• LOL

     

    Qu'est-ce que le groupe Facebook "la Ligue du lol" et de quoi est-il accusé?

     

    Bon, tout le monde est au courant, vous ne pouviez pas y échapper...

    Une poignée de journalistes. Du harcèlement. Des canulars. Des blagues de mauvais goût... Qu'est-ce que la ligue du LOL?

    C'est le nom d'un groupe Facebook dont font partie plusieurs journalistes parisiens mais aussi des professionnels de la communication et de la publicité À sa création à la fin des années 2000, il rassemble une trentaine d'individus, majoritairement des hommes. 

    Depuis aujourd’hui, la presse unanime dénonce avec un empressement exemplaire tout ce vilain monde, maintenant fine fleur du web journalistique de "Libé" à "Les Inrocks" en passant par "Télérama", progressiste et pensant-bien (mais dont j'ignorais l'existence et les écrits: David Doucet, Alexandre Hervaud, Vincent Glad, Guilhem Malissen, Stephen Des Aulnois, Alexandre Léchenet, ou Christophe Carron ??) dont plusieurs viennent se couvrir de cendres et de battre leur coulpe (à la différence d'un  Mehdi Meklat ou d'une Bilal Hassani), avec une humilité et un repentir qui frôlent parfois (parfois) le martyrologue, sur les mêmes réseaux sociaux dont ils se servaient pour faire quelques blagounettes entre potes décomplexés...

    "Nous étions influents, et c’est vrai que si on critiquait quelqu’un, ça pouvait prendre beaucoup d’ampleur"(...)"Il y avait beaucoup de fascination autour de nous, on était un peu les caïds de Twitter. Il y a une part de vrai là-dedans, une part de gens qui ont pu se sentir légitimement harcelés. Mais il y a aussi une grosse part de fantasme".

    On ne devrait pouvoir que se féliciter d'une telle réactivité de l'ensemble de la profession, comme on dit, contre quelques brebis présentées comme galeuses...

    On ne devrait pouvoir que se féliciter des promptes réactions de nos secrétaires d'état préféré·e·s Marlène Schiappa et Mounir Mahjoubi, pour une fois dans leurs rôles respectifs.

    Oui, mais...

    On devrait se méfier, au moment où on a un président de la République qui souhaite se mêler lui-même de tout ce qui se dit sur internet, qui envisage de réécrire les conditions d'inscription sur les réseaux sociaux, qui ne veut plus d'anonymat ni de pseudos sur le web (je devrais donc délaisser le pauvre "bedeau" auquel vous êtes habitués pour redevenir plus prosaïquement "Marie-Charlène Trogneux", comme chacun ne sait pas encore...) 

    On devrait se méfier, surtout que une députée LREM à qui personne n'a rien demandé, s'empresse d'affirmer que: 

    LOL

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (même si les auteurs de ces tweets n'étaient absolument pas anonymes, mais fiers de leur situation socio-culturelle et de leurs exploits cools et avant-gardistes pour l'époque...)

     

    mais, bon, on va encore croire que je vois des complots partout si je présume que cette révélation et le tapage tout autour n'est pas innocent...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    9 commentaires
  • SAUVÉS ?

    SAUVÉS !

    Bon... loin de moi l'idée de vouloir faire de l'ironie facile à propos des bonnes volontés qui sont prêtes à sacrifier leur temps, leur arg   , leur énergie, leur(s) compétence(s) et leur tranquillité rien que pour moi, pour mon bien, pour le vôtre et pour celui d'une partie de la Nation toute entière à l'occasion des prochaines élections européennes et, pourquoi pas, des suivantes, y compris les présidentielles, les législatives anticipées ou pas ou à défaut quelques municipales médiatiques... Mais, quand-même ! 

     

    Tatiana et Greg sont (ou nous mènent...) dans un drôle de bateau...

     
    commentaires

      

       Je dis ça sans connaitre toutes les données du pb mais entres les autres candidats opposé à LAREM individuellement, (droite/extrême droite/extrême gauche/branche GJ candidate etc) est ce qu'une candidature de plus (même si elle n'est pas moins légitime que les autres) ne va pas finalement servir a diviser encore plus l'opposition contre LAREM ?

     

       Le malaise et la gène ressentis à la vue de ta vidéo commune avec Greg s'accentuent en visionnant celle-ci ! Ce n'est pas seulement le fait de "te prendre pour qui" c'est surtout tu "prends tes abonnés pour qui" ???? Ils seraient donc à la fois des vaches à lait (ils te paient ton salaire) mais également des moutons prêts à vous suivre sans la moindre jugeotte alors même qu'un enfant de 12 ans serait capable de reconnaître l'incongruité, la naïveté et pour finir le ridicule de votre initiative ?

       
     
    commentaires

       

       Diviser pour faire régner Macron ! Bravo je suis très déçu que vous fassiez comme Levavasseur ou les autres. J’aimais bcp tes vidéos et celles de Tatiana mais là je n’adhère pas du tout ! 1 abonné en moins désolé. Ça va faire un gros flop votre truc, comme les autres,... apparemment ce n’est pas ce que souhaitent les français. Le pouvoir par le peuple et pour le peuple, pas de représentants. De plus, c’est quoi vos connaissances en économie, en géopolitique, en défense... Vous n’avez ni le charisme ni les compétences ni le réseau, vous pensez avancer seuls avec les 15000 Followers qui voteront pour vous ? Et quand un parti politique ou un lobby fera pression sur vous, vous ferez quoi en slip devant eux ?

         Comme l'ont très bien formulé beaucoup de monde dans les commentaires, je pense aussi que c'est une très mauvaise idée, et assez décevante de ta part. Non seulement ça marchera pas (tu vois déjà que dans tes abonnés on est beaucoup qui ne voteraient pas pour toi) et même si ça marchait ça ferait juste diviser plus l'opposition, je vois pas l'intérêt, je préfère voter pour l'UPR.

      

    à noter que, plus par nécessité que par fantaisie, nos deux tribun·e·s (et sauveurs suprêmes) ont mis en ligne une cagnotte participative et citoyenne (mais facultative) sur "Tipeee".

    https://fr.tipeee.com/tatiana-ventose   https://fr.tipeee.com/j-suis-pas-content

    SAUVÉS !

      SAUVÉS !

    Si tu es ici, c’est que tu as déjà vu une de mes vidéos, où j’essaye de voir ce qui ne tourne pas rond dans le monde dans lequel on vit et d’aider à y trouver des solutions, où j’analyse les dynamiques politiques dans Game of Thrones, où je pousse des coups de gueule contre ceux qui vivent à nos dépens, où j’appelle à la compréhension et à la compassion pour qu’on puisse se sortir de ce merdier par le haut.

    J'écris et je monte mes vidéos toute seule, en mode travail à temps plein, après l'avoir fait à côté du boulot pendant plus d'un an.

     

    "J'suis pas content TV" est une chaîne humoristique, satirique et/ou informative traitant essentiellement de sujets liés à l'actualité politique et sociétale.

    Le troisième format s'intitule "Complot(s)" et traite comme son nom l'indique des théories du complots en vogue dans notre société.


    Je me livre aussi à des VLOGS, une fois par semaine, pour parler, plus sérieusement cette fois-ci de sujets d'actualités.

    retrouvez Tatiana sur twitter

     

    retrouvez Greg sur twitter

     

    Et, pour ceux d'entre vous qui n'ont pas internet, il y a (bientôt) le livre

    JUSQU'ICI TOUT VA (TRÈS) MAL

    SAUVÉS !

     
    Les Youtubeurs arrivent pour mettre le système en PLS, et pour régler leur compte à quarante années de politiques irresponsables.
     
    Avec le langage et les références de leur génération, Tatiana Ventôse et Greg Tabibian dressent le portrait d'une France en plein chaos, où les structures communes ont été balayées, où l'État est incapable de faire appliquer ses propres règles, et où les individus sont de plus en plus livrés à eux-mêmes.
    Pour s'en plaindre ? Certainement pas. Le temps n'est plus aux lamentations. La menace d’un effondrement généralisé nous oblige à trouver des solutions concrètes aux problèmes actuels, et à se donner les moyens concrets d'appliquer ces solutions.
    Ce livre apporte des réponses politiques aux questions que tout le monde se pose.
    Il s'adresse à tous les exclus du Système, à tous les déçus de la politique politicienne, à tous ceux qui ne croient plus aux idéologies préconçues.
    Il les invite à surmonter leurs divergences, à sortir des divisions artificielles, à s'unir pour reprendre les rênes du pays aux traîtres qui le mènent dans le mur.
    Tous ensemble pour leur foutre au cul, comme disait Coluche. Mais surtout, tous ensemble pour reconstruire un pays digne de ce nom.

    Greg Tabibian est humoriste et vidéaste. Sur sa chaîne Youtube, "J'suis pas content TV", il commente l'actualité politique et sociale avec un regard acéré et une bonne dose d'humour noir.
    Tatiana Ventôse est youtubeuse. Engagée en politique, puis déçue par les partis, elle livre une analyse sans concession de la vie politique sur sa chaîne YouTube, en parallèle de laquelle elle présente le JT Le Fil d'Actu.
    Leurs vidéos sont visionnées, commentées et partagées par des millions de personnes, qui se rassemblent bien au-delà des clivages traditionnels.

     

     

    c'était mieux (et plus drôle)... avant ! 

    (campagne électorale années 1960)

     

    On va encore abattre de pauvres arbres qui n'ont rien demandé à personne, entre cette liste et quelques autres... mais qui témoignent de la vitalité de notre démocrat   

    1. celle du "Rassemblement pour le Vivant" d'Aymeric Caron pour "défendre les droits des humains, des animaux non-humains et des éco-systèmes"... [1]
    2. celle du "Parti Pirate" partisan d'une "démocratie liquide"... [2]
    3. celle de "Allons Enfants - le Parti de la Jeunesse" transpartisan et participatif (de 18 à 25 ans) [3]
    4. celle de "Place Publique" voulant rassembler derrière Raphaël Glucksmann "la gauche pro-européenne sympathisante du PCF à EÉLV en passant par le PS et Génération.s"... [4]
    5. celle de "Europe Démocratie Espéranto" qui propose "une langue commune équitable (pour l’Europe)"... [5]
    6. celle (va savoir, au point ou on en est...) menée par Francis Lalanne et Ingrid Levavasseur... [6]
    7. celle menée par Tiphaine Auzière et Cyril Gest (va savoir, au point ou on en est...) [7]

     

     

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • L’histoire est création de l’inédit, c’est-à-dire, comme l’avait parfaitement vu Castoriadis, "capacité de faire émerger ce qui n’est pas donné ni dérivable, combinatoire ou autrement, à partir du donné"

    (les journals)

    D'après un article de Valeurs Actuelles, le mouvement des Gilets jaunes était, non seulement prévisible, mais bel et bien prévu, contrairement à ce que titrait la presse bienpensante au début de ce mouvement; encore fallait-il que les "décideurs" veulent bien écouter et prendre en compte ces informations...

    extraits:

    Le mouvement des “gilets jaunes” semble avoir émergé brutalement sans signe avant-coureur. De fait, la plupart des observatoires de la vie politique, des centres de recherche universitaires ou des think-tanks chargés d’analyser l’évolution de la société française n’ont rien vu venir ? Pourtant quelques rares personnalités ou chercheurs indépendants ont tenté en vain d’avertir l’opinion et les politiques sur “les oubliés” de la “la France périphérique” et du risque de “révolte fiscale”.

    1) En 2013, Jean Lassalle, député des Pyrénées Atlantique, se lance dans un tour de France à pied de 5 000 km de 8 mois à la rencontre des Français, "des oubliés", qu’ "on ne consulte plus sur rien". Accueilli sur la route, hébergé chez l’habitant, il recueille le sentiment des personnes rencontrées au hasard de sa marche et parle d’un "ras-le-bol à tous les étages, comme une envie de renverser la table". Son rapport sur le mécontentement des Français est remis au président et aux présidents des assemblées en avril 2014. Il écrit : "Neuf personnes rencontrées sur dix l’affirment : cela va péter"(...) Trois sur dix se disent prêts à rejoindre l’explosion quand elle aura quand, et là, où elle aura lieu. "Les réseaux sociaux sont prêts à agir comme une arme formidable de mobilisation"(...) Les 196 pages sont oubliées et rejoignent d’autres rapports au fond des tiroirs. Oublié donc les Cahiers de l’Espoir de 2014, ils seront remplacés par des cahiers de doléances en 2019…

    2) Le géographe Christophe Guilluy lance, en 2014, une véritable bombe littéraire en publiant La France périphérique aux éditions Flammarion. Il remet en cause la dichotomie France du centre-ville riche et banlieue pauvre pour parler d’une France oubliée, la France périphérique où vit 60 % de la population, une France "laissée pour compte", "méprisée", en pleine "précarité sociale"(...) Pour Christophe Guilluy, injustement snobé par les universitaires, "tous les indicateurs sociaux nous montrent que les classes moyennes ont implosé"(...) et évoque des "perturbations" dans "les métropoles mondialisées, vitrines rassurantes de la mondialisation heureuse" que sont les Champs-Élysées de Paris, la place Pey-Berlan de Bordeaux, la place du Capitole de Toulouse ou le quartier de la presqu’île de Lyon. 

    3) Dans leur ouvrage "2030, Le monde que la CIA n’imagine pas" publié en 2015, les deux chercheurs en géopolitique à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, T. Flichy de la Neuville et G. Mathias font le bilan critique des différents rapports publiés par la CIA depuis 2000 et rédigent leur propre prospective pour 2030 (..) Dans cet ouvrage, ils consacrent toute une partie pessimiste sur la France : "La France, en situation de déficit incessant aura préféré recourir à l’emprunt et la taxation". Elle est dirigée par "des gouvernements mal élus à la légitimité populaire très faible et victimes de la démocratie d’opinion"(...) [Affaiblie sur le plan économique et financier, la France connaît] des "émeutes antifiscales d[ans l]es années 2013-2020"(...) Les auteurs prédisaient une révolte qui se manifestait par "des blocages d’autoroutes, des destructions de portiques écotaxe, les mises à sac de sous-préfectures, les votes extrêmes, ou au contraire l’abstention", mais ils prédisaient aussi que "le mouvement de la France de la périphérie contre 'l’hégémonie des métropoles' s’est essoufflé faute de coordination et de relais politiques efficaces."

     

    ... encore fallait-il que les "médias" et les "décideurs" veulent bien prendre au sérieux ces informations...

    Boule de cristal.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    11 commentaires
  •  

    Bautzen (All.) : des inconnus ont planté des croix portant les noms de victimes tuées par des migrants.

    Un bien beau geste...

    Le Protschenberg à Bautzen est une destination populaire pour les randonneurs.De la colline sur la Spree on a droit à une vue magnifique sur la vieille ville. En fin de semaine, les habitants ont été confrontés à une vision macabre. Des inconnus avaient dressé de grandes croix de bois sur un terrain appartenant à la commune. Selon la police, il y figurait les noms et les dates de décès de personnes tuées par des étrangers. Parmi eux figuraient des victimes de la tentative d'assassinat sur le marché de Noël de Berlin, le 19 décembre 2016. Une croix portait même l'inscription "Pour le prochaine victime à venir"

    La police avait initialement enregistré l’action comme un simple délit et avait retiré les croix samedi. Quand il y en a eu de nouvelles au même endroit le dimanche suivant, elles ont également été enlevées. La police a saisi 23 croix au total sur les deux jours.

    Pour le maire de Bautzen, Alexander Ahrens (SPD), ce n’est pas simplement une infraction administrative commise lors de la mise en place de ces croix. À son avis, il s'agissait d'une incitation à la haine raciale caractérisée. "Il n'est pas illégal de critiquer la politique d'immigration du gouvernement fédéral.."  a t-il déclaré. "Mais il est illégal de dénoncer un groupe entier - les réfugiés eux-mêmes - et d'affirmer qu'ils sont venus ici pour tuer des gens. C'est une généralisation qui n'est pas autorisée et que je trouve absolument répugnante"

    Le conseiller municipal du SPD, Roland Fleischer, qui avait été informé de l'incident par un témoin a déclaré: "Les extrémistes de droite veulent dénoncer la culpabilité collective des étrangers...", avant d'appeler le maire au téléphone.

    Le conseiller municipal soupçonne un mouvement identitaire locale d'être derrière l'action. Un message de "Bautzen-Identitarian" (*) sur sa plate-forme Twitter le laisse supposer: "Les croix représentent les innombrables victimes d'une politique de migration irresponsable", indique le texte auquel une photo du Protschenberg est jointe.

    La police disposerait désormais de preuves très concrètes de l'auteur du crime. Des témoins ont observé un véhicule et des personnes en train d'installer les croix de bois, a déclaré un porte-parole. L’administration municipale de Bautzen, sur la propriété de laquelle les croix ont été mises en place, attend maintenant les résultats de l’enquête.

    (adaptation 'libre' de la traduction Google du site https://www.mdr.de/sachsen/bautzen/ )

    A noter que, nulle part, sur les croix incriminées (une "insulte à la mémoire des victimes", selon le maire de la ville), il n'est fait allusion, ni de près ni de loin à l'origine, l'ethnie ou la nationalité des ("présumés"?) coupables... Seules, les autorités voient une action politique à ce qui pourrait n'être qu'un "hommage citoyen" à des "victimes innocentes"...mais pour certains, la simple vue d'une Croix chrétienne est déjà la preuve de mauvaises pensées à extirper de la société... alors, plus de 20 croix, en hommage à des victimes de la diversité, c'est presque une déclaration de guerre à tous les progressismes. 

    (*) voir le lien que j'ai trouvé: https://twitter.com/IBBautzen/status/1086668742510157824

    Un bien beau geste...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    9 commentaires
  • Allemagne:

    ...un député du parti anti-immigration AfD tabassé et laissé pour mort après une attaque "politiquement motivée".

    Frank Magnitz, député au Parlement allemand a été agressé par trois hommes portant une cagoule en fin d’après-midi du 7 janvier, alors qu’il sortait de la réception de nouvel an d’un journal de la ville de Brême. Il aurait vraisemblablement été tué sans l’intervention d’un tiers,

    Atlantico 

    Frank Magnitz est allongé la tête en sang, une large balafre barre son front. C’est le résultat de la brutale agression qu’a vécue ce député de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), Frank Magnitz, lundi 7 janvier à Brême. L’élu a été attaqué par trois hommes camouflés.

    La police estime que l’agression est politiquement motivée.

    RFI - Reuters


    France: 

    Une effigie de Marine Le Pen frappée par des enfants dans le dernier clip de Médine et Booba

     

    Allemagne: 1 - France: 0

    Dans le clip de "Kyll", les rappeurs Médine et Booba ont mis en scène des enfants frappant une piñata à l'effigie de Marine Le Pen. Certaines personnalités d’extrême droite ont dénoncé ces images et surtout une prétendue différence de traitement de la présidente du RN.
    France-Soir  - Culture/musique

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    11 commentaires
  • Bon, j'avoue, je ne connaissais pas Yves Mamou... et vous ?

    Au cas où, je copie/colle un texte de lui, publié hier sur "Causeur" et qui circule déjà sur plusieurs sites ou blogs:

     

     

    Attentat de Strasbourg: comment on fabrique le déni. L’attentat de Strasbourg n’a pas mis fin au “pas d’amalgame” par Yves Mamou.

    L’attentat de Strasbourg a mis en acte plusieurs facettes du déni tel qu’il se pratique en France, chaque fois qu’il est question d’islamisme ou de terrorisme islamiste.

    Règle n°1: le déni est d’abord celui de l’État et de la classe politique

    Le 12 décembre, alors qu’il est déjà acquis qu’un terroriste islamiste nommé Chérif Chekatt, d’origine algérienne, délinquant multirécidiviste, tire à vue sur les badauds du marché de Noël de Strasbourg, les pouvoirs publics s’emploient à nier l’attentat.

    Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, sur France Inter, refuse de qualifier les actes du tueur islamiste d’ "attentat". Quelle raison donne-t-il ? "Le tireur n’a jamais essayé de se rendre en Syrie".

    Bruno Studer, député LREM, a sangloté deux jours plus tard sur les bancs de l’Assemblée nationale en déclarant : "Hier soir, un Strasbourgeois né à Strasbourg, un Alsacien né en Alsace, un Français né en France, et n’ayant grandi nulle part ailleurs qu’à Strasbourg, en Alsace et en France, a décidé pour des raisons que l’enquête déterminera de semer la terreur sur le marché de Noël de Strasbourg".

    MM. Studer et Nunez ont cherché tous deux à déréaliser le réel. Telle est la définition du déni. Les attentats islamistes ne sont pas des attentats islamistes car l’islam est une religion de paix et d’amour.

    Questionner l’islam reviendrait à "stigmatiser" l’ensemble des musulmans. L’attentat de Strasbourg doit rester l’acte isolé d’un "Français" lambda, incompréhensible, et donc dément.

    Telle est d’ailleurs la thèse de la justice depuis 2015: les terroristes sont des déséquilibrés qui agissent seuls.

    Il serait bien sûr inacceptable, tant sur les plans moral que politique, de pointer un doigt accusateur sur l’islam et les musulmans.

    Mais le dédouanement en bloc, la négation de la sécession politique et culturelle d’une frange importante de la communauté des Français musulmans, sont-ils pour autant acceptables ?

    Règle n°2: le déni s’appuie sur les "experts"

    Cette politique publique du déni est servie par de puissants alliés. Médias et experts s’associent souvent pour conforter la thèse que l’islam ne saurait être meurtrier.

    Pour ce faire, il n’existe qu’une seule technique connue : transformer le tueur en victime. C’est ce qu’ont fait le 14 décembre, Le Monde et Farhad Khosrokhavar, "expert" de l’islam et auteur de plusieurs livres sur le sujet. Affirmer que Chekatt "est un individu animé par un islamisme radical, fait peur à la société et crée une atmosphère de panique généralisée", explique M. Khosrokhavar.

    Refusant de "faire peur", M. Khosrokhavar a donc développé la thèse devenue un classique que Chekatt était un pauvre garçon "désespéré" "qui veut en découdre avec la société, en a assez de vivre une vie éclatée entre la prison et le monde extérieur".

    Strasbourg n’a pas été victime d’un attentat islamiste mais d’un "moment de fragilité psychologique ou un désir de revanche" sociale d’un malheureux.

    Le chercheur Olivier Roy est le chef de file de cette école de la désinformation.

    Olivier Roy analyse la réislamisation des sociétés musulmanes comme la conjonction de quêtes existentielles individuelles.

    "Allah akbar" serait selon lui l’équivalent du peace and love des hippies des années 1960.

    Plus la chape islamiste massifie les populations, plus il perçoit les rues du Caire comme peuplées de hippies musulmans en quête de solutions personnelles.

    On voit bien l’intérêt de cette "théorie" pour les pouvoirs publics. Elle permet de ne pas répondre à cette question vitale que chaque Français se pose : le musulman du coin de la rue est-il ou non cet inquiétant voisin qui menace de découper le juif ou le mécréant à la machette ?

    Olivier Roy et Farhad Khosrokhavar contribuent au déni de l’Etat quand ils bottent la question en touche et affirment que les jeunes radicalisés ne sont pas des terroristes islamistes, mais des hippies qui ont mal tourné.

    Gilles Kepel, l’un des rares vrais experts français de l’islam, s’est indigné sur FranceTv info de ces calembredaines meurtrières : "Certains spécialistes, comme le sociologue Farhad Khosrokhavar, expliquent que Cherif Chekatt n’était pas un djihadiste mais un déprimé, qu’il a fait cela par désespoir. On a là l’explication de l’échec total de ce qu’a été notre politique par rapport à ce phénomène : l’incapacité à comprendre la dimension idéologique de la radicalisation, à comprendre ce qu’il se passait dans les prisons, etc. Il faudrait que le président de la République se saisisse de cette question et arrête de faire en sorte que notre administration soit à côté de la plaque sur ce type d’enjeu."

    Mais à quoi bon s’égosiller dans le désert. Les forces du déni sont puissantes.

    Règle n°3: les médias sont le principal relais du déni

    Aux tenants de la classe politique et des experts, il faut ajouter les médias. Quelle meilleure façon d’accréditer la thèse du déséquilibré dans le public que d’aller interviewer le père et la mère du terroriste assassin.

    Lesquels, comme n’importe quelle famille française, ont éduqué leur rejeton dans le respect de la loi et de l’ordre républicain.

    Le déni fonctionne sur ces présupposés communs. Comme l’islam, la famille est un relais de paix et d’amour.

    France 2 est donc allé interviewer la famille Chekatt. Et les Français ont découvert le père Chekatt, le chef orné d’un bonnet à l’effigie de Che Guevara et portant la barbe teinte en roux des salafistes les plus radicaux. La question de France 2 était: comment votre fils a-t-il pu aussi mal tourner ? La réponse du père (des voisins, des amis, de la grand-mère) est toujours la même: il était très-très gentil.

    Bref, la télé filme le cœur d’une cellule islamiste radicalisée, mais refuse de voir ce qui crève les yeux:  le père est lui-même islamiste, fiché S et se teint la barbe en roux, au henné pour mieux imiter le prophète.

    Ils sont en France depuis trente ans, parlent à peine le français, et les murs délabrés de leur appartement, son mobilier plus que sommaire témoignent moins de la pauvreté que du refus de s’installer confortablement dans la société française.

    Aucune question dérangeante ne sera posée: pourquoi portez-vous la barbe des salafistes? Que signifie ce bonnet à l’effigie de Che Guevara? Quelle éducation avez-vous donné à votre fils pour qu’il soit considéré comme un délinquant même par les enseignants de son école primaire ?…

    Le déni est si puissant que les islamistes radicaux n’ont même plus besoin de se cacher. Ils sont là au grand jour et personne ne veut les voir. La police elle-même a relâché le couple parental après moins de 24 heures d’interrogatoire.

    Rappelons que les services sociaux ont mis gracieusement un logement social à Tremblay-en-France, à la disposition de Zoulikah Merah, la mère de Mohamed Merah pour qu’elle puisse se rapprocher de son fils Aldelkader Merah, incarcéré à Villepinte en 2017.

    Règle n°4: "Vous n’aurez pas ma haine"

    L’autre forme du déni médiatique est de trouver celui qui clamera « vous n’aurez pas ma haine ».

    Attentats de Strasbourg : la barbarie est là, tapie dans notre quotidien. Surtout ne pas oublier que le passage à l’acte, même préparé de longue date, peut toujours être suspendu par un mot, un geste, une rencontre. Adoucir le monde, voilà l’urgence.

    — Philippe Meirieu (@PhilippeMeirieu) December 11, 2018

    Un rôle que le professeur Philippe Meirieu a tenu à merveille lui, dont le tweet sera abondamment relayé par les réseaux sociaux. "Attentats de Strasbourg : la barbarie est là, tapie dans notre quotidien. Surtout ne pas oublier que le passage à l’acte, même préparé de longue date, peut toujours être suspendu par un mot, un geste, une rencontre. Adoucir le monde, voilà l’urgence."

    Règle n°5: le musulman est la seule victime de la société française

    Enfin, ce concert déréalisant, se termine toujours par les mêmes points d’orgue : les déclarations des leaders de la communauté musulmane. Ils viennent toujours opportunément rappeler qu’il n’existe qu’une seule victime en France, c’est le musulman.

    "Les musulmans vivent dans un climat anxiogène", a déclaré Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris dans un entretien accordé début décembre à un journal algérien.

    Le même trouverait profondément inconvenant que l’on se demande si les Français non-musulmans ne vivent pas eux-aussi dans un climat anxiogène. Du fait des musulmans radicalisés par exemple.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • charme et volupté

     

    Ce samedi 15  décembre, jour de la Ste Ninon et acte V de la grogne des gilets jaunes -même heure, même endroit-, rendez-vous au Zénith de Lille ou devant vos écrans de télé, vous pourrez assister à l'élection de Miss France 2019, pour la plus grande satisfaction de madame Martine Aubry, mairesse de la ville, qui s'en réjouit d'avance: "C’est une grande fierté d’accueillir une nouvelle fois l’élection de Miss France à Lille. L’organisation de cette grande soirée populaire dans notre ville est aussi la reconnaissance de la qualité de l’accueil lillois.".

    Cette superbe fête sera présidée par la toujours sémillante madame Line Renaud, mais le Jury ne devrait être constitué que de femmes (pour éviter tout comportement machiste et tout jugement influencé par la culasse ou les nibars l'aspect physique des concurrentes à moitié à poil dans des tenues légères). Même monsieur Jean-Paul Gaultier, présent l'an dernier, n'a pas été retenu cette fois-ci.

    Sinon, rien d'autre et d'important à signaler pour cette belle cérémonie...

    Ah... si ! (j'oubliais)

    Miss France 2019: La moitié des miss noires ou métisses, une avancée pour le concours ?

    15 décembre: soirée télé... (bis)

    L’avez-vous remarqué ? Cette année, la moitié des candidates à la couronne de Miss France 2019 sont noires, métisses ou issues de l’immigration. Près de 8 millions de téléspectateurs vont donc assister à un concours plus proche de la société telle qu’elle est alors que la télévision ne montre quasiment que des blancs. Cette soirée peut-elle porter un message ?

    Du côté des miss concernées, on n’en est pas convaincues. Miss Guadeloupe, Ophély Mézino, et Miss Picardie, Assia Kerim, partagent plutôt l’avis de Miss Guyane, Laureline Decocq, pour qui "C’est important d’être nombreuses parce que la France d’aujourd’hui c’est beaucoup de métissages. On montre toutes les facettes de la beauté française."

    Pour Miss Limousin, Aude Destour, mi-Ch’ti mi-Martiniquaise, l’intérêt c’est que "Nous ne sommes pas du tout les mêmes métisses. Par exemple, Miss Provence a des origines algériennes. C’est super bien pour le concours parce que ça représente la France d’aujourd’hui."

    "Les métisses sont un peu plus visibles cette année dans le concours et représentent une tendance de fond de la société française. C’est assez intéressant parce que ça montre la réalité de la société française qui est mélangée quoi qu’on veuille nous faire croire, issue de vagues d’immigration​ très anciennes. Un Français sur quatre a au moins un de ses grands-parents qui n’est pas né en France. C’est révélateur du métissage progressif de la société française."

    la suite et pas la fin sur  20minutes.fr 

    La promotion de cette année se distingue par sa diversité, la société Miss France s'en félicite.

    C’est la promo la plus métissée qu’on ait eue... La mixité, c’est ce qui fait la France d’aujourd’hui. Nous sommes le pays des Droits de l’Homme, une terre d’accueil et de contrastes. Nous nous devons d’être fières de nos métissages, assumer nos origines, ne pas avoir peur de l‘inconnu.

    "La mère de Miss Lorraine est sénégalaise. Celle de Miss Pays de la Loire, camerounaise. Miss Nord-Pas-de-Calais et Miss Limousin sont toutes deux martiniquaises par leur père et ch’ti côté maternel. Miss Provence et Miss Picardie ont les mêmes origines franco-algériennes. Miss Tahiti tient ses yeux bleus d’un aïeul irlandais. Miss Réunion est métropolitaine par son père, alors que Miss Guadeloupe est née à la Réunion, d’où vient son papa."

     

    Marlène Schiappa et Rokhaya Diallo en sont toutes moites...

    Mais vous, vous  souviendrez-vous alors, de ça, comme quand vous alliez acheter en cachette votre paquet de P4 [1], pour jouer au grand en feuilletant un vieux numéro de Paris-Hollywood [2] ?

    15 décembre: soirée télé... (bis)

    15 décembre: soirée télé... (bis) 

    parce que tout ça, c'est F,I.. fi, N,I... ni : fini...

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique