• Ordinairement , la joie chrétienne est accompagnée du sens de l'humour 

    Exhortation apostolique sur la sainteté

    Gaudete et exsultate

    "Jorge Mario Bergoglio",

    alias "François Lepape"

     

     

    Heavenly Bodies : Fashion and The Catholic Imagination

    (Corps Célestes: la Mode et l'Imagination Catholique)

    on égorge pour moins que ça

    L’une des plus grandes institutions culturelles du monde, le Metropolitan Museum de New-York, inaugure une grande exposition intitulée "Heavenly Bodies" (se traduit littéralement par "Corps célestes"). Celle-ci met notamment en exergue l’inspiration de l’art chrétien, notamment médiéval, dans les créations des grands couturiers du XXe siècle. Une thématique hors normes pour un musée hors normes !

    L’exposition comporte une quarantaine de chefs-d’œuvre issus de la sacristie de la Chapelle Sixtine, qui n’ont pour la plupart jamais été montrées en dehors du Vatican : vêtements et accessoires papaux (anneaux, mitres, crosses…) du XVIIIe au XXIe siècle, englobant près de 15 papautés différentes. C’est la première fois depuis l’exposition sur les collections du Vatican en 1983 que le Saint-Siège concède un prêt de cette envergure au MET.

    Plus de cent cinquante pièces de haute couture des grands noms de la mode des XXe et XXIe siècles (Balenciaga, Chanel, Saint Laurent, Versace…) sont réunies pour l’exposition et mises en regard avec les collections d’art médiéval et d’art byzantin du MET. La scénographie replace ces œuvres de mode dans le contexte plus large de la production artistique religieuse pour analyser leur lien avec l'histoire de l’art chrétien et leur contribution à la construction de l'imaginaire catholique.

    avec, dans les principaux rôles:

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    Katy PERRY   RIHANNA

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     Cara DELEVINGE   MADONA

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    Lily COLLINS   Chadwick BOSEMAN
     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     Jared LETO    Jordan ROTH

    Là-bas, on égorge pour moins que ça

     

    Là-bas, on égorge pour moins que ça

    Lena WAITHE   Zoe KRAVITZ
         
     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    ... et le Cardinal Gianfranco RAVASI,

    entouré de quelques ouailles

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

    plus de détails sur les articles suivants (extraits) :

    Le cardinal Ravasi présente "Corps célestes" : le Vatican et “Vogue” organisent une exposition sur la liturgie et "la mode"

    Le lien entre l’ornement liturgique et la mode, grâce a “Vogue” (le lobby LGBT n’est pas loin)

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    Gianfranco Ravas est un cardinal italien, président des Conseils pontificaux pour la culture, l'archéologie sacrée et le patrimoine culturel de l'Église.

    Sensible aux questions culturelles et à leur impact sur l'histoire de la pensée, il se fait remarquer en prônant le dialogue entre l'éthique laïque et la morale religieuse

    Chasubles, croix de procession du XIe siècle, ornements utilisés lors des liturgies pontificales, la mitre précieuse de Léon XIII et la tiare offerte à Pie IX par Isabelle II d’Espagne sont au nombre des objets qui traverseront l’Atlantique, quittant le Vatican pour la première fois pour nombre d’entre eux. Au total, quarante pièces d’une valeur inestimable seront prêtées par la sacristie de la Chapelle Sixtine, datant du milieu du XVIIIe siècle au XXIe siècle.

    Elles voisineront avec des créations profanes ou non de Versace, Jean-Charles de Castelbajac, Christian Lacroix, Thierry Mugler, Jean-Paul Gaultier, Schiaparelli, Dolce et Gabana, sans compter la robe de mariée de 1967 de la collection Balenciaga.

    L’exposition veut évoquer le concept de pèlerinage religieux et en faire vivre l’expérience, même si certains objets de modes présentés "peuvent sembler très éloignés de la sainteté de l’Église catholique, il ne faut pas les prendre à la légère dans la mesure où ils incarnent les traditions narratives du catholicisme".

    Le Vatican prête des ornements sacrés pour un défilé qui sacrifie à la mode et non pas à Dieu

    Singer le clergé – pour un autre maître ?

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    La bien nommée veste "Gold-Gotha" du doublement mal nommé "Christian Lacroix"...

    Une identité certainement deux fois trop lourde à porter pour ce malheureux homme, expliquant ses pauvres blasphèmes bling-bling ...

    Et leurs pièces sont emblématiques, du simple rappel biblique à la provocation caractérisée – il faut toute la gamme du rapport au sacré pour prétendre à la neutralité artistique et en défendre le principe ! Le jardin d’Eden se retrouve brodé sur une robe de chez Valentino. Des icônes byzantines s’étalent sur des tuniques Dolce & Gabbana. Et des robes de madones exposent une magnificence certaine…
     
    Mais l’intention de provocation sinon de sacrilège est bien présente. Les créateurs glissent des corps féminins dans des tenues de soirées inspirées des vêtements cléricaux portés par les prêtres et les évêques, tel ce manteau de cardinal réinterprété en version soir chez Balenciaga, cette robe de bure à l’image des moines, ou encore cette robe féminine "papale" de John Galliano à qui ne manque pas même la tiare !
     
    La croix, symbole ultime, s’étale largement, de la simple figuration jusqu’à la transgression évidente comme sur cette veste signée Christian Lacroix et intitulée insolemment "Gold-Gotha". Sur cet autre habit singé de religieuse, la croix du chapelet qui pend à son côté est même tronquée… le satanisme n’est pas loin.

    Le Met Gala 2018 à New York : le défilé du blasphème sur le thème "Corps célestes"

    Costumes religieux sur le ton du ricanement, avec l’approbation du Vatican !

    "N’est-ce pas beau de voir que ces gens que l’on pourrait caricaturer comme guindés, distants ou hautains sont prêts à avoir quelque chose à faire avec la religion avec des représentants de l’Église ? C’était exactement le contraire. Ils ont montré leur appréciation, ils étaient faciles à approcher, très respectueux. Mieux que cela : tout ce beau monde était là pour rendre hommage à ce que l’Église a légué aux arts et à la culture", s’est épanché le cardinal Timothy Michael Dolan...

    exemple d'humilité, d'hommage et de respect selon le cardinal:

    "A quoi diable pensait le Vatican", interroge sur un tout autre ton l’animateur britannique Piers Morgan dans un papier incendiaire dans le Daily Mail britannique. Ouvrant son article sur l’annonce ironique d’une célébration du prophète Mahomet lors de la prochaine édition du Met Gala en 2019, ce catholique auto-revendiqué avoue n’être pas des plus dévots, mais tempête contre l’irrespect grossier contre sa foi, accusant le Met Gala d’avoir franchi une ligne rouge. Il dénonce "une organisation qui pratique un deux poids deux mesures insolents, car tout le monde sait qu’il n’aurait jamais osé faire cela à l’islam ou au judaïsme".
     
    Habillée en fausse franciscaine, flanquée de faux frères et sœurs en bure, Madonna a même chanté Like a prayer à la fête "after". Pour qui connaît le clip d’origine, il y a là une odieuse provocation de plus...

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    9 commentaires
  • En début d'année, sortait une biographie romancée de Jeanne d'Arc,à la fois sobre et pudique:

    "Le Bon Cœur" de Michel Bernard,

    "Le Bon Cœur est le roman d’une voix, celle d’une paysanne de dix-sept ans qui retint le royaume de France sur le bord de l'abîme, le sauva et en mourut. Elle changea le cours de l’Histoire en réveillant dans le cœur usé des hommes la force de croire et d’aimer."

    La Fête à Jeanne

     

    Les lys de la royauté sur le bleu de France, même dans la main de Saint Louis au retour de la croisade, même sur la tente de Philippe Auguste le jour de Bouvines, n'avaient jamais atteint une telle force d'entrainement.

    On rêvait.

    Le bruit de ferraille de la pauvre armure de la Pucelle paraissent l'annonce d'un temps nouveau.

    6 janvier 1412 - 30 mai 1431 †    
    une image à comparer avec celle-ci

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Oui, mais...


     

     

    Le dimanche 13 mai dernier, c'était la "Fête de Jeanne d'Arc"

    Et pendant ce temps-là, la France entière était sommée de mettre au point les derniers préparatifs du ramadan et de s'extasier devant les nombrils bien léchés des derniers soixant'huitards encore présentables.... qui devaient se remémorer ce dont ils se souvenaient de la perfide analyse de "libé", en 2002, à propos de "la Pucelle" (dont ils se seraient néanmoins satisfaits, malgré ses 19 ans passés):

    Depuis la fin du XIXe siècle, tout ce que la galaxie nationaliste compte de groupuscules musclés et de figures sulfureuses a fait de celle qui bouta l'Anglais hors de l'Hexagone sa figure mythique préférée. Pour le FN, mouvement pétri de traditions, célébrer Jeanne d'Arc, c'est donc inscrire ses pas dans le sillage du fondateur de l'Action française, Charles Maurras, des Croix-de-Feu du colonel de La Rocque et du régime de Vichy.

    Oriflamme de la patrie. A l'origine, pourtant, Jeanne d'Arc était de gauche. Cette fille du peuple, enfant de laboureurs, avait été livrée aux Anglais après avoir été abandonnée par son roi et trahie par l’Église. "Jeanne est des nôtres, elle est à nous et nous ne voulons pas qu'on y touche", écrivait encore, dans les années 1920, le socialiste Lucien Herr, proche de Jean Jaurès et précepteur de Léon Blum..

    L’Église a récupéré Jeanne jusqu'à prononcer sa canonisation en 1920. Dès lors, les républicains l'ont délaissée pour l'abandonner à une extrême droite toute prête à l'accueillir. Car Maurice Barrès d'abord, Charles Maurras ensuite y voyaient l'incarnation de la "Francité".

    De même est-elle devenue l'oriflamme de la patrie méritante dressée face aux ennemis de "l'anti-France", qu'ils soient juifs, francs-maçons ou étrangers. Enfin, les élans mystiques de la bergère de Domrémy en ont fait l'icône de la spiritualité résistant aux assauts du matérialisme laïque. Annexée par les antidreyfusards, Jeanne s'est muée en héroïne incarnant une race supérieure.

     

    Malgré ça (ou grâce à ça) on a quand même eu droit à la rediffusion d'une séquence inoubliable de Mélenchon faisant glousser ses groupies au bord de l'orgasme, en se croyant drôle d'insulter une Jeanne d'Arc "complètement givrée", selon son bon mot:

     

     

    Deux jours seulement avant la date de cette fête, on pouvait lire, sur un site tout à fait politiquement, socialement et religieusement correct selon le décodex du journal de référence, leMonde :

    Jeanne d'Arc était-elle psychotique, épileptique, maniaque ou affabulatrice?

    Comme Abraham, Jésus et Moïse, Jeanne d'Arc entendait des voix.

    Mais de quoi souffrait réellement la Pucelle d'Orléans?

    "Si, depuis 600 ans, l'incroyable destin de cette jeune fille a suscité et suscite encore autant de passions, il existe pourtant un angle mort: l'approche médicale. Les voix qu’entendait Jeanne d’Arc sont pourtant au centre de son existence et de son mythe. Mais de quoi souffrait-elle réellement?

    • Des hallucinations auditives

    • Une jeune schizophrène?

    • Une manie délirante?

    • Des crises d’épilepsie partielle?

    • Un trouble du comportement alimentaire?

    • Une adolescente normale?

    (la suite et l'intégralité sur  Slate .fr)

    A noter que si Abraham, Jésus et Moïse "entendaient des voix",un autre "article" reprend et explicite : Abraham, le 1er cas de psychose / Moïse, le schizo-affectif / Jésus, le dépressif / Saint Paul, un hystérique, dans un autre article, sans évoquer un autre prophète appelé Mohamed -apparemment sain de corps et d'esprit ainsi que ses actuels que disciples- qui aurait entendu la voix de  l'archange Gabriel lui dicter les révélations d'Allah, pendant 23 ans !!!

    A noter, également, que si ce "article" publié sur Slate a eu l'honneur de quelques échos ravis et enthousiastes, ce n'était pas le premier "article" du genre, loin de là:

    en 2009: https://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2009-10-page-907.htm

    en 2014: http://artjuice.net/la-psychanalyse-de-jeanne-darc-par-luc-besson/

    en 2016: http://www.fredzone.org/mystere-voix-jeanne-darc-332

     

    Mais, parallèlement à l'abjection et aux sarcasmes,  il y a aussi la dérision, au moins aussi insultante:

    La Fête à Jeanne

     

    ...et la grosse rigolade !

    Les tweets enflammés de Jeanne d’Arc sur le bûcher

    La Fête à Jeanne

    La Fête à Jeanne

     

    Et, forcément, la bienpensance bobo...

    "Jeanne d'Arc et les ExtraTerrestres"

    Sur le mode de la farce, "Jeanne d'Arc et les Extraterrestres" questionne la peur oridinaire, celle qui s'immisce par les médias, la rumeur ou l'ignorance. Cette peut qui fait de l'aute un étranger, un monstre incompréhensible et menaçant .

     

    et ce dialogue qui est tout sauf surréaliste:

    Jeanne d'Arc était-elle musulmane ?

    Si on accepte le concept que musulman veut dire "soumis à Dieu" et qu'ainsi les prophètes préislamique étaient musulmans, cette définition s'applique-t-elle aussi aux "soumis à Dieu" qui ont suivis ?

    Jeanne était complètement soumise à Dieu, elle a reçu son message de l'archange Michael (qui vaut bien Gabriel, il me semble) et a fait des choses folles pour son époque afin de suivre ses directives.

    Peut-on dire que Jeanne d'Arc était musulmane ?
    les réponses sur Yahoo
     
    Notons qu'il n'y a RIEN d'étonnant dans tout ça dans ce monde du XXIème siècle dont un Malraux aurait prédit qu"'il sera religieux ou ne sera pas"...
    - puisqu'un site, créé par Christian Terras un ex-enfant de chœur et qui se définit comme "L'empêcheur de croire en rond" (et qualifié de "catho tendre et grinçant" par l'inévitable "libé"...)

    • se permet d'ouvrir un forum intitulé "Quand le mythe de Jeanne d'Arc se fait dépuceler",

    • critique et condamne un évêque: "L’évêque de Blois, Mgr Maurice de Germiny, tout de violet vêtu, incarnant un style épiscopal d’un autre âge, lors des Fêtes johanniques du 8 mai dernier, à Orléans, où l’avait invité son confrère et néanmoins ami, Mgr André Fort, a évoqué en des termes dithyrambiques la figure de Sainte Jeanne. Pour proposer d’en faire un Docteur de l’Église ! "      

    • propose un lien vers un article de Marcel Gay : "Jeanne d'Arc, une opération de services secrets fomentée par la Couronne de France"- Jeanne d'Arc était-elle une simple bergère ou la sœur du roi Charles VII ? Est-elle vraiment morte sur le bûcher ? Pas pour le journaliste Marcel Gay, auteur de "L'affaire Jeanne d'Arc"       

     

    - ou que "Monsieur de Voltaire", le Philosophe des Lumières", fervent admirateur de l'islam et ennemi acharné du christianisme, se permettait un long (très... long) poème ordurier, satirique et satyrique sur "La Pucelle d'Orléans"   

    Voltaire -La Pucelle d'Orléans - 1762

    La Fête à d'Arc (30 mai)

     

     

     

     et il me plait de terminer cet article par ce témoignage, réel ou imaginaire, peu me chaut

     

    ... "Accompagnée de frère Martin, Jeanne fut conduite et liée, et jusqu’au dernier moment elle continua les louanges et lamentations dévotes envers Dieu, saint Michel, sainte Catherine et tous les saints.
    En mourant, elle cria à haute voix : Jésus !

    Je tiens de Jean Fleury, clerc et greffier du bailli, qu’au rapport du bourreau, le corps étant réduit en cendres, le cœur de Jeanne était resté intact et plein de sang.
    On donna ordre au bourreau de recueillir tout ce qui restait de Jeanne et de le jeter à la Seine, il le fit."

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Sur la page Facebook de Laurent Obertone,

    l'auteur de "La France Orange mécanique", "La France Big Brother" et "Guérilla":

    sans

     

    Message reçu à l’instant, destiné à mes lecteurs et plus généralement à la population civile. Partagez en masse cet avertissement.

    "Pendant que les mass-médias nous inondent de mariage en Angleterre et de festival de Cannes, bon nombre d'événements classés "faits divers", violences inédites sur le territoire national, se mettent en place :
    Marseille "busserine" avec des groupes armés et des techniques para-militaires parfaitement rodées, un procureur satisfait du dispositif policier et qu'il n'y ait pas eu de blessés, de nombreuses attaques de policiers en civils par des groupes de jeunes (Grenoble, Courcouronne...), violences par 200 personnes à Lyon la Duchère, un homme a Pau battu à mort par des ados, appel au djihad en France par des imams dans des mosquées françaises mais aussi les suicides à répétition des policiers et gendarmes abandonnés par la Justice et rabaissés par la hiérarchie, avec un projet de CDD à venir pour les forces de l'ordre alors que la formation est déjà un réel problème.
    Bon nombres d'autres "signaux faibles", comme aiment les appeler les politiques, passent inaperçus.
    Dans les rangs de mes camarades de l’unité d’assaut du GIGN, actifs et connectés aux unités de renseignement, tous ces signaux confirment qu'un scénario de guérilla se met en place dans un mutisme ahurissant. Notre message est simple : préparez-vous."

     

     

    ...Laurent Obertone, présenté ici par France-(dés)Info...

    • Il se défend d'être raciste, mais…

    Sa thèse : "certaines communautés" –comprenez "communautés africaines"– ne sont pas "adaptées", par "leur culture et leur histoire""au mode de vie occidental".Laurent  Obertone déteste d'ailleurs le principe de "diversité" et envie la Norvège, la Finlande ou le Japon, des pays "homogènes" qui "se caractérisent par un chômage bas, un taux de pauvreté bas (…) et surtout une criminalité très basse"

    • Il n'a pas sa carte au FN, mais…

    "Ni droite, ni gauche, je suis national !", explique-t-il sous pseudonyme en mai 2008, sur un blog repéré par Mediapart .Dans cette "lettre ouverte aux détracteurs invétérés de Jean-Marie Le Pen", il dénonce "la dénationalisation du pays""l'avilissement du peuple de France""l'immigration sauvage"

    • Il s'en prend aux journalistes, mais…

    Qui est Laurent Obertone ? Ce pseudonyme, il a commencé à l'utiliser en 2010, pour signer des articles sur le webmagazine Ring, dirigé par David Kersan. Un jeune éditeur que Le Nouvel Obs présentait récemment comme un "sulfureux Rastignac, sympathisant d'une extrême-droite farfelue".Sondages à l'appui, il déplore avec force le fait que "les journalistes sont quasiment tous de gauche" – y compris au Figaro. Et d'accuser ses confrères de "distiller une idéologie, suffisamment pour que plus personne n'ose s'y opposer".

     

    Pour Médiapart, ce serait tout bêtement un ancien blogueur de la réacosphère, ayant publié des articles sous le pseudo de l' "Ubiquiste" et de "Pélicastre Jouisseur" et auteur d'un "manifeste raciste" intitulé "Le Manifeste Nauséabond"        

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  JOUR J

    Manifestation du 1er mai: la police craint des "troubles à l'ordre public" à Paris

    Un jour sans fin

    Le préfet de police de Paris Michel Delpuech a reçu lundi les organisateurs de la manifestation du 1er mai pour évoquer le risque de débordements par des "groupes extrémistes" voulant faire de cette journée "un grand rendez-vous révolutionnaire", selon un communiqué de la préfecture.

    "Si ce défilé traditionnel des organisations syndicales ne suscite pas de difficultés particulières", des "militants de groupes contestataires issus de mouvances extrémistes entendent, à l'occasion de la manifestation traditionnelle du 1er mai, s'en prendre violemment aux forces de l'ordre ainsi qu'aux symboles du capitalisme", explique la préfecture de police (PP).

    Le communiqué cite notamment en exemple sans le nommer, le Mili (Mouvement inter luttes indépendant), qui a lancé un appel général sur Facebook à "faire vivre une journée en enfer" à Emmanuel "Macron et son monde".

    Ce collectif "antifasciste et anticapitaliste", proche de l'extrême gauche, compte sur "la résonance internationale" du 50e anniversaire de Mai 68 pour drainer dans le cortège "des camarades venus des pays voisins".

    Les moyens employés "pourraient être notamment des engins incendiaires", selon la préfecture de police qui rappelle la saisie, lundi matin dans le cadre de l'évacuation du campus Censier (Université Paris III) de "plusieurs centaines de bouteilles vides et de produits entrant dans leur composition ainsi que de banderoles supportant des slogans habituellement utilisés par les black-blocs".

    Pour "faire face à cette situation un dispositif de grande ampleur, constitué d'unités de forces mobiles et de fonctionnaires de la préfecture de Police, sera déployé", prévient la PP sans donner de détails.

    "D'importants contrôles sur réquisition du procureur de la République seront mis en oeuvre en amont de la manifestation et aux abords de celle-ci de même que dans l'ensemble des transports représentant des points d'accès à l'itinéraire emprunté", est-il ajouté .

    "Une vigilance particulière" sera également apportée à "la détection de tous les objets pouvant être assimilés à des armes par destination".

    Un jour sans fin

     

    N'oubliez pas pour autant les loisirs...

    Que faire ce mardi 1er mai 2018 à Paris ? Jour férié oblige, beaucoup de lieux sont fermés. Et comme c'est la fête du travail, c'est davantage que d'habitude. Vous cherchez comment passer une bonne journée ? Choisissez parmi les bonnes idées pour ne pas vous retrouver devant une porte close.

    mais pas des loirs de blaireau... exemples:
     
    1) Les damné.es de la terre
    Pionnière des breakeuses dans les années 1980, Bintou Dembélé aujourd’hui chorégraphe aborde des thématiques devenues récurrentes : l’identité, la mémoire et l’histoire, les comportements humains. Suivant cette voie, Les damné.es de la terre explore la dimension rituelle à travers la danse, la musique et la voix.
     
     
    2) Exposition Gilles Caron à l’Hôtel de Ville

    Un jour sans fin

    A l’occasion du 50e anniversaire des évènements de Mai 68, la Ville de Paris et la Fondation Gilles Caron présentent la première grande exposition du photographe Gilles Caron à Paris. Du 4 mai au 28 juillet 2018 à l’Hôtel de Ville, les Parisien·ne·s, mais aussi les visiteuses et les visiteurs pourront découvrir les étapes d’une année décisive.

     

    3) Le festival des Journalopes

    Un jour sans fin

    Les Journalopes, ce sont 6 journalistes, la trentaine ou presque, amies à la ville, consœurs, collègues, au sein d’un collectif fondé il y a bientôt deux ans. 6 femmes journalistes féministes qui parlent de sexe, de droits reproductifs, d’amour, de liberté, de censure, de violences conjugales, de guerre et de géopolitique. On écrit pour Libération, Causette, The Guardian, Mediapart, Le Monde diplomatique. Et pour raconter nos histoires, on arpente les rues de Paris, Berlin, Istanbul, on rejoint les anciens territoires irakiens du califat ou on parcourt la ligne de front ukrainienne.

     

    JOUR J-n

    Les événements de mai 1968

    Mai 68 est d'abord un mouvement de révolte étudiante sans précédent, né du malaise latent au sein de l'université française (critique de l'enseignement traditionnel, insuffisance des débouchés, menaces de sélection). Il s'inscrit dans une crise internationale qui a pris naissance aux États-Unis : en septembre 1964, sur le campus de Berkeley, le Free Speech Movement lance la protestation contre la guerre du Viêt-nam. Mais le cas français se révèle tout à fait spécifique : le mouvement y revêt un aspect plus global, plus spectaculaire qu'ailleurs ; surtout, la révolte étudiante y débouche sur des grèves et une crise sociale généralisée, qui mettent en péril les sommets de l'État.

    Par son triple aspect – universitaire, social et politique – l'explosion de Mai 68 a profondément ébranlé la société française par une remise en cause globale de ses valeurs traditionnelles, et a été le révélateur d'une crise de civilisation. Cette incroyable libération de la parole, ce bouillonnement social inattendu ont pris des allures de révolution.

    Encyclopédie Larousse

    Un jour sans fin

    Un jour sans fin

     

    Un jour sans fin

    Un jour sans fin

     

    Un jour sans fin

    Un jour sans fin

     

    Un jour sans fin

    Un jour sans fin

     

    Un jour sans fin

     

    JOUR J-Nx

    premier mai

     

    1er MAI

    Copain, regarde les rues :

    Les flicards et les roussins

    Montrent leurs gueules bourrues

    De brutes et d'assassins...

    Racaille !

    Par ça serais-je abîmé ?

    Un premier mai sans flicaille

    Ce n'est pas un premier mai...

     

    Copain, vois malgré la rousse

    Les bourgeois gras et pansus,

    Les richards ont eu la frousse

    Dès qu'il nous ont aperçus...

    Vipères !

    Tremblez devant l'opprimé !

    Un premier mai sans colère

    Ce n'est pas un premier mai...

     

    Copain, gare à la faconde

    Des grands ténors endormeurs :

    La haine seule est féconde,

    La haine des affameurs...

    Récolte,

    Bourgeois, ce que tu as semé !

    Un premier mai sans révolte

    Ce n'est pas un premier mai...

     

    Copain, pense à la vengeance,

    Lorsque nous serons les plus forts

    Nous détruirons cette engeance

    Aux pieds de ses coffres-forts...

    Charogne !

    Quand nous t'aurons supprimé,

    Nous fêterons sans vergogne,

    Bourgeois, notre premier mai !

     

    premier mai

    premier mai

    Un jour sans fin

    Un jour sans fin

    premier mai

     

    Un jour sans fin

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique