• Sweet crazy little "mad" Max

    Un article illustré à propos de Max Sauco (Максим Сауко), un photographe érotique surréaliste russe , utilisant la photo-manipulation (terme -très technique- signifiant "retouche photo").

     

    Mais, avant tout, et en guise de prologues:...

     

    1. Pour ne pas encourir les foudres schiappesques de la secétairàlégalitéhômfâm, je ne raconterai pas l'histoire des deux  lesbiennes noires et obèses qui passent devant une mosquée en mangeant un sandwich au jambon...
    2. De la même façon, je ne dirai pas ce que je pense des arrangements opportunistes que subissent les œuvres classiques de notre patrimoine culturel (si vous voyez ce que je veux dire: "En imaginant, dès l’ouverture, une musique dont la clarté éblouit et la puissance tragique étreint, Georges B* a paré la C* de Prosper M* d’une robe étincelante et fatale. Les airs, duos, chœurs et danses de cet opéra-comique – fleur du romantisme français qui demeure aujourd’hui encore le plus joué au monde – sont non seulement très entêtants, mais ils vivifient un théâtre bouillonnant de vie, où l’amour et ses ravages naissent et meurent sous le ciel de Séville et de ses férias. Un parfum d’épices et de braise passe sur C*, un goût de passion impossible, dont on devine d’emblée qu’il se règlera par le sang. Depuis plus d’un siècle, l’opéra français a le visage de C*, victime et prédatrice, bohémienne et princesse aux pieds nus, femme libre et femme moderne...."), sauf à vouloir, tant qu'on y est, préférer enseigner que Jeanne d'Arc, dans la légende qui l'entoure, n'a pas été brûlée vive à Rouen comme une héroïne de la France: transgenre reconnu·e par certains historiens (authentique), elle aurait été secourue à la dernière extrémité par sa compagne transsexuelle Jil de Rais.
    3. Toujours dans le même état d'esprit, je crois que je pourrais trouver déplacées ces publicités qualifiées de sexistes, à la limite d'une certaine vulgarité (mais je ne suis pas persuadé que "certaines" de ces images ont influencé "certains" migrants pour violer "certaines" femmes blanches dans "certaines" villes allemandes, à "certaines" occasions festives...)

     

    Il est libre, Max

     

    Il est libre, Max

     

    Sweet little "mad" Max

     

     

    ...ou d'autres affiches qui me choquent presque autant.

     


     

     

    On pourrait aussi parler des spots télé pour les culottes anti-fuite, ou pour les suppositoires contre la constipation, etc 

     

     

    Il est libre, Max

     

     

    Pourquoi je vous dit ça ? Mais parce-que ni les histoires drôles, ni les petits spectacles démodés, ni les publicités mercantiles... ne sont des Œuvres d'Art, comme celles de Maître Max...

     

    Il est libre, Max

     

    Max Sauco né à Irkoutsk, en Russie. Après avoir quitté l'école, il est admis au Collège des Beaux Arts de sa ville. De 1987 à 1989, il a servi dans l'armée soviétique. En 1992, il a obtenu un diplôme en design graphique professionnel.

    Jusqu'en 1998, il a travaillé dans la peinture, la sculpture et la photographie. En même temps, il a étudié l'anatomie plastique, la psychologie ésotérique, il est titulaire d'un diplôme d'astrologie professionnelle, qui a influencé ses travaux.

     

     

     

     

     

     

    Il est libre, Max

    Ses œuvres et celles de huit artistes similaires sont visibles sur:

    Sweet little "mad" Max

    ainsi que sur: http://gzlophotocreation.com/

     

     Il est libre, Max

     

     

     

    Max Sauco est un auteur russe au talent incroyable. Ses montages photographiques portent au rêve, ou au cauchemar, avec un brio exceptionnel, tant les mises en scène et les couleurs sont parfaites et réussies. J'avoue avoir été subjugué par chaque image qui semble être un film à chaque fois qu'on l'ouvre en grand sur l'écran de l'ordinateur!

    par Phœnix - sur "toile-gothique.com"

    Il est libre, Max

    Un petit tour dans l'univers d'anatomie plastique,

    de psychologie ésotérique,

    et d'astrologie professionnelle de l'artiste...

    ça vous dit ?

    C'est pas comme si l'artiste donnait une image dégradante de la femme

    Il est libre, Max

    Il est libre, Max

    Il est libre, Max

    Il est libre, Max

    Il est libre, Max

    Il est libre, Max

     

    Il est libre, Max

     

    Il est libre, Max

     

    Il est libre, Max

     

    Il est libre, Max

     

    Il est libre, Max

     

    Il est libre, Max

     

    ...et avec Marilyn Manson à l'harmonium, c’est bien aussi :

    Il est libre, Max

     

    Slutgarden (le jardin de la salope)

    Je suis dangereux
    Je suis dangereux
    Je n'aurai pas de regrets
    Donc je mémorise les mots des films pornos
    C'est la seule chose à laquelle je veux croire
    Je mémorise les mots des films pornos
    C'est une nouvelle religion pour moi

    Je n'ai jamais cru que le diable était réel
    Mais Dieu ne pouvait pas créer quelqu'un d'aussi immonde que toi

     

    Tu es l'église, et je suis le clocher

    Et quand on baise on est tous les gens de Dieu

    Tu es l'église, et je suis le clocher

    Et quand on baise on est tous les gens de Dieu

     

     

       J'ai comme l'impression que nos bienvenus migrants, si grands inconditionnels de la Culture et de l'Art de l'Occident, aimeraient bien participer à quelques séances de prises-de-vue avec un photographe et des modèles partageant la même vision du "beau"... ?

     

    « Moi, j' détricote dans un coin...Croissant au beur - 1/0 - Religieuse »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 4 Février à 16:49

    Etonnant. Vous êtes un sacré pêcheur d'images devant l'Eternel.

      • Dimanche 4 Février à 20:20

        On pêche, on pêche, mais les vrais poissons réels qu'on aperçoit derrière l'écran sont bien plus gros et dangereux que mes petites touches virtuelles:

        ...Le septembre 2017, j'avais publié un article et quelques images (voir ICI), dans lequel je reproduisais quelques "Œuvres D'Art", dont celle-ci:

        ...un tableau de pure fiction, croyais-je stupidement...

        Aujourd'hui, je viens de découvrir ÇA et je suis largement battu sur le poteau par les ****** de Broadway qui viennent de confier le rôle de Notre Jeanne d'Arc hexagonale à Condola Rashad.

        Vous ne connaissez pas ? Voici, voila... la Nouvelle Jeanne d'Arc:

        et qui déclare en toute modestie: "Cher humain, quelle que soit ton apparence, quelle que soit ta trajectoire de vie, quelles que soient tes croyances, j’aimerais t’offrir quelque chose. Il y a une histoire que je me prépare à te raconter. Qui que tu sois, j’ai quelque chose pour toi."

        Cette immense actrice avait déjà ému tout son (très) petit monde en interprétant une Juliette moins vraie que nature aux côtés d'un Roméo en chaussures rouges et en jean's à troutrous il y a quelques années:

         

        Et en plus de tout ça, j'ai l'air complètement dépassé avec mon petit trait d'humour à deux balles dans cet article:

        "...sauf à vouloir, tant qu'on y est, préférer enseigner que Jeanne d'Arc, dans la légende qui l'entoure, n'a pas été brûlée vive à Rouen comme une héroïne de la France: transgenre reconnu·e par certains historiens (authentique), elle aurait été secourue à la dernière extrémité par sa compagne transsexuelle Jil de Rais...", je sens qu'il va se passer des trucs pas clairs à ce propos... 

         

         

         

    2
    Dimanche 4 Février à 23:14

    Le soleil africain est déjà brûlant

      • Lundi 5 Février à 13:53

        Je suis largement hors course... Je disais, précédemment:

        Et en plus de tout ça, j'ai l'air complètement dépassé avec mon petit trait d'humour à deux balles dans cet article:

         

        "...sauf à vouloir, tant qu'on y est, préférer enseigner que Jeanne d'Arc, dans la légende qui l'entoure, n'a pas été brûlée vive à Rouen comme une héroïne de la France: transgenre reconnu·e par certains historiens (authentique), elle aurait été secourue à la dernière extrémité par sa compagne transsexuelle Jil de Rais...", je sens qu'il va se passer des trucs pas clairs à ce propos... 

         

        En fait, les choses pas claires se sont déjà produites à l'Opéra de Lyon, début 2017

         

        Dans une salle de classe, un concierge d'école creuse le sol et entend des voix. Ainsi démarre la "Jeanne au bûcher" de l'Italien Romeo Castellucci sur la scène de l'Opéra de Lyon, où la pucelle est "libérée du poids" des symboles.
        L'homme se dépouille peu à peu de ses vêtements, laissant apparaître une femme nue, qui devient ainsi "de plus en plus Jeanne d'Arc" selon le metteur en scène, tandis que le chœur - invisible sur scène, tout comme les solistes - entonne, après un long silence, le livret de Paul Claudel.

        "Ici, on a la voix de Jeanne d'Arc qui envahit le corps d'une personne, prise parmi les autres, presque par hasard dans une école. L'école peut représenter la leçon de l'histoire et il s'agit de faire table rase de toutes les données de l'Histoire pour retrouver enfin le corps d'une jeune femme. Et pour moi, il fallait passer à travers le corps d'un homme", explique dans un entretien Romeo Castellucci.
        Dans sa version de "Jeanne au bûcher", oratorio dramatique d'Arthur Honegger de 1938, le metteur en scène visionnaire cherche à "découvrir le visage, le corps, l'esprit" de la pucelle d'Orléans, "au-delà de tout le poids et la vulgarité de l'usage idéologique". Car "le symbole a tué Jeanne d'Arc", mythe récupéré de toutes parts mais "bizarrement" peu traité à l'opéra, estime Romeo Castellucci.
        Connu pour plusieurs créations choc qui ont fait scandale, l'Italien s'est plu à mettre en scène cet oratorio "pas orthodoxe" - par définition, cette œuvre lyrique n'a ni mise en scène, ni décor. Ici, il "comprend des éléments théâtraux, des références aux sacres du Moyen-Âge" déjà présents "dans l'esprit de Honegger et Claudel", souligne-t-il.
         

        Le metteur en scène n’aura sans doute pas été surpris d’avoir suscité l’indignation à Lyon, lui qui est régulièrement qualifié de "blasphémateur scatophile" par des "intégristes catholiques" facilement choquables.Au Front national aussi, la pièce choque. Antoine Melliès, conseiller régional FN en Auvergne-Rhône-Alpes, s’est fendu d’un tweet:

        "Le nouveau spectacle  "Jeanne au bûcher" présenté à l'opéra de Lyon est ignoble et dénature gravement l'oeuvre originale de Claude" (11:14 - 3févr. 2017)

         

    3
    Lundi 5 Février à 14:07

    On hésite entre la comédie burlesque et la tragédie pitoyable. bad

      • Lundi 5 Février à 21:57

        On hésite... mais la révolte gronde, et certains, dans l'ombre, sont prêts à agir:

         

        ici:

         

        et là:

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :