• Tu préfères quoi...?

     

        Tu préfères avoir des dents en bois, ou une jambe en mousse ?    

     

    Pierre Palmade avait montré l'exemple avec ses questions saugrenues...

    Tu préfères t'appeler "Glinglin" et on te souhaite jamais ta fête, ou "Nectaire" ce qui est plus joli mais t'as pas vraiment envie qu'on te la souhaite? money

    Tu préfères être alcoolique en Arabie Saoudite, ou hétérosexuel à San Francisco ? money

    Tu préfères avoir trois yeux sous les couilles, ou chaque fois que tu t’assois ça fait un bruit de klaxon ? money

    Tu préfères à vie avoir une tête de veau, ou deux bras de neuf mètres ? money

    Tu préfères avoir la grippe toute ta vie, ou que tu as trente canards qui te suivent partout ? money

    Tu préfères avoir un avant de Twingo greffé là comme ça, ou chaque fois que tu parles tu as un rat qui sort de ta bouche ? money

    Tu préfères être heureux toute ta vie, ou que tous les mois ta mère change de sexe ? money

    Tu préfères être un litre de lait, ou avoir Fernandel à la place de la jambe ? money

     

    J'ajoute, humblement, une question moins fantaisiste et plus pertinente:

    Tu préfères perdre la vie après une blessure létale faite à l'arme blanche au niveau du cou, ou crever dans ton sang égorgé comme un mouton à kebab ? he

    ...question subsidiaire:

    Tu préférerais avoir affaire à un demandeur d'asile déséquilibré mais inconnu des services psychiatriques, ou à un islamiste "fiché S" connu de la Police et de la Justice remis en liberté la veille ? he

    C'est toi qui vois... 

     

    Pour le journaliste qui relatera les faits, c'est tout vu...

     

     

    « C'est notre projet...Camisoles et cotillons - MDCCCXLVIII »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Septembre 2019 à 18:34
    Pangloss

    Je préfèrerais ne pas avoir mal partout quand je me lève.

      • Lundi 2 Septembre 2019 à 20:54

        @ Pangloss...

        • ne pas se lever... [1]
        • le haschish "haram" [2]
        • l'"Arnica Montana" [3]
        • l'avis d'un médecin [4]

         

        (simultanément ou successivement dans un ordre à définir.)

         

      • No merit
        Lundi 2 Septembre 2019 à 23:19
        Dans la même veine, Maldronah (mais en sumérien), comme en lointain écho anticipé de Khayyam :

        'Tis better be dead than alive, he said --
        But best is never to be !
        Life is a game, he said ;
        Its end we know not -- nor care,
        And we yawn ere we come to its end --
        Yet it pleases to play with the snare, To skirt the pit, and the peril dare, And lightly the gains to spend ; There's a door that has opened, he said, A space where ye may tread -- But the things ye have seen and the things ye have done, What are these things when the race is run -- And ye pause at the farthest door ? As though they never had been, he said -- Utterly passed as the pulse of the dead ! Then tread on lightly with nothing to mourn ! Shall he who had nothing fear for the score ? Ah -- better be dead than alive, he said -- But best is ne'er to be born !

        Une bonne raison pour ne pas se lever, mort ou vivant. :)
      • Mardi 3 Septembre 2019 à 10:27

        @ No merit...

        je me permets de traduire et de résumer:

         

                                                             "Tu préfères quoi...?"

        "Tu préfères être mort plutôt que vivant, ou tu préfères ne pas être né ?"

         

    2
    Lundi 2 Septembre 2019 à 20:57

    @ Pangloss : c'est le signe que vous êtes encore vivant.

      • Mardi 3 Septembre 2019 à 11:10

        @ Dr WO...?

        J'avais conseillé à "P* " de vous consulter: je constate avec plaisir et admiration la perspicacité et la justesse de votre diagnostic ci-dessus  cool...!

        Sinon, je me serais permis de lui poser la question:

        " Tu préfé   Vous préférez faire confiance au travail de la médecine arabe, ou faire confiance à la médecine du travail d'arabe ?"

         

    3
    Mardi 3 Septembre 2019 à 20:56

    de Axel Vontargier (Boulevard Voltaire)

    Traitement médiatique d’un attentat : une mécanique bien huilée

    Vaille que vaille le modèle multiculturel doit rester… un modèle.

    Pour cela, les médias s’attacheront à mettre en lumière les exemples d’intégration. C’est, dirons-nous,  la forme évidemment, éminemment, positive pour défendre le modèle, quitte, parfois à masquer certaines zones d’ombres de certaines personnalités. Vient une crise, comme un attentat islamiste, et les choses deviennent alors plus complexes.

    La première stratégie consiste évidemment… A ne rien dire, donc à ne pas relayer les innombrables agressions quotidiennes que la presse régionale signale dans ses colonnes, tout comme certains sites Internet.

    Mais lorsque le poisson est un peu trop gros, la presse nationale se retrouve alors bien obligée d’en parler. Il en va du peu crédit qu’il lui reste auprès de la population française. Nous assistons alors à un schéma immuable, au fil des mois, au fil des ans, après des centaines et des centaines de vies ôtées partout en France. Tout d’abord, on ne dévoile pas immédiatement l’identité du criminel et on se garde bien de toute interprétation hâtive. Parfois, on en reste là, le curieux devra quant à lui aller chercher ailleurs, par exemple sur le site fdesouche, pour avoir une idée, notamment, du prénom de l’auteur des faits.

    Si le "fait divers" ne peut être balayé par d’autres actualités importantissimes (le transfert d’un joueur de foot ou le récit de vacances bucoliques dans le Vercors d’un groupe de randonneurs sympathiques), il faut réussir à faire passer les choses "en douceur". On explique alors les incohérences des propos du prévenu, un déséquilibré errant dont la vie chaotique a conduit à commettre l’irréparable (muni d’un couteau de boucher, ou parfois d’une camionnette). Il ne faut évidemment pas faire "d’amalgames" ou de stigmatisation. D’ailleurs, la preuve : le mobile terroriste ne sera souvent pas retenu par la justice.

    On se garde, du mieux possible, de montrer les visages des victimes. Il faut que ce terme "victime" reste un mot abstrait. L’image est porteuse d’affects et d’émotions. On évitera aussi certains termes trop durs, préférant certaines périphrases ou autres euphémismes, tel "poignardé au cou" plutôt que de dire "égorgé".

    On recueille simultanément des témoignages (souvent, comme par hasard, de personnes "issues de la diversité") qui expliquent ce qu’ils ont vu. Cerise sur le gâteau, on trouve parfois "un jeune" qui a participé de près ou de loin à la neutralisation du criminel.

     

    Après ces éléments d’une objectivité journalistique irréprochable, on livre aux téléspectateurs les déclarations des dirigeants politiques. On ne manque alors pas d’évoquer "la récupération" de la part de la droite et de l’extrême droite. On les met en contradiction avec des responsables de gauche ou du centre qui trouvent ces propos "indignes". On finit par une note de modération en donnant le propos modéré d’un ministre dont la hauteur de vue permet de tempérer les réactions spontanées de tout un chacun.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :