•  

    Pour Sylvain Tesson, la France est d’abord une langue, menacée aujourd’hui par le "volapük cyber-mercantile", le globish, et l’inclusivité des nouveaux Trissotin. Ce sont aussi des paysages dont la variété extraordinaire est unique au monde. Pour endiguer l’enlaidissement du pays, l’écrivain plaide pour une "écologie culturelle", qui mettrait en son centre la beauté et se soucierait autant de la défense de la nature que de celle des arts. 

    « ...Et voilà qu’aujourd’hui, avec une autosatisfaction inouïe, des technos, persuadés que la Terre a attendu leur venue au monde pour commencer sa rotation, voudraient transformer la langue. Il faut se représenter la confiance qu’ils ont en eux, ces 'gestionnaires du monde qui change', pour s’en prendre à la langue française, vieille dame punk. Imaginons la scène: ils se lèvent le matin, se regardent dans la glace et se disent : "Je vais réformer la langue, fleurie par Marie de France, stabilisée par les Valois, soulevée par Rabelais, solennisée par Racine, déliée par Marivaux, polie par Montesquieu, enluminée par Hugo, illuminée par Rimbaud, stratosphérisée par Breton, électrocutée par Céline, solarisée par Camus, évangélisée par Mauriac -je vais la réinventer totalement, moi, Mme Michu de l’écriture inclusive et moi M. Jourdain de la vigilance lexicale." Quel culot ! »

    Sylvain TESSON

     

     


    10 commentaires
  •  

    wokisme et cancel culture... 

    Nul ne sait

    de quoi le passé sera fait.

     

    cité par :   

    Jean-Frédéric POISSON

    directeur de la publication

    "Le nouveau Conservateur"

           (le site) 

     

     


    19 commentaires
  •  

    Votez dur ou votez mou...

     

    « Dans la vie politique officielle française il n’y a que des partis & des personnalités génocidaires, décidés à en finir avec le peuple indigène français. Ne les distinguent que des questions de rythme & d’intensité : génocidaires durs, génocidaires mous... Votez génocidaires mous.»

    Renaud Camus - Twitter - 26 juin 2021

    Comme dit Camus.

     

     

    (A moins, bien sûr, qu' il ne soit préférable d'en finir le plus rapidement possible en s'épargnant une longue et lente agonie inutile...)

     


    10 commentaires
  •  

    Jean Raspail - 5 juillet 1925 / 13 juin 2020

      «On a connu des évêques-félons, des généraux-félons, des ministres-félons, des intellectuels-félons et des félons tout court. C’est une espèce d’homme dont l’Occident se fait de plus en plus prodigue au fur et à mesure qu’il se rétrécit.»

       «Jour après jour, mois après mois, au fil de ses doutes, l’ordre devenait donc une forme de fascisme, l’enseignement une contrainte, le travail une aliénation, la révolution un sport gratuit, le loisir un privilège de classe, la marijuana un vulgaire tabac, la famille un étouffoir, la consommation une oppression, la réussite une maladie honteuse, le sexe un loisir sans conséquence, la jeunesse un tribunal permanent, la maturité une forme nouvelle de sénilité, la discipline une atteinte à la personnalité humaine, la religion chrétienne… et l’Occident… et la peau blanche…»

      «Eh oui ! Pour toujours. Les rats ne lâcheront pas le fromage  "occident" qu’après l’avoir dévoré en entier, et comme il était de grasse et belle taille, ce n’est pas pour demain. Ils y sont encore.»

    "Le Camp des Saints", 1973
     
    anniversaire
     

     

     

     


    2 commentaires
  • Je mets ça là, comme ça...

     

     
            "Quand on représente une cause (presque) perdue, il faut sonner de la trompette, sauter sur son cheval et tenter la dernière sortie, faute de quoi l’on meurt de vieillesse triste au fond de la forteresse oubliée que personne n’assiège plus parce que la vie s’en est allée."        
        Jean RASPAIL    

     

     

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     
     
     "LE DORMEUR DOIT SE RÉVEILLER" #2
     
     

    Le jour n'est pas loin, peut-être, où il nous semblera aussi naturel de laisser notre clef dans la serrure afin que la police puisse entrer chez nous nuit et jour, que d'ouvrir notre portefeuille à toute réquisition. Et lorsque l'État jugera plus pratique, afin d'épargner le temps de ses innombrables contrôleurs, de nous imposer une marque extérieure, pourquoi hésiterions-nous à nous laisser marquer au fer, à la joue ou à la fesse, comme le bétail ?

    L'épuration des Mal-Pensants, si chère aux régimes totalitaires, en serait grandement facilitée. 

    Georges Bernanos - "La France contres les robots"
     
     Demain
     
     
     

     


    9 commentaires
  •  

     
     
    "LE DORMEUR DOIT SE RÉVEILLER" #1
     
     

    Très peu d’hommes savent se forger une opinion par eux-mêmes. Aussi répètent-ils ce que leur ont dit leurs parents, puis leurs professeurs et enfin ce qu’ils ont entendu aux informations du soir. Et ils finissent par se convaincre qu’il s’agit là de leur opinion personnelle, au point de la défendre ardemment face à d’éventuels détracteurs.

    Il suffirait pourtant qu’ils tentent d’observer par eux-mêmes, de penser par eux-mêmes et ils découvriraient le monde tel qu’il est et non pas comme on les conditionne à le voir.

    Bernard Werber - "Nous, les Dieux"
     
    Aujourd'hui 
     
     
     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique