•  

    Mercy pour ce moment !!!

     

    Mercy pour ce moment !!!

     

    EUROVISION: pendant les préparatifs, la propagande continue.

     

     

    Fini les "transgenres" ou autres femmes à barbe, fini la "diversité" imprécise et indéfinissable, place aux migrants:

     

     

     

     

    Mercy: une bouleversante histoire derrière la chanson de la France à l'Eurovision

    Mercy pour ce moment !!!

    Mercy est un bébé nigérian né à bord de L'Aquarius, un bateau humanitaire qui vient en aide aux migrants naufragés en Méditerranée...

    ...et, comme l'a prophétisé France-Inter: "La France a enfin les moyens de gagner, à condition que tout le monde vote pour Mercy"

    "Une chanson qui n'est pas moralisatrice, pas politique, mais met un visage sur ceux qu’on appelle les migrants" (selon les propos des auteurs-compositeurs-interprètes).  En effet, parler des migrants devant quelques millions de téléspectateurs conditionnés par la presse correcte n'a rien de politique, rien de moralisateur !... tout ce que raconte monsieur François Lepape (Rome-Italie), n'est ni moralisateur, ni politique, tout ce que préconise la G.G.T. d’accueillir tous les migrants n'a rien de moralisateur, rien de politique... ni les affirmations de la Croix-Rouge, ni de France Terre d'Asile, ni de Emmaüs France, ni de Association Salam, ni de Médecins sans Frontière, ni du Secours Catholique, ni du Secours Populaire, ni de la Cimade... et quelques dizaines d'autres C'était juste pour faire une chanson et émouvoir le bon peuple qui va courir acheter le disque et les produits dérivés: baigneur poupon en bakélite noire, modèle réduit de l'Aquarius à monter soi même, bouées de plage en forme de bateau de sauvetage, etc...

    "Quand on a écrit, on ne pensait pas à l'Eurovision. Mais on s'est dit que ce serait un acte magnifique de porter ce titre le plus loin possible, dans plusieurs pays d'Europe"

    La preuve: "Le règlement de l’Eurovision stipule que les paroles des chansons, ainsi que leur présentation, ne peuvent porter atteinte, ni au concours, ni à l’UER. Il est interdit d’inclure tout mot ou tout geste de nature politique ou assimilable.", alors, hein ? Même simplement aborder ce thème, qui préoccupe toute l’Europe peut être considéré comme un tout petit peu politique sur l'un des bords ( même si le groupe dit "non, non, non...")

    Et le fait que "Madame Monsieur" vont donner un concert caritatif en faveur de S.O.S. Méditerranée n'a rien de moralisateur, rien de politique... juste une heureuse coïncidence... Mais  Delphine et sa France-Télévision sont peut-être un peu derrière ce choix tant attendu...?

    Après Lisbonne, retrouve les aventures de Monsieur-Madame à Calais...

    Mercy pour ce moment !!!

       

    Mercy pour ce moment !!!

     

    Mercy pour ce moment !!!

    Et comme, en même temps™, l'histoire du petit Aylan était un peu oubliée avec tout ce qu'on a vu et entendu depuis plus de deux ans et que, en même temps™, madame Taubira (vous vous souvenez ?) avait déjà écrit un début de paroles pour une charmante béguine-mazurka: "Son prénom avait des ailes, son petit cœur a dû battre si fort que les étoiles de mer l'ont emporté sur les rivages de nos consciences...tchipo, tchipa, tchitchi..."

     

    Revenons à nos moutons (de Panurge):

    Les yeux écarquillés, les mains sur la bouche et la mine stupéfaite. Émilie Satt et Jean-Karl Lucas, un duo réuni sous le nom de Madame Monsieur ont mis plusieurs secondes à réaliser.

    lu dans les pages "culture" de l'Express


     

     

     "Mercy", paroles et musique Madame-Monsieur (ou l'inverse)

    Je m’appelle Mercy
    Au milieu de la mer
    Entre deux pays, Mercy

    C’était un long chemin et Maman l’a pris
    Elle m’avait dans la peau, huit mois et demi
    Oh oui, huit mois et demi

    On a quitté la maison, c’était la guerre
    Sûr qu’elle avait raison, y’avait rien à perdre
    Oh non, excepté la vie

    Je suis née ce matin
    Je m’appelle Mercy
    On m’a tendu la main
    Et je suis en vie
    Je suis tous ces enfants
    Que la mer a pris
    Je vivrai cent mille ans
    Je m’appelle Mercy

    Si il est urgent de naître,
    Comprenez aussi
    Qu’il est urgent de renaître,
    Quand tout est détruit
    Mercy ...

     

     

    Et là devant nos yeux y’avait l’ennemi
    Une immensité bleue peut-être infinie
    Mais oui, on en connaissait le prix

    Surgissant d’une vague, un navire ami
    A redonné sa chance à notre survie
    C’est là, que j’ai poussé mon premier cri

    Je suis née ce matin

    Je m’appelle Mercy
    On m’a tendu la main
    Et je suis en vie
    Je suis tous ces enfants
    Que la mer a pris
    Je vivrai cent mille ans
    Je m’appelle Mercy

    Derrière les sémaphores
    Serait-ce le bon port ?
    Que sera demain ?
    Face à face ou main dans la main
    Que sera demain ?

    Je suis née ce matin
    Je m’appelle Mercy

     

    Merci, merci, je vais bien merci
    Merci, merci, je vais bien merci
    Merci, merci, je vais bien merci
    Merci, merci, je vais bien merci

     

    Moi, je sais pas, mais à défaut d'un Grand Prix de l'Eurovision, je verrai bien un Prix Nobel de Littérature

     

     

     

    En marge de tout ça, deux petites nouvelles qui ont peut-être un lointain rapport avec notre sujet:

      Italie : les musulmans jettent les chrétiens à la mer !
     

     

       Ajoutée le 8 janv. 2018

    Et, paradoxalement, on montre du doigt les "sous-humains": les nouveaux "Untermensch", nouveaux "sous-hommes", éternels "souchiens"

     

    Migrants à Langourla (22).

    Réunion publique tendue : les opposants qualifiés de "sous-humains"

     

    Plusieurs centaines d’habitants, mais aussi de militants politiques ou de citoyens d’autres communes, se sont donc rendus à cette réunion. Elle était animée par les maires du Mené et de Langourla… mais aussi par un "arsenal  associatif" très favorable au projet .

    Après les discours des deux maires deux militantes du collectif "Les gens heureux d’accueillir des réfugiés à Trégastel et à Trébeurden" ont été sollicitées pour animer la réunion. Venues avec des "migrants" de leur secteur, elles ont fait la morale aux opposants

    Étaient également à la table des élus deux militants d’extrême gauche : un membre de l’ASTI (Association de Solidarité avec Tous les Immigrés) et  un médecin. Ce dernier a choqué l’assistance en qualifiant de "sous-humains" ceux qui s’opposeraient à l’immigration

    Après une heure d’intervention de la part des élus et des associatifs pour vanter le "vivre ensemble", le "devoir d’accueil", la "France terre d’immigration depuis des siècles" et autres poncifs , le public était invité à se présenter et à prendre la parole.

     

    [cc] Breizh-info.com du 28/01/2018,

     


     


    2 commentaires
  •  

    Il pleut...

     

    Je me demande ce qu'il arrive à nos maîtres d'opinion publique (les Calvi, Elkrief, Pujadas et autres) qui, depuis quelques jours, nous informent qu'ils se sont aperçus de l'existence d'un regain de sentiment d'insécurité, un peu partout sur l'ensemble de l'Hexagone...

     

    Il pleut...

    "Bonjour...Chers téléspectateurs et spectateuses, nous vous informons que nous nous sommes aperçus de l'existence d'un regain de sentiment d'insécurité, un peu partout sur l'ensemble de l'Hexagone...

    sentiment d'...

    • insécurité pour tout les usagers dans certaines stations du métropolitain de la ville de Paris (et peut-être ailleurs ?)
    • insécurité pour les employés, conducteurs et contrôleurs de la RATP, de la SNCF et autres sociétés de bus, de tram, etc...
    • insécurité pour les facteurs (je veux dire préposés à la distribution du courrier) dans les quartiers sensibles...
    • insécurité pour les personnels des hôpitaux et des centres de santé face à des exigences communautaristes...
    • insécurité pour les prêtres (catholiques), les religieux et religieuses (catholiques), et pourquoi pas les fidèles (catholiques), jusque dans leurs lieux de culte et dans leurs sanctuaires...
    • insécurité pour les médecins et infirmières et tous les professionnels de santé dans les quartiers qu'on dit défavorisés...
    • insécurité pour les policiers nationaux, municipaux et les agents de surveillance dans les quartiers qu'on continue d'appeler défavorisés...
    • insécurité pour les pompiers et tous les services de secours en général, dans les quartiers qu'on continue s'obstine à qualifier de défavorisés...
    • insécurité pour les gardiens de prison, face à des exigences communautaristes... (encore ? tiens !! j'ai dit bizarre ?)
    • insécurité pour les femmes dans les quartiers à dominante de personnes mâles, un peu communautaristes (tiens !!) et  "racisées", kommondit...
    • insécurité pour les riverains des territoires (pas encore tout à fait) "perdus de la République" occupés par des immigrés clandestins que l'on appelle "réfugiés" ou "migrants", ayant laissé femme(s) et enfants dans des pays d'origine en proie à la plus grande détresse matérielle, physique, spirituelle et morale (morale, je veux bien...), installés dans des jungles encore plus en proie à... etc... etc... ou dans de chouettes petits immeubles avec l'électricité à tous les étages, soit offerts grâce la générosité des français et de leurs élites, soit squattés avec l'appui de tout un tas de bénévoles innocents ou cyniques, pour venir violer nos filles et nos compagnes qui ne demanderaient que ça, selon certains avis et aveux un peu communautarisetc.....
    • insécurité pour les riverains des territoires (pas encore tout à fait) "perdus de la République" occupés par des punks à chien crasseux et de gentils jardiniers producteurs d'herbe qui fait rigoler médicinale (bio), éleveurs de chèvres et de poulets spécistes et/ou végans, que l'on appelle "écologistes" ou "utopistes" ou "résistants" ou "chercheurs en sciences zhumaines et sociologiques" ou "militants d'un art brut"... mais qui se contentent de toucher leur allocation chômage en attendant de dézinguer quelques flics qui viendront leur demander de partir de là (à la fin de la "trêve hivernale !")
    • insécurité pour les écoliers, les collégiens, les lycéens, face à des gangs de sauvageons illettrés et "stigmatisés", kommondit (encore)...
    • insécurité pour les personnes âgées un peu partout, et jusqu'à leur domicile...
    • insécurité pour tout·e un·e chacun·e, dans les lieux publics, dans les transports en commun, dans les bâtiments officiels, dans les centres commerciaux, dans les restaurants, les bars, les discothèques, blablabla...

    Découvrons notre sondage, réalisé le 15 janvier dernier sur un échantillonnage représentatif de la population française. A la question " Éprouvez-vous parfois un sentiment d' insécurité", les réponses sont les suivantes:

    • Bien sur, pauv'conne, t'as qu'à venir te balader le soir auprès de la tour Nelson Mandela ou à la Cité des Tourterelles, sans être bâchée de la tête aux pieds, et tu comprendras: 9%
    • Absolument pas, chère amie... Il s'agit là, indubitablement et sans hésitation, d'élucubrations d'esprits paranoïaques et complotistes, nostalgiques des zeureléplussombres: 22%
    • Zebi...Nardine bebek: 68%
    • 'ous 'ou'ez 'é'éter 'a 'eust'on ? 1%:

    Revenons maintenant à notre dossier du jour:

    • insécurité, inquiétudes et incertitudes pour le week-end liées à la météo: il pleut ! il a plu et il va pleuvoir...

    Nous allons recevoir nos invités: un météorologue, un hydrologue, un agriculteur venu de Notre-Dame -des-Landes, des riverains de rivières, et d'autres personnalités, mais avant ça, suivons notre reporteuse, à vous, Aïcha Rhammadan...

     

     @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain

    En parlant de pluie, je viens de réécouter cette chanson de Bob Dylan... finalement, ça colle bien avec  l'actualité...

    (paroles et traduction en bas de page)

    A Hard Rain's A-Gonna Fall

    ...et, dans un genre plus espiègle mais non-moins pertinent:

    Il pleut...

    Le blues du temps qu'il fait

     

    ou, pour synthétiser...  

    Il pleut...

     

     

     

    @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain 

    A Hard Rain's A-Gonna Fall

    Oh, where have you been, my blue-eyed son?
    And where have you been my darling young one?
    I've stumbled on the side of twelve misty mountains
    I've walked and I've crawled on six crooked highways
    I've stepped in the middle of seven sad forests
    I've been out in front of a dozen dead oceans
    I've been ten thousand miles in the mouth of a graveyard


    And it's a hard, it's a hard, it's a hard, and it's a hard
    It's a hard rain's a-gonna fall



    Oh, what did you see, my blue eyed son?
    And what did you see, my darling young one?
    I saw a newborn baby with wild wolves all around it
    I saw a highway of diamonds with nobody on it
    I saw a black branch with blood that kept drippin'
    I saw a room full of men with their hammers a-bleedin'
    I saw a white ladder all covered with water
    I saw ten thousand talkers whose tongues were all broken
    I saw guns and sharp swords in the hands of young children


    And it's a hard, it's a hard, it's a hard, and it's a hard
    It's a hard rain's a-gonna fall



    And what did you hear, my blue-eyed son?
    And what did you hear, my darling young one?
    I heard the sound of a thunder that roared out a warnin'
    I heard the roar of a wave that could drown the whole world
    I heard one hundred drummers whose hands were a-blazin'
    I heard ten thousand whisperin' and nobody listenin'
    I heard one person starve, I heard many people laughin'
    Heard the song of a poet who died in the gutter
    Heard the sound of a clown who cried in the alley


    And it's a hard, it's a hard, it's a hard, it's a hard
    And it's a hard rain's a-gonna fall



    Oh, what did you meet my blue-eyed son ?
    Who did you meet, my darling young one?
    I met a young child beside a dead pony
    I met a white man who walked a black dog
    I met a young woman whose body was burning
    I met a young girl, she gave me a rainbow
    I met one man who was wounded in love
    I met another man who was wounded in hatred


    And it's a hard, it's a hard, it's a hard, it's a hard
    And it's a hard rain's a-gonna fall



    And what'll you do now, my blue-eyed son?
    And what'll you do now my darling young one?
    I'm a-goin' back out 'fore the rain starts a-fallin'
    I'll walk to the depths of the deepest black forest
    Where the people are a many and their hands are all empty
    Where the pellets of poison are flooding their waters
    Where the home in the valley meets the damp dirty prison
    And the executioner's face is always well hidden
    Where hunger is ugly, where souls are forgotten
    Where black is the color, where none is the number
    And I'll tell and speak it and think it and breathe it
    And reflect from the mountain so all souls can see it
    And I'll stand on the ocean until I start sinkin'
    But I'll know my song well before I start singing

    And it's a hard, it's a hard, it's a hard, and it's a hard
    It's a hard rain's a-gonna fall

     

    Où es-tu allé, mon fils aux yeux d’azur ?
    Où es-tu allé, mon fils bien-aimé
    J’ai trébuché sur la face embrumée de douze montagnes
    J’ai marché et rampé sur six routes tortueuses
    Je me suis plongé au cœur de sept sinistres forêts
    Je me suis retrouvé sur les bords de douze mers mortes
    J’ai erré dix mille lieues au sein d’un cimetière



    Et c’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible, C’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible averse qui se prépare !



    Oh mais qu’as-tu vu mon fils aux yeux d’azur ?
    Qu’as-tu vu mon fils bien-aimé ?
    J’ai vu un nouveau-né, entouré de loups sauvages
    J’ai vu une route déserte, pavée de diamants
    J’ai vu du sang qui s’égouttait d’une branche noire
    J’ai vu une salle, remplie d’hommes,un marteau sanguinolent à la main
    J’ai vu une échelle blanche recouverte par l’eau
    J’ai vu dix mille orateurs dont la langue était paralysée
    J’ai vu des pistolets et des lames tranchantes dans des mains d’enfants



    Et c’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible, C’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible averse qui se prépare !



    Oh mais qu’as-tu entendu mon fils aux yeux d’azur ?
    Qu’as-tu entendu mon fils bien-aimé ?
    J’ai entendu le grondement du tonnerre qui s’abattait comme un terrible avertissement,
    J’ai entendu le déferlement d’une vague qui pouvait noyer la terre entière,
    J’ai entendu cent tambours frapper de leurs mains flamboyantes,
    J’ai entendu dix mille chuchotements que personne jamais n’entendait,
    J’ai entendu les plaintes de l’affamé et des gens qui se riaient de lui,
    J’ai entendu le chant du poète qui crevait dans le ruisseau,
    J’ai entendu les gémissements d’un clown qui pleurait dans une ruelle,


    Et c’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible, C’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible averse qui se prépare !



    Oh mais qui as-tu rencontré mon fils aux yeux d’azur ?
    Qui as-tu rencontré mon fils bien-aimé ?
    J’ai rencontré un jeune enfant, à coté d’un cheval mort,
    J’ai rencontré un homme blanc qui promenait un chien noir,
    J’ai rencontré une jeune femme dont le corps était en flammes,
    J’ai rencontré une jeune fille qui m’offrit un arc en ciel,
    J’ai rencontré un homme blessé par l’amour,
    J’en ai rencontré un autre blessé par la haine,

    Et c’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible, C’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible averse qui se prépare



    Et que va-tu faire maintenant, mon fils aux yeux d’azur ?
    Que va-tu faire maintenant mon fils bien-aimé ?
    Je vais retourner là bas avant que l’averse ne s’abatte,
    Je vais marcher jusques aux profondeurs de la plus profonde des forêts sombres,
    Là où les gens sont légions, et où leurs mains sont vides,
    Là où des granulés de poison flottent sur les eaux,
    Là où les maisons de la vallée se mêlent aux prisons humides et crasseuses,
    Là où la face du bourreau est toujours soigneusement cachée,
    Là où la faim est sordide et les âmes oubliées,
    Là où Noir est la couleur et Nul, le nombre,
    Et je le dirai, et j’en parlerai, et je le penserai et je le respirerai
    Et j'en ferai irradier la montagne,afin que chaque être humain puisse voir,
    Et je resterai sur l’océan, jusqu’à ce que j’y disparaisse.
    Mais je connais la chanson par cœur.

    Et c’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible, C’est une terrible, c’est une terrible, c’est une terrible averse qui se prépare

     

    Le blues du temps qu'il fait

    "It's raining, it's pouring, the old man in snoring, he went to bed and he bumped his head, he couldn't get up in the morning.

    Mes amis, j'ai une bonne nouvelle à vous annoncer ce soir.

    Le gouvernement a décidé qu'à partir d'aujourd'hui il va falloir faire plus attention au temps qu'il fait. Un nouveau ministre du climat vient d'être nommé et la première chose à laquelle on pourra s'attendre c'est que demain, il va pleuvoir.

    Vous vous demandez peut-être pourquoi il pourrait faire beau ? Le gouvernement veut que vous sachiez que le soleil n'est qu'un seul aspect du temps, que malheureusement nos moyens actuels ne nous permettent pas encore de contrôler le soleil. Ce que nous pouvons contrôler c'est la pluie, le brouillard et le vent.

    Mais par contre, y aura plus jamais de guerres.

    A partir d'aujourd'hui si nous avons besoin de détruire un autre pays, nos fils resteront chez nous, le temps fera tout le travail. Vous serez peut-être étonnés d'apprendre que nous sommes actuellement en guerre avec un petit pays qui s'appelle l'île du Moldor, et que depuis deux semaines il tombe un(e) neige de talc si épais(se) sur Moldor que les seuls endroits visibles sur l'île sont les yeux des macaques accrochés aux cimes des palmiers. Mais y a pas une seule perte de vie humaine jusqu'ici, les habitants de Moldor sont tous tranquillement dans leurs abris météorologiques en train de regarder la guerre à la télévision.

    Maintenant, ni le président ni moi même peuvent s'enorgueillir pour les inventions qui ont rendu ces choses possibles. La pluie a été inventée par les américains qui ont appris ça de Géronimo avant qu'il soit mort. Et la première pluie vraiment réussie, c'était une pluie d'acide sulfurique à Détroit en 1966. Ça brulait des trous dans les culottes de ma sœur, l'herbe est devenue toute jaune.

    Mais la pluie et le soleil c'est pas tout. Si notre pays doit pousser, nous avons besoin de fumier. Le gouvernement fait une enquête et nommera bientôt un nouveau ministre du fumier. Il est possible maintenant que quelques uns d'entre vous auront du mal à s'adapter aux changements qui vont venir, le gouvernement veut que vous sachiez que de nouveaux bureaux et de nouveaux logements plus chers sont en train de se construire rapidement et que désormais notre devise sera "personne dans la rue avant l'an 2000". Et pour vous aider à passer ces jours de pluie, n'oubliez pas le conseil de votre ministre du bonheur : de prendre tous les matins votre petite pilule de soleil, en vente dans chaque pharmacie.

    It's raining, it's pouring, the old man in snoring, he went to bed and he bumped his head, he couldn't get up in the morning."

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • "The end" musique des Doors par Jim Morrisson (1967)

    et extrait du film "Apocalypse Now" de Francis Ford Coppola (1979)

     

    C' est la fin,
    Sublime amie,
    C'est la fin,
    Ma seule amie, la fin..  

    from :
    Camille to :
     Camille

     

     

     

     

     

     

    * "N.D.D.L".="Nouveau Délire Du Lieutenant" (George Philipps, dans le film)

    -je ne vois pas à quoi d'autre...-

    N.D.D.L.: "LA" solution ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • SORTIR A CUBA A PARIS

    (petite revue de presse express...)

     

    @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain

    Depuis le 20 décembre 2017, la ville de Paris propose aux parisiens, parisiennes et touristes de découvrir une exposition consacrée à la figure mondialement connue d'Ernesto Che Guevara.

     

    Organisée par l'association Pachamama, l'exposition "Le Che à Paris" propose de retracer l'histoire de l'une des figures les plus importantes de l'histoire de la révolution ! Les visiteurs pourront suivre, jusqu'au 17 février 2018, les chemins empruntés par le Che lorsqu'il se rendait à Paris et d'en découvrir plus sur ses multiples facettes.

    S'il fut un grand guérillero marxiste, il était aussi et bien sûr un médecin, un poète, un voyageur, un artiste et amateur d'arts... Mais, à peine arrivée, l'exposition sur le dirigeant de la révolution cubaine provoque déjà une polémique , certains lui reprochant de mettre de côté sa part d'ombre et les nombreuses morts qu'il a causées... 

    A vous de vous faire votre avis !

    @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain

     

    @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain

     
    Anne Hidalgo est sous le feu des critiques pour son hommage rendu à Che Guevara. Sur Twitter, jeudi 28 décembre, la maire PS de Paris a qualifié le révolutionnaire marxiste argentin d’" icône romantique", à l’occasion d’une exposition consacrée au "Che" :

    "Hallucinant !@Anne_Hidalgo célèbre le romantisme du Che, une crapule sanguinaire qui a personnellement torturé et assassiné de sa main 130 malheureux dans l’abominable camp de concentration et de torture qu’il dirigeait. A quand un hommage à Pol Pot, Béria et Mao ?", a tweeté l’ancien ministre de l’éducation Luc Ferry.

    Pour la députée Les Républicains (LR) Valérie Boyer, Anne Hidalgo participe ainsi "à l’apologie des crimes communistes.

    Le leader francilien du Front national, Wallerand de Saint Just, a quant à lui dénoncé "une exposition à la gloire du stalinien Che Guevara", qualifié d' "ignoble boucher"
    Le Monde
    Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain  

    @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain

    Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain

     

    @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain

     @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain, ça commence par ici

    Autre son de cloche sur Boulevard Voltaire où Ferrán Núñez, écrivain et officier cubain, proteste contre l’exposition sur le Che organisée par la mairie de Paris et défendue par la maire Hidalgo, car présenter comme une icône “un bourreau sanguinaire, raciste et assoiffé de sang” na rien de romantique et ne correspond pas aux valeurs de la France.

       

     

    @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain

    @ Ana María Hidalgo Aleu, ép. Germain , ça continue par là...

    Et puis, pour finir et pour adoucir les mœurs: une réponse en chanson de notre chanteur d'occident préféré...

    Jean-Pax Mefret:

    Le chanteur de L'occident


    La chanson a été écrite en 1974 et a été publiée en 1975 sur le 45 tours "Le chanteur de l'occident. La version en écoute ici est la version de 1980 qui diffère de la version originale dont les paroles étaient les suivantes (cf.le 3ème couplet) mais dont je n'ai pas trouvé d'enregistrement,

     

     "Le chanteur de l'Occident" (Jean-Pax Mefret).

     

    Puisqu'il faut le dire en chansons,
    Puisque la guitare est devenue une arme,
    Je viens chanter l'espoir,
    Je chante contre le Grand Soir,
    Je viens chanter pour l'Occident.

    Puisque l'un de vous a chanté Potemkine,
    Moi je viens chanter Soljenitsyne.
    Je dénonce les camps,
    Les camps du temps présent,
    Ignorés par les nouveaux bien-pensants.

    Puisque que l'un de vous chante Che Guevara
    Moi je chante Primo de Rivera
    Je viens chanter la vie de José Antonio
    Lui c'est pour l'Occident
    Qu'il était guérillero

     

    Vous n'avez pas le monopole du mot Liberté.
    Vous n'avez pas le monopole du mot Vérité.

     

    Budapest en Hongrie,
    Prague en Tchécoslovaquie,
    Les Juifs en Sibérie,
    Le Mur de Berlin
    Et maintenant Kaboul
    Sont là pour témoigner.

    Puisqu'il faut choisir entre deux camps,
    Puisqu'il faut s'engager en chantant,
    Moi je chante l'Espoir,
    Je chante contre le Grand Soir.
    Je suis un chanteur d'Occident.

    Alors, chante l'Espoir,
    Chante contre le Grand Soir,
    Chante fort, chante pour l'Occident.
    Chante, chante, chante pour l'Occident.


    Chante, chante, chante pour l'Occident.

    Chante, chante, chante pour l'Occident.

     

     

    question du 04-05-2006, trouvée sur un site consacré aux musiques et aux chansons, et la réponse :

    Le chanteur très à droite Jean-Pax Mefret pratique-t-il l'autocensure? A-t-il mis de l'eau dans son anisette? Alors que sur le CD, un couplet du "chanteur de l'Occident" dit:
        "Même si l'un de vous parle de calomnie,
        Moi je chante les accords d'Helsinki.
        Je chante pour Sakharov,
        Et contre les tyrans
        Qui lancent leurs Anthonov sur le pays afghan."
    On peut entendre sur le vinyle un texte différent pour ce même couplet:
        "Puisque que l'un de vous chante Che Guevara
        Moi je chante Primo de Rivera
        Je viens chanter la vie de Jose Antonio
        Lui c'est pour l'Occident
        Qu'il fut guerillero"
    Est-ce de l'autocensure? Un changement de cap? Un procès contre la chanson? Ce qui me surprend, c'est que je n'ai trouvé, pas plus sur le site officiel de cet ex-extrémiste que sur d'autres qui lui sont dédiés, la moindre mension de cette ancienne version, comme si tout cela "n'avait jamais existé"… alors que si, c'est bien ce qu'il dit sur le 45 tours! 

    par fredke

    On a déjà évoqué Jean-Pax Méfret dans les forum et cela s'est terminé en queue de poisson. Par conséquent, on va éviter d'aborder à nouveau le sujet. D'une façon générale, il est d'ailleurs clairement indiqué dans la faq que les débats idéologiques ou politiques ne sont pas tolérés. Merci. 

     par Petitcurieux

     

    sur Forum : BiDoRéMi

     

     

     

     


    3 commentaires
  • Avant-propos  

    Je ne connaissais pas du tout ce groupe strasbourgeois, dont je découvre le style musical mais qui mériterait une écoute pour laquelle je n'ai pas les compétences afin de pouvoir l'apprécier à sa juste valeur.

    Mais d'apprendre que ces trois musiciens ont eu l'heur de déplaire à missié Louis-Georges Tin du CRAN (ceci n'est pas une particule) me les rendent sympathiques et me donne l'envie de vous faire partager cette découverte rare.

     

     Prologue 

    Polaroïd

     

    POLAROID3

    CHRISTINE CLEMENT chant, composition

    CHRISTOPHE IMBS: synthétiseurs

    FRANCESCO REES: batterie, laptop


    Issus de la scène jazz actuel, les musiciens de Polaroid3 ont développé liberté et richesse de jeu dans leurs pratiques respectives avec le désir de jouer une musique personnelle qui s'aventure loin des "clichés". Formée autour des compositions de Christine Clément, la musique de POLAROID3 est porteuse d'images troublantes, denses et envoûtantes. Une "trip-pop" sensuelle et organique.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Épisode 1

    12 Février 2017

    France-bleue Alsace

    Polaroid3... Plaisirs auditifs instantanés !

    Une chanteuse, une batterie, des synthés, c’est le socle de Polaroid3. La formation défriche brillamment un vaste territoire musical, affranchi des classifications et des genres. Jazz, pop, classique, électro convergent sans jamais sombrer dans un crossover insipide.

    Polaroid3 s’inscrit ainsi dans une approche novatrice, à la recherche d’une musique renouvelée, voire expérimentale, qui n’oublie cependant pas l’émotion. Et les chansons qui traversent “Rivers” ne manquent pas d’en donner.

    Francesco Rees et Christophe Imbs tissent un écrin ensorcelant pour les compositions et la voix de Christine Clément. Elle chemine entre des sonorités synthétiques, des percussions martiales et des cordes soyeuses.

    Un univers intense et étrange qui intrigue d’abord puis qui captive franchement. On est emporté par cette musique, construite autour de boucles, d’arrangements complexes et envoûtants.

     

    Polaroïd

     

     

    Épisode 2

    21 Février 2017

    France:info

    Les artistes du groupe Polaroid3 ont été obligés de s’expliquer après la sortie de leur nouvel album Rivers, indique France Bleu Alsace mardi 21 février. Le Cran (Conseil représentatif des associations noires de France) dénonce un clip raciste. Sur les images, une femme habillée en blanc et deux hommes au visage peint en noir marchent dans une forêt et autour d’un lac gelé. Le Cran a été saisi par des internautes choqués

    Pour le président du Cran, Louis-Georges Tin, le clip véhicule des représentations racistes. "Il y a deux problèmes de racisme dans cette histoire", estime le président du Cran qui voit dans le clip, une femme entouré de "deux valets, deux hommes animaux". Cela donne selon lui "cette impression que les Noirs sont des animaux et que les animaux sont des Noirs". Le groupe s’est dit stupéfait de cette lecture de leur clip et l’a contestée. Pour Christine Clément, la chanteuse du groupe strasbourgeois, il n'est pas question de racisme. "Si on enlève le contexte, c'est complètement ridicule. C'est un paysage blanc, le blanc, le noir, les contrastes. Cela n'a rien à voir avec la couleur de peau."

    Le réalisateur du clip, le photographe Philippe Savoir se dit inquiet pour la liberté d'expression. Ce qu'il a mis "dans le clip et dans l'univers visuel global" n'est pas du tout raciste, "c'est une rêverie, un conte, un paysage onirique, sans symbolique particulière ou message subliminal", s'est-il défendu. Selon lui, dans le clip, "les gens ont le visage noirci, mais noirci ne signifie pas faire une parodie d'un africain ou d'un afro-américain et il n'y a aucune référence à ça dans le clip et à aucun endroit". Dans le Bas-Rhin, la Licra, la ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme, a vu le clip. Elle ne soutient pas du tout la position du Cran qu'elle estime "exagérée". Selon sa présidente Fabielle Angel, "il n'y a rien de raciste dans ce clip".

    Le clip a suscité la polémique sur les réseaux sociaux et entraîné l’annulation du concert parisiens des Strasbourgeois, le samedi 18 février. Polaroid3 a publié un post sur sa page Facebook dans lequel il a présenté "ses excuses les plus sincères" "à tous ceux et toutes celles qui se sont sentis blessés" par certaines images du clip. Les images sur leur page Facebook ont été retirées mais le groupe ne compte pas enlever le clip.

     

    Intermède 

    l'objet du délit:

     

     

    Épilogue 

    Vous pouvez faire votre choix et votre opinion entre ces 2 explications !

    Polaroïd

         

    Polaroïd

    Pour Christine Clément, tourner ce clip

    était comme un rite de passage

         

    Pour le CRAN, c’est toute la mise en scène

    qui est choquante

    "On a fait appel à des figures mythologiques, mi-hommes, mi-bêtes pour Christophe et Francesco et moi en dame des neiges. Il était important pour nous de se transformer, ça fait partie de notre démarche artistique, de notre progression globale. Sur scène, je suis assez statique, la musique est assez méditative donc pour la vidéo, il fallait des images qui marquent."
          Le clip met en scène des hommes ayant tantôt une tête d’ours, tantôt une tête de noir, donnant l’impression d’une sorte de proximité ontologique entre les deux. Ces individus hybrides portaient un collier de paille et des tresses, comme on en a traditionnellement dans plusieurs régions d’Afrique. Ces deux hommes noirs, sauvages, animaux, suivaient docilement une maîtresse blanche, pourvue d’une coiffe blanche, d’une robe blanche, le tout dans un décor neigeux, tout à fait blanc, évidemment.

     

     

    Envoi

    Sinon, ouvertement "raciste", il y a un certain Claude Debussy, qui n'a jamais été dénoncé comme il se doit:

     

     

     

     

     

     

     

     

    ' Tin... encore lui ?

    ' Tin... encore lui ?

     et comme dirait (presque) l'autre:

    "Après l'Agésilas (..), - Hélas! - Mais après ce Haltelà, - Holà!",

    sinon...

     

    Polaroïd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  • Le Patriote (R. Haroche)

     

     

    Le patriote...

    Je ne connaissais pas bien cette petite chanson... mais je me suis souvenu de cette histoire d'un pauvre et triste individu, se prenant sans doute pour un "performer" rebelle et engagé, enfourchant la statue de Jeanne d'Arc et lui caressant les seins pour promouvoir son dernier disque...

    C'est en recevant un courriel rappelant la lettre ouverte de Myriam Picard  à ce "freluquet" que j'ai compris jusqu'à quel point on était mal barrés !

    Autant j'arrive parfois, un (tout petit) peu, à me dire que les militants du C.R.A.N. ou les "Indigènes de la République", ou certains rapeurs plus ou moins "racisé.e.s", ou encore les mélenchonâtres obtus peuvent avoir comme "alibi" l'obligation de satisfaire une clientèle exigeante, autant j'ai envie de lui jeter mon lest sur son porte-pipe, quand il s'agit d'un pur produit marketing de la société du spectacle qui vient insulter (j'allais dire "gratuitement" !!!) tout un peuple et toute une histoire d'un pays dont il est heureux de profiter de la liberté qui lui est accordée!

    ( Merci à Marcel Quisereconnaitra ! )

    petit conseil...:

    après avoir plus ou moins entendu ou écouté cette "chose" datant de 2010  vous pourrez toujours vous dépolluer les oreilles et l'esprit avec  "Le vieux soldat" ou  "Les larmes du drapeau"

    Le Patriote

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Patriote

    par Raphaël Haroche, plus connu sous le nom d'artiste de "Raphaël", le rebelle saltimbanque de la chanson française

    les paroles :

    Si j'étais moins intelligent
    Si j'avais pas ma carte de lâche
    J'leur foutrais mon pied dans les dents

    J'leur faciliterais pas la tâche

    En première page des magazines
    Ils sont partout dégueulant
    Leurs réformes et leur grippe porcine
    Le bon peuple et son président

    Mais la France parfois ça m'déprime
    et les français sont désolants

    Tous des camés, des pédophiles
    C'est ce qu'ils pensent ces pauvres tarés
    Si tu rentres pas dans la file
    Tu finis bien vite aux arrêts
    Et dès qu'il y en a un qui tombe
    Ils se ramènent tous regrettant
    Ils vont tous chialer sur sa tombe
    La Légion d'honneur c'est pour quand?

    Et les français sont désolants, et la France parfois ça m'déprime

     

    Le conformisme des enfants
    Qui peuvent pas aligner deux phrases
    Et le courage de leur parents
    Devant le monde qui s'embrase
    Les étrangers, ça va dans des camps
    On va quand même pas sauver le monde
    Et mes Santiag' dans tes dents
    C'est toujours mieux que d'te répondre
    Avec mes amitiés viriles
    Et c'est sûr, la France, ça me déprime

    Il faut chanter la marseillaise
    Et avé' la main sur le cœur
    Moi je la siffle avec les beurs
    Prie pour qu'au foot on soit de la baise
    L'ordre moral est bien partout
    La démago de gauche à droite
    J'aime mieux attendre qu'ils soient bien saouls
    Avant de me battre

    Et les Français sont désolants, Et le débat est captivant

     

    Ça parle encore dans les cafés
    Ça parle toujours dans les journaux
    C'est toujours nous qu'on va payer
    Tous des pourris, tous au poteau
    Que les meilleurs partent en premier
    Restent donc que les bons connards
    Ça fait longtemps que je l'avais noté
    Planqué derrière mes lunettes noires
    J'ai comme une idée qu'il faut que j'te dise
    Cette France, hé bien moi, j'la méprise

    Et les chanteurs avec quota
    Et la déprime de la radio
    Que je la coupe même quand c'est moi
    On devrait revenir au mono
    Mon pote Renaud tu nous manques tant putain
    Réveille toi car la France
    C'est devenu salement déprimant
    Depuis qu't'es parti en vacances


    Depuis qu't'es parti en vacances

    et  la musique...

    Le Patriote (R. Haroche)"Si l’on est assez loin du maître Renaud, on appréciera tout de même toute la partie instrumentale, qui nous rappellera la délicieuse ambiance dylanienne.": (lu sur "Éteignez votre ordinateur"... un conseil qu'eux mêmes auraient peut-être du suivre, avant de porter un jugement aussi brut et expéditif - pauvre Bob !!! )

     ⇐ et ici, l'amb.. l'ambibibance.. l'ambiance du "raîm.. du maîrtre maître Re.. Rere.. Renaud"...

     

    Quelques explications de l'artiste, à propos d'une certaine polémique à propos de son œuvre:

    Dans votre chanson le Patriote, vous déclarez: "Il faut chanter la Marseillaise/Et avé’ la main sur le cœur/Moi je la siffle avec les Beurs". Qu’attendez-vous pour quitter ce pays que vous ne respectez pas ?

    Cette chanson est une réponse à cette phrase lamentable "la France tu l’aimes ou tu la quittes", qui sous-entend que l’on ne peut pas critiquer son pays. C’est précisément parce que j’aime mon pays que je ne supporte pas la manière dont on l’offense en étant aussi idiot.

    Regrettez vous d’avoir participé à l’émission "on n’est pas couché" ? Que pensez vous des attaques plutôt injurieuses de Eric Naulleau et Eric Zemmour ?

    Je pense que c’est leur métier de critiquer ou de ricaner, ils sont payés pour ça. Ces attaques ne m’affectent pas du tout. Je ne connaissais pas cette émission. Les invités doivent rester environ 4 heures sur le plateau, c’est ce qui m’a le plus dérangé.

     

     

    Le Patriote (R. Haroche)

     .même pas vrai !

     

    ...heureusement, on trouve aussi parfois une réaction saine et amusante: 

     

    Le Patriote (R. Haroche)

     

     

     


    votre commentaire
  • Texte de 1980... un peu vieilli.

    Sinon, vous pouvez écouter ce même "chanteur de l'Occident" dans:

    Le chant des Partisans

    Le vieux soldat

    "Vous allez me traiter de Réac " - (Les Démagos) - Jean-Pax Méfret - 1980

     

    Vous allez dire que je suis facho. Mais vous me filerez pas le trac..

     

     

     Chanson "Les Démagos" de Jean-Pax Méfret (Mars 1980)

    Depuis que ma mémoire existe,

    Je vous ai entendus vanter

    Toutes les solutions marxistes

    Au nom des peuples à libérer.

     

    Mais quand le jour maudit arrive

    Que vos régimes sont au pouvoir,

    Le pays part à la dérive,

    Et puis se lève le soleil noir.

     

    Vous allez me traiter de réac'

    Vous allez dire que je suis facho.

    Mais vous n' me filez pas le trac,

    Vous, les pros de la démago,

    Je sais ce que valent vos mots.

     

    Le sang qui coule sur Pnoh-Pehn

    A pris sa source dans vos esprits.

    Vous avez fait germer la haine

    En soutenant Khomeiny.

     

    Vous êtes tous responsables

    De ces horizons sans espoirs,

    Et vos consciences de coupables

    Portent la tâche du soleil noir.

     

    Vous allez me traiter de réac'

    Vous allez dire que je suis facho.

    Mais vous n' me filez pas le trac,

    Vous, les pros de la démago,

    Je sais ce que valent vos mots.

    Avant de reprendre vos plumes,

    Pour creuser de nouveau abimes,

    Traversez les rideaux de brume,

    Venez dénombrer vos victimes.

     

    Ça vous évitera d'écrire

    Pour faire pardonner vos mouroirs.

    Je n'savais pas que ce serait pire

    Lorsque se lève le soleil noir.

     

    Vous allez me traiter de réac'

    Vous allez dire que je suis facho.

    Mais vous n' me filez pas le trac,

    Vous, les pros de la démago,

    Je sais ce que valent vos mots.

     

    Vous allez me traiter de réac'

    Vous allez dire que je suis facho.

    Mais vous n' me filez pas le trac,

    Vous, les pros de la démago,

    Je sais ce que valent vos mots.

     

    Moi, je ne suis pas un réac'

    Moi, je ne suis pas un facho.

    Et je ne crains pas vos attaques,

    Vous, les pros de la démago,

    Soldats de l'armée des Charlots.

     

    Je sais ce que valent vos mots,

    Soldats de l'armée des Charlots.

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique