• Si tu t'imagines, fillette, fillette...

    Un article qui a déjà une quinzaine de jours, mais qui reste d’actualité...

    paru sur http://www.contre-info.com/

    méfiez-vous, les enfants

    On naît pédophile, c’est une orientation sexuelle comme une autre

    La pédophilie, une orientation sexuelle comme une autre (résumé de l'article)

    .../... Mirjam Heine voudrait changer le regard sur les pédophiles. C’est au cours d’une conférence donnée à l’université de Würtzberg en Allemagne qu’elle a affirmé que "La pédophilile est une orientation sexuelle inchangeable, au même titre que l’hétérosexualité".

    Il faudrait savoir faire (dans un premier temps ???) la différence entre l’attraction sexuelle à l’égard des enfants, qu’il s’agirait d’accepter de tolérer en tant que "sentiment" involontaire" et l’abus sexuel des enfants qui resterait toujours un mal.

    "Nous ne devons pas accroître la souffrance des pédophiles par l’exclusion, la culpabilisation ou la moquerie. Ce faisant, c’est nous qui aggravons leur isolement et c’est nous qui faisons augmenter le risque de l’abus sexuel à l’égard des enfants", a-t-elle dit.../...

    L'article donne quelques liens vers des articles similaires plus anciens mais dégageant le même état d'esprit:

    La pédophilie est-elle un handicap à protéger par la loi ?

    Faut-il considérer juridiquement la pédophilie comme un handicap, qu’il faudrait donc protéger par la loi ? C’est ce que suggère Margo Kaplan, professeur de droit, dans une tribune publiée dans le New York Times. Elle y affirme que "La pédophilie, comprise dans le sens de l’attraction sexuelle persistante pour les enfants, est un désordre, non un crime, et mérite des protections spéciales".../...

    La pédophilie serait une déviance sexuelle "innée" et donc acceptable

    .../...[en 2013] déjà, le Los Angeles Times publiait un article qui affirmait : "Désormais, de nombreux experts voient la pédophilie comme une orientation sexuelle aussi immuable que l’hétérosexualité ou l’homosexualité… Une prédisposition enracinée… qui devient manifeste pendant la puberté et ne change plus.".../...

    pédophilie

    "Logique" et dans l'air du temps depuis plusieurs décennies: dès 1977 de nombreuses personnalités, et pas de celles qui se prendraient pour des moindres, signaient dans "Le Monde" une tribune pour la défense de trois pédophiles condamnés, "constatant" une disproportion manifeste entre le caractère désuet de la loi et la réalité quotidienne de la société et se demandant très sérieusement:

    “Si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ?”

     

    Si j'avais mauvais esprit, ce qui n'est pas le cas, forcément,

    j'ajouterais 2 ou 3 petites choses, sans rapport avec ce qui précède...

    PS.: témoignage de la petite Aïcha M. (le prénom n'a pas été modifié): "J’avais six ans lorsque le Prophète [il avait alors 54 ans] m’épousa et neuf ans lorsqu’il eut effectivement des relations sexuelles avec moi". (Bukhari 58.236  - Muslim 2547)

    PPS.: déclaration de M. Houari B. "Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère Sud pour aller dans l’hémisphère Nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire.", qui fait un peu écho à celle de M. Recep Tayyip E.:"Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées seront nos casernes et les croyants nos soldats"

     

     

     

    « ex-futur secrétaire d'état ch. bras droitMartine et les tunisiens »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Août à 11:00
    Pangloss

    Et quand ils auront obtenu leur victoire, ils imiteront leur prophète en toute légalité. Pauvres Aïcha!

      • Jeudi 2 Août à 16:10

         

        C'est presque malgré moi que mon billet a glissé depuis "la défense et l'éloge de la pédophilie" jusqu'à la menace d'une islamisation (rampante ou galopante ?) de l'Europe. Le cadre où a été développé l'idée en question "Les conférences TED" (auxquelles on peut assister en direct-live contre la modique somme de 6 000 à 7 500 $. par an) se prête tout à fait à ce genre de débat avec des personnalités parfois inattendues..(Vancouver – 2017)

         

        Et il n'est pas inintéressant de voir qui sont certains des participant aux conférences de "TEDx Paris Dauphine" 2017, entre autres...

         

         

         

    2
    Souris donc
    Jeudi 2 Août à 14:54

    A LGBTICQFD, ajouter P.

    Et ainsi de suite, jusque Z comme zoophile ?

      • Souris donc
        Jeudi 2 Août à 15:26

        En Occident, avec toutes ces préférences sexuelles et tous ces genres, finalement les Musulmans ont raison de bâcher leurs femmes dès le plus jeune âge (sauf que c'est dur sous la canicule).

      • Jeudi 2 Août à 16:55

         

        C'est presque "acté", en ce qui concerne la zoophilie, si on se réfère à certaines pratiques exotiques admises et justifiées, pour le moment uniquement, par les savants ulémas du désert (explications sur islamlab.com ) , mais c'est pas gagné pour autant, bien qu'il existe en Allemagne (encore nos amis teutons...) une "Association de Défense des Droits des Zoophiles" (évalués à plus de 100 000) fondée par Michael Kiok et présidée par David Zimmermann, justifiée par la dépénalisation de la zoophilie en 1969, dans la vague de la fameuse "libération des mœurs,car il va falloir compter avec la rigueur morale quasi-religieuse des végans.

        Quoique, va savoir, quand on aime, on aime.... voilà tout!

         

        et ois, c'est tout...

         

      • Souris donc
        Jeudi 2 Août à 17:10

        Oh ben oui, Bedeau, vous qui trouvez tout, il fut un temps où la Légion Etrangère défilait avec sa chèvre censée soulager les besoins de ces hommes frustrés.

        Tiens voilà du boudin

      • Jeudi 2 Août à 17:31

        Il y en avait même pour tous les goûts y compris les ZPSM:

        (ZPSM: zoophiles, pédérastes, sado-masochistes)

        PS.: je déconne, mon capitaine...

    3
    Jeudi 2 Août à 21:36

    Ça, c'était d'avantage pour les grandes filles... rien à voir avec l'article (avec celui-ci, avec les précédents, c'est vous qui voyez...)

    "Mars. Homme de 26 ans. Paris"

    4
    Vendredi 3 Août à 14:45

    "Il est interdit d'interdire"

      • Vendredi 3 Août à 15:40

        Oui.... mais ça, c'est parce-que personne n'a eu le temps d'écrire sur les murs, sur ses cahiers d'écoliers, sur le sable et sur la neige, sur le pain blanc des journées et sur le moulin des ombres, sur la mer, sur les bateaux, sur la mousse des nuages, sur la lampe qui s’allume, sur le fruit coupé en deux, et encore un peu partout:

        "Bon, maintenant, bordel de merde, il est interdit d'interdire d'interdire... Faites chier, merde !"

    5
    Vendredi 3 Août à 16:25

    "Dernière minute "

    Des associations de protection de l'enfance se sont indignées après l'adoption de la loi contre les violences sexuelles et sexistes. Selon elles, le gouvernement a trahi sa "promesse" en renonçant à fixer un âge minimal du consentement sexuel.

    Le souhait de ces associations était le suivant : voir écrit dans la loi que toute pénétration sur un jeune mineur aurait constitué de facto un viol. Cet abandon de l'âge légal du consentement peut effectivement surprendre, dans la mesure où le débat portait initialement sur le seuil adéquat : 13 ou 15 ans. Finalement, le choix a été fait d'abandonner le principe d'âge minimal.

    Dans sa version finale, la loi Schiappa prévoit que, pour les enfants de moins de 15 ans, "la contrainte morale ou la surprise sont caractérisées par l’abus de la vulnérabilité de la victime ne disposant pas du discernement nécessaire pour ces actes". Pour l’ancienne ministre des Droits des femmes et sénateur socialiste, Laurence Rossignol, ces notions de "vulnérabilité" et de "discernement" laissent trop d'espace à la libre appréciation des juges.

    Jacky Coulon, de l'Union syndicale des magistrats a quant à lui fait valoir "un problème de communication du gouvernement" et a expliqué à l'AFP : "Le droit pénal repose sur la présomption d'innocence, un principe qui date de la déclaration des droits de l'Homme. Si cette présomption de culpabilité avait été retenue dans la loi, cela aurait été jugé inconstitutionnel par le Conseil constitutionnel"

    Par contre...

    6
    Gérard
    Dimanche 5 Août à 15:12

    Mahomet, "le beau modèle" de tout ce qui lève le cul en l'air pour faire plaisir à Allah (n'y voir aucune incitation à quoi que ce soit) ayant défloré Aïcha seulement à neuf ans, on ne voit pas bien au nom de quoi il faudrait supposer que l'âge du discernement doive être fixé à 13 ou 15 ans. A moins de démontrer que Aïcha n'était pas consentante, ni contente ! 

      • Dimanche 5 Août à 16:32

        Bonjour Gérard, et bienvenue sur mon blog. (on a du se croiser chez Pangloss, je crois ?)

        .../..

        Aïcha non consentante ? et pis quoi, encore ? déjà que Biquette commençait à donner des coups de cornes et de sabots... Bien sur, il a fallu être un peu patient avec elle et lui expliquer pendant près de cinq minutes que jouer au docteur, tout le monde fait ça et qu'après, elle aura des dattes fourrées....money

        Quant à l'âge de discernement, madame Marlène a ses raisons: il ne faut pas trop brusquer les choses car, si comme dit monsieur Jamel "L'islam est en France depuis 3 000 ans", on peut bien attendre encore une dizaine ou une quinzaine d'année pour finir de tout mettre en place...he !

         

        exemple de "mise en place" aboutie selon les normes à venir ?  frown

        NB. une recherche "google" sur l'image ci-dessus, renvoie à:

        Hypothèse la plus probable pour cette image : femme française  mad

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :