• Y'en a là-d'dans...!

    Concert-test, QR code, saleté de grippe, vie d'avant et Indochine

    Ainsi donc, les autorités (hi hi...) sanitaires (ho ho ho...!) de notre pays (sniff...) ont mis au point un test "grandeur nature" dans le but d'expérimenter un retour progressif à une vie normale, même si la "pandémie" sévit encore, mais approche d'élections à haut-risque pour le gouvernement (ha ha hi hi ho ho...!) oblige.

    Ont été nécessaires : six mois d’organisation, 20 000 inscriptions et 7500 personnes volontaires dont 5000 seront tirées au sort pour participer au concert-test de l'année (du siècle, du millénaire ?). Et la participation (bénévole) du célèbre groupe "indochine" (en hommage à Marguerite Duras qui y aurait vécu...?) notoirement anti-FN et interprète du fameux tube "3me sexe", d'actualité comme jamais...

    Il a fallu 300 personnes en combinaison de survie NBC post-apocalyptiques, des cabines de test sécurisées pire que des cages à pangolin, du gel hydroalcoolique comme s'il en pleuvait et, forcément, des tests à la fois antigéniques et nasopharyngés à longueur de journée...

    Les 5000 personnes testées négatives trois jours avant le Grand Jour, et re, le matin du même, vont donc attendre le "Préparez vos tests, votre billet et votre pièce d’identité." pour pénétrer, sains et saufs et heureux de l'être, dans La Salle, mais néanmoins sous les regards inquisiteurs de dizaines de caméras-espions "intelligentes" veillant au bon respect du port du "masque", et observés avec attention et curiosité par des journalistes, des scientifiques et même -dit-on- des journalistes scientifiques et quelques personnalités politiques et ministres (Véran et Bachelot entre-autres) venus observer des rats de laboratoires désinhibés.

    Le concert semble s'être bien passé, dans l'ensemble. C'est vrai que ce n'était pas du rap footballesque.

    Mais c'est quelques jours plus tard que les choses sérieuses commencent, pour tirer toutes conclusions utiles ou pas de l'événement (qui aurait couté un peu moins de la bagatelle de 1,5 millions d'euros). Seront comparés, par exemple, les taux de positivité relevés entre les 5000 spectateurs présents dans la salle et les 2500 qui n'avaient pas été sélectionnés et qui devaient suivre le concert depuis chez-eux à la télévision.

    D'après notre Ministre (hi hi...) de la Santé (ho ho ho...!), "ce concert-test va nous en apprendre plus sur la Covid que tous les autres concerts-tests organisés précédemment en Espagne, en Angleterre, ou aux Pays-Bas..."

    C'est Pascal Praud qui a le mieux vulgarisé les résultats de l'expérience :

    "Les gens qui sont allés au concert étaient donc testés trois jours avant, et il fallait qu'ils soient négatifs. Le jour-même, ils ont été de nouveau testés et ils étaient négatifs. Donc tu as mis dans une salle que des gens négatifs et tu fais un test. Mais tu vas apprendre quoi ? Que des gens négatifs vont ressortir négatifs ?.../...Tu n'as mis dans la salle que des gens négatifs qu'est-ce que tu veux ? .../... La conclusion, ça va être de dire que quand on met des gens négatifs dans le même endroit, ils restent négatifs.../... Mais à quoi sert ce test, en fait ?"

    Y'en a là-d'dans, hein...!

    Et on rigole, hein ?

    On rigole, mais ça dépend de quel rire, si on veut bien se souvenir ou imaginer que les instances organisatrices et expérimentatrices de ce médic-show sont les mêmes (ou presque) que les autorités (hi hi...) sanitaires (ho ho ho...!) de notre pays (sniff...) qui organisent et expérimentent depuis plus d'un an tous les détails de notre vie quotidienne et personnelle : les jours et les heures où nous pouvons sortir de chez-nous, et pendant combien de temps, et pour aller jusqu'où, et pour faire quoi, ou pour acheter quoi et pourquoi, et avec qui, et combien de fois mon enfant... qui nous ont masqué/muselé nos trop grandes gueules aussi bien dans les couloirs surpeuplés du métropolitain et les galeries marchandes surachalandées que sur les plages désertes d'Aquitaine ou les chemins paumés de randonnée de Haute-Savoie ou les forêts isolées d'Alsace... qui nous QRcodent à la trace à chaque fois qu'on veut aller piser ou boire un café en terrasse... qui aimeraient nous piquouzer tous les trois mois avec un bon ADN nouveau garanti grand crû d'OGM en devenir... (etc. ?)

    (je rigole, bien sûr...)

     

    Y'en a là-d'dans...!

     

     

     

     

    « Mais où avais-le la tête ?L'école est "finie" »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Fredi M.
    Mercredi 2 Juin à 09:47
    J'en étais arrivé à la même conclusion que M. Praud...
    Quel ridicule...
      • Mercredi 2 Juin à 14:56

        @ Fredi M....!

        Heureusement (ou pas...?!) le ridicule ne tue pas. En parcourant les comptes-rendus dithyrambiques sur cette soirée exceptionnelle qu'on n'avait pas connue depuis plus d'un an, et qu'on ne connaitra peut-être pas de nouveau avant encore plus d'un an (précautions et contrôles obligent) : un concert...! j'ai découvert cette perle inestimable :

        Le concert s’achève avec "L’Aventurier".../... Puis, sur fond de basse et de batterie, Nikola Sirkis lance : "Bravo à vous d’être les volontaires ici ce soir, et merci à tous ceux qui n’ont pas pu venir, je dis bien peut-être, peut-être, ce soir ensemble on va changer le monde."

        Donc, 5000 aventuriers volontaires du masque (de "type chirurgical" tout en "n'étant pas un dispositif médical") et du gel hydroalcoolique (vite dans la bonne vieille sueur) dûment testés et protégés "sous haute surveillance" vont (peut-être...) changer le monde; J'espère ne pas voir ça.

         

         

    2
    Mercredi 2 Juin à 10:04

    Avant (mais ça c'était avant), les spectateurs brandissaient un briquet. Maintenant qu'ils sont connectés comme des fous et algorithmés comme des débiles, ils brandissent leur smartphone.

      • Mercredi 2 Juin à 15:41

        @ Pangloss...!

        Selfies à l'appui, "Il vous suffira de dire : 'J’étais au concert-test d'Indochine' pour qu'on vous réponde 'Voilà un brave' " *

        Selfies à l'appui, forcément, même masqué...

        Mais bon, avec l'interdiction de fumer (essentiellement de l'herbe à Nicot) dans les lieux publics, les Zippo et les Criket sont devenus l’apanage des vieux kons et des gilets-jaunes qui fument et roulent au diesel. Sans compter que pour les assurances il vaudrait mieux qu'un des participants (vaccinés, au fait?) s'infecte au covid-variant plutôt que de se chauffer le petit bout de l'ongle du pouce

        * Avant (mais encore avant) c'était à propos de la bataille d'Austerlitz, on n'a plus les mêmes valeurs...

         

    3
    La Dive
    Mercredi 2 Juin à 10:07

    A mon avis, ce n'est pas de l'épidémiologie qu'ils voulaient faire mais mesurer combien de récalcitrants gardent le masque et respectent les gestes barrières alors même qu'ils sont certains d'être dans une réunion de personnes non affectées par le virus. Si ils ont fait ce type de concert dans tous les pays européens, on aura une bonne mesure de la docilité des peuples selon leur nationalité... 

      • Mercredi 2 Juin à 16:15

        @ La Dive...!

        C'est effectivement une explication plus plausible que celle qui prétendait comparer "les taux de positivité relevés entre les 5000 spectateurs présents dans la salle (masqués et espionnés par des caméras "intelligentes") et les 2500 qui n'avaient pas été sélectionnés et qui devaient, en principe, suivre le concert depuis chez-eux à la télévision, avec 6 ou 12 potes ou davantage venus pour l'occase -malgré le couvre-feu imminent- et qui postillonnent de joie en rotant leur bière et leur pizza....

        Une sorte de confirmation, auprès des djeunz', du sondage qui nous jure, promis craché, que 67 % des français sont favorable au maintien du port du masque, même en extérieur (il parait que les méchants sympathisants du RN sont les plus réticents). Sinon c'est 135 euros

        A la limite, je me demande si je ne préfère pas avoir affaire à des cyniques qu'à des sinoques ; ils sont plus prévisibles, même si ça ne change rien au résultat. On devrait continuer à porter "le masque" jusqu'à début septembre, si on est sages et obéissants pendant les vacances.

        HS ou pas : Lu sur "Le Point", dans un genre de forum ou courrier des lecteurs : "Pour tous ceux qui s en prennent au masque et qui nie (sic) son efficacité... Vous feriez vous opérer par du personnel non masques dont votre chirurgien ?"... on en est là, au pays de Diderot et de Descartes...   cry mad !

    4
    Jeudi 3 Juin à 13:20

    Je sais bien que Pascal Praud est un fin épidémiologiste, mais les choses ne sont peut-être pas aussi simples. Les tests ne sont pas fiables à 100%, il existe des faux négatifs, ne serait-ce que par le prélèvement. Il s'agit donc de savoir si dans "la vrai vie" une réunion de 5000 personnes sans distanciation et en gueulant ne comporte aucun risque avec des masques malgré un dépistage qui n'est pas totalement fiable..

      • Le Page
        Jeudi 3 Juin à 20:21

        Donc, après 14 mois d'utilisation des tests dont les résultats quotidiennement et anxieusement diffusés ont justifié l'ensemble des mesures imposées aux pauvres péquins, on décide de s'assurer de leur efficacité?

        Les choses sont bien faites dans l'ordre là?

         

      • Jeudi 3 Juin à 21:08

        @ Dr WO...?

        Ben oui, mais en même temps, si il faut être un fin spécialiste en toute chose pour avoir le droit de causer d'un sujet donné à un moment donné... Mais, bon, s'il le faut...

        Et encore... "Spécialiste" oui, mais spécialiste conforme et orthodoxe, sinon ça compte pas.

         

        A moins que, j'y pense : 

        Un an après l'installation du Covid-19 en France, les prises de parole de l’entourage du Président faisant les louanges de ses connaissances se multiplient. Covid-19 : Emmanuel Macron, "le président épidémiologiste" titre même Le Monde ce 30 mars.

        Les mots ne sont pas ceux du journal, mais de proches de l’Élysée. Certains d’entre eux mettraient même en avant "sa capacité à 'challenger' (sic) le ministre de la Santé, Olivier Véran, ou les scientifiques, autour de la table du conseil de défense ""Le président a acquis une vraie expertise sur les sujets sanitaires.", s’est même permis le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer. (Marianne du 31/03/2021)

         

        Par ailleurs, la santé mentale des français ayant été mise à rude épreuve suit aux confinements, déconfinements, couvre-feux, achats non-essentiels et autres joyeusetés dont tout le monde garde un souvenir impérissable, il est fort probable que Le Président se mue en expert psychiatrique universel, à la fois pédopsy, gérontopsy et sexopsy... (il aurait déjà acheté un "Que Sais Je" sur le sujet).

         

        Bon, pour l'instant il fait son petit tour de l'Hexagone des régions de ploucs, peut-être en prévision des élections, peut-être pas. Devenu spécialiste en tourisme et location de loisir, il nous a bien précisé que :

        "Les vacances seront possibles cet été et il est possible d’engager les réservations, de pouvoir s’organiser pour passer des vacances cet été...", mais que  "En 2021, les vacances, c’est en France ! " 

         

         

      • Jeudi 3 Juin à 21:26

        @ Le Page...?

        J'ai failli, spontanément, répondre que votre question n'était pas inintéressante (et surtout la réponse qui irait avec).

        Et puis, je me suis demandé si vous étiez infectiologue, épidémiologiste, immunologue ou même simplement microbiologiste ?

        Ca fait la différence.

         

    5
    Jeudi 3 Juin à 23:37

    @ LE PAGEJe me suis sans doute mal exprimé. Il ne s'agit pas de vérifier la fiabilité des tests car pour le test PCR, nous la connaissons assez bien :

    "Si la probabilité d’un faux négatif décroît dans les 4 jours suivant la contamination (de 100 % au jour 1 [J1] à 67 % à J4), elle est élevée le jour d’apparition des symptômes (J5), à 38 %. Elle décroît par la suite à 20 % à J8, c’est-à-dire 3 jours après l’installation des symptômes, mais augmente de nouveau, pour arriver à 66 % à J21."

    Ce que l'on veut vérifier c'est le risque encouru dans les conditions d'un tel concert avec test considéré comme négatif sachant qu'il existe des faux négatifs. il s'agit d'évaluer une probabilité dé contamination malgré la négativité apparente des tests. Si la probabilité est faible les concerts pourraient reprendre. Du moins je suppose que c'est la motivation de l'expérience.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :