• POUR...!!!

     

    Une fois n'est pas coutume...

    Habituellement, quand je prends connaissance d'un sondage ("effectué au sein d'un échantillonnage représentatif de la population française"), je suis le plus souvent du côté des "CONTRE" ou des "NON".

    Exemples :

    • Pensez-vous que Omar Sy est un meilleur artiste que Jean Gabin, Alain Deleon ou Clint Eastwood ?
    • Estimez-vous le bilan politico-socio-économico de Emmanuel-Président Macron globalement positif ?
    • Croyez-vous que la Laïcité à la Républicaine est compatible avec l'Islam 2me religion de France ?
    • Êtes-vous d'accord avec le fait que deux papas puissent se faire faire un bébé par deux mamans ?
    • Êtes-vous partisan d'un généreux accueil à bras zouverts de toute la misère enrichissante du monde ?

     

    Cette fois ci, la question était du genre :

    • Êtes-vous favorable au rétablissement de la peine de mort en France ?

    OUI: car je suis un facho populiste - NON: car je suis progressisse - S.Opinion: j'ai pas encore vu les résultats au J.T.

    ...et j'avais tout bon :

    Ben, OUI... aurais-je dit... (mais je n'ai jamais été sondé, sauf pour me demander si je savais que grâce au ministre de l'écologie je pouvais isoler ma maison pour moins de 1€)... Ben, OUI, aurais-je dit, donc... Mais attention, peut-être pas forcément sans exception pour tous les fauteurs de "sentiment d'insécurité", comme on dit. On n'est pas des sauvages.

    - C'est pas la peine pour certains djeunes des quartiers kulturellement anti-gaulois et/ou anti-souchiens qui, de toute façon, vont se viander la gueule tout seul dans le premier bec-de-gaz qui passe avec un scooter volé pour épater Zoubida, ni pour cet autre qui ne va pas tarder à morfler une rafale de kalach dans la tronche sur fond présumé de règlement de compte lié à un présumé trafic de drogue.

    - C'est pas la peine non plus pour ce nouveau concitoyen ne possédant pas nos codes qui, après avoir violé à dix reprises et à quelques jours d'intervalle une ou deux jeunes fillettes pré-pubères, et sortant de sa onzième garde-à-vue conscient de ses fautes, viole une retraitée octogénaire avant de l'étrangler machinalement. Ça sert à rien, la vengeance est encore plus aveugle que la justice...

    En plus, un vice de procédure ou la plaidoirie d'un bon avocat peut tout remettre en cause à n'importe quel moment, et si on peut indemniser une incarcération d'erreur judiciaire, après c'est plus compliqué pour la ressuscitude de la même erreur...

    - Mais, par contre, pour les djihadistes et autres terroristes (qu'ils soient musulmans, coranistes, islamistes ou mahométans, peu importe, il ne s'agit pas de stigmatiser une seule communauté), c'est pas pareil : "hardi-petit", "à la casserole", "et qu'ça saute !" ! Eux, revendiquent haut et fort leur geste et semblent prêts à recommencer avec le sourire malgré une tentative de déradicalisation citoyenne et républicaine pas tout-à-fait complètement au point, même si un expert spychiatre auprès des tribunaux et une assistante sociale suggèrent qu'il ait été commis dans un moment d'égarement ou sous l'influence de substance psychotrope encore plus ou moins illicite... (Devrait-on faire exception pour ceux qui ont honte de ce qu'ils ont fait et se repentent de leurs incivilités... ce n'était pas dans la question, mais "faute avouée étant moitié pardonnée"...?)

    En plus, ce serait leur rendre un sacré (pardon) un halal bon service car ils pourraient se présenter sans rougir devant Allah (lpssl) en se prévalant d'une mort héroïque -quoique un peu tardive- au combat face aux mécréants et exiger 72 vierges de la meilleure qualité qui soit...

     

    Je sens que je suis encore trop bon, tiens...

     

     

    « Le pire ennemi de la France: E. Macron ?On en est arrivés là...! »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Mercredi 16 Septembre à 08:11

    Quoi qu'ils fassent, ils seront victimisés, parce qu'on est bons et cons et qu'ils le savent, ainsi que leurs avocats, les experts de tout poil, les juges du Mur qui les admonesteront avec un rappel à la loi. La routine. Même la famille a intégré (c'est à peu près la seule chose qu'ils intègrent, avec l'adresse de la CAF) que dans le pire des cas, la réponse est : disikilibri.

      • Jeudi 17 Septembre à 12:52

        @ Souris donc...

         

        Ce qui rappelle un peu l'éternelle énigme de l’œuf ("déséquilibré" - contrairement à celui de Christophe Colomb qui avait trouvé un truc pour le faire se tenir droit) et de la poule (ou de l'hydre musulmane -si l'hydre pond des œufs...?) : est-ce la religion du petit livre vert qui crée des déséquilibrés névropathes pervers et haschissins en herbe à partir du verbe d'Allah , ou sont-ils attirés irrésistiblement par Elle comme certaines mouches sont attirées par certaines matières ?

         

        NB. Doit-on s'attendre à ce qu'après dix "rappels à la Loi" le récipiendaire se voit offrir soit un stage d'accro-branche, ou de plongée sous-marine, de djembé ou de close-combat, ou une partie (deux manches et "la belle") de baby-foot contre Monsieur le ministredelintérieur/gardedessceaux ?

         

    2
    Pangloss
    Mercredi 16 Septembre à 10:44

    Moi, j'aime tous les animaux. Je ne tue pas les mouches mais j'ouvre la fenêtre pour qu'elles sortent de chez moi, je ne chasse pas et refuse de manger du gibier, j'ai un "attrape-bestiole" acheté chez La Hulotte (abonnez-vous!) pour recueillir les insectes égarés et les remettre à l'extérieur de chez moi, je pense que la corrida devrait tomber sous le coup de la loi, je pardonne à toute-z-et-toutes (mais faut quand même pas pousser) MAIS j'écrase sans pitié les moustiques qui se posent sur moi et je détruis sans états d'âme les nids de guêpes qui se sont installés sous le toit de mon auvent.

      • Jeudi 17 Septembre à 13:27

        @ Pangloss... !

         

        Mais attention... !

        Un célèbre grand "C.....", Aymeric de son prénom, "animaliste"-"antispécisme" de renom avait appelé à ne plus tuer les moustiques, car quand ils piquent il s'agit d'une maman qui risque sa vie pour nourrir ses enfants...

        Cependant les mêmes, ou presque, souhaitaient que les chats arrêtent de croquer des souris et que les lions ne dévorent plus les gazelles...

        Peut-être pourrait-on éduquer les moustiques (femelles) pour qu'elles abandonnent leur régime sanguivore et ne se nourrissent que de rosée matutinale ou de sève de Canabis marocuinus ?

         

    3
    Méchant
    Mercredi 16 Septembre à 11:40

    Les belles âmes seraient effrayées en découvrant les moyens efficaces employés jadis pour rétablir rapidement l'ordre dans certaines contrées où régnaient, comme chez nous -- pardon : ce n'est plus vrai, donc "comme ici" --, les criminels et les corrompus. Quelques mois après leur mise en oeuvre rigoureuse et intelligente, on pouvait abandonner un paquet de café au bord d'une route, et le retrouver six mois plus tard, intact. Les sceptiques et autres incrédules iront lire l'excellent *Ibn-Séoud ou la naissance d'un royaume* de Benoist-Méchin. Ils y trouveront aussi quelques réflexions politiques intemporelles inattendues qui, appliquées ici, seraient révolutionnaires et signifieraient la fin de la mafia au pouvoir. Avis à d'improbables colonels patriotes, intègres et ambitieux. (Les Suédois de ce temps n'étaient pas comme ceux d'aujourd'hui.)

    En prime, jolie note posthume, peut-être authentique, d'Aderrahman III, calife de Cordoue, reprise par Debord : "Cinquante ans se sont écoulés depuis que je suis calife. Trésors, honneurs, plaisirs, j'ai joui de tout, j'ai tout épuisé. Les rois mes rivaux m'estiment, me redoutent et m'envient. Tout ce que les hommes désirent m'a été accordé par le ciel. Dans ce long espace d'apparente félicité, j'ai calculé le nombre de jours où je me suis trouvé heureux : ce nombre se monte à quatorze. Mortels, appréciez par là la grandeur, le monde et la vie."

    (Le coup du fardeau des honneurs et de la richesse, c'est quand même bien facile : étrangement, presque personne ne s'en délivre à la manière d'un Sylla.)

    Bref, pour en revenir au sujet du billet, j'y suis favorable, comme à la loi du talion. Vrai que je ne suis pas un naintellectuel, ce qui m'évite de donner dans l'angélisme exterminateur humanitariste pratiqué par les gauchistes qui n'ont, malheureusement, jamais à payer, en argent comme en sang, pour leurs criminelles lubies.

     

      • Jeudi 17 Septembre à 13:45

        @ Méchant... ?

         

        On distingue pourtant parfois un début de commencement d'ébauche de réaction de fierté, d'honneur, de courage et de virilité : dans beaucoup d'endroits des citoyens se regroupent en associations de solidarité, de secours et de défense, parfois conseillés ou encadrés par d'anciens et mystérieux "professionnels de la Sécurité" ou d'anciens miliciens expérimentés (ex. membres du K.G.B., du K.K.K., de l'O.A.S. ? on ne sait...), et c'est bien.

         

        On pourra m'objecter qu'en fait ça permet au pouvoir à qui ça en touche une sans faire trembler l'autre de :

        - relâcher un peu la pression dans la cocotte sociale (par ailleurs entièrement sous contrôle par divers procédés) afin d'éviter une usure prématurée du joint du couvercle -qui en a vu d'autres- (Si le temps n'était pas compté avant 2022, un Grand-Débat sur le thème "Valeurs républicaines et Tranquillité citoyenne" serait bienvenu)

        - prouver que "ensauvagement" (s'il y a) et "insécurité" (réelle) ne sont pas le fait de nos nouveaux concitoyens, ignorants de nos codes et de notre façon de vivre, mais celle d'une poignée de gaulois réfractaires et racistes n'ayant pas confiance en la Justice de leur Pays (pas plus que en ses autorités sanitaires  par exemple...)

        - faire accepter que la lutte contre les idées nauséabondes du théoricien du "grand-remplacement" et la zemmourisation sans partage des esprits et des médias (Daniel Cohn-Bendit et Gérard Miller le répètent quotidiennement sur tous les tons) est devenue the Grande Cause Nationale à gagner avant la fin du quinquennat, plus importante et prioritaire encore que la lutte contre le réchauffement climatique.

         

        C'est peut-être pas faux, dans le fond...

         

    4
    Le Page
    Mercredi 16 Septembre à 12:12

    La peine de mort a été abolie pour les assassins mais pas pour les victimes, c'est dommage, ça démarrait bien quoique à l'envers, on commence toujours par le plus facile!

    Badinter se félicite donc en se disant qu'en ces périodes difficiles, 50,% de réussite, c'est déjà pas si mal: ah, les pourcentages...

    Le problème avec la peine de mort est que si vous tuez l'assassin, vous ne diminuez pas le nombre de meurtriers... (j'ai lu ça quelque part mais je ne sais plus où). C'est vrai! Donc la seule solution est le retour aux bonnes vieilles méthodes qui ont fait leur preuve: ici, la ciguë. Bien sûr en version modernisée ça donnerait une petite pilule concoctée par Bigpharma à disposition permanente du condamné, qui après avoir estimé les jours d'isolement à passer à perpétuité dans une cellule capitonnée de 9m2, sans le moindre contact humain, déciderait d'aller voir si la vie d'après ne serait pas mieux.

    Qu'en dire? A l'heure de 200 000 avortements/an, de X euthanasies plus ou moins voulues, de suicides assistés ou non, sans compter les quelque 600000 autres morts annuelles ça devrait passer comme une lettre à la poste?

    On parie combien que non.

     

     
    What do you want to do ?
    New mail<button id="ffenetremailtobuttonEmail">Copy</button><textarea id="ffenetremailtotextArea"></textarea>

    .

      • Jeudi 17 Septembre à 13:59

        @ Le Page... !

         

        Et c'est pas fini...

        On peut maintenant avorter jusqu'à la fin du 9me mois de grossesse, en cas, et seulement en cas, de "détresse psychosocial" avérée et reconnue par les autorités compétentes. -un peu comme la loi Veil, encadrée et sous certaines conditions de "détresse" non précisée, justement- (Au fait, une mère porteuse qui voit sa commande de GPA annulée au dernier moment serait-elle psychosocialement en détresse ???)

        Il est question de tester le futur vaccin contre la grippe pangolienne sur les vieux dont, forcément, "l'espérance de vie est fortement résiduelle". Pourquoi ne pas continuer allègrement en ce sens pour tous nouveaux produits et techniques de traitement ou de prophylaxie : ce serait plus pratique et plus rapide que sur les petits négrillons, et plus fiable et plus sûr que les souris de laboratoire (et bien pour le bien-être animal)

         

        PS. belle et noble idée que votre solution concernant l'application de la peine de mort, qui respecte le libre-arbitre du et la dignité du condamné... l'avez-vous soumise à la Chancellerie?

         

         

         

    5
    Pangloss
    Jeudi 17 Septembre à 15:27

    A propos de votre réponse  à Le Page:

    J'ai un doute sur: "On peut maintenant avorter jusqu'à la fin du 9me mois de grossesse, en cas, et seulement en cas, de "détresse psychosocial" avérée et reconnue par les autorités compétentes".

    Mais si c'est vrai, je me demande ce que l'on fait si les autorités compétentes traînent un peu et si la mère en détresse accouche prématurément avant la décision des autorités compétentes. Je n'ose répondre à la question que je me pose.

      • Jeudi 17 Septembre à 16:34

        @ Pangloss...

         

        dans "Dossier Familial(sic) on peut lire : "Le projet de loi bioéthique prévoit la prise en compte de la "détresse psychosociale" de la femme enceinte souhaitant une IMG, autorisée à tout moment de la grossesse mais au terme d’une stricte procédure." (suite à un amendement proposé à la sauvette par les députés socialistes, en pleine nuit du 31 juillet)

         

        ...ce qui pourrait sembler inquiétant c'est que cette "pratique" en question ne subisse la... "banalisation" qu'a subi l'I.V.G. "normale" dont le texte précisait : Article L. 2212-1 : "La femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l'interruption de sa grossesse....", avant de devenir un droit inaliénable.

         

        ...Le temps passant et la notion de détresse psychosociale -présentement non ou mal définie ("...lorsque la poursuite de la grossesse fait courir un risque grave à la mère ou que le fœtus présente un handicap physique ou mental grave qui rendrait son existence difficile ou sa survie impossible...") - pouvant évoluer, il faudra évidemment faire confiance au législateur et aux collèges médico-sociaux ou comptables et financiers des cliniques pour ne pas, à la longue, alléger la "stricte procédure". C'est le progrès

         

        .../...

        Ceci dit, dans l’immédiat, je me sens un peu plus concerné par la proposition du docteur Laurent Alexandre qui préconisait d'imposer, dans le but de les tester, les vaccins contre la covid-16 (on dit comme ça maintenant...) sur les personnes âgées (et les personnes à risque) qui présentent, selon sa jolie formule, "une espérance de vie résiduelle"...

        "Résiduelle", OK... mais j'ai la faiblesse d'y tenir...

         

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :