• Le Pape est appelé à régner...

     Le Pape est appelé à régner...

     

     

    Le Pape est appelé à régner ...

    ...

    "Araignée", quel drôle de nom pour un Pape !

    Pourquoi pas "libellule" ou "papillon" ?

    ..................................... ben, non, "araignée", ça lui va bien...

     

     

     

     

    C'est une ide fixe, une manie obsessionnelle, chez notre Feint-Père François, tout imprégné de culture marxiste, de vouloir aider et réconforter les musulmans du monde entier, victimes expiatoires d'un système basé sur un christianisme triomphant, colonialiste et évangélisateur.

    A tel point que l'imam anglais Shaykh Ibrahim Mogra a déclaré en avril 2017: "Le pape François est un homme courageux. C’est le seul à avoir eu le courage de dire que l’islam est une religion de paix." et a porté ce jugement digne du grand connaisseur des évangiles qu'il est: "Lui, c’est un vrai chrétien, parce qu’il regarde la personne humaine quelle que soit son appartenance religieuse" et "La haine entre les religions est une idée terroriste. Il faut démontrer que les religions n’ont pas de problèmes entre elles. Le pape a raison : le dialogue est le premier pas. Je suis vraiment ému. C’est un moment vraiment historique parce que ce n’est jamais arrivé auparavant que quatre imams [...] rencontrent le pape et c’est un moyen pour établir un engagement commun pour les réfugiés, les SDF, les pauvres et pour les autres activités de charité."

    "Je veux dire au pape merci d’avoir défendu les musulmans...."

    Le Pape est appelé à régner...

    hamdoulillah/pax-vobiscum

     

    Le Pape est appelé à régner...

     

    20 septembre 2017 - Dialogue interreligieux:

    le Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale au Vatican

    Le Pape est appelé à régner...

     

    Le Pape est appelé à régner...

    Le Pape est appelé à régner...

     

     

     

     

     

     

    ... sont dans un (même) bateau...

     

     

     #1 - Le Monde - (ou Oumma)

    Le pape François

    reçoit le secrétaire de la Ligue islamique mondiale

    Une réunion informelle s’est tenue dans les bureaux du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, au cours desquels il a été rappelé que « religion et violence sont incompatibles ». Le Vatican a aussi appelé à renouveler le « discours religieux » et notamment les manuels scolaires.

    En marge de l’audience générale, le pape a reçu mercredi 20 septembre au Vatican, Mohammed al-Issa, le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, accompagné d’une importante délégation.

    « Au cours de la réunion, tous deux ont échangé des vues sur un certain nombre de questions d’intérêt commun, comme la paix, l’harmonie mondiale, et la coopération dans les domaines de la coexistence et de la propagation de l’amour », rapporte le site saoudien Al Arabiya. net.Toujours selon ce média, en plus du traditionnel échange de cadeaux, le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale a profité de cette rencontre avec le pape pour lui « exprimer la reconnaissance du monde musulman pour ses positions justes sur les fausses affirmations qui relient l’extrémisme et la violence à l’islam ». « Ces actes n’ont rien à voir avec l’islam et toutes les religions abritent des partisans de l’extrémisme », aurait encore indiqué Mohammed al-Issa.

    À la tête de la Ligue islamique mondiale depuis août 2016 et également membre du Conseil supérieur des oulémas d’Arabie saoudite, l’ex-ministre saoudien de la justice, Mohammed bin Abdulkarim al-Issa, 53 ans, est réputé proche de Mohammed ben Salmane Al Saoud, le nouvel homme fort du royaume. Il aurait été choisi pour donner un visage « rajeuni » et plus « éclairé » à l’institution.Depuis sa nomination, il multiplie les déplacements en Asie, en Europe ou en Afrique, soucieux à chaque fois de « montrer le vrai visage de l’islam » et d’exhorter les musulmans à « respecter les lois » des pays où ils vivent.

    De son côté, le Vatican, qui a repris des relations régulières avec al-Azhar au Caire, cherche à diversifier ses interlocuteurs dans le monde musulman : le cardinal Tauran, qui visite régulièrement l’Iran, s’est récemment rendu au Maroc à l’invitation de l’Académie du Royaume.

     

     #2 - Oumma - (ou Le Monde)

    Le Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale reçu par le pape François

    pour évoquer la coexistence interreligieuse

    Leur rencontre, placée sous le signe du rapprochement interreligieux entre le Vatican et le monde islamique, autour des questions liées à la paix et à la coexistence harmonieuse des religions, a fait crépiter les flashes et vibrer les téléphones portables, mercredi, à Rome.

    L’hôte de marque du pape François, ce bâtisseur de ponts devant l’Eternel qui jouit d’une grande popularité auprès des musulmans pour déconstruire, avec une belle constance, les amalgames ravageurs entre "islam et terrorisme", n’était autre que Mohammed bin Abdul Karim Al-Issa, le Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale (LIM).

    Cette réunion conviviale, enrichissante et fructueuse a jeté les bases d’une coopération renforcée entre le chef suprême de l’Eglise catholique et le haut dignitaire religieux représentant l’organisation islamique internationale fondée et basée à La Mecque, dont les efforts pour faire régner la tolérance, combattre le terrorisme, protéger la dignité de l’homme et préserver ses droits sont unanimement appréciés.

    Si Mohammed bin Abdul Karim Al-Issa a tenu à remercier vivement le souverain pontife pour ses prises de position, courageuses et éclairées, à contre-courant de la doxa dominante au sujet du « terrorisme islamiste », ses origines et ses causes, son interlocuteur prestigieux a, lui, insisté sur le fait que la violence n’est pas intrinsèque à une religion en particulier, en l’occurrence toujours la même.

    Les deux éminentes personnalités religieuses, catholique et musulmane, se sont quittées avec le sentiment réconfortant d’avoir consolidé des liens indéfectibles, non sans avoir préalablement échangé des cadeaux.

    Mohammed bin Abdul Karim Al-Issa s’est fait un plaisir d’offrir au pape François un symbole religieux représentant la civilisation islamique, lequel lui a remis, avec le même bonheur, un stylo commémorant le 500ème anniversaire de la Basilique Saint-Pierre en 2006, ainsi qu’une médaille célébrant sa cinquième année de pontificat.

     

    Le Pape est appelé à régner...

     

     rappel(s) :

    Lu sur Boulevard Voltaire de 2014

    Cela devrait quand même dérouiller les esprits naïfs : tous les gauchistes, les Bisounours, lesDomenach, et même Libé défendent désormais le pape François. Ne manque plus que Charlie Hebdo ! Normal, le pape symbolise merveilleusement cette soumission maquillée d’ouverture à l’Autre. Tends la joue gauche, mon enfant. Et reçois un coup de sabre sur celle de droite !

    L’historien Niall Ferguson, dans son brillant "Civilisations", s’interroge sur le pourquoi de l’écrasante domination occidentale sur le monde depuis cinq siècles. Il constate que cette domination pourrait bien être en train de s’achever, car nous savons de moins en moins nous-mêmes ce qui nous définit et refusons à tout prix ce qui a fait notre supériorité. Il prend l’exemple des écoles du Vieux Continent où l’on relativise toutes les civilisations, où l’on apprend surtout la culture de l’Autre. Le pape François, le "dernier" selon certaines prophéties, est l’archétype de ce Nous naguère glorieux agenouillé devant l’immense A capital de l'Autre....

    Le récent discours (25 novembre 2014) de François devant les eurodéputés a pu glacer nombre de ses partisans. Régulièrement applaudi par ceux-là mêmes qui renient les racines chrétiennes de notre histoire, le souverain pontife a une fois de plus appelé à l’ouverture, à l’accueil…

    Eric Zemmour en dresse un constat amer: "Le pape François parle des racines de l’Europe mais ne précise jamais qu’elles sont chrétiennes. Il exalte la spiritualité mais prononce à peine le nom de Dieu et pas celui du Christ. Il dit droit de l’homme, solidarité, exploitation, diversité, écologie, mondialisation, immigration […] Le pape François est en train de transformer l’Église en une simple ONG, entre Greenpeace et Terre d’asile. "

    Eva Joly et José Bové ont a-do-ré et Cécile-Kashetu Kyenge a déclaré: "J’ai été très frappée par le fait que jamais le pape n’a mentionné l’appartenance de la personne, son pays d’origine, contrairement à ce que font les nationalistes. Il s’est fait la voix de tous ceux qui n’ont aucun pouvoir, que l’on n’entend pas et qui arrivent à nos frontières."

    A Istamboul, à la Mosquée bleue, François a posé ses chaussures pour prier et a offert un cadeau au grand mufti, lequel lui aurait "expliqué une sourate avec douceur". La gauche sabre le champagne : Habemus Bisounours !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lu dans Le Monde de 2013

    Pour l'Aid al-Fitr, fin du ramadan, le pape François a appelé vendredi 2 août (2013) chrétiens et musulmans à abattre les barrières de la méfiance et du mépris en invitant au "respect mutuel" entre les deux religions monothéistes.

    Le pape a signé en son nom personnel le message annuel du Conseil pour le dialogue interreligieux du Vatican "comme expression d'estime et d'amitié envers tous les musulmans, spécialement envers leurs chefs religieux", a-t-il écrit. Seul Jean-Paul II avait fait de même en 1991.

    Dans ce texte, adressé "aux musulmans partout dans le monde", qu'il appelle "chers amis", François invite à "réfléchir" à "la promotion du respect mutuel à travers l'éducation" et exhorte les deux religions à "éviter la critique injustifiée ou diffamatoire" de l'autre.

    Il les encourage notamment les jeunes à "penser et à parler de manière respectueuse des autres religions et de ceux qui les pratiquent, en évitant de ridiculiser ou de dénigrer leurs convictions et leurs rites".

    Dans une déclaration liminaire, le pape François appelle à ne pas traiter les chrétiens en citoyens de seconde zone et à ne pas les expulser de leurs terres

    Les relations entre islam et christianisme s'étaient tendues à la suite de la controverse de Ratisbonne, en 2006, dans laquelle Benoît XVI avait semblé assimiler islam et violence.

    La mosquée d'Al-Azhar du Caire, une des hautes autorités du sunnisme, avait rompu toute relation début 2011, après que le pape eut condamné un attentat à Alexandrie dans lequel de nombreux chrétiens étaient morts.

    "C'est pour cela que l'on réservera un respect particulier aux chefs religieux et aux lieux de culte, [car] "qu'elles sont douloureuses ces attaques perpétrées contre l'un ou l'autre de ceux-ci !"

    Le Pape est appelé à régner...

     
     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Les psys n'ont peut-être pas tort...Si, à un moment ou à un autre... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    PLC
    Samedi 23 Septembre à 07:25

    Je suis catholique, et de plus pratiquant, et partage totalement le message de ce billet.

    Ce pape a une mission de démolition.

      • Dimanche 24 Septembre à 19:40

        Le pape François a reçu le 22 septembre 2017 les directeurs nationaux de la pastorale pour les migrants...

        "Je ne vous cache pas ma préoccupation face aux signes d’intolérance, de discrimination et de xénophobie que l’on rencontre dans diverses régions d’Europe souvent motivées par la méfiance et par la peur de l’autre, du différent, de l’étrange..."

        ... que "l'autre" discrimine et intolère les habitants des diverses régions de l'Europe avec comme motivation la haine et le mépris, ça ne l'a pas effleuré ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :