• C'est quoi, encore...?

     

    Anne Soupa, la femme qui veut être archevêque

    C'est quoi, encore...? 

    Anne Soupa est une théologienne féministe progressiste et gauchisante, auteur du livre : "François, la divine surprise - Ce pape va-t-il convertir l'Eglise ?" pour saluer l'élection d'un certain Jorge Mario Bergoglio en tant que présumé chef officiel et infaillible de l'Eglise Catholique (apostolique et romaine).

    Elle est  cofondatrice de la "Conférence catholique des baptisé-e-s francophones"  ("baptisé-e-s"...!?)

    Elle avait proposé aux catholiques de reporter les fêtes et la célébration de Pâques...  8 ou 15 jours après la fin du déconfinement.

    Elle est maintenant "candidate" à l’archevêché de Lyon, "pour que les femmes soient reconnues comme des êtres humains à part entière...", suite à la démission du cardinal Barbarin...

    Elle devrait envoyer au Nonce apostolique à Paris "une profession de foi, un programme pour Lyon, une biographie et un communiqué de presse" comme pour candidater comme à une banale offre d'emploi en CDI.

    "Depuis trente-cinq ans, je suis active sur le terrain, comme bibliste, théologienne, journaliste, écrivaine. Tout m’autorise à me dire capable de candidater au titre d’évêque, tout me rend légitime. Or, tout me l’interdit."

     

     

    Elle a bien sûr le soutien indéfectible de toutes les bonnes catholiques de France telles que Cécile Duflot et Marlène Schiappa...

    Alors, bien sûr, la "bonne" presse au complet se réjouit, depuis "La Croix" jusqu'à "L'Obs" et "Le Monde" en passant par "Marie-Claire".

     

     

     

    « le mardi, c'est (peut-être ?) permis [3]"Lancet" et l'embrouille...! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Mercredi 27 Mai à 08:31

    Ah mais on est à la traîne. L'archevêque (ou évêque, je ne sais pas distinguer les grades) féminine, sinon féministe, existe déjà.

    A Paris. Avenue Georges V, face au Crazy Horse, à la Cathédrale américaine, anglicane. Allez-y, vous verrez peut-être cette scène étonnante, les orgues somptueuses jouant leur musique sacrée, Madame l'archevêque dans un fauteuil du chœur liturgique, un peu empâtée dans ses plus beaux ornements sacerdotaux.

      • Souris donc
        Mercredi 27 Mai à 09:25

        Mitre sur la tête, bien sûr.

      • Mercredi 27 Mai à 16:04

        @ Souris donc...!

        Certes... dans l'église anglicane... mais l'église anglicane est souvent présentée comme un intermédiaire (j'allais écrire "compromis") entre le catholicisme et le protestantisme qui autorise le mariage des "prêtres" et autorise les femmes à exercer le sacerdoce...  Le catholicisme ne le permet pas (pas encore...?).

        On trouve aussi (en occident !!!) des femmes imams (ou imam·e·s ?) : Kahina Bahloul est l'une d'elle en France avec un projet de mosquée "inclusive"...

         

        Je ne pense pas que les religions doivent se soumettre aux modes sociétales ou aux diktats progressistes, sans y perdre -ce qui fut et devrait rester- "leur âme".

         

         

         

         

      • Souris donc
        Jeudi 28 Mai à 12:12

        En voici une :

        Faudrait militer plutôt pour le mariage des prêtres catholiques et la fin du vœu de chasteté, la question de la succession de Monseigneur Barbarin ne serait pas revendiquée par la première mégère néo-féministe venue, de celles qui sautent sur tout ce qui bouge pour faire avancer leur cause.

      • Jeudi 28 Mai à 17:46

        @ Souris donc...

        Vraiment (et à titre personnel), je n'en vois pas l'intérêt :

        Le catholicisme, contrairement à d'autre religion de paix, d'amour et de tolérance, ne punit pas l'apostasie... Le reniement ou la conversion sont admis ainsi que la "débaptisation"..

        A l'intérieur même du christianisme beaucoup de possibilités existent et toutes les conditions sont requises pour qu'un croyant puisse vivre sa foi et sa spiritualité en parfaite harmonie avec ses souhaits temporels.

        Vatican II a suffisamment dévoyé et affaibli le christianisme sans qu'il soit obligé d'en rajouter pour des caprices de progressistes gauchisant (mais le "pape" François ne l'entend pas de cette oreille).

         

    2
    Mercredi 27 Mai à 09:54

    Rétrograde, la dame! Je milite pour un.e archevêque.e (en attendant un.e pape.e) transsexuelle.e lesbienne. e.

      • Mercredi 27 Mai à 17:31

        @ Pangloss...!

        Je rigole (et je m'étonne que personne n'ait fait le rapprochement): 

        "Le titre de primat des Gaules est conféré depuis 1079 à l'archevêque de Lyon, etc...etc..." 

        J'imagine Sœur Anne, seule femme au milieu de tous ces prêtres, prélats et autres célibataires "endurcis" à qui serait conféré le titre de

                                                                     "primate des gaules"

        ben oui... il m'en faut peu 

    3
    Mercredi 27 Mai à 20:59
    Carine
    Et les archevêques trans ?
    Ça manque, je trouve.
      • Jeudi 28 Mai à 11:21

        @ Carine...!

        C'est juste une question de temps, ces sales cathos, mâles, blancs et homophobes  ne sont pas encore prêts...

        certains s'y attellent du mieux possible:

        Italie:

        Grande-Bretagne:

        SACRILÈGE! UNE MESSE EN ARGOT GAY! Un service religieux en polari, langue clandestine utilisée jadis par les homos britanniques, provoque des remous au sein de l’Eglise anglicane. (source)

         

    4
    Mercredi 27 Mai à 21:01
    Carine
    Ah je viens de voir que Pangloss en a déjà parlé ^^.
    5
    Jeudi 28 Mai à 10:39

    Primate! Trouvaille géniale. Mais elle ne pourra pas avoir la gaule.

      • Jeudi 28 Mai à 11:31

        @ Pangloss...!!!

        elle, non, mais pour tous les célibataires "endurcis"... ou peut-être pour certains d'entre-eux... (quoi-qu'à 73 ans... ? pour des individus habitués parfois à des partenaires beaucoup plus jeunes, dit-on...mais bon...!)

         

    6
    André
    Samedi 30 Mai à 22:13

    Je ne connais pas trop le fonctionnement de l'église catholique mais en cherchant, j'ai trouvé ceci:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordination_des_femmes_dans_l%27%C3%89glise_catholique

    https://fr.aleteia.org/2019/10/23/pourquoi-ny-a-t-il-pas-de-femmes-pretres-dans-leglise-catholique/

    Il me semble, si je ne m'abuse, que les femmes peuvent aussi jouer un rôle dans l'église, sans pour autant célébrer une messe mais peuvent-elles baptiser?

    Au vu de l'intitulé rédigé en écriture inclusive, de sa déclaration "pour que les femmes soient reconnues comme des êtres humains à part entière...",(qui ressemble bien à la déclaration d'une gamine geignarde) et surtout du soutien de cette "chère Marlène", je sens l'arnaque. Maintenant, elle peut toujours aller chez les protestants, il sont plus "ouverts" sur ce sujet.

    PS: elle dit qu'il n'y a pas de diacres femmes. Or, ça existe. On les appelle des diaconesse. Ca vaudrait mieux pour elle que d'être une "diaconasse" (oui, je sais, c'est facile mais je n'ai pas pu résister

      • Dimanche 31 Mai à 11:01

        @ André...!

        Les deux articles que vous citez en liens ont l'avantage de parfaitement "remettre l’église au milieu du village" (yes) en exposant la nature "christique" (comme dirait un candidat à l'élection présidentielle de 2017...!) du Sacrement reçu par le prêtre et en rappelant "en-même-temps" (comme dirait un candidat à l'élection présidentielle de 2017...!) que la doxa progressiste (dont se réclame cette dame) tend à nier les différences hommes/femmes et, surtout; en mettant en avant  le rôle essentiel et capital joué par les femmes dans l'Eglise catholique tout au long de son histoire.

        Sinon, il faut aussi s’attendre à ce que des personnalités comme Laurent Joffrin, Guy Bedos ou Bilal Hassani demandent à être ordonnées Bonnes-Sœurs chez les Carmélites ou les Dominicaines...

        (on m'apprend le décès récent de monsieur Bedos -Guy, pas Nicolas- je retire donc son nom de la liste et le remplace par Jamel Debbouze -il n'est pas mort, lui...?) 

         

    7
    André
    Samedi 30 Mai à 23:11

    J'ai écouté attentivement l'interview et je me suis amusé à noter les expressions de cette dame. Sur 5 minutes, elle a employé des tournures dignes des gauchistes. Il y en a au moins une dizaine, soit 2 par minute:

    "problème de" (parce que pour ces gens là, tout pose problème), "émancipation des femmes" (pour rappel, il n'y a que les mineurs qui peuvent être émancipés: ils peuvent effectuer les mêmes actes que les majeurs, sauf se marier et être commerçant. Et la dernière loi importante en faveur de l'égalité des droits remonte à 1970 avec l'abrogation de l'autorité paternelle au profit de l'autorité parentale,donc des 2 parents).

    Viennent aussi: "conception patriarcale", "responsabilité importante" (notez bien l'adjectif - il reviendra plusieurs fois-  parce que les femmes qui servent dans l'église catholique ont aussi des responsabilités), "moitié de l'humanité "identité",  (important et même fondamental pour ceux qui n'ont ni nom ni prénom, ou qui sont amnésiques) "entre-soi "(parce que chez les clarisses ou les carmélites, elles ne sont peut-être pas entre elles, peut-être?) "poste de responsabilité" (en résumé: j'veux être chef à la place du chef). Important: le rappel de l'année pour bien marquer qu'on est pour le progrès: "on ne peut plus, en xxxx (ici 2020)".

    Autre thème important, les "personnes", typique du politiquement correct. Là, on a "personnes homosexuelles" (au lieu de dire simplement "homosexuel"), tout comme on dit maintenant "personne en situation de handicap, d'échec scolaire, verticalement différentes, mal voyant, technicien de surface , en lieu de : handicapé, cancre, nain, aveugle, balayeur...  

    Bien sûr, cette théologienne a du coeur car elle est sensible aux "blessures". Les progressistes sont toujours sensibles au blessures de leurs prochains. Bref, la tête enflée et la tripe molle, pas de doute, c'est une gauchiste qui s'est infiltrée. Elle n'est pas la seule, d'ailleurs.

      • Dimanche 31 Mai à 11:41

        @ André...!

        C'est une gauchiste qui se prétend théologienne, tout comme Laurent Joffrin se prétend journaliste, Guy Bedos Jamel Debbouze se prétend humoriste, ou Bilal Hassani se prétend chanteur...

        Je m'étonne qu'elle ne soit pas auteure (!) à la revue Golias *, "L'empêcheur de croire en rond", le site des "chrétiens de gauche" et des "anarchistes chrétiens insoumis" (le mot est lâché...) qui prennent presque le "pape(?)" François pour un néo-fasciste réactionnaire...!

        Si vous ne connaissiez pas "Golias", une (courte) visite s'impose : https://www.golias-editions.fr/ (bon courage...)

        * A moins qu'elle ne veuille s'en démarquer et paraître objective, neutre et indépendante..

    8
    André
    Dimanche 31 Mai à 12:16

    @ bedeau

    Je n'arrive pas à accéder au site, mon antivirus me signale que c'est un site dangereux, même en cherchant sur google. Je n'ai de renseignement que par Wikipedia qui ajoute que la devise du magazine est attribué à un cathare. Il s'agirait donc d'une dissidence du catholicisme. Le mot "gauche revient souvent. Le magazine tire entre 12000 et 15000 exemplaires et compterait 8 000 abonnés. C'est suffisant pour qu'ils puissent être rentables ou bien sont-ils financés ,sachant que Libération, lui, tirait à plus de 70 000 exemplaires et que pourtant, il reçoit des fonds de l'Etat?

    Je note qu'il est bien vu par Libération, ce qui ne m'étonne pas du tout.

      • Dimanche 31 Mai à 12:56

        @ André...!

        Là encore, la référence au catharisme (= les "purs") est une imposture de plus.

        Concernant Christian Terras, le fondateur de la revue ("avec une poignée de chrétiens qui en avaient marre de cette église qui tourne le dos à Vatican II"), son portrait dans l'Observatoire du Journalisme est plus complet et plus précis que celui de Wikipedia ou de Libé...!

         

        PS.: votre anti-virus n'a pas tort...!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :