• Vers une kaïllra-pride ?

    "Je ne fais pas partie des défenseurs grincheux de la langue française, mais je suis un défenseur conquérant et ambitieux"

    "Pour une vision nouvelle, décomplexée,

    de la francophonie et du multilinguisme"

    (déclarations de M. E. Macron, Président de la République Française, le 20/03/2018, lors des Journées de la Francophonie)

     

    L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est une institution dont les membres (des États ou gouvernements participants) partagent ou ont en commun la langue française et certaines valeurs (comme, notamment, la diversité culturelle, la paix, la gouvernance démocratique, la consolidation de l'état de droit, la protection de l'environnement)

    wiki

     

     

    Belek, ça m'fait pas dahak !

     

    Je ne vais pas participer aux journées de la Francophonie.

    La Francophonie s'en fout.

    Pourtant, ça doit être tellement sympa de partager la diversité culturelle, la paix, la gouvernance démocratique, la consolidation de l'état de droit et la protection de l'environnement avec plein de copains partout sur la planète et peut-être ailleurs.

     

    Mais je suis très choqué par le fait que, contrairement à la "grande cause" du quinquennat macronien, les deux principaux organisateurs soient des organisateuses:

    1) Leïla Slimani, auteuse franco-marocain·e représentant·e et conseillèr·e spécial·e francophonie auprès de monsieur le président de France et lauréat·e du prix Congourde de littérature en l'an 1437 de l'Hégire:

    Leïla Slimani : "La langue française est une langue africaine"

     

    2) Françoise Nyssen, mini-stress de la Culture et des éditions Acte-Sud, prônant par ailleurs une "une jolie initiative de pédagogie alternative(...) libre et plurielle et (qui) n’a rien à voir avec des sectes." ("équipe culture" du Palais du Président)


    La ministre de la Culture souhaite plus de parité et d'égalité dans le domaine de la culture

     

    Alors, puisque la parité hemme/fomme n'est pas respectée dans le domaine de la cuculture, comme le demande Françoise, je crois que je vais m'abstenir de participer à la "déringardisation" de la langue française, comme le souhaite Leïla...

    ... et comme en a certainement rêvé le tout nouveau "conseiller chargé de nourrir la réflexion présidentielle sur la politique de la ville ®", un animateur-radio et humoriste (?), musulman proche des Frères Musulmans, à la fois victimaire et agressif, et adepte d'un islam rigoureux (j'oubliais, son nom est Yassine Belattar.)

    Ministère de l'humour intérieur: Yassine Belattar - Ingérable !

     

     

    Pourtant, si j'avais voulu, j'aurais pu leur faire une sacrée pub, à cette occasion, comme à celle du Salon du Livre, en promotionnant 5 ou 6 bouquins indispensables à la culture contemporaine (qu'en pense l'ex-professeuse de français, un peu sénescente sans être égrotante -ça, hein, c'est défense et illustration de la langue française !- mais toujours coquette, que l'on voit sur certaines photos officielles ?).

     

    Le choix de la rédaction de Rl'ÉaMdV:

    ( à la réflexion la lecture des vidéos est superflue et donc facultative: les apologies élogieuses de présentation se suffisant à elles-mêmes )

     

    "Les mots du Bitume: de Rabelais aux rappeurs"

    (Aurore VINCENTI)

    Dévorée par l'amour des mots, Aurore Vincenti s'est fait accoster, bousculer par une langue qui court les villes, les banlieues et leurs rues, qui naît entre les lèvres des impertinents. Une langue des jeunes ? Peut-être. Mais c'est sur le bitume que cette linguiste passionnée a attrapé ces mots connus ou énigmatiques qui nous plongent dans la musique d'un langage aussi beau qu'il peut être éphémère, aussi créatif que riche de voyages et d'histoire.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "Le Lexik des cités - premier glossaire du langage parlé par les jeunes des cités."

    ("une dizaine de copains âgés de 18 à 25 ans et originaires d’Évry")

    Un lexik des cités pour comprendre "le jeune"... Cet ouvrage de près de 400 pages recense les mots utilisés par les jeunes des banlieues.

    Alors certes les amoureux avec un grand A de la langue française avec un grand L pourraient être tentés de froncer les sourcils. Mais ils auraient peut être tort, car d’autres grands spécialistes expliqueraient que le mot daron existait déjà. Il s’agissait d’une contraction entre les mots seigneur et reine et il voulait dire régner. Hé oui, la langue est vivante. Elle l'est depuis toujours et accepter “le parlé” des jeunes des banlieues c'est aussi accepter d'étendre son vocabulaire et d'une façon plus générale accepter d'enrichir le français d'aujourd'hui et de demain.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "J'ai le seum: Le livre qui révolutionne le langage des jeun's !"

    (David Kuhn et Violette Duplessie)

    Un petit guide humoristique qui nous convie à une incursion dans cet univers inconnu des adultes qu’est le langage des ados.

    Créatures mondialisées, ils empruntent leurs mots à l’arabe ("hassoul" : bref, changeons de sujet), au chinois, au gitan, aux patois régionaux, ou à l’anglais. Ils aiment "chiller" (de l’anglais to chill : prendre du bon temps), c’est-à-dire tout simplement ne rien faire. Il faut dire que "yolo", "you only live once" : on ne vit qu’une seule fois. À la fois flegmatiques et pressés, ils abrègent leurs mots en apocopes ("askip" : à ce qu’il paraît), qu’ils combinent parfois au verlan...

     

     

    "Comment tu tchatches - L'argot des banlieues"

    Jean Pierre GOUDAILLIER

    Un professeur à la Sorbonne s'est intéressé à "l'argot des banlieues" utilisé surtout par les jeunes. En plateau, Patrick CHENE n'hésite pas à parler cet argot : "Les yeuves ont du mal à capter le langage chelou et zarbi des técis" puis il traduit : "les parents ont du mal à comprendre le langage un peu bizarre des cités et des jeunes, de Khalid, 14 ans expliquant qu'il parle français en classe et verlan avec ses copains à Mehdi, 20 ans qui compare le verlan au morse, expliquant que les jeunes utilisent le verlan pour ne pas se faire comprendre

     

     

    "Le Petit Livre de la tchatche"

    (Vincent Mongaillard)

    Les cités ont, à travers leur langage de la "street", enrichi la langue française de centaines de mots et expressions ces trente dernières années. Et il y a fort à parier qu'une partie des expressions nouvelles présentées dans ce petit livre traversera peut-être le boulevard périphérique ces prochains mois ou ces prochaines années pour entrer dans le langage courant, donc dans la bouche de Monsieur et Madame Tout-le-Monde!

    Présenté par grands chapitres thématiques (les mots venus d'ailleurs, expressions des cités, langage des caillera, vie dans la téci, argot des rappeurs, etc.), le lecteur découvrira pour chaque mot sa définition, son étymologie (quand elle est connue), mais aussi une phrase type (drôle et décalée)...

     

     

    "Tout l'argot des banlieues - Le dictionnaire de la zone"

    (Abdelkarim TENGOUR)

    Abdelkarim Tengour livre 2 600 définitions dans son dictionnaire de la Zone. Elles vont de "06" ("donne-moi ton 06", ton numéro de portable) à "zyva", tombé en désuétude et remplacé par "wesh-wesh" pour désigner les jeunes de banlieues. 

    Cet informaticien de 45 ans, "lexicographe autodidacte", s'est penché sur le vocabulaire des cités (quartier, tiecar, tiek, tiex...) par un biais détourné pour rédiger son dictionnaire qui vient de paraître aux éditions de l'Opportun.

     

     

    Vers une kaïllra-pride ?

     

     

     

     

    « "Roïne coronee, proiez por nos..."Triste S.N.C.F. ... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Mardi 20 Mars à 17:04

    PTDRRR ! J'adore, c'est trop de la balle :

    http://bolossdesbelleslettres.tumblr.com/

    (Pourquoi les liens ne s'activent pas ?)

      • Mercredi 21 Mars à 12:58

        Sur un peu le même sujet du langage, mais avec des objectifs différents, j'avais fait ces deux articles:

        Langues régionales

        Lommenquem liteduche-vous ?

        mais c'est vous qui voyez...

         

        (merci pour le lien -sacré Jean Rochefort, et dire que Jamel Debbouze se porte bien!!!- , mais quels autres liens ne s'activent pas ?)

      • Souris donc
        Mercredi 21 Mars à 13:38

        Je trouve le louchebem horriblement compliqué. C'est le but : ne pas  être compris du commun. Comme l'énarque.

        Les liens : quand on passe par la chaînette, le lien est là, mais parfois rien n'indique que c'est un lien, je veux dire, le mot censé renvoyant ailleurs ne se distingue pas des autres mots. Si on ne sait pas que c'est un lien, on n'a aucune raison de cliquer dessus.

        On va faire un essai. Evidemment, la sale bête fait exprès de me contredire. Pareil, je ne peux pas commenter chez d'autres, juste Eklablog et WordPress veulent bien de moi. J'ai mis un bloqueur de pub? c'est peut-être la raison.

    2
    Mardi 20 Mars à 18:43

    Cet article est très intéressant et comme d'habitude bien documenté. Par ailleurs la francophonie dépasse par définition le cadre de la France, mais il y des pays francophones, notamment en Afrique, qui ne respectent guère les valeurs associées à la langue.

      • Mercredi 21 Mars à 13:18

        C'est indéniable et nécessaire que la francophonie s'exporte au delà des frontières de l'Hexagone, comme on dit en mauvais français, c'est à la fois ses racines et ses ailes (oh), mais ce qui est moins évident, c'est la direction que veux ou voudrait lui donner nos penseurs activistes: les termes de "décomplexer" et "déringardiser" semblent lourds de menace, alors qu'on ergote sur l'orthographe du mot "nénufar", mais qu'on semble vouloir imposer une écriture inclusive (citoyenne, forcément) et accepter et glorifier le langage des quartiers (défavorisés), enmêmetemps qu'on excuse et accepte tout de la part de leurs djeunes habitants (stigmatisés)

        Je viens de découvrir que  le drapeau de la francophonie avait la même symbolique que le drapeau olympique et représente les cinq continents habités, mais que le noir y est remplacé par le violet.

        Je me demande bien pourquoi ?

         

    3
    Mercredi 21 Mars à 10:01
    Pangloss

    Macron, le roi de l'en même temps! Un "défenseur conquérant". Il faut oser.

    Pour le reste, c'est foutu. L'anglais envahit la publicité et les media, le globish, la langue des affaires et le jargon des cités, la vie quotidienne. 

    Le français perd sa finesse et ses nuances. Petit Jésus, rendez-nous l'imparfait du subjonctif!

      • Mercredi 21 Mars à 14:01

        Mais, en même temps... il faut lui reconnaitre dans son discours sous la Coupole, une certaine lucidité et une grande honnêteté :

        Un hommage rendu à "ces héros bien particuliers qu’on appelle les profs de français"

        "Le professeur de français est cette figure centrale qui forge l’esprit, la sensibilité, la mémoire, la curiosité car la grammaire, le vocabulaire, l’étymologie et la littérature sont le terreau où nos vies s’enracinent", a déclaré Emmanuel Macron, estimant que "tous ici avons une dette à l’égard de ces éveilleurs".

                                                    (texte trouvé sur un des médias qui inspirent le plus de confiance aux français)

        exemple d'éveilleuse ?     

         

         

        En fait, je n'ai pas tout suivi des reportages télés consacrés à cet évènement majeur: j'ai été me passer la tête sous le robinet d'eau froide quand j'ai entendu parler de "ces migrants qui veulent habiter une langue" et cru entendre que "le français est devenu cette langue monde, cette langue archipel" ...

         

        Et je ne relèverai pas et ne commenterai pas cette déclaration un tantinet impérialiste:

        Les médias en langue française doivent apparaître comme des médias de confiance, car ils le sont, et pourraient même mettre en place cette certification que Reporters sans frontières appelle de ses vœux .../...l’AFP à cet égard peut jouer un rôle central, car son maillage mondial est exceptionnel. Faire alliance sur ce sujet avec les grands médias francophones serait un atout considérable
                                                   (texte trouvé sur un des médias qui inspirent le plus de confiance aux français)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :