• T'as pas déjà lu ça quelque-part ?

    Une ex-Miss France traitée de raciste parce qu'elle veut protéger les Européens

    Et c'est la même chanson...

    L'hommage de Marine Lorphelin aux victimes des attentats de Barcelone a soulevé l'indignation d'internautes, qui l'ont jugé raciste. Face à la polémique, L'ex-Miss a fait son mea culpa mais a en parallèle reçu de nombreux soutiens.

    Après Londres, Berlin, Nice ou bien encore Paris, le continent européen a de nouveau été frappé par un attentat meurtrier à Barcelone le 17 août, où 14 personnes ont perdu la vie et une centaine d'autre ont été blessées. Comme toujours en pareilles circonstances, personnalités publiques et anonymes ont exprimé leur solidarité avec les victimes sur les réseaux sociaux.

    Mais à l'heure du politiquement correct, la tâche est moins aisée qu'il n'y paraît. Marine Lorphelin, Miss France 2013, en a fait l'amère expérience le 19 août. "Les politiques vont-ils enfin décider de protéger les citoyens européens ? Toutes mes pensées émues aux victimes et à leurs familles #Barcelone", a-t-elle écrit sur le réseau social dans un message depuis supprimé. Ce court texte a déclenché la colère d'une partie des internautes, qui y ont flairé du "racisme". Ces derniers ont en effet considéré qu'il était malvenu de vouloir "protéger les citoyens européens", sans citer les autres.

    Dans la peau d'un gochobobo:

    Quelle idée, aussi, de défendre les "européens" (uniquement)... défendre les africains, les arabes, les asiatiques, ce n'est pas faire part de ségrégation, c'est faire part d'un humanisme grand comme "ça"... D'ailleurs, peu de temps après les attentats en Espagne, Monsieur le Pape ne s'y est pas trompé: "Malgré les peurs liées au terrorisme et leur implication dans plusieurs attentats meurtriers en Europe, le pape François continue de plaider pour un accueil large des migrants et des réfugiés, soulignant que leur “sécurité personnelle” passe “avant la sécurité nationale”. Par ailleurs, le pape met en garde contre “les expulsions collectives et arbitraires (qui) ne constituent pas une solution adéquate” et appelle les États à éviter “toute forme de détention” des mineurs migrants." Alleluïa... Et pendant ce temps-là, inconscient des conséquences de ce qu'il dit, le grand rabbin de Barcelone déplore l’inaction des autorités contre l’islamisme et déclare: "L'Europe est perdue". Il a estimé que les attaques en Espagne avaient mis en évidence la présence de "franges radicales" parmi la population musulmane de la région. Il a en outre jugé que les autorités espagnoles étaient timorées dans leur traitement du terrorisme.(LOL!) Heureusement, on revient à plus de retenue avec l'imam de Bordeaux qui constate que "On cherche un bouc émissaire et le sentiment de vengeance est toujours latent, toujours présent dans l’esprit de nos concitoyens qui peuvent malheureusement passer à l’acte" et "Il ne faut pas que les musulmans subissent un crime qu’ils n’ont pas commis"...A la limite défendre les américains ou les russes , tous deux victimes de dictateurs tyranniques et trumpoutinesques... ? bon, OK...d'accord.

     

     

    armé d’un couteau il menace de tuer des policiers et de "placer des bombes"

    Loiret - Un fou armé d'un couteau refuse de se rendre à la Police.

    Et c'est la même chanson...La scène a été enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux. Un homme, "connu pour des troubles psychiatriques", a été mortellement blessé par balles samedi dans le Loiret par des policiers venus l’interpeller et sur lesquels il a foncé avec son véhicule.

    Les faits se sont déroulés à Châlette-sur-Loing, une commune au nord de Montargis. La police a été avertie que cet homme, connu de ses services "notamment pour homicide volontaire", selon une seconde source policière, avait un «comportement menaçant» en centre-ville.

    (…) Là, il a de nouveau exhibé son couteau, selon cette seconde source policière, puis menacé de tuer les fonctionnaires et "de placer des bombes dans la ville". Toujours selon la version policière, il a ensuite "foncé" sur les fonctionnaires, qui ont fait usage de leurs armes. L’homme est décédé de ses blessures. La piste terroriste est écartée.

    "Un fou", vous dis-je... un simple exhibitionniste de couteau... mais uniquement devant des policiers adultes et presque consentants...(si ils ont choisi ce métier, qu'ils en assument les risques, merde quoi merde...en plus, la piste terroriste est écartée !)

     

     

    "C'était des garçons tout à fait normaux"

    La mère de deux suspects des attentats en Catalogne témoigne:

    Et c'est la même chanson...Au micro de LCI, Halima, la mère de deux terroristes présumés tués lors de l'attentat de Cambrils exprime son incompréhension et raconte avoir vu ses fils le jour des attaques.

    Ses deux fils, âgés de 21 et 24 ans, sont suspectés d'avoir participé aux attentats de Barcelone et Cambrils jeudi dernier, qui ont fait 14 morts et plus de cent blessés. Ils ont été tués lors de la deuxième attaque. Ce samedi, au micro de LCI, Halima affirme "ne pas comprendre ce qu'il s'est passé". "C'était des garçons tout à fait normaux. Ils m'aidaient, prenaient soin de moi (...) Ils avaient des emplois, ils ne volaient pas. Ils n'ont jamais eu de problème avec moi ou qui que ce soit d'autre", affirme-t-elle.

    Elle raconte les avoir vus le jour même des attentats. "Les garçons étaient à la maison, ils jouaient, rigolaient. Ils étaient souriants et détendus. Jeudi, Omar a dormi jusqu'à une heure de l'après-midi puisqu'il s'était couché tard la veille (...) Il m'a dit qu'il n'allait pas déjeuner, qu'il sortait. Je l'ai appelé, il n'a pas répondu. Et c'est tout", témoigne-t-elle.

    "C'était des garçons tout à fait normaux...", mieux, "Ils jouaient, ils rigolaient, et même s'ils se couchaient tard, ils avaient des emplois..." et datte farcie sur le loukoum: "Ils ne volaient pas !"

    T'as pas déjà lu ça quelque-part ?

     

    Essonne : des armes de guerre découvertes dans une camionnette

    Et c'est la même chanson...(18 juin 2017) A l’intérieur d’une camionnette que des voleurs ont tenté d’ouvrir, les policiers ont retrouvé plusieurs armes de guerre à Athis-Mons (Essonne). Deux hommes ont été interpellés.

    Le travail de terrain des forces de l’ordre a abouti au jackpot. Jeudi dernier, au petit matin, les policiers ont découvert une importante cache d’arme rue de l’Orme-Robinet, à Athis-Mons (Essonne). À l’intérieur d’une camionnette, ils ont trouvé un lance-grenades, un uzi, et deux autres armes de guerre, ainsi que plusieurs chargeurs de munitions et des grenades à fragmentation.

    Tout commence vers minuit et demi. Un équipage de la brigade anticriminalité (Bac) contrôle deux hommes sur un puissant scooter à Juvisy. Ils découvrent 100 grammes de cannabis sur l’un des deux jeunes. Interpellé et placé en garde à vue, il fait l’objet d’une fouille qui permet de découvrir les clés d’un camion qu’il déclare avoir garé devant chez lui à Athis-Mons.

    Une heure plus tard, une tentative de vol dans un fourgon est signalée dans la commune, précisément à l’adresse de l’homme en garde à vue. Les effectifs locaux se déplacent et parviennent à arrêter un homme, mais un complice leur échappe.

    Sentant quelque chose de louche, les forces de l’ordre restent dans le secteur, et, vers 4 heures du matin, une nouvelle tentative de vol se produit sur la camionnette. Quatre voleurs parviennent à s’enfuir à l’arrivée des fonctionnaires. Ils n’ont vraisemblablement pas eu le temps d’emporter grand-chose, même s’ils ont plié la portière du véhicule.

    Dans l’habitacle, les enquêteurs découvrent plusieurs armes. A l’aide des clés retrouvées sur le premier interpellé en possession de produits stupéfiants, ils ouvrent le fourgon et procèdent à l’inventaire rapide de cet arsenal de guerre.

    L’affaire a été confiée à la police judiciaire, qui tente désormais de faire la lumière sur ces deux affaires entremêlées de tentative de vol d’armes et de détention de produits stupéfiants.

    Simplement pour mémoire et pour justifier le titre de l'article "T'as pas déjà lu ça quelque-part ?"... Mieux qu'une série policière...rien de neuf sous le soleil.

     

     

    Une cache d’armes découverte à Saint-Denis, deux hommes écroués

    Et c'est la même chanson...Deux hommes ont été mis en examen, samedi soir à Paris, après la saisie d’armes, d’argent liquide et de stupéfiants dans un local à vélo d’une cité de Saint-Denis. Un lance-roquettes a même été saisi.

    Deux hommes, âgés de 30 et 40 ans, ont été mis en examen, samedi soir à Paris, pour trafic d’armes et de stupéfiants, avant d’être écroués. Ils sont soupçonnés d’avoir, depuis le début de l’année à Saint-Denis, fourni des armes aux « nouveaux braqueurs des quartiers sensibles de la région parisienne ».

    Au début du mois, les enquêteurs de la brigade nationale de répression du banditisme et des trafics (BNRBT) recueillent un renseignement sur un ou des malfaiteurs qui seraient susceptibles de vendre des armes dans la cité Jacques-Duclos à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Cette cité de 400 logements est notoirement connue pour être un haut lieu du trafic de cannabis, du crack et maintenant de l’héroïne. Excédé, le bailleur Plaine Commune Habitat avait tiré en avril la sonnette d’alarme en manifestant avec des habitants sous les fenêtres de la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

    Les fonctionnaires les écoutent, les surveillent et suivent leurs déplacements pendant plusieurs semaines et parviennent à identifier deux hommes qui sont visiblement impliqués dans un trafic de cannabis, d’armes en tous genres et fourniture de matériel destiné à se faire passer pour des policiers.

    Un lance-roquettes antichar saisi

    Jeudi matin, les enquêteurs de la police judiciaire sont passés à l’action à Saint-Denis. Ils interpellent les deux hommes dans les cités du Franc-Moisin et Jacques-Duclos. Un gardien a également été entendu. Dans ce dernier quartier, ils mènent une perquisition dans un ancien local à vélo. Les policiers y découvrent, dissimulés dans une cache, située dans les gaines techniques, un véritable arsenal : un lance-roquettes antichar de marque américaine, trois pains de tolite, un explosif d’une grande puissance, des munitions de calibre 12 et 9 mm et deux fusils à pompe aux crosses et canons sciés. Ils ont également mis la main sur 40 kg de résine de cannabis, 10 000 €, et du matériel de police : gyrophares, gilets pare-balles etc...

    Les deux suspects ont été placés en garde à vue dans les locaux la direction centrale de la police judiciaire à Nanterre (Hauts-de-Seine). Ils sont déjà connus pour des faits de recel de vol, trafic de stupéfiants et trafic d’armes. « Ce sont des gens qui évoluent dans les quartiers sensibles du nord de Paris qui trafiquent dans tout ce qui peut leur rapporter de l’argent », précise une source proche de l’affaire.

    Un suspect passe aux aveux

    Pour l’heure, les enquêteurs ignorent encore à qui était destiné le lance-roquettes et d’où il provient. « Mais compte- tenu du contexte, on pense que cela aurait pu servir à attaquer un fourgon blindé, ajoute une autre source. C’est une bonne chose que l’on ait réussi à les intercepter avant qu’ils vendent cette arme». Les tenues de policiers et les gyrophares sont très utilisés par les trafiquants de drogue lorsqu’ils veulent foncer en voiture sans éveiller l’attention. Les braqueurs et autres voleurs de voitures les utilisent aussi pour mettre en confiance leurs victimes et entretenir une certaine confusion lorsqu’ils passent à l’action.

    Lors des interrogatoires, le principal suspect a reconnu qu’il était bien le propriétaire de l'arsenal, de la drogue et de tout le reste. Mais il n’a pas souhaité en dire plus aux forces de l’ordre sur ses clients et ses fournisseurs. Le second suspect s’était approprié le local vélo et jouait le rôle de la « nourrice ». Il soutient qu’il était, plus ou moins, contraint de fournir cet espace à son complice. L’enquête se poursuit.

    Dans la cité Jacques-Duclos, ce dimanche matin, le trafic n’a pas encore repris et les locataires tombent des nues : "On s’attendaient à retrouver de la drogue mais des armes... ", avoue un jeune homme qui a quitté son logement il y a quelques mois en raison du trafic de drogue endémique.

    Pour un malfrat, un terroriste, ou un djihadiste, si à 30 ou 40 ans, t'as pas ton lance roquette anti-char, c'est que t'as raté ta vie... N'est-ce pas ?

     

     

    La nouvelle arme des djihadistes : faire dérailler les trains

     
    « Les cathédrales (Anne SYLVESTRE)ch."muezzin"-arab/engl-CDI-Londres »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 20 Août à 19:19

    "Un office est rendu ce dimanche soir à Notre-Dame de Paris en hommage aux victimes de la double attaque survenue à Barcelone et à Cambrils qui ont fait 14 morts et une centaine de blessés. Une messe a également eu lieu ce matin à la Sagrada Familia, la célèbre basilique catalane..."

    et, sur une chaine d'info en continu (laquelle ???), une "journaliste" précise "...spour les victimes de tous les attentats et autres catastrophes naturelles..."

    remettre ces lettres dans l'ordre: A E O L P S pour la qualifier...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :