• Un article trouvé sur internet... modestement, rien à retrancher, rien à ajouter...

    Ces voies détournées par lesquelles les attentats favorisent l'islamisation de l'Europe

    Le discours appaisant sur l'islam

    Le discours post-attentat est désormais tellement bien rodé qu’un ordinateur pourrait écrire les articles à la place des journalistes. Seuls les noms et les dates sont à changer.

    Le discours appaisant sur l'islam

    Le récit se répète comme une ritournelle : l’islam n’y est pour rien, les terroristes sont une poignée de fous radicalisés sans lien avec l’islam ; ils lui font même un tort considérable ; d’ailleurs, les musulmans figurent aussi parmi les victimes, même si ce ne sont jamais les lieux ou les symboles musulmans qui sont visés. Et face à ces actes odieux, il faut certes prendre des mesures sécuritaires, y compris en détruisant les bases des terroristes à l’étranger, mais la meilleure réponse est surtout de ne rien changer, de continuer à vivre comme avant, de préserver nos valeurs et nos libertés, et surtout de rester unis en s’aimant les uns les autres car les pays européens n’ont pas d’ennemis.

    Ce discours apaisant, centré sur la lutte contre le terrorisme, peut évidemment se justifier par la volonté d’éviter les violences intercommunautaires. Cette crainte a pu sembler d’autant plus sérieuse que, d’après Gilles Kepel, les violences interreligieuses sont justement supposées faire partie du plan des théoriciens de l’Etat islamique.

    Toutefois, cette grille de lecture est-elle la bonne ? Pire : ne conduit-elle pas à faire fausse route ? Le scénario noir des affrontements communautaires ne s’est pas réalisé. La répétition la régularité des attaques sanglantes permettent maintenant d’avoir un peu de recul. La démonstration a été faite : dans aucun pays, les Européens ne sont descendus dans la rue pour s’en prendre aux musulmans. C’est même tout le contraire. En France, les actes islamophobes ont baissé et l’image des musulmans s’est plutôt améliorée. Et chaque nouvel attentat renforce un peu plus les appels à l’amour, rejetant encore plus loin tout débat sur les causes des problèmes, et sur l’islam en général. Que ce soit par crainte d’un basculement dans la guerre civile, ou par empathie envers une population musulmane qui est vue sous l’angle de la seule victimation, les pouvoirs publics s’attachent prioritairement à écarter tout débat de fond pour se cantonner éventuellement aux problèmes d’organisation institutionnelle, ce qui paraît aussi dérisoire qu’inefficace. La critique de l’islam est découragée, voire sanctionnée, au moins moralement. Critiquer l’islam devient un sport de combat. A-t-on encore le droit de dire que l’on n’aime pas l’islam ? Ne pas être en admiration suffit à rendre suspect. Et ne parlons pas de la dénonciation de l’obscurantisme religieux, qui n’est manifestement plus d’actualité au pays de Descartes et de Voltaire. 

     

    Mais le problème ne s’arrête pas là. En partant du principe que l’islam ne pose aucun problème, voire que les musulmans sont eux-mêmes aux premières loges des victimes du terrorisme, une réponse coule de source : il faut faciliter son développement. C’est tout le paradoxe de notre temps : loin d’avoir provoqué un rejet de l’islam, le terrorisme favorise  un processus d’accommodement et d’encouragement. Proposer un moratoire sur la construction de mosquées relèverait purement et simplement de l’hérésie, à l’heure où le discours institutionnel ne tarit pas d’éloges sur la civilisation islamique, à laquelle la civilisation européenne apparaît tellement redevable.

    On peut voir dans cette attitude une belle manifestation de tolérance et d’ouverture. « Vous n’aurez pas ma haine » disait un écrivain dont la compagne a été tuée au Bataclan. Mais en matière politique, les appels à l’amour ne sont pas plus satisfaisants que les appels à la haine. L’amour et la haine dépolitisent et rendent aveugles : ce sont deux attitudes qui conduisent à ne pas aborder frontalement les problèmes. Or, est-on bien certain que le développement de l’islam soit la meilleure stratégie ?

    Si l’islam devient un jour majoritaire, la société française sera-t-elle toujours la même ou sera-t-elle radicalement transformée ? Une société dans laquelle la majorité des femmes est voilée offre-t-elle les mêmes conditions de vie et de tolérance mutuelle qu’une société où la majorité des femmes n’est pas voilée ? Telles sont les questions à laquelle doivent maintenant répondre les dirigeants politiques car, selon la réponse qu’ils feront, la stratégie à mettre en œuvre sera très différente. Dans tous les cas, le point crucial est de savoir quelle peut être la place de l’islam dans les pays européens. Comment et à quelles conditions peut-il s’intégrer dans un cadre démocratique ? Plus nous retardons ce débat, moins l’intégration pourra se réaliser de façon consensuelle et pacifique. L’islam a beau être une religion minoritaire, il lance des défis considérables aux démocraties européennes. Le pire serait que ces défis finissent par être totalement écartés à cause du terrorisme. Ce qui est peut-être aussi le souhait des terroristes, car ceux-ci nous connaissent probablement bien mieux que nous ne les connaissons.

     

    par Vincent Tournier sur ATLANTICO

     

    Vincent Tournier est maître de conférence de science politique

    à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Lettre de Jacques BOMPARD,

    député F.N. du Vaucluse,

    datée du 23 mai 2017

    à M. le Ministre de l'Intérieur

    ———————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

    ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————— 

     

     

    document trouvé sur Délit d'Images

    "L’islamisme turc à l’assaut de la France!"

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Zirkulez, y'a rien à foir...

    Un maire prive les électeurs de sa commune

    des fêtes du 14 juillet!

     

    Avant – mais c’était avant les présidentielles -, les maires annulaient le 14 Juillet suite à des alertes météorologiques : trop de pluie, trop de vent ou trop de sécheresse. Parfois, c’était l’état des finances de la commune qui obligeait la municipalité à supprimer les festivités. Aujourd’hui, un nouveau motif vient d’être inventé : le vote Marine Le Pen.

    Ils ne manquent pas d’imagination, ces maires anti-FN, après les insultes et la délation, nous en sommes à la suppression des flonflons.

    Messieurs les Berrichons de Sury-près-Léré, vous êtes punis, vous n’aurez pas de fête nationale ni de bal ni de repas. C’est ce que nous apprend Le Berry républicain.

    Pascal Viguié, le maire de ce charmant village, n’a pas goûté le vote "mariniste" dans sa commune : « Je suis touché au plus profond de moi-même. »

    C’est par cette phrase que l’édile a commencé son discours, jeudi 11 mai, lors d’une réunion du conseil municipal. Déjà, au premier tour, comme dans de nombreuses autres communes du Cher, la candidate était arrivée en tête avec 51,9 %, largement devant Emmanuel Macron (18,3 % de voix). Un choix confirmé le soir du second tour, où Marine Le Pen a, une nouvelle fois, décroché 51,9 % des voix devant Emmanuel Macron (48,1 %). Impossible de laisser une telle offense faite à la République, pense notre bourgmestre. Aussi décide-t-il de ne pas participer, cette année, au banquet républicain du 14 Juillet qu’il avait lui-même institué.

     

    Une décision suivie par le conseil municipal qui, jeudi soir, a décrété à la majorité (moins une abstention) d’annuler le repas et les animations offerts par la commune.

     Pour s’en expliquer il eut des mots que n’aurait pas reniés Fouquier-Tinville : « Le 14 Juillet est, et sera toujours, symbole de notre belle République, et a donné naissance à notre devise nationale : Liberté, Égalité, Fraternité ». […] « En votant majoritairement pour un parti d’extrême droite, parti anti-liberté, anti-égalité et anti-fraternité, la majorité des Suryçois m’ont montré tout l’inverse. Notre devise nationale est devenue désormais le dernier de leurs soucis. Le 14 Juillet, pour moi, doit être l’occasion avant tout de fêter notre République et non simplement de manger, de danser et de s’amuser gratuitement. »

    Voilà un bon début, j’imagine la suite ? Afficher la liste des mauvais citoyens sur le fronton de la mairie, badigeonner le devant des maisons des lettres FN, trouver une zone dégagée pour un nouveau type de camping, « le Goulag surycois », et, enfin, utiliser l’argent du 14 Juillet pour construire, avec l’aide de SOS Racisme et de la LICRA, un hôpital psychiatrique avec, pour praticiens, les maires désirant rééduquer leurs administrés ?

     

    Le plus grave est que cet ex-agent EDF ne soit pas au courant qu’il est tenu de respecter et de faire respecter les droits fondamentaux : la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté de réunion. Or, nous sommes face à une discrimination sur le fondement de leurs opinions politiques punissable par la loi (article 225-1 modifié par loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 – art. 86). Pour une telle infraction, un maire risque cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

     

    source : délit d'images       

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Toulouse...

    Le plus grand édifice religieux de Toulouse sera… la mosquée du Mirail

     

     

    Oooh, ma ville... Oh, Toulouse (ouais ?)

     

     

     

     

     

     

    (vidéo de l'avancement des travaux en 2016)

    La mosquée du Mirail doit ouvrir ses portes d’ici fin 2017. Elle sera le plus grand lieu de culte à Toulouse, devant la cathédrale Saint-Étienne. Visible depuis les rames du métro, en direction de la station Basso-Cambo, à Toulouse, le chantier de la mosquée du Mirail touche à sa fin.

    Surplombée d’un minaret de 22 mètres de hauteur tourné vers La Mecque et dotée d’un dôme de 13 mètres de diamètre, le quartier du Mirail prendra un visage encore plus oriental dès la fin de l’année.

    D’une capacité revendiquée de 4 000 personnes, elle deviendra l’édifice religieux pouvant accueillir le plus de fidèles à Toulouse. Cette capacité serait ainsi supérieure à la mosquée As-Salam ou celle toujours en chantier à Empalot. Plus significatif, sa capacité sera plus de deux fois supérieur à la cathédrale Saint-Etienne, vieille de plus de mille ans, pouvant contenir 1 200 fidèles. La Basilique Saint-Sernin, d’une capacité de 1 000 places et bâtie au XIe siècle.

    Une seconde mosquée cathédrale

    Selon le chiffre communiqué par l’architecte du chantier, la mosquée du Mirail disposera d’une surface d’environ 3 700 m2. Abdellatif Mellouki, vice-président du conseil Français du Culte Musulman, n’a pas de doute sur le fait que la mosquée fera le plein lors des grandes fêtes musulmanes. Environ 50 000 Toulousains sont de confession musulmane. Le métro Toulousain et plusieurs parkings voisins permettront de mieux desservir l’espace.

    Bien qu’immense, la « mosquée cathédrale » du Mirail ne suffira pas à répondre aux besoins d’après Abdellatif Mellouki, qui souhaiterai visiblement multiplier ce genre d’édifice. « L’emplacement correspond à une concentration de fidèles dans le quartier du Mirail mais d’autres endroits de Toulouse n’ont pas encore de lieux de culte, il y a aussi un besoin de mosquées de proximité ».

    La mosquée dispose de trois niveaux avec trois salles de prière, de salles de cours d’arabe pour les enfants, une salle de réunion, une bibliothèque, des bureaux, une cuisine, des sanitaires et des salles pour les ablutions.

    Ce projet estimé à quatre millions d’euros « est entièrement financé par les dons des fidèles », assure l’ACCIF (Association cultuelle et culturelle islamique en France) à l’origine de ce gigantesque chantier. Près de 170 000 euros sont encore à récolter, peut-on lire sur le site de l’association.

    L’architecte de la mosquée, Mustapha Seghir, est aussi celui qui est en charge de l’agrandissement de la mosquée d’Auch (Gers).

     

     

    source: infos Toulouse - l'actualité de votre ville

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Elections, pièges à .....

     

     

    Législatives 2017 – Candidat trans chez les écolos

    Le lobby LGBT l’avait rêvé, le parti EELV l’a fait.

    Voilà le candidat trans posant en robe sur son affiche de campagne.

    Sans commentaire…

     Candidat trans chez les écolos...

     

    source: média-presse-info

     

    et aussi:

    Pour ces élections législatives,

    l'islamisme aussi est en marche (Seine-Saint-Denis). 

     

    Elections, piège à .....

     

    à suivre...! (?)

    source: novopress.info

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Il s’agit de captures d’un powerpoint « confidentiel » de l’Institut Montaigne trouvé dans les mails révélés par Wikileaks

     

    source : Fdesouche

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le mémorial Charles Martel, hymne à la civilisation arabo-musulmane !

    Le mémorial Charles Martel, hymne à la civilisation arabo-musulmane !

     

    En notre beau pays, seuls les Français n’ont pas le droit d’avoir une culture, une tradition, un sentiment national, des héros et d’en être fiers… Ils ont osé.
    Et depuis 16 ans que ce musée en plein air, sur la commune de Vouneuil sur Vienne, près de Poitiers, est installé, pas de protestation parmi les 25.000 visiteurs annuels ?
    Certes, les plaques sont pleines de fautes d’orthographe. Sans doute que les 21 rédacteurs, conseillers, consultants, traducteurs et autres illustrateurs n’étaient pas assez nombreux ni assez bien payés pour relire… Mais ce n’est pas le pire.
    Certes, on y apprend tout sur le coran, Mahomet, les mosquées, la richesse de la civilisation arabo-musulmane et son prétendu apport à la civilisation européenne, Al-Andalus, l’étymologie arabe de quelques mots français et les « Arabes aux qualités exceptionnelles »… Difficile à comprendre dans un musée censé rendre hommage à un de nos héros fondateurs s’étant précisément battu contre les arabo-musulmans du VIIIe siècle… Mais ce n’est pas le pire.
    Certes, on consacre un tableau entier à l’adversaire de Charles Martel, c’est à lui que l’on rend hommage… « C’est un guerrier très pieux et très juste. Efficace, il rétablit le calme en Espagne en ébullition suite aux excès de ses prédécesseurs. » Mais ce n’est pas le pire.
    Certes, les mensonges historiques, affirmations fantaisistes et erreurs sont légion. Forcément, puisqu’au service d’une idéologie qui ne se cache pas. L’ancien Maire de Vouneuil sur Vienne, Yves Texier, dit clairement son « amour de la laïcité ouverte respectueuse de l’altérité » et une des responsables de la Communauté d’agglomération : « il ne faut pas que l’interprétation de cet affrontement donne lieu à des récupérations idéologiques. Ce musée se veut avant tout un point de réflexion, de tolérance et de laïcité. Ici, deux civilisations se sont affrontées mais elles se sont mutuellement enrichies au cours des siècles »… Mais ce n’est pas le pire.
    Non, le pire, c’est que toute l’exposition est destinée à répondre aux questions posées d’emblée :
    « Le chef franc était-il ce justicier-sauveur de l’Occident chrétien menacé par l’islam ou un pillard mieux organisé que ses adversaires ? » Un pillard, messieurs-dames, un bâtard illégitime, un usurpateur ayant instrumentalisé sa victoire de Poitiers.
    « Qui avait intérêt à bâtir sa légende ? » Charles Martel en personne, ceux qui voulaient montrer la légitimité de la dynastie carolingienne, ceux qui voulaient justifier les croisades ou même la bataille de Jeanne d’Arc, l’Église faisant la promotion de la foi chrétienne face aux musulmans, Napoléon III et tous ceux qui ont voulu réveiller le sentiment national au cours des siècles… Tant il est vrai qu’en notre beau pays, seuls les Français n’ont pas le droit d’avoir une culture, une tradition, un sentiment national, des héros et d’en être fiers…
    « Que se serait-il passé si les Arabes avaient été vainqueurs ? » Réponses : « La face de la France n’aurait peut-être pas été changée, les Arabes n’étaient que de vulgaires pillards qui passaient… mais peut-être que, plus sûrement, la France a raté là son destin et sa chance de devenir une autre Al-Andalus »… Mélenchon dit la même chose…
    Allez, la cerise sur le gâteau, je vous la donne en mille : une des sources de la prose anti-française du site est la nazie Sigrid Hunke, clairement affichée : description réalisée d’après l’ouvrage de Sigrid Hunke, Le Soleil d’Allah brille sur l’Occident, 1963. Le livre de celle-ci est objectif, c’est le moins que l’on puisse dire : elle y dénonce le judéo-christianisme qui aurait corrompu le monde occidental, ce dernier ne devant sa survie qu’à l’islam…
    J’invite chacun à réagir, à venir constater en personne les dégâts, et à assister dimanche prochain aux Rencontres Charles Martel qui remettront les choses à l’endroit et notre héros en bonne place, dans les esprits au moins.

     

     

    Christine Tasin – Boulevard Voltaire

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique