• "Rockcorrection"

    On a tous en tête 

    Un vieux 45 tours rayé

    Souvenir d'un âge bête 

    Et des années yé-yé

    ...et le chanteur chantait:

    "I love you and you love me it's wonderfull I am singing with my guitar" 

     

    "Rockcorrection"

     

    De temps à autres je ré-ouvre de vieux livres, de vieilles revues qui datent du temps des cheveux longs, du temps des fleurs, des futals pattes d'éph de la marine anglaise et des gilets afghans brodés...

    Par exemple "SPECIAL POP" : "380 pages, 860 photos, 100 dessins... Un travail démoniaque... la vie détaillées de 475 idoles... les Hippies, les Sounds, les Radios-Pirates..." (19,95 F TTC en 1967 -et 30 € d'occasion aujourd'hui...)

    Tout sur tous, de Patrick Abrial à the Zombies, en passant par Roy Orbiison, Mireille Mathieu, Jefferson Airplane, Antoine, Bob Dylan et Fats Domino ou Chuck Berry... Et de Daniel Fillipacchi à José Arthur et le Président Rosko... Et bien d'autres choses encore...

    C'était bien c'était chouette, presque autant que chez Laurette.... et nous étions de la dernière averse.(vs les neiges d'antan)

    Depuis, mes goûts, mes convictions et mes opinions ont quelque peu changé... 

    A propos de Chuck Berry, justement... un article de Polémia .

     

    Chuck Berry : porte-avions des troupes d’occupation culturelles 

    Thierry Bouzard, chroniqueur musical, analyse ici le rôle culturel de Chuck Berry, inventeur du rock-and-roll, né de la fusion entre la musique afro-étasunienne et la musique blanche country d’origine irlandaise.

    Chuck Berry est mort à 90 ans : le rock, ça conserve. Particulièrement inspiré, ce guitariste noir du Missouri a opéré la fusion entre la musique afro-étasunienne et la musique blanche country d’origine irlandaise pour donner naissance, au milieu des années 1950, au rock-and-roll. Une musique rapide, calée sur le rythme du moteur, une musique de l’ère industrielle qui ouvre sur la musique de masse.

    Chuck Berry va devenir le modèle de toute une génération de musiciens occidentaux qui imitent son style et son côté sulfureux fait de prison, de filles et de dollars, y ajoutant souvent les drogues. Un de ses standards sorti en 1958, "Johnny B. Good", est repris par les plus grands guitaristes, Elvis Presley, les Beatles, Keith Richard, Jimi Hendrix, Eric Clapton et bien d’autres, pour devenir celui d’une génération. En France, il est introduit par Eddy Mitchell et Johnny Halliday. Vingt ans après les soldats français qui avaient combattu sous l’uniforme US, leurs émules musiciens renouvelaient ainsi l’allégeance à leur suzerain, overlord en anglais (*).

    Le Jazz en Europe (1917), le rock (années 1950) : déplacement du centre culturel de la civilisation occidentale

    Le jazz était arrivé en Europe en 1917 avec le corps expéditionnaire US, illustrant le déplacement du centre de gravité culturel, mais aussi économique et politique, de la civilisation occidentale. Quarante ans plus tard, le rock va conforter cette hégémonie, lui donnant une dimension planétaire. Par l’influence qu’il a exercée, Chuck Berry est une sorte de porte-avions des troupes d’occupation culturelles de la mondialisation. Que ce soit par les armes ou la musique, l’objectif est identique : la conquête de nouveaux marchés économiques. Le combat pour la suprématie s’est simplement déplacé du militaire au culturel. En 1977, consécration suprême : Johnny B. Good est même sélectionné par la NASA pour présenter le portrait musical de l’humanité auprès d’éventuels extra-terrestres que rencontrerait la sonde Voyager, à l’égal de Bach, Mozart et Beethoven. On passe du planétaire à l’interstellaire.

    Mythe vivant, Chuck Berry n’avait pas besoin de groupe pour l’accompagner : où qu’il aille se produire avec sa légendaire Gibson rouge, il trouvait toujours des musiciens connaissant son répertoire, parfois plus ou moins bien.

    Guitare électrique, microsillon et société de consommation

    Sa musique apparaît à une période charnière où la rencontre de la guitare électrique, du microsillon et de la société de consommation va ouvrir le marché de la jeunesse, opérant une fracture entre les générations. Il est presque étonnant d’observer comment les populations de vieille souche européenne vont joyeusement abandonner leurs références musicales ancestrales pour ces nouveaux standards, envoûtants certes, mais néanmoins particulièrement corrosifs pour leur identité culturelle –le modèle étant tellement entré dans les mœurs qu’il n’est même plus contesté.

    L’émergence du rock coïncide d’ailleurs avec l’abandon de la plus longue mémoire musicale de la civilisation européenne quand l’Eglise de Vatican II élimine le grégorien de la liturgie ordinaire. Entraînant l’adhésion des masses, la musique devient un outil majeur d’un affrontement de civilisations. Ainsi la célébration de Chuck Berry a quelque chose de morbide, elle est celle de l’effondrement du modèle culturel de la vieille Europe.

    Note : (*) Operation Overlord (suzerain) est traduit par Débarquement en Normandie des troupes étasuniennes en 1944.

    Thierry Bouzard
           23/03/2017

    A travers un exemple, concret et précis, une démonstration de cette "américanisation de l'Europe", dénoncée et vilipendée culturellement et sociologiquement par Eric Zemmour dans la plupart de ses ouvrages ("Destin français", "Le suicide français" entre-autres), démontée et expliquée historiquement, politiquement et économiquement par par Philippe de Villiers ("J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu"), et visible jour après jour par qui a encore un regard lucide à travers les mouvements "progressistes" de toutes sortes (écologie punitive, théories du genre, féminisme radical, anti-racisme et repentance, négation de l'histoire et de la culture des nations, rejet des traditions ancestrales, etc...) 

    Bien sûr... pour les anti-Zemmour ou anti-de Villiers...!

     

    A propos de Thierry Bouzard, on peut lire entre-autres sur Polémia:

    "Des chansons contre la pensée unique" de Thierry Bouzard

    Ce spécialiste réputé du chant militaire y mène une étude originale, complète et approfondie des différentes musiques rebelles, depuis l’apparition de la chanson engagée.Tout ce qui a pu se faire "à droite" est répertorié et mis en perspective. Le tout est accompagné d’une réflexion savante sur le lien entre ces expériences musicales et l’engagement politique.

    4e de couverture :

    La musique joue sur nos émotions, nous faisant privilégier les styles connectés à notre sensibilité et notre culture.
    Du fait du morcellement des répertoires, nos choix ignorent des courants musicaux nombreux et créatifs, d’autant plus que le totalitarisme culturel ambiant les occulte et les combat. Grégorien, chanson traditionnelle, chanson de soldat, oi!, rock identitaire, RAC, rock metal et indus… Venance Fortunat, Botrel, le Père Doncœur, Méfret, Gavino, Barbelivien, Fraction, Vae Victis, In Memoriam… l’inventaire serait incohérent si les compositions qui en émanent n’étaient l’expression d’une certaine identité, en butte à la pensée dominante. L’abondante diversité de ces courants musicaux alternatifs soigneusement tenus à l’écart des médias devait être présentée, car elle témoigne d’une vitalité et d’une richesse insoupçonnées.Il vous est proposé ici un tour d’horizon jamais tenté et pourtant indispensable, qui ne manquera pas d’étonner, comme a déjà été remarqué l’entretien exclusif avec Jean-Marie Le Pen.

    Thierry Bouzard, historien de la musique et de la chanson, a publié plusieurs ouvrages et recueils de chants. Il a animé plus de cinq ans une émission musicale sur Radio Courtoisie et a participé à la réalisation de nombreux CD.

     

     

    Bon... je n'ai pas (encore ?) lu ce livre, mais il me semble à des années lumières "des vieux livres, des vieilles revues qui datent du temps des cheveux longs, du temps des fleurs, des pattes d'éph de la marine anglaise et des gilets afghans brodés... que je réouvre de temps à autres....", comme...

    ...comme par exemple ce "Chansons politiques d'aujourd'hui" (enfin... avant-hier !) avec  François Béranger, Michel Bühler, Jean-Max Brua, Imago, Gilles Servat, Mouloudji, Gilles Vigneault...

    "Les chansons ici rassemblées ne prétendent pas représenter l'ensemble de la chanson politique, tout juste quelques tendances. Au premier regard, leur assemblage peut sembler disparate. Leur unité vient d'ailleurs, elles sont le résultat de plusieurs années de travail vers une conception différente de l'écriture et de la production musicale. Une conception qui, d'emblée, se démarque des compromissions habituelles en ce domaine et qui a doublement choisi la voie la plus périlleuse. Il faut en effet un certain courage et des convictions bien arrimées pour choisir, à l'époque des tubes de quelques semaines, la chanson à texte et, plus qui est, la chanson sociale ou révolutionnaire.../...

    (Il semble que quelques personnes croyaient en ces propos...on ne rigole pas, SVP.)

     

     

      "Rockcorrection"

     

     

     

     

    « Nouvelles mesures contre la contagionBrève »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 20 Avril à 19:15

    Que voulez-vous démontrer ? Que l'occident est très influencé par les USA ? C'est une évidence. Une influence n'est jamais pure : bien + mal. J'aime le jazz et nous vivons sous la domination des GAFA et nous acceptons cette domination parce que nous en tirons des avantages, par contre il faut résister aux conneries venues d'Outre-Atlantique...ET notamment de ses campus universitaires.

      • Mardi 21 Avril à 11:27

        @ Dr WO...

         

        Je n'avais nullement l'ambition (ni l'envie, ni les moyens, d'ailleurs) de vouloir démontrer quoi que ce soit, ni de révéler une évidence jusque-là inédite (si je devais ne faire un article que dans ces conditions...!?) D'autres, dont j'ai cité les noms et quelques ouvrages dans cet article, l'on fait bien mieux que je n'oserais l'espérer... J'y avais déjà fait référence à plusieurs reprises.

        Simplement je voulais revenir à un des "fondamentaux" de mon blog: la disparition programmée et acceptée voire attendue (tant par les "nouveaux compatriotes" se "réfugiant" dans divers pays européens, que par les instances de l'"Union Européenne" commerciale et politique) des valeurs européennes traditionnelles : familiales, culturelles, historiques, religieuses... face à des attaques venant de plusieurs directions à la fois, extérieures et intérieures, parfois antagonistes ou souvent complices.

        L'article sur Chuck Berry et le rock m'en a donné l'opportunité, sous un éclairage différent et original.

         

        L'influence (le mot me paraît très faible) de l'expansionnisme culturel et sociologique américain sur nos sociétés ne me semble pas moins importante ni moins destructrice que celui politique et religieux de l'islam, même si la première peut sembler moins dangereuse que la seconde. Les deux ont des répercutions funestes et définitives sur notre quotidien le plus ordinaire comme le plus essentiel. (Anecdotique mais désolant et révélateur -et rigolo- : dans une ville voisine comptant moins de 8 000 habitants, vous avez le choix pour manger entre un Mac'Do, deux kebabs et une pizzeria halal)

         

        Quelques jours avant cet article, j'en avais publié un sur Notre-Dame de Paris, et un autre sur les cartes de Cassini...

        Tout ça pour sortir (momentanément !!!) un peu des débats stériles sur la pandémie actuelle et sur les "erreurs" ou les "maladresses" et les mensonges ("maladroits") de nos gouvernants dirigeants, et sur les mérites ou les compétences et la notoriété de tel ou tel chercheur ou médecin (scientifiquement incontestable ou officiellement correct), et sur l'urgence ou sur l'urgence d'attendre pour recourir à tel traitement ou tels médicaments ou pas... Ou encore sur la possibilité de pouvoir donner un modeste avis de non-spécialiste sur l'une ou l'autre de ces questions

         

        Par la même occasion je posais un regard amusé et indulgent sur mon évolution (ou involution ?) culturelle et politique depuis ces 40 ou 50 dernières années. Sans avoir rien à démontrer non plus.

         

         

    2
    Mardi 21 Avril à 15:57

    Après Bach, la décadence commence. yes

    Un peu provocateur, non?

      • Mardi 21 Avril à 20:43

        @ Pangloss ??????

        "Après Bach, la décadence commence...." ???... Ma (plus que ((très) très)...) modeste culture musicale dite "classique" (ou "grande") m’empêche de prendre parti à propos de cette affirmation … ! (?)

        Par contre, je parlerai certainement un jour du pourquoi et comment je suis passé, côté chanson, de la bonne vieille variété française à la pop-music anglo-saxonne et (dans un autre domaine) de Marc Ogeret ou Bernard Lavilliers (et même Maxime le Forestier...) à Jean-Pax Méfret et Les Francs Tireurs Patriotes... après un détour par Malicorne et Gabriel Yacoub.... et pourquoi, aujourd'hui, je préfère Berry ("les gâs du...") à Chuck.

         

    3
    Wagner 4 ever
    Mardi 21 Avril à 23:12

    Bach, Mozart, Wagner : les trois sommets. On pourrait se passer de tous les autres -- j'ai bien dit : on pourrait.

    Dans l'excellente revue *Réaction*, un agent provocateur dont j'ai oublié le nom avait avancé que certains accords de Brian Wilson n'étaient pas indignes de Bach. J'aime beaucoup les Beach Boys (et les Bangles), mais quand même, le paradoxe et l'hommage étaient excessifs. Y'a des hiérarchies jusque dans les divertissements mineurs.

    Monteilhet semblait détester la musique ; pour lui, tous les musiciens à la trappe !

     

      • Mercredi 22 Avril à 18:15

        @ Wagner 4 ever...

        C'est bien Carl Sagan, l'initiateur du programme de recherche d'intelligence extra-terrestre qui a eu l'idée d'envoyer à nos amis aliens ce disque en forme de message encyclopédique universel dans la sonde Voyager ?

        Si les petits hommes verts ont chez eux un Qarl Za-Ghan qui arrive à décrypter le message, il n'est pas impossible qu'il ait quelques doutes concernant l'intelligence terrestre...!

        Mais, bon je dis ça mais je n'aurais pas fait mieux !...

        Sinon, bien qu'il représente presque tout ce que je n'aime pas, j'aurais choisi Jimi Hendrix plutôt que Chuck Berry en guise d'ambassadeur...(ou peut-être à cause de ça... bad !!) 

         

      • Wagner 4 ever
        Mercredi 22 Avril à 19:11

        Quand on voit cette liste, on a peur :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Voyager_Golden_Record#Liste_des_musiques

        Au cas où vous ne le sauriez pas, le sagan est une facétieuse unité de mesure :

        https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_humorous_units_of_measurement#Sagan

      • Mercredi 22 Avril à 20:03

        @ Wagner 4 ever...

        (merci pour le lien)

        la liste des images n'est pas triste non plus et mériterait l'envoi d'une autre sonde avec quelques correctifs !

        32. Humains mâle et femelle portant en elle un bébé

        68. Vieil homme avec bonnet, lunettes rondes, barbe et cigarette 

        81. Dîner familial chinois 

        A noter que, craignant certainement qu'un islam rigoriste ne soit déjà en vigueur chez ces petits hommes verts ("verts"... comme la couleur sacrée du coran arf ), le dessin représentant un homme et une femme nus à bord de la sonde Pionner n'a pas été repris !

         

    4
    Wagner 4 ever
    Mercredi 22 Avril à 15:45

    @bedeau : Si le sujet de la variété française vous intéresse, vous pourriez trouver quelques anecdotes instructives dans la série des "Nos amis les chanteurs", de Séchan -- l'autre.

      • Mercredi 22 Avril à 18:27

        @ Wagner 4 ever...

        J'en ai lu quelques extraits sur internet... Ça à l'air de dégommer à tout-va et dans toutes les directions...

        Un procédé pour faire le "rebelle" de service ?

         

      • Wagner 4 ever
        Mercredi 22 Avril à 19:05

        Les deux frères sont de grands rebelles officiels : le chanteur ne sait pas chanter, le journaliste ne sait pas écrire. En tout cas, mais deux ou trois portraits étaient instructifs (le business de Cabrel, notamment, si mes lointains souvenirs sont bons). Des vérités sortent souvent pour de mauvaises raisons -- voyez l'accablant bouquin de Montel sur les chefs frontistes... dont elle a fait parti, ce qu'elle oublie un peu trop.

         

      • Mercredi 22 Avril à 20:44

        @ Wagner 4 ever !!!

        En faisant une recherche sur Cabrel, je tombe sur ça :

        Francis Cabrel aime Bob Dylan et s'en inspire et sort un disque intitulé "Vise le ciel - Bob Dylan revisité (?)", un album uniquement composé des chansons de Bob Dylan !!!

        Bon... Hugues Aufray, c'est lui qui aurait fait connaitre Dylan en France, alors pourquoi pas un "Aufray trans Dylan" (après moult autres reprises plus anciennes)

        A titre personnel, j'avais mieux aimé (en ces temps anciens) le 33 T. "Serge Kerval chante Bob Dylan", peut-être le moins commercial le plus discret et le plus sincère

        au hasard de youtube :

        https://youtu.be/Id54iFs3-4Q

        https://youtu.be/tP1GcC1A8y0

        ...

         

         

      • Wagner 4 Ever
        Mercredi 22 Avril à 22:33

        "Au-" ou "On-", dans tous les cas : "Fraymieudsseutère". Quant à Cabrel... Je n'aime pas trop la chanson de variété, même à prétexte philosophique. Dans un des volumes de la correspondance des éditions Champ Libre (le tome 2, mais c'est à vérifier) figurait le frére de Séchan le journaliste, à mon grand étonnement.

        Le fond de commerce de Manzoni (détournement post-situ) n'est ni original ni difficile, mais de temps à autre, c'est réussi comme ici :

        https://journaldejane.files.wordpress.com/2016/10/gabriela-manzoni.jpg

         

      • Jeudi 23 Avril à 11:37

        @ Wagner 4 ever...

        ...trouvé, une liste des chanteurs préférés des français, certains à prétention philosophique, métaphysique, éthique ou didactique ou pas...

        Patrick Bruel, Francis Cabrel, Alain Chamfort, Julien Clerc, Etienne Daho, Patrick Fiori, Garou, Jean-Jacques Goldman, Johnny Hallyday, Renaud, Grégory Lemarchal, Calogero, Francis Lalanne, Marc Lavoine, Pascal Obispo, Florent Pagny, Alain Souchon...

        ...aucun dans mon panthéon personnel (de toute façon, j'aurais honte de le reconnaître semi-publiquement)

        J'ignorais même que Renaud avait un frère jumeau et que son frère aîné était mort... (concernant celle de Halliday, j'en avais entendu parler: je n'ai pas pleuré mais je n'ai pas rigolé non-plus )

         

        Concernant le Nobel de Littérature attribué à Bob Dylan... n'étant pas anglophone, je me tais prudemment (Greta Thunberg ayant été pressentie pour celui de la Paix, je me re-tais)

         

        PS. "Au-" ou "On-", etc.... pas bien compris... ouch 

         

      • Holst[er]
        Jeudi 23 Avril à 15:24

        Cette liste me semble bien misogyne et bien monochrome -- comme la rédaction de L'Aberration. Encore une liste à choix forcés, j'imagine. D'un autre côté, récemment, on demandait aux lecteurs de L'Immonde -- de grands intellectuels par définition -- de dénoncer leurs écrivains favoris : l'auteresse de Harry Potter venait en deuxième position...

        Une facétie facile (elles le sont toutes) façon Vermot : Aufray, Onfray : les deux feraient mieux de se taire ; d'où Au-fraymieudsseutère et On-fraymieudsseutère.

         

      • Jeudi 23 Avril à 16:26

        @ Holst[er]...

        Etant moi-même légèrement misogyne et xénophobe, je n'avais pas été choqué par l'aspect très réactionnaire de cette liste...

        Elle doit dater des heures les plus sombres de notre histoire, avant Marlène Schiappa et Rokhaya Dialo...

        Faut que je me surveille mieux que ça...

        Merci...

         

        (Ah... Okay, okay...! Ben, oui... Et pourtant j'adore l'almanach Vermot, toute ma jeunesse...)

         

    5
    Fredi M.
    Mercredi 22 Avril à 18:06
    Eh oui...
    Et les chanteurs français de s'appeler Johnny Hallyday, Dick Rivers, Eddy Mitchell...
    Comme le dit si justement l'article, c'est un basculement culturel qui s'opère en Europe et ce dès la fin de la première guerre mondiale.
      • Mercredi 22 Avril à 19:46

         @ Fredi M. !

        Il ne faut pas se faire d'illusion, si les Etats-Unis sont entrés en guerre en 1917 et en 1941, c'était avant-tout pour faire à plus ou moins long terme de l'Europe, exsangue et redevable à leur encontre, une énième étoile à broder sur leur drapeau...

        Il ne faut pas se faire d'illusion, cette évidence pourtant flagrante dans tous les domaines: société, langage, loisirs, commerce, alimentation etc... n'est pas prête d’être acceptée et est assimilée à un complotisme paranoïaque... 

        Voila...

         

      • Fredi M.
        Mercredi 22 Avril à 20:13
        Très drôle le dessin !
      • Mercredi 22 Avril à 20:45

        @ Fredi M.

        ...et tellement vrai !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :