•  "Viva la muerte"

    ou

    Mémé fait le buzzz

    J'ai découvert, ce matin une information qui aurait fait le tour de la toile, comme on dit, mais sans s'arrêter chez moi. Tant pis pour elle, je l'ai rattrapée.

           Jacqueline Jencquel, 74 ans: la septuagénaire, Française résidente en Suisse qui ne souffre d'aucune maladie incurable, a planifié sa mort: "J'ai vécu ma vie de façon libre, je ne veux pas devenir dépendante"

           Jacqueline Jencquel a décidé de mourir. Ce sera en 2020, même si la date exacte n'est pas encore arrêtée. Elle sait aussi comment cela aura lieu: "Je serai avec un médecin qui contrôlera la perfusion, moi, moi je tournerai le robinet de cette perfusion après avoir dit devant une caméra que je souhaite mourir".../..."Je n'ai pas envie de me justifier par des raisons médicales. Je milite pour les droits des vieux..." etc, etc...

     Bourdin Direct

    Ses vidéos auraient été vues plusieurs dizaines de milliers fois 

    -entre un PPS des "plus-beaux-paysages-du-monde-quand-le-soleil-se-couche(-à-l'horizon, comme il se doit)" et l'éternel fake insultant pour l'intelligence  et le sens de l'observation le plus élémentaire des "migrants-instalés-sur-les-tombes-d'un-cimetière-à-Calais-sous-les-yeux-de-la-police-qui-dit-rien" ou du photo-montage grossièrement malhabile de "dizaines-de-femmes-voilées-empêchant-la-circulation-en-faisant-la-queue-devant-un-caisse-de-la-CAF-à-Paris" (qui, entre parenthèses, discréditent largement le "politiquement incorrect")-.

    Exemples:

    ...mais presque à l'insu de son plein gré, laissait t-elle entendre, plusieurs jours avant de revenir sur RMC !

    Nouvelles France

     

    "Dans deux ans !"... Combien de ces dizaines de milliers (pour l'instant) d'internautes qui ont frémi devant ces vidéo se souviendront, "dans deux ans", de sa promesse faite face au monde entier et iront vérifier sur son Facebook si elle est bien morte et enterrée, incinérée ou empaillée ?

    Elle aurait dit "dans deux semaines", on aurait pu s'assurer rapidement de sa détermination et de sa sincérité, mais "dans deux ans" ?

    Elle aurait dit "demain" ou "dans un quart d'heure"... remarquez, à moi, ça m'aurait fait le même effet tant je crois que, si ils le voulaient, Gilles Pujadas ou David Bouleau pourraient faire tout leur 20 heure en faisant pleurer la France des territoires sur la liste des suicidés du jour: ados piégés sur les réseaux sociaux, employés du privé ou du public stressés par des conditions de travail aliénantes, agriculteurs ou travailleurs indépendants ruinés par la mondialisation, sans compter les amoureu·x·ses de tous les sexes délaissés par leurs amoureu·x·ses de tous les genres... alors, le suicide, même "médicalement assisté" d'une vieille mémère capricieuse et dégoutée à l'avance de se voir bien vieille, le soir à la chandelle... n'est ce pas  ?!!!

    Mais où ça devient intéressant, c'est quand on fait un rapprochement entre toutes les campagnes officielles  pour "mourir dans la dignité" (que je salue sincèrement, pour une fois que quelqu'un s'inquiète de notre "dignité") ou "l'accompagnement des personnes en fin de vie" (dont Jacqueline Jencquel est militante, et dont je ne remettrais pas en cause le patient dévouement et la douce compassion envers les personnes tenues au bout de sa seringue) et la publicité donnée à cette décision d'ordre privé à priori personnelle et individuelle.

    Car, bien sur: tout ça n'a rien à voir, forcément, avec le fait que "Cette dame fut pendant longtemps vice-présidente de l'ADMD : le plus actif lobby militant en faveur de l'euthanasie." et qu' "elle va même jusqu'à considérer qu'il faudrait pratiquer à grande échelle l'euthanasie dans les EPHAD sans demander l'avis des personnes concernées."

    Figaro-Vox

    Extrapolons...

    L'avortement (appelé IVG par les gens bien) fut d'abord une possibilité offerte, avant de devenir un droit universel quasi constitutionnel...

    L'accueil des clandestins (appelés réfugiés par les gens bien) fut d'abord un droit avant de devenir presque une obligation solidaire...

    Extrapolons encore, le libre choix de mourir dans la dignité pourrait ainsi passer (la nature humaine étant ce qu'elle est) de possibilité offerte, à droit acquis, puis à obligation citoyenne. Car ce serait, à la fois:

    - un début de solution à la surpopulation, et donc à la sauvegarde de la planète,

    - des soucis familiaux en moins pour les enfants et petits enfants des futurs défunts,

    - la solution aux éternels problèmes financiers posés aux caisses de retraite,

    - des économies notables pour l'assurance maladie et les établissements de santé...

    Et avec l'habitude, ça deviendrait presque à peine plus compliqué et traumatisant que de prendre la décision de faire piquer un vieux chien devenu encombrant.

    Il n'empêche, je devine, derrière cette profession de foi, quelque-chose de pas très catholique, et en même temps, de pas très Catholique, la preuve:.

    Viva la muerte

    Jacqueline Jencquel, vice-présidente de l’ADMD,

    entourée de Zineb El Rhazoui, journaliste à Charlie Hebdo et de Inna Shevchenko, militante des Femen,

    lors d'une conférence "Laïcité et liberté : même combat !"  en mai 2015

    Mais bon, comme c'est tout bénef. "Viva la muerte !"

    INCEL

     

    Et avant de faire périr toutes les vieilles bouches sans dent et inutiles, laissons vite faire de jolis bébés:

    Viva la muerte

    éditions Nathan

    Viva la muerte

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    9 commentaires
  • Après 1 an 3 mois et 17 jours de représentations à guichet fermé,

    le spectacle continue...

    Emmanuel's comedy club

     

     

    Il a dit, dès qu'il a su prononcer quelques mots pour faire mal, que la culture française n'existait pas qu'elle était multiple et diverse et métissée et que c'était comme ça et que c'était bien. Ainsi dit-il.

     

    Il nous a dit que l'art français, il n'avait jamais entendu parler de ça, jamais vu; il sait que les troubadours occitans s'inspiraient des griots africains et que les bâtisseurs de cathédrales devaient tout aux constructeurs de cabanes de feuilles de cocotier, ou que Montaigne, Molière ou Victor Hugo ne valaient pas grand-chose comparés à Aimé Césaire, à Booba ou à Jamel Debbouze, ou encore que les Debussy, Couperin, Rameau, Gounod et autres Saint-Saëns auraient été infoutus de composer le moindre rap, ou encore que les grands peintres français de la Renaissance sont peu de choses face aux street-artists contemporains, interlopes et cosmopolites.

     

    Il pense que "La Marseillaise" est un chant trop modeste et réducteur pour Sa Grandeur et lui préfère un hymne supra-national pour illustrer sa prise de pouvoir légitimée par les médias nationaux bien pensants.

     

    Il a insulté et humilié publiquement un général d'armée cinq étoiles, chef d'état-major des armées, couvert de décorations et de médailles, en lui rappelant qu'il était "son chef", lui qui n'a jamais vu un uniforme sauf au cours de ses prestations infantiles et prétentieuses à bord d'un sous-marin nucléaire ou sur une base d'aviation de l'Armée de l'air...

     

    Il a passé une nuit... "blanche" (?!!), avec femm·e·s et bagages, dans le local qu'il squatte en toute impunité dans un des plus beaux quartiers de Paris, rue du faubourg Saint-Honoré, à l'occasion de la dernière Zik-Pride en compagnie de drag-queens en pâmoison et de teufeurs techno revendiquant (entre-autres) leur négritude militante.

     

    Il a annoncé que, bien que -prétendument- chef de l'état et donc président de tous les Français, il ne lui appartenait pas, à lui, mâle(?) blanc(!), de s'occuper des problèmes qui surgissent et se multiplient dans les banlieues (difficiles) entre marchands d'armes ou de drogue ou de prostituées racisées mineures, ou voyous, ou apprentis terroristes mahométans présumés déséquilibrés, et forces de police, et qu'il faut laisser le soin de régler ces incidents du quotidien et du vivre-ensemble aux petits caïds ou aux grands muftis de la tribu, mieux armés pour cette tâche jugée ingrate et secondaire, quand on a le projet d'un Monde Nouveau à porter seul à bout de bras.

     

    Il a traité, dernier coup de couteau dans le dos et en-même-temps™ dernier crachat dans la gueule en date, et depuis un pays étranger, son peuple de "Gaulois réfractaires aux réformes", eux qui n'acceptent pas les sacrifices imposés par sa pensée trop complexe pour être discutée ou expliquée, ou eux qui ne sont pas trop d'accord pour se faire grandement remplacer petit-à-petit dans un pays que leurs ancêtres ont façonné pierre après pierre. (Je suppose, mais je dois être le seul à avoir ce mauvais esprit, que "gaulois", dans son esprit comme dans le langage des "quartiers" (difficiles) pourrait être synonyme de "céfran" ou "souchien", mais qu'un reste de pudeur prudente l'a empêché de prononcer l'un de ces mots qui lui brulaient le bout de la langue ?)

     

    Il conclue, dans un dernier sursaut plein de diplomatie hautaine et méprisante: "Mais non... Je déconne... Je plaisante... C'était une fake-new... J'aime la France et les Français, n'en déplaise. (…) Je l'aime dans toutes ses composantes. Je les aime ces tribus gauloises, j'aime ce que nous sommes...". Comme si, en plus d'être illettrés, alcooliques, cyniques et fainéants, les ceux qui ne sont rien et n'ont pas de costard mais foutent le bordel que nous sommes, étions trop cons et n'avions pas le sens de l'humour présidentiel forgé sur et entre les tables et les bancs du lycée privé jésuite de "La Providence" d'Amiens...

     

    Emmanuel's comedy club

     "En fait, Moi-même... Nous sommes aussi parfois un affreux lépreux populiste... Merde, quoi, merde !..."

     

     

     

     

     (re)lire:

    Voila, ça c'est fait... ()

    Tout s'explique...! ()

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    16 commentaires
  • Vu, dans la presse toute émoustillée, en cette fin aout...

        La justice italienne a ouvert une enquête contre le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini pour "séquestration de personnes, arrestations illégales et abus de pouvoir" dans l'affaire des migrants retenus à bord du navire Diciotti, ont annoncé samedi soir les médias italiens. Son chef de cabinet est visé par la même enquête qui a été déclenchée par le parquet d'Agrigente, en Sicile, mais qui sera désormais menée par un "tribunal des ministres" de Palerme, le chef-lieu de cette île du sud, selon la même source. 

    La justice de mon pays...

    C'est parfait... Malgré l'arrivée au pouvoir d'une coalition prétendument malséant qui aurait accaparé à son seul profit tous les rouages de l'administration, il est bon de voir que la justice (enfin, le parquet régional d'une petite ville sicilienne) continue d'être indépendante sous ce régime politique infréquentable pour l'ensemble des dévoués serviteurs de Bruxelles et des banques. Le nôtre, monsieur Macron, a d'ailleurs déclarer vouloir partir en guerre à bord de son sous-marin fétiche contre l'Italie, la Hongrie, le groupe de Visegrád et tout autre pays, y compris le Royaume-Uni, la Pologne, l’Allemagne, et la Suède ou l’Autriche, et même l'Australie et le Japon et les USA de Trump et la Russie de Poutine... dans lesquels "les nationalismes se seraient réveillés."

    Selon aucune source fiable, jamais le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini se serait écrié "Je suis le seul responsable... Qu'ils viennent me chercher !", preuve presque certaine qu'il a peur selon des sources fiables !

    Sinon, pour en revenir à nos moutons de Panurge et de l'Aïd réuni:

        La justice française n'a pas ouvert d’enquête contre le président de la République Emmanuel Macron pour "abus de faiblesse, détournement de fonds et cruauté envers personnes en état de dépendance" dans l'affaire des retraités retenus enfermés en état d'indigence provoquée par une fiscalité à la fois criminelle et indécente,  n'ont pas annoncé les médias hexagonaux. Ses ministres du Budget, des Finances, du Travail, de la Santé et des Affaires Sociales ne seront pas visés par aucune enquête similaire qui n'a pas été déclenchée, selon la même absence de source.

    La justice de mon pays...

    je crois en la justice de mon pays... je crois en la justice de mon pays... je crois en la justice de mon pays... je crois en la justice de mon pays... je crois en la justice de mon pays... je crois en la justice de mon pays... je crois en la justice de mon pays... je crois en la justice de mon pays... je crois en la justice de mon pays...

    La justice de mon pays...

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    18 commentaires
  • Épreuve d'aptitude aux fonctions de citoyen nauséabond 

     sujet n°1

    Un jeune adolescent, élève d'un lycée renommé de province, assidu, doué et brillant, mais objet au cours de sa scolarité de tentatives de séductions frôlant le harcèlement sexuel et d'actes de nature quasi-pédophiles par personne ayant autorité peut-il, devenu adulte, avoir un comportement rationnel et orthodoxe avec son entourage: parent, famille et amis et aussi collègues, adjoints, subalternes et éventuels supérieurs hiérarchiques ou bien, des traces de névroses doivent-elles nécessairement apparaître à plus ou moins long terme dans son attitude vis-à-vis d'eux, ainsi que dans ses prises de position, ses déclarations et ses décisions publiques et/ou privées, et jusque dans ses loisirs  ?

    Vous justifierez votre raisonnement par des exemples précis (attitude corporelle, gestuelle, mimiques, vocabulaire, intonation) mais, en même temps, sans rapport avec des personnes existant ou ayant existé, sauf résultat d'une coïncidence extrinsèque et ébaubissante.

    Vous décrirez ce que pourrait devenir la vie personnelle/privée et la carrière professionnelle/publique de cet homme lorsqu'il attendra la quarantaine, en justifiant vos choix et votre raisonnement par des références préexistantes.

    sujet n°2

    Rédigez le scénario d'un court-métrage parodique, reprenant les codes du "Si Versailles m'était conté" de Sacha Guitry, pouvant répondre au titre de "Si Versailles vous était compté".

    Donnez quelques exemples de dialogue et précisez quelques éléments supplémentaires utiles: acteurs principaux souhaités, musique d'accompagnement, etc...

              

     

    Vous avez quatre heures quatre ans.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  •  

    Vendredi 15 juin, un journaliste s’en est violemment pris au porte-parole de la Commission Européenne, Margaritis Schinas, qui ne voulait pas répondre aux questions sur les migrants:

     

    Article 13, etc...

    "-Vous devez nous répondre! Vous êtes la Commission...Je vous demande... nous vous demandons : Qu’est-ce que l’article 13 signifie, bon sang ! Est-ce qu’un État membre peut dire : ‘Je ne veux accepter aucun réfugié venant d’un autre État membre’. Et ça légalement. Peut-il le faire ou pas ? Oui ou non ?...Si vous refusez de nous répondre , vous ne pouvez pas être le porte-parole de la Commission. Qu’est-ce que vous foutez ici alors ? On vous paie pour quoi ? Vous ne nous apportez aucune réponse !"

    "-Nous apprécions tous que vous partagiez votre état d’esprit avec nous. J’ai lu l’article 13. Vous êtes libre de l’interpréter dans le contexte qui vous convient le mieux, mais je ne le ferai pas ici..."

     

    ...a répondu le porte-parole -sous-entendant que les articles de loi, qu'il avait apparemment lus, pouvaient être "interprétés en fonction du contexte".

     

    Article 13

    Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un État.

    Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien...

    Article 13, etc...

    Article 13, etc...

    Article 13, etc...

    Alors, forcément...

    Article 13, etc... 

    Que répondre à ça ?

    peut-être rappeler les derniers mots de ce fameux article 13:

    ...et de revenir dans son pays.

     

    Bon... c'est pas écrit "le devoir de revenir dans son pays", mais les médias ne nous parlent pas beaucoup de ces bateaux qui "auraient le droit" et qui tenteraient de quitter la France, l'Italie ou l'Espagne pour emporter dans leurs soutes des centaines de re-migrants, hommes, femmes et enfants qui, ayant repris suffisamment de forces, auraient hâte de repartir dans leurs pays d'origine pour y apporter leur expérience nouvelle, leurs compétences acquises, et leur part d'efforts et de générosité...

    Je veux bien faire office de re-passeur volontaire et bénévole, si c'est la main d’œuvre qui manque...

     

    "Vox Angeli" (chœur d'enfants) - Une chanson de circonstance

     

     

    extraits de "La Déclaration universelle des droits de l'homme" (suite, pour info.)

    Article 19 

    Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

    Article 30

    Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

     

     

     

    Article réalisé sans le concours de:

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

    Médecins sans frontière   Emmaüs "article 13"   SOS Méditerranée   M.O.A.S.
                 

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

    Proactiva Open Arms   AVAAZ org   Seea-Watch   A.F.P.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • Deux informations apparemment anodines et sans rapport...

    A Minaret-les-Bécasses...

    ...pas franchement de la dernière fraicheur, mais "le temps ne fait rien à l'affaire", comme on dit...

     

     

    Bécassine

    Chez ma cousine

    Depuis sa naissance en 1905, la petite bretonne au visage lunaire, un peu gourde et gaffeuse, est critiquée pour l'image déplorable qu'elle renvoie de la Bretagne. Excédé, un trio de Bretons est même allé jusqu'au musée Grévin pour détruire la statue en cire du personnage, en 1939.

    Un scénariste-réalisateur, Bruno Podalydès, dont je ne me souviens pas avoir vu un de ses films, tourne une adaptation de la B.D. du siècle avant-dernier: "Bécassine", une servante bretonne de Clocher-les-Bécasses "montée à Paris"... Un film jugé insultant par le mouvement "Dispac'h" -anarcho-indépendantiste, anticapitaliste, antifasciste, féministe, écologiste, et internationaliste- ("Révolution" en breton) qui déclare: "Une pseudo-comédie française potache et soi-disant populaire, qui dès ses premières images en dit long sur l'insulte en termes d'identité et de mémoire qu'il adresse aux femmes et à la Bretagne.../...En plus du mensonge historique, ce film est une insulte à la mémoire de notre peuple, une insulte à toutes les femmes de Bretagne et à toutes les femmes qui connaissent ou ont connu l'immigration.../... [le personnage de Bécassine c'est ] comme Banania, c’est un personnage aux traits arriérés, pas cultivé du tout. C’est une vision colonialiste.../...En Bretagne, comme en Corse ou au Pays Basque, on ne nous apprend pas l’histoire de nos territoires. On apprend seulement l’histoire de France. Ainsi, beaucoup de Bretons ne connaissent pas l’histoire de cette migration. C’est aussi l’occasion pour nous d'en faire parler" 

     

     

    Sidy

    Chez ma cousine

    Marie-France a envoyé des centaines de courriers, notamment au Président (de la République française), aux dirigeants du Sénégal, du Mali, etc... seules le Pape et le maire de Puteaux lui ont répondu...

    A Pont-l'Abbé, petite commune bretonne d'à peine 10 000 âmes et néanmoins capitale du pays bigouden, il y vit un jeune écolier, à priori d'origine malienne (ou peut-être sénégalaise), dont l'âge se situerait aux alentours de 18 ans (environ) appelé croit-on à priori "Sidy Camara" (selon ses déclarations) et une brave et gentille bretonne  qui s'oppose à son expulsion, puisqu'il lui a assuré-certifié-juré-craché qu'il "était bien sidy", malgré une photo qui ne lui ressemble pas et des empreintes digitales qui ne sont pas les siennes sur un passeport qui est un faux... (d'après mes recherches personnelles, il ne s'agirait pas du Al Sidy Camara honorablement connu outre-Manche). En vertu de quoi, la même bretonne de Concarneau se dit prête à adopter ce petit garnement: "Sidy a trouvé ici une famille et des liens authentiques sont désormais créés. Sans compter le courage de ce garçon qui malgré, toutes les épreuves, reste confiant et reconnaissant envers son pays d’accueil, explique Marie-France Jeanmaire. Nous voulons montrer que la société civile et le monde associatif sont capables de se mobiliser face à une injustice flagrante."

     

     

    Bamboula et Bécassine sont-ils frère et sœur ?

    A Minaret-les-Bécasses...

     
     

     

    Alors ?

        Mamadou, le vilain Schtroumpf Noir, Sidy, le vieux tirailleur nègre de Banania, Bécassine, les congolais du néo-colon Tintin dans leur propre pays... même combat ?

     

    Bretons/ Immigrés : regards croisés

    A Minaret-les-Bécasses...

     

    Chez ma cousine

     

     

    Arrêtons de rigoler en ces temps de grands malheurs et de grande misère et revenons à des choses sérieuses:

    Georgius / La vraie Gigouillette (1934)

     

    C'est la fille à la meunière
    Qu'a perdu son pantalon,
    En cueillant dans la clairière
    D' l'aubergine et des brugnons...

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    8 commentaires
  • Habituons nous le plus rapidement possible à rencontrer dans ce qu'on appelait ("avant") une "Patrie", ce type de "compatriote" : des délinquants, multirécidivistes, que la loi ne se donne même plus la peine de sanctionner mais qui,  au contraire, s'adapte à leur comportement, et que la société civile honore par tous les innombrables moyens à sa disposition pour imposer une conception nouvelle de la "citoyenneté", définie par eux-même...

    Un français presque moyen...

    Il avait eu droit de dire qu'il s'occupait d'une petite exploitation agricole, dans l'arrière pays niçois, pour y produire quelques maigres olives et quelques plants d'herbe qui fait rigoler qui lui permettaient de vivoter avec ses trois brebis...

    Il avait eu droit à diverses condamnations, dites "de principe" : prison avec sursis, et amendes symboliques de quelques milliers d'euros, pour avoir aidé plusieurs centaines de personnages fuyant sans scrupule leurs pays d'origine pour venir chercher en Europe un confort qu'aucun de leurs dirigeants ne pouvaient leur offrir ou même leur laisser espérer...

    Un français presque moyen...    Cédric Herrou
     12 mai, 09:32 ·

     

    Bonjour la Roya, bonjour Nice et tous nos soutiens et partenaires !!! Les arrivées reprennent au Camping et nous avons besoin de nourriture! Les jeunes sont très affaiblis et nos réserves sont quasiment épuisées ...
    Nous démarrons donc une collecte de nourriture. Il nous faut un maximum de frais régulièrement et conserves sardines, thon, sauce tomate ....

    Vous pouvez aider financièrement notre association DTC - Défends ta citoyenneté par ce lien :
    https://www.helloasso.com/…/defends-ta-citoye…/formulaires/1
    Ou
    si vous voulez organiser une collecte d aliments dans votre ville pour nous l'emmener on vous offre une grosse bière à l 'arrivée !!
    Pour les petits colis envoyez à
    Association DTC 841 quartier de Veil 06540 Breil Sur Roya.
    Merci de votre soutien
    N hésitez pas à me contacter ou l'association pour avoir une liste des besoins @DTC - Défends ta citoyenneté

    Il avait eu droit aux honneurs du Festival de Carnes avec sa cohorte de "réfugiés" hilares et son doigt d'honneur "à ceux qui se sentent visés"

    Il avait eu droit à une médaille (qui aurait "indigné" "Monsieur Le Préfet") dite d'honneur en loukoum offerte par le maire, "premier magistrat" et "agent de l'état", d'une ville d'une certaine importance qui en profite pour défier l' "État",  la "justice" et le "droit" (ou ce qu'il en reste) en se déclarant "Fier de remettre la médaille de la @VilledeGrenoble à @CedricHerrou et aux citoyens qui l'accompagnent pour la justice et la dignité. Par tradition, Grenoble sait que les diasporas sont une chance. Ensemble, soyons prêts à relever défis de l'avenir. #Migrants" et en insistant avec insolence et mépris: "M. le Procureur de la République, je vous écris ce jour puisque la solidarité envers les éxilé.e.s reste un délit. Forte de sa politique d'accueil et d'aide, la Ville de Grenoble enfreint l'article L 622-1 du CESEDA. Condamnez-moi. #migrants #3DeBriancon #DelinquantSolidaire"....

     

    Il a le droit, maintenant, en plus des migrants demandeurs d'asile mais un peu clandestins malgré eux et à cause de nous, de défendre, sur les ondes d'une radio périphérique, à une heure de grande écoute, aussi les terroristes islamistes.... Qu'il faut comprendre, et parfois excuser, à cause d'une islamophobie agressive encore trop répandue  dans le monde.

     

    Un français presque moyen...

     

     

     

     

     

    Un français presque moyen...

     

     

    Rien d'autre à ajouter...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique