• rediff (Benjamin G.)

     

    Un français pas moyen

     

    Je n'ai pas envie de céder à la facilité ambiante et d'y aller de mon billet sur la sex-tape du candidat marcheur à la mairie de Paris

    Parce-que y'en a marre de "l'affaire Benjamin Griveaux" et que les gamineries d'un post-adolescent lubrique se masturbant sur des sites aussi ouverts à tous que Messenger ou Instagram ne m'intéressent pas et que, n'étant ni parisien ni macroniste : Benjamin Griveaux, ou Cédric Villani, ou même Mounir Mahjoubi (quoique...) à la mairie de Paris, pour moi, c'est kif-kif bourricot.

    Parce-que politiciens et médias sautent sur l'occasion pour dénoncer et condamner l'anonymat sur Twitter ou sur Facebook et sur les autres réseaux sociaux en faisant semblant ne pas voir que "l'affaire Griveaux" est partie d'un site internet (ni réseau, ni page perso, ni blog...) créé par un "activiste" qui n'est en rien anonyme et, au contraire, revendique haut et fort son geste.

    Parce-que politiciens et médias auraient chanté les louanges de la transparence politique, du manque de maturité déontologique et de respect envers les femmes en général (et la leur en particulier) et envers  l'ensemble des électeurs, si la même mésaventure était survenu à Serge Federbusch (candidat soutenu par le R.N. !!!) ou à Marcel Campion ou son colistier Jean-Marie Bigard,  

    Parce-que politiciens et médias sautent sur l'occasion pour faire un amalgame bien pratique, mais aussi stupide que partisan, entre un "artiste performeur" et "réfugié politique" (sic) opposant notoire et déclaré au régime de Vladimir Poutine, et les célèbres hackers russes ayant (dit-on) failli faire rater l'irrésistible élection de Macron en 2017, ou la "trumpisation" perverse et ravageuse d'internet...

    Parce-que politiciens et médias ont longtemps considéré Piotr Pavlenski comme le modèle ultime de l'artiste engagé quand il défendait les Pussy Riot accusées de blasphème ou quand il se mutilait pour dénoncer les horreurs de la dictature instaurée par Poutine et l'ex-KGB en Russie, avant de subir l’opprobre unanime des mêmes pour s'en être pris à une étoile montante de la macronie parisienne..

    Parce-que, malgré tout, il fallait bien que j'en parle... je vous rappelle ce papier de juin 2019 motivé par l'estime toute relative qu'il vouait aux "gars qui fument des clopes et roulent au diesel" (et n'ont pas toujours le loisir d'envoyer une vidéo "intime" à leur maîtresse en guise de "petit cadeau avant le repas") actualisé pour rappeler ses avis très tranchés sur ses "abrutis" de "fils de pute" d'(anciens) adversaires

     

     Un français pas moyen

    404 diesel et Gitanes maïs

    A Benjamin Griveaux

    IN MEMORIAM

    Jean Constantin - "Le Français moyen" 

    Il n'a pas trouvé le moyen
    Le moyen d'avoir des moyens
    Car son train de vie est moyen
    C'est un vrai Français (moyen)

    Il habite le Nord, le Midi
    Saint-Brieuc, Strasbourg ou Paris
    Très rarement Neuilly ou Passy
    Mais plutôt à Saint-(Denis)

    Il s'appelle Durand ou Dupont
    Il vote pour un oui, pour un non
    Car il aime la Constitution
    Et la famille Du(raton)

    Dans le train, le métro ou chez lui
    Il s'instruit, il lit et relit
    La Fontaine, Verlaine et Vigny
    Mais surtout Chéri-(Bibi)

    Cinéma, question nouvelle vague
    Ses idées seraient plutôt vagues
    Lui, c' qu'il aime ce n'est pas Truffaut
    Mais l' dos de Brigitte (Bardot)
      Il dit qu'on est mal dirigé :
    Les Français, faudrait les mater
    Un régime de poigne, vous verriez
    Et vive la li(berté)

    Gagarine ça le laisse froid
    L' major Glenn, il ne l'envie pas
    Mais depuis longtemps il connaît
    Kopa et Louison (Bobet)

    De nature il est musicien
    La musique, la vraie, il l'aime bien
    "Boléro de Ravel", "Veuve joyeuse"
    Et "Clair de lune à (Maubeuge)"

    Débrouillard, un peu rouspéteur
    Pas méchant, fleur bleue ou blagueur
    Oui, il a trouvé le moyen
    D'être un vrai Français (moyen)

    On le dit et on le redit
    Il est faible en géographie
    Mais on sait que depuis toujours
    Il s'y connaît en... voiture

     

     

    Bon... je ne voulais pas faire d'article sur ce non-événement concernant un non-personnage, mais qui anime nos soirées télévisées... et pis, on s'emporte, on s'emporte... et voila...

     (revoir l'article et vos commentaires :  403 diesel et Gitanes maïs)

     

     

    « L'énigme du samedi (05)# Jean Messiha 17/02/2020 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 16 Février à 19:58

    Je me demandais chez Pangloss s'il ne fallait pas décorer le Russe pour avoir sauvé (je l'espère) la gare de l'Est

      • Dimanche 16 Février à 20:20

        @ Dr WO...!

        On me dit dans l'oreillette que ze winneure is Agnès Buzzin et que "son profil d’universitaire et de médecin sied comme un gant à la sociologie parisienne et enlève à Cédric Villani une partie de sa singularité, son expérience ministérielle vaut celle de Dati et son profil de femme peut rivaliser avec celui d’Hidalgo.", et elle n'aura donc pas à faire des mois de précampagne épuisants pour se présenter fraîche comme une rose à peine épanouie et encore couverte de perles d'innocence et de rosée...

        C'est peut-être pour cette seule et unique raison: autoriser à présenter LA candidate idéale qui coupe l'herbe sous le pied à tous les candidats qu'il faudrait décorer l'agent soviétique. Même si laisser tomber son Ministère de la Santé en pleine épidémie de COVID-19 (qui "l'occupait énormément", il y a à peine deux jours) est un peu un geste d'impuissance (contrairement à celui de Benjamin Blaise Griveaux)

        j'espère que, vous concernant, la solidarité professionnelle jouera... bad (mais ça ne nous regarde pas)

         

    2
    Lundi 17 Février à 13:33
    Pangloss

    Griveaux n'est pas un Français moyen, c'est un Français médiocre. Et je suis gentil.

      • Lundi 17 Février à 14:19

        @ Pangloss...!

        Heureusement, Agnès Buzyn est arrivée et s'est déclarée candidate, ce dont elle rêvait depuis toujours (ou 48 heures)

        On dit que, aussi bien Emmanuel Macron que Edouard Philippe, ou Gilles Le Gendre et Stanislas Guérini... lui avaient tous "laissé le choix dans la date." *

        * comprend qui veut ou qui peut...

    3
    Souris donc
    Lundi 17 Février à 14:16

    Ses déboires ne sont pas terminés. Voir le point de vue d'un juriste, Philippe Bilger.

    Et ses commentateurs. Robert Marchenoir y voit la main de Poutine et du KGB, un autre pense que la belle-famille (les Minkowski, de la médecine et de la musique) va poser ses exigences au fripon qui a déshonoré leur fille et nièce. 

      • Lundi 17 Février à 14:53

        @ Souris donc...

        Marchenoir va plus loin dans un commentaire plus ancien

        Il y a quelque temps, à l'Élysée, réunion stratégique sur les municipales.

        Macron à Griveaux : On est cuits, tu n’as aucune chance à Paris. Alors je t’explique : baisse ton froc…

        Griveaux : Gnééé ?

        Macron : T’occupes, c’est moi le chef. Écoute-moi bien : […].

        Griveaux : [Consterné, prend des notes.]

        Macron : Passez-moi Poutine... oui, sur le téléphone rouge, pas par pigeon voyageur… pourquoi suis-je obligé de travailler avec des abrutis pareils ?... C'est toi, mon petit Poutinou d'amour ? Ça gaze ? L'OTAN en état de mort cérébrale, ça te dit quelque chose ? Bon, alors, le bouton renvoi d'ascenseur, il est toujours sur ton bureau ? Les imbéciles qui te servent d'entourage ne l'ont pas démonté ? Alors regarde. Tes bandits du GRU, entre un assassinat au Novichok à Salisbury et un égorgement à Lille, ils auraient pas cinq minutes ? Ils savent toujours tripoter un ordinateur ? Et le fou furieux que tu m'as envoyé, celui qui m'a mis le feu à la Banque de France, tu le remets ? Bon, je t'explique. [...] Ça y est, Griveaux, tu percutes ?

        Griveaux : ...

        Macron : Mais qui est-ce qui m'a refilé un abruti pareil ! Après que la France entière aura eu le privilège de visionner ton petit cinémascope, tu seras bien obligé de te retirer. Ton remplaçant va se vautrer grave, et on n'aura plus qu'à expliquer ça par un complot de l'opposition ! On fera nos pleureuses, comme Fillon ! On pourra même mettre ça sur le dos des Russes, et en plus ce sera vrai ! Qu'est-ce qu'on dit ?

        Griveaux : Merci, patron !

        Macron : Et qu'est-ce qu'on dit encore ?

        Griveaux : C'est vous le chef, patron !

        Macron : Et puis ?

        Griveaux : Vous êtes un génie, patron !

        Macron : C'est bien, mon petit Griveaux, tu peux te rhabiller... faut que je fasse tout moi-même, dans cette tôle !

        Personnellement je m'en tiens pour l'instant à l'avis de G.-W. Goldnadel sur Boulevard Voltaire : "Benjamin Griveaux, une incroyable légèreté et une incommensurable bêtise..." J'ajouterais simplement l'arrogance, le mépris et le sentiment de supériorité et d'impunité qui caractérise l'équipe à Macron (voir les déclarations successives contradictoires de Buzyn à propos de sa candidature, avalisées et certifiées les unes après les autres par la porte-parole du gouvernement)

        H16, pour sa part, y voit de dangereux incompétents..

         

      • Souris donc
        Mardi 18 Février à 08:28

        Merci Bedeau,

        Encore une de vos géniales trouvailles.

        Griveaux porte plainte maintenant ! Les trois protagonistes (Pavlenski, Taddéo, l'avocat) sont mis en examen. Pourtant, la "délation" est en cohérence avec les vertueux  #BalanceTonPorc ou #MeToo.  

      • Mardi 18 Février à 11:23

        @ Souris donc...

        Effectivement, mais il y a "cohérence" et, en même temps, il y a "cohérence", qu'il ne faut pas confondre entre-elles...

        Mais là on aborde la pensée complexe présidentielle, et qui sommes-nous pour en juger ?

      • 2+2=Whatever
        Mardi 18 Février à 11:44

        "qui sommes-nous pour en juger ?" : mais, cher bedeau, pour ces gens-là, nous ne sommes très exactement *rien*.

        En plus, ils ont les armes et les troupes pour le démontrer. Le noeud du problème est là.

      • Mardi 18 Février à 13:25

        @ 2+2=etc...!

        Mais bon, ne nous plaignons pas... On peut encore se poser la question, même si tenter d'apporter une réponse serait fort malvenu.

        Mais tout ceci devrait bientôt être redéfini par la lutte aviaire contre les contenus haineux et le combat présidentiel contre tout communautarisme.

        même là, je n'ose pas mettre une photo de Laetitia A. trouvée sur le web qui pourrait être considéré comme raciste, sexiste, grossophobe, néo-colonialiste, etc... je mets donc celle-ci où elle est tout à fait... comment dire ?

           

        "tout à son avantage", je cherchais le mot...

         

      • Ne RIEN dire
        Mardi 18 Février à 15:38

        C'est bien le mot. ;-)

        Can such things be ? (Ce n'est pas une méchanceté, pas même un constat, simplement l'évocation du titre d'un vieux livre de Bierce.) Une violente attaque de coranovirus me dicte une légende inspirée de celle, fameuse, rapprochant hidalgogolE et un lama. Je vais m'abstenir de l'énoncer : nous devons tous nous entraîner au grand silence. No comment, no blog, no nothing. When in macronistan, shut up.

        Le plus terrible, c'est que la majorité n'y verra aucune objection.

      • Mardi 18 Février à 17:09

        @ ne RIEN dire...

        Je trouve excellente l'idée (ancienne : 1er avril 2015) de madame Hidalgo de vouloir remplacer le trafic automobile dans sa ville par un réseau éco-citoyen de lamas en libre-service éco-responsable.

        Sauf que, en 2020, un réseau de dromadaires serait plus adapté aux mœurs des nouveaux parisiens.

        Mais c'est une excellente idée que madame Buzyn devrait étudier à son tour. Une excellente idée pour d'excellentes candidates...

         

         
      • Ne RIEN dire
        Mardi 18 Février à 18:24

        C'est bien l'image, mais la légende était différente, qui commençait par quelque chose comme "Vous avez devant vous un animal au caractère fort déplaisant, que vous n'aimeriez pas avoir chez vous" pour se terminer avec cette phrase "Et à droite, vous avez un lama." Classique, efficace.

        Le kron avait attaché son nom à des cars, ce sera ensuite à ubercamel, quand il sera nommé sous-calife.

      • Mardi 18 Février à 20:53

        @ ne RIEN dire...

        Je voulais être respectueux.

        Sinon, j'aurais mis ça:

                       

        avec une légende proche de celle que vous indiquez !

        Mais je voulais être respectueux...

        "Raté" wink2

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :