•  "Lommenquem liteduche-vous ?"

     

    Larticlequé lystèremem

     

     

    Si vous savez ce que veulent dire "pas lerche", "en loucedé (-ou en loucedoc-)", "larfeuille", "lardeuss" ou "à loilpé" !!! vous avez (peut-être...) compris le titre de cet article...

     

    "Lommenquem liteduche-vous ?" ça veut dire "Comment dites-vous ?" en "largonji des louchébems", ou simplement en "louchebem", ou "jargon des bouchers"...

     

     

    Le louchebem est un argot inventé au début du XIXe siècle par les mauvais garçons qui œuvraient dans les abattoirs autour de Paris avant de se répandre chez les bouchers de la ville, puis dans toute la France à mesure que des artisans, des ouvriers ou des apprentis quittaient la capitale, Il était souvent indispensable dans la profession... témoignage :"Si tu ne connaissais pas au moins quelques mots tu te faisais embobiner et refiler de la vieille lidochebem! Mais ce n'est pas un langage qui était enseigné à l'école, on l'apprenait au contact des vieux bouchers. Ça permettait aussi de ne se comprendre qu'entre nous surtout de parler dans le dos d'un client lonqué! D'ailleurs il m'est parfois arrivé de dire à mes apprentis de servir à un client un lorceaumic de liftecbé loirnoque !".

    Larticlequé lystèremem

    L'origine du louchébem se confondrait avec l'argot des brigands et des bagnards. Cela s'explique par le fait que les abattoirs recrutaient à la sortie des prisons car, à l'époque, savoir manier le couteau était bien plus important que de connaître les pièces de viandes !

    Le Louchébem était pratiqué jusqu'à peu près le début des années 1950, aujourd'hui, seuls quelques vieux de la veille ont encore le sens aiguisé de la formule. "C'est l'arrivée massive d'ouvriers d'origine étrangère et l'essor du commerce en grande distribution qui ont entraîné sa raréfaction".

    Comment larlépem (ou parler) le louchébem ? "On remplace la première lettre du mot par un L, puis on place cette 1ère lettre à la fin du mot auquel on accole les suffixes -é, -em ou -uche, etc... au choix de l'utilisateur et qui varient selon la sonorité et les goûts de chacun". Ainsi, le mot "nauséabond" devient, par exemple, "lauséabonnem" ou "lauséabonnuche", qui se construit comme suit : L + auséabon(d) + N + em (ou uche)... Lacilefoc

    Le louchébem se retrouverait donc quelque part à mi-chemin entre le "verlan" et le "javanais"... ("ch'bemlou" et "lavouchaveubavem")

    On retrouve beaucoup de termes louchébem dans la littérature d'Alphonse Boudard, Raymond Queneau a également utilisé le louchébem dans son recueil "Exercices de style" et Pierre Dac (dont le père était boucher) a popularisé mais non inventé le terme "loufoque" (fou)

    Une version du louchébem  était aussi parlée par les résistants français pendant la Seconde Guerre mondiale.

     

    ..oOo..

    Je ne laissems pas à quoi loutoc ça va nous lervirssoc ?

    Je ne sais pas à quoi tout ça va nous servir ?

    Larticlequé lystèremem

    ...leupé-être à liredem des losechuches lommequem ça:

    ...peut-être à dire des choses comme ça:

    "Le lalalhem luinoque lavementgruche à la lantésas" , pour dire: "Le halal nuit gravement à la santé"

    "La Lancefrem a des lacineroques létiennechrocs", pour dire: "La France a des racines chrétiennes"

    "Les lièreprattes de lueras, ça luffissem" , pour dire: "Les prières de rue, ça suffit"

    ..oOo..

    lercimuche à Likipédiawoque et à Loogleguem
    merci à Wikipédia et à Google

    ..oOo..

     

     Dernière précision:

    un traducteur-interprète "français/louchebem" et "louchebem/français" bénévole officie à cette adresse:

    Lommentquem liteduche-vous ?

    ...n'hésitez pas à y aller de ma part !

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Copieu.r.se.s !!Début octobre, j'avais mis en ligne un petit article ubuesque et sans autre prétention que (essayer) de faire sourire:

    Élémenton mon cher Watsaire...

    la réalité dépassant parfois la fiction, dix jours plus tard je découvre ceci:

     

    Dad comes out as transgender three years after his daughter

    This is Corey Maison with her dad, Eric.

    She knew that she wanted to be a girl from 11-years-old but was nervous about disappointing her parents.

    But little did she know that Eric – formerly Erica – was having similar feelings.

    Four years later, the two are living the way they always felt they were supposed to be – as father and daughter rather than mother and son..../...

     

    c'est à dire, approximativement

    Papa devient transgenre trois ans après sa fille

    Copieu.r.se.s !!

    Corey Maison avec son père, Eric.

    C’est à l’âge de 11 ans que Corey Maison a eu la conviction qu’elle voulait être une fille, mais elle était apeurée de la désapprobation de ses parents.

    Cependant, sa mère, inspirée par sa fille, ressent le même sentiment d’être piégée dans un corps qui ne lui sied pas, et annonce aussi sa volonté de devenir un homme : "Je détestais être enceinte" confie-t-il.

    Quatre ans plus tard, Corey est une jeune fille épanouie tandis qu’Erica, devenu Eric, est devenu un homme. Le duo mère-fils est devenu un tandem transgenre père-fille. Comme Corey, Eric appréhendait les réactions de la famille, notamment de ses parents : «"e voulais rendre mes parents fiers de ce que je suis, mais je pensais qu’ils ne m’aimeraient pas". Elle redoute également la réaction de son mari et de ses autres enfants. Il a fallu une année de conversations difficiles, d’une thérapie à la testostérone et une double mastectomie pour qu’Eric se sente de mieux en mieux. Et bien heureusement, après cette épreuve compliquée, Eric fut accueilli à bras ouvert par sa famille : "J’ai cinq enfants magnifiques, j’ai un mari super et une vie extra".

     

    Tout le monde est content, et il sera toujours temps de revenir sur son choix... Après devoir s'attendre à être obligé de changer de métier et de résidence plusieurs fois dans son existence, voici la dernière tendance .

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Je suis un homme de 27 ans, et je me suis marié à une divorcée de 46 ans, mère d’une fille de 25 ans....

    Comme cette dernière aime les hommes mûrs, elle s’est éprise de mon père qu’elle a épousé.

    Dès lors, mon père est devenu mon gendre, puisqu’il a épousé ma belle-fille.

    Mais, dans le même temps, ma belle-fille est devenue ma belle-mère, puisqu’elle est désormais la femme de mon père.

    Là, l’état-civil commence déjà à transpirer !

    Or, ma femme et moi avons donné naissance à un fils.

    Cet enfant est naturellement devenu le frère de la femme de mon père.

    C’est à dire le beau-frère de mon père.

    Et, dans le même temps, il est devenu mon oncle, puisqu’il est le frère de ma belle-mère.

    Mon fils est donc mon oncle.

    Là, à la Préfecture, les fonctionnaires prennent un Doliprane ! Et ils ne sont pas au bout de leurs surprises…

    En effet, mon père et sa femme ont donné le jour à un garçon qui, de fait, est devenu mon frère puisqu’il est le fils de mon père, mais aussi mon petit-fils puisqu’il est le fils de la fille de ma femme.

    Je me retrouve ainsi le frère de mon petit-fils.

    Et notre grand-mère commune n’est autre que ma femme.

    Du coup, je me retrouve mon propre grand-père…

    Là, le jour où un notaire doit établir l’héritage, il fera un malaise. Le pauvre !

    Élémenton mon cher Watsaire...

    Toute ressemblance avec un président français est purement spéculative : il n’a pas d’enfants.

    Imaginez ce que tout cela va devenir avec le Mariage Pour Tous et les transsexuels lorsqu’un père sera la mère et une mère sera le père.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Trois déséquilibrés en fuite...

     

     

     

     

     

     de notre envoyée spéciale Stéphe Demoniac.

     

    Trois déséquilibrés jusqu'alors inconnus des services de police auraient semé la mort et la désolation à plusieurs reprises dans nos ex-colonies.

    Les splendides jârdins paysâgés par le tâlentueux et célèbre Madison Cox auraient été légèrement touchés par ces incidents, mais leur heureux propriétaire, le riche homme d'affaires ancien P.D. G . de la marque St Laurent et généreux mécène, Pierre B* n'aurait pas supporté ce dernier coup et en serait mort de chagrin dans les bras de son fidèle époux en murmurant "Rrrraaaahhhh! les enc..."

    Un homme et deux femmes, aux prénoms même pas cosmopolites ainsi que certains sites factieux le laissaient entendre, seraient responsables de dégâts matériels s’élevant à plusieurs millions d'euros, ainsi que de plusieurs pertes de la vie ayant frappé leurs victimes présumées.

    Les déséquilibrés n'ont pas été identifiés formellement malgré des portraits robots établis par certaines personnes autorisées issues des milieux compétents. Seuls leurs prénoms ont été communiqués à la presse et au bon peuple avide de ce genre de détails. Aucun "Anders", "Björn", "Greta" ou "Gunar" comme s'y attendaient la nauséasphère !!!... simplement de simples "Irma", "José" et "Katia", comme "Vouzémoi".

     

    Trois nouveaux "déséquilibrés"

    Trois nouveaux "déséquilibrés"

    Trois nouveaux "déséquilibrés"

    "Ils sont arrivés et repartis en coup de vent, une fois leur méfait accompli...", témoigne un témoin de la scène.

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • LE CONSEIL DE LA MAITRESSE DE MAISON: POUR L'APÉRITIF VOUS POUVEZ SERVIR DES HUITRES DANS DES FLÛTES A CHAMPAGNE, AVEC UNE TRANCHE D'ORANGE POUR FAIRE CHIC .

     

     

    Le poulet au Whiskyrecette: le poulet au Whisky

    Acheter un poulet d'environ  1,200 kg, et une bouteille de whisky. Prévoir du sel (de Guérande), du poivre (de  Landerneau), de l'huile d'olive première pression( de Bénodet), et des bardes de lard ( de José Bové);
    Vérifiez que vous avez un tube de mayonnaise (de Morlaix), on ne sait jamais.

    Barder le poulet, le saler, le poivrer et ajouter un filet d'huile d'olive. Préchauffer le four à température moyenne (220°C ou thermostat 5) pendant 10 minutes;
    Se verser un verre de whisky pour fêter ce bon début, et le déguster.
    Mettre le poulet au four dans le plat-cadeau de votre belle-mère.
    Se verser un verre de whisky  et le boire, parce que ça donne chaud, tout ça. Renouveler cette dernière opération pour oublier que le plat au four vous a fait penser à votre belle-mère Yéhad mad!

    Après un quart beurre, fourrer l'ouvrir pour surbeiller la buisson du coulet.
    Prendre la vouteille de biscuit et s'envoyer une bonne rasade, por ouvlier le blat qui vous vait benser à la belle-doche.
    Après un tard,un far d'heure....abrès un moment, quoi,dituber jusqu'au bour.
    Oufrir la borte, reburner,...Revourner...Mettre le noulet sur le dos.
    S'assoir sur cette butain de chaise qui bouge et se reverdir deux ou trois verts de ouisti. Valope de velle-bère.

    Buire,...vuire, cuire le loulet bandant une deni-heure. ET HOP !
    Trois berres de vlus... Pur se vonner diu curage po vourir le vour et tirer le vlat de l'autre vètasse.
    ;Se rebercer un bonne  voulée de de poulet...NAN, de viski.
    Ramasser le loulet qu'est tombu bar terre, c'envoiré de gallinacée. ('avive clus à rire boulet.)
    L'EVUILLER  Et le voutre sur un plat. NAN, bas chelui de la  velle-moche, vun ôte !

    Se bêter la fihure cause du gras sur le barrelage de la buisine.NE PAS ESSAYER de se reveler.
    Dévider gu'on est vien par derre et binir la mouteille de misky. Et verde  vour  la zorzière.

    Plus tard, ramber jusqu'à zau lit, dorbir ce qui veste de la muit.

    Prendre un Alka Seltzer, non deux, manger le poulet froid avec la mayonnaise en tube et nettoyer le bordel que vous avez mis dans la cuisine, avant que votre femme revienne de chez sa mère, si sympathique.

     

     

     

    ( trouvé sur la page de René Le Honzec )

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique