• Idées noires

    a priori, j'aurais aimé en rire, quitte à rire jaune, mais trop, c'est trop,

    j'ai ni le courage ni l'envie...

     

    Au début, était l'enfer vécu par une noir·e de France, raconté et expliqué sur BuzzFeed

    "C’est un souci permanent, de vivre dans un pays qui nous donne le sentiment qu’on n’existe pas parce que rien n’est pensé pour nous, ni les pansements, ni les coiffeurs, ni le fond de teint. On ne peut pas acheter nos produits cosmétiques dans des supermarchés.../...En effet, la couleur (rose pâle ou beige) des pansements, conçue pour se confondre avec la couleur de peau des blanc.he.s est extrêmement visible sur une peau comme la mienne.

    "J’ai choisi ces quelques exemples mais j’aurais pu citer les oreillettes beiges que l’on me confie sur les plateaux de télévision lorsque j’anime une émission ou les micros casques réputés "invisibles" dont la couleur barre ostensiblement mon visage.

    "Inadaptés comme la couleur dite "nude" ou "chai" des collants et des sous-vêtements censée se fondre à la chair de tout le monde et qui n’est en réalité pensée que pour le confort des personnes blanches. Myope depuis l’âge de 3 ans, j’aurais pu aussi parler des lunettes qui ne correspondent pas aux nez de la plupart des personnes noires ou d’origine asiatique dont l’arrête incurvée ne permet pas le maintien des montures... qui ne cessent de glisser !

    "En France, le CAP de coiffure ne forme pas les diplomé.e.s au soin des cheveux crépus. Ce diplôme pourtant délivré par l’Etat, censé être celui de tous.tes les Français.e.s, ne tient pas compte des besoins d’une part non négligeable de la population. Comme si cette population n’existait pas.

    "J’ai été harcelée parce que j’ai osé exposer à des personnes non-noires le fait que la couleur des pansements était révélatrice d’un impensé quant aux besoins des noir·e·s de France. Cette même conversation dans un cercle composé de personnes noires n’aurait jamais déclenché une telle hystérie.

    "Et au nom de quoi celles et ceux qui vivent dans le confort d’une société qui a érigé leur couleur de peau en norme s’autorisent-ils à délégitimer des préoccupations au seul motif que cela ne les concerne pas ?

    "Ma vie est soumise chaque jour à l’impact diffus d’une non-prise en compte de l’existence de mon corps ; et il est manifestement douloureux pour de nombreux blanc·he·s d’accorder la moindre importance aux préoccupations qui en découlent. Les "problèmes des noir·e·s" deviennent ainsi des sujets de raillerie, une manière d’invalider les spécificités de leurs corps."

     

    Plutôt que de faire un papier sur la Diallo (c'est d'elle dont je voulais parler)...

    Idées noires

                                                                                                                                 ...je vous copie/colle de larges extraits d'un article signé P.G.S. (qui a su allier l'humour et la colère mieux que quiconque...... -noir·e·s, comme il se doit !-)

    Allergie au(x) blanc(s) ?

    Lors d’une récente émission télé, Robert Ménard, en rappelant la protestation de l’ "afro-féministe" Rokhaya Diallo (contre le fait que la compresse d’un pansement était blanche), s’écriait avec raison "Mais, ma parole, on devient fou, on devient complétement jobard". Pour de bon, si madame Diallo, prise très au sérieux par les médias, tient de tels propos et que personne n’a frisé le décrochement des muscles zygomatiques suite à une irrépressible hilarité, alors oui, le monde est gravement atteint de démence.

    Corroborant cette phobie de la couleur blanche, des ateliers universitaires, s’installant à Paris, Toulouse et ailleurs, à l’initiative du syndicat Sud Éducation 93, précisent "non mixité raciale". Nous aurions dû entendre un vacarme de protestations de toutes les associations Bien Pensantes. D’abord "non mixité", cet "entre soi" aux relents nauséabonds aurait dû déclencher les condamnations des associations si attentives à toutes les sortes de discrimination ou d’exclusion. Mais de surcroît il s’agit de "non mixité… raciale !". R-A-C-I-A-L-E ! Comprenez entre les lettres : interdit aux blancs.

    Rokhaya Diallo -et visiblement, elle n’est pas la seule au sein de son ethnie- fait preuve d’une allergie primaire à la couleur blanche, perçue, sans doute et bien à tort, comme agressive à l’égard de sa carnation. Dans ces conditions, demandons-nous comment cette dame parvient à survivre dans un environnement où le blanc est ainsi omniprésent. Qu’on en juge par les exemples suivants : première substance dont se nourrissent tous les humains et les animaux, le lait est tellement synonyme de blancheur qu’on parle d’"une peau laiteuse" pour valoriser la clarté d’un épiderme. Et, je n’ai pas connaissance que le lait des mamans africaines ou asiatiques soit d’une autre couleur que le blanc.Semblablement, le personnage au nom redondant de "Blanche neige" est sans doute à ses yeux doublement provocateur. Ainsi que le terme désignant le grandissement du jour, car le mot "aube" dérive du latin albus, signifiant "blanc". Songeons également que la "Voie Lactée" peut-être ressentie comme une immense injure tracée sur le noir de la nuit. De même, n’est-il point scandaleux que toute personne postulant pour un emploi -notamment aux prestigieuses fonctions de député et plus encore de président de la République- soit désigné par le terme de "candidat" (dérivé du latin candidus, qui veut dire "blanc") ? Faut-il interdire l’expression "blanche colombe", métaphorique de pureté ? Sur un plan juridique, va-t-on tolérer longtemps que quelqu’un reconnu comme non coupable ressorte "blanchi" du tribunal ? Et ce, alors qu’inversement on dira d’un individu qu’ "il n’est pas blanc" dans une affaire trouble. Litigieux aussi le fait que le "drapeau blanc" soit emblématique d’une interruption ou même d’une cessation des hostilités tandis qu’une étoffe noire flottant au vent est immédiatement évocatrice de piraterie, d’anarchie, de deuil ou de terreur. Et, dit le poète (Baudelaire en l’occurrence), "l’angoisse atroce, despotique sur mon crâne incliné plante son drapeau noir". Rappelons aussi qu’"avoir carte blanche" est valorisant et que "montrer patte blanche" marque une sélective nécessité.

    On sait qu’une "marche blanche"  rassemble unanimement toute une collectivité après un drame. Quant aux "cheveux blancs", ils inspirent le respect et, souvent, témoignent de l’expérience -et de la sagesse- de quelqu’un "blanchi sous le harnais". Fait plus grave, dénoncé il y a longtemps mais jamais corrigé, dans le solfège, "une blanche vaut deux noires" (aïe !).

     

    Autres raisons, pour moi, de voir rouge, les "analyses" de ce "point de détail" de la lutte anti-blanc vues par "Le blog Mediapart" et ""Libé"

    Une femme noire - en l'occurrence Rokhaya Diallo - ose prendre l'exemple des pansements adhésifs de "couleur chair" (ie beiges, roses ou blancs) en vente dans les supermarchés pour souligner un problème plus large.../...Et immédiatement est né le #sparadrapGate. Petit nom attrayant pour désigner sur Twitter l'avènement d'un phénomène banal à en crever : un déferlement de commentaires teintés ou carrément imbibés de haine raciste et sexiste à destination de ladite personne.

    #sparadrapgate. Dans un article paru sur BuzzFeed, la journaliste Rokhaya Diallo raconte le harcèlement qu'elle a subi sur Twitter après avoir notamment montré que les pansements étaient conçus pour se confondre avec la peau blanche et non avec la peau noire. Symptôme, selon elle, d'une société du déni et sous l'influence du whitesplaining.
     
    ...et "ça"

    Pour discuter en toute convivialité de nos expériences communes, nous avons invité la prof de français et chroniqueuse Fatima Aït Bounoua et la journaliste et animatrice Samira Ibrahim.

    https://www.facebook.com/kiffetarace/

     

    Bon, pour retrouver un peu de sérénité, on a bien mérité quelques minutes de grâce et de beauté, en musique, s'il vous plait, avec Judy Garland... !

     

    « La porte est en-dedansرمضان مبارك ...! what else ? »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Mai à 19:06
    Pangloss

    Vous connaissez l'histoire de ce livreur de farine noir couvert de farine blanche et de ce livreur de charbon blanc couvert de charbon noir qui entrent dans un bistrot. Le premier demande "Un petit blanc" et le second "Un petit noir"?

      • Vendredi 11 Mai à 21:22

         ÉDITION SPÉCIALE he  ...! sur le site de la "Brigade Anti-négrophobie" (rien que ça), l'image d'en-tête est celle-ci:

        ... si un babtou s'était permis ce cadrage, il était mal barré:

                                                                   intello

         

    2
    Nada
    Vendredi 11 Mai à 19:33

    A ce degré de folie, même le rire devient un risque. Terrifiant, vraiment terrifiant.

     

      • Vendredi 11 Mai à 21:27

        Si c'est de la folie, c'est une folie très furieuse et qui pourrait paraitre orchestrée... mais, chut...

        "Mort aux blancs", "Fuck White People", "Français = PD", "Anti-France vaincra", "Je suis trop blanc", "Assimilation = ethnicide", "Dis à ton prof d’histoire qu’il raconte des histoires, la plus grande des civilisations est née en Afrique noire", "Le monde ou rien/Tout pour les miens/Tue un raciste/puis brûle son corps de sale bâtard", etc...

        Vous en voulez encore ?

        En ce cas, il faudra vous rendre, sous escorte car les lieux ne sont plus vraiment sûrs, dans l’enceinte de l’université de Paris-VIII Vincennes-Saint-Denis littéralement occupée, depuis le 30 janvier dernier, par plusieurs dizaines d’immigrants cornaqués – et donc manipulés – par des "collectifs" d’extrême gauche ; les mêmes, d’ailleurs, qui ont pénétré, il y a quelques jours, dans la nécropole royale de la basilique Saint-Denis.

        (délit d'images du 25/03/2018)

         

         

        "On dirait que les démiurges du soi-disant social-libéralisme sont pressés d’en finir avec l’Europe des nations, particulièrement avec la France qui demeurait, depuis Clovis, le phare chrétien de l’Europe franque.

        Oser exprimer ne serait-ce qu’un soupçon d’exaspération, par les temps dictatoriaux qui courent, n’est-ce pas déjà une humble avancée ? Cela étant, et bien que l’on nous ait appris que la qualité valait souvent autant, voire, plus, que la quantité, je crois qu’au point où nous en sommes, il faudrait une mobilisation plus massive. J’irais même jusqu’à dire jusqu’au-boutiste.

        Personnellement, j’y vois une tentative de morcellement de la France, sa partition orchestrée, ce qui, à divers degrés, reflète un projet bien plus global qui est la désagrégation des nations d’Europe à l’intérieur de leurs frontières, de leurs villes et villages, jusqu’aux hameaux les plus enfouillis dans la nature. "

        (d'après Françoise Compoint pour NRT24)

    3
    jean-marc
    Vendredi 11 Mai à 21:58

    Je ne m'étais jamais intéressé au site Buzzfeed.Naïvement,je viens de le parcourir:c'est édifiant.Heureusement,j'en ai

    trouvé une excellente critique sur le site de l'OJIM(que je n'ai pas choisi par hasard!):https://www.ojim.fr/buzzfeed-et-les-experts-larroseur-arrose/.

    Bonne lecture!

      • Vendredi 11 Mai à 22:42

        En vrai, BuzzFeed n'est pas non plus parmi mes "favoris" et je le survole à l'occasion d'un lien qui y pointe.. par contre, je vais de temps en temps trainer sur l'O.J.I.M., mais je viens d'y découvrir le portrait de David Perrotin le "chevalier blanc" multi-carte de rue89, Mediapart, StreetPress, Libé... et BuzzFeed ! tout un programme...

        En fait, je fréquente d'avantage BuzzBeed, appelé "le Gorafi de droite"

        Le pack anti-terrorisme rendu obligatoire

         

        (SecretNews n'est pas mal non plus)

    4
    Samedi 12 Mai à 16:26

    On s'en rend bien compte, on les retrouve partout, au cinéma, dans la chanson (faut le dire vite), ils veulent complètement changer notre société à leur profit, pour nous rendre la monnaie de notre pièce et nous faire payer "l'esclavage"!

      • Samedi 12 Mai à 19:29

        ... sauf que:

        ...ni la colonisation, ni l'esclavage n'ont été des "crimes" "contre l'Humanité" comme on veut nous le faire admettre de gré ou de force et dont il faudrait tirer vengeance; en tous cas, c'était des méthodes tout à fait logiques et presque nécessaires dans le contexte de l'époque (hier, ou avant-hier, un élu de" La France Insoumise" expliquait l'extermination des vendéens par les révolutionnaires de 1789 en disant que c'était " compréhensible dans le contexte de l'époque...) et qui ont même eu leur part d'"avantages" pour les populations concernées.

        voir, par exemple: Rétablir la vérité sur l'esclavage, par Henry de Lesquen

        Il faut aussi noter que des pays comme les pays scandinaves n'ayant jamais participé ni à l'une, ni à l'autre, se retrouvent devant le même problème sur leur territoire, mais que les pays arabes, ayant pratiqué l'esclavage bien avant les occidentaux, et bien après, voire aujourd'hui encore, ne se sont jamais livrés à la moindre "repentance" comme nous le faisons

    5
    jean-marc
    Samedi 12 Mai à 17:49

    Merci pour Buzzbeed.Je ne fréquentais que SecretNews.

      • Samedi 12 Mai à 19:47

        'pas d'quoi...

        il faut dire que c'est parfois pas facile de faire la part des choses entre les infaux et les invraies:

        le jeu...

        Cheddar Man, le premier homme britannique moderne était noir.

        Les premiers Britanniques avaient probablement la peau noire, les yeux bleus et les cheveux bouclés. C’est ce que vient de révéler le Museum d’histoire naturelle de Londres après une nouvelle analyse d’un squelette vieux de 10 000 ans. Les gens vont être surpris, peut-être que les immigrés se sentiront un peu plus impliqués dans l'Histoire, et peut-être que cela éliminera l'idée que l’on doit avoir une certaine apparence pour venir de quelque part. Nous sommes tous des immigrés », a déclaré Alfons Kennis, l’un des deux scientifiques.

         

        Occitanie: découverte de tombes musulmanes datant du IIe siècle après J.C.

        Des agriculteurs d’Occitanie ont découvert par hasard à Garillac-Les-Gnoules des tombes musulmanes datant du IIe siècle après JC. En effet, 3 des 54 tombes du cimetière gallo-romain étaient tournées vers la Mecque, selon la tradition islamique. Ceci est la preuve que la religion musulmane faisait partie de la Gaule bien avant qu’elle ne devienne la France. Ceci permet de comprendre pourquoi la médecine et les thermes existaient depuis des millénaires chez les gallo-romains : c’était de toute évidence des musulmans qui ont apporté ce savoir aux hirsutes barbares païens.

         

         

         

         

    6
    Samedi 12 Mai à 23:21

    Je me pose une question essentielle : est-ce qu'en Afrique noire, les pansements sont noirs ?

      • Dimanche 13 Mai à 12:47

        Quelle coïncidence ! hier soir, vers 23H, je partageais un thé à la menthe avec un voisin et son compagnon, tou·te·s deux membres du C.R.A.N. et je leurs posais la même question... Voici leur réponse:

        "N'oubliez pas que l'Afwique Noiwe est le bewceau de l'humanité et des gwandes civilisations... Si l'homme blanc n'était pas venu pewtuwber les progwès entwepwis, pa' nos sowcié', c'est les euwopéens qui se plaindwaient aujouwd'hui de la couleu' des spawadwaps ..."

        J'ai du reconnaître qu'ils auraient pu être, effectivement, à la pointe de la recherche et de l'expérimentation sanitaire et médicale:

        dont acte.

         

         

         

    7
    Samedi 12 Mai à 23:59

    Pour répondre au Dr WO, en Guadeloupe, mon cousin médecin leur met des bandes et des pansements "BLANCS", ils ne s'en portent pas plus mal!

     

      • Dimanche 13 Mai à 13:04

        Même le docteur Schweitzer employait des pansements "non-racisés" au C.H. de  et ses patients semblaient s'en contenter

        ... mais c'était avant la naissance de Louis-Georges Tin...

    8
    jean-marc
    Dimanche 13 Mai à 14:09

    Les noirs sont d'autant plus frustrés dans ce sparadrapgate que l'on met aux Sioux et aux Cheyennes des pansements

    rouges!

      • Dimanche 13 Mai à 14:35

        J'ignorais...! mais je ne voudrais pas ajouter à leur(s) frustration(s) en proposant des images comme celle-ci:

        ou celle-là:

        même si les derniers sparadraps semblent plus adaptés à une frange de la population en question

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :