• " -La France n'est pas un coupe-gorge... "

    " -Ben voyons!"

    ...en une petite dizaine de jours, dans un pays où, il y a encore moins de six mois, le sentiment d'insécurité ne relevait que d'un fantasme collectif instillé et entretenu par la droite populiste...

    Trappes, Montpelier, Rodez, Toulouse, Draguignan, Mulhouse, le Havre, Villeneuve Saint-Georges, Issy-les-Moulineaux, Rennes, Saint-Nazaire, Angers, Metz, Marseille, Amiens, Saint-Etienne, Loriol-sur-Drôme, (etc. ?)... Comme titrait "Causeur" daté du 15 juillet : "Vague d’attaques au couteau en France", on a du mal à suivre...

    En attendant un improbable reflux ou un barrage efficace :

     

    Comment maximiser les chances de survie d'une personne touchée à la carotide

    Pour reconnaître, tout d'abord, une atteinte artérielle, il faut savoir que le sang jaillit de façon pulsatile (dans une rythmique similaire à celle du pouls) et est de couleur clair/très clair. Si vous remarquez ces trois informations, la réaction doit se faire très rapidement.

    En effet, la mort survient en très peu de temps (pas plus de quelques minutes, et encore ...). De fait, il faut immédiatement allonger la victime (c'est primordial) et appliquer un point de compression à l'endroit où s'est déclenché le saignement et surtout : le maintenir jusqu'à l'arrivée des secours. Gérer une telle situation seul(e) peut s'avérer (très) complexe, il ne faut pas hésiter à interpeller les passants. Dans l'idéal, utiliser un linge pour la compression pour éviter le plus possible de vous mettre en contact avec le sang de la victime dans le cas où ce dernier se trouve être contaminé par une quelconque maladie. Il vous sera impossible d'arrêter seul(e) une plaie artérielle, il faut très vite appeler les secours et ces derniers s'en chargeront (si cela est possible, bien évidemment).

    N'étant pas secouriste, il est bien sûr possible que vous ne réussissiez pas ces différents mouvements parfaitement, cependant, ces derniers, même imparfaitement exécutés, peuvent sauver une vie. Allonger, compresser et appeler les secours. Et si possible, surveiller l'état du patient : si pâleur, froid, angoisse, soif, sueur, tachycardie ... il y a un trouble de la circulation sanguine (dans le cas des hémorragies importantes, la quantité de sang en circulation est beaucoup moins importante et donc l'organisme va "fermer" des vaisseaux non indispensables : ça explique la pâleur par exemple.)

    Toutes les informations que vous remarquez doivent être signalées aux secours et s'accompagner, avant l'arrivée de ces derniers, de gestes complémentaires : surélévation des pieds, ne pas faire boire, ne pas faire manger ...

    En espérant que ça puisse servir !

     

     source : https://twitter.com/WorldKnownledge/status/

     

    ...personnellement, j'aurais conclu quelque peu différemment de l'auteur de l'article  :

    "En espérant que ça n'aie pas à servir.." 

     (mais bon, faut pas rêver non plus...)

     

     

    dernière minute : "le Figaro" nous informe que "les autorités sont en alerte"..

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

    Long entretien de Louis Ferdinand CELINE à son domicile de Meudon. L'écrivain parle de ses parents, de son enfance et de ses études, il présente son bureau et répond aux questions de Louis PAUWELS : la joie, Dieu, les autres, l'avenir, les écrivains, la mort... L'interview programmée le 19 juin 1959 dans "En Français dans le texte" fut interdite de diffusion en raison de la virulence des propos et des options politiques passées de Céline

     

    Louis-Ferdinand CÉLINE - interview avec Louis PAUWELS

    Entretien de Louis Ferdinand CELINE à son domicile de Meudon, dans son bureau qui était aussi son cabinet de consultations. En réponse à Louis Pauwels qui lui demande de se définir d'un mot, Céline déclare sans ambages : "C'est que je travaille et que les autres foutent rien". Il dénigre la publicité, "horreur du monde moderne". Il répond ensuite à des questions sur sa naissance (à Courbevoie), son enfance, ses parents, ("père licencié es lettres, homme lettré"), sa jeunesse passage Choiseul (éclairé au gaz) ("...J'ai été élevé dans les gifles, c'était comme ça à cette époque là", sa mère qui travaillait dans la dentelle ("...On bouffait des nouilles parce qu'elles n'ont pas d'odeur et la dentelle n'aime pas les odeurs"), ses études (son école square Louvois) et sa vocation de médecin. Il fait brièvement allusion au décès de sa grand-mère. Jeune, il trouvait ridicule d'être écrivain, ses bachots, passés avant son engagement volontaire lors de la première guerre (en 1912, dans le 12ème régiment de cuirassiers), ses divers métiers. Il parle de cet engagement (par lyrisme et par admiration des cuirassiers de Reichshoffen). Il répond non sans ironie, et en maniant le paradoxe aux autres questions de Louis PAUWELS (pourquoi il a été médecin, ce qu'il pense des hommes), seuls les écrivains qui ont un style l'intéressent, ("c'est rare un style...") Il a cessé d'être écrivain pour être un chroniqueur ("...J'ai mis ma peau sur la table"). Il se définit comme un travailleur. Il n'a pas eu beaucoup de joies dans sa vie ("...Je ne suis pas un être de joie", "...Je serai content quand je mourrai"). Il ne croit pas en Dieu (tout en étant se prétendant mystique), donne son opinion sur l'amour. Pauwels lui rappelle qu'il fait figure de prophète d'Apocalypse. Céline estime que l'homme a un profond attrait pour la mort, ce qui explique les guerres. Sa dernière pensée avant de mourir serait "Au revoir et merci"... 

     

     

    en complément,

    ...dans "Slate" : 

    Cette étrange et malsaine

    fascination de la France

    pour Céline

     

    ...dans "Eléments" :

    2022, année Louis-Ferdinand Céline

     - 

     

    sondage anonyme et facultatif : 


    6 commentaires
  • Dans la série "Prenez donc un bon bouquin, au lieu de regarder la tévé..." :

    « La menace 732 »

    un thriller politique 'glaçant de réalisme' de Frederic POTIER

    « La capitaine Nina Meriem, spécialiste des groupuscules extrémistes au sein de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), est chargée de mener une enquête sur les actions violentes d'un groupe d'extrême droite se faisant appeler "Martel 732". Au lendemain de l'élection présidentielle, dans un contexte de débats politiques violents et de clivages brutaux, un nouveau gouvernement doit faire face à une menace de plus en plus précise. La démocratie peut-elle être renversée par ceux censés la protéger ? Comment un chef d'état-major des armées et une directrice des services de renseignement peuvent-ils répondre à cette menace ? Ne serait-ce pas là une tentative de déstabilisation étrangère ? »

    « L'auteur nous plonge dans les arcanes de la vie politique française, et par le biais de cette politique-fiction épatante, il rebat toutes les cartes de l'échiquier, sans nous laisser la moindre chance d'ignorer les dangers qu'une démocratie ne devrait jamais oublier... »

    (4me de couverture)

    Frédéric Potier fut délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, il est actuellement préfet délégué à l’éthique et à la conformité de la RATP...

     

    extraits :

     

    L’auteur vous présente son ouvrage :

     

     

    Je ne sais pas pourquoi, ça me rappelle un peu les thèmes de "Le monde d'hier" et de "Loin du périph' ", ou alors c'est moi...

     

     

     


    5 commentaires
  •  

     «GAULOIS» - PAGE OFFICIELLE

    Gaulois...

    Cliquez sur l'image pour accéder à la chaine YouTube de "Gaulois Officiel", ou cliquez sur :

    • Eprouvé (Clip Officiel)

    • Priez pour Nous Feat Yaro (Clip Officiel)

    • X2 Cité feat (All Real) Jdot (Clip officiel)

    • Lagaulle1 (Tout Seul)

    • LaGaule #2 (le making-of)

     

     


    4 commentaires
  • Encore un livre, *incontournable*, en cette période de fin de civilisation.

    Aucun rapport avec l'article précédent.  Quoi que..?

     

    Comment devenir lesbienne en dix étapes. - (Louise Morel)

    « De plus en plus de femmes se rendent compte que l'hétérosexualité est une arnaque. Le lesbianisme politique les tenterait bien, mais comment faire ? Ce livre est là pour les aider à ouvrir leur désir et à explorer d'autres vécus. Si "Sortir de l'hétérosexualité" (1) de Juliet Drouar explorait la théorie, "Comment devenir lesbienne" propose de passer à la pratique. Louise Morel, autrice d'un compte Instagram sur ce sujet, elle-même passée de l'hétérosexualité à l'homosexualité, propose dix étapes concrètes et faciles à franchir. »

    Sommaire :

    # 1 Introduction (on naît lesbienne et on le devient)

    # 1 Découvrir qu'on est hétéra.

    # 2 Réaliser qu'on mérite mieux que ça - misandrie, mon amie.

    # 3 Enfiler le costume de l'hétéracurieuse.

    # 4 Douter beaucoup, se tromper quelque fois

    # 5 Trouver des partenaires.

    # 6 Dépasser sa lesbophobie intériorisée.

    # 7 Déployer sa sexualité.

    # 8 Bien s’entourer et le dire ou pas.

    # 9 S'approprier les termes qui nous conviennent.

    # 10 Savourer et prendre soin de soi.

     

    Où on apprend donc, pour celles et ceux pour celles 'et ceux' que ça intéresse, que l'homosexualité est donc bien un choix personnel et non une prédisposition innée irrépressible quasi génétique, mais relève bien d'un réel choix personnel délibéré motivé par différentes motivations individuelles... (éventuellement "politiques").  Je dis ça, je dis rien... c'est pas forcément une perversion, ça peut être la haine du sexe du genre opposé, ou un orgueil et un pédantisme ou un anticonformisme démesurés, ou.. etc...

     

    (1) « Notre société trie les enfants à la naissance en fonction de leurs organes génitaux et en déduit leur rôle : homme ou femme, dominant ou dominée. Mais la société ne s'arrête pas à cette différenciation arbitraire. Vient ensuite la mise en relation obligatoire : chaque dominée devra vivre en couple avec un dominant. »  

    Sortir de l’hétérosexualité est un manifeste pour une société égalitaire qui produit des personnes plutôt que des hommes et des femmes.

     

     

     

     


    10 commentaires
  • "Le Livre qu'il faut avoir lu, chaudement recommandé par le Nouveau Ministère de la Rééducation néo-Nationale à l'intention des profes·seur·seuse·s des écoles, et à mettre en valeur dans toutes les bibliothèques scolaires, périscolaires et extrascolaires." 

    "A peine quelques heures par jour pendant quatre courtes semaines pour rendre le Monde Meilleur..."

     

     " Moi et la suprématie blanche " - (Layla F. Saad)

    « Reconnaitre ses privilèges, combattre le racisme et changer le monde » 

    Vous et la suprématie blanche.Layla F. Saad est une écrivaine, conférencière et animatrice de podcasts, spécialiste des questions raciales, d'identité, de leadership, de transformation personnelle et de changement social. D'origine est-africaine, arabe et britannique, femme noire et musulmane, Layla est née et a grandi au Royaume-Uni et vit désormais au Qatar.

    Son livre "Me and white supremacy" est un best-seller du New York Times. Il a également été élu "Meilleur livre de sciences sociales" par la grande chaîne de librairies Barnes & Noble. Il est également chaudement recommandé auprès des futures élites de la nation par les instructeurs de Sciences Po....

     

    " Le livre indispensable aux blancs qui veulent mettre à bas la suprématie blanche mais qui ne savent pas par où commencer "

    « Ce livre pratique d'introspection guide le lecteur pas-à-pas pour un programme de prise de conscience, de formation et de rééducation antiraciste sur 4 semaines pour l’amener à comprendre ce qu’est le privilège blanc, par quelles complicités l'idéologie de la suprématie blanche se maintient, et pour contribuer à démanteler un système oppressif afin de laisser le monde dans un meilleur état que celui dans lequel on l'a trouvé. »

    programme :

    semaine 1 : s'analyser sur le fond de sa personnalité et s'imprégner des notions de privilège, fragilité, mutisme, supériorité, exceptionnalisme, etc... blanc·he·s

    semaine 2 : s'interroger honnêtement sur votre "cécité à la couleur" et sur vos "stéréotypes racistes" envers les femmes, les enfants et les hommes de couleur.

    semaine 3 : se méfier d'une fausse solidarité d'"allié" antiraciste de façade relevant d'un autocentrisme blanc, manifestation du complexe de "Sauveur blanc".

    semaine 4 : se confronter avec les autres blancs de notre entourage: parents, collègues et amis, ignorant ou faisant semblant d'ignorer ou niant leurs privilèges 

    extraits :

    « L'objectif de ce livre n'est pas de vous humilier mais de vous ouvrir les yeux. Vous aurez beau souffrir, votre malaise n'égalera jamais la souffrance que vous infligez aux personnes racisées [...pourtant] Ce travail remuera certainement en vous beaucoup d’émotions contradictoires, y compris de la honte, du désarroi, de la peur, de la colère, des remords, du chagrin et de l’angoisse. »

    « Avoir des préjugés, c'est mal, mais ce n'est pas la même chose qu'être raciste. Le racisme, c'est l'alliance des PRÉJUGÉS et du POUVOIR, qui permet au groupe racial dominant de dominer tous les autres groupes ethniques et de leur nuire à tous les niveaux, aussi bien personnel que systémique ou institutionnel.
    C'est pourquoi, bien qu'une personne noire, autochtone ou de couleur puisse nourrir des préjugés contre un Blanc, elle ne peut pas être raciste à son égard. Contrairement aux Blancs, elle ne bénéficie ni du pouvoir (accordé par le privilège blanc) ni du système d'oppression (la suprématie blanche) lui permettant de transformer ces préjugés en domination et en sanctions.» 

    « L'appropriation culturelle perpétue l'idéologie suprémaciste blanche selon laquelle les Blancs peuvent se servir chez les personnes noires et de couleur sans aucune conséquence, et selon laquelle quand un détenteur de privilèges blancs adopte un élément culturel propre aux personnes noires et de couleur, cette particularité "exotique" le bonifie, d'une certaine manière. L'appropriation culturelle, c'est récupérer des caractéristiques que l'on trouve attrayantes dans la culture des personnes noires et de couleur, tout en rejetant ces personnes.» 

    « Les avancées législatives dans le domaine des droits civiques, bien qu'essentielles, ne modifient pas la construction sociale profondément ancrée selon laquelle il existe des races différentes du point de vue biologique, et qu'une race est supérieure aux autres. (...) Cette croyance joue au niveau inconscient, et affecte certaines idées et comportements qui ont des répercussions dans la sphère personnelle et la sphère publique.» 

     

     (à partir de 19,90 € sur tous les bons sites de vente online)

     

     

     


    10 commentaires
/* Fleche haut et bas */ /* Fin Fleche haut et bas */