• Y'a pas comme un ras le bol ?

    Sur le site de "La Croix", journal (sic) d'informations (re-sic) Catholiques (re-re-sic), on a droit à tout un dossier sur le Ramadan

     

    Mois «de la piété et du partage», le ramadan débute samedi 27 mai en France, a annoncé jeudi le Conseil français du culte musulman (CFCM).

    Le ramadan suscite un ensemble de pratiques socio-religieuses très populaires avec, selon des études, 70% à 80% d’observants parmi les quatre à cinq millions de fidèles musulmans estimés en France.

    LE TOUR DE LA QUESTION

    Pour environ 4 millions de musulmans en France, et 2 milliards dans le monde, le Ramadan est un mois sacré.

    En France, le jeûne du Ramadan est suivi par plus de 70 %, voire 80 % de musulmans, selon les études.

    Le jeûne du Ramadan est le quatrième pilier de l’islam qui compte au total cinq pratiques obligatoires. Il vise à "atteindre la piété", est-il écrit dans le Coran, en se détachant des plaisirs terrestres.

    Ce jeûne rituel fut décrété deux ans après l’Hégire, du nom de la fuite de Mohammed de la Mecque vers Médine, qui marque le début du calendrier musulman.

    La 27e nuit du Ramadan est la plus importante. Elle commémore la Nuit du Destin, au cours de laquelle, selon la tradition musulmane, l’ange Gabriel transmet le Coran à Mohammed.

    S’abstenir de boire, de manger, de fumer et de relations sexuelles

    Tous les musulmans qui ont dépassé l’âge de la puberté sont invités à jeûner du lever du soleil – dès que l’on peut "distinguer un fil blanc d’un fil noir", dit le Coran – à son coucher. Ils doivent s’abstenir de boire, de manger, de fumer et de relations sexuelles.

    Les repas qui marquent la rupture du jeûne, après le crépuscule et avant l’aube, se prennent ensemble, souvent de façon festive.

    Le croyant est aussi invité à pratiquer plus intensément les cinq prières quotidiennes, celle du vendredi à la mosquée, et l’aumône.

    Les musulmans portent ainsi une attention particulière aux pauvres notamment en se privant et pendant la nuit, en veillant à ce que son voisin ait le nécessaire pour rompre le jeûne.

     

     Plus loin...

    Les conditions d’apparition du croissant lunaire permettront aux musulmans d’entamer leur jeûne samedi 27 mai à un large consensus.

    En revanche, la polémique entre partisans du calcul astronomique et de l’observation lunaire pourrait ressurgir à la fin du mois de Ramadan.

    Quelles sont les règles ?

    « Ô croyants, Il vous a été prescrit le jeûne », souligne le Coran, qui esquisse dans divers autres versets les modalités du jeûne du Ramadan.

    Dans les quatre écoles juridiques de l’islam, le mois de Ramadan débute avec l’observation visuelle du premier croissant de lune, dès lors que le mois précédent, celui de Chaaban, a atteint 29 jours. Le premier jour de jeûne est fixé au lendemain de cette « nuit du doute ».

    Si les conditions météorologiques empêchent l’apparition du croissant lunaire, un hadith – parole prêtée au prophète de l’islam – recommande de compléter le mois : « Jeûnez dès que vous voyez le croissant et rompez le jeûne dès que vous le revoyez. Mais s'il se cache à vos regards, que Chaaban soit de 30 jours. »

    Premier problème : le croissant lunaire signalant l’entrée dans le mois de Ramadan ne peut être vu simultanément dans tous les pays du monde. Le croyant doit-il débuter son jeûne lorsqu’il a pu faire cette observation là où il habite ? Ou doit-il attendre la décision des autorités politiques et/ou religieuses du pays où il vit ? Ou plutôt de celui dont il est originaire ?

    Quant aux responsables politiques et/ou religieux, doivent-ils démarrer en ordre dispersé selon leurs propres observations ? Ou au contraire attendre, comme le souhaiterait l’Arabie saoudite, que la nouvelle lune soit visible à La Mecque ? Ou doivent-ils s’appuyer sur le calcul astronomique pour faciliter la vie des croyants et leur permettre de s’organiser à l’avance ?

    Chaque année, les décisions prises par les uns et les autres sont scrutées par les fidèles qui y voient le fruit de subtils équilibres religieux (les Frères musulmans sont réputés partisans du calcul astronomique, les autres courants de l’islam penchent plutôt pour l’observation) et politiques. Ainsi et pour la première fois depuis dix-huit ans, l’Algérie a annoncé cette année que la « nuit du doute » serait fixée au vendredi 26 mai au soir « suivant des calculs astronomiques ». « Elle ne peut, d’un point de vue religieux, avoir lieu le jeudi comme en Arabie saoudite », a précisé le ministre des affaires religieuses.

     †

    Sur LCI, on a droit à une image radieuse, de jeunes enfants, apparemment "de souche", souriants et heureux de participer à l'Aîd el machin...

    Ya pas comme un ras le bol ?

     

     

     

    Sur "Le Monde" à la page des "décodeurs", on a droit à un quizzzz à faire en famille sur le thème:

    "Que savez-vous du Ramadan ?"

    si vous voulez tester vos connaissances, c'est là:

    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/06/18/quiz-que-savez-vous-du-ramadan_4657279_4355770.html

    amusez-vous bien...

     

    mais ne soyez pas jaloux...

    sur la même LCI, on trouve une longue enquête:

    Une minute pour tout savoir sur l’ascension:

     

    Vous êtes sûrement nombreux à partir ce week-end grâce au pont de l'Ascension, mais sans doute beaucoup moins à connaître les origines de cette fête religieuse. Si l'Ascension a lieu ce jeudi 25 mai, sa date est aléatoire chaque année. En effet, elle est traditionnellement fixée 40 jours après le dimanche de Pâques, fête qui a elle aussi une date mobile en fonction de l'apparition de la première lune du printemps. Pâques ayant toujours lieu un dimanche, l'Ascension tombe toujours un jeudi. Et ce fameux jeudi de l’Ascension est un jour férié en France depuis l'Ancien Régime, lorsdque les fêtes chrétiennes rythmaient le calendrier de la vie des villes et des campagnes.

     

    L'Ascension vient du latin "ascensio", qui signifie "monter vers". Chez les Chrétiens, elle désigne l'élévation du Christ au ciel. Elle correspond donc à la dernière rencontre de Jésus avec ses disciples et au commencement de l’Eglise et de la "mission" de propagation de la foi catholique par les apôtres. 

    De quoi se plaint-on ? 

     

    Ah, encore une chose:Ya pas comme un ras le bol ?

     

    « Guerilla (Laurent OBERTONE) -roman-Le discours appaisant sur l'islam... »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :