• Pourquoi pas ? Parce que !...

    Deux petites infos... sans rapport ente-elles, quoique...:

     

    Les restaurateurs veulent pouvoir embaucher des migrants sans papier.

    Confrontés à une pénurie de main-d’œuvre, restaurateurs et hôteliers demandent aux pouvoirs publics de faciliter l’obtention des autorisations de travail pour les étrangers sans papiers.

    "130 000 emplois sont à pourvoir dans le secteur de l’hôtellerie-restauration.". En cause, selon l’Union des métiers de l’hôtellerie (Umih) : la mauvaise image de ces professions et les conditions de travail souvent pénibles. "Aujourd’hui, les gens ont tendance à penser que si tu n’es pas bon en classe, tu finis dans l’hôtellerie-restauration.../...Ils boudent de plus en plus certains postes difficiles, comme celui de plongeur, par exemple.".

    Et si l’une des solutions à cette pénurie de main-d’œuvre était d’embaucher des migrants ? C’est l’idée présentée par les professionnels du secteur.

    la presse

     Une association revendique 15 000 repas au mois de juillet pour les migrants.

    A Nantes, sans aide municipale, l'association "l'Autre Cantine" a passé la barre des 15 000 repas bio servis en un mois.

    "Ce vendredi 3 août, ça fait 1 mois que "l’Autre Cantine" a ouvert ses portes pour répondre à l’urgence alimentaire de la trêve estivale. Plusieurs cantines et des bénévoles de tous âges et toutes conditions sont venus rejoindre cette cuisine 'réquisitionnée'", a indiqué le collectif. Et de poursuivre, en précisant que les repas sont chauds, équilibrés et avec des légumes bio !" et que "la nourriture servie en juin par les bénévoles et les cantines de "Nos amis venus de loin" (devenu "association RAHIM") et "Un Bout de Chemin", de l'équipe du "squat Wilson", du "squat La Carterie" n'a pas été comptée dans le bilan."

    la presse

      La double question stupide que je me pose est:

    ♦ "Pourquoi les migrants ne s'occupent-ils pas de cuisiner pour les autres migrants, connaissant leurs goûts et leurs interdits culinaires ?" (un peu, mais en plus "humanitaire", comme "les cuistots migrateurs": le 1er traiteur de cuisines du monde qui emploie des cuisiniers réfugiés pour nourrir une poignée de bobos en mal d'exotisme et de solidarité inter-ethnique)

    ♦ Pourquoi les bénévoles de toutes ces associations philanthropiques ne vont pas proposer leur service gratuit aux patrons ou gérants de restaurants (même autres qu'un kebab, ou végan, etc... et même pendant le ramadan) de leur ville ou de leur quartier, ou en reversant leur salaire à l'Armée du Salut (ou à SOS Méditerranée), avant de s'inscrire à "Top Chef" ?

    Hein, pourquoi pas ?

    Ben, non !... Parce-que...

     

    souvenir...

    Pas con...!

     

     

    « Martine et les tunisiensBon, d'accord... tout va bien. »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Lundi 6 Août à 16:32

    Les restaurateurs ont un culot fabuleux. Ils avaient déjà obtenu la TVA à 5% qu'ils devaient répercuter sur le client et qu'ils ont empochée. Maintenant, embaucher les clandestins. Payés au... black.

      • Souris donc
        Lundi 6 Août à 17:53

        Adieu Joël Robuchon, et vive les écoles hôtelières, prises d'assaut par les jeunes. Et qui ont des restaurants d'application pas chers et formidables.

      • Lundi 6 Août à 20:02

         

        Un opération dans la droite ligne des emplois à 80 centimes de l'heure en Allemagne, proposés dans le but louable de "faciliter l'intégration des demandeurs d'asile", tout en cassant le tissu social et économique existant, conformément aux projets politiques et financiers internationaux...

        Et il est peu certain que tous ces ingénieurs, médecins et professeurs mahométans ou sub-sahariens soient ravis d'être de corvée de pluches dans nos palaces...

        A noter qu'il y a un certain temps que plusieurs secteurs professionnels (bâtiment et BTP, transports, commerces communautaristes, etc...) pratiquaient sournoisement ce genre de recrutement illégal mais rentable pour les deux parties.

        Quant aux "migrants", "réfugiés" et autres "exilés", ils pourront toujours trouver de gentils bénévoles qui les nourriront gracieusement et sans arrière-pensée... mais pas que...

        résumé de la situation:

        tout est relatif...

    2
    Lundi 6 Août à 18:57
    Pangloss

    Tout ça me dépasse. Ou alors il fait trop chaud.

    Mais embaucher des clandestins, c'est à dire des illégaux, n'est-ce pas interdit?

      • Lundi 6 Août à 20:44

         

        Ça me dépasse aussi, mais ce n'est pas uniquement à cause du réchauffement climatique

         

        Sont interdits par la loi :

        • le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d’heures de travail… ;
        • le prêt lucratif et la fourniture lucrative de main-d’œuvre en dehors du cadre légal qui les délimite strictement ;
        • le marchandage
        • la fraude aux revenus de remplacement
        • le cumul irrégulier d’emplois
        • l’emploi irrégulier de travailleurs étrangers et le trafic de main-d’œuvre étrangère.

        Il s’agit de situations délictuelles passibles de lourdes sanctions : sanctions pénales, exclusion des aides publiques…

        Mais, en même temps:
        Même non déclaré ou en situation illicite d’emploi lorsqu’il est étranger, le salarié possède des droits dont il peut réclamer l’application en s’adressant, selon le cas, à l’inspection du travail, au conseil des prud’hommes ou — en ce qui concerne sa situation au regard de la sécurité sociale — à la caisse primaire d’assurance maladie ou à l’URSSAF ou à la MSA.

                                                                                                   http://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/

         

        Mais, encore en même temps, si les pouvoirs publics décident que

        Sont dorénavant autorisés et encouragés parla loi:

        • le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d’heures de travail… ;
        • le prêt lucratif et la fourniture lucrative de main-d’œuvre en dehors du cadre légal qui les délimite strictement ;
        • le marchandage
        • la fraude aux revenus de remplacement
        • le cumul irrégulier d’emplois
        • l’emploi irrégulier de travailleurs étrangers et le trafic de main-d’œuvre étrangère.

        Ça ne nous dépasse plus à la même vitesse...

    3
    Lundi 6 Août à 22:18

    Je crois que dans les restaurants les immigrés (ou migrants) ne cuisinent pas, ils lavent.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :