• a priori, j'aurais aimé en rire, quitte à rire jaune, mais trop, c'est trop,

    j'ai ni le courage ni l'envie...

     

    Au début, était l'enfer vécu par une noir·e de France, raconté et expliqué sur BuzzFeed

    "C’est un souci permanent, de vivre dans un pays qui nous donne le sentiment qu’on n’existe pas parce que rien n’est pensé pour nous, ni les pansements, ni les coiffeurs, ni le fond de teint. On ne peut pas acheter nos produits cosmétiques dans des supermarchés.../...En effet, la couleur (rose pâle ou beige) des pansements, conçue pour se confondre avec la couleur de peau des blanc.he.s est extrêmement visible sur une peau comme la mienne.

    "J’ai choisi ces quelques exemples mais j’aurais pu citer les oreillettes beiges que l’on me confie sur les plateaux de télévision lorsque j’anime une émission ou les micros casques réputés "invisibles" dont la couleur barre ostensiblement mon visage.

    "Inadaptés comme la couleur dite "nude" ou "chai" des collants et des sous-vêtements censée se fondre à la chair de tout le monde et qui n’est en réalité pensée que pour le confort des personnes blanches. Myope depuis l’âge de 3 ans, j’aurais pu aussi parler des lunettes qui ne correspondent pas aux nez de la plupart des personnes noires ou d’origine asiatique dont l’arrête incurvée ne permet pas le maintien des montures... qui ne cessent de glisser !

    "En France, le CAP de coiffure ne forme pas les diplomé.e.s au soin des cheveux crépus. Ce diplôme pourtant délivré par l’Etat, censé être celui de tous.tes les Français.e.s, ne tient pas compte des besoins d’une part non négligeable de la population. Comme si cette population n’existait pas.

    "J’ai été harcelée parce que j’ai osé exposer à des personnes non-noires le fait que la couleur des pansements était révélatrice d’un impensé quant aux besoins des noir·e·s de France. Cette même conversation dans un cercle composé de personnes noires n’aurait jamais déclenché une telle hystérie.

    "Et au nom de quoi celles et ceux qui vivent dans le confort d’une société qui a érigé leur couleur de peau en norme s’autorisent-ils à délégitimer des préoccupations au seul motif que cela ne les concerne pas ?

    "Ma vie est soumise chaque jour à l’impact diffus d’une non-prise en compte de l’existence de mon corps ; et il est manifestement douloureux pour de nombreux blanc·he·s d’accorder la moindre importance aux préoccupations qui en découlent. Les "problèmes des noir·e·s" deviennent ainsi des sujets de raillerie, une manière d’invalider les spécificités de leurs corps."

     

    Plutôt que de faire un papier sur la Diallo (c'est d'elle dont je voulais parler)...

    Idées noires

                                                                                                                                 ...je vous copie/colle de larges extraits d'un article signé P.G.S. (qui a su allier l'humour et la colère mieux que quiconque...... -noir·e·s, comme il se doit !-)

    Allergie au(x) blanc(s) ?

    Lors d’une récente émission télé, Robert Ménard, en rappelant la protestation de l’ "afro-féministe" Rokhaya Diallo (contre le fait que la compresse d’un pansement était blanche), s’écriait avec raison "Mais, ma parole, on devient fou, on devient complétement jobard". Pour de bon, si madame Diallo, prise très au sérieux par les médias, tient de tels propos et que personne n’a frisé le décrochement des muscles zygomatiques suite à une irrépressible hilarité, alors oui, le monde est gravement atteint de démence.

    Corroborant cette phobie de la couleur blanche, des ateliers universitaires, s’installant à Paris, Toulouse et ailleurs, à l’initiative du syndicat Sud Éducation 93, précisent "non mixité raciale". Nous aurions dû entendre un vacarme de protestations de toutes les associations Bien Pensantes. D’abord "non mixité", cet "entre soi" aux relents nauséabonds aurait dû déclencher les condamnations des associations si attentives à toutes les sortes de discrimination ou d’exclusion. Mais de surcroît il s’agit de "non mixité… raciale !". R-A-C-I-A-L-E ! Comprenez entre les lettres : interdit aux blancs.

    Rokhaya Diallo -et visiblement, elle n’est pas la seule au sein de son ethnie- fait preuve d’une allergie primaire à la couleur blanche, perçue, sans doute et bien à tort, comme agressive à l’égard de sa carnation. Dans ces conditions, demandons-nous comment cette dame parvient à survivre dans un environnement où le blanc est ainsi omniprésent. Qu’on en juge par les exemples suivants : première substance dont se nourrissent tous les humains et les animaux, le lait est tellement synonyme de blancheur qu’on parle d’"une peau laiteuse" pour valoriser la clarté d’un épiderme. Et, je n’ai pas connaissance que le lait des mamans africaines ou asiatiques soit d’une autre couleur que le blanc.Semblablement, le personnage au nom redondant de "Blanche neige" est sans doute à ses yeux doublement provocateur. Ainsi que le terme désignant le grandissement du jour, car le mot "aube" dérive du latin albus, signifiant "blanc". Songeons également que la "Voie Lactée" peut-être ressentie comme une immense injure tracée sur le noir de la nuit. De même, n’est-il point scandaleux que toute personne postulant pour un emploi -notamment aux prestigieuses fonctions de député et plus encore de président de la République- soit désigné par le terme de "candidat" (dérivé du latin candidus, qui veut dire "blanc") ? Faut-il interdire l’expression "blanche colombe", métaphorique de pureté ? Sur un plan juridique, va-t-on tolérer longtemps que quelqu’un reconnu comme non coupable ressorte "blanchi" du tribunal ? Et ce, alors qu’inversement on dira d’un individu qu’ "il n’est pas blanc" dans une affaire trouble. Litigieux aussi le fait que le "drapeau blanc" soit emblématique d’une interruption ou même d’une cessation des hostilités tandis qu’une étoffe noire flottant au vent est immédiatement évocatrice de piraterie, d’anarchie, de deuil ou de terreur. Et, dit le poète (Baudelaire en l’occurrence), "l’angoisse atroce, despotique sur mon crâne incliné plante son drapeau noir". Rappelons aussi qu’"avoir carte blanche" est valorisant et que "montrer patte blanche" marque une sélective nécessité.

    On sait qu’une "marche blanche"  rassemble unanimement toute une collectivité après un drame. Quant aux "cheveux blancs", ils inspirent le respect et, souvent, témoignent de l’expérience -et de la sagesse- de quelqu’un "blanchi sous le harnais". Fait plus grave, dénoncé il y a longtemps mais jamais corrigé, dans le solfège, "une blanche vaut deux noires" (aïe !).

     

    Autres raisons, pour moi, de voir rouge, les "analyses" de ce "point de détail" de la lutte anti-blanc vues par "Le blog Mediapart" et ""Libé"

    Une femme noire - en l'occurrence Rokhaya Diallo - ose prendre l'exemple des pansements adhésifs de "couleur chair" (ie beiges, roses ou blancs) en vente dans les supermarchés pour souligner un problème plus large.../...Et immédiatement est né le #sparadrapGate. Petit nom attrayant pour désigner sur Twitter l'avènement d'un phénomène banal à en crever : un déferlement de commentaires teintés ou carrément imbibés de haine raciste et sexiste à destination de ladite personne.

    #sparadrapgate. Dans un article paru sur BuzzFeed, la journaliste Rokhaya Diallo raconte le harcèlement qu'elle a subi sur Twitter après avoir notamment montré que les pansements étaient conçus pour se confondre avec la peau blanche et non avec la peau noire. Symptôme, selon elle, d'une société du déni et sous l'influence du whitesplaining.
     
    ...et "ça"

    Pour discuter en toute convivialité de nos expériences communes, nous avons invité la prof de français et chroniqueuse Fatima Aït Bounoua et la journaliste et animatrice Samira Ibrahim.

    https://www.facebook.com/kiffetarace/

     

    Bon, pour retrouver un peu de sérénité, on a bien mérité quelques minutes de grâce et de beauté, en musique, s'il vous plait, avec Judy Garland... !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    16 commentaires
  • La gauche accuse Macron de porter atteinte à la laïcité

    Prizident... djamè dire ça !!!

    Ainsi, donc, si on en croit les connards inutiles de la pro-islamosphère, dans l'Hexagone de l'an 2018 après Notre Ère, un Président de la République a le droit de causer des gentils Musulmans de France et des présumés méchants djihadistes d'ailleurs, quand il casse la croute avec les représentants de Juifs de France, mais il n'a pas le droit d'évoquer les Catholiques de France quand il passe en coup de vent dire un mot sympa aux Évêques de France.

    Même si c'est un coup de comm' racoleur supplémentaire à son actif, tout comme il dit des petits mots sympas à qui il faut quand il faut pour faire oublier ses excès de morgue et de mépris et son ignorance crasseuse et hautaine de ce qu'il ose nommer "le pays, son histoire, ses citoyens..." dans une France "fortifiée par l’engagement des catholiques", allant presque jusqu'à louer leur sagesse, à partager leurs doutes et à participer à leurs douleurs !

    Un coup il salue les Frères Francs-Macs, et puis ce sont les Frères Mahométans, et plus tard les Frères Israélites, puis enfin les Frères Cathos... les Frères Are-KrishnaAre-Kanha, les Frères Adorateurs du Grand-Manitou et les Fwèwes Mawabouts, auront bientôt aussi leurs quelques minutes de simili-reconnaissance jupitérienne.

    C'est bien lui qui revendiquait que "La politique c'est une magie, un style... c'est Mystique !"

    Prizident... djamè dire ça !!!

    En tant que "bedeau", j'aurais eu à servir un tel faux-cul de curé, je l'aurais noyé dans le bénitier le plus proche !

    Quelques extraits, à peine choisis parmi un très très long laïus soporatif, débité sans rire par l'acteur ayant tenu le rôle principal de "Pierre et le loup" au dernier quatre heure de l’Élysée, sous le regard enamouré d'un professeur de théâtre à la retraite:

    Il peut sans problème ressortir ce discours pour n'importe quelle autre occasion ou sous n'importe quel autre prétexte à occuper les télés: il remplace "catholiques" par "plombiers-zingueurs" ou "collectionneurs de scoubidous", et ça roule...

     

    Pour finir, une chanson "réconfortante" dans ce monde de brutes:

    Didier Super - Je suis catholique

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    12 commentaires
  • Il y a des jours, on a envie de...

    avertissement: à priori, je ne voulais même pas en faire un article, on en trouve des tas, très bien faits, bien documentés et judicieux, sur des tas de blogs, ni verser dans aucune forme de cynisme, mais franchement, y'a des jours... Tranquillement, je voulais savoir comment Notreprésident-Macron s'en était sorti du discours qu'il avait écrit lui-même en personne pour rendre hommage au Colonel Beltrame...

    Sans vraiment choisir, je clique sur le lien de "lefigaro.fr", pourquoi pas ?

    Je lis sans surprise que:

    Attaques dans l'Aude :

    "Arnaud Beltrame incarne l'esprit français de résistance", selon Macron

    "France"..."Arnaud"... même combat ?

    "Le président a salué ce mercredi le courage du colonel Arnaud Beltrame qui a donné sa vie lors de l'attaque djihadiste dans l'Aude vendredi, appelant chaque citoyen à un regain de vigilance et de civisme face à l'islamisme souterrain."

    Rien que du classique, à priori, pas de quoi faire pâmer d'admiration un vieux professeur de lettre en retraite !

    Le reste est à l'avenant, rien que de très prévisible: des hommages dans toute la France, le nom d'Arnault Beltrame prochainement donné à divers lieux... une magnifique unanimité, il manquait juste les affichettes  " Je suis ARNAUD " , par contre il y avait bien les petits miquets de nos dessinateurs de presse:

    du correct...

    "France"..."Arnaud"... même combat ?

    du très correct...

    "France"..."Arnaud"... même combat ?

    et du un peu moins correct... (qui n'est pas sur le site du Figaro)

    "France"..."Arnaud"... même combat ?

    (Je suis d'accord: il en faut pour toutes les sensibilités...)

     

    Mais le pire, à mon sens, ça commence à partir de là:

    Un street artist rend hommage au gendarme Beltrame...

    et ça donne ça:

    "France"..."Arnaud"... même combat ?

    Pourquoi pas ? C'est bref, sobre, explicite... très bien !

     

     

    Mais c'est encore un peu plus loin que ça se corse et que je me demande si c'est moi, ou quoi, ou qui, ou qu'est-ce...?

    L'artiste en avait fait de même à la mort de France Gall le 15 janvier dernier. 

    "France"..."Arnaud"... même combat ?

    Alors, je n'ai rien contre cet artiste de rue en particulier (en général, ce serait un peu à nuancer), mais je me demande ce qui à pu provoquer chez lui une telle confusion...

    Bon, dans les deux cas, ça parle de France, de résister ou de résistance...mais quand même, j'ai un peu de mal  !

    "l’esprit français de résistance.." - Emmanuel Macron -2018

    Arnaud Beltrame savait que son destin ne lui appartenait pas tout à fait. Il avait juré de faire corps avec un idéal plus grand et plus haut : le service de la France. L’un d’entre nous s’est dressé, droit, lucide et brave, face à la haine et à la folie meurtrière. Avec lui surgissait du cœur du pays l’esprit français de résistance.../...Malgré la tristesse, le sentiment d’injustice, la lueur qu’Arnaud Beltrame a allumée en nous ne s’est pas éteinte, elle s’est propagée. Puisse son engagement nourrir la vocation de toute notre jeunesse pour servir à leur tour la France.

    et

    "Résiste" - France Gall - 1981

     
    Résiste
    Prouve que tu existes
    Cherche ton bonheur partout, va
    Refuse ce monde égoïste
    Yeah, yeah, yeah, résiste
    Suis ton cœur qui insiste
    Ce monde n'est pas le tien, viens
    Bats-toi, signe et persiste
    Yeah, yeah, yeah, résiste...
     
     
    Bon, ça parle de France, de résister... alors, oui, ce doit être moi qui...
     
     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    13 commentaires
  • Merci, Macron !

     

     

     

     

     

     

    Merci, Macron.

    Merci, Macron.

    Merci, Macron !

    Merci, Macron !

    Merci, Macron.

     

     

     

     

     

    Merci, Macron.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • "Je ne fais pas partie des défenseurs grincheux de la langue française, mais je suis un défenseur conquérant et ambitieux"

    "Pour une vision nouvelle, décomplexée,

    de la francophonie et du multilinguisme"

    (déclarations de M. E. Macron, Président de la République Française, le 20/03/2018, lors des Journées de la Francophonie)

     

    L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est une institution dont les membres (des États ou gouvernements participants) partagent ou ont en commun la langue française et certaines valeurs (comme, notamment, la diversité culturelle, la paix, la gouvernance démocratique, la consolidation de l'état de droit, la protection de l'environnement)

    wiki

     

     

    Belek, ça m'fait pas dahak !

     

    Je ne vais pas participer aux journées de la Francophonie.

    La Francophonie s'en fout.

    Pourtant, ça doit être tellement sympa de partager la diversité culturelle, la paix, la gouvernance démocratique, la consolidation de l'état de droit et la protection de l'environnement avec plein de copains partout sur la planète et peut-être ailleurs.

     

    Mais je suis très choqué par le fait que, contrairement à la "grande cause" du quinquennat macronien, les deux principaux organisateurs soient des organisateuses:

    1) Leïla Slimani, auteuse franco-marocain·e représentant·e et conseillèr·e spécial·e francophonie auprès de monsieur le président de France et lauréat·e du prix Congourde de littérature en l'an 1437 de l'Hégire:

    Leïla Slimani : "La langue française est une langue africaine"

     

    2) Françoise Nyssen, mini-stress de la Culture et des éditions Acte-Sud, prônant par ailleurs une "une jolie initiative de pédagogie alternative(...) libre et plurielle et (qui) n’a rien à voir avec des sectes." ("équipe culture" du Palais du Président)


    La ministre de la Culture souhaite plus de parité et d'égalité dans le domaine de la culture

     

    Alors, puisque la parité hemme/fomme n'est pas respectée dans le domaine de la cuculture, comme le demande Françoise, je crois que je vais m'abstenir de participer à la "déringardisation" de la langue française, comme le souhaite Leïla...

    ... et comme en a certainement rêvé le tout nouveau "conseiller chargé de nourrir la réflexion présidentielle sur la politique de la ville ®", un animateur-radio et humoriste (?), musulman proche des Frères Musulmans, à la fois victimaire et agressif, et adepte d'un islam rigoureux (j'oubliais, son nom est Yassine Belattar.)

    Ministère de l'humour intérieur: Yassine Belattar - Ingérable !

     

     

    Pourtant, si j'avais voulu, j'aurais pu leur faire une sacrée pub, à cette occasion, comme à celle du Salon du Livre, en promotionnant 5 ou 6 bouquins indispensables à la culture contemporaine (qu'en pense l'ex-professeuse de français, un peu sénescente sans être égrotante -ça, hein, c'est défense et illustration de la langue française !- mais toujours coquette, que l'on voit sur certaines photos officielles ?).

     

    Le choix de la rédaction de Rl'ÉaMdV:

    ( à la réflexion la lecture des vidéos est superflue et donc facultative: les apologies élogieuses de présentation se suffisant à elles-mêmes )

     

    "Les mots du Bitume: de Rabelais aux rappeurs"

    (Aurore VINCENTI)

    Dévorée par l'amour des mots, Aurore Vincenti s'est fait accoster, bousculer par une langue qui court les villes, les banlieues et leurs rues, qui naît entre les lèvres des impertinents. Une langue des jeunes ? Peut-être. Mais c'est sur le bitume que cette linguiste passionnée a attrapé ces mots connus ou énigmatiques qui nous plongent dans la musique d'un langage aussi beau qu'il peut être éphémère, aussi créatif que riche de voyages et d'histoire.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "Le Lexik des cités - premier glossaire du langage parlé par les jeunes des cités."

    ("une dizaine de copains âgés de 18 à 25 ans et originaires d’Évry")

    Un lexik des cités pour comprendre "le jeune"... Cet ouvrage de près de 400 pages recense les mots utilisés par les jeunes des banlieues.

    Alors certes les amoureux avec un grand A de la langue française avec un grand L pourraient être tentés de froncer les sourcils. Mais ils auraient peut être tort, car d’autres grands spécialistes expliqueraient que le mot daron existait déjà. Il s’agissait d’une contraction entre les mots seigneur et reine et il voulait dire régner. Hé oui, la langue est vivante. Elle l'est depuis toujours et accepter “le parlé” des jeunes des banlieues c'est aussi accepter d'étendre son vocabulaire et d'une façon plus générale accepter d'enrichir le français d'aujourd'hui et de demain.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "J'ai le seum: Le livre qui révolutionne le langage des jeun's !"

    (David Kuhn et Violette Duplessie)

    Un petit guide humoristique qui nous convie à une incursion dans cet univers inconnu des adultes qu’est le langage des ados.

    Créatures mondialisées, ils empruntent leurs mots à l’arabe ("hassoul" : bref, changeons de sujet), au chinois, au gitan, aux patois régionaux, ou à l’anglais. Ils aiment "chiller" (de l’anglais to chill : prendre du bon temps), c’est-à-dire tout simplement ne rien faire. Il faut dire que "yolo", "you only live once" : on ne vit qu’une seule fois. À la fois flegmatiques et pressés, ils abrègent leurs mots en apocopes ("askip" : à ce qu’il paraît), qu’ils combinent parfois au verlan...

     

     

    "Comment tu tchatches - L'argot des banlieues"

    Jean Pierre GOUDAILLIER

    Un professeur à la Sorbonne s'est intéressé à "l'argot des banlieues" utilisé surtout par les jeunes. En plateau, Patrick CHENE n'hésite pas à parler cet argot : "Les yeuves ont du mal à capter le langage chelou et zarbi des técis" puis il traduit : "les parents ont du mal à comprendre le langage un peu bizarre des cités et des jeunes, de Khalid, 14 ans expliquant qu'il parle français en classe et verlan avec ses copains à Mehdi, 20 ans qui compare le verlan au morse, expliquant que les jeunes utilisent le verlan pour ne pas se faire comprendre

     

     

    "Le Petit Livre de la tchatche"

    (Vincent Mongaillard)

    Les cités ont, à travers leur langage de la "street", enrichi la langue française de centaines de mots et expressions ces trente dernières années. Et il y a fort à parier qu'une partie des expressions nouvelles présentées dans ce petit livre traversera peut-être le boulevard périphérique ces prochains mois ou ces prochaines années pour entrer dans le langage courant, donc dans la bouche de Monsieur et Madame Tout-le-Monde!

    Présenté par grands chapitres thématiques (les mots venus d'ailleurs, expressions des cités, langage des caillera, vie dans la téci, argot des rappeurs, etc.), le lecteur découvrira pour chaque mot sa définition, son étymologie (quand elle est connue), mais aussi une phrase type (drôle et décalée)...

     

     

    "Tout l'argot des banlieues - Le dictionnaire de la zone"

    (Abdelkarim TENGOUR)

    Abdelkarim Tengour livre 2 600 définitions dans son dictionnaire de la Zone. Elles vont de "06" ("donne-moi ton 06", ton numéro de portable) à "zyva", tombé en désuétude et remplacé par "wesh-wesh" pour désigner les jeunes de banlieues. 

    Cet informaticien de 45 ans, "lexicographe autodidacte", s'est penché sur le vocabulaire des cités (quartier, tiecar, tiek, tiex...) par un biais détourné pour rédiger son dictionnaire qui vient de paraître aux éditions de l'Opportun.

     

     

    Vers une kaïllra-pride ?

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires
  •  

    J'ai peur !

    Roger Gicquel avait débuté un de ses journaux télévisés de 1976 par un sentencieux "La France a peur...", suite à l'arrestation du meurtrier d'un enfant de 7 ans, avant d'ajouter -ce qui est moins connu) "Oui, la France a peur et nous avons peur, et c'est un sentiment qu'il faut déjà que nous combattions je crois. Parce qu'on voit bien qu'il débouche sur des envies folles de justice expéditive, de vengeance immédiate et directe."

     

    Maintenant, la France n'a plus peur, et la France n'a plus aucune envie de justice expéditive, ni de vengeance immédiate...

    La France s'est habituée aux assassinats de toutes sortes: petit assassinat tranquille en famille ou entre amis, ou assassinat spectaculaire par un fidèle fervent admirateur de son prophète pacifiste et tolérant, même pas radicalisé, mais ayant temporairement perdu l'équilibre... Et si le premier est fréquemment présenté comme une affaire d'état, le second est plus souvent traité comme un fait divers, va savoir...

    La France n'a plus peur... n'a plus le droit d'avoir peur... elle soigne ses bobos et ferme sa gueule en écoutant la neige tomber...

    J'ai peur !

    La France achète des roses blanches en hommage à *, des bougies en souvenir de * et des gros nounours en peluche en signe de résignation...

    La France imprime des stickers ou des flyers pour affirmer qu'elle n'a même pas peur du tout mais alors pas du tout et qu'elle est tout le monde successivement à la fois, depuis Arthur jusqu'à Zoé......

    La France chante en chœur "Imagine qu'il n'y a aucun pays, Aucune cause pour laquelle tuer ou mourir, Aucune religion non plus, Imagine tous les gens, Vivant leurs vies en paix...", et Yoko (une artiste expérimentale, plasticienne, poète, performeuse, musicienne, chanteuse, compositrice, écrivain, comédienne et cinéaste japonaise....) s'en met plein les fouilles...

     

    La France porte des maillots (made in Bangladesh) avec l'inscription "Vous n'aurez pas ma haine", (printed in Bulgarie).

    La France organise, son chef de l’État en tête, avec un air ravi, des lâchers de ballons pour commémorer un attentat pluri-meurtrier commis par des individus déjà connus des services de police et de justice et bientôt reconnus par les établissements de soins pour personnes ayant des antécédents psychiatriques.

    La France fait tout ça... oui, peut-être... De toutes façons, elle n'a pas le choix, la France...

    Mais les français, non ! Et quand je dis "français", il faut en fait comprendre "Français" -F majuscule...-

    Parce-que les Français ont peur...

    Les Français deviennent de plus en plus phobiques... les Français ont de plus en plus peur...

    Les Français ont peur de l'islam conquérant et de ses terroristes et djihadistes sous amphéts, les Français ont peur des migrants clandestins ensauvagés et grands bouffeurs d'aides et de subventions, les Français ont peur du Grand Remplacement qui est déjà bien entamé, les Français ont peur quand ils découvrent quelques infos soigneusement oubliées par Ruth Elkrief, Yves Calvi, David Pujadas, Brice Toussaint, Anne-Claire Coudray, Nicolas Demorand, Patrick Cohen et Léa Salamé ou l'ensemble des rédactions du Monde, de Libé, et de quelques douzaines d'autres "journaux" kommondi .

    J'ai peur !

    Mais ce qui est inquiétant, c'est de ne pas savoir jusqu'où on peut aller, ce qu'on peut être amener à faire, sous le coup de la peur...

    Et ça fait peur...

    Aussi...

    Rien que pour ce 1er mars et à tout juste 20 heure, quelques petites nouvelles alarmantes trouvées ici et là, concernant notre "hexagone tricolore" et quelques pays voisins ou amis, sans vraiment faire le tour complet de la fachosphère, mais que d'aucuns voudraient vendre comme rassurantes, peut-être, au point où ils en sont:

    (AVERTISSEMENT: nul n'est tenu de consulter toutes ces anecdotes, présentées juste pour mémoire... et pour la postérité)

    FRANCE

    Marseille (13) : le Coran expliqué aux adolescents dans un collège marseillais

    Le spectacle de Selman Reda, joué début février dans un collège marseillais, remonte aux prémices du livre sacré.

    Marine Le Pen mise en examen pour la publication de photos d'exactions de l’État islamique

    La présidente du Front national a été mise en examen pour "diffusion d'images violentes", un délit passible de trois ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende..../...

    Beauvais (60) : un migrant accusé d’avoir frappé son avocate car son dossier de régularisation n’avance pas assez vite

    En situation irrégulière, cet homme aurait, eu une dispute avec son avocate après avoir déploré que son dossier de régularisation n’avance pas

    Montpellier (34) : sans billet, un individu de 20 ans menace d’égorger comme des cochons les agents de la SNCF

    Le jeune homme aurait un peu plus tôt bousculé deux agents SNCF qui effectuaient un contrôle...

    Pour France terre d’asile, l’accueil des mineurs isolés étrangers est une question de solidarité nationale

    "...dans le contexte actuel, on observe une recrudescence des préjugés à leur égard, car l’argument faisant le lien entre sécurité et identité est de plus en plus avancé."

    Radicalisation dans l'armée : la radiation désormais possible grâce à un décret

    (? !!!)...rien n'était prévu pour faire face à la situation d'un soldat ou gendarme "dont le comportement est devenu incompatible avec l'exercice de ses fonctions eu égard à la menace qu'il fait peser sur la sécurité publique" et radicalisé après son entrée dans l'administration. (? !!!)

    Eclans-Nenon (39) : le maire démissionne car le conseil municipal refuse d’accueillir des migrants

     A Eclans-Nenon, 350 habitants environ dans la région de Dole, on se déchire autour de l’accueil des migrants…

    Toulon (83) : un dealer clandestin algérien soupçonné de viol sur un adolescent  âgé de 15 ans

    Le mis en cause, un ressortissant algérien en situation irrégulière, conteste l'intégralité des faits reprochés, avant de regagner la prison de La Farlède où il était déjà détenu pour des faits de violences.

    MONDE

    "Les Italiens ont besoin d’être accompagnés dans le changement de composition de leur population" déclare Cécile Kyenge, ancienne ministre de l’Intégration

    La campagne électorale pour les Législatives du 4 mars s'achève vendredi en Italie. Une campagne marquée par de très vives polémiques sur la question de l'immigration

    Merkel finit par admettre l’existence de No-Go Zones en Allemagne, des quartiers où personne n’ose aller

    En Allemagne,la chancelière reconnaît pour la première fois l’existence de No-Go Zones dans le pays (…) Selon un rapport commandé par le gouvernement, le nombre de crimes violents a augmenté de 10% entre 2015 et 2016, plus de 90% sont attribués à de jeunes migrants

    Essen (All) : la Banque alimentaire, arrivée à ¾ de bénéficiaires migrants, n’accepte plus d’étrangers. Les personnes âgées n’osaient plus venir....

    ...annoncée en décembre, la mesure est devenue effective en janvier. Révélée cette semaine par la presse allemande, la décision a immédiatement fait scandale.

    Grande-Bretagne : un prédateur sexuel afghan condamné pour avoir violé une femme enceinte dans son propre lit et sous la menace d’un couteau

    En octobre 2016, l’Afghan a pénétré dans un appartement en rentrant via la fenêtre de la salle de bain restée entre-ouverte.Il a violé une femme enceinte endormie pour satisfaire ses besoins sexuels

    Cassino (Italie) : un demandeur d’asile agresse un travailleur social parce qu’il n’y a pas de wifi

    Le jeune homme a demandé avec insistance au service wi-fi sans obtenir une réponse à la demande, alors il est passé des tons élevés à l’agression réelle

    "Ça peut arriver !": Quand un demandeur d’asile érythréen tente d’expliquer pourquoi il a tué une femme et son fils en Suède.

    Le jour du meurtre, Ukbagabir explique "ne pas se sentir bien" et raconte comment il avait été précédemment rejeté de ses demandes d’asile à sept reprises dans trois pays différents. Interrogé sur le meurtre, il a déclaré: "Ça peut arriver! Je comprends que ce n’est pas une bonne chose. Mais je veux oublier ça..."

    États-Unis : New York indemnise des femmes forcées d’enlever leur hijab par la police

    La ville de New York a accepté de verser 180 000 dollars à trois femmes qui avaient été obligées par des policiers d’enlever leur voile au moment de prendre leur photo d’identité judiciaire,

    J'ai peur !

    et, pour finir dans le charme et la séduction:

    après qu’un accord a été passé en début de semaine devant un tribunal fédéral de Brooklyn
    Retrouvez cet article et l'info alternative sur : http://www.contre-info.com

    Denis Seznec : "il y a des équipes de musulmans qui font pression sur les vendeuses de lingerie féminine"

    "Ma femme était dans la lingerie féminine pendant près de quarante ans. Maintenant, il y a des équipes de musulmans qui font pression sur les vendeuses pour qu’il y ait pas de nu visible. Je trouve ça choquant." (en marge d'un débat sur l'"affaire Seznec"

     

    Etc... Etc...

    Alors, comme tant de Français, "odieux" aux yeux de Bernard-Henri Lévy parce-qu’ils aiment encore tout ce qui est terroir et cocardier: bourrées, bérets et binious.. ,et qui n'ont pas crié haro sur Jean-Pierre Pernaud -le "beauf réac et facho" selon Laurent Baffie- quand il avait déclaré début 2017 "Voilà, plus de place pour les sans-abri mais, en même temps, les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France." , j'ai un peu peur... parfois.

    J'avoue avoir quelques "phobies" qui ne sont rien d'autre que des peurs d'un objet ou d'une situation précise, ou des craintes handicapantes, et à ce titre il faut bien reconnaître que j'ai parfois des poussées islamophobes et xénophobes... qui pourraient me valoir des dénonciations, des procès, des mises en examen et des sanctions judiciaires et/ou pénales... malgré mon "handicap" !

    Par contre, ma nyctophobie et  ma claustrophobie ne semblent pas répréhensibles, ni aux yeux de la morale, ni aux yeux de la loi.

    J'ai peur !

    Une phobie — du grec ancien phobos (φόβος) — c’est une crainte ou une frayeur. Ce n’est pas une haine. Ça peut être une peur démesurée, déraisonnable et injustifiée — mais ce n’est pas un appel à la haine qui tomberait sous le coup de la loi. Il y a des gens qui sont arachnophobiques et qui ont peur des araignées… Moi, par exemple, je suis coulrophobe parce que j’ai une peur panique des clowns – c’est comme ça : ils me terrorisent.

    En tout cas j’en ai plus qu’assez qu’ils s’offusquent en permanence et crient à la stigmatisation dès qu’on manifeste le tiers du quart d’un début d’agacement, voire d’une légère crainte ou peur devant des agissement inquiétants, violents ou carrément terroristes. La tactique est bien rodée : si vous exprimez une légère appréhension — hop, ils se déclarent aussitôt offensés, insultés ou stigmatisés. Ils assurent que votre peur n’est pas seulement du mépris mais carrément une véritable haine… Et comme ils se prétendent attaqués, c’est donc bien que vous êtes un agresseur ! Et paf, la police vous met en garde à vue (GAV), et vous êtes trainé en justice pour haine raciale …

    vu sur Switchie5

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  •  

     

    À Orléans, une Jeanne d'Arc 2018 plus universelle que jamais

    Mathilde Edey Gamassou, 17 ans, incarnera cette année la Jeanne d'Arc d’Orléans. Une jeune fille souriante et sûre d’elle, dont la nomination bouscule déjà, et bien malgré elle, le microcosme local. Voire au-delà...

    Ce lundi midi, quelques minutes avant que l’association Orléans Jeanne d’Arc ne dévoile aux médias le nom de la lycéenne qui allait endosser l’armure lors des 589è Fêtes johanniques, les salons de l’hôtel Groslot bruissaient de "la nouvelle" : Jeanne d’Arc 2018 est métisse.

    De fait, Mathilde Edey Gamassou, 17 ans, tient ses origines béninoises de son père et entretient également des racines polonaises, héritées de sa mère. Née à Paris, elle habite Orléans depuis 2003 et se révèle parfaitement bilingue.
    De quoi faire parler un peu (beaucoup) dans le microcosme orléanais (voire au-delà) puisque la situation ne s’était jamais présentée.

    La République du Centre du 19/02/2018

     

    Jeanne... au secours !   lien

     

    Bravo, donc, et félicitations (réelles) à cette jeune Mathilde (qui est cheftaine de patrouille aux Guides d’Europe, et cumule les engagements religieux: au sein de l’association 'Sainte Jeanne hier, aujourd’hui et demain', dans la préparation des sacrements au collège Ste-Croix et est également membre du Cercle d’escrime orléanais et apprend le chant lyrique) et à propos de qui Bénédicte Baranger, présidente de l'association Orléans Jeanne d'Arc, déclarait. "Qu’est ce qui est important ? Elle est catholique, cultivée. Nous n’avions aucune raison de refuser sa candidature. L’excellence morale n’est pas liée à la couleur de peau. Nous assumons cette décision. Et ce n’est pas de la discrimination positive" et les réactions de la frange conservatrice orléanaise ne l'inquiètent pas. "Ce n’est pas mon problème. Mathilde aime sa ville, son histoire, elle va vers les autres. Elle répond à tous les critères. En revanche, si cette désignation permet à une autre partie de la population de se tourner vers les fêtes, c’est gagné".

    Pourtant... Moi, en tant que membre d'une frange conservatrice bien que non-orléanaise, je me demande ce qu'il faut entendre par: "plus universelle que jamais" et "si cette désignation permet à une autre partie de la population de se tourner vers les fêtes, c’est gagné!"... Mais je dois avoir mauvais esprit...

    Je note pourtant que les choses semblent avoir quelque peu changé en quelques années: le même journal se montrait moins "universel", plus "discriminant" et pas du tout "tourné vers une autre partie de la population" en titrant en 2016 "Une ex-Jeanne d'Arc d'Orléans -en 2002- est devenue une plume de l'extrême droite en France". Mais je dois avoir mauvais esprit...

    Il s'agissait de Charlotte d’Ornellas, "la journaliste préférée de la fachosphère de Gollnisch à Ménard", qui "pourfend le mariage gay, défend les racines chrétiennes de la France", et appelle à "l'instinct de survie d'un pays menacé par la vague migratoire", elle a aussi "co-fondé l'association SOS Chrétiens d'Orient" et "aime bien Marion Maréchal Le Pen"... et "multiplie les signatures dans des revues franchement marquées à l’extrême droite comme Boulevard Voltaire ou Présent -le canard des catho-tradis- quand elle n’intervient pas sur Radio Courtoisie ou sur TV Libertés. " etc, etc... (dixit Street-Press) Mais vous devez avoir mauvais esprit...

     

     

     

    Jeanne... au secours !   lien

     

    Jeanne... au secours !

     

     

    Quelques anecdotes qui, bien sûr, n'ont rien à voir avec ce qui précède...

     

     Un photographe-(forcément)artiste:

    J'avais souri (jaune, si cette expression n'est pas encore taboue) en découvrant le "Travail" (avec une majuscule) de  Nicolas Demeersman qui réunit des clichés où s’entrechoquent les genres : l’élégance et le trash, le sérieux et l’absurde, la réalité et la fiction... Considérant qu’il est aussi important de plaire que de  déplaire, il aborde des sujets contemporains pour se jouer des valeurs, des aprioris et des codes visuels. Au-delà de l’esthétique, il met en scène le "convenu" poussé à son extrême, aspirant à nous questionner sur nos prises de positions et sur leur logique interne, par exemple, cette Jeanne d'Arc un peu inattendue:

    Jeanne.   lien

    (quoique non... plus rien ne devrait nous surprendre dans le domaine de l'Ârt Suuubversiiif, puisque moi-même, je publie ici une photo inédite de Madiba Nelson Rolihlahla Mandela lors de la soirée d'arrosage de son Prix Nobel:: 

    Jeanne... au secours !

    lien

     — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —

    Un metteur en scène théâtral:

    J'ai aussi découvert que Broadway, souhaitant immortaliser certains faits, gestes et personnages de l'histoire du "vieux continent", et voulant mêler la tradition avec l'Âvant-Gââârde, avait eu l'idée de monter un spectacle sur Jeanne d'Arc un peu inattendue

     

    Jeanne...   lien

     ... mais bon, les affaires étant les affaires et le show-business le chaud business, on va nous demander de pardonner facilement cette liberté prise avec l'Histoire, même si l'on ignore le nombre de réfugié·e·s subsaharien·e·s qui avaient trouvé l'hospitalité dans les années 1400-1420 en Lorraine, et que l’actrice prend bien soin de saluer les humains de toutes formes qui iront voir ce spectacle "Cher humain, quelle que soit la forme que tu as prise, peu importe comment tu marches dans la vie, peu importe ce que tu crois ou non, j'ai quelque chose que j'aimerais t'offrir. Il y a une histoire à laquelle je me prépare pour te la dire. Qui que tu sois, j'ai quelque chose pour toi..."

      — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —

    Un blogueur facétieux:

    Chaque année depuis le Moyen-Age, Orléans commémore sa libération par Jeanne d'Arc avec un défilé. Au cours du XXe siècle, on a pris l'habitude de mettre en tête du cortège une jeune fille déguisée en Jeanne d'Arc, choisie selon des critères pas très clairs. la présidente de l'association Orléans Jeanne d'Arc dissipe la rumeur selon laquelle la jeune fille doit être vierge, elle dit aussi que "les raisons de la sélection doivent rester secrètes". Elle précise quand-même: "elle doit être baptisée, être dans une démarche de foi, et donner "bénévolement de son temps au service des autres" .c'est immanquablement une jeune fille de bonne famille, et le temps qu'elle accorde bénévolement "au service des autres"est généralement au bénéfice du catéchisme, ou des Scouts.

    Autant vous dire que l’idée d’une Jeanne d’Arc Noire a dû passer à l'époque pour une provocation farfelue, et n'a probablement pas été prise au sérieux, et je me souviens que moi-même l'idée m'avait semblé absurde. Et pourtant, pourquoi pas une Jeanne d’Arc Noire?

    Jeanne... au secours !   lien

    (1) Je dis "Noire" pour simplifier, je veux dire non-blanche, quoi. Une Jeanne d'origine maghrébine ou asiatique ferait aussi l'affaire.   — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —

     Un chanteur pygmalioniste ...

    Jeanne... au secours !   lien

    ...et éjaculateur précoce, mais dont le nom ne viendra pas salir ce billet

     — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —

    Une historienne et artiste "performeuse"

     Jeanne... au secours !

    Jeanne d’Arc associée aux saint-e-s transgenres

     

    Jeanne d’Arc est-elle une des premières icônes queer de l’histoire occidentale ?

    C’est ainsi qu’elle a été revendiquée ainsi depuis les années 90 par les militants queer. Et cela s’est fait sans qu’une partie des conservateurs qui continuaient à enregistrer cette figure comme un modèle de sainteté catholique ne soit au courant. La rencontre de ces deux conceptions s’est faite en 2010, avec le «scandale» de Lille, quand des militants ont rhabillé une sculpture de Jeanne d’Arc avec un écriteau disant qu’elle était asexuée, queer et transgenre.

    Cela peut surprendre que ce modèle des saint-e-s transgenres soit à son époque accepté…

    En effet. Si l’Église, au Moyen Age, reste extrêmement misogyne, elle ne s’oppose pas pour autant à des constructions complexes en matière de genre. C’est alors le comportement qui fait le genre et non pas le sexe assigné à la naissance. La construction aujourd’hui défendue par l’Église, qui naturalise le sexe et le genre, est assez récente.

    © Chloé Maillet

    Si j'ai bien compris: un catho nationaliste ne doit pas se réclamer de Jeanne d'Arc, mais un travelo, oui... Et quand on est un travelo nationaliste et catho, on fait comment, ma chère Chloé ?

      — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —

    Un scénographe d'avant-garde:

    présentation (officielle) de:

    Jeanne au bûcher... Nouveau moment historique pour Jeanne d’Arc. Le metteur en scène Roméo Castellucci allonge d’une bonne demi-heure le bref chef-d’œuvre d’Arthur Honegger et tient en haleine aussi bien les réfractaires à son style qu’à celui d’un compositeur pour qui l’adjectif populaire était un compliment. Castellucci envoie au bûcher les oreilles du bestiaire claudélien, les poulaines et les drapés d’un Moyen-Âge d’opérette (clin d’œil des saluts excepté) mais aussi l’imposante masse chorale. Jeanne entendait des voix : le spectateur entendra des voix. "Je suis seule" clame Jeanne dans la scène finale. Jeanne était seule au bûcher. Jeanne sera seule dans… une salle de classe ! Formidable idée, et si riche de sens, que de placer l’icône française, écartelée entre les idéologies les plus funestes, dans le temple de la laïcité, dans ce théâtre du savoir où, génération après génération, sa belle et triste histoire fut contée à tant de têtes blondes !

    Jeanne... au secours !   lien

     

     — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — 

     Mais, aussi...

     Quelques cinéastes, heureusement, même s'ils ne sont pas très rockandroll...

     

     

     

    Jeanne... au secours !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique