• "Bon, alors, les filles...?"

     

    L'action se passe le 28 février 2020 au soir, dans une loge d'artiste, salle Pleyel, à Paris

    "Bon, alors, les filles...?"

    La scène représente quelques artistes féminines de renom entourées de divers flacons de démaquillant pour les yeux, de désinfectant pour les mains ou le reste, et de boissons fortes, distillées en Ecosse ou en Irlande, pour le fun:

    - Bon, alors, les filles, on l'a bien niqué, ce Romain Polanski... hein ?

    - Oh... Arrête, j'en suis encore tout(e) humid(e)...!...

    - Oh ouais, putain la crise... Comme pour mon divorce avec l'autre plein d'fric, pour "coups et blessures" !

    - Oui, mais bon, on va pas s'arrêter là, hein, quand même... non ?

    - Ben, non... Ou alors, on va pas aller mettre une lessive à tourner... ou aller enfiler des perles...!

    - Déconne pas... Sacrée Florence, va...

    - C'est quiqui qu'a une idée... Adèle...? Aïssa...? Céline...?

    - Une idée...? une idée de quoi pour faire quoi...?

    - Ben, pour emmerder un salaud de putain de merde à la con de putain de bonhomme à la con...!

    - Encore ?

    - Encore ! Oui...  Pourquoi ? T'es pas d'accord(e) ? T'es pas content(e) ?

    - ...

    - ...

    - Ah... Barbarin : le curé de Lyon, et en plus c'est un curé...Oui, je sais, je l'ai déjà dit qu'il est curé, ce curé.

    - Ou Gaillot ?

    - Vous avez pas mieux, les filles ? ça fait un peu réchauffé, ça, non ?

    - Et pi, c'est pas des hommes, c'est des curés.

    - Des pédés, quoi...

    - Ôôôôôôhhh !

    - J'ai pas dit "gay", j'ai dit "pédé"...

    - Alors, qui ?

    - Ben, ouais, mais bon... le docteur  Sdouarnec... Scouardec... Scouarmec ?

    - Marc Dutroux ? Eh...! ça fait "marque du trou", Marc Dutroux !... hihihi... Bon, d'accord, je me tais.

    - Michel Machin, Fournira, Fourniré...?

    - Non, et pi, en plus la justice est en course et on doit pas s'influencer dedans.C'est interdit.

    - ???

    - Ben, alors... Gabriel Mazznieff... Jacques Lang... Dany Cohn-Bendit...?

    - Oh... Arrête... Rigole pas avec ça...!

    - Euh... Buddy Alien, vous connaissez...?

    - ???

    - ???

    - ???

    - Ah...! Woody Allen, tu veux dire ?

    - C'est qui que c'est çui-là ? C'est un p'tit nain aussi, avec une tite quéquette ?

    - Y fait des films, je crois...

    - Encore un filméaste ?

    - Oui, et pi, il a écrit un livre sur sa mémoire qui va sortir, qu'on dit.

    - Boffff... 

    - Oui, mais on m'a dit qu'il avait violé sa fille. Avant de l'égorger... Non, là, je confonds.

    - Il est juif aussi, comme l'autre ?

    - Ben... Oui... Ils sont tous juifs dans le cinéma, tu savais pas ?

    - Ben, non... Pas tous... Regarde Ladj Ly, il est pas juif, lui... Enfin, j'espère...! Oh la la lala...

    - Ben, non, il est pas juif, il est malien.

    - C'est qui qu'est pas juif ?

    - Ben... Lady Di, là... Les Misérables, quoi...

    - Te moques pas, toi... 

    - Je rigole, je... Bon... D'accord, je rigole pu.

    - Allez, les filles, après moi : "Allen, t'es pas à l'aise...", "Allen, t'es pas à l'aise...", "Allen, t'es pas à l'aise..." 

     

    Dernière minute : Assailli de critiques, le groupe Hachette a annulé, vendredi 6 mars, la publication des mémoires du célèbre réalisateur new-yorkais Woody Allen. Le livre, censé retracer en détail la vie professionnelle et personnelle du prolifique cinéaste de 84 ans, auteur de films cultes comme "Manhattan" et "Annie Hall", devait être publié le 7 avril aux Etats-Unis par une filiale d’Hachette

     

     

    « "Reductio ad Hitlerum" in U.S.A.Un dernier mot, pour la route. »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Mars à 22:04

    Les couilles se perdent.

      • Dimanche 8 Mars à 11:02

        @ Dr WO...

        ...mais ce châtrage moraliste a aussi des répercutions bien plus nocives dans d'autres domaines, allant de la politique intérieure à la politique internationale : ne pas céder au politiquement (décrété) incorrect quel qu'il soit et s'adonner à tous les progressismes d'où qu'ils viennent... écologisme, antiracisme, humanitarisme, égalitarisme, communautarisme, et autres "ismes" (sauf, essentiellement, "patriotisme" ou "christianisme" et "machisme")

         

    2
    Dimanche 8 Mars à 08:38
    Pangloss

    Trop vrai.

      • Dimanche 8 Mars à 11:10

        @ Pangloss...

        Oui. Merci, Pangloss...

        Mais j'ai honte.

        J'aurais du attendre que la "Journée de la Femme" (chaque 8 mars... je le savais, pourtant...) soit passée depuis quelques semaines pour publier cet article...

        Putain, j'ai honte. J'ai honte !...

         

    3
    Dimanche 8 Mars à 17:03
    Pangloss

    C'est la journée de la femme et, il y a peu, celle de l'obésité. Si on se réfère aux pubs, on aurait pu ne faire qu'une journée.

      • Dimanche 8 Mars à 17:50

        @ Pangloss...!

         

        pas toutes.

         mais, à la limite...

    4
    André
    Dimanche 8 Mars à 20:06

    @ Bedeau:

    "journée de la femme", ça fait un peu comme si c'était une journée d'action contre une calamité, comme le sidaction, le cancer, la polio, la misère... Pas très flatteur tout ça. En fait l'intitulé exact est "Journée internationale des droits des femmes". Déjà quans il y a le mot "international", il y a de quoi se méfier. Pour moi, ce n'est qu'une vaste opération d'enfumage et la marque d'un certain colonialisme. Ces "journées d'action" sont inutiles et elle ne servent qu'aux grandes bourgeoises à se faire mousser. On défile, on déploie des pancartes, on scande des slogans, on fait dans le "festif" et puis on retourne chez soi bien tranquillement. Mais ça n'améliore pas le sort de femmes prolétaires, qui servent à ces grandes dames de femmes de ménage, de nounous, de garde-malade.... voire de ventres à louer pour  certaines personnes (dans certains pays défavorisés). Et ces bourgeoises continueront à se faire servir et à se la couler douce. Elles parlent du droit des femmes mais je suis sûr qu'elles n'ont jamais mis les pieds dans une usine, travaillé de nuit, occupé 2 emplois partiels en même temps pour essayer de joindre les 2 bouts. Ce sont toujours elles qui prennent la parole, jamais les ouvrières.

      • Dimanche 8 Mars à 21:17

        @ André...

        Certaines, celles qui ne se baladent pas seins à l'air, vont jusqu'à se déguiser en ouvrière de la métallurgie (ce qu'elles refuseraient effectivement de faire) :

        "Rosie la riveteuse", devenue malgré elle l'emblème de la "lutte des femmes" (et de leur "libération")

        alors que le modèle originel avait été imaginé pour... inciter les américaines à travailler en usine pour participer à l'effort de guerre dans les années 1940...! (ce qu'elles refuseraient effectivement à nouveau de faire)

         

        (voir aussi la "flash-mob" à cause de Macron)

         

         

      • Dimanche 8 Mars à 21:50

        @ André...

        Autre chose, mais la même chose quand même:

        d'où mon relatif pessimisme dans mon commentaire ci-dessous

         

         

    5
    André
    Dimanche 8 Mars à 20:55

    Un article d'Ivan Rioufol (et en plus, son blog est dans la liste des liens méchants):

    https://blog.lefigaro.fr/rioufol/2020/03/cesar-pourquoi-ces-feministes-.html

    A se taper sur les cuisses!

      • Dimanche 8 Mars à 21:38

        @ André...

        Beaucoup de chroniqueurs et d'éditorialistes semblent convaincus que le gauchisme (des féministes radicales , mais aussi des écologistes punitifs, des antiracistes, des altermondialistes, etc...) est son propre fossoyeur. 

        Je n'ai pas d'argument précis et concrets à leur opposer, mais je suis très, très loin de partager leur avis. 

        Le travail de déconstruction que mène cette ultra-gauche dans tous ces domaines vise les "jeunes" générations, celles qui ne lisent pas Rioufol mais qui écoutent Hanouna ou Yann Barthès.

        Sur l'article en question de Rioufol, je partage davantage l'avis d'un certain Lauffen 

        L'avenir sera racial et raciste. Les meilleures intentions du monde féministes antiracistes et universalistes auront pavé la route du grand retour du tribal.

        Préparez vous à boire des litres de larmes de gauche, laquelle a enfanté un monde qui sera l'exacte inverse de ses illusions.
        C'est dommage, je l'aimais bien la civilisation européenne, moi.

        même si "tribal" n'est pas le terme que j'aurais choisi, élargissant le problème à d'autres "civilisations", d'autres "cultures", d'autres "mœurs" (entre guillemets, à chaque fois, si vous me suivez...)

         

    6
    André
    Dimanche 8 Mars à 22:19

    Je partage également cet avis, que je viens de commenter. Et j'irai même plus loin: ce sera non seulement la lutte des nantis contre le peuple mais aussi celle des nomades contre les sédentaires, ceux qui sont attachés  à leur terre, ceux qui ont fait alliance avec elle, ceux qui, avec ingéniosité, se seront affranchis des limites de la "Nature" en essayant de la maîtriser et en développant leurs facultés intellectuelles. Car il a fallu de l'intelligence, voire même du génie pour amener la nourriture à soi au lieu de courir après. Le retour au tribal signifierait le retour au nomadisme et à la barbarie, à la soumission à la Nature, à la régression au stade infra-humain.

    Je tiens ces réflexions de Bernard Lugan, spécialiste de l'Afrique (ou plutôt "des Afriques", comme il le dit lui-même) quand il évoque les ethnies cultivatrices et les ethnies nomades et de leurs rapports souvent conflictuels. On peut tout à fait faire le parallèle avec ce qui est en train de se passer chez nous.

      • Lundi 9 Mars à 11:31

        @ André...

        Ce n'est pas exactement ma position même si comme, je le disais, je ne saurais pas en faire une démonstration complètement argumentée ; disons, un sentiment, une impression...

        Je ne pense pas que "la lutte des nantis contre le peuple" soit encore la principale cause de conflits (même les Gilets Jaunes "historiques" demandaient davantage de respect de l'individu que de pouvoir d'achat -Michel Onfray l'a très justement démontré- et c'est pour moi une vision marxiste de la société qui a été réelle au XIX et XX siècle mais est maintenant dépassée.

        De même pour l'opposition entre "nomades" et "sédentaires"... Sauf si on entend par "nomades" les populations qui viennent participer au Grand Remplacement constaté (et juste constaté) par Renaud Camus, et par "sédentaires" les citoyens qui restent, ou auraient aimé rester, attachés à leur sol, à leur patrie, à leur culture, leur religion, leurs traditions, etc...

        Le seul conflit qui compte (toujours à mon humble avis) est celui entre "progressistes" (ou qui se définissent comme tels) et "populistes" (comme ils les nomment avec un mépris évident). Et dont le but ultime est la disparition des indépendances et cultures nationales, selon la volonté à peine dissimulée de George Soros dont les milliards de dollars sont employés à cette fin à travers, justement, toute une galaxie d'associations et de mouvements "progressistes" internationaux.

        En outre, seuls les plus démunis ou les plus réfractaires à ce changement seront éventuellement voués à une économie "tribale" et autonome pour tenter de survivre. Les autres accéderont, au contraire, à une "supra-humanité" grâce aux "progrès" des bio-technologie, du trans-humanisme, etc... 

        Mais, bon, de toute façon... la fin approche, alors, pour une raison ou pour une autre.. Inch'Allah...!

         

      • Lundi 9 Mars à 20:36

        @ André ?

        Si vous avez regardé Face-à-Face sur C-NEWS ce soir, Eric Zemmour (face à Michel Maffesoli) a exprimé beaucoup plus clairement que moi, avec tout sa culture ce que je tentais d'expliquer ci-dessus concernant la fin de l'économie, les diverses "crises" sociétales actuelles et les tyrannies de toutes les minorités très agissantes.

        https://ericzemmour.org/face-a-linfo-9-mars-2020

         

    7
    Carine
    Lundi 9 Mars à 13:22
    Carine
    Ça doit être un peu ça, les heures les plus etc..., non ?
      • Lundi 9 Mars à 14:10

        @ Carine...!

        Dans quelques générations, les métis(se)s transsexuel(le)s riront de nos préjugés.

        faut voir...

         

    8
    André
    Lundi 9 Mars à 21:05

    J'ai loupé l'émission mais je ne manquerai pas de la regarder. En ce qui concerne la lutte des nantis contre le peuple, elle est toujours actuelle. N'oublions pas que c'est la caste bourgeoise qui a fait les "révolutions" et qui a instrumentalisé le peuple. La bourgeoisie actuelle fera tout pour conserver ses privilèges et pour garder le pouvoir: éducation, justice, médias, culture , finances... Celui qui possède les richesses a le vrai pouvoir. Les termes ont changé et les nantis se nomment eux mêmes progressistes et attribuent le terme de "populiste" à tous ceux sur qui s'exerce leur pouvoir et qui n'en exercent aucun. Le vocabulaire s'est adapté, c'est tout. En plus, comme vous le faites remarquer, les immigrés, ces nouveaux nomades, constituent un outil formidable pour eux. Des nomades, il y en a toujours eu (les tziganes, par exemple) et ils ont toujours vécu aux crochets des civilisations sédentaires. En tant que nomades ,ce sont des prédateurs. Et ces nouveaux nomades n'échappent pas à la règle.

    Pour la société future que vous décrivez, j'ai bien peur qu'effectivement, elle soit scindé en 2: les nantis qui bénéficient de toutes les avancées technologiques, et les démunis qui retourneront au servage et qui seront bien obligés de se livrer au troc dans des conditions de vie plus qu'effroyables. C'est un risque qu'il ne faut pas mésestimer. A moins d'un sursaut, ce qui signifiera des guerres civiles et ethniques . On a le choix entre dictature genre "Le meilleur des mondes" ou l'anarchie la plus totale et le retour à la barbarie. Mais quand je dis ça, je suis un affreux pessimiste, un bonnet de nuit, un réac, voire un facho. Mais je préfère ça à être un Bisounours.

      • Mardi 10 Mars à 11:51

        @ André...

        Ceux que j’appellerais alors les "nantis" sont également eux-mêmes les jouets, les joujoux, de personnalités autrement plus puissantes, plus déterminées, plus impitoyables et plus radicales que la bourgeoisie ne l'a jamais été.

        Tous les "dirigeants", ou qui se croient tels, ou qui veulent donner cette impression d'autorité et de pouvoir, ou à qui "on" laisse parfois cette illusion ne sont rien face à des sociétés plus ou moins occultes (je ne dis pas "secrètes") et très discrètes. Je pense évidemment, mais pas que, au célèbre "milliardaire philanthrope" George Soros, le "chef d'état sans Etat", et ses innombrables associations qui font la pluie et le beau temps jusque dans la politique intérieure des nations (Pologne ou Hongrie), au sein de la "Cour Européenne des Droits de l'Homme" et bien sûr auprès de toutes les associations, organisations non gouvernementales et mouvements "progressistes" internationaux.

         

    9
    Bad Saï Faï Phan
    Mardi 10 Mars à 00:28

    Un honnête film hollywoodien propose un assez vraisemblable tableau du futur proche : c'est "Elysium", par l'auteur de "District 9" (hilarant par moments mais très gauchiste et très tendancieux). Les dieux (comme dirait Laurent Alexandre) sont au ciel, les riens, eux, sur terre. La fin, gauchiste en diable (c'est une habitude chez ce réalisateur), est évidemment grotesque, et on a droit au subtil et indirect discours habituel sur l'invasion qui n'existe pas mais que nous devons accepter et même payer parce qu'elle enrichit notre existence grâce aux indispensables restaurants exotiques et surtout grâce aux émotions nouvelles provoquées par le caractère devenu imprévisible de l'existence devenue très dangereuse avec les couteaux fous qui officient partout (pour le reste du blurb, voir vos fdesouche et BFM habituels...). Zut, à partir de 'discours habituel", j'ai sans doute un peu dérivé -- au sens situationniste, s'entend.

    https://www.rogerebert.com/reviews/elysium-2013

    https://www.rogerebert.com/reviews/district-9-2009

      • Mardi 10 Mars à 13:32

        @ Bad Saï Faï Phan (!!!)

        J'ai relu attentivement les deux fiches concernant "District 9" et "Elysium" (palais del''Elysée...?). Je les connaissais cependant un peu, de "réputation" seulement, sans avoir eu vraiment l'envie de les voir...! le premier et sa condamnation des méchants racistes envers les malheureux demandeurs d'asile extra-terrestres ; le second avec sa description d'un monde où la stigmatisation ne serait plus liée à ce qu'on appelait, dans le temps, la "race" mais aux conditions sociales et à la fortune... 

        "Elysium" (palais de l'"Elysée ?)...Une jolie fable fantaisiste, un peu comme si quelque archi-milliardaire, mégalomane et génial décidait de rendre habitable et de coloniser... disons, la planète Mars plutôt qu'une vulgaire station spatiale, pour y exiler les quelques humains qui mériteraient d'être sauvés (du réchauffement climatique ou de la montée du patriarcat, par exemple !) Les petits hommes verts nous réserveraient certainement le sort que les terriens avaient réservé aux crustacés géants...

        Quelle imagination, ces américains...!

        On se croirait au cinéma... cry

         

      • Bad Saï Faï Phan
        Mardi 10 Mars à 16:45

        @bedeau : Neill Blomkamp n'est pas assez habile (comme le prouve ce ratage total qu'est son *Chappie*) : dans *District 9* comme dans *Elysium*, plusieurs scènes censées aller dans le sens du progressisme vont en fait dans le sens contraire. Il en va de même dans *La journée de la jupe*, un film que j'ai longtemps refusé de regarder : ce n'est pas un plaidoyer, c'est un réquisitoire.

        C'est certainement parce que j'ai de méchantes lunettes -- à preuve, je n'arrive pas à considérer *Invasion Los Angeles* comme un film de gauchiste. ;-)

         

      • Mardi 10 Mars à 17:33

        @  Bad Saï Faï Phan....

        Certainement parce que j'ai de méchantes œillères (wink2..), je n'arrive pas (mais pas...!) à m'intéresser aux "œuvres" cinématographiques (et parfois littéraires ou musicales) contemporaines qui me semblent en général être davantage ;-) le résultat d'une étude de marché consciencieusement faite à un moment donné, plutôt que le résultat (parfois malhabile) de l'expression sincère d'un... "message" (?), d'un sentiment, d'une opinion ou d'une conviction personnels.

        J'ai peut-être tort et je passe évidemment très certainement à côté de bien des choses qui manquent à ma culture générale et artistique, mais... bon... (mais je vous sais gré, à l'occasion, de me permettre de combler quelques lacunes...)

         

      • Lost Cause
        Mardi 10 Mars à 18:07

        Je signalais, je n'incitais pas à y aller voir. Au reste, on a toujours plus de succès à recommander un film moderne qu'un vieux livre. Tout n'est pas mauvais dans l'époque : elle propose aussi du très mauvais. ;-)

        On évitera, à l'avenir, de mentionner quoi que ce soit -- mais on attend toujours votre papier sur *Le dernier pape*, si possible avant le décès de François Zéro (Boizard) abattu par le coranovirus (Cassen). ;-)

      • Mardi 10 Mars à 21:24

        @ Lost Cause...

        Je n'avais pas pris votre "signalement" pour une incitation, que j'aurais été en peine de respecter... je faisais juste remarquer mes lacunes dans ce domaine (comme dans d'autres) et, au contraire, j'avouais apprécier pouvoir en combler quelques unes... Alors, mentionnez, mentionnez, il m'en restera toujours quelque-chose.

        A propos du de mon papier sur "Le dernier pape"... j'y songe, j'y songe... j'en ai même commencé au moins... plusieurs, que j'ai effacés avant de tout reprendre à zéro : plus j'y songe, plus je me demande comment, moi cry, je peux vouloir essayer de tenter de m'atteler à une telle tâche... Mais j'y songe...

        Une fois que j'aurai dit "Un 'roman d'investigation' comme on dit... Un ("le") roman de 'religion-fiction' plus passionnant que toutes les archives secrètes du Vatican, de la CIA et du KGB réunies (mais pas que)... Une réécriture incroyable mais d'une logique sans faillede l'histoire mondiale occultée (et parfois occulte) des cinquante dernières années, révélée à travers une érudition époustouflante et des révélations incroyables -bien que fortement documentées- sur les coulisses inavouables et inavouées de la politique internationale pendant ce demi-siècle...  Le tout sous la forme d'un roman d'aventure(s) palpitant plein de rebondissements imprévisibles... A lire de toute urgence pour ne pas mourir, et surtout ne pas vivre idiot."  C'est un peu court, et sinon c'est trop long...

         

      • Lost Cause
        Mercredi 11 Mars à 00:09

        Vous vous en tirez bien. Pour ma part, je me borne à dire que c'est un très grand roman, à en citer quelques passages, et à terminer par : "Ne me croyez pas sur parole, jugez sur pièces". ;-)

         

      • Mercredi 11 Mars à 14:12

        @ Lost Cause...?

        Votre formulation n'est peur-être pas plus mal, plutôt que de vouloir réécrire une quatrième de couverture laborieuse ?

        En fait, je cherche l'approche (l'accroche ?) qui me satisfera, moi... Modestement.

        Mais, j'y songe...

        Mieux ! J'y réfléchis.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :