• charme et volupté

     

    Ce samedi 15  décembre, jour de la Ste Ninon et acte V de la grogne des gilets jaunes -même heure, même endroit-, rendez-vous au Zénith de Lille ou devant vos écrans de télé, vous pourrez assister à l'élection de Miss France 2019, pour la plus grande satisfaction de madame Martine Aubry, mairesse de la ville, qui s'en réjouit d'avance: "C’est une grande fierté d’accueillir une nouvelle fois l’élection de Miss France à Lille. L’organisation de cette grande soirée populaire dans notre ville est aussi la reconnaissance de la qualité de l’accueil lillois.".

    Cette superbe fête sera présidée par la toujours sémillante madame Line Renaud, mais le Jury ne devrait être constitué que de femmes (pour éviter tout comportement machiste et tout jugement influencé par la culasse ou les nibars l'aspect physique des concurrentes à moitié à poil dans des tenues légères). Même monsieur Jean-Paul Gaultier, présent l'an dernier, n'a pas été retenu cette fois-ci.

    Sinon, rien d'autre et d'important à signaler pour cette belle cérémonie...

    Ah... si ! (j'oubliais)

    Miss France 2019: La moitié des miss noires ou métisses, une avancée pour le concours ?

    15 décembre: soirée télé... (bis)

    L’avez-vous remarqué ? Cette année, la moitié des candidates à la couronne de Miss France 2019 sont noires, métisses ou issues de l’immigration. Près de 8 millions de téléspectateurs vont donc assister à un concours plus proche de la société telle qu’elle est alors que la télévision ne montre quasiment que des blancs. Cette soirée peut-elle porter un message ?

    Du côté des miss concernées, on n’en est pas convaincues. Miss Guadeloupe, Ophély Mézino, et Miss Picardie, Assia Kerim, partagent plutôt l’avis de Miss Guyane, Laureline Decocq, pour qui "C’est important d’être nombreuses parce que la France d’aujourd’hui c’est beaucoup de métissages. On montre toutes les facettes de la beauté française."

    Pour Miss Limousin, Aude Destour, mi-Ch’ti mi-Martiniquaise, l’intérêt c’est que "Nous ne sommes pas du tout les mêmes métisses. Par exemple, Miss Provence a des origines algériennes. C’est super bien pour le concours parce que ça représente la France d’aujourd’hui."

    "Les métisses sont un peu plus visibles cette année dans le concours et représentent une tendance de fond de la société française. C’est assez intéressant parce que ça montre la réalité de la société française qui est mélangée quoi qu’on veuille nous faire croire, issue de vagues d’immigration​ très anciennes. Un Français sur quatre a au moins un de ses grands-parents qui n’est pas né en France. C’est révélateur du métissage progressif de la société française."

    la suite et pas la fin sur  20minutes.fr 

    La promotion de cette année se distingue par sa diversité, la société Miss France s'en félicite.

    C’est la promo la plus métissée qu’on ait eue... La mixité, c’est ce qui fait la France d’aujourd’hui. Nous sommes le pays des Droits de l’Homme, une terre d’accueil et de contrastes. Nous nous devons d’être fières de nos métissages, assumer nos origines, ne pas avoir peur de l‘inconnu.

    "La mère de Miss Lorraine est sénégalaise. Celle de Miss Pays de la Loire, camerounaise. Miss Nord-Pas-de-Calais et Miss Limousin sont toutes deux martiniquaises par leur père et ch’ti côté maternel. Miss Provence et Miss Picardie ont les mêmes origines franco-algériennes. Miss Tahiti tient ses yeux bleus d’un aïeul irlandais. Miss Réunion est métropolitaine par son père, alors que Miss Guadeloupe est née à la Réunion, d’où vient son papa."

     

    Marlène Schiappa et Rokhaya Diallo en sont toutes moites...

    Mais vous, vous  souviendrez-vous alors, de ça, comme quand vous alliez acheter en cachette votre paquet de P4 [1], pour jouer au grand en feuilletant un vieux numéro de Paris-Hollywood [2] ?

    15 décembre: soirée télé... (bis)

    15 décembre: soirée télé... (bis) 

    parce que tout ça, c'est F,I.. fi, N,I... ni : fini...

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    8 commentaires
  • Vu, sur internet, cette accroche attractive et prometteuse:

    Méfiez-vous de ces 6 arnaques qui ont coûté très cher aux victimes...

    Les esprits malveillants n'ont aucune limite lorsqu'il s'agit d'abuser de la confiance de leurs victimes pour mener à bien leur petite entreprise. 

    ATTENTION, arnaque !

    La présentation de l'article donne bien envie d'en savoir plus:

    Ça n'arrive qu'aux autres à ce qu'il paraît… Outrepassons ce sentiment de supériorité rassurante voulez-vous? Parce qu'un léger faux pas suffit à passer dans la catégorie des victimes. Même lorsque celles-ci pensent user de vigilance.

    Les escrocs n'ont aucune limite lorsqu'il s'agit d'abuser de la confiance de leurs proies. Pis: ils s'adaptent pour faire perdurer leur petite entreprise de magouilles…

    Si aujourd'hui nous avons décidé de partager des mésaventures vécues par des gens, ce n'est pas pour leur jeter la pierre. Bien au contraire. C'est pour qu'au moins leur fâcheuse expérience serve à d'autres.

    Telle une mise en garde....

    ...

     

    Je me dis que, sait-on jamais...

    ...donc, je clique sur le lien...

    ... pour me retrouver, finalement, devant ça:

         
      ATTENTION, arnaque  
         

     

    ça me laisse une impression bizarre...

    et presque désagréable !

    ATTENTION, arnaque !

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    8 commentaires
  • Ca soulage de lire Libé...

    Je ne suis pas un lecteur régulier de Libé mais, des fois, ça fait bien plaisir de voir Laurent Mouchard, plus connu sous le nom de Laurent Joffrin, leur "directeur de la rédaction et de la  publication" faire part à ses rares lecteurs payants (hors bibliothèques scolaires et  municipales) de ses états d'âme de pucelle effarouchée voyant le loup pour la première fois...

     

     

     Dans le numéro de Libé du 26 octobre... 

    ou, quand Lolo se désespère et se fâche... 

    ou, "Macron... AU SECOURS...! Tout est pardonné..."

     

    Les droites radicales fondent sur le globe

    Ca fait du bien de lire Libé...

     

     

    Brésil, Turquie, Philippines, États-Unis, Europe… Les démocraties voient des leaders nationalistes et populistes accéder au pouvoir ou monter dangereusement dans les sondages. Un phénomène nourri par la défiance envers les élites et la xénophobie.

    Comme les civilisations, les démocraties sont mortelles. Moribondes ? Certes non: les régimes démocratiques n’ont jamais été aussi nombreux sur la planète et beaucoup d’entre eux sont très solides. Nous ne sommes pas dans les années 30. Mais un mal nouveau les guette, un mal plus insidieux, plus pernicieux, un mal qui vient de l’intérieur et qui ronge la culture démocratique. La mappemonde que nous publions en montre l’extension : dans de nombreux pays, le national-populisme ne cesse de gagner du terrain. Point de dictature ouverte. Mais une conquête progressive qui, au nom de la nation, écorne l’État de droit, abaisse le débat public, érode les libertés, contraint les minorités, attaque le droit des femmes et désigne presque partout l’étranger comme bouc émissaire.

    "Liberté, égalité, fraternité", dit la République française. "Identité, sécurité, intolérance", répondent les nationalistes. Des méthodes légales, un appel à la souveraineté populaire, peu de violence physique : le fascisme n’est pas aux portes. Mais partout les mêmes thèmes, les mêmes simplismes, les mêmes slogans agressifs et sommaires dominent. Il y a les "démocratures", comme la Turquie, passée sous la coupe du sultan Erdogan. Il y a surtout la victoire de partis réactionnaires coulés dans le moule constitutionnel, au pouvoir en Italie, en Hongrie, aux États-Unis ou aux Philippines. Et bientôt, il faut le craindre, au Brésil. Il y a enfin, un peu partout, ces partis xénophobes, homophobes, déclinistes, climatosceptiques pour la plupart, expéditifs en matière de sécurité, rétrogrades en matière de mœurs, qui remplissent les urnes et vident les têtes au profit d’affects sommaires, de mobilisations simplistes, une sorte de marée brunâtre qui s’infiltre au sein de régimes jusque-là officiellement dédiés au progrès et à la liberté.

    Épidémie

    Une sociologie paresseuse incrimine la crise économique, les inégalités, les fractures sociales. Elles jouent leur rôle, reléguant une grande partie des classes populaires dans une misère relative et un enfermement urbain ou campagnard qui nourrissent un sentiment d’abandon, offrant un terrain fertile aux démagogues. La version libérale de la mondialisation menace les acquis, creuse les différences de revenus, mine les protections, brouille les repères, bouche l’avenir des plus défavorisés. Le libéralisme sans frein, fourrier du nationalisme.

    Mais l’épidémie ne se limite pas aux pays pauvres ou inégalitaires. La Suisse, État riche et équilibré, a elle aussi son parti intolérant, tout comme les nations scandinaves et les Pays-Bas, qui ont fait tant d’efforts en faveur de la protection sociale et de l’intégration. La crise économique plante un décor. Elle n’explique pas la pièce. Ce sont les facteurs culturels, sociétaux, qui font la vraie différence. "On est chez nous !". Partout, le slogan résume l’humeur des peuples. C’est bien ce qui rend la tâche des démocrates, des progressistes ou de la gauche si difficile, eux qui sont voués à la tolérance et à l’ouverture. Que répondre à ceux qui ont le sentiment de ne plus s’appartenir ? Que ce sont des racistes ? Un peu court. De même le prêche en faveur du "vivre-ensemble", juste à tous égards mais aussi irénique quand les quartiers populaires se transforment en ghettos, que les communautés s’épient et parfois s’affrontent, que les cités concentrent tous les maux et que les villages vivent dans l’angoisse du délaissement.

    Bouc émissaire

    Dans ces conditions, l’identité et la nation deviennent le seul patrimoine de ceux qui n’en ont pas, tandis que le refuge identitaire rassure symétriquement les minorités laissées hors les murs. L’immigration devient naturellement, au sein de la population, le bouc émissaire de tous les ressentiments. Souvent elle explique la percée subite de tel ou tel parti de la fermeture. En Allemagne, en Suède, au Danemark, tous pays généreux et ouverts, elle a suscité une réaction politique ravageuse. En Italie, l’humiliation d’un pays laissé par l’Europe seul face à la vague migratoire de 2015, a propulsé la Ligue, jusque-là confinée au régionalisme du Nord, en tête des votes populaires.

    L’insécurité joue aussi son rôle. C’est l’impuissance de la démocratie philippine à contrer l’emprise des gangs qui explique la victoire de Rodrigo Duterte, qui les combat désormais avec des méthodes de gangster. C’est elle aussi qui a gonflé le score de Jair Bolsonaro, ce militaire nostalgique de la dictature en passe de conquérir dimanche le pouvoir au Brésil. Le rejet des élites, enfin, réunit la plupart des votes populistes. Élites corrompues, comme au Brésil ; élites retirées sur l’Aventin de leur prospérité, comme dans tant de pays, vivant dans un monde ouvert, protégé par la barrière des prix de l’immobilier dans les grandes capitales ; élites impuissantes, surtout, dont les promesses de redressement font long feu, dont le libéralisme économique et culturel crée incompréhension et colère, tant elles sont coupées du reste de la population.

    Quand la démocratie classique, conservatrice ou social-démocrate, ne parvient pas à soigner les maux de la société, cette dernière se tourne vers un régime plus musclé, plus intolérant, plus fermé, qui invoque le déclin pour nourrir un discours national agressif et l’immigration pour élever de nouveau murs et frontières. Sur ce point, la leçon des années 30 est toujours opérante. Faute d’avoir jugulé la crise économique, rendu un avenir à la nation, maintenu l’ordre civique, surmonté les fractures culturelles et sociales, les démocraties d’Europe (l’Italie, l’Allemagne, la Hongrie, la Pologne, l’Espagne ou la France) ont succombé l’une après l’autre sous les coups des fascismes. Pour avoir rendu l’espoir aux classes populaires, donné une perspective à la nation, réuni avec habileté une coalition politique autour de son projet, Roosevelt a vaincu les leaders populistes de son temps, Lindbergh, Huey Long ou le père Coughlin, alors même que la crise de 1929 fut plus violente aux Etats-Unis qu’en Europe.

    Danger

    La maison brûle et on regarde ailleurs. Vrai pour le climat, l’aphorisme vaut aussi pour la démocratie. Le danger est réel, palpable, immédiat. Les ingrédients du national-populisme sont présents, sous nos yeux. Les remèdes ? Ils sont faciles à énoncer. C’est la mise en œuvre qui manque. Une politique de l’immigration humaine, tournée vers l’accueil et l’ouverture, mais une ouverture organisée, aux règles stables et claires. Un refus républicain – tolérant mais ferme – de la dérive communautaire, qui est l’antichambre de l’affrontement. Une politique économique tournée vers la protection et la promotion des classes populaires, quitte à jeter aux orties le carcan délétère de l’orthodoxie. Des réformes sociales qui ne soient pas synonymes de sacrifices, demandés toujours aux mêmes, mais qui restaurent de manière tangible l’idée de progrès. Un projet pour la nation, qui lui rende sa vraie identité, fondée sur la justice et la liberté, à l’opposé des enfermements ethniques. Un comportement des élites, enfin, qui les sorte de leur tour d’ivoire et les réconcilie avec le reste de la population, par une compréhension des épreuves qu’impose la mondialisation aux peuples, par une attitude de respect et non de commisération lointaine. Cette condition est cruciale : sans elle, le dégagisme sévira encore, au bénéfice des ennemis de la liberté. Il faut une prise de conscience urgente. De toute évidence, nous en sommes loin…

    Laurent Joffrin

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires
  •  

     

    Déconstruction

    Si vous fréquentez le site guerre civile et yaourt allégé, vous avez déjà du voir et lire cet article

    Table rase

    Dans Nice Provence Info Michel Lebon fait un état des lieux des attaques que notre civilisation subit actuellement. Rien de nouveau, mais cela permet d'imaginer l’ampleur du désastre qui s'annonce et de son caractère inéluctable.

     ...et y découvrir un lien vers cette page, sinon ou pour les autres, je vous le re-poste en intégralité :
     
      Depuis quelques années nous subissons une déconstruction méthodique et soigneusement orchestrée de toutes les valeurs de notre civilisation multiséculaire. Par tous les leviers, le Nouvel Ordre Mondial — le N.O.M.— construit pas à pas un sous‐homme universel : un individu déculturé, sans racines, réduit à n’être plus qu’un consommateur lobotomisé. Un esclave hébété, comme l’avait parfaitement prédit Aldous Huxley dans Le meilleur des mondes : "La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude."
      Par sa puissance financière abyssale, ce N.O.M. dispose de tous les pouvoirs. Celui des médias qu’il possède tous, celui de placer à la tête des États ses dirigeants politiques : ses banquiers tiennent les rênes de la France, de l’Europe, de toutes les grandes organisations internationales. Ce travail de sape se décline dans tous les domaines de ce qui fait (qui a fait) nos valeurs. Dans tous les recoins de notre quotidien, cette puissance frappe de façon insidieuse, sans jamais relâcher son effort ni sa détermination.
     
      Voilà un inventaire non exhaustif de toutes ces frappes "isolées". Ce n’est pas un inventaire à la Prévert, bien au contraire : réunies et mises en perspective, ces attaques démontrent la cohérence de l’ensemble.
     

    Attaque de la langue: écriture inclusive, novlangue… La langue est notre plus grande richesse. C’est par la richesse de son vocabulaire que nous déployons une pensée et que nous réfléchissons. Il faut donc l’appauvrir pour appauvrir la réflexion. La réduire à une forme de langage de type SMS, sans construction grammaticale, sans richesse sémantique, sans orthographe, donc sans précision.

    Attaque du savoir‐vivre: #balancetonporc s’est vite transformé en guerre des sexes afin de culpabiliser la galanterie de la rue en la réduisant à une vulgaire drague grossière. Les hommes et les femmes se regardent maintenant en chiens de faïence. Chacun s’isole.

    Attaque de notre humour: il est devenu interdit de rire de certains sujets. La dérision, condition de l’esprit critique, est bannie. Et si l’on rit, c’est sur des sujets autorisés.

    Attaque de notre culture: d’ailleurs, carrément, "il n’y a pas de culture française". selon le candidat Macron, actuel président de la République. Nos villes s’ornent de laideurs, parfois même à connotation pornographique, tel le Domesikator.

    Attaque du modèle naturel homme‐femme: théorie du genre, lobby LGBT, promo pour la GPA, PMA, etc. Arte se charge de votre (re)éducation : Tu mourras moins bête.

    Attaque par la crétinisation des masses:  présentateurs vulgaires et incultes, télé‐réalité (pour garder Brandon, tapez 1, pour éliminer Kevin, tapez 2), jeux débiles, etc. La crétinisation commence dès l’école primaire.

    Attaque par le Grand Remplacement dans les médias: valorisation systématique des minorités auxquelles il faut appartenir pour faire carrière dans les médias. C’est du reste officiellement annoncé par Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions.

    Attaque au nom de la laïcité: mais il ne s’agit plus de laïcité. Il s’agit de christianophobie. Les crèches sont interdites tandis que les prières de rue sont tolérées.

    Attaque par la culpabilité: nous devons faire pénitence pour les guerres de religion, l’esclavage, les colonisations brutales, les crimes contre l’humanité. Nous devons avoir honte de notre Histoire. Du reste elle n’est plus enseignée.

    Attaque par la Justice: de la mamie loto au Blogueur engagé, les têtes qui dépassent sont coupées. Mais dans le même temps, les passeurs d’émigrés clandestins bénéficient d’une bienveillante clémence.

    Attaque dans les réseaux sociaux: la France est championne du monde de la censure sur Facebook. Les médias subventionnés se sont autoproclamés censeurs de la presse.

    Attaque culinaire: le lait cru du moulé à la louche se pasteurise pour satisfaire les normes européennes. Faute de satisfaire les normes HACCP, les petits restos disparaissent pour laisser la place aux grands industriels de la malbouffe qui ne paient pas leurs impôts. On interdit la distribution de soupe au porc pour les SDF et on nous invite à manger des insectes. Le kébab remplace le jambon‐beurre tandis que le halal envahit subrepticement nos assiettes.

    Attaque des automobilistes: le conducteur est copieusement racketté pour combler un déficit budgétaire enkysté.

    Attaque par les banques: les comptes bancaires des dissidences trop fortes sont bloqués, voire fermés. De Génération Identitaire au Front National, l’argent fait taire les récalcitrants.

    Attaque par le cinéma revisité à la sauce diversité: un exemple parmi tant d’autres : Achille héros de la mythologie grecque est à présent joué par un acteur noir afin de "diversifier le contenu original et dépoussiérer les vieux genres cinématographiques" selon le metteur en scène.

    Attaque par la destruction méthodique du patrimoine: les églises sont au mieux détruites, sinon transformées en mosquées. L’État peine à financer l’entretien des cathédrales et envisage de faire payer les entrées.

    Attaque par la pub: la diversité est la règle, comme dans les médias. Le jeune à la mode, qui réussit et fait rêver, doit être un métis.

    Attaque par les codes vestimentaires: le voile envahit les centres‐villes et nos plages. Le saroual islamocompatible qui laisse la place aux couches‐culottes, remplace les pantalons.

    Attaque par la réécriture du roman national: les programmes d’Histoire sont réécrits. Nos ancêtres ne sont plus les Gaulois. Nous sommes tous les descendants de Lucy l’Éthiopienne. Sans transition, directement du singe africain amélioré au citoyen du monde.

    Attaque par la destruction de la monnaie: les règlements en espèces sont de plus en plus restreints et seront bientôt interdits. Point clé de notre liberté d’action, notre argent ne nous appartient plus. Une monnaie exclusivement virtuelle, traçable dans tous nos faits et gestes, se met en place. Fini les bas de laine, tout doit être sous le contrôle de votre banquier qui peut vous rayer du monde d’un clic de souris.

    Attaque par le Grand Remplacement: les émigrés clandestins arrivent par centaines de milliers avec la bénédiction papale et l’appui idéologique et logistique d’une nébuleuse d’associations "humanitaires" subventionnées par le milliardaire George Soros.

     

    J'ajouterais, cet article ayant été écrit en janvier 2018, avant les dernières attaques dévastatrices:

    Attaque contre le prestige et la grandeur de la Nation, malheureusement menée de main de maitre par celui qui devrait en être le gardien le plus scrupuleux (je veux dire "Emmanuel Macron, le plus jeune président de la Vme République Française"): l'affaire Benalla (la vraie, pas l'écume des deux jeunes gens chahutés par un faux CRS, la vraie avec toutes ses implications politiques et privées)... les photos de la techno-parade-gay ethnique sur les marches du Palais Présidentiel en compagnie d'une première dame extatique... le doigt d'honneur à la France brandi par un trafiquant de drogue, jeune antillais sexy en diable, en présence d'un président de la république française "pété de rire" (il y a des circonstances, parait-il, où il est difficile de contrôler une hilarité "nerveuse")... jusqu'à l’engueulade du même président par son épouse officielle et ancienne professeuse de lettre et de comédie et ancienne conseillère occulte au ministère des finances et ancienne sparring-partner pendant la campagne électorale  et nouvelle égérie de la presse people...

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    17 commentaires
  • vu sur L'Islam pour les Nuls

    "Exigeons un Référendum sur l’immigration"

     

     

    URGENT - faire suivre S.V.P.

    URGENT — Exigeons un Référendum sur l’immigration

    • Avertissement : Ce que vous vous apprêtez à lire est très sensible, et peut être perçu comme "offensant" par certains lecteurs.

    ------------

    •  Bonjour, je m'appelle Laurent Obertone.

    Je suis journaliste d’investigation et auteur d’enquêtes indépendantes.

    Mes livres, tels que La France Orange Mécanique ou Guerilla, se sont vendus à des centaines de milliers d’exemplaires en France et dans le monde entier.

    À moins que vous n’ayez passé les cinq dernières années dans une grotte, vous avez entendu parler de l’explosion des crimes et délits en France.

    Vous l’avez peut-être même subie de plein fouet.

    Je lançais déjà l’alerte dans La France Orange Mécanique, en 2013, car je prévoyais que cette explosion n’en était qu’à son début. Et les chiffres aujourd’hui le confirment.

    Les "violences gratuites", c'est-à-dire commises sans mobile crapuleux, font officiellement près de mille victimes par jour.

    Ainsi, chaque année, plusieurs centaines de milliers de Français, victimes de l’insécurité ordinaire, tombent sous les coups et parfois meurent pour un « vivre ensemble » qui n’a jamais été.

    Comme je le démontrais dans La France Orange mécanique, et comme l'attestent de nombreuses études, certaines communautés immigrées sont fortement surreprésentées dans cette criminalité.

    À l’époque, contre toute attente, les médias m’ont invité. Les politiques m’ont lu.

    Mais rien n’a été fait.

    Je pourrais vous noyer de chiffres sur les agressions, les viols, les cambriolages et le terrorisme...

    Mais il y a beaucoup plus urgent.

    La France va atteindre un point de rupture

    Je viens de publier un nouveau livre, "La France Interdite*, déjà en tête des ventes malgré l'épais silence médiatique qui l'entoure

    J’y démontre, point par point, que la France telle que nous la connaissons va disparaître d’ici quelques décennies - si les Français ne font rien maintenant.

    .../...

    ...je crois qu’une crise encore plus grave que l’explosion de la criminalité est sur le point de se produire.

    .../...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La suite de la lettre et la pétition sur https://damocles.co/referendum-immigration/?

    Exigeons du président Macron qu’il agisse d’urgence et lance un Référendum sur l’immigration

    76 % des Français souhaitent un référendum sur l’immigration (Ifop, 2018).

    75 % des Français estiment qu’il y a "trop" d’étrangers dans leur pays (seuls 11 % d’entre eux jugent" positif" l’impact de l’immigration).

    J'étais vers 17 h. 30, le 25 937me

    Je ne sais pas si ça va servir à grand-chose, mais ça ou ne rien faire d'autre...

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique