• Tu l'as dit, bouffi...

    Les sondages internationaux, y'a quand-même qu'ça de vrai, moi j'dis...

     

    CORONAVIRUS

    Les pays les plus décimés fustigent leur exécutif

    Un sondage international démontre que plus une nation a été touchée par la pandémie, moins elle est satisfaite de l'action de son gouvernement. Les Français détrônent tout le monde. 

    Les citoyens des pays les plus touchés par la pandémie de Covid-19 sont aussi généralement ceux les plus pessimistes et les moins satisfaits de l'action de leurs gouvernements respectifs pour contrer la crise sanitaire, selon un sondage international publié samedi

    Le plus mal classé, le président français Emmanuel Macron, dont l'action ne satisfait pas 42% de ses concitoyens, reçoit une note de 4,1 (notes de 0 à 10).

    C'est aussi en France que la gestion de la crise par le gouvernement laisse le plus fort taux d'insatisfaits avec 62% contre:  Italie 45%, Royaume-Uni 39%, Suède 30%, Allemagne 26%

    Le taux de pessimisme pour l'avenir du pays est inversement proportionnel à la confiance accordée aux dirigeants: 43% en France se disent pessimistes -pour seulement 12% d'optimistes-, Italie 34%, Royaume-Uni 29%, Suède 21%, Allemagne 19%, Autriche 13%.

     

    -Ça vous en bouche un coin, non ? -Ben... Qu'est ce qu'y vous faut, vous, alors !

     

     

    « J'ai honte.blog: 6/05/2017-6/05/2020 et après ? »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Mardi 5 Mai à 08:02

    On est dans les tréfonds de tous les classements, plus pessimistes que le Bengladesh.

    Et ça date pas d'hier, c'est dans notre nature, notre ADN national, de râleurs. Dès que quelque chose nous déplaît chez un de nos dirigeants, il nous vient des envies de lui couper la tête.

      • Perplexe
        Mardi 5 Mai à 09:55

        Parce qu'être sous le joug d'incapables, de corrompus et de criminels, ça devrait inciter à l'optimisme, à l'indulgence, à la bienveillance ? Seules et seuls les celles z'et les ceux ayant approuvé les désignations décidées en amont (phénomène parfois appelé "vote" ou choix entre la Peste Noire et le Méchant COVID19) devraient être dans cet état d'esprit ; tous les autres sont parfaitement justifiés à évoquer une belle réflexion de Mencken s'appliquant à la situation.

        Cette réflexion, d'ailleurs, pouvait être formulée dans les années 30 aux States : aujourd'hui, ici, elle est même impossible à citer -- ce qui en dit fort long.

         Ce ce qui est étonnant, ce n'est pas l'existence de quelques "râleurs", c'est que leur nombre soit si faible et qu'ils soient si inoffensifs.

      • Mardi 5 Mai à 10:09

        @ Souris donc...

        Sans se montrer vraiment exigeants avec nos dirigeants.... on peut quand-même trouver quelques éléments déplaisants dans leur façon de traiter la "pandémie" (ainsi que quelques autres dossiers...)

        Il paraîtrait qu'il y aurait même quelques membres du... gouvernement et quelques députés LaREM qui commenceraient à râler (et pas nécessairement sur un lit de réa ou dans une chambre d'EPHAD)

      • Mardi 5 Mai à 10:22

        @ Perplexe...

        Au fait, ça y'est, le projet de "loi d'auto-amnistie préventive" (comme dit MlP) serait fin prêt... reste à savoir s'il sera adopté...?

        une affaire à suivre, donc.

      • Souris donc
        Mardi 5 Mai à 17:34

        Les Astérix sont fondées sur notre ADN de râleurs gaulois. Je suis en train de lire la bio de Goscinny (Marie-Ange Guillaume et José-Louis Bocquet, Flammarion), après la mort d'Uderzo. Incroyablement compliqué, le statut d'auteur de BD.

      • Mardi 5 Mai à 18:50

        @ Souris donc...

        C'est justement cet ADN, râleur... frondeur... "gavroche"... qui a permis à la France de se forger son identité. Une identité (sa culture, ses arts, son histoire...) que Macron trouve forcément  incompatible avec sa notion de "start-up nation" et qu'il a reproché aux "gaulois réfractaires aux changements".

        Hasard ou nécessité, en octobre 2017, dans les albums d'Astérix, il n'est plus fait allusion au "village peuplé d'irréductibles Gaulois [qui] résiste encore et toujours à l'envahisseur" (voir "Tragicomix")

                                   

         

    2
    Perplexe
    Mardi 5 Mai à 10:25

    "Aux vertus qu’on exige dans un électeur, monsieur/madame/mademoiselle/autre_civilité connaît-il/elle/autre beaucoup de députés qui fussent dignes d’être élus ?"

    (Le Kristoff Barbier de La Sébille, à paraître)

    @bedeau : Il se sera. By hook or by crook, il le sera. Ce qui plaît, c'est l'astuce rétroactive, qui va à l'encontre de tous les principes. Mais Foutriquet 2.0 et sa bande sont opposés à tous les principes : ça tombe bien.

      • Mardi 5 Mai à 15:17

        @ Perplexe...???

        On se demande même pourquoi le vote d'un tel texte quand on se souvient avec quelle célérité la plupart des dizaines de plaintes déjà déposées, individuellement ou collectivement, par des personnels soignants ou par des familles de victime, et par des particuliers ou par des associations... ont été rejetées par le Conseil d'Etat ou quelque autre "cour de ceci-cela" compétente, assermentée et indépendante...

        N'a pu confiance dans la Justice de Son Pays, le gouvernement ?

         

      • Perplexe
        Mardi 5 Mai à 16:22

        Je dirais bien qu'ils connaissent les juges. ;-) De fait, c'est le principe de "deux précautions valent mieux qu'une". ;-)

        J'envisagerais cette ligne de défense supplémentaire, à leur place : demander des comptes, c'est populiste, poujadiste et même nazi.

        Ce doit encore être efficace, en afwance en tout cas, où tous ont été ou sont complices de la situation. On ne voit pas l'équivalent de cette courageuse femme député italienne ou de cet ancien ministre autrichien défiant les petits camarades en rappelant quelques évidences.

      • Mardi 5 Mai à 18:27

        @ Perplexe...!

        "Trop forts, la REM", commentait quelqu'un sur un précédent billet...

        On avait eu, il y a une vingtaine d'années, dans l'affaire dite du "sang contaminé",  le fameux "responsable, mais pas coupable" ("Je me sens profondément responsable; pour autant je ne me sens pas coupable parcequ'à l'époque on a pris des décisions dans un certain contexte qui étaient pour nous des décisions qui paraissaient justes")

        Trop forts...

        On a maintenant "ni responsable, ni coupable"... Les décisions prises actuellement dans le "certain contexte" de coronavirus par des "personnes dépositaires d'une mission de service public" pourraient-elles "ne pas paraître justes" devant quelque juge tatillon ? "...nul ne peut voir sa responsabilité pénale engagée du fait d'avoir, pendant l'état d'urgence sanitaire, soit exposé autrui à un risque de contamination.../...soit causé ou contribué à causer une telle contamination"

        Effectivement, deux voire trois ou quatre précautions valent mieux qu'une.! 

         

    3
    Mardi 5 Mai à 20:58

    Le gouvernement "gouverne". C'est à dire qu'il prend des "décisions":

    - le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun;

    - les masques (quand il y en a) pourront être obtenus dans les pharmacies sur prescription médicale pour les personnes suspectées de covid;

    - on peut déjà en trouver (sans ordonnance) chez Leclerc et Carrefour. Aujourd'hui un de mes amis en a acheté (deux boîtes par ménage).

    Comment faire confiance?

     

      • Mardi 5 Mai à 21:53

        @ Pangloss...?

        "Comment faire confiance ?", c'est une bonne question et , etc...

        Ce mardi 5 mai, monsieur le Président de la République a rencontré en exclusivité nationale les élèves d'une école primaire de Poissy afin de présenter, de défendre et promouvoir le plan de déconfinement qui prévoit la réouverture progressive et la rentrée des classes dans une semaine.

        Il s'est adressé avec patience et pédagogie aux jeunes enfants pour vérifier leurs connaissances concernant les gestes barrières contre l'épidémie et la distanciation sociale. Il a également insisté sur la nécessité du port du masque ainsi que sur la meilleure méthode et sur les précautions indispensables :

                                   

        Oui... "Comment faire confiance ?"

        Moi, je ne sais pas... Je n'sais plus... J'ai jamais su...

         

    4
    Mercredi 6 Mai à 10:17
    Carine
    La vertu de l'exemple ^^.
    Sous le nez le masque, pas sur l'œil comme sikronne !
      • Mercredi 6 Mai à 13:35

        @ Carine...!

        N'importe quel contribuable qui se fait contrôler à porter son masque comme ça, c'est illico l'amende (jusqu'à 400 € chez nos voisins, alors, ici ???) sans parler d'un éventuel outrage à "personne dépositaire d'une partie ou de la totalité de l'autorité publique" qui pourrait croire à un foutage de gueule de la part du contrevenant !

        A moins de posséder le petit logo bleu-blanc-rouge là sur le côté et qui fait joli, comme sur les voitures officielles, qui signale une "personne chargée d'une mission de service public", et donc amnistiée préventivement par anticipation ?

        A noter la grande diversité de masques dans la collection présidentielle personnelle : chirurgical, "bec de conard", à filtre interchangeable, et "fait maison" (par un grand couturier)... ça fera des souvenirs.

         

    5
    Nemo Auditur
    Mercredi 6 Mai à 10:28

    Sincèrement, comment pourrions-nous être satisfaits du gouvernement ?? Rien ne va. Alors que l'Allemagne commandait ses premiers masques, notre président nous incitait à aller au théâtre. Trois mois plus tard, c'est la grande distribution qui, grâce à ses traders privés, fournit les premiers masques (qui sont partis comme des petits pains lundi matin) ! Le 19 Mars, le gouvernement arrête la France parce que depuis des années, nos politiques détruisent le système de santé. Comme nos hôpitaux ne peuvent pas accueillir suffisamment de malades (en Allemagne, pas de problème !), on confine les Français. Et deux mois plus tard, on les déconfine. ou pas. ça dépendra du coloriage de la carte.

    J'arrête là. Il y aurait tant à dire !!

    Amitiés.

      • Mercredi 6 Mai à 14:04

        @ Nemo Auditur...

        Que dire plus...

        Le président semble en pleine "itinérance" (il aime bien ce mot) psychonévrotique-sensorielle qui semble avoir contaminé les plus fragiles nerveusement de son entourage (aucun geste barrière ne semble avoir d'efficacité contre ce que certains ont osé désigner d'un terme (puni par la Loi) qui établissait un raccourci amusant, mais que je n'ose pas répéter, entre les termes "macron" et "coronavirusoh ! (chutttt....!)

        Il y a un petit problème de mathématiques amusantes que je n'arrive pas à résoudre : la cote de confiance de Macron continue de baisser, systématiquement et régulièrement depuis des mois, et tend même en ce moment à s'effondrer, mais elle est encore aujourd'hui à 40% de satisfaits... Je ne sais pas où est le piège dans l'énoncé

         

      • FPS player
        Jeudi 7 Mai à 00:06

        C'est très simple : comme dans certains FPS modernes prévus pour des abrutis ne sachant pas jouer correctement, les points de vie se régénèrent automatiquement. Dans la vraie-fausse vie, s'agit des points de popularité. Ainsi, on peut donc commencer à 40 points, en perdre 15, attendre un peu que ce nombre remonte à 40, en reperdre 15 et ainsi ad infinitum nauseamque.

        Autre explication : les nouvelles mathématiques, où chaque soustraction est en même temps une addition. Ainsi, la perte de 30 points est magiquement compensée par l'ajout de 30 points. On appelle ça des mathémagiques, comme celles qui permettent à des (censuré) banquiers de créer de l'argent à partir du néant et ensuite d'exiger un remboursement avec des biens réels (avec l'aide d'agents armés, s'entend).

      • Jeudi 7 Mai à 15:34

        @ FPS player...!

        Bon sang, mais c'est bien sûr...!

                     smile wink2

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :