•  

    Je me moque pas... hein !"L'idole des jeunes" décédée mercredi 6 décembre, recevra samedi un "hommage populaire". S'il n'y a ni hommage national, ni obsèques nationales, ni décret d'un jour de deuil, Johnny Hallyday, devenu à son insu "héros français", va recevoir tous les honneurs: descente des Champs-Élysées, messe à la Madeleine, message sur la tour Eiffel...

    Avant Johnny Hallyday, des chanteurs aussi célèbres et populaires n'avaient pas eu le droit à autant d'égards, c'est le cas notamment de Serge Gainsbourg et à une autre époque, Édith Piaf. De quoi donner à certains l'envie de comparer ce qui se prépare pour le rocker à ce qui avait été fait pour Victor Hugo.

    Johnny Hallyday sera en effet le deuxième après l'écrivain à avoir l'honneur des Champs-Élysées. Même le général De Gaulle n'y a pas eu droit. Il aura cependant échappé à une messe à Notre-Dame et (provisoirement ?) à un transfert au Panthéon.

     

     

    Je me moque pas... hein !

    Bon, le tour de la question a été faite: notre Johnny national aura droit à des obsèques et à un "hommage populaire" que plus d'un chef d'état pourraient lui envier et "Le service de pompes funèbres chargé d’organiser les obsèques de Johnny Hallyday a raconté à Paris Match les détails de l’organisation."... résumons donc:

    "D'après l’Élysée, Emmanuel et Brigitte Macron assisteront aux obsèques de Johnny Hallyday. Le protocole de l’Élysée sera automatiquement mis en place compte tenu de la présence du couple présidentiel à cette cérémonie. Un chef de protocole veillera au bon déroulement de la cérémonie et au respect d'un décret qui règle l’ordre de préséance des dignitaires et autres personnalités qui assistent à la cérémonie. Le président Emmanuel Macron sera comme il se doit installé au premier rang dans l’église. L’organisation et la sécurité seront évidemment dominées par le protocole de l’Élysée, mais Laeticia et l’entourage du défunt gèrent tout de même la majeure partie de l’organisation de l'enterrement."

     

    photo d'archives et article "inspiré" de celui de Paris-Match

     

     

    Bière, Johnny Hallyday et karaoké… Les folles soirées étudiantes d'Emmanuel Macron...clown

    Dans une inter­view accor­dée à "Play­boy", Gaspard Gant­zer évoque ses soirées avec l'actuel chef de l’État lorsqu’ils étaient sur les bancs de l’ENA.:

    "C'était beau­coup de dîners, d'apéros, à l'acadé­mie de la Bière. On sortait, mais les boîtes de nuit, ce n'était pas vrai­ment son truc… En revanche, on s'est fait deux ou trois karao­kés, notam­ment un à Stras­bourg qui s'appe­lait le Bunnies, vrai­ment bas de gamme mais très sympa, on a chanté ‘Que je t'aime de John­ny’ et ‘Qu'est-ce que tu fais pour les vacances?’ de David et Jona­than. "

      

     

    Il se peut, qu'à titre personnel, je trouve tout ça légèrement exagéré...

    Mais une autre question demeure: "que va devenir cette petite vingtaine de personnes ?"

    John Logan

    Johnny Dems

    José Arrosez

    Johnny Cabaret

    Johnny Cadillac

    Christ Johnny

    Johnny Vegas

    Jean-Lou Hallyday

    Johnny Hapache

    Mitch Roelens

    Johnny Success

    Johnny Call

    Johnny Rock

    Johnny Star

    Johnny Mirador

    Johnny Dom

    Richy

    ... et plusieurs dizaines ou centaines d'autres,

    Je me moque pas... hein !

    ...toutes "sosies" plus ou moins officiels et reconnus qui se retrouvent seuls, quasi orphelins (selon la propre expression de certains d'entre-eux) face à leur seul miroir ... mais déjà sollicités par des organisateurs de spectacle, certainement un peu moins motivés par l'hommage à rendre au  souvenir du chanteur que par d'éventuelles rentrées financières.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Fausses vraies nouvelles ou vraies fausses nouvelles ?...

    (ou quand la fiction ne dépasse pas de beaucoup la réalité)

     

    vu sur BuzzBeed:On passe près de la réalité

     

     

     

    Site à vocation parodique (dans la mesure du possible)

     

    A l’approche d’une vague d’attentats, la préfecture de police de Paris offre des nounours en échange des armes

    On ai en saicuritée §

    Face aux troubles sociaux et au risque terroriste en alerte rouge écarlate framboise-cassis, la préfecture de police de Paris lance une opération de sensibilisation sur le nécessaire contrôle des armes. Chaque propriétaire légal d’arme pourra remettre ses armes sans taxe ni harcèlement administratif supplémentaire, et se verra remettre une magnifique peluche d’ours en échange. Plus l’arme est grosse, plus le nounours est grand, de quoi rendre heureux les enfants que vous aurez sauvé de la présence maléfique de ces mécanismes conçus pour détruire des vies humaines.Le préfet a confié aux journalistes : "Nous nous sommes aperçus que nous permettions à des centaine de terroristes fichés S de détenir légalement des armes, alors que nous persécutons les propriétaires d’armes pour des détails. Il fallait donc prendre une mesure forte pour s’assurer de ne désarmer une fois de plus que les citoyens volontaires et respectueux de la loi."

     

    On passe près de la réalité

    Un localisateur GPS qui évitera bien des viols

    On ai en saicuritée §

    Après son refus catégorique d’autoriser le port de colliers traqueurs individuels sur les pédophiles multirécidivistes d’origine étrangère résidant en territoire français, pour des raisons d’atteinte à l’intimité des condamnés, le Conseil constitutionnel vient de donner son feu vert pour le port de colliers par les enfants, considérant qu’« éviter que le pédophile ne se rencontre avec une potentielle victime » est important pour la diminution des taux de récidive, en hausse ces dernières années.l faut aussi considérer les économies de coûts, a surenchéri un député PS. Il y a de nos jours bien plus de pédocriminels en liberté que d’enfants, et la tendance va s’accentuer. Donc, c’est plus logique de traquer les enfants que les pédocriminels si on veut que les deux s’évitent réciproquement. 

     

    On passe près de la réalité

    Pour le pape François, les constructeurs automobiles ne peuvent se définir comme chrétiens

    On ai en saicuritée §

    Lors d’un discours à Barcelone et face à une foule de fidèles, le Pape François a évoqué les divers attentats et l’utilisation de plus en plus fréquente de véhicules pour détruire des vies humaines. Tout comme il l’avait fait pour les industriels de l’armement, il s’est cette fois emporté contre ce monde contemporain marqué par "une guerre mondiale par morceaux " avant de pointer "ces gens, gestionnaires et hommes d’affaires, qui se disent chrétiens alors qu’ils fabriquent des automobiles". Il a ensuite fait remarquer que l’attaque n’aurait pas pu avoir lieu si les automobiles n’existaient pas.Sa Sainteté a conclu par ces sages paroles : "Ceux-là qui blasphèment et insultent le prophète de l’Islam et le Saint Coran n’ont pas la place dans notre Eglise. Amine."

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'autre matin, le Président, sa femme et le p'tit chien sont venus chez moi pour me serrer la pince. Comme je n'étais pas parti, le p'tit chien a dit: "Bon, ben alors... on y va ?" (dans son langage de p'tit chien)

     

    Je leur ai ouvert une fenêtre (sur l'écran) et on s'est retrouvés dans la salle de rédaction du blog: une salle ordinaire avec un correcteur entouré de ses dictionnaires en train de vérifier l'orthographe des articles en cours de publication, un googleur occupé à compulser des tas de fiches de documents et d'illustrations pour étoffer un article, un modérateur qui contrôle le contenu des commentaires avant de les publier... Petite discussion entre vieux amis autour de la machine à café:

     

    Machine à café

     

    moi

    - Bonjour, mon président, comment ça va depuis l'autre fois qu'on s'est vus ?

    lui

    - ???

    moi

    -Ben, oui... le jour de la mise en ligne de ce blog ! Le 6 mai, pour être précis; juste la veille de ta si belle élection... souviens-toi, on discutait ensemble sur ma page d'accueil... 

    elle

    - Qui veut un gâteau ? C'est papa qui les a faits hier soir.

    lui

    - Excusez-la, c'est rien... Être élu est un cursus d’un ancien temps.

    moi

    - Ouais... si on commence comme ça, ça promet rien de bon pour l'avenir de la démocratie et des libertés; remarque, on avait déjà eu un aperçu ces quelques mois de ton activité présidentielle.

    lui

    - La France est en deuil d’un roi

    elle

    - En marche les enfants !... "Dans la troupe, y'a pas d'jambes de bois, y'a des nouilles mais ça n'se voit pas..."

    moi

    - Bigre, un roi ?... et pourquoi ne pas t'auto-sacrer empereur, tant que tu vas par là ? Pas dans la cathédrale de Reims, hein, mais je verrai bien ça à la loge du Grand Orient...

    lui

    - La politique c’est mystique !

    moi

    - C'est celâ, ouii ! et ça paie bien au fait, le métier de président de la France ?

    elle

    - Monsieur Macron, vous passerez me voir dans la salle des professeurs, à la fin du cours.

    lui

    - La politique ne peut pas être un métier ; elle est une mission mais l'essentiel est que l'argent ne se mange pas, il ne se respire pas...

    moi

    - Ça a l'air d'être de la bonne ! Mais parlons-en de la politique ! Ça continue à sentir mauvais entre Trump et Kim Jong-un -tu vois qui c'est: l'américain et le nord-coréen...O.K. ? Tu as quelque-chose à leur dire pour calmer le jeu et éviter un guerre mondiale ? Ils t'écoutent, tous les deux...

    lui

    - Je suis votre chef. Les engagements que je prends, je sais les tenir. Et je n'ai, à cet égard, besoin de nulle pression et de nul commentaire, et  je serai d'une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes.

    elle

    - En marche, et plus vite mes petits !... "J'ai perdu le do de ma clarinette, au pas camarade, au pas au pas au pas...", allez..."Un kilomètre à pied ça use, ça use... Un kilomètre à pied ça use les souliers. Deux kilomètres à pied ça use les souliers…"

    moi

    - Eh ben voila une bonne chose de dite, Chef du Monde !... Je suis content de connaitre en avant-première le prochain Prix Nobel de la Paix ! Tu es sur de ton influence et de ton pouvoir, de ta force à ce point là ? Oui... C'est vrai qu'on t'as vu à la fois en pilote/copilote/radio/mécanicien d'un avion de chasse et commandant/navigateur/quartier-maître sonar/torpilleur d'un sous-marin... tu ne crains pas de provoquer la jalousie de tous les militaires professionnels ?

    lui

    - Les armées ne font pas ce qu’elles veulent, elles ne sont pas autopilotées

    moi

    - Je vois... et toi, Brigitte, tu penses quoi de tout ça ?

    elle

    - Emmanuel, tu passeras me voir dans la salle des professeurs, à la fin du cours.

    lui

    - Elle veut dire "Quand je lis des choses sur notre couple, j’ai toujours l’impression de lire l’histoire de quelqu’un d’autre. Pourtant, notre histoire est si simple".

    moi

    - C'est à Brigitte que je parle ! alors Brigitte ? toi qui n'est plus de la toute première jeunesse, si tu voulais un enfant d' Emmanuel, il te faudrait recourir à la G.P.A... que penses-tu de ces femmes qui s'y opposent, craignant une "marchandisation" du corps de la femme?

    elle

    - Hi hi hi... Attention hein ? Et pis, faut pas confondre la "marchandisation" avec le "merchandising"... ah mais, je suis pas encore gâteuse, et marchandage" aussi mais pas "marchand d'âges" hi hih hi... et d'abord c'est pas du bon français,les deux, ah mais non...et "marchandage" aussi mais pas "marchand d'âges",  hi hi hi...

    lui

    - Elle veut dire que Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. ...

    moi

    - Je vois le genre... bon, et à celles qui se plaignent d'avoir du mal à trouver un emploi qui sera de toute façon moins bien rémunéré que pour un homme ?

    lui

    - Comme elle disait souvent, avant que... avant, quoi! ... ne cherchez plus un patron, cherchez des clients ! car avec la relance des autocars, les pauvres voyageront facilement

    moi

    - Ah, c'est pour ça, alors le coup des mini-jupes... ça n'existait pas déjà, la mini-jupe, quand elle était jeune ? ah, si ?... Bon, passons à des choses plus légères; t'as regardé quoi, Manu, à la télé, ces jours-ci, des films, des chanteurs, des émissions culturelles ?

    lui

    - Il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse.

    moi

    - C'est ce qu'on dit... tu as des preuves ?

    lui

    - Oui... Nous sommes un pays assez unique; un pays de calcaire, de schiste et d'argile, de catholiques, de protestants, de juifs et de musulmans ; un pays qui n'a pas vraiment d'équivalent en Europe par ses contrastes.

     

    moi

    - Mais quand-même... Il doit bien y avoir quelque chose qui fait que la France, et même l'Europe soient autant convoitées par des immigrés plus ou moins clandestins qu'on accepte en dépit du bon sens ?

    lui

    - Je crois que si cela est fait dans le bon ordre, de manière intelligente, c’est une opportunité pour nous. Je veux faire ici la distinction:  il s’agit principalement de réfugiés, c’est-à-dire de femmes et d’hommes qui, pour des raisons politiques, fuient leur pays. Pas de migrants économiques Je crois que c’est la dignité de l’ensemble de nos pays, notamment de la France, d’être à la hauteur des évènements...

    moi

    - Okay... si tu le dis ! Et le terrorisme, bien sûr qui n'est pas lié à tout ça, alors, tu en fais quoi ?

    lui

    - Notre réponse au terrorisme ne peut être que multiple, afin d’y inclure toutes ces dimensions. Elle doit être à la fois sécuritaire, économique, culturelle et éducative, mais on ne peut pas prétendre lutter efficacement contre le terrorisme si on n’a pas une action résolue contre le réchauffement climatique

    moi

    - T'as réponse à tout, hein... t'es vraiment le plus fort des Dieux antiques !!!

    lui

    - J'ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s'ancrer dans de l'immanence complète, de la matérialité mais aussi et surtout, la dimension christique, je ne la renie pas mais je ne la revendique pas.

    elle

    - Manu, tu passeras me voir dans les vestiaires de la salle des profs, à la fin du cours.

    moi

    - Je suis content de t'avoir revu, sacré bonhomme, à la prochaine ?

    lui

    - C'est bien le seul point commun entre-nous: on croise des gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien (sans vouloir être désagréable avec vous et vos rares lecteurs...) . Make our planet great again, et pensez printemps, les amis !!!!

    moi

    - Et le toutou, on l'a pas entendu, jusque là... Il est aussi bien dressé que tes ministres et tes députés, pas un mot sans l'accord du grand patron... Alors, Némo, lâche-toi... qu'est qu'on dit aux visiteurs du blog, avant que papa et mémé te raccompagnent dans ta coucouche...

    toutou

     

     

    elle

    - Quelqu'un veut encore un petit gâteau ?

     

    lui

    interview

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    NB. il va sans dire que toutes les déclarations notées en italique sont authentiques et signées "Macron", même si je n'ai pas cité leur contexte... et que je les ai un tout petit peu détournées de leur sens initial...Machine à café

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     C'est quoi, ce cirque ?

    Couscousgate

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    vu dans la presse:

    Tout est parti d'une photo au restaurant publiée sur Twitter. Postée sur son compte par la jeune militante FN Kelly Betesh, elle a agité la patriosphère sur le réseau social, comme l'a repéré BuzzFeed, hissant le hashtag "CouscousGate" parmi l'un des sujets les plus discutés vendredi soir.

    Attablés "au meilleur couscous de Strasbourg", on voit sur ce cliché Kelly Betesh (au premier plan), Florian Philippot, Amélie de la Rochère, assistante parlementaire de Florian Philippot au Parlement européen, ainsi que plusieurs conseillers régionaux frontistes.

    Couscousgate

    Il aurait aussi pu leur reprocher d'avoir un pois chiche dans la tête. Florian Philippot a qualifié de "crétines et les crétins" les militants frontistes qui lui ont reproché d'avoir mangé un couscous avec ses amis à Strasbourg. Un "Couscousgate" qui en dit long sur les tensions internes au FN où un simple plat peut devenir l'objet d'un règlement de comptes.

    "Ces gens sont des crétins, qu'est ce que vous voulez que je vous dise de plus? On est face à des crétines et des crétins. Ceux qui parlent de 'provocation' quand on met une photo de couscous à Strasbourg sont juste crétins", s'est-il désolé ce lundi 18 septembre sur France Inter.

    "Qu'on leur fasse goûter du couscous ils verront que c'est très bon. Je rappelle que cela a été amené en France par les pieds-noirs, ça parlera à certains", a précisé le vice-président du Front national, parti qui a toujours défendu les intérêts des rapatriés de l'Algérie. Avant de clore la polémique: "Cela ne m'empêchera pas de continuer à manger du couscous".

     Moi, ça me gène pas plus que ça (bon, c'est vrai, je ne mange plus de "tajine", ni de "merguez", ni de "taboulé", ni de "loukoum", etc...).

    Mais personne, sur la fachospère, n'a rien dit quand Tariq Ramadan a été photographié au restaurant avec monseigneur Gaillot en train de manger "La 'best pure pork' choucroute 'in the world'" de Doha.

     

    Couscousgate

     

     

     

     

     Bob Azzam nous parle de sa petite femme qui aime le couscous:

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • NON, pas lui.... pas encore lui!...

    A LA NICHE, TOI......

    COUCHÉ.....!

     

     

    encore ce cauchemar......

    Brigitte !... fais quelque-chose !

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique