, d'ultra-gauchistes, de casseurs, de pillards et de racailles en tout genre (y compris on vient de le voir des islamistes) ce qui permet de faire un amalgame bienvenu et certainement pas innocent...

    - ils sont à la remorque d'une petite poignée de porte-parole auto-désignés et/ou consacrés par les médias et dont certaines interventions, entre mégalomanie et paranoïa, finissent par faire du mouvement originel une farce caricaturale...

    Une permanence des occupations de certains lieux emblématique, avec ouverture de (vrais) débats -et de "contre-Grand-Débat"- aurait certainement donné de meilleurs résultats, plutôt que de s'enliser dans des défilés qui ne peuvent que tourner au cycle provocation/répression bien connu et souhaité par certain, et dans des interviews qui ne peuvent que devenir, entre deux faits-divers et la météo, des remakes en direct-live des émissions de télé-réalité pour le grand public qui, croit-on, n'en demande pas tant.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  •  

    Houellebecq n'aime pas la ville de Niort

    Plus exactement:

    «Florent-Claude, "le héros" du dernier roman de Houellebecq n'aime pas la ville de Niort»... mais si Houellebecq avait été moins con et avait fait transiter son personnage principal par Gien, il aurait eu mille-et-une raisons de l'affirmer, preuves indiscutables à l'appui, et aurait pu faire de "Sérotonine" une suite à "Soumission" (dans cette éventualité, ne pas oublier de doubler la dose quotidienne utile et recommandée de Captorix)

     Houellebecq est un con

     

    Prologue (La carte et le territoire)

    Certains termes peuvent être mal interprétés...

    Jeudi, la presse a été invitée à assister à une réunion du CISPD (Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance) de Gien dont les travaux sont d'ordinaire réservés aux membres.

    Les journalistes auraient-ils dû se trouver là ? On peut légitimement se poser la question. Certes, quelques jours plus tôt, deux voitures avaient été brûlées au sein même de l'école René-Cassin, incident faisant tristement écho à l'incendie de la salle de boxe.

    Au cours de cette réunion, il a été question de montée du communautarisme aux Champs-de-la-Ville, de recul flagrant de la République, de la laïcité, de la trop grande influence des deux mosquées, de comportements incontrôlables, racistes… 

    Christian Bouleau, président du CISPD et de la communauté des communes giennoises, à l'initiative de l'invitation, juge qu'il ne faut rien cacher : "Je n'ai pas d'état d'âme. Je travaille pour l'intérêt des Giennois et j'estime qu'il y a des vérités qui doivent être dites."

    Le maire de Gien, Patrick Chierico, se disait hier surpris qu'un dispositif de veille ait été mis en place : "Il y a effectivement une petite dégradation, mais je pense que c'est le fait de quelques gamins. On ne peut pas dire que ce soit catastrophique. Pour ma part, j'entretiens des rapports cordiaux avec les représentants des communautés, que je vois souvent en mairie."

    Des initiatives devraient être prises très vite. Pour aider, sans stigmatiser.

    https://www.larep.fr/gien/2013/02/19/certains-termes-peuvent-etre-mal-interpretes

     

    Chapitre 1 (Les particules élémentaires)

    Une deuxième mosquée ouvre ses portes à Gien

    La Communauté musulmane du Loiret avait mis les petits plats dans les grands samedis. Pour l'inauguration de sa mosquée, l'association semblait avoir tout préparé dans les moindres détails. Auvent pour abriter les invités lors des discours, une dizaine de guides reconnaissables à leur badge sur la poitrine, un petit journal édité spécialement à l'occasion et destiné aux visiteurs, les fidèles ont tout fait pour mettre à l'aise leurs invités.

    "L'islam souffre d'un traitement médiatique douloureux", écrit le président de l'association Farid Amachiak dans le petit journal distribué samedi. "Afin de faire tomber les préjugés et idées reçues nous sommes heureux et fiers de vous accueillir dans ce lieu socio-culturel et cultuel pour vous faire découvrir les coulisses de cet édifice majestueux.", souligne-t-il.

    "Que ce lieu de culte, soit un lieu de sagesse, qu'il aide à combattre ce qu'il y a de pire : l'intolérance, la haine", a déclaré le consul du Maroc à Orléans, en évoquant les fondamentalistes "dont le discours n'a rien à voir avec l'Islam". L'inauguration a eu lieu dans le cadre les journées du patrimoine afin de revendiquer la place de cette mosquée au sein du patrimoine Giennois.

    La mosquée accueillait deux expositions prêtées par l'Institut du monde arabe, à Paris : une sur l'Islam en général et une autre sur l'Orient merveilleux.

    https://www.larep.fr/gien/2014/09/22/une-deuxieme-mosquee-ouvre-ses-portes-a-gien

     

    Chapitre 2 (Extension du domaine de la lutte)

    Musulmans et chrétiens… ensemble

    Le 5 mars dernier, pendant le carême, l'hebdomadaire chrétien La Vie publiait un appel interreligieux au jeûne, à la prière et au partage, signé du père Patrice Gourier, de Mohammed Chirani, du rabbin Avraham Weill et de Matthieu Ricard.

    Ce texte invitait notamment à organiser des rencontres interconfessionnelles, "une manière de lutter contre la violence et la division"

    À Gien, dans le quartier des Montoires, cet appel a été lu et entendu par un groupe de chrétiens pratiquants, qui ont décidé de se rapprocher des représentants de la communauté musulmane pour lui proposer un temps de prière ensemble. "Chacun amène ses textes. Une fois, nous en avions choisi un sur Abraham, commun à tous, puisque nous descendons tous de lui. Parler permet de se rendre compte de tous les points communs qui existent entre nos religions, de problématiques qui sont les mêmes, constate Monique. Nous ressentions tous ce besoin de s'exprimer, de s'expliquer, de parler… Certains pensent que les musulmans sont renfermés sur eux-mêmes. C'est loin d'être le cas. Eux aussi ont envie de partager leur foi. Ces rencontres nous ont permis, aux uns et aux autres, de beaucoup nous enrichir."

    Vendredi, à 18 h 30, dans l'une des salles de la mosquée de la rue Jean-Moulin, des laïcs catholiques, musulmans et protestants se retrouveront pour un temps de prière ensemble, suivi d'une rencontre qui marquera la rupture du jeûne du carême.

    https://www.larep.fr/gien/2015/03/25/musulmans-et-chretiens-ensemble

     

    Chapitre 3 (Soumission)

    A l’occasion de Noël, les chrétiens ont invité les musulmans à un temps de prière

    Ce mardi soir, dans la petite salle paroissiale des Montoires, l'heure est au recueillement et à la sérénité. Une trentaine de chrétiens et musulmans giennois sont rassemblés pour un temps de prière à quelques jours de Noël.

    Pour Monique Gleyze, représentante de la paroisse, "...il est important de montrer que les deux communautés peuvent se retrouver. Au-delà de la religion, il existe un lien fraternel et amical entre nous, d'autant plus que certains habitent le même quartier."

    Mardi soir, la rencontre a débuté par des lectures de textes en rapport avec Noël. Ont suivi des textes du Coran sur la Vierge Marie car, même si Noël n'est pas une fête pour les musulmans, "On trouve des points communs dans les deux religions "

    "Je suis très content de ces réunions, s'enthousiasme Hubert, un chrétien. J'aimerais que l'on puisse toujours bien vivre ensemble. J'apprécie les musulmans pour leur cœur de paix et leur rigueur dans la vie."

    Un des chrétiens présents prend également la parole : "Plus on s'ignore, plus on dit des choses fausses sur l'autre religion. Finalement, nous sommes les mêmes. Nous pouvons nous unir à vos prières et votre présence ne gâche pas les nôtres.". Lahbib Laghmiri répond : "Dans le Coran, il est dit que même s'il y a différentes croyances, il ne doit pas y avoir de divisions."

    https://www.larep.fr/gien/2015/12/24/a-gien-a-loccasion-de-noel-les-chretiens-ont-invite-les-musulmans

     

    Chapitre 4 (Le sens du combat)

    Portes ouvertes à la mosquée de Gien pour une journée d'échanges

    Le thème de la journée sera l’esprit de Cordoue et le rapprochement entre les différentes civilisations. Conférences et exposition sont aussi prévues.

    Cette journée, à laquelle l'association est très attachée, lui permet d'aller à la rencontre des autres, d'échanger et de leur faire découvrir cet héritage culturel. "Cette année, nous souhaitons dédier cette journée à l'Andalousie", explique le président, Farid Amachiak. "Et plus particulièrement à l'esprit de Cordoue au Xe siècle. À cette époque, le rapprochement entre les différentes civilisations, leur facilité à vivre ensemble et l'harmonie qui en découlait ont permis à cette région de s'enrichir à plusieurs niveaux : les sciences, l'architecture, les arts, l'agriculture…"

    Durant cette journée d'accueil du grand public, les fidèles serviront le "thé de la fraternité", présenteront le Coran et les rites de leur religion.

    https://www.larep.fr/gien/2016/09/17/portes-ouvertes-a-la-mosquee-pour-une-journee-d-echanges

     

    Chapitre 5 (Configuration du dernier rivage)

    Rencontre interreligieuse à Gien : "Ce qui crée la méfiance est l'ignorance"

    Deux fois dans l'année, les chrétiens et les musulmans giennois échangent autour de leurs religions dans un souci de tolérance et d'ouverture à l'autre.

    Échanger autour de leur foi en Dieu et de leurs cultures. C’est l’objectif des chrétiens et musulmans giennois, qui se sont retrouvés récemment à la mosquée de la rue Jean-Moulin. 

    C’est la septième fois qu’ont lieu, à Gien, de telles retrouvailles interreligieuses. "Nous nous retrouvons deux fois par an", explique Monique Gleyze, membre de la communauté catholique. "Pendant le Ramadan, nous lisons des versets du Coran et des textes de la Bible sur un même thème, puis nous rompons le jeûne, avec quelques spécialités orientales et occidentales, au coucher du soleil. Une autre rencontre a lieu à Noël, dans une salle paroissiale ou municipale. Nous comparons nos lectures religieuses et nous cherchons des points communs."

    "Le Vatican nous a adressé un courrier pour nous encourager" souligne Oifa Chaumeron, secrétaire de la section giennoise de la Communauté musulmane du Loiret. "C’est un honneur de voir que la ville de Gien est mise en valeur." Avant de préciser : "La mosquée, qui fait partie du patrimoine giennois, est ouverte à tous, croyants et non croyants."

    https://www.larep.fr/gien/religion-spiritualite/2018/06/02/rencontre-interreligieuse-a-gien

     

    épilogue (Rester vivant -suivi de- La Poursuite du bonheur)

    La mosquée de Gien devrait bientôt s'agrandir

    Pour pallier une hausse de fidèles, la communauté musulmane du Loiret projette de bâtir un nouvel édifice, à côté de la mosquée de Gien, qui se voudra également un lieu culturel.

    Un lieu cultuel, mais aussi culturel, ouvert à tous, qu’importe sa croyance et son origine. Voilà à quoi ressemble la mosquée de Gien, située rue Jean-Moulin, dans le quartier des Champs-de-la-Ville. Sa place dans le patrimoine giennois devrait être prochainement renforcée, puisque la Communauté musulmane du Loiret (CML) projette de l’agrandir.

    L’édifice a été inauguré en 2014. Il comporte trois niveaux. Au rez-de-chaussée, une grande salle de prière pour les hommes ; au premier étage, celle pour les femmes et des salles de classe, puisque l’association propose divers enseignements autour du Coran, de la religion musulmane et du monde arabe. Au sous-sol, des salles provisoires et une cuisine..

    Comme l’explique Lahbib Laghmiri, président de la CML, aujourd’hui, les fidèles commencent à se trouver à l’étroit.

    Une hausse de fréquentation qui pourrait être palliée, dans les années à venir, par l’extension du site. Hamoud Djemaï, du cabinet Alpha Architecture, basé à Conflans-sur-Loing, planche sur la construction d’un bâtiment de 1.000 m², composé de deux niveaux, qui serait relié par une passerelle à celui existant déjà.

    Au rez-de-chaussée, se trouveraient un hall, une cuisine, une cafétéria avec des livres et une salle de prière, qui se transformerait en lieu d’accueil de conférences et d’expositions. Au premier étage, prendraient place six classes, un bureau pour les réunions ou les réceptions et une grande bibliothèque.

    Les membres de la communauté musulmane insistent sur le partage que permet un tel endroit. Ils aimeraient casser les idées reçues. Eux qui ont accueilli, l’an dernier, trois classes du lycée Saint-François-de-Sales souhaiteraient d’ailleurs nouer un partenariat avec l’Éducation nationale.

    "Nous sommes prêts à mettre à disposition notre imam, qui s’adapte à son auditoire", ajoute Lahbib Laghmiri. "Aujourd’hui, les relations ont perdu leur dimension humaine . Nous échangeons de moins en moins alors que nous avons tous besoin de ça."

    https://www.larep.fr/gien/religion-spiritualite/2019/01/20/la-mosquee-de-gien-devrait-bientot-s-agrandir

     

    Remerciements (Ennemis publics)

    Merci (tardif) à madame Maria-Dolores Martinez-Pommier, sous-préfète de Montargis de son état, qui a déclaré lors de l'inauguration de la première mosquée de Gien le 29 mai 2008, que "en tant que représentante de l'État elle se devait de favoriser la pratique du culte, valeur fondamentale de la République" 

     Houellebecq est un con

    Merci aux journaliste de "La République" (même si elle est "du centre") sans qui je n'aurai pas écris cet article, pour avoir réussi, en cinq articles à affirmer par trois fois que les mosquées de Gien ont toutes leur place dans le patrimoine de la ville de Gien 

    Merci au Professeur Ahmed Miktar pour ses nombreuses conférences à la mosquée de Gien auxquelles je dois ma compréhension du rôle des mosquées (patrimoniales !) dans la vie quotidienne de la ville.

     

    "La mosquée, quelle fonction occupe-t-elle ?" - Pr. Ahmed Miktar - mosquée de Gien - 2016

     

    Merci à Michel H. pour ses aphorismes incontestables

    L'islam ne pouvait naitre que dans un désert stupide, au milieu des bédouins crasseux qui n'avaient rien d'autre à faire -pardonnez-moi- que d'enculer leurs chameaux (Plateforme - 2001)

    Comment est-ce que vous voudriez rencontrer quelqu'un qui travaille pour Marianne ou Le Parisien sans être pris d'une envie de dégueuler immédiate ? La presse est quand même d'une stupidité et d'un conformisme insupportables, vous ne trouvez pas ? (La Carte et le Territoire - 2010)

    Il viendrait certainement un jour où le monde serait délivré de l'islam; mais pour moi, il serait trop tard (Plateforme - 2001)

     

     

    Visiteur: Pourquoi Gien ? 

    bedeauPourquoi Niort !

    Visiteur: Pourquoi pas Le Touquet ?

    bedeau: J'ai pas osé...

    Visiteur: Alors, osons, Lourdes, ou Lisieux,et leurs belles mosquées...

    bedeau: Et c'est pas de l'infox... et à Poitiers, aussi.

    Visiteur: Finalement, à Niort, y'a pas de problèmes ?

    bedeau: Je crois pas...moins qu'à Gien, en tous cas.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Alors, bon, ben voila...

    Ai-je rejoint le camp des bien pensant, à l'insu de mon plein gré ?

    Toujours est-il que cette image et sa légende me choquent au plus haut point.

         
     

    NON

     

    Il faut être d'une connerie incommensurable pour comparer les "victimes" des "violences policières", en France, en 2019, même sous le règne un peu dingue de Emmanuel Macron, aux victimes d'une horde de nazis en déroute, massacrant aveuglément sans état d'âme toute la population d'Oradour-sur-Glane. 

    Un minimum de décence, de respect (et d'instruction, ou de connaissance de l'histoire, y compris de ses fameuses "heures les plus sombres") semble faire défaut à tous ceux qui partagent cette image ou des propos analogues.

    On pourrait aussi, dans cette même optique, comparer les "gardés à vue" aux déportés exterminés dans les camps de concentration ou aux otages civils pris au hasard et fusillés en public en guise de représailles, et aussi comparer les "mis en examen" aux résistants torturés à mort dans les caves de la gestapo et de la carlingue, etc...

    Et ce ne sont pas les exemples qui manquent sur les "réseaux sociaux", de la part de patriotes impitoyables, depuis leur écran et leur clavier, face à l'ennemi intérieur.

               
     

    NON

       

    NON

     
               
     

    NON

       

    NON

     

    On peut ainsi noter une certaine similitude de... "pensée" (???) avec les partisans et défenseurs de Théo Luhaka, d'Adama Traoré et de Zyed et Bouna, ou de Moushin et Larami (les prénoms n'ont pas été changés)

    Je n'oublie certes pas pour autant que courageux théoriciens de la lutte et de la solution finales réunies sont au mouvement des Gilets Jaunes ce que... Brigitte Macron est au prestige de la France et ce qu'Omar Sy est à l'art lyrique (pour le rapport entre ces deux exemples significatifs voir, grâce à votre google préféré, le témoignage que André-Louis Auzière aurait donné à Paris-Match en 2018 )

    ...

    Aurai-je la faiblesse de ressentir une coupable empathie envers des hommes et des femmes qui, il y a encore quelques mois suscitaient une certaine compassion générale, au vu de leurs conditions de travail: locaux et matériels vétustes, heures supplémentaires et RTT dues à jamais, menaces de mort (parfois mises à exécution) de la part de voyous et/ou d'islamistes et autres sauvageons stigmatisée et/ou déséquilibrés..(sans parler de leur vie familiale souvent brisée par des divorces ou des suicides... des histoires privées et personnelles ...)

    Aurai-je l'indécence de ne pas me réjouir, comme les camarades ci-dessus, à la vue de ces images qui les émoustillent quasiment jusqu'à l'extase ...

         
     

    NON !

     
         

    Les récentes outrances de la CGT sont largement dépassées et ressemblent à une pochade d'étudiants attardés

               
     

    NON

       

    NON

     

    C'est vrai que dans le monde idéal des Bisounours V2.0, policiers, gendarmes et gardiens de square mettent la crosse en l'air, rejoignent le peuple dans un grand élan fraternel plein d'amour et renversent le pouvoir en place sur fond de soleil levant annonçant le matin du grand soir.

    Un blogueur nauséabond ne devrait pas dire ça.

    J'avais évoqué une pareille éventualité, en faisant allusion à la Révolution des Œillets et en pensant d'avantage aux généraux ayant signé un acte d'accusation pour trahison contre Emmanuel Macron.

    Plus prosaïquement,je ne pense pas que la France ait perdu son âme quand le général de Gaulle, "le plus illustre..." (on dirait aujourd'hui "l'homme politique préféré"...) des Français -dont tout le monde se réclame aujourd'hui- fut amené à remplacer René Coty face à une crise politique apparemment insurmontable... et qu'elle ait beaucoup gagné au change après son départ, entre les Giscard, Mitterrand et autres Chirac, Sarkozy ou Hollande ?

    J'ignore, par contre, quel porte-parole actuel ou à venir des Gilets Jaunes pourrait envisager de former un gouvernement, avec qui, sur quelles bases et avec quels objectifs, puisque tous les politiciens connus, à défaut d'être reconnus, se sont ou ont été mis hors-jeu.

    Alors, non, je ne souhaite pas pour autant une longue et fertile existence au pouvoir absolu du président actuel et provisoire, et j'étais assez amusé des simulacres de décapitation de pantin (au sens originel du terme) sur "personne dépositaire de l'autorité" publique (au cours d'une manifestation qui avait fait l'objet d'une déclaration en préfecture mais dont "le détail de son déroulement n'avait pas été précisé"... selon les autorités compétentes !) et de l'incident de trans-palette dont a failli être victime Benjamin Grivaux, son sous-ministre à la Propagande et aux Démentis, et garde-chiourme en chef des députés macroniens. 

    Mais ça s'arrête là. Si vous avez une proposition sérieuse, c'est le moment de le faire savoir; je crois d'ailleurs avoir entendu dire qu'une sorte de Grand Débat National et Citoyen va être mis en place: c'est le moment ou jamais. Ou jamais... pour moi, à court d'idée novatrice ou conservatrice, c'est le cas.

    Merci, Macron... pour le chaos et le K.O.

    NON !

      

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    8 commentaires
  •  

     

    Crèchophobies épizootiques

      A mes visiteurs... A la date du 26/12, l'article ci-dessous a été recopié intégralement, mot pour mot, image par image, avec un titre différent mais sans la même mise en page, certainement trop sophistiquée pour lui, et sans aucune référence ni lien vers mon blog, par un certain "tout savoir" ("tout savoir ou se faire avoir !"  selon la profession de foi affichée sur son "blog ????" -sinon, comment appeler ce genre de choses-là  ?) http://tout1savoir.eklablog.com qui prétend sur sa page d'accueil "Communiquer et échanger recevoir et donner des avis"

    En se permettant, en plus , d'intercaler des sous-titres orduriers sur "les ripoux de la république" (lien que je revendique pas).

    http://tout1savoir.eklablog.com/crechophobie-latente-a156886344 (à moins que, prenant son courage à deux mains, il ne décide de supprimer cet article et le commentaire que je lui avais adressé .)... au cas où, copie d'écran partielle de "sa" page, à la date du 27/12 - ICI et LA.

    Comme c'était facilement prévisible, mon commentaire du 27 au soir dans lequel je manifestais ma surprise et mon mécontentement devant un tel pillage de toutes les heures de recherche nécessaire à la rédaction de mon article avait été superbement effacé sur le blog en question: tout visiteur de cette page pourra donc penser, en toute bonne foi lire un article original de "tout1savoir"

    Le comble a tété atteint cet après-midi, pour avoir tenté de défendre mon bon droit et rétablir la paternité de cet article, je serai donc banni de ce blog et dans l'impossibilité de vérifier si d'autres de mes papiers seront, à leur tour, pillés et piratés !

    Crèchophobies épizootiques

    Il va sans dire que pour éviter le retour de telles saloperies ou en limiter les effets, j'ai désactivé le clic droit ... tant pis pour les visiteurs honnêtes qui souhaitaient simplement partager une illustration ou un extrait de texte à titre d'exemple)

    Message de EKLABLOG reçu ce soir (1er janvier (!)):
               Bonjour,                                                                      
               Pas de souci, j'ai supprimé l'article plagié.             
                                                                                                    
               Bien cordialement, etc... etc..                                   

       fin (provisoire ?) de l'aventure                                     

     



     

     

    ATTENTION : DANGER            

     

    Une phobie est une peur démesurée et irrationnelle d'un objet ou d'une situation précise. 

    Selon le psychiatre et psychanalyste Paul Denis, "la phobie, peur irraisonnée, irrationnelle, déclenchée par une circonstance sans danger, est sans doute le symptôme psychopathologique le plus répandu"; c'est ce caractère de danger irréel qui distingue cliniquement la phobie de la peur. 

    La phobie est généralement ressentie comme irrationnelle par le patient lui-même...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Crèchophobie latente

    La fête de Noël est.... pardon... La fête de Noël fut, longtemps, l'événement le plus célébré dans la monde entier, synonyme d'espoir et d'amour partagés, à tel point que la "Trêve de Noël" (civilisée depuis peu en "trêve des confiseurs") fut souvent des moments de paix et de fraternités provisoires (provisoires, c'est vrai) entre belligérants, jusque pendant la "grande guerre"

    Elle est devenue, par la grâce de l'islam et de la laïcité réunis, synonyme de haine et de violence.

    Un écrivain que je respectais habituellement, auteur entre autres d'un bref et spirituel "Bonheur d'être réac" et de deux encyclopédiques "Dictionnaire amoureux de la France" et "Dictionnaire amoureux du catholicisme" vient de me donner une cinglante leçon de religieusement correct en signant dans un hebdo une chronique intitulée "Résistons à la haine" qui commence par "Notre pays est attaché à la laïcité..." et qui se termine par "Fuyons cette haine en disposant de la crèche sous nos sapins enguirlandés avant d'aller entonner joyeusement 'il est né le divin enfant' à la messe de minuit"... sans aller chercher bien loin, il n'est pas certain que ce soit ce que se disent "joyeusement" ceux qui restent des chrétiens d'Orient avant d'aller célébrer la Nativité dans leurs églises en ruines, mais c'est ce que devait penser le père Hamel, dans un contexte différent. Et c'est aussi un excellent prétexte de renvoyer les policiers ou les militaires de Vigipirate ou de Sentinelle ouvrir les huitres et découper la dinde dans leurs cantonnements.

    Sinon, cette année, comme d'habitude, ça ne semble pas trop mal parti pour discriminer ou stigmatiser les partisans de la traditionnelle crèche de Noël:

    Les "libres penseurs", leurs juges et leurs journalistes attitrés remettent, forcément, en cause la présence d' "Étable de la Nativité" (ça devrait mieux passer, appelées comme ça ?) contraire à leur vision du monde civilisé tourné vers le progrès de l'Homme

    Les imams, muftis et autres sages musulmans expliquent dans toutes les mosquées, les écoles ou centres culturels coraniques que: "Concernant les fêtes telles que Noël, le jour de l’an et d’autres évènements liés aux différentes festivités religieuses comme païennes, les savants disent qu’il n’est pas permis d’y participer ou de les fêter."

    Les végans, un jour proche, vont peut-être s'y mettre aussi et crucifier les vendeurs et les acheteurs d'huitres gobées vivantes, de dindes victimes d'holocauste saisonnier et d'oies gavées en vue d'une cirrhose du foie.

    J'oubliais de préciser que la hiérarchie catholique apostolique et romaine, ainsi qu'une partie non négligeable du bas-clergé post-vatican 2 et bon nombre de batraciennes de fonts baptismaux semblent assez partager ce nouvel œcuménisme catho-islamo-laïcard.

     

    Crèchophobie chronique

    En Italie, pays dont la capitale, Rome ville éternelle, abrite le Vatican qui est comme chacun sait ou devrait savoir, un peu La Mecque des catholiques, ça se passait comme ça il y a peu de temps:

    Crémone / Italie / année 2016 de notre ère

    Pas de crèche cette année: le curé ne veut pas froisser les musulmans et les athées. Le P. Sante Braggiè craint de provoquer la colère des proches de personnes d’autres religions, ou sans religion, enterrés là. "Un petit coin du cimetière est réservé aux tombes musulmanes. Une crèche visible depuis là pourrait être perçue comme une signe de manque de respect aux fidèles d’autres religions, blesser la sensibilité des musulmans et celle des Hindous, et même celle des athées", a-t-il déclaré.

    Pise / Italie / année 2017 de notre ère 

    Rien n’arrête la bien-pensance multireligieuse: dernièrement, ce sont Joseph et Marie qui dans la vie de tous les jours vont à la mosquée… une Sainte Famille interprétée, dans une crèche vivante, par une famille sénégalaise de religion musulmane qui vit dans la région depuis une vingtaine d’année. Leur petite fille de cinq mois, Diarra, personnifie l’enfant Jésus. Autour d’eux, des pasteurs, des bergères, des centurions romains… En tout un peu plus de 250 personnage. l’évêque Andrea Migliavacca a d'ailleurs expliqué, avec des vibrations dans la voix et sous la soutane:
    "Cette initiative implique des dizaines de personnes pour son organisation et de nombreux spectateurs. C’est un événement très populaire: le choix de la famille sénégalaise répond aux valeurs souvent rappelées par le Pape François, concernant l’accueil et l’intégration des immigrés. Aujourd’hui, nous avons donné un beau témoignage de combien les communautés chrétiennes devraient être accueillantes,  

    En France, pays de certains Droits de certains Hommes et ancienne fille ainée de l'Église, ce sont nos habiles politiciens qui se démènent pour ménager la chamelle et le houx et des électeurs potentiels...

    Laurent Wauquiez - Le puy en Velay

    Le maire de cette localité, au départ du pèlerinage vers St Jacques "le matamore" de Compostelle et dont l'appel à la prière du muezzin officiel est amplifié par des hauts-parleurs 100% haram, a exposé, non pas une, ni deux... mais quatre crèches culturelles sans aucun fond cultuel, une banale exposition de santons "en hommage aux métiers d'art et à l'artisanat populaire", peut-être entre quelques napperons ou abats-jours en dentelle (du Puy) et un plat de lentilles (aussi).

    Robert Ménard - Béziers

    L'élu municipal, lassé de se retrouver au tribunal presque aussi souvent que Zemmour, vient d'inventer, avec les services techniques de la ville, la crèche à roulettes qu'on met ou on veut peut quand on veut peut, ce qui fait un peu du Fils de Dieu (et Marie, et Joseph, et les Rois mages, etc...) une sorte de Guignol un peu pétochard se carapate fissa quand un Gnafron compatissant  le prévient de l'arrivée du garde-champêtre ou du Garde des Sceaux.

    Sinon,dans la plupart des villes, les Offices de Tourisme ou Syndicat d'Initiatives ont pris d'office l'initiative de débaptis de renommer les marchés de Noël en marchés de Fin d'Année, appellation nettement moins clivante, comme on dit, et à rapprocher des superstitions des marins concernant les lapins à bord des bateaux ou celle des comédiens à propos de la couleur verte ou du mot "corde": ça devrait éloigner les esprits mauvais, et ça coute rien d'essayer...

     

    Crèchophobie aiguë

    Dans un genre plus ludique (l'humour permet tout), on peut trouver ce genre de sketch, dès début décembre

    Imitation de Laurent Wauquiez-"C'est ça, la crèche 2018 !"-C'est Canteloup-26 novembre 2018

    "... un petit Jésus ; un papa et une maman...

    " -C’est qui ?" 

    "-Joseph et Marie, papa et maman qui ne sont pas des nazis, qui ne choisissent pas leurs bébés sur catalogue."

    " -Si on y va par-là, Marie est la première PMA de l’Humanité, quoi.

    avec des commentaires -en réponse à de rares protestations- dignes du maître et de la figurante qui lance les rires enregistrés... et qui, mis à part le vocabulaire et l'orthographe (mais c'est pas certain...) sont un parfait condensé des classiques arguments libres penseurs :

    neomaster snkman

    Ça me fait rire les commentaires laïcité ça vous dit quelque chose la religion chrétienne est une religion d'origine étrangère tout comme l'islam les gaulois n'avaient pas de doctrine religieuse les romains avaient conquerient l'Europe et imposé et diffuser la chrétienté par la force et le sang le conseil des sages à trancher sur la question il n'y a pas à déblatérer inutilement vous êtes pas des Hébreux à moins d'avoir des graves problèmes psychologiques Jésus est né à Nazareth en Israël pas à Poitou Charentes il n'a jamais mis les pieds en Europe de sa vie en plus de son image ainsi que la représentation des crèches et la pratique religieuse qui sont faites en occident est complètement fausse et blasphématoire et ne respecte en rien la branche originel donc complètement absurde de sens

    NB.: On peut trouver quelques autres gags tout aussi rigolos sur tous les services publics de radio et télévision. Service public oblige.

    Autre chose (peut-être) hors-sujet (ou peut-être pas...), rigolo ou pas...

    Noëlphobie galopante

    On apprend (humour ou humour involontaire ?) que les malheureux et innocents sucres d'orge "à suspendre" dits "de Noël" se voient taxés d'indignité citoyenne à cause de leur forme de canne qui évoque... une fois retournée... la Lettre "J", initiale (honnie) de Jésus !

    On apprend aussi que le banal sapin de Noël, païen jusqu'au bout de ses épines, doit être regardé avec circonspection car son achat entraine une véritable catastrophe écologique du fait de la déforestation induite (E1-15/12/18)

    Crèchophobies épizootiques

     

    On découvre enfin que les "travailleurs turcs" de nos belles provinces ont une vision assez personnelle du malheureux "Père Noël".. (le petit Jésus, je sais pas...)

    C'est écrit dans le Coran "Certes si tu apportais toutes les preuves à ceux à qui le Livre a été donné, ils ne suivraient pas ta direction (Qibla)! Et tu ne suivras pas la leur; et entre eux, les uns ne suivent pas la direction des autres. Et si tu suivais leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu serais, certes, du nombre des injustes".

     

    Crèchophobie galopante 

    Le néo-pape François y va aussi, sur ses terres, de sa dérision joyeuse avec sa Crèche en sable, matériau fragile et éphémère dont même les enfants de chœurs les plus niais ne font même pas des châteaux en Espagne..

    La pâte à modeler ou le papier mâché permettent aussi de belles réalisations, je n'ose proposer à Sa Sainteté de demander aux mineurs isolés errants qui enrichissent l'art classique occidental de nous donner leur vision exotique de la Nativité.

    Crèchophobies

    ...Assez réussie techniquement, mais c'est un peu le strict minimum attendu dans la cité du "Souverain Pontife" qui explique et justifie: "Le sable, matériel pauvre, rappelle la simplicité, la petitesse et la fragilité dans lesquelles Dieu s'est montré avec la naissance de Jésus dans la précarité de Bethléem (...) Se faire petit pourrait sembler en contradiction avec la divinité (...) mais non, parce que la petitesse est liberté.". Dire que pendant des siècles, de mauvais chrétiens donc, selon les nouvelles normes papales, travaillaient le marbre ou les métaux précieux 

    Une fragilité et une simplicité que ne présentaient pas les précédentes crèches vaticanes, discrètement LGBTcompatible de 2017 (voir) ou fièrement pro-migrants de 2016 (voir)

    http://aumilieuduvillage.eklablog.com/autres-temps-autres-moeurs-a130209582

     

    Encore plus ludique, parait-il, les crèches "détournées" et "insolentes" d'après les qualificatifs reconnus par google and C° :

    Crèchophobies

    ... des crèches familiales et néanmoins obstétriquement réalistes...

     

    Crèchophobies

     

    Crèchophobies

    Crèchophobies

    . des crèches "zombie" ou "vaudoue", très tendance, qui démontrent "quelque chose de l'ordre de l'ordre de la résurrection, de la réincarnation et d'un perpétuel recommencement"...

     

     

    Crèchophobies

     

    ... et même un projet sommaire mais explicite de crèche vivante, où Joséphine et Marinette, noir·e·s et pédé·e·s pire qu'au cours d'une Fête de la Musique Élyséo-macronienne, "parents 1 et 2" du petit ‘Îsâ (ou Yasû‘) auraient bénéficié d'une PMA  innovante et, si j'osais, quasi miraculeuse à côté de laquelle le dogme de l'Immaculée Conception prend des allures de phénomène de foire...  

    Crèchophobies

     
     ... des crèches rigolotes...  

     

     

     Crèchophobie éradiquée

    Guérison ou rémission ?

    Pourtant, il semble qu'il restera quand même, quelque-part, quand tout sera fini, une ultime trace de ce vieux monde, pas forcément où on l'attend le plus... 

    "Malgré les controverses entretenues par quelques ayatollahs de la laïcité, il subsiste au moins un endroit où la crèche de Noël fait l’unanimité. C’est au sein de la Légion étrangère !"

     

    Noël est LA FÊTE de la grande famille Légionnaire par excellence. Une fête traditionnelle au même titre que celle de Camerone. Notre "Noël Légionnaire" est l’illustration totale de tolérance et de camaraderie. Une magnifique leçon de vivre ensemble de personnes issues de plus de 140 nationalités! Loin des débats sur la laïcité qui agitent la société civile, la crèche est ici symbole de cohésion, de fraternité, loin des clivages de religions, de races, la crèche ici ne divise pas, au contraire, elle rapproche. Légio Patria Nostra !

     

    Pourtant, un peu partout dans la France des territoires périphériques ignorés, un semblant de lumière semble persister ou renaitre, là où quelques villages oubliés des dhimmis germanopratins veulent faire perdurer les traditions.

    Uxem (Nord) - 1400 habitants: La municipalité organise pour la deuxième année son concours de crèches de Noël.

    Gémenos (Bouches du Rhône) - 6000 habitants: Le concours de crèche renaît dans la commune

    Bergheim (Haut-Rhin) - 2000 habitants: Le chemin des crèches propose plus de 80 crèches créées par les habitants du village...

    Crèchophobies

     

    Crèchophobies

    Crèchophobies

     

    Crèchophobies

    Pourtant, dans l'Europe occupée, l'Europe outragée, l'Europe brisée, l'Europe martyrisée...

    L'Allemagne progressiste de frau Merkel, ancienne secrétaire du département pour l'agitation et la propagande en RDA, compte dans ses rangs une obscure ministre d'une politesse sélective: Pour le ramadan, cette (censuré) avait pu souhaiter "A toutes le musulmanes et à tous le musulmans d’Allemagne.../...un bon et joyeux ramadan"... Pour la Ḥānukkāh, elle avait tweeté: "Ḥānukkāh Sameach ! Je souhaite à toutes les juives et à tous les juifs une bonne et heureuse Ḥānukkāh."... A Noël, qui célèbre la naissance de Jésus-Christ, elle s'est fendue d'un prudent ou hypocrite: " Quelles que soient vos croyances… nous vous souhaitons de joyeuses fêtes et un bon départ dans la nouvelle année" 

    un espoir d'une Europe libérée ?

    L'Autriche xénophobe et populiste de l'ultradroitiste Sebastian Kurz fête le bicentenaire de "Douce Nuit" qui fut composé conjointement par un prêtre, Joseph Mohr, qui écrivit les paroles et un instituteur, Franz Xaver Gruber, qui en composa la mélodie...

     

    Je ne vous souhaite donc pas de Bonnes Fêtes de Fin D'Année....

    mais un Joyeux Noël.

    (Chanson La Vierge à la crèche - Paroles d'Alphonse Daudet et Musique de Albert Périlhou)

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique