•  

    L'amitié, c'est sacré... 

     

    Nomination

    Monsieur Didier-Roland Tabureau, ancien directeur de Agence Nationale de Santé et du Médicament, mouillé jusqu'à la pointe des cheveux dans le scandale du Médiator mais jamais inquiété à ce titre, ancien des cabinet ministériels de Evin, Aubry et Kouchner et "kouchner-boy" de choc, proche de Jérôme Salomon et ancien professeur et "maître" et ami d'Olivier Véran va dorénavant, sur décision de monsieur Emmanuel Macron, président de la République française. diriger le Conseil d'Etat 

    Rappelons pour mémoire que monsieur Laurent Fabius (dont, accessoirement, le fils Victor est directeur de la société étazunienne McKinsey qui dirige conseille la politique vaccinale de l'Hexagone), mouillé jusqu'à la racine des cheveux dans le scandale du sang contaminé mais jamais être inquiété à ce titre, dirige depuis plusieurs années le Conseil Constitutionnel.

    Signalons que ces deux honorables institutions seraient éventuellement les derniers recours démocratiques et républicains en cas de contestation de la validité du "pass-vaccinal" étendu à l'échelle européenne selon le souhait de monsieur Emmanuel Macron, président de l'Union Européenne.

    Rappelons également que monsieur Jean-François Delfraissy (qui semble à peu près sec) est président du Conseil Scientifique spécial COVID et, en même temps, président du Conseil d'Ethique chargé de contrôler et valider les décisions du Conseil Scientifique.

     

     

    - Des questions ?  

    Tout est sous kontroll...

    - Non ?  Alors, circulez, y'a rien à voir.

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  • « Eric, c’est pour te dire : on va créer une force politique, on arrive le 11 janvier. »

    Y'a du souci à s'faire...

    Déjà que "le Z", comme disent ses partisans, rencontre difficultés sur difficultés avant même que la campagne électorale soit effectivement ouverte (incertitude sur le nombre de signatures obtenues, difficultés à boucler un budget pourtant modeste, menaces de mort à répétition, insultes et mépris des médias "meinstream" et de leurs fidèles lecteurs et ·teuses, spectres à répétition de divers procès et menaces de en xénophobie-islamophobe et/ou harcèlement sessuel, etc...), voilà t'y pas qu'un nouvel adversaire de taille ("ex conseiller personnel privé du Président sortant", pendant 2 ans, s'il vous plait !) avec lequel il va falloir voir à voir à compter vient d'entrer en lice contre l'ancien polémiste d'estrêm'droâte.

     

    Déclaration officielle de campagne du candidat, monsieur Yassine Belattar, au cours d'une conférence de presse semi-publique gratuite organisée depuis la scène du "Théâtre de Dix Heures" (n° 36, boulevard de Clichy, Paris XVIII me Paris 18 me) devant une foule nombreuse de militants et de sympathisants exaltés :

    Quand ça va pas, ça va pas !... Pauvre Eric, une rude épreuve de plus à surmonter...

     

     


    2 commentaires
  • Ceci est une brève revue de presse destinée à faire le point sur le formidable souci gouvernemental de rigueur, de clarté et d'écoute(s) citoyenne(s), à travers la presse et sur les réseaux sociaux et à quelques mois des élections présidentielles et législatives françaises.

    Seraient particulièrement concernés, au nom de la Liberté et de la Vérité, les éventuels blogueurs et les hackers essentiellement étrangers, séides et nervis de quelque Poutine, Trump et Xi Jinping, ainsi que leurs présumés relais, naïfs ou complices, dans l'Hexagone.

     

     

    "Objectif Désinfox"

    Elections 2022: l'AFP et Google-France lancent "Objectif Desinfox", un projet de lutte contre la désinformation...

    " La coalition des médias vise à souder les rangs des acteurs de la lutte contre la désinformation dans la perspective de l'élection présidentielle. " (P-D-G. AFP) " Chaque année, Google forme des milliers de journalistes aux outils du numérique, et ce partenariat avec l'AFP permet d'amplifier ces formations." (dir-génal Google-France)

    https://www.lefigaro.fr/ (décembre 2021)   

     

    "VIGINUM"

    Ingérence numérique : l'agence d'État "Viginum" pourra surveiller nos publications sur les réseaux sociaux

    Ces derniers mois, "Viginum" (disposant d'un budget de 12 millions d'euros) s'est entretenu avec les services du secrétaire d'État chargé du Numérique et les représentants de Twitter, Facebook, Google, TikTok, Snapchat, Microsoft, Qwant et Wikimedia afin de discuter de la gestion des informations sur les réseaux sociaux.

    https://www.lefigaro.fr/ (décembre 2021)  

     

    pour mémoire

    Sibeth Ndiaye...

    Le gouvernement renonce à sa page "Désinfox" initialement publiée sur son site officiel internet, initiée par sa porte-parole Sibeth Ndiaye.

    Créée pour lutter contre les "fakenews",  la rubrique s'appuyait notamment sur : "Les Décodeurs" (Le Monde), "CheckNews" (Libération), "Factuel" (AFP), "Fake Off" (20 Minutes) et "Vrai ou fake" (FranceInfo). Ce sont quelques sociétés de journalistes qui sont à l'origine de ce retrait, au motif que "l’Etat n’est pas l’arbitre de l’information".

    https://www.lemonde.fr/ (mai 2020)  

     

    "social listening"

    Le gouvernement investit près de 3 millions d'euros pour surveiller sa réputation en ligne par divers outils de "social listening"

    Un appel d'offres de 2,8 millions d’euros a été accordé à trois spécialistes de la veille sur les réseaux sociaux, afin de détecter, analyser et mieux mesurer le ressenti des Français sur les actions gouvernementales et sur l'actualité en général (le français Visibrain, l'irlandais NewsWhip et le luxembourgeois Talkwalker.)

    https://www.bfmtv.com/ (avril 2021) 

     

     

    Ceci est une revue de presse.

    – Tu m'avais promis de me laisser marcher toute seule, na.
    – Je t'avais promis… je t'avais promis… oui je te l'avais promis, mais si tu crois tout ce qu'on te promet !

     

     

     


    4 commentaires
  • " Pour une République multiculturelle, postraciale et pluricitoyenne "

    Contre Zemmour, votez Rokhaya..

      

    petit rappel incorrect et malfaisant des faits (qui remontent à plus de onze ans, c'est exact...) :

    Lilian Thuram, François Durpaire, Rokhaya Diallo, Marc Cheb Sun et Pascal Blanchard ont lancé, mercredi 20 janvier 2010,  un "Appel pour une République multiculturelle et postraciale".

    Les 5 auteurs ont réuni 100 personnalités pour 100 propositions "pluricitoyennes" parmi lesquelles Esther Benbassa, Richard Descoings, Valérie Pécresse, Christiane Taubira, Michel Wieviorka et Rama Yade :

    « Cinquante ans après l’indépendance des Etats africains, il est temps de poser un juste regard sur un passé qui a des résonances contemporaines sur notre société. L’enjeu : que chacun se sente légitime dans le présent, puisse s’approprier une histoire commune.

    « Il  y a cinq ans, les ‘événements’ dans les quartiers pointent déjà les clivages qui, aujourd’hui encore, menacent l’équilibre de notre société. La société française, riche de la pluralité de ses talents, s’est profondément renouvelée. Par contraste, les élites –politiques, économiques, culturelles– ne parviennent pas à intégrer cette nouvelle dynamique (...)

    « Les 100 propositions nourrissent l’idée que la "diversité", ne doit pas rester "une bonne intention" cantonnée à "un dossier à part", ou devenir "un terme à la mode, mais être envisagée comme une question propre à reconfigurer l’ensemble de la République, dans le sens du mieux-vivre ensemble. »

    autres signataires * :

    Abdellah Aboulharjan, Souria Adele, Marijo Alie, Salah Amokrane, Clémentine Autain, Najat Azmy, Linda Baha, Bams, Sylviane Balustre d’Erneville, Nicolas Bancel, Pascal Bernard, Pascal Blanchard, Ben Salama, Nicole Bénessiano, Noria Belgherri, Suzanne Bellnoun, Esther Benbassa, Gilles Boëtsch, Pascal Boniface, Jean-Marc Borello, Ahmed Boubeker, Jeanette Bougrab, Nedjma Boutlelis, Olivia Cattan, Nicole Cyprien, Carole Da Silva, Karima Delli, Richard Descoings, Jean-Christophe Desprès, Bilguissa Diallo, Rokhaya Diallo, Nassimah Dindar, Mamadou Diouf, Disiz, Adoum Djibrine-Peterman, Faycal Douhane, Françoise Driss, François Durpaire, Romuald Dzomo Nkongo, Hakim El Karoui, Réjane Ereau, Mercedes Erra, Anne Esambert, Eric Fassin, Bétoule Fekkar-Lambiotte, Lionel Florence, Maud Fontenoy, Yannick Freytag, Armelle Gardien, Alain Gavand, Nacira Guénif-Souilamas, Mohamed Hamidi, Dawari Horsfall, Simon Houriez, Jean-Paul Huchon, Nicolas Hulot, Marc Jolivet, Anne Jaworowicz, Almamy 'Mam' Kanouté, Sevgi Karaman, Bariza Khiari, Aminata Konaté, Eléonore de Lacharrière, Bruno Laforestrie, Amirouche Laïdi, George-Pau Langevin, Laurence Lascary, Luc Laventure, Anne Littardi, Naïma M’Faddel, Alain Mabanckou, Fadila Mehal, Laurence Méhaignerie, Nordine Nabili, Ousmane Ndiaye, Pascal Obispo, Alexandra Palt, Carole Reynaud-Paliguot, Valérie Pécresse, Alexis Peskine, Pascal Perri, Christophe Robert, Sonia Rolland, Ryadh Sallem, Marie-Laure Sauty de Chalon, Claudy Siar, Patrick Simon, Guillaume Silvestri, Etienne Smith, El Yamine Soum, Fodé Sylla, Christiane Taubira, Jean-Claude Tchicaya, Séverine Tessier, Benoît Thieulin, Louis-Georges Tin, Claudine Tisserand, Aurélien Tricot, Catherine Tripon, Françoise Vergès, Paul Vergès, Dominique Versini, Michel Wieviorka, Rama Yade.

    https://www.temoignages.re/culture/culture-et-identite/  

    * la liste complète mérite d'être vue.

     


    8 commentaires
  •  

    Dans la série "ch'sais pô koi dire, mais on peut quand même en causer..."

    Une info qui n'a pas eu toute la place qu'elle méritait. Surtout la conclusion de l'article...

    Maltraitance animale:

    visite de Gabriel Attal dans un refuge de la Fondation Bardot 

     

    Sacré Gaby...!

    Gabriel Attal, en visite jeudi dans un refuge animalier de la Fondation Bardot à Bazoches-sur-Guyonne, dans les Yvelines, a salué "une étape fondamentale" avec l'adoption par le Parlement d'une proposition de loi contre la maltraitance animale.

    Accompagné de la députée Aurore Bergé (LREM) et guidé par Ghyslaine Calmels, directrice générale de la Fondation Bardot, Gabriel Attal chaussé de bottes est parti à la rencontre des pensionnaires à quatre pattes. 

    Il s'est arrêté devant l'enclos des vieux chiens, dont certains sont handicapés après des actes de maltraitance. Il a ensuite visité la chatterie puis s'est longuement arrêté dans l'enclos des chèvres.

    "J'aime les animaux et j'essaie de les défendre", a confié à Brigitte Bardot au téléphone Gabriel Attal qui, à son ministère, s'occupe d'un coq et d'une poule.

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Je mets ça là, tel que je l'ai trouvé... pas de confirmation par ou sur Google...,

    C'est juste au cas où nos médias nationaux n'auraient pas le temps de nous en causer au 20 heure.

     

    Exclusif. L’Algérie refuse le survol de son territoire à un avion militaire français évacuant un soldat blessé au Mali

    source https://www.algeriepartplus.com 

    Ce samedi 20 novembre, les autorités algériennes ont refusé d’accorder une autorisation de survol à un avion militaire spécial français qui évacuait depuis le Mali vers la France un soldat gravement blessé, a pu apprendre "Algérie Part" au cours de ses investigations.  

    Cette autorisation de survol du territoire algérien a été adressée par l’Ambassade de France à Alger à la Présidence algérienne en sollicitant une

    Ce samedi 20 novembre, les autorités algériennes ont refusé d’accorder une autorisation de survol à un avion militaire spécial français qui évacuait depuis le Mali vers la France un soldat gravement blessé, a pu apprendre Algérie Part au cours de ses investigations.

    Cette autorisation de survol du territoire algérien a été adressée par l’Ambassade de France à Alger à la Présidence algérienne en sollicitant une autorisation d’urgence pour permettre à un avion militaire de l’armée de l’Air française chargé de transférer vers l’Hexagone un soldat gravement blessé dont l’état de santé chancelant nécessitait des soins intensifs urgents. Cette demande urgent de survol du territoire algérien a été transmise ce samedi matin à la Présidence algérienne via l’Ambassade de France à Alger.

    Or, la missive française est restée sans suite puisqu’aucune réponse n’a été donnée par les autorités algériennes aux hauts responsables de l’ambassade de France à Alger. Ni refus, ni accord, aucune réponse claire et précise n’a été transmise par les autorités algériennes aux diplomates français missionnés par le ministère des Armées en France pour obtenir une autorisation exceptionnelle permettant l’évacuation rapide et sécurisée du soldat gravement blessé lors des combats menés par les troupes françaises contre des groupes armés djihadistes au nord du Mali.

    Le silence absolu des autorités algériennes a été perçu par les interlocuteurs français comme un "refus de coopération" infligé à la France par l’Etat algérien. Ce qui démontre que les informations propagées à propos du "dégel" des relations bilatérales entre les deux pays, des informations communiquées aux médias par certaines sources diplomatiques françaises et algériennes, sont totalement infondées et fausses. A Alger, aucune source fiable n’a voulu expliquer les tenants et aboutissants de ce mutisme adopté vis-à-vis de la demande française concernant le survol du territoire algérien par cet avion militaire programmé en toute urgence pour les besoins "d’une mission humanitaire" dans le cadre d’une opération de sauvetage d’un soldat en danger de mort.

     

     

    rappel - 3 octobre 2021 :

    Au lendemain du rappel de son ambassadeur à Paris, l’Algérie a décidé d’interdire le survol de son territoire aux avions militaires français. Une véritable épine dans le pied pour l’armée française, qui a confirmé à l’AFP cette information du Figaro, alors qu’elle survole effectivement le pays dans le cadre de l’opération Barkhane pour rejoindre le nord du Mali.

    Selon le quotidien, l’état-major des armées françaises aurait même découvert cette décision ce dimanche matin. Car c’est au moment de déposer les plans de vol que les militaires se sont rendus compte que les autorisations de survol n’avaient pas été accordées par Alger. "Ce matin, en déposant les plans de vol de deux avions, nous avons appris que les Algériens fermaient le survol de son territoire aux avions militaires français", a déclaré à l’AFP le colonel Pascal Ianni. Selon lui, toutefois, "cela n’affecte ni les opérations ni les missions de renseignement" menées par la France au Sahel.

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Auf geht's Grün... (*)

    Malgré un programme fort alléchant, le fait qu'ils représenteraient la seule alternance et leurs efforts envers les "papy-boomers" d'outre-Rhin en ressuscitant une vieille chanson folklorique de 1840, on dit que les Grünen seraient "à la peine", comme on dit.

    Ils ont bénéficié au dernier moment d'une aide appréciable autant inespérée qui pourrait être décisive en un discours de Greta Thunberg "venue remettre l'écologie au cœur du débat électoral devant des milliers de défenseurs de l'environnement" et "en sommant les autres partis politiques d'adopter les mesures radicales et définitives" qu'elle préconise depuis sa plus tendre enfance tout en précisant bien que, selon son propre avis personnel, "le vote ne suffira pas" et qu'"il faudra mettre la pression dans la rue"....

    Greeting to greatest Greta.

    ou, le mythe du bon aryen revisité en miteu·x·se·s bon·ne·s à pas grand 'chose...

    (avis personnel qui n'engage que son auteur) 

    "Un beau pays" (d'accord, ça part d'un mauvais sentiment, mais bon, nul n'est imparfait...)

     

    On saura ce soir (pour ceux que ça intéresse...) si l'action spontanée et désintéressée de la "jeune pasionaria suédoise et climatique" a été bénéfique au "scrutin du siècle", comme ils disent...

    Greeting to greatest Greta.

    "Greta Thunberg et le pouvoir de l'espérance" (sic)

     

    (*) Allez les Verts...

    Dans un cas comme dans l'autre, il faut s'attendre à la voir venir soutenir notre inégalable et inégalée Sandrine Rousseau ?

    Un peu comme mais en mieux Alice Coffin qui exige de Yannick Jadot (arrivé en tête au premier tour de la "primaire" (sic), mais non entièrement "déconstruit") de laisser sa place car, " il dit que c'est un processus démocratique, mais la démocratie elle est viciée...c'est contraire à ses combats et à ses discours d'être un obstacle à une candidature féministe à la présidentielle alors qu'un mouvement s'est créé dans la pays... ce n'est pas une agression mais si on est féministe, on laisse sa place..." tout comme dans l'ascenseur ou à la porte du local du siège d'EELV, en quelque sorte...

     

    NB : mais n'allez pas, comme ce chroniqueur de C-News -la chaine de feu Zemmour- simple chroniqueur se présentant comme politologue énoncer "des propos qui empruntent davantage au café du commerce qu’aux amphithéâtres de sciences politiques" tels que "(Sandrine Rousseau), c’est la folie verte. C’est une sorte de Greta Thunberg ménopausée." On dit pas des choses pareilles ! (vous pouvez dénoncer, comme Julien Bayon Bayou, cette insulte faite à toutes les écocologistes ayant un utérus de tous les genres et de tous les sexes sur le site https://www.csa.fr/Mes-services/Alerter-le-CSA-sur-un-programme/formulaire#/

     

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique