• Si j'étais de mauvaise humeur, ou un peu fatigué, ou en colère pour une raison ou pour une autre, je ferais un article pour faire part à mes lecteurs habituels de mon étonnement/indignation/révolte à propos de ça:...

    Le collectif Mwasi, organisateur du Festival interdit aux Blancs récidive.

    Mais en fait,

    1) je ne suis rien de tout ça (en ce moment)

    2) ça vaut vraiment pas la peine de s'énerver...

    Il s'agit tout simplement d'une invitation, adressée à la communauté africaine, d'aller visionner ensembl·e·s un film distribué par Walt-Disney...!

    Y'a pas de quoi se prendre la tête...

    Résumé du scénario -ou synopsis- (adapté de la bande dessinée de Marvel):

    Science-fiction

     

    Après avoir participé à l'affrontement entre Iron Man et Captain America le roi T'Challa (joué par Chadwick Boseman) retourne chez lui dans la nation africaine isolée mais technologiquement avancée du Wakanda, pour servir son pays en tant que nouveau roi. Cependant, le pouvoir de T'Challa (également connu sous le nom de Black Panther) va bientôt être défié par des factions de son propre pays. Quand deux ennemis conspirent pour détruire le Wakanda, la Panthère noire doit s'allier à l'agent de la CIA Everett K. Ross et aux membres du Dora Milaje, les forces spéciales du Wakanda, pour éviter que le pays soit emporté dans un conflit mondial.

    Ch. Boseman le Roi T'Challa et Black Panther

     

    La bande-annonce du film en version française:

    Ça donne envie, non ?

     

    L'invitation est rédigée en ces termes sur Facebook/events:

    On vous invite à voir Black Panther en mode #Nwar flamboyance sapé-e-s comme jamais.
    Cette projection est placée sous le signe de la flamboyance Afro, donc venez sapé-e-s comme ja-ja avec vos plus beaux kente, bazin, Faso dan Fani, Bogolans, madras, contours soignés, hydratés et crémés.
    Nous réservons la moitié des sièges pour un groupe d'adolescent-e-s de la banlieue parisienne qui y assisteront gratuitement.
    Pour se faire pour chaque place réservée vous pouvez, si vous le souhaiter payer l'entrée d'un-e ou plusieurs ados.
    Il s'agira d'une projection en anglais sous-titré français.
    Le film est à partir de 13 ans.
    La projection sera suivie d'un débat avec Many Chroniques, professeur d'histoire, blogueuse et militante panafricaine
    et Pierre Cras, chercheur en histoire et civilisation afro-américaine. Avec rafraîchissements et snacks.
    Le débat sera interprété en LSF.

    *** Cette projection est en non mixité pour les personnes noires quel que soit le genre.

     

    Forcément, je me pose quelques questions qui devraient facilement trouver une réponse simple:

    1. C'est quoi pardon... C.koi "le mode #Nwar flamboyance" ?
    2. Idem pour "les beaux kente, bazin, Faso dan Fani, Bogolans, madras" ?
    3. Idem pour "interprèté en LSF" ? (si c'est le "Langage des Signes Français", c'est un peu néo-colonialiste ? non ? Ah bon...)
    4. Les adolescent·e·s de la banlieu·e parisienn·e sont-ils en non mixité pour les personnes noires quel que soit le genre ?

    A part ça, je ne vois pas ce que l'on pourrait craindre ou reprocher à ce film... J'aime bien les histoires qui font rêver et les débats avec des historiens (j'en ai suivi quelques-uns menés par Sylvain Gouguenheim sur le Moyen-Âge en Occident, c'était très intéressant...)

    Mais surtout, Forest Whitaker (qui joue le rôle de Zuri) n'hésite pas à déclarer:

    "Je pense que les gens s’attendent à découvrir quelque chose de nouveau. Nous allons voir non seulement des choses tribales, mais aussi des choses qui nous emmènent dans l'espace, des choses qui nous emmènent dans l'espace James Bond, c'est une fusion unique de différents éléments qui se mélangent d'une manière passionnante"

    Ce super-héros d'Afrique qui est dans cette société et qui essaie de réparer le monde est quelque chose qui n'a jamais été vu auparavant. (…) Je pense que Ryan est un grand réalisateur. Il y aura toujours un peu de prise de conscience dans son film."

    La première fois que nous l'avons vu, tout le monde s’est levé - certains étaient littéralement en larmes, ils étaient tellement contents de ce qui se passait. Je pense qu’il y aura le même enthousiasme lorsque les gens verront le film." 

     

    Tous préjugés mis à part, je vois au moins trois raisons d'aller voir ce film:

    Science-fiction

     
    1. C'est un film de science-fiction rigolo: si certains ufologues affirment avoir vu en vrai des soucoupes volantes réelles, aucun explorateur ou aventurier n'a jamais découvert, ni même aperçu, ni entendu parler d' "une nation africaine technologiquement très avancée"!!! LOL MDR... (quelle imagination ou alors ça doit être de la bonne, celle du scénariste !!!)
    2. C'est une fable philosophique: un afwicain, aux pouvoirs super-normaux n'abuse pas de ceux-ci pour asservir le monde, ou sa tribu, ou l'Europe, mais les utilise pour sauver la planète. C'est pas n'importe qui qui ferait ça, y'a qu'à se souvenir (quoi qu'on en dise) de certaines périodes obscures et d'heures sombres de l'histoire pour s'en rendre compte.
    3. C'est un documentaire sociologique: si le nom de Black Panzer ou Panther rappelle celui des Black Panthers ("panthères noires" en français), ces terroristes communautaristes noirs des années 1960 se réclamant à la fois de Malcom X et de Mao, le Black Panther de 2018 n'hésite pas à travailler avec un agent de la C.I.A.. Une belle histoire de fraternité inter-raciale. 

     

    Je crois que je vais me déguiser en "black face" et réserver un billet pour le 17 février: 12 euros pour le film, plus sept euros pour le débat ("avec rafraichissements et snacks), ce serai con de louper ça...

    PS.: si quelqu'un veut m’accompagner, en black face de préférence, merci de me contacter par mèl.

    PPS.: si un internaute habitant vers Langon (33210) pouvait informer les professeus·e·s-de-écoles qui avaient fait évacuer la salle de cinéma par leurs élèves lors d'une séance récréative où un dessin animé "L’Étoile de Noël" (évoquant la naissance de Jésus), de la date où "Black Panther" sera projeté dans le canton et leur rappeler que la salle de cinéma leur doit toujours le remplacement des places payées... ce serait sympa.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  •  Bonne année 2018 (ap. J.C.)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bonne année 2018 (ap. J.C.)

     

     

    Sur Internet, plusieurs sites ont fait un "tour du Monde" virtuel  des traditions les plus insolites du Nouvel-An:

     

    France: En France, le soir du réveillon, le dîner se veut gastronomique. Foie gras et saumon fumé font généralement partie des mets incontournables. Cependant, chaque région a ses coutumes et propose d'autres mets du terroir. On trouvera sur la table des huîtres Marennes d'Oléron, du confit de canard du Sud-Ouest, des escargots de Bourgogne, du caviar d'Aquitaine… Autres spécificités festives, on s'embrasse sous le gui, et une fois minuit passé, on sabre le champagne.

    Espagne: Quand minuit retentit, les Espagnols doivent gober douze grains de raisin, dits "de la chance", au rythme des douze coups pour espérer prospérité et succès chaque mois de l'année.

    Brésil: A Rio de Janeiro, tout se passe sur la plage. Dress-code obligatoire : le blanc, symbole de paix, est aussi censée porter chance. Les Brésiliens viennent honorer Lemanjá, la déesse de la mer, pour qu’elle leur garantisse une année prospère.

    Écosse: La coutume du "first footing" est très répandue. Il s’agit d’être le premier à passer le seuil de la maison d’un ami ou d’un voisin le 31 décembre peu après minuit et de lui offrir du whisky et des shortbreads ou un gâteau aux fruits. Un don censé apporter la chance pour l’année à venir.

    Cuba: Gare à ceux qui déambulent sous les balcons de La Havane! Pour se débarrasser des mauvaises choses de l’année écoulée, les Cubains renversent des bassines ou seaux d’eau par la porte d’entrée principale ou même par la fenêtre à minuit. Symbole de purification, cette eau est censée emporter avec elle les tourments et mésaventures.

    Japon: Au pays du Soleil-Levant, le Nouvel An se célèbre en famille et démarre par un grand ménage de la maison. On orne pour l'occasion sa demeure de décorations symboliques telles que le "shimenawa", un porte-bonheur, et le "kadomatsu", une offrande constituée de gâteaux de riz et d'une petite orange amère. Juste avant minuit, les Japonais assistent aux 108 coups de gong qui annoncent l'arrivée de la nouvelle année dans un temple bouddhiste.

    Allemagne: Depuis peu, les femmes ont accès à une "zone de sécurité" où, si elles se sentent harcelée, agressée ou menacée, elles peuvent se réfugier dans un espace protégé par la police et confié à la Croix-Rouge allemande.

    République tchèque: Les Tchèques aiment bien découvrir ce que leur réserve l'avenir. Et pour cela, ils s'aident d'une pomme. Ils coupent le fruit en deux et la forme du trognon détermine le destin de la personne. Si le trognon a la forme d'une croix, ce n'est pas bon signe, et l'année sera mauvaise. Si au contraire, il prend la forme d'une étoile, alors l'année sera riche et heureuse.

    Équateur: A Quito, la capitale, comme dans le reste du pays, on brûle des pantins à taille humaine, faits de papier ou de carton, symbolisant l’année qui s'achève,

    Danemark: Gare au niveau sonore dans les foyers! Le soir du réveillon, les Danois cassent en famille toute la vaisselle ébréchée durant l'année passée, un rituel porte bonheur.

    Pologne: Ici on déguste 12 plats pour le réveillon! Un pour représenter chaque mois de l'année. On y partage aussi un pain nommé "oplate" avec ses voisins, pour leur souhaiter bonheur dans l'année à venir. 

    Roumanie: La Roumanie pourrait bien gagner le concours de la coutume la plus folle du monde. Dans la matinée du Jour de l'An, de nombreux agriculteurs se rendent auprès de leur bétail afin de parler avec leurs bêtes. Selon la tradition, si on entend parler un animal ce jour-là, les cultures seront bonnes pour l'année à venir.

    Irlande: Pour maximiser leur quota de chance durant l'année à venir, les Irlandais entrent par la porte de leur domicile en avant puis ressortent immédiatement en arrière à minuit.

    Russie: Dès que les douze coups de minuit retentissent, il est de coutume d'écrire un vœu sur un papier, de le brûler et de le jeter dans son verre de champagne. Il faut ensuite terminer son verre dans la minute pour espérer voir son vœu se réaliser dans l'année.

    Mexique: Au Mexique, on rêve de voyager! Chaque 31 décembre, à minuit, les Mexicains ont pris l’habitude de faire le tour du pâté de maison, une valise vide à la main pour espérer un année riche en voyages....

    Belgique: Les Belges débutent l'année en mangeant une bonne choucroute composée de chou, de saucisses, de pommes de terre et de lard, le tout arrosé de quelques centilitres de bière. Mais attention, il y a tout un rituel à observer. Il est nécessaire de déguster ce plat traditionnel en tenant fermement dans sa main une pièce de monnaie afin de s'assurer la sécurité financière pour l'année qui démarre.

    Canada: Les Canadiens ont le sens de la fête! Et le réveillon du Nouvel An est l’occasion de célébrer plusieurs coutumes plus loufoques les unes que les autres. Une tradition veut notamment que les Canadiens se jettent dans les eaux glacées pour réaliser un "plongeon d’ours polaire". Une autre engagent les femmes et les hommes à échanger leurs rôles, et leurs tenues, le temps de la soirée.

    Angleterre: Les Anglais ont pour tradition de mettre dans leur poche une pièce de monnaie, un peu de sel et un morceau de charbon lorsqu'ils sortent de leur maison après minuit le 31 décembre. Ces éléments symbolisent respectivement l'argent, la nourriture et la chaleur qui seront abondants pour la nouvelle année.

    Argentine: Il faut lancer son pieds droit en avant... la raison en est logique: en effet, soulever son pied droit à minuit permettrait de porter chance en démarrant l’année du "bon pied"

    Finlande: Les Finlandais ont pour habitude au Nouvel An de jeter du métal fondu dans de l’eau froide en vue de deviner son futur…

    Turquie: Dès le mois de novembre, les sous-vêtements voient rouge dans tous les magasins de Turquie. Dans les boutiques spécialisées, les bazars ou les supermarchés, culottes de dentelles ou de coton, string ou shorty, s’étalent dans toutes les nuances du carmin au vermillon, avec une préférence pour un rouge coquelicot très vif.Le rouge symbolise le pouvoir, la vitalité et l’amour. En porter au passage à la nouvelle année apporterait chance et réussite.

    Portug

     

     

    ....quelque-part, y'a un truc qui me gène.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  

     

       

    Des mandarins

    derrière les barreaux !

       

     

     

    Bon, il ne s'agit pas de hauts fonctionnaires et dignitaires chinois toujours admirés, ni de ces potentats de la médecine souvent dénigrés. (Ni de leurs épouses respectives !!!)

    A Rochechouart (Haute-Vienne), comme chacun sait, il existe un musée, situé dans l'enceinte du château depuis 1985. Des ensembles représentatifs de l’Arte povera, du Land art, de l’École Allemande et d’installations vidéo constituent une des plus importantes collections d’art contemporain en France. Certaines œuvres ont été créées spécifiquement pour le musée donnant lieu à un riche dialogue entre la création d’aujourd’hui et l’architecture du passé.

     

    C'est par le biais de ce lieu essentiel que j'ai entendu parler pour la première fois de l'artiste complet Jean-Marc Bustamante (photographe, peintre, sculpteur) et directeur de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

     

    pour ceux qui, comme moi, font cette découverte :

     

    Quelques rentiers vicelards...

     

    Quelques rentiers vicelards...

     

    Quelques rentiers vicelards...

     Ah, oui... ça, aussi :        
    Dans un entretien avec Xavier Veilhan et Christine Macel, intitulé "La création contemporaine", l'artiste a déclaré en 2005 :

     

    "L'homme a besoin de conquérir des territoires, la femme trouve son territoire et elle y reste ; alors que les femmes cherchent un homme, un homme veut toutes les femmes. La femme, dès qu'elle a trouvé son territoire, elle y reste. Les hommes sont toujours dans la recherche de territoires vierges."

    (Marlène... je balance!)     

     

     

     

    Récemment, on a pu y voir une exposition baptisée "suspension", œuvre du même: 

    oui, mais voilà..

    Des oiseaux en cage créent la polémique dans un musée de Rochechouart

    Le CLAMA (Collectif limousin d’action militante pour les animaux) a déposé plainte contre Jean-Marc Bustamante, directeur de l’Ecole nationale supérieure des Beaux Arts de Paris, pour une œuvre exposée au musée d'art contemporain de Rochechouart (87) dans laquelle il a enfermé individuellement des oiseaux mandarins dans des cages, ce qui constitue aux yeux de l’association une infraction prévue et réprimée par l’article R654-1 du Code pénal."Ces oiseaux ont des besoins spécifiques et supportent difficilement de vivre seuls, alors qu’ils se retrouvent enfermés seuls chacun dans une cage non aménagée et non adaptée (...) Le fait de traiter ces oiseaux comme de simples objets décoratifs, sans vous soucier de respecter leurs besoins physiologiques, constitue à nos yeux l’infraction de mauvais traitements à animaux tenus en captivité", précise le CLAMA dans son courrier à l’artiste.

    "Cela fait une vingtaine d’années que nous la possédons et que nous l’exposions de manière régulière." Pour Sébastien Faucon, le directeur du musée d’art contemporain de Rochechouart, la surprise est de taille quand on lui apprend que l’une des œuvres, exposées dans le château de la commune, fait l’objet d’une plainte pour maltraitance animale.

    L’œuvre en question, "suspension", est une sculpture de Jean-Marc Bustamante. Elle représente plusieurs cages, dans lesquelles, sept mandarins ont été placés. "Ces oiseaux ont été achetés légalement dans une animalerie de Saint-Junien. Les équipes du musée sont attentives à leurs besoins et nous alertons les visiteurs de ne pas faire de gestes brusques. Dans une dizaine de jours, à la fin de l’exposition, ces oiseaux ont retrouvé une famille d’accueil : trois iront chez une visiteuse et deux employés du musée prendront les quatre autres", détaille le directeur du musée.

    Mais la chose n’est pas suffisante pour le Clama. Après le signalement auprès de l’association d’une visiteuse, émue par le sort des sept mandarins, une plainte a été déposée auprès du procureur, contre l’artiste. "Cette œuvre pose un problème de principe, celui de se servir d’êtres dotés de sensibilité comme des objets de décoration. De plus les mandarins sont des animaux grégaires. Ils ont besoin de contacts physiques avec leurs congénères. Seuls dans leurs cages, ils peuvent être stressés", explique Sylvie Ebenstein-Couhault, président du Clama.

    Si l’infraction est confirmée, le musée risque une contravention de quatrième classe."Nous avons reçu un appel de cette association pour avoir des éléments, explique le directeur du musée. Mais nous sommes surpris par cette plainte, en particulier après dix semaines d’ouverture au public et moins de dix jours avant la fermeture de l’exposition."

    L'artiste, qui se reconnait comme "n'étant pas un expert en oiseaux mandarins", finit par se demander si "Sous prétexte de défendre la cause animale, ne sommes nous pas face à des gens qui rejettent l'art contemporain"

    Quelques rentiers vicelards...

    (Articles parus dans la presse régionale "Le Populaire du Centre" car, presque bizarrement, on ne trouve pas trace de cet évènement sur le site du musée http://www.musee-rochechouart.com/  et des photos récentes semblent aussi absentes à l'appel...Celle-ci serait tirée d'une exposition de 2012 en Espagne)

     Quelques rentiers vicelards...

     

    Il est évident que mettre des oiseaux en cage est moins contraignant que de passer trois semaines à couver des œufs au Palais de Tokyo (Abraham Poincheval) pour donner naissance à un poussin, moins sujet à polémiques que de crucifier un cadavre de vache dans une église en Belgique (Tom Herck) et moins douloureux que de se clouer le couilles sur la Place Rouge ou couper une oreille ou se rouler dans du fil barbelé (Piotr Pavlenski) pour marquer sa dissidence créative, (entre autres zinzins)

    (déclaration commune des artistes cités ci-dessus)

     

     

     

     

     Et un petit piaf triste
    De vivre en prison.
    "Ça met du soleil dans la maison",
    C'est ce que vous diront
    Quelques rentiers vicelards,
    Des vieux shnoks qui n'ont
    Que des trous d'air dans le cigare...

     

     

     dernière minute...

     

    http://aumilieuduvillage.eklablog.com

    lance un projet de "international nauseous artistic performence":

     

     

     

    Quelque rentier... vice l'Art.

     
     

    "Haram Kaaba"

    Le blog "Remettre l’Église au Milieu du Village" lance un grand concours auprès de tous les artistes amateurs et professionnels:

    art 1: L'objet de l'exploit est de représenter une giration perpétuelle de porcs, de porcelets ou de petites cochonnes, mécaniques, électriques ou électroniques, robotisés, télécommandés ou autonomes, tournant autour d'un parallélépipède de couleur noire censé représenter la Pierre Noire de la Mecque, sur fond sonore de muezzin appelant à la prière

    art 2: Plusieurs modèles seront retenus par les organisateurs et seront exposés dans un lieu du Neuf Trois qui sera révélé en temps voulu par l'ensemble des médias nationaux

    art 3: Sera déclaré gagnant l'artiste dont l’œuvre sera la dernière à rester debout, complète et reconnaissable

    art 4: Le premier prix consistera en un repas hebdomadaire gratuit à vie chaque aljumea (vendredi) chez notre partenaire "Vegan Kebab" pour le vainqueur ou l'un de ses héritiers ou ayant-droits

    art 5: Les organisateurs déclinent à l'avance toute responsabilité concernant tout incident pouvant survenir à l'occasion de cette manifestation et chaque candidat devra prendre les mesures nécessaires à sa sécurité et à sa survie

    art 6: les candidatures sont à déposer sur ce blog dans l'espace "commentaires", en précisant obligatoirement le pseudo, les nom et prénom véritables, l'adresse postale complète, le numéro de téléphone fixe ou portable, l'adresse mèl. de chaque postulant

    art 7: Bonne chance Que Dieu vous garde.

    Bedeau

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Comme beaucoup de français, j'avais bien un peu le sentiment que nos journaleux se foutaient un peu de la gueule du monde en racontant leurs boniments.

    Quand la presse se hâte...

    L' A.F.P. vient de confirmer avec brio cette impression, en publiant cette dépêche:

    "Après l’homélie de Noël dans laquelle le pape François a exhorté dimanche les catholiques à ne pas ignorer le drame des migrants, la presse applaudit tout en craignant la surdité des croyants."

    la presse applaudit tout en craignant...

    la presse applaudit tout en craignant...

    Ainsi, l' Agence Française de Presse trouve normal que "la presse", de La Croix à l’Humanité en passant par Le Figaro et la quasi totalité de la presse régionale donne son avis et porte un jugement de valeur sur le comportement de tous les citoyens et en particulier sur les catholiques qui n'ont donc plus leur mot à dire à propos de leurs opinions, de leurs intentions ou de leurs actions... Ce n'est pas l' "opinion générale", ce n'est "un panel représentatif de la société française", ce n'est pas plusieurs "personnalités autorisées", s'exprimant "au nom de milieux bien informés" qui applaudit tout en craignant... Silence dans les rangs: la presse, seule, à le droit (et peut-être même le devoir) d'applaudir tout en craignant... selon sa propre échelle de valeurs.

    extrait du bêtisier de la "la presse qui applaudit tout en craignant": "L'Humanité et ses lecteurs se sentent plus proches de l'homélie du pape François que des circulaires du ministre de l'Intérieur français et de la loi antimigrants que diligente Emmanuel Macron..." (l'Huma)

     

    Mais bon, qu'on se rassure, les aventures de monsieur François Lepape ne sont pas les seules préoccupations: chacun de nos Spirou de salon se transforme en conducteur des masses incultes et barbares, en "duce" *, en "führer" * ou en "grands timonier" et en "premier de cordée", dans des domaines aussi variés que le réchauffement climatique ou la personnalité préférée des (pôv' cons) de français, le contenu des programmes scolaires ou les bienfaits de la laïcité, la composition de chacun de nos repas ou les problèmes de stigmatisation dans les banlieues salafistes, la représentativité des minorités de toutes sortes et la politique intérieure et internationale et régionale et étrangère et municipale, etc...

    * "conducteur" respectivement en italien et en allemand. N'y voyez aucune malice, juste un hommage rendu à leur europhilie mondialiste reconnue

    Je reprends quelques analyses et réflexions nauséabondes que ces messieux/dames ne sauraient superbement qu'ignorer:

    ...La presse montre superbement à quel point elle s’estime comme une caste sage, supérieurement éduquée, et surtout, distincte du peuple...

    La mission essentielle du journaliste consiste à transmettre une information sur n’importe quel sujet et support, en la rendant compréhensible et accessible à divers publics (lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes…). Le rôle du journaliste est de faire avancer ces fins en recherchant la vérité et en fournissant des comptes rendus équitables et simples des événements et sujets importants qu’il est amené à relater. Quel que soit son média, le journaliste s’efforce de servir le public avec minutie et honnêteté. L’intégrité professionnelle est la pierre angulaire de la crédibilité d’un journaliste.

    Les médias ne sont pas un contre-pouvoir. Ils ne sont pas davantage le quatrième pouvoir. Ils sont progressivement devenus le premier pouvoir : celui qui s’exerce sur les esprits. Plus inquiétant, ils semblent même prendre le contrôle des autres pouvoirs, intellectuels, politiques et judiciaires. C est l alliance du grand capital et de la pensée unique de salle de rédaction qui passent tout au crible de l'idéologie mondialiste. Pour rééduquer, ils conditionnent par la désinformation, la Novlangue, la censure, la diabolisation et le bobard sont leurs instruments, au mépris de l'identité, de la souveraineté, de la démocratie et des libertés.

    l’AFP (Agence France Presse) est sans doute le plus méconnu des médias français, et le plus puissant. On estime que 80% de l’information en France provient de l’AFP, et qu’elle est en situation de monopole depuis sa création, en 1944. C’est aussi l’une des trois plus importantes agences de presse dans le monde. Tout cela serait parfait si son engagement statutaire de neutralité et de pluralisme était réel, or l’AFP est une agence partisane, qui censure sciemment ce qui ne convient pas à sa ligne, et qui met en avant ce qui va dans son sens.

    L'AFP est à la presse française ce que le le comité rédactionnel de la Pravda était à la presse soviétique, il n'y a aucune sorte de liberté rédactionnelle dans les "grands" médias, qu'ils soient écrits, radiophoniques ou télévisuels, tout n'est que propagande au service du mondialisme et de la finance.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • Tout est parti de là:

     

    Violence(s) et discrimination(s)

     

    "La Belle au bois dormant" agressée sexuellement?

    Dans le célèbre conte, le bisou du Prince pour réveiller la Belle ne serait pas consenti. Une mère de famille britannique s'est emportée sur Twitter.

    Sarah Hall, maman d'un petit garçon de 6 ans, n'a pas apprécié que son enfant rentre de l'école avec un livre de "La Belle au bois dormant". Estimant qu'il s'agit d'un conte sexiste, elle a laissé libre cours à sa rage sur Twitter: "Tant que de telles histoires sont discutées en classe, la société ne changera jamais". La publication a été accompagnée du #MeToo, dénonçant le harcèlement et les abus sexuels.

     

    Violence(s) (f.a.f.) et discrimination(s)

    Je ne sais, pas à l'heure où nous mettons sous presse, si les 7 nains lubriques de Blanche-Neige vont échapper à la censure de Sarah (mène sa fraise à tous propos), ou si cette version du Prince Charmant lui semble plus correcte (bien qu'il n'y ait de représentés que des hommes "non-racisés") et peut-être plus correct que "The star of Christmas" from Langon -in english-..

     

    Violence(s) et discrimination(s)

     

     

    Je me suis dit qu'il n'y avait pas que les œuvres pour enfants qui auraient besoin d'un bon lifting.

    Je propose donc à toute personne compétente, les deux projets ci-dessous:

     

     

    La zolie rose de Gambais

           

    Jackie la Châtreuse

               

    Que se passe t-il dans ce petit bourg de la Seine-et-Oise au début du XXme siècle ?

    Qui est cette Henriette Désirée L., ayant exercé plusieurs petits métiers, ayant été condamnée pour escroquerie, dont personne ne connait le passé mais qui se fait passer pour une veuve fortunée, dans ce village de Gambais ?

    De quelle façon arrive t-elle à séduire autant de célibataires menant une existence aisée mais solitaire ?

    Pourquoi, et comment onze jeunes gens disparaissent comme en fumée sans laisser de trace, après avoir dépensé toutes leurs maigres économies ?

    Quel fut l'usage que Henriette fit des nombreuses scies à métaux, couteaux et hachoirs qu'elle acheta pendant ces quatre années ?

    A quoi correspondent les restes de débris humains retrouvés à l'état de cendres dans le jardin d'Henriette ainsi que les pinces à vélo et les épingles à cravate dont elle affirmait faire collècque ?

    Toutes ces questions et bien d'autres trouveront leur réponse dans le livre : « La jolie rose de Gambais », inspiré de l'histoire vraie du sieur Landru

           

    Londres, fin du XIXme siècle...

    Il ne fait pas bon, pour les clients des prostituées du quartier de W* être dans certaines rues le soir : en quelques mois, au moins cinq cadavres d'hommes ont été retrouvés après avoir perdu la vie et après avoir subi de bien étranges mutilations: chacun, en effet en plus d'une large plaie au niveau du cou pouvant faire croire au geste d'un déséquilibré tout juste sorti d'un asile d’aliénés, se voit amputé de ses organes sexuels dont on ne trouve trace nulle-part.

    Dans les semaines et les mois qui suivirent, c'est plus d'une dizaine de cadavres sans vie que l'on a pu compter dans ce quartier, tous laissant supposer le même processus opératoire.

    De nombreuses personnes furent suspectées ou accusées puis innocentées. Ce n'est que bien plus tard qu'un début d'explication commença a faire jour à la vérité:la « criminelle », puisqu'il faut bien l'appeler ainsi aurait été une ex-prostituée, voulant se venger de toutes les humiliations et les agressions qu'elle avait du subir depuis sa jeune enfance innocente, quand elle vendait des allumettes, le soir, au bord de la Tamise. La presse ne tarda pas à l'immortaliser sous le nom de « Jackie la Châtreuse ». C'est aussi le titre du roman que nous vous conseillons

               

    N.B. Contrairement à son ignoble homologue masculin qui nia ses crimes mais fut condamné à mort et guillotiné, Henriette avoua et revendiqua ses méfaits en expliquant toutes les humiliations et les agressions qu'elle avait du subir depuis sa jeune enfance innocente, quand elle vendait des allumettes, le soir, à Belleville et au Bois de Boulogne. Condamnée à 2 ans de prison, un vaste mouvement populaire en sa faveur obligea le chef de l 'état de l'époque à lui accorder la grâce présidentielle.

     

           

    N.B. Contrairement à ceux de son ignoble homologue masculin connu sous le nom de Jacques l’Éventreur, ses gestes furent reconnus de salubrité publique par la société victorienne de l'époque.

    De nombreuses rues dans le royaume portent son surnom, plusieurs timbres on été édités à son effigie supposée et une fameuse recette de rognons blancs dite "à la Jackie" et servie traditionnellement lors du "Women's day" ou "journée de la femme" un peu partout dans le monde anglo-saxon.

     

    Violence(s) (f.a.f.) et discrimination(s)

           

    Violence(s) (f.a.f.) et discrimination(s)

     

     

    Violence(s) et discrimination(s)

     

    Je crois savoir que le chef du gouvernement de notre pays a à son service une secrétaire à plein temps qui s'occupe de l'égalité entre les femmes, les hommes et les autres individu·e·s...

    Si elle a le temps de taper quelques chapitres de chacun de ces romans, ce serait une bonne occasion pour elle de se montrer utile.

    P.S.le pseudo de Marie Minelli semble à nouveau disponible.

     

     

       Madame...!       cadeaux !   

    Violence(s) et discrimination(s)

     

    Violence(s) et discrimination(s)

     

    Violence(s) et discrimination(s)

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Les féministes poussent la chansonnette pour Noël

    Joyeuse Noële

     

     

    Le patriarche ne sera pas déçu de son réveillon.

    Les féministes ont visiblement plus d’un tour dans leur sac. Et pour maintenir la lutte en cette fin d’année, Grey London s’empare des célèbres chants de Noël pour mieux les réinterpréter à la sauce féministe avec le soutien du studio Goldstein. C’est donc pas moins de sept hymnes qui ont été revisités par l’agence. "Silent Night" devient "Stereotypes", "O’ Christmas Tree" devient "O’ Sexism" ou encore "God Rest Ye Merry Gentlemen" devient "We Want An Equal Salary". Bref, tant de sujets difficiles abordés à travers l’esprit de Noël. De quoi remettre à sa place, et en chanson, cet oncle qui croyait que la table de Noël allait se débarrasser toute seule.

    Une bonne idée cadeau car les chansons peuvent être téléchargées sur iTunes, Google Play et Amazon, et sont même disponibles sur Spotify et Apply Music. Toutes les recettes iront à l’association Refuge qui lutte contre la violence domestique et porte soutien à des milliers de femmes et d’enfants victimes de discrimination. Ce n’est pas la première fois qu’une agence de publicité prend directement la parole pour soutenir la cause féministe.

    (lu sur le site "La Réclame")

     

    exemples:

     

    La suite sur:

    Joyeuse Noële

     

     

     

     

     

    Que dire, sans être accusé de violences faites z'aux femmes ?

    Les féministes poussent (un peu loin) la chansonnette pour Noël ?

     Joyeuse Noële

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • J'ai certainement déjà dit que, à l'extrême-extrême extrême limite, je pouvais -parfois- arriver à concevoir un début de commencement d'ébauche d'explication aux comportements d'individus tels que Louis-Georges Tin, ou son prédécesseur Patrick Lozès, et des autres membres du C.R.A.N. qui, certainement convaincus de leur misère et des discriminations dont ils se sentent l'objet depuis la nuit des temps... et que je pouvais aussi arriver à concevoir, etc... etc... concernant les "Indigènes de la République" et leurs porte-paroles et dirigeants patentés comme Houria Bouteldja ou Youssef Boussoumah, leurs adhérents et leurs sympathisants, si nombreux et qui doivent se sentir tellement stigmatisés dans le petit monde parisiano-parisien qui est à leurs pieds, et même leurs clones comme Rokhaya Diallo ou Danièle Obono et les clones de leurs clones, de Hamidou Anne à Lilian Thuram qui sans cela resteraient dans un anonymat peu valorisant pour leur ego...

    Mais là, ça me dépasse complètement:

    Deux "apparatchiks", Patrick Silberstein (1) et Didier Epsztajn (2) , deux "militants décoloniaux", viennent de publier un "Guide du Paris colonial" (sortie prévue en janvier 2018 au prix attractif de 8.00 € !!) et demandent de débaptiser de nombreux lieux de la capitale qui célèbrent indûment des "criminels".

    Noir... c'est noir !

    adresse du blog https://guidedupariscolonialetdesbanlieues.wordpress.com/ (pour les plus curieux):

    extraits (pour vous éviter d'acheter cette  ωερδε et vous faire économiser 8 euros) sur le site de l'éditeur:

    Rues, boulevards, avenues et places, sans oublier collèges, lycées, statues et monuments parisiens, sont autant de témoins de l’histoire et de la légende du colonialisme français.

    Sur les quelque 5 000 artères et places parisiennes, elles sont plus de 200 à "parler colonial".

    Qui se cachent (sic) derrière ces noms, pour la plupart inconnus de nos contemporains ? C’est ce que révèle ce livre, attentif au fait que ces rues ont été baptisées ainsi pour faire la leçon au peuple de Paris et lui inculquer une certaine mémoire historique. On n’y retrouve pas uniquement les officiers ayant fait leurs classes "aux colonies". Il y a aussi des "explorateurs" – souvent officiers de marine "en mission" –, des bâtisseurs, des ministres et des députés. On croise également des littérateurs, des savants, des industriels, des banquiers et des "aventuriers".

    Un peu partout, dispersées dans la capitale, on traverse des rues et des avenues dont les noms qui, tout en ayant l’apparence de la neutralité d’un guide touristique, sont autant de points de la cartographie coloniale : rues de Constantine, de Kabylie, de Tahiti, du Tonkin, du Dahomey, de Pondichéry, de la Guadeloupe… Toutes célèbrent des conquêtes et des rapines coloniales que rappellent la nomenclature des rues de Paris.

    .../...

    présentation des auteurs sur le site de l'éditeur

    1) Patrick Silberstein: Français (tendance vin rouge et Germinal) par hasard, juif (tendance pastrami et insurrection du ghetto de Varsovie) parce qu’on s’est chargé de le lui rappeler, participe à la distribution générale du bac en 68, Patrick Silberstein milite à l’Alliance marxiste-révolutionnaire (AMR) puis au Parti socialiste unifié (PSU) et aux Comités communistes pour l’autogestion (CCA). Cosmopolite par capillarité, autogestionnaire et internationaliste par choix, membre d’Information pour les droits du soldat (IDS), il passe quelque temps à l’ombre pour cause de syndicalisme aux armées. Il est membre fondateur de la Conférence européenne des organisations d’appelés (ECCO). Dr Jekyll le jour du côté de Belleville jusqu’en 2015, Mr Hyde le reste du temps, il participe à la fondation de Ras l’front et des éditions Syllepse. Il a publié (avec son complice de trente ans, Patrick Le Tréhondat) : Vive la discrimination positive. Plaidoyer pour une République des égaux (Syllepse, 2004) ; L’ouragan Katrina (Syllepse, 2005). Il a coordonné, avec Antoine Artous et Didier Epsztajn, La France des années 68 (Syllepse, 2008). Il a été membre du collectif Lucien Collonges qui a publié Autogestion : Hier, aujourd’hui, demain (Syllepse, 2010). Il participe aujourd’hui à l’Association Autogestion.

    2) Didier Epsztajn: Membre, sans l’avoir choisi, d’une génération marquée par les deux étoiles criminelles du fascisme et du stalinisme, lecteur curieux et errant du présent et du passé, autodidacte toujours au futur, Didier Espztajn est l'animateur du blog Entre les lignes entre les mots et éditeur aux Éditions Syllepse. Il a coordonné, avec Antoine Artous et Patrick Silberstein, La France des années 68 (Syllepse, 2008).

     

     

    Pourtant...? non ?

     

    Noir... c'est noir !

     

     C'est avec 76.900 hommes que la France assure la paix et les bienfaits de la Civilisation à ses 60 millions d'Indigènes  

     

     

     

    Même son de "cloches" à La Rochelle (deuxième port négrier atlantique français: 427 expéditions de traite):

    Noir... c'est noir ! France 3 Nouvelle-Aquitaine

    Les rues "négrières" de La Rochelle

     Rue Admyraud , square Rasteau, rue Fleuriau... Tous ces noms de rue sont liés à la traite négrière. L'association Mémoires et Partages a toqué aux portes des Rochelais pour les informer sur le nom de la rue où ils habitent. Le reportage de Nathalie Héraud, Marc Millet et Mailys Gimenez Intervenants : Karfa Sira Diallo, directeur de l'association Mémoires & Partages ; Arnaud Jaulin, adjoint au maire de La Rochelle en chargé de la culture.

     

     

                                       cadeau:

    Noir... c'est noir !

     

     

    P.S. je ne résiste pas, tant qu'on y est, à vous faire découvrir ce site trouvé par hasard:

      sarrazins  

    avec un petit bout d'un article que j'ai lu que le début!

    Alors que la France s’enfonce dans un laïcisme des plus virulents, traquant la moindre visibilité religieuse. Tandis que le nombre d’athées revendiqués se fait croissant et que les églises ferment, faute de paroissiens et de prêtres, certains l’affirment sans aplomb : la France est un pays chrétien!

    Une affirmation qui ferait glousser de rire n’importe quel pape pré-Vatican II, tant les français ne semble n’avoir d’attachement au christianisme que lorsqu’il s’agit de déballer les cadeaux à Noël ou d’enterrer ses morts… La France, ancienne fille ainée de l’Eglise, peut-elle se targuer d’une quelconque crédibilité en se revendiquant encore du christianisme?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique