•   

    Le bon côté des choses

     

    (cliquez sur l'image pour plus de renseignements)

     

     

     


    15 commentaires
  • Les "chemises blanches"

    Il s'agit d'un mouvement, créé quasi-spontanément après l'assassinat en plein cœur de Lyon en juillet dernier d'une aide-soignante par deux "jeunes" qui l'ont percutée volontairement au volant de leur voiture, après avoir écrasé son chien, avant de la traîner sur plusieurs centaines de mètres et d'abandonner son cadavre démembré sur la chaussée.

    En réaction, une dizaine de "chemises blanches" se sont réunis et ont peint sur le sol une ligne rouge de 800 m. de long, symbolisant le trajet du véhicule et de sa victime ; tous les 50 m. était inscrit  "justice pour Axelle", les prénoms des assassins (présumés...) : Mohamed et Youssef, ainsi que la distance restant à parcourir. Une vidéo de cette opération a rapidement été mise en ligne.

    Depuis, le mouvement a pris de l'ampleur grâce aux réseaux sociaux (Twitter ou Facebook) et diverses initiatives se sont déroulées un peu partout en France :

    A Aix-en-Provence, en hommage à Axelle Dorier lâchement et sauvagement assassinée à Lyon

    A Marseille, sur le thème de la Justice, borgne, impuissante, partiale et partisane...

    A Rennes, pour réagir à l'interdiction du "tour di France" de passer dans la ville...

    A la Sainte-Beaune pour remplacer par une croix une sculpture brisée à la chapelle de St Pilon

    A Avignon, pour inaugurer la bien nommée "rue des dealers" au cours d'une "gangsta paradise" 

    A Rouen, contre la décision de remplacer la statue de Napoléon par celle de Gisèle Halimi...

    A Montpelier, remplacement "de fortune" d'une Croix vandalisée au sommet du Pic Saint-Loup

    à retrouver en vidéo sur leur chaine YouTube ... 

    Des actions parfois plus symboliques que d'une véritable efficacité, mais comme on dit "le grand soir que beaucoup de français attendent ne viendra pas si il n'y a pas de petits matins victorieux".

    On peut avoir la faiblesse de croire qu'une multiplication de telles actions de sensibilisation et de réprobation, en dépit d'une certaine candeur -aux yeux de certains-, aurait quelque-chose d'exemplaire et de réconfortant. 

    Le choix de la chemise blanche qu'ils portent lors de chaque action représente la tenue de "l’homme simple, propre, qui a de la conduite et de la tenue" et qui souhaiterait que "la France, son ordre, son respect et ses valeurs soient partout sur le territoire, dans un Etat assurant en toutes circonstances la sécurité, y compris dans les cités” 

     

    Ils sont aussi -avec d'autres associations- à l'initiative de "l'appel à une 'impunité zéro'" le 12 septembre place de la République à Paris. 

     


    12 commentaires
  • Vu sur le Web...

    "FrenchLivesMatter", le site identitaire qui recense les crimes et alerte sur l’ensauvagement...

    Scandalisé par l’insécurité persistante et l’ensauvagement de la société, un collectif patriote et identitaire recense les crimes commis contre les “Français de souche” et veut insuffler une prise de conscience à leurs concitoyens, avec une ligne éditoriale simple et sans détour : "Prendre clairement le parti des victimes de l’ensauvagement de la France."

    Le projet est de recenser les victimes des meurtres et d’attentats terroristes "commis sur des Français, dans l’objectif d’honorer leur mémoire".

    Au départ, les militants voulaient répertorier non seulement les meurtres, mais aussi les agressions et les viols, mais ils ont dû renoncer à répertorier ces derniers, beaucoup trop nombreux.

    https://www.valeursactuelles.com/

     

     

    "Parce que nos vies comptent aussi"

    Si les “bavures policières” ou les “actes islamophobes” sont comptabilisés, sur-médiatisés et intensément exploités, personne ne s’intéresse aux victimes françaises ou plus largement n’appartenant à aucune minorité.

    C’est pourquoi le collectif #FrenchLivesMatter a décidé de trier, cartographier et comptabiliser les victimes de ces crimes, en commençant par les plus emblématiques d’entre-eux

     

     

      https://frenchlivesmatter.fr et https://twitter.com/FrenchLivesM

     

     

    NB.: Souhaitons longue vie à ce site, en espérant que monsieur Google ne s'avisera pas que ces recensements de crimes puissent consister une stigmatisation, un amalgame, et un appel à la haine envers les présumés "ensauvagés".

     

     mes dernières volontés 

     

     

     

     


    6 commentaires
  • Napoléon était un nazi.

    ...mais, auparavant, un point d'actualité s'impose:

    Le président des États-Unis fait campagne pour sa réélection avec un symbole nazi.

    (source https://www.zerohedge.com/political/)  

    Selon le site américain "USA Today" (sauvagement progressiste et donc anti-Trump), le président Donald Trump aurait centré sa campagne électorale sur une utilisation de symboles rappelant les heures les plus sombres de notre histoire, pour preuve ce t.shirt exhibant un aigle, ailes déployées, en vente sur un site voué à sa réélection :

    Napoléon était un nazi.

    ...un "logo" dont la ressemblance avec l'aigle de fer nazi ne peut échapper à personne :

    Napoléon était un nazi.

     

    Cependant, à ce train là...

    Je suis presque en mesure de vous affirmer ce secret jalousement gardé et qui causerait certainement ma perte : Napoléon lui-même avait bâti toute sa carrière à partir de la même symbolique nauséabonde...

    Napoléon était un nazi.

    Étonnant, non ?

    J'en viens aussi parfois à me demander si son attitude habituelle, la main droite coincée dans son gilet, n'était pas une ruse grossière destinée à tromper les peintres officiels et réfréner sa tendance réflexe à saluer le bras droit tendu dans un salut fasciste. Un peu à la façon du docteur Folamour, en quelque sorte.

    Napoléon était un nazi.

     

    (je continue mon enquête)


    10 commentaires
  • Kelkun ki m'esplik ? 

     Ça se complique...

     

    Merde, ça se complique...

     

     

     


    9 commentaires
  • Après l'annonce (présidentielle...!) de la réouverture totale des bars et des restaurants en Île-de-France, les offres et annonces publicitaires de "bonnes tables" à découvrir dans la capitale se sont mises à fleurir sur le Net et sur les Rézos :

    Ré-ouverture des restos...

    L'article en question : https://i-d.vice.com/fr/article/935ag7/ou-manger-racise-a-paris-la-carte-qui-fait-ruisseler-largent-du-bon-cote a été supprimé (sans explication...)

    Mais on le retrouve "archivé" (sans la "map" participative...) sur https://web.archive.org/web

     

    Ça ressemble à ça (mise en page d'origine en plus)

    RESTAURANT Par Laurianne Melierre | 15 Juin 2020, 3:45pm

    Où manger racisé à Paris ? La carte qui fait ruisseler l’argent du bon côté

    Pour mettre en lumière les acteurs.rices racisé.e.s de la food à Paris, i-D dévoile sa map participative des meilleurs spots tenus par des entrepreneur.e.s et chef.fe.s afrodescendant.e.s, arabes ou asiatiques. En bref : moins de burrata, plus de combats.

    Depuis le soulèvement provoqué par le meurtre de George Floyd, les compilations de black owned businesses (des commerces détenus par des Noirs) fleurissent sur Instagram et dans la presse américaine. L’idée ? Donner de la force, de la visibilité et de l’argent à l’une des communautés les plus fragilisées par le racisme systémique et les discriminations.

    Quand la gastronomie française voit les couleurs des légumes (mais pas celles des gens)

    Et en France ? En France… c’est comme s’il n’en était pas question. Si les médias et une portion timide des industries créatives s’est saisie du moment pour ouvrir le dialogue autour des problématiques raciales et des violences policières (on pense notamment à la mode, à la photographie ou aux jeux vidéo), les milieux de l’art de vivre et de la gastronomie, eux, sont restés cois. Un carré noir et des emojis de toutes les couleurs plus tard, la stratégie de communication lisse à souhait des foodies, restaurateurs.trices, émissions TV et guides gastronomiques français a repris comme si de rien n’était. Donner faim, oui. Nourrir les esprits, non, il parait que ça coupe l’appétit.

    French food is racisé food

    La cuisine française a pourtant vu son image se diversifier vitesse grand V ces dernières années. Portée par un medley de chef.fe.s et d’entrepreneur.e.s racisé.e.s, la french food se réinvente et rend enfin hommage à son héritage international trop longtemps passé sous silence. Toujours d’actualité, les sujets de l’appropriation culturelle en cuisine et de l’homogénéité blanche des profils food interrogeaient début juin la journaliste belge Elisabeth Debourse dans Manger Noir et Le problème avec les livres et magazines de bouffe, les deux dernières parutions de sa newsletter “Mordant”. Et dès 2016, l’auteur et restaurateur américain Eddie Huang faisait de même dans son article Eddie Huang on the Oppressive Whiteness of the Food World (Eddie Huang à propos de la blanchité oppressive du monde de la food). Publié sur le site Grub Street, le billet d’humeur taclait l’hégémonie blanche du média digital et guide food Eater. “Eater a contribué à créer une sorte de consensus autour d’une monoculture, qui se présente un peu comme suit : un chef réputé, qui doit parler anglais, être à l'aise avec les médias, avoir une salle à manger design, doit se prosterner devant la scène, avoir de petites assiettes. [...] Eater n'est pas le seul à le faire - beaucoup d'autres le font aussi (y compris Grub Street). Mais le résultat donne à voir un condensé de culture alimentaire [...] avec des valeurs finalement assez conservatrices, voire intolérantes.”

    Un message qu’il a rappelé avec force ce 10 juin dans un post Instagram, et qui questionne à lui seul notre néo-culture “bistronomique” française : “J'encourage chacun à remettre en question les récits dont nous nourrissent les chefs blancs, les journalistes et les restaurateurs. Tant d'ingrédients et de techniques populaires des établissements blancs viennent d'Afrique, d'Asie, d'Amérique latine, du Moyen-Orient et des populations indigènes. [...] Que serait la cuisine française sans les Algériens ? Que serait la cuisine italienne sans les Maures ? Qu'est-ce qu'un petit-déjeuner végétalien sans ackee ? Qu'est-ce que la nourriture américaine sans pillage ? Aucune de ces conneries n'est vraiment la vôtre. Tout est volé, reconditionné, et nous est revendu à prix fort. Arrêtez d'acheter de la nourriture qui a été pillée. Obtenez-la à la source. Soutenez les restaurants appartenant à des personnes de couleur et à des immigrants qui cuisinent leur nourriture indigène. C'est la seule façon pour qu'elle survive dans sa forme authentique.” Mic drop.

    Une carte participative pour localiser les lieux racisés de la food à Paris

    Parce qu’il est toujours l’heure de manger (engagé) quelque part, i-D a donc compilé au sein d’une carte interactive les meilleurs lieux de bouche parisiens, locaux et indépendants détenus par des personnes racisées. Du bao frit au comté des sœurs Levha chez Double Dragon (Paris 11) à la soul food lèche-doigts de Gumbo Yaya (Paris 10), ce sont bien ces saveurs et odeurs qui participent activement à l’enrichissement de notre culture culinaire française et à son rayonnement mondial.

    La carte est à retrouver sur Google Maps ici.

    Pour contribuer

    Pour nous faire part de vos meilleures adresses et compléter cette carte, écrivez à idfrance@i-d.co et sur Instagram @i_dfrance. N’oubliez pas de mentionner le nom du restaurant et son adresse. Chaque contribution sera passée en revue manuellement par nos équipes avant ajout. 

    La carte "interactive" existe encore, ailleurs, et elle est comme ça :

    ...ben, non, y'a pu !

    A table... 

    Bon... j'aurais pu évoquer la biographie de Laurianne Melierre... m'interroger pour tenter de comprendre quel est le bon côté où faire ruisseler l'argent (et dans quel but ?)... me demander ce qu'il faut entendre par "combats": des concours de gastronomie, ou autres... évoquer une peu probable liste de restaurants parisiens strictement et fièrement "non-racisés"... ironiser sur l'emploi de l'écriture inclusive ou sur celui d'un pseudo anglais branchouille... et tout le reste, délires et ignorance compris... Mais y'a des jours, comme ça,quand ça veut pas, ça veut pas...

    Pour info, sur https://i-d.vice.com/fr, on peut découvrir entre-autres...

    Pourquoi les statues nous confrontent à un passé difficile à regarder en face ?

    Pourquoi les mouvements féministes et LGBT sont indissociables de la lutte contre le racisme

    Paris : la lutte continue dans la rue / Paris is walking

    Racisme et injustice, comment faire son auto-éducation sur Netflix

    ...mais je ne vous force pas.

     

     

     

     


    24 commentaires
  •  

    Vu quelque-part sur internet et sur un site qui publie des pétitions en ligne :

      "La loi Avia est déjà dépassée : elle ne prend pas en compte les messageries privées. Or, on sait par notre travail de terrain que tout se passe en privé."  
        Philippe Coen, président de l’ONG Respect Zone

    * Respect Zone (parfois abrégé RZ), est une organisation non gouvernementale française fondée en 2014, spécialisée dans la lutte contre les cyber-violences, le harcèlement et les discriminations.

     

     

    Voila... C'est tout.

    Ne faites pas suivre si vous n'êtes pas derrière un VPN ou si vous ne pouvez pas masquer ou délocaliser votre IP,.

    Ne partagez pas cette info avec les membres de votre carnet d'adresses, sinon par courrier postal.

    Ou ne citez pas votre source.

     

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique