•  

    Je voulais en savoir un peu plus sur l'un des protagonistes de la "polémique" qui oppose les directions de "Charlie Hebdo" et "Mediapart"

     ÉTAT DES LIEUX...

     

    CHARLIE HEBDO: "Affaire Ramadan Médiapart révèle: "On ne savait pas" plenel 

    MEDIAPART:"La une de “Charlie Hebdo” fait partie d’une campagne plus générale que l’actuelle direction de “Charlie Hebdo”  et d’autres, parmi lesquels ceux qui suivent M. Valls, une gauche égarée, une gauche qui ne sait plus où elle est, alliée à une droite voire une extrême droite identitaire, trouvent n’importe quel prétexte, n’importe quelle calomnie, pour en revenir à leur obsession : la guerre aux musulmans, la diabolisation de tout ce qui concerne l’islam et les musulmans."  déclaration faite sur FranceInfo.

    CHARLIE HEBDO: "Charlie Hebdo n’a nulle envie de faire la guerre à quiconque", écrit Riss dans l’édito du prochain numéro qui paraîtra ce mercredi. Et d’accuser : "Cette phrase, nous ne la pardonnerons jamais. En la prononçant, Plenel condamne à mort une deuxième fois Charlie Hebdo. Cette phrase n’est plus une opinion, c’est un appel au meurtre."
    "Indiquer aux djihadistes leurs futures victimes ne relève pas de la liberté d'expression... Si demain on nous liquide tous, si demain nous ne sommes plus là, espérons qu'il subsistera quelques courageux qui demanderont justice contre ceux qui nous auront frappés, mais aussi contre les esprits qui les auront armés."
    *"le propos d’Edwy Plenel, qui désigne Charlie Hebdo comme un agresseur supposé des musulmans, adoube ceux qui demain voudront finir le travail des frères Kouachi, qui avaient tué le 7 janvier 2015 huit collaborateurs de l’hebdomadaire dont cinq dessinateurs, un invité du journal, un agent d’entretien et deux policiers".
     
    MEDIAPART: Le directeur de Mediapart a réagi mardi après-midi sur Twitter, dénonçant "une pure manipulation" de la part de Charlie Hebdo. "la phrase que me prête l’édito de Charlie n’a jamais existé", a déclaré Edwy Plenel.
     
    POLITIS: "Il semble bien que nous soyons confrontés ici à une campagne politique qui, loin de défendre la cause des femmes, la manipule pour imposer à notre pays un agenda délétère, fait de haine et de peur", écrivent plus de 150 personnalités signataires de ce texte en réponse à la Une de Charlie Hebdo: .../...Tout doit avoir le droit de se dire, de s’écrire et de se représenter, et cela doit être dit et répété, particulièrement pour Charlie Hebdo. Nous avons aussi le droit d'écrire que la Une de Charlie de cette semaine est diffamatoire, et haineuse. Elle relaie une campagne de délation, dont l'argumentaire défie la logique, la justice, et la morale..../... Edwy Plenel et Mediapart se sont exprimés, preuves et vidéos à l'appui, sur leurs "relations" avec Tariq Ramadan. Cela n'empêche pas la délation de se développer, en utilisant, entre autres, des photo-montages truqués, et des affirmations non vérifiées.../... La campagne inique menée contre Mediapart et sa rédaction est dangereuse : elle vise le symbole d’une presse libre, indépendante des pouvoirs quels qu’ils soient, au service du droit de savoir des citoyennes et des citoyens.../... Il semble bien que nous soyons confrontés ici à une campagne politique qui, loin de défendre la cause des femmes (sic !), la manipule pour imposer à notre pays un agenda délétère, fait de haine et de peur. 
     
    BLOG DE MEDIAPART:
    Le crime d'Edwy Plenel et de Mediapart, le journal en ligne qu'il a cofondé, c'est de dire tout haut, ce que pensent tout bas, mais très fort, des milliers de citoyens français de confession musulmane, mais pas que, sur le racisme anti musulmans, l'islamophobie et les discriminations qui vont avec, et qui ont cours aujourd'hui dans une France qui a tourné le dos à ses valeurs, fragilisant en cela, l'équilibre sur lequel reposent les piliers fondateurs de la République : Liberté, Égalité, Fraternité../... En effet, Edwy Plenel fait partie de ces rares intellectuels et journalistes qui n'aboient pas avec la meute, et qui n'essentialisent pas l'Islam et les musulmans, tenus responsables de tous les maux de la France, et surtout désignés comme responsables du terrorisme dans le monde, même s'ils en payent le plus lourd tribut.../... La classe politique française à quelques très rares exceptions, soutenue par ses relais dans les médias et parmi l'élite intellectuelle, s'est littéralement radicalisée sur le sujet de l'islam et des musulmans.../...C'est à ce " récit national " dont s'emparera à son tour la Gauche à travers les attaques violentes d'un Manuel Valls au sommet de sa haine de l'islam et des musulmans pendant le mandat de François Hollande, que s'oppose Edwy Plenel en écrivant un livre sur le sujet, "Pour les Musulmans", mais surtout en acceptant de débattre avec Tariq Ramadan, l'intellectuel musulman, présenté comme " l'ennemi public numéro 1 de la République ", et dont la campagne de " mise à mort définitive " décrétée par ses ennemis de toujours bat aujourd'hui de tout son plein, suite aux accusations de viol portées contre lui par deux femmes, et qui fait d'Edwy Plenel la victime collatérale de la haine anti Ramadan et anti musulmans qui règne en France.../...Voilà de quoi est réellement le nom de cette cabale contre Edwy Plenel et Mediapart, utilisés comme des fusibles pour éteindre la lumière de Tariq Ramadan, laquelle est sensée éclairer des musulmans qu'il faut absolument maintenir dans l'obscurité.

    Mais de l'obscurité naît la lumière, toujours, n'en déplaise aux haineux. AbdouRahmane

    à suivre...

    JE SUIS CHARLIE (...un tout petit peu !)

    dessin de Riss

    ...mais sans pour autant me contenter de la vision quasi idéalisée de mon ami Wiki: j'ai trouvé ce portrait un peu plus acerbe de M. Plenel sur le site "Observatoire du Journalisme", peu-être plus riche en enseignements...

     

    .oOo.

    Alors, voila:

    Je suis Charlie (enfin... un peu !)

    "Il faudra tout de même qu’on sache qui est vraiment ce monsieur Plenel". Cette phrase de François Mitterrand, cité par Pierre Péan et Philippe Cohen dans leur enquête La Face cachée du Monde, illustre tout le  mythe, qui s’est construit autour d’Edwy Plenel...

     

     

    "Le métissage, c’est une politique. Et, plus précisément, une politique de résistance"

     

    Parcours professionnel

    Il est difficile de dissocier, du moins en son début, le parcours professionnel d’Edwy Plenel de son parcours politique. Son engagement politique à la Ligue Communiste Révolutionnaire et sa profession de journaliste sont en effet intimement liées, puisqu’Edwy Plenel commence à écrire sous le pseudonyme de Krasny, dès 1969. Comme il le dit lui même, dans son autobiographie Secrets de Jeunesse (Stock 2001), "'Krasny' est apparu en février 1969 au détour d’un journal lycéen, Le Tigre en papier, au lycée Victor Hugo d’Alger. 'Joseph' a attendu le début des années 1970, quand j’ai commencé à écrire régulièrement dans Rouge". Pourquoi un tel pseudo ? Parce que "le mot est russe et veut dire 'rouge'. Deux références ; une histoire, une couleur ; les bolchéviks ; le drapeau, 1917, l’éternité...".

    En 1976, il entre comme rédacteur permanent, puis secrétaire de la rédaction à Rouge. C’est là qu’il obtient sa première carte de presse. Il adhère à l’Association de la presse d’information sur la jeunesse (APIJ). En 1978, le voilà directeur de la publication de Barricades, "un mensuel jeune pour la révolution", destiné à la jeunesse et lancé par la Ligue Communiste Révolutionnaire.

    Pour Edwy Plenel, l’année 1980 marque un tournant. En quittant officiellement la LCR, Edwy Plenel cesse définitivement de n’être qu’un « camarade rédacteur » pour devenir réellement journaliste. Il entre donc au Matin de Paris et pige, à l’occasion, pour Le Monde de l’éducation. Il devient également président de l’Association des journalistes jeunesse et éducation. Ce n’est qu’en fin d’année, après l’été, qu’il entre au service éducation du Monde. Il ne quittera le journal que 25 ans plus tard..../... Il est alors correspondant du journal au ministère de l’intérieur, poste central s’il en est. Grâce à ses amitiés avec certains policiers (et notamment Bernard Deleplace, du syndicat FASP), Edwy Plenel dispose d’un réseau efficace d’informateurs.

    Rédacteur en chef du Monde, en mars 1994, Edwy Plenel devient adjoint au directeur de la rédaction en septembre de la même année. En avril 1995, il reçoit le titre de directeur adjoint de la rédaction, avant d’en prendre, pour presque dix ans, la direction.

    En 2003, Pierre Péan et Philippe Cohen publient La face cachée du Monde. Le "quotidien de référence" est largement éclaboussé, ses méthodes contestées, son fonctionnement dénoncé. Ainsi, Le Monde est accusé d’avoir "insidieusement glissé de son rôle de contre-pouvoir vers l’abus de pouvoir permanent". Et de citer plusieurs exemples de cette dérive du journal : l’appui aux nationalistes corses, les fatwas lancées contre certains écrivains, comme Renaud Camus, la campagne tenace contre Jean-Marie Messier, Jean-Pierre Chevènement ou Dominique Strauss-Kahn.

    L’absence de diplôme d’Edwy Plenel ne l’empêche pas d’être nommé, en 2006, professeur associé à l’Université de Montepellier (UFR droit et sciences politiques). Il enseigne également à l’université de Neufchâtel.

    En 2007, Edwy Plenel annonce un projet de site d’information et d’investigation participatif sur internet. Ce sera Mediapart, qui ouvre le 16 mars 2008. Pour cela, le journaliste réussit à lever quatre millions d’euros.Très vite, Mediapart reçoit le soutien de nombreux hommes politiques. Parmi eux, Ségolène Royal se distingue en envoyant un mail aux militants de son association Désirs d’avenir, pour les inviter à s’abonner au pure player naissant.

    En mars 2011, Edwy Plenel et Mediapart annoncent la création de www.frenchleaks.fr, un site "dédié à la diffusion de documents d’intérêt public concernant notamment la France et l’Europe". L’objectif est de transmettre et de diffuser des documents "ayant fait l’objet d’investigations des journalistes de Mediapart". En réalité, le site, annoncé en grande pompe, cessera vite ses activités.

    Parcours politique

    Le parcours politique d’Edwy Plenel commence à la maison, puisque son père est un militant anticolonialiste.

    En 1969, le jeune Edwy Plenel s’engage à la Ligue Communiste Révolutionnaire d’Alain Krivine. Il devient rapidement responsable de la cellule du quartier latin, ainsi que du secteur CET / Jeune. Entre 1970 et 1978, date de son service militaire, Edwy Plenel ne vit que dans et pour la LCR. Il la quitte, officiellement, entre 1979 et 1980. En juillet 1985, il intervient à un stage de jeunes trotskistes, mais, cette fois-ci, en tant qu’invité extérieur. Cependant, ses liens avec Alain Krivine ne se démentiront jamais.

    Durant les années 1978 et 1979, Edwy Plenel effectue son service militaire à Colmar. Il milite alors dans les comités de soldats. Il sera d’ailleurs sanctionné pour cela.

    Collaborations

    Edwy Plenel a animé plusieurs émissions de télévision : Le Monde des idées, sur LCI, de 1995 à 2005 ; Entre guillemets, de 2005 à 2007. En 2007 et 2008, il est polémiste sur RTL, dans On refait le monde. Enfin, depuis 2005, il tient une chronique chaque semaine sur France Culture et participe aux duels de France Info, tous les samedis matins, avec Alain Genestar. Edwy Plenel intervient régulièrement dans de nombreuses réunions ou colloques : assises du journalisme, fête de l’Humanité, festival des cultures de l’islam etc.

    Il a dit:

    "Tu comprends, à mon époque, j’avais un mythe : le Che. Pour servir sa cause, il fallait qu’il soit dur avec ses hommes… Moi, tu comprends, je n’y suis pour rien, je suis un mythe pour toute une génération de journalistes". A Pascale Sauvage, cité par Philippe Cohen et Pierre Péan, La Face Cachée du Monde, Mille et une nuits, Paris, 2003

    "Le trotskisme comme expérience et comme héritage fait à jamais partie de mon identité, non pas comme un programme ou un projet, mais comme un état d’esprit, une vieille critique faite de décalage et d’acuités, de défaites et de fidélités". Secrets de Jeunesse, Stock 2001

    À propos des drapeaux étrangers, place de la Bastille, le soir de l’élection de François Hollande : "c’était une superbe image de la France", France 3, Ce Soir ou Jamais, 8 mai 2012

    "Cette jeunesse n’a-t-elle pas, elle aussi, des idéaux, des principes et des valeurs ? N’est-elle pas, autant que vous et moi, concernée par le monde, ses drames et ses injustices ? Par exemple, comment pouvez-vous ne pas prendre en compte cette part d’idéal, fût-il ensuite dévoyé, qui pousse un jeune de nos villes à partir combattre en Syrie contre un régime dictatorial et criminel que vous-même, François Hollande, avez imprudemment appelé à punir il y a tout juste un an ? Est-ce si compliqué de savoir distinguer ce qui est de l’ordre de l’idéalisme juvénile et ce qui relève de la menace terroriste, au lieu de tout criminaliser en bloc en désignant indistinctement des djihadistes ?" Lettre ouverte à François Hollande, Mediapart, 23 juillet 2014.

    "C’est une chance pour la France d’être aujourd’hui le premier pays musulman d’Europe", 20minutes.fr, 19 septembre 2014

    "Cette façon d’agiter la querelle religieuse, de stigmatiser l’islam, de s’en prendre à ses symboles : le vêtement, le voile, le halal, les mosquées, est contraire au véritable esprit de la loi sur la laïcité, qui reconnaît les cultures minoritaires (…) Ce “laïcisme” est le Cheval de Troie de l’islamophobie, il est à la laïcité ce que l’intégrisme est à la religion. Il a une similitude avec l’antisémitisme : sous prétexte de ce sectarisme laïc, on installe l’habitude d’une discrimination et d’une stigmatisation.", idem.

    Ils ont dit:

    "C’est un bosseur, présent dès les aurores au journal. Cet homme flamboyant sème l’inquiétude et la peur. Portant sa passion en écharpe, il offre à tous le spectacle impressionnant de ses engouements et de ses haines. S’il déteste quelqu’un, l’existence de la personne qu’il a prise pour cible risque fort de devenir un enfer. Plenel n’hésite pas à humilier publiquement, à monter des coups dans le dos de ses ennemis qu’il peut même, le cas échéant, agresser ouvertement", Philippe Cohen et Pierre Péan, La Face Cachée du Monde, Mille et une nuits, Paris, 2003.

    "Le journaliste plénélien est un combattant qui, au nom de l’urgence et de la nécessité, abandonne ses scrupules sur les moyens à utiliser pour fouailler les plaies… Ivre de mots, il en oublie les actes qu’il se voit contraint de commettre pour les justifier", ibid.

    "C’est bien cette conception du journalisme, qui se situe quelque part entre celle du procureur soviétique Vichinsky et du conventionnel Marat, entre justice procédurale et tribunal populaire, entre filature policière et dénonciation publique, que Plenel, une fois parvenu à la tête de la rédaction du Monde, a imposé" ibid.

    "Étrange… Nous avons tous habillé notre foi en un monde meilleur de toutes sortes d’oripeaux. Et nombre d’entre nous ont ensuite jeté leur défroque de militant révolutionnaire sans regret. (…) Plenel, lui, a peu changé. Et comme s’il sacrifiait toujours aux rites de son ancien groupe, il règle son compte en priorité à ses frères ennemis. Il consacre ainsi des pages entières à la secte lambertiste, concurrente de la sienne, secte dont 99,99 % des habitants de la planète se moquent comme de leur première chemise. Mais pour Plenel, il est important de montrer qu’il existe de bons et de mauvais trotskistes, ou plutôt de vrais et de faux trotskistes", Pierre Rigoulout, cité par Emmanuel Lemieux, Technikart n°69, février 2003.

    "L’indéniable brutalité humaine dont fait preuve Edwy Plenel, sa difficulté à fixer lui-même des bornes à son pouvoir sont d’autant plus déroutantes qu’elles s’entremêlent étroitement à une sincère autoreprésentation en victime (de son dévouement à la collectivité, de la logique de la raison d’État, des complots mitterrandiens et néo-mitterrandiens) qui le rend ultra-sensible à toutes les marques d’attention -et peut le pousser, par exemple, à pleurer sur un plateau quand sa collaboratrice Josyane Savigneau fait l’éloge d’un de ses livres: grand moment de télévision !". Daniel Schneidermann, Le cauchemar médiatique, Denoël, 2003.

     plenel

     

    l'intégralité de l'article sur: 

     

     

    Collaborations (suite)

    plenel

    Ils étaient plus de 500 venus samedi soir assister au débat organisé à Brétigny, entre le journaliste Edwy Plenel et l’intellectuel musulman Tariq Ramadan. L’audience est majoritairement musulmane. Mais au lieu d’un débat, les deux hommes animent une conférence dont le discours aborde les différentes responsabilités qui incombent aujourd’hui aux musulmans.

    plenel

     

     

    Il a dit (MàJ.)

    "Les français devenus terroristes ne sont pas des barbares venus du dehors, c'est notre jeunesse" C8 16 septembre 2017

    Extra Bonus

    EDWY: Diminutif anglo-saxon d'Edouard. Vient du germain "ed et warden" Signifie : "richesse et garder" de "ed", richesse, félicité, et "warden", garder. Se fête le 5 janvier.

    Ils se veulent nécessaires et se créent, s'il le faut, des responsabilités qui les rendent indispensables. Ils aiment agir pour le bien d'autrui. Calmes, patients, dévoués, ils possèdent une autorité natutrelle et le sens du commandement. Peu émotifs, on dirait que rien ne les touche. Ils ont des principes qu'ils ne transgressent jamais.


    https://www.prenoms.com/

     

    Et alors ?

    Et alors, voila...

    On retrouve chez l’ultra-gauche trotskiste par exemple des méthodes bien rodées:

    1. l'entrisme, dans milieux sociaux et politiques à noyauter pour les pervertir de l'intérieur
    2. l'art de la dissimulation pour mener à bien cette opération d'influences souterraines
    3. la pratique du mensonge, de la calomnie, voire de l'insulte
    4. l'utilisation d'une "novlangue" faite d'euphémisme et de contre-sens
    5. le refus de tout dialogue et de toute auto-critique

     

    ...tous ces comportements ne sont pas sans ressembler plus ou moins exactement à ceux prescrits par la taqya des... "islamistes radicalisés"

    Et inversement...

    JE SUIS CHARLIE (...mais pas trop !)

    Et c'est pourquoi, quoi qu'il en coûte, JE SUIS CHARLIE, mais pas trop quand même !

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

     Alors que les vacances de la Touss d'Halloween se terminent, mais que celles de Kado approchent dans quelques semaines...

    Vilaine Lulu

     

    NOËL: idée cadeau.

     

     

     

    En 1967, Yves Saint Laurent publie chez l’éditeur Claude Tchou La Vilaine Lulu, un album de bandes dessinées, ou "Contes pour enfants sadiques ou avancés", destiné aux adultes.

     

     

    Bientôt NOËL: idée cadeau.Lulu, son héroïne, est une petite fille capricieuse, bornée, narcissique, mauvaise. Elle n’en fait qu’à sa tête, prête aux pires horreurs pour satisfaire ses désirs en toute circonstance : Lulu à l’école, Lulu à Deauville, Lulu masseuse, Lulu en boîte de nuit, Lulu idole des jeunes, Lulu à la télévision, Lulu en colonie de vacances, Lulu amoureuse d’un pompier… L'ouvrage porte en introduction la mention "En outre, toute ressemblance avec des personnes qui existent ou qui ont existé est parfaitement voulue. Toutes ces aventures ont été tirées de faits réels.". Le quotidien de la Vilaine Lulu est fait de meurtres et de viols, dont elle est l'auteur.

    Lulu est née quelque dix ans auparavant, lorsqu’ Yves Saint-Laurent travaillait chez Christian Dior : "Nous étions jeunes, et nous nous amusions beaucoup, raconte le couturier. Souvent, après six heures, un collaborateur de Dior se déguisait. Un soir, il avait remonté ses pantalons jusqu’aux genoux. Je me souviens, il portait de longues chaussettes noires. Dans la cabine des mannequins, il avait trouvé un jupon de tulle rouge et un chapeau de gondolier. Tout petit, presque inquiétant avec son air têtu et rusé, il m’avait impressionné et je lui avais dit : Tu es la vilaine Lulu".

    Cette œuvre, présentée comme une critique grinçante de la société contemporaine, met en scène un grand nombre de maltraitances sur enfants dont l'enlèvement ou le sacrifice humain, de rites sataniques et idéalise la pédophilie en libertinage sexuel des enfants. On y trouve une référence au catharisme et des scènes de violence anticatholiques.

    L'album de La Vilaine Lulu a été réédité en 2002 par les Éditions Tchou, puis en 2010 par les Éditions de La Martinière.

     

    "C'est un très beau dessin !", dit-il...

    NOËL: idée cadeau.

    ARTE et Pierre Bergé (†) nous parlent de "La Vilaine Lulu" d'Yves Saint Laurent

     

    "La Vilaine Lulu" d'Yves Saint Laurent, ce que ARTE n'a pas montré...

     

     

     Décryptage

    Les mots choisis pour narrer les intrigues de La vilaine Lulu sont une ode à la perversité et à la décadence.Lulu n'a pas de parents pour s'occuper d'elle, il s'agit d'une gouvernante qu'elle maltraite au demeurant et son seul ami est son gros rat blanc aussi affable qu'elle. Ces histoires abordent des thèmes variés à caractère libidineux, malsain voire totalement macabre comme la maltraitance infantile, la misogynie, le sacrifice humain comme rituel satanique, la torture, l'enlèvement d'enfants, l'assassinat, l'esclavage sexuel, le trafic d'êtres humains, la pyromanie, la prostitution, l'alcoolisme, la drogue, l’exhibitionnisme ou encore la pédophilie.

    (extraits et résumés de quelques unes des 23 historiettes: AGORAVOX - Yves Saint-Laurent et La vilaine Lulu : décryptage de sa BD )

     

    • Lulu à l'école, elle n'aime pas l'école, elle est provocante, irrespectueuse, insultante envers la maîtresse, l'assimilant à une prostituée puis devient menaçante avec ses camarades
    • Un jeudi de la Vilaine Lulu, une journée qui se déroule au parc, les petites filles sont décrites comme étant "mutines et sournoises", nous pouvons observer la présence d'un satyre caché derrière un buisson.
    • Un beau métier, l'héroïne a obtenu son diplôme de masseuse. Elle exerce auprès d'une clientèle de petites filles mais une maman n'appréciant pas les méthodes de Lulu la chasse puis menace de la dénoncer auprès de la police. Lulu décide alors d'ouvrir son propre institut à domicile et dans lequel elle pourra faire maigrir et grossir à volonté les petites filles.
    • Une belle histoire d'amour, elle est amoureuse d'un pompier à en perdre la raison. Lulu boit de l'alcool pour calmer son euphorie car elle ignore si les sentiments qu'elle ressent sont réciproques. Ensuite, elle sacrifie des vies au nom de la déesse Vénus pour obtenir le cœur de son bien aimé. Nous pouvons admirer des têtes d'enfants tranchés à la gorge, d'autres bouillonnent dans un chaudron et d'autres sont pendues.
    • Lulu à Deauville, présence du vieux satyre qui échange son numéro de téléphone avec Lulu sur la plage. Fin mot de l'histoire, Lulu séduit le petit ami d'une estivante qui finit noyée par la marée montante.
    • Télélulu, la vilaine Lulu passe à la télévision pour offrir un strip-tease qui fait perdre la tête à tous les téléspectateurs masculins même à son gros rat blanc qui devient tout rouge.
    • Bons sentiments : Bonnes actions, elle fait un rêve dans lequel elle empoisonne le Pape et prend sa place pour devenir "Sa Sainteté Lulu première". A la fin de son rêve "elle se voit chassant le sarrasin de Terre Sainte". Elle devient ensuite infirmière, tout d'abord à la maternité mais au lieu de nourrir les nourrissons avec du lait elle leur donne du vin rouge .
    • Du Schmuck et du Pluck, évocation de "l'amour libre", couple mixte, lesbienne et gay. Nous apprenons que Lulu "aime beaucoup les petits garçons et les vieux messieurs".
    • Des petites filles disparaissent, le personnage du satyre est encore présent et nous informe que les petites filles, "elles ne sont pas perdues pour tout le monde". Nous découvrons ensuite que Lulu s'est associée avec un proxénète propriétaire d'un bateau et qu'ils enlèvent des petites filles
    • Un après-midi aux Tuileries, Lulu pique-nique, boit son vin et donne des leçons d'anatomie aux autres enfants. Cela intéresse beaucoup d'autres personnes cachées dans les buissons, des vieillards pervers, dont le vieux satyre.
    • Histoire d’œufs de Pâques, Lulu empoisonne des enfants avec des œufs pourris, tout le monde meurt et ils sont enterrés au cimetière. Lulu est heureuse comme jamais, elle fait de la corde à sauter à coté des pierres tombales des enfants qu'elle a assassinés.

    Et aussi...

    Marc Da Cunha Lopes vit et travaille à Paris et a été pressenti pour plusieurs campagne de publicité; il utilise souvent dans ses photos des accessoires faits à la main; il a été publié dans "Amusement Magazine

     Vilaine LuluVilaine Lulu

     

     


     

     

     

     

     

    ".

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Un F.I.A.C. allait crottinant...

    vu sur:  "Délit d'im@ges"

    L’Art contemporain - Les Reportages de Vincent Lapierre

     

    La foire internationale d’art contemporain (FIAC) se tenait à Paris du 19 au 22 octobre 2017. Cette exposition "artistique et commerciale" se veut être un lieu de rencontre internationale entre galeristes, collectionneurs, conservateurs, directeurs de musées et personnalités du monde de l’art contemporain. Vincent Lapierre et son équipe étaient sur place pour en savoir plus...

     

     
     
     
     
     
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

      Trop scié par cet article: pas envie de l'analyser ou le commenter.. Je vous le livre tel quel..  

     

     

    Pauvre Gaulle...Ils ont osé ! En même temps, alors que la France est submergée et que les médias dominants (de gauche) interdisent de s’en offusquer, cela devait finir par arriver…
    Retrouvez cet article et l'info alternative sur : http://www.contre-info.com

    Source: https://www.valeursactuelles.com/

     

    Un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours et à l’envahisseur… (on ne doit plus dire pas ça...!)

     

    Ils ont osé ! En même temps, alors que la France est submergée et que les médias dominants (de gauche) interdisent de s’en offusquer, cela devait finir arriver…
    Retrouvez cet article et l'info alternative sur : http://www.contre-info.com

    Pourquoi la page d'ouverture d'Astérix a-t-elle été supprimée du nouvel album ?...

    Pourquoi la page de garde qui ouvre depuis toujours les bandes dessinées d'Astérix a-t-elle été supprimée du nouveau numéro ? L'éditeur estime que la question “n'a pas d'intérêt”... 

    Par Tragicomix

    Quarante ans après la mort de Goscinny et six ans après qu’Uderzo a renoncé à dessiner, le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad sortent le 37e volume des aventures d’Astérix intitulé "Astérix et la Transitalique".

    En compagnie d’Obélix, l’irréductible Gaulois va participer à une course de char à travers l’Italie, des Alpes au Vésuve, à laquelle tous les peuples sont invités, y compris les Romains que représente le champion Coronavirus prêt à tout pour gagner et plaire à César…

    L’occasion pour nos Gaulois de rencontrer des peuples qui luttent eux aussi contre la volonté unificatrice des Romains, dont les Italiques et leurs velléités d’indépendance. L’album est truffé d’hommages à ses deux créateurs, à commencer par la couverture qui rappelle Le Tour de Gaule d’Astérix à ce détail près que si Astérix conduisait lui-même le char en 1963, il n’est désormais plus que le copilote d’Obélix…

    Un détail intrigue cependant dans ce nouvel album : la disparition de la fameuse page d’ouverture présentant une carte de la Gaule avec la loupe posée sur le village gaulois entouré des camps romains d’Aquarium, de Babaorum, de Laudanum et de Petibonum.

    Exit également les quelques lignes situant l’action : “Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non. Un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours et à l’envahisseur…” L’éditeur a-t-il estimé que ce petit texte emblématique de la saga était aujourd’hui trop violent pour être livré à des millions de lecteurs ?

    Interrogée par 20 Minutes, une représentante d’Hachette balaie le sujet, estimant que “cette question n’a pas d’intérêt”, peut-on lire sur le site du quotidien gratuit. Et de simplement évoquer un “parti pris éditorial”…

     

    Pauvre Gaulle...

     

    quelques commentaires aigres-doux de lecteurs relevés ici ou là...

    Pasdamalgam Moi je trouve qu'il faut "vivre avec son temps" et que l’éditeur des aventures d'Astérix ne va pas assez loin dans sa modernisation de la série. D'abord, il est évident que mettre en scène deux héros blancs et blonds est une injure a la diversité. Je suggère donc que dans la prochaine aventure, a la suite d'une erreur de dosage de la potion magique, Astérix se transforme en magrébin et Obélix en "African-American". Dans cette prochaine aventure, aidés par une troupe d'amazones lesbiennes ils viendront au secours de gentils migrants que des méchants Romains, blancs et racistes, veulent empêcher de débarquer. Il est en effet grand temps que la BD prenne conscience qu'elle doit éduquer le peuple.

     

    amval Évidemment que ce petit village d'irréductibles qui dit non à l'envahisseur est politiquement incorrect. C'est à ce genre de renoncements, de détails, poussés à l'extrême que l'on mesure la véracité de la trahison de ces collabos. Tout est analysé, modifié, supprimé, édulcoré, quand donc ce peuple crasse va-t-il mesurer ce qu'ils lui préparent? Si ce n'est pas la preuve que l'on veut nous cacher l'envahissement que nous subissons alors qu'il suffit de sortir de chez soi et de regarder.

     

    Micowa est-ce que l'on voit toujours le buffet à la fin où les gaulois bouffent du sanglier ? tant qu'a se vendre faut aller jusqu'au bout.

     

    José Bobo C'est d'autant plus dommage que sans nul doute cette page et cette phrase ont été pour beaucoup dans le succès de ces albums, peut-être même prépondérants...

     

    68ledébutdelafin Nous ne somme pas loin d'une dictature.......fais pas ci fais pas ça, ne dis pas ci ne dis pas ça …. Cache ta croix .

     

    Kristou encore une preuve de cette police de la pensée même sur une bande dessinée ! il faut surtout détruire l'idée que des gaulois résistent! bravo! je n’achèterai pas cet album ,je n'intoxiquerai pas de très jeunes lecteurs de ma famille,mais combien prendront conscience de ce pouvoir qui opprime un sentiment national ou patriote?

     

    FRANCE Au tour d'Astérix de subir les conséquences de l'allégeance de ses nouveaux dessinateur et scénariste. Tristesse, honte. Le sanglier d'Obélix sera supprimé la prochaine fois. Cet album de Notre fidèle représentant Gaulois doit être totalement boycotté.

     

    Housard Bercheny Après les Tintin et Milou au Congo et les accusations de racisme , voici la plus débile de toute concernant Astérix et ses irréductibles compatriotes qu'on veut formater dans le plus pur esprit du " politiquement correct " cette société qu'ils nous imposent n'est autre qu'une nouvelle forme insidieuse et nauséabonde d'une sorte de fascisme rampant .

     

    Cadoudal Pas question de faire l’ éloge de vilains Gaulois, identitaires, patriotes, xénophobes, racistes, intolérants, qui refusent le vivre ensemble maçonnique et œcuménique avec les migrants romains. Astérix est maintenant assimilé au socialiste Adolphe. dans le prochain livre , il finit pendu à Nuremberg malgré sa potion magique.

     

    RED BEER A quand un Astérix gay, un Obélix transgenre... Et puis faudrait supprimer la vigie des pirates, une personne "de couleur" dans une bande de "méchants" ça non plus ce n'est pas politiquement correct. Pauvres auteurs, c'est très triste. A ne surtout plus acheter, d'ailleurs je ne voit même pas pourquoi l'acheter, quand un chanteur meurt on ne se précipite pas aux concerts des sosies bidons. Et bien là c'est pareil.

     

    PURPLE TOAST Nous sommes en l'an 0 après Macronimbus. Toute la France est occupée par les REMains. Toute? Non! Un village peuplé d'irréductibles Français résiste encore et toujours à l'envahisseur. Ce village, il est dans notre cœur. Sachez le préserver en ces heures sombres.

     

    l'article de "20minutes" suite à la réponse de la représentante de Hachette, à lire ci-dessous 

    Ils sont fous ces éditeurs. Sorti le 19 octobre, "Astérix et la Transitalique" n’est pas un album comme les autres. Le 37e tome de la série créée par Albert Uderzo et René Goscinny a vu la carte de la Gaule et la traditionnelle présentation des personnages disparaître. Habituellement situées en ouverture des albums d' Astérix, les deux planches ont été éclipsées du tome imaginé par le dessinateur Didier Conrad et le scénariste Jean-Yves Ferri, qui officient ensemble pour la troisième fois.

    "Je n’avais pas remarqué. Ce sont des clients qui nous l’ont signalé", témoigne le responsable du rayon BD de la librairie Le Failler, à Rennes. Quelques centaines de mètres plus loin, même son de cloche au Forum du Livre. "C’est un collègue qui a remarqué. J’ai vérifié plusieurs albums mais la carte n’y était pas. C’est surprenant", poursuit un vendeur. Les camps romains d’Aquarium, Babaorum, Petibonum et Laudanum encerclant le village gaulois ont donc disparu.

    Un parti pris éditorial

    Faut-il y voir un oubli ? Non, un choix délibéré selon l’éditeur. "Vous imaginez bien que quand on imprime cinq millions d’exemplaires, on n’oublie pas des pages entières", répond une représentante d’Hachette, surprise de la question. "Nous avons inséré une carte de l’Italie dans l’histoire. Nous jugions cela plus utile que de mettre une carte de la Gaule. C’est un parti pris éditorial", poursuit-elle.

    Pour se justifier, Hachette explique également que ce n’est pas la première fois que la carte de la Gaule est absente. Lors de la sortie d’"Astérix en Corse", c’est une carte de l’île de Beauté qui avait été dessinée. Mais la différence est notable car la planche se trouvait bien en ouverture de l’album. "Cette question n’a pas d’intérêt", balaye la représentante d’Hachette. La carte de Gaule n’est d’ailleurs pas la seule à avoir disparu. Au verso de cette planche se trouvait également une présentation des personnages d’Astérix, d’Obélix, du druide Panoramix, du chef Abraracourcix et du barde Assurancetourix. "La série est tellement connue aujourd’hui que l’on n’a pas jugé nécessaire de présenter les personnages", répond l’éditeur. "Mais c’est comme si on enlevait le générique d’une série !!!", s’agace un fan de la BD.

     

     

    si j'osais...

    Idée cadeau pour Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, auteurs du dernier Astérix : "Astérix et la Transitalique"

    Par TragicomixPetit manuel des valeurs et repères de la France

    Les ennemis de la République ne sont forts que parce que nous sommes faibles et oublieux de nos principes fondamentaux…

    Au lendemain des attentats de janvier 2015, nous nous sommes demandé ce que nous pourrions faire pour la France, notre pays si profondément touché dans sa chair et dans sa tête.

    Avec ce « Petit manuel » des vingt valeurs et repères qui ont construit la France depuis 2 000 ans, nous avons voulu proposer à tous les Français, quelles que soient leurs origines, de retrouver leur héritage fondamental. Ce bref rappel des valeurs, symboles et repères, sur lesquels il n’est pas question de transiger, ne fait aucune concession à l’esprit de repentance et au politiquement correct qui nous envahissent… Il se propose de (re)découvrir la permanence de notre double héritage, chrétien et monarchique d’une part, républicain et laïc d’autre part, pour mieux comprendre qui nous sommes.

    Soyons fiers des valeurs qui ont façonné la France d’aujourd’hui ! La liberté d’expression, l’humanisme, la langue française, les Lumières, le patriotisme nous ont transmis le gout de l’égalité, la liberté de la femme, le respect des lois et de l’État, le civisme, la croyance en la promotion sociale et le sens du mérite. Nous devons continuer à nous battre pour nos valeurs et nos modèles. Il n’y a pas de honte, bien au contraire, à vouloir rester fidèle à la mémoire de nos pères. Si nous voulons marcher vers le futur, retournons toujours à nos racines.

     

    Dimitri Casali : Historien, spécialiste de l’enseignement de l’Histoire, auteur notamment de : La longue montée de l’ignorance (First 2017), Notre Histoire, tout ce que nos enfants devraient apprendre à l’École (La Martinière 2016), Désintégration Française (JC Lattès 2016), L’Altermanuel d’Histoire (Perrin 2012) ; prix du Guesclin 2013. et créateur d’un concept pédagogique Historock dont le but est de sensibiliser les plus jeunes à l’histoire par la musique : Napoléon l’Opéra Rock.

    Jean-François Chemain : IEP Paris, docteur en Histoire du Droit, agrégé et docteur en Histoire. Après une carrière de consultant et de cadre d’entreprise, il est devenu enseignant dans le secondaire et en écoles de commerce. Il est l’auteur aux Éditions Via Romana, de: Kiffe la France ; La vocation chrétienne de la France ; Une autre histoire de la laïcité.

     Mais, "en même temps™", "Je ne suis pas le Père Noël™"

     

     

     

     

     

    BD d’Astérix : « le village gaulois qui résiste encore à l’envahisseur » supprimé !
    Retrouvez cet article et l'info alternative sur : http://www.contre-info.com
    BD d’Astérix : « le village gaulois qui résiste encore à l’envahisseur » supprimé !
    Retrouvez cet article et l'info alternative sur : http://www.contre-info.com
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • J'avais rien compris au film de l’ "Écriture inclusive" !

     

    A tou.t.te.s les blogueu.r.se.s...

     

    Jusqu'à maintenant, je tapais un "." (un "point", avec la touche du clavier où il y a un "point" , au-dessus du "point-virgule"...), un point, c'est tout, un point c'est tout.

    Je viens de me rendre compte de mon ignorance et de mon ridicule (vous auriez pu me le dire gentiment, su vous vous en êtes rendu compte): il ne faut pas taper un "point", c'est tout, mais taper le "point médian" ou "point milieu" qui n'est pas un vulgaire . mais un · ,vous avez vu la différence ? Je recommence: un point:., un point médian:·!... (c'est sur, qu'avec la ponctuation, c'est encore moins lisible mais plus risible !); en fait le "point médian", ou "point milieu" conscient de sa supériorité nouvellement acquise se place un tout petit peu au-dessus de la ligne...

     

    Apprenons à reconnaître

    a) le "point" (normal, connu, éternel...) . (déjà, tout petit, à l'école, je le faisais très bien )

    b) le "point médian", ou "point milieu" · (obtenu en appuyant sur la touche "Alt" et en tapant simultanément "0183". C'est comme je vous le dis.)

     

    Je crois que je vais arrêter de jouer à ce petit jeu là !

     

     

    ALERTE INFO.

    En voulant comprendre un peu mieux, grâce à wikipedia, je comprends beaucoup moins bien, il y est en effet écrit:

    "Le point médian est souvent confondu avec son cousin, le point milieu, plus fin"

    Mais quand même...

    j'ai appris le sens du mot "épicène".

    j'ai aussi appris que ce signe a été choisi "en raison de sa discrétion et de son unicité d’emploi, car tous les autres ont un autre usage”,

    j'ai encore appris qu'il y avait encore d'autres épicènotitudes:

    • nous sommes un peu con·e·s
    • nous sommes un peu con.e.s (1)
    • nous sommes un peu conEs (2)
    • nous sommes un peu con-e-s
    • nous sommes un peu con(e)s (3)
    • nous sommes un peu con/e/s

    Oui, mais... (brefs exemples de qui croit bien faire mais c'est pas ça:)

    (1) Dans de mauvaises compositions, le point médian est parfois remplacé par un point bas : "des élèves peu motivé.e.s". C’est un usage à éviter car il est incorrect : le point marque la fin d’une phrase,

    (2) La lettre capitale pour marquer le féminin est parfois employée par certainEs militantEs féministe, mais son usage est controversé car la capitale accentue le féminin, au risque, pour celleux qui découvrent cette graphie, de n’y percevoir que le féminin, renforcé, sans plus aucune mixité.

    (3) À l’inverse de la capitale, la parenthèse atténue. Mais son usage est jugé discriminant car on met littéralement le féminin entre parenthèses, l’isolant, le présentant comme optionnel, et donc facultatif.

    A tou.t.te.s les blogueu.r.se.s...

    Ou encore que: on peut également utiliser des contractions du féminin et du masculin (bref/brève ou heureux/heureuse deviennent brefve, heureuxse) ou des mots valises (nouveau/nouvelle devient nouvelleau), ces derniers étant plutôt facile d'utilisation notamment à l'oral.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique