• C'est bien fini n-i n-ni

    C'est bien fini n-i n-ni

     C'est bien fini n-i n-ni

    Pour les "journalistes", il est bien fini le temps d'une indulgence bienveillante envers les "prières de rue" "illégales", mais un peu excusables quelque-part quand même.

    Pour eux, voici venu le temps d'un ardent militantisme partisan, pour lequel les élus de la République sont devenus des "gêneurs", face aux musulmans en prière sur la voie publique.

    exemples récents:

    C'est bien fini n-i n-ni

    Clichy : la manifestation des élus perturbe la prière de rue illégale

    Clichy : la manifestation des élus perturbe la prière de rue illégale

    Clichy : la manifestation des élus perturbe la prière de rue illégale

    Clichy : la manifestation des élus perturbe la prière de rue illégale

    Le Parisien

    A l’appel de Rémi Muzeau, le maire (LR) de Clichy, une centaine d’élus de la droite francilienne ont tenté ce midi d’empêcher des fidèles musulmans de faire leur prière dans la rue.

    Parmi les maires, conseillers départementaux ou régionaux, Valérie Pécresse, présidente (LR) du conseil régional et Pierre Bédier, président (LR) du conseil départemental des Yvelines.

    Entonnant la Marseillaise, les élus ont repoussé les fidèles un peu plus loin dans la rue, mais la prière s'est tout de même tenue en milieu de journée, derrière un double cordon de gendarmes mobiles.

     

    C'est bien fini n-i n-ni

    Une centaine d'élus tentent d'empêcher une prière de rue à Clichy

    Une centaine d'élus tentent d'empêcher une prière de rue à Clichy

    Une centaine d'élus tentent d'empêcher une prière de rue à Clichy

    Une centaine d'élus tentent d'empêcher une prière de rue à Clichy

    Europe 1

    @TheoManeval

    #Clichy Les élus entonnent une Marseillaise, sur une place pour l'instant déserte : à un quart d'heure de la #prière de rue devenue "habituelle", pas de fidèles.

    @TheoManeval

    #Clichy Toujours plus loin dans le surréaliste : ce sont bien des élus avec leurs écharpes qui ont tenté d'aller bousculer les fidèles. Mouvement de foule, bousculade, chutes... Les gendarmes s'interposent.

    @TheoManeval

    #Clichy Scène hallucinante: aucun dialogue, mais des élus qui chantent la Marseillaise en même temps que la prière débute. Deux groupes face à face, mais qui ne se parlent pas.#E1midi

     

    C'est bien fini n-i n-ni

    Des élus bousculent des fidèles musulmans en pleine prière

    Des élus bousculent des fidèles musulmans en pleine prière

    Des élus bousculent des fidèles musulmans en pleine prière

    Des élus bousculent des fidèles musulmans en pleine prière

    "Le Lab"

    A la mi-journée, une soixantaine d'élus du Conseil municipal, des villes voisines et du Conseil régional, écharpes autour du cou, sont venus manifester leur ras-le-bol. Était présente Valérie Pécresse, président LR de l'Île-de-France, qui est passée rapidement. Elle a pris la parole pour dénoncer ces prières de rue : "Nous sommes dans un pays où l’on ne prie pas dans la rue. Les règles de droit sont bafouées."

    Après le départ de Valérie Pécresse, une scène surréaliste s'est produite. D'un côté des élus chantant la Marseillaise, de l'autre une soixantaine de musulmans priant, le tout séparé par un cordon de gendarmes.

    D'après Théo Maneval, journaliste à Europe 1 présent sur place, les élus, Rémi Muzeau en tête, ont fini par aller soudainement au contact, bousculant les personnes en train de prier, afin de les déloger physiquement.

    Le maire de Clichy a donné ensuite une conférence de presse où il s'est dit "très content que ça se soit passé comme ça". Rémi Muzeau déclare : "Les élus ont fait ce que les forces de l'ordre auraient dû faire depuis longtemps."

     

    C'est bien fini n-i n-ni

    Clichy : une centaine d'élus perturbent une prière de rue

    Clichy : une centaine d'élus perturbent une prière de rue

    Clichy : une centaine d'élus perturbent une prière de rue

    Clichy : une centaine d'élus perturbent une prière de rue

    Le Point

    Réunis derrière une banderole proclamant "Stop aux prières de rue illégales", édiles, parlementaires, conseillers municipaux, départementaux et régionaux LR, UDI et MoDem, venus pour beaucoup de région parisienne, sont sortis de l'hôtel de ville pour aller au-devant de quelque 200 fidèles rassemblés dans une rue piétonne pour la prière, comme tous les vendredis depuis le mois de mars

    Entonnant la Marseillaise, dans une ambiance tendue, les élus se sont massés sur les lieux, allant au contact des forces de l'ordre qui ont reculé, repoussant ainsi de quelques mètres les fidèles musulmans installés sur leurs tapis de prière. Celle-ci s'est tout de même tenue derrière un double cordon de gendarmes mobiles qui ont contenu quelque 200 personnes, selon la police : élus, habitants opposés aux prières de rue et quelques membres du parti Force laïque qui scandaient bruyamment "Aucun culte, la France est laïque". Interrogé par l'Agence France-Presse, Hamid Kazed, qui préside l'UAMC (Union des associations musulmanes de Clichy), a déploré "des provocations", appelant le maire à revenir "au dialogue".

     

    C'est bien fini n-i n-ni

     

    « Allons, enfants... etc.Sabre et goupillon... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    bikoz
    Vendredi 10 Novembre à 21:40

    enfin.....ça réagit !!!!

      • Samedi 11 Novembre à 15:09

        Ça réagit... c'est vrai, mais la "presse" va redoubler d'efforts pour faire passer sa propagande pro-mahométane, parallèlement à son acharnement contre les croix chrétiennes, les crèches (et même les marchés) de Noël, etc..

        "Libé" qui avait pris un peu de retard dans cette affaire de prières de rue tente de rattraper le temps perdu et les lecteurs déçus:

         

        Prières de rue à Clichy : les élus veulent chasser les fidèles

         

        Une centaine d'élus en écharpe tricolore ont tenté vendredi, à Clichy dans les Hauts-de-Seine, d'empêcher des fidèles musulmans de faire leur prière dans la rue.

         

        Quelque 200 fidèles étaient rassemblés dans une rue piétonne pour la prière, comme tous les vendredis depuis le mois de mars à Clichy.

         

        Entonnant la Marseillaise, dans une ambiance tendue, les élus se sont massés sur les lieux, allant au contact des forces de l'ordre qui ont reculé, repoussant ainsi de quelques mètres les fidèles musulmans installés sur leurs tapis de prière.

         

        Celle-ci s'est tout de même tenue derrière un double cordon de gendarmes mobiles qui ont contenu quelque 200 personnes, selon la police : élus, habitants opposés aux prières de rue et quelques membres du parti Force laïque qui scandaient bruyamment "Aucun culte, la France est laïque".

        "Nous sommes venus ici pour prier, prions et partons", lance l'un des organisateurs du rassemblement.

        Peut-on aller plus loin ?

        "Le Figaro" va jusqu'à préciser sans sourire:

         

        ...Devant les élus, un jeune Maghrébin hurle: "Les fachos dehors!.

        Ça réagit... c'est vrai... Mais ça réagit aussi drôlement vigoureusement, "en face" !

         

         

         

    2
    Samedi 11 Novembre à 17:11

    Les gendarmes qui étaient présents auraient du logiquement évacuer la rue de ces "fidèles" pour faire respecter la loi, et non les protéger.

    3
    bikoz
    Samedi 11 Novembre à 17:58

    les fachos dehors ? les arabes dehors oui...

    allez donc priez  dans les rues dans votre pays vous auriez vite des problèmes pour avoir semer le désordre

    ils n'ont jamais autant prié que maintenant, c'est pire qu'une épidémie de choléra !

    et si nous en faisions autant dans leurs pays ?

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :