•  

     

    Mon soutien (dérisoire) à "Valeurs Actuelles"

    C'est l'histoire d'un court récit de fiction satirique comme la revue en a publié une demi-douzaine avant celui-ci...

    C'est l'histoire d'une député indigéniste racisée et insoumise de la République qui en est l'héroïne, une députée qui soutenait le mouvement "Nique la France" et refusait catégoriquement de prononcer les mots "vive", "la" et "France", mais qui a subitement mal à sa France. Et se pleurniche "victimisée" par l’estrême-drouate blanche et raciste, salie d'une souillure qui ne s'effacera pas.

    C'est aussi l'histoire d'un troupeau de moutons panurgiens médiatico-politiques qui se métamorphose spontanément et sur ordre en une meute de chiens pavloviens enragés pour dénoncer dans cet article un racisme qui n'y existe pas pour qui l'a lu ou simplement parcouru...

    C'est encore l'histoire d'une vilaine unanimité politique, de l'ultra-gauche à l’extrême-droite, en passant par un président de la République, habituellement plus réservée quand il s'agit de dénoncer de véritables attaques parfois mortelles à la personne...

    C'est, surtout, l'histoire d'une vérité pas bonne à dire et à ne surtout pas écrire : l'existence de négriers et marchands d'esclaves arabes dont nombre de ses frères et sœurs de race ont été victimes et à côté de qui les colons européens faisaient figure (non sans raison) de grands humanistes :

    L’un de ses geôliers arabes lui avait cité quelques phrases de l’écrivain Ibn Khaldoun, qu’elle se souvenait avoir entendu célébrer, au XXIème siècle, comme un grand humaniste arabe. Écrits au XIVème siècle, ces mots gardaient selon lui leur pertinence:

    “Les seuls peuples à accepter l’esclavage sont les nègres en raison d’un degré inférieur d’humanité, leur place étant plus proche du stade animal. Quelquefois, ils se mangent entre eux. On ne peut les compter au nombre des humains.“

     

     

    Bonne lecture. 

    Obono, l'Africaine

     

     


    38 commentaires
  • comprenne qui pourra...  

    l'ABC du port du masque (et le "D", aussi)

    J'ai enfin tout compris sur le port du masque..

    Quand on m'explique calmement comme l'a fait monsieur Véran, qui est ministre de la Santé, hier ou avant-hier, je ne suis pas plus bête qu'un autre (ou alors pas beaucoup plus)

    Je vais sauver des vies...!

    Je dois mettre un masque: 

    A... quand on est A risques,

    B... quand on est dans un lieu Bondé,

    C... dans les endroits Clos

    D... quand la Distance est impossible à gérer

     

    C'est facile...

    En plus, j'ai un moyen pas difficile pour m'en rappeler, et j'ai encore la cassette :

    PS.: J'aurais bien vu Sibeth Ndiaye, en tant que porte-parole du gouvernement, adapter cette chanson en conférence de presse... Dommage.

    PPS.: Pas de panique.. Je rigole... Et j'espère être presque aussi rigolo que Monsieur le Ministre croyait avoir l'air sérieux en faisant cette déclaration essentielle... La preuve, cet article est classé dans la rubrique "Et on peut plus rigoler, m... alors !"... Je me moque, mais c'est pas moi qu'a commencé, d'abord...

    d'après un article de "boulevard Voltaire"

     

    Et, dans la foulée...
    le ministre de l'intérieur conseille   le ministre de la justice conseille
    je dois appeler la police :   tu peux échapper à la prison :

    A... si je suis responsable d'un Accident,

    B... quand je rencontre un Bandit,

    C... quand je suis victime d'un Crime,

    D... quand je commets moi-même un Délit.

     

    A... si tu as choisi le bon cabinet d'Avocats,

    B... quand tu as fait Bobo sans le vouloir,

    C... si tu retournes te cacher dans ta Cité,

    D... si la juge ne te trouve pas Dangereux.

     

     

     

     

    20 commentaires
  • Con finement ou gauchement con ?

    Que faire, si on est un(e) blogueur(gueuse) responsable(e) et militant(e) quand, pandémie mondiale oblige, madame Sibeth Ndiaye nous invite, au nom de la République et de son président, de la Phynance et de la Médecine réunies, à rester à notre fenêtre pour applaudir et encourager l'armée française des soignants qui, assurément, préféreraient quelques boites de masques de protection et quelques flacons de gel hydroalcoolique que les vivats ordinairement réservés à une équipe de foot victorieuse...

    On peut bloguer... entre rage, colère, désespoir, insouciance, désinvolture, ironie ou humour... 

    On peut lire de vieux livres oubliés, écouter de la musique, suivre les actualités, écouter l'herbe pousser et les bourgeons s’entrouvrir, se (re)resservir un des derniers apéros de la journée, etc...

    On peut aussi participer collectivement et citoyennement à l'écriture d'une œuvre impérissable.

    C'est ce que je vous propose. Je commence... Vous continuez, en commentaires ou en réponses au commentaires...

    Tousse ensemble... tousse ensemble... en route pour:

    les aventures d'Helga 

    Helga, 96 ans (et 8 mois), se réveilla de forte méchante humeur, ce matin là, pour la troisième journée consécutive. Les souvenirs des autres réveils des autres matins des autres journées, ou années, ou semaines, consécutives ou pas, restaient englués dans un oubli presque confortable.

    En apercevant Yasmine, l'aide-soignante de jour, gantée et masquée comme un jeune banlieusard, il lui revint soudain que l'EHPAD "les Roses Blanches" où elle continuait de vivoter machinalement avait été mis en "confinage", ou "confinement".... en "quarantaine", quoi... pour dire les choses simplement. 

    Une affiche, punaisée sur la porte de la si mal nommée "salle de repos" lui en rappela la cause : une épidémie soudaine de fémurocolofracturus mondiale : "Pour faire face à l'épidémie qui menace nos pensionnaires, mais aussi leurs visiteurs et notre personnel, les visites sont momentanément interdites et les activités en dehors de l'établissement sont suspendues jusqu'à nouvel ordre, conformément à... etc... etc... demandons... respect... tous... etc..."

    Mais ce n'est pas ça qui travaillait inconsciemment l'esprit de Helga (96 ans et 8 mois).

    Aussi loin qu'elle s'en souvenait, elle n'avait pas reçu de visite depuis lurette, n'avait participé à aucune des sorties proposées aux pensionnaires. Et elle n'avait fréquenté que assez rarement la "salle de repos" (salle de jeu - salle de télévision - salle de réunions) avec les vieilles, comme elle les appelait, pour de brèves mais féroces parties de domino, de petits chevaux ou de nain-jaune...

    Ce n'était donc pas ça... ni bien sûr la crainte du fémurocolofracturus dont elle se sentait immunisée, ayant été contaminée déjà deux ou trois fois.

    C'est en regardant l'heure à la vieille horloge franc-comtoise posée sur sa table de nuit que les raisons de son malaise existentiel lui revinrent, comme en  un flash strident.

    "Le temps est déréglé". Attention... pas le temps qu'il fait quand il fait chaud, ou froid, ou pleuvant, ou soleillé, etc... comme l'affirme l'autre petite pisseuse hollandaise de 16 ans Gratamachinski... Le temps qui passe, pas celui qu'y fait...

    Helga avait noté presque malgré elle dans un coin de son cerveau que, souvent, les minutes semblaient durer une centaine de secondes et les heures une centaine de minutes alors que les journées ne comptaient qu'à peine une vingtaine d'heures ou, inversement que les journées semblaient s'étirer plus longtemps que prévu et que les minutes et les heures passaient à une vitesse inadmissible, pour elle-même en particulier quand, en même temps™, un phénomène bizarrement opposé semblait frapper au hasard quelques autres pensionnaires ou une partie du personnel qui n'avait pas le temps de venir tendre le bassin ou discuter du menu du repas du soir.

    "Le dérèglement temporique"... Bon sang, mais c'est bien sûr...

    confinement

    Et c'est ainsi que naquit, dans un modeste hospice de vieillards au bord de la faillite, le mouvement "striko por la horloĝ" -en espéranto- ("Grève pour la pendule" en français) et que, chaque vendredi, dans toutes les maisons de retraite de la planète et de navarre, des millions de vieilles et de vieux manifestent en silence, en fauteuil roulant ou en déambulateur, et en faisant la grève des parties de de domino, de petits chevaux ou de nain-jaune (et de belote de comptoir)...

     

    à suivre...

    (si vous le voulez bien)

     

     

     


    13 commentaires
  •  

    Complotiste je fus, complotiste je reste...!

    Et si l'épidémie de Coronavirus cachait tout autre chose que ce que l'on en dit...?

    Dans une quinzaine de jours, les français se rendront aux urnes pour élire leurs maires et les conseillers municipaux.

    Les macronistes, peu enclins à espérer un déferlement de voix massif et populaire sur leurs candidats a, dans un premier temps, fait passer le message disant qu'un candidat, élu sans l'appui de laREM ou du MODEM seraient un ennemi du Président. Pas très malin, comme tactique.

    Ensuite, ils ont demandé aux candidats de ne pas mettre le logo "en Marche" ou la mention "avec le soutien amical d'Emmanuel Macron" sur leurs affiches et professions de foi. Une autre tactique, mais qui illustrait trop bien la désormais fameuse formule "Quand c'est flou... c'est qu'y'a un loup". Pas très futé non plus.

    Une autre idée, consistait à mettre, en sous-main et en sous-marin, des colistiers macrono-compatibles mais, en même temps, assez discrets pour se fondre das la masse des autres candidats: Républicains, Socialistes, Musulmans Démocrates, Écologistes ou Animalistes, voire (à leurs risques et périls personnels) Frontistes ou Insoumis.

    Une autre suggestion géniale, malheureusement (pour eux...) retoquée par je ne sais plus quelle institution de la République consistait, dans plus de 90% des bureaux de vote à ne pas dire pour qui les électeurs avaient voté et, dans le reste des situations, parler de "gauche", "droite" ou "divers centre", cette appellation ayant l'avantage d'englober tout ce que les Préfets, le Ministre de l'intérieur l'Intérieur et leurs journalistes assermentés voudraient y englober

    Et dernièrement...

    On apprend aujourd'hui que, selon un élu des Hauts-de-France, les élections municipales pourraient être reportées à une date ultérieure et inconnue en raison de l'épidémie de Coronavirus qui va bientôt arriver en Europe et dans l'Hexagone. A l'appui de son affirmation, une réunion sans ordre du jour officiel entre le Premier Ministre et l'Association des Maires de France. A l'inverse, madame Sibeth Ndiaye (porte-parole officielle du Gouvernement) aurait affirmé "Nous n'envisageons pas d'empêcher (sic) les élections municipales" 

    Bon, je ne dis pas que... Mais quand-même, cette épidémie... elle tombe drôlement bien pour... si vous voyez ce que je veux dire...

    On a assez reproché aux autorités compétentes de ne pas avoir pris assez de précaution en n'annulant pas un simple match de foot, on ne va pas lui reprocher d'en prendre trop en empêchant en annulant ou en reportant d'autres mouvements de foule encore plus nombreuse...! Et si, en plus, ça arrange tout le monde... (enfin, "tout le monde"...? le Monde, quoi.. LE Monde...)

    Mais, je dis ça, je dis rien, ou plus exactement : je dis ça pour rire... je plaisante, hein... Je plaisante...!

    Sacrés chinois, va...!

     

     


    12 commentaires
  •  dans la série Et on peut plus rigoler, m... alors !...

    (je tiens à cette précision.)

     

    Mort en Terre Sainte...

    Macron, en visite à Jérusalem, décède d’une crise cardiaque. Les diplomates israéliens proposent son rapatriement en France pour cinquante mille euros ou un enterrement sur place pour cent euros.

    Les diplomates français se consultent et répondent qu’ils préfèrent rapatrier le président en France. Les Israéliens leur demandent alors pourquoi dépenser cinquante mille euros alors qu’avec seulement cent euros il pourrait être enterré ici en Terre Sainte ?

    Les diplomates français, gênés, répondent : "Jadis, un homme est mort ici, a été enterré ici et, trois jours plus tard, il est ressuscité ! La France ne peut pas prendre un tel risque."

    merci à Dominique T.

     

    Macron vs Jésus - Macron: 1 / Jésus: 0

    déclaration d'une journaliste de BFM-TV

    "Le président de la République, il impressionne tout le monde autour de lui... Ses conseillers et ses ministres sont tous bluffés...  Au lieu d’être facteur d’une belle et saine émulation, ce caractère impressionnant du président de la République paralyse le système, et ses suiveurs ont tous une sidération parce qu’il est exceptionnel... Il y a dans son tempérament, dans son intelligence, dans la chimie assez exceptionnelle de son être, quelque chose qui paralyse un peu le fonctionnement autour de lui et la circulation de l’information"

    Anna Cabana, le 4 février, pour justifier le comportement erratique des ministres et des députés LREM

     

     


    10 commentaires
  •  

    Un modèle à suivre qu'on aimerait voir plus souvent...  

    [précautions)

     ou pas ?...

    [santé publique]


    6 commentaires
  •  

    D'après une partie de la presse et des réseaux sociaux : 

    Greta Thunberg serait une voyageuse spatio-temporelle venue pour nous sauver

    Certains la reconnaissent sans erreur possible sur cette photo, actuellement conservée dans les archives de l'Université de Washington, prise en 1898 au Canada, alors qu'elle s'affairerait avec quelques jeunes collégiens de ses amis autour d'un puits d'où ils tirent une eau pure grâce à leur seule énergie renouvelable.

    ALERTE INFO.

    Voyage extra-temporel.

    Les partisans de la théorie du complot prétendent que Greta est un voyageur du temps envoyé à notre époque pour avertir de l’effondrement inévitable de notre planète.

    ALERTE INFO.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur Tweeter, de nombreux utilisateurs ont identifié là la vraie nature et le rôle exact de la jeune pasionaria suédoise du climat:

    ALERTE INFO.

    ALERTE INFO.

    ALERTE INFO.

    ALERTE INFO.

    Alors que le site  https://fl24.net/ s'interroge :

    "En l’espace de quelques mois, la jeune activiste a participé à des manifestations et des conférences dans le monde entier, comme à la COP 24 à Katowice en 2018. Elle a aussi participé au sommet de l’Onu sur le climat à New York, en septembre, où elle a rencontré des grands de ce monde et a prononcé son fameux discours “Comment osez-vous?”. [...] "Est-il possible, pour une ado ordinaire, d’accomplir de tels exploits sans bénéficier d’une technologie du futur ? ” [...] "La question reste ouverte."

     

    D'autres tentatives d'explication avaient été proposées, parfois plus fantaisistes les unes que les autres:
    • Greta Thunberg est la petite-fille du milliardaire de gauche Georges Soros (lien)
    • Greta Thunberg est un robot chinois télécommandé par une secte islamogauchiste (lien)
    • Greta Thunberg est une sociopathe de 46 ans atteinte d’un retard de croissance (lien)
    • Greta Thunberg est la nouvelle sex-symbol du "heavy metal" suédois (lien)
    • Greta Thunberg est manipulée par le lobby du capitalisme écologiste international (lien)
     
     
     
    Les autorités officielles corrigent cette info en disant qu'il s'agit d'une jeune femme et de ses deux enfants travaillant dans une mine d'or dans le Territoire du Yukon, et qui illustre les conditions de vie et de travail difficiles à cette époque.
    A chacun de se faire sa propre opinions... Moi, je dis ça, je dis rien...
     
     

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique