•  

    Vendredi 15 juin, un journaliste s’en est violemment pris au porte-parole de la Commission Européenne, Margaritis Schinas, qui ne voulait pas répondre aux questions sur les migrants:

     

    Article 13, etc...

    "-Vous devez nous répondre! Vous êtes la Commission...Je vous demande... nous vous demandons : Qu’est-ce que l’article 13 signifie, bon sang ! Est-ce qu’un État membre peut dire : ‘Je ne veux accepter aucun réfugié venant d’un autre État membre’. Et ça légalement. Peut-il le faire ou pas ? Oui ou non ?...Si vous refusez de nous répondre , vous ne pouvez pas être le porte-parole de la Commission. Qu’est-ce que vous foutez ici alors ? On vous paie pour quoi ? Vous ne nous apportez aucune réponse !"

    "-Nous apprécions tous que vous partagiez votre état d’esprit avec nous. J’ai lu l’article 13. Vous êtes libre de l’interpréter dans le contexte qui vous convient le mieux, mais je ne le ferai pas ici..."

     

    ...a répondu le porte-parole -sous-entendant que les articles de loi, qu'il avait apparemment lus, pouvaient être "interprétés en fonction du contexte".

     

    Article 13

    Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un État.

    Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien...

    Article 13, etc...

    Article 13, etc...

    Article 13, etc...

    Alors, forcément...

    Article 13, etc... 

    Que répondre à ça ?

    peut-être rappeler les derniers mots de ce fameux article 13:

    ...et de revenir dans son pays.

     

    Bon... c'est pas écrit "le devoir de revenir dans son pays", mais les médias ne nous parlent pas beaucoup de ces bateaux qui "auraient le droit" et qui tenteraient de quitter la France, l'Italie ou l'Espagne pour emporter dans leurs soutes des centaines de re-migrants, hommes, femmes et enfants qui, ayant repris suffisamment de forces, auraient hâte de repartir dans leurs pays d'origine pour y apporter leur expérience nouvelle, leurs compétences acquises, et leur part d'efforts et de générosité...

    Je veux bien faire office de re-passeur volontaire et bénévole, si c'est la main d’œuvre qui manque...

     

    "Vox Angeli" (chœur d'enfants) - Une chanson de circonstance

     

     

    extraits de "La Déclaration universelle des droits de l'homme" (suite, pour info.)

    Article 19 

    Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

    Article 30

    Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

     

     

     

    Article réalisé sans le concours de:

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

    Médecins sans frontière   Emmaüs "article 13"   SOS Méditerranée   M.O.A.S.
                 

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

     

    Article 13, etc...

    Proactiva Open Arms   AVAAZ org   Seea-Watch   A.F.P.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • "Ah, que coucou..." ou

    "comment se faire des amis en n'écoutant pas les guitares qui pleurent"

    Ah, que coucou...

     

    Aujourd'hui 15 juin, jour de la St Germaine et journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées on commémore le décès de Suzanne Flon, comédienne française (née le 28 janvier 1918) et de Raymond Devos, humoriste français (né le 9 novembre 1922).

     

    Mais pas que...

    Jean-Philippe (né dans la rue) que vous connaissez mieux sous le Nom de Johnny, aurait soufflé Ses soixante-quinze bougies... A cette occasion près d'un millier de Ses fans sont venus -contre la modique somme de 5 €- en l’Église de La Madeleine à Paris, assister à une messe solennelle (retransmise en direct à la télé ?) "orchestrée" par monsieur l'abbé Bruno Horaist, faire quelques selfies devant le portrait du Chanteur posé au pied de l'autel et écouter le concert du célèbre Chris Evans, le "numéro 1 des soirées sixties", qui reprend les cantiques traditionnels de toute cérémonie religieuse sur l'air des tubes du "Taulier"... les autres sont restés sur le parvis, pas contents d'y avoir passé la nuit pour rien, malgré les écrans géants et le beau temps... et avant les malaises inévitables et l'inévitable mini-émeute

    Ce serait presque un joie d'assister à un tel renouveau de la foi chrétienne, qui se manifeste miraculeusement  le 9 de chaque mois, pour le repos de l'âme de l'idole des jeunes, au même endroit devant la même foule de pèlerins à l'occasion d'une messe (un peu rentable financièrement: six ou huit cents ouailles au lieu d'un vingtaine en temps "normal") "inspirée par le Saint-Esprit" au titulaire ecclésiastique du sacré lieu (sacré)

    Ah que coucou

    "Il est un peu comme Jésus. C'est notre saint"

    Ce serait entièrement une joie, si seulement un dixième de ces fidèles se manifestaient avec la même ferveur et la même conviction quand un prêtre est égorgé dans sa propre église, quand des religieuses sont menacées dans leur couvent, quand des églises sont profanées, ou démolies, ou simplement désacralisées, quand des chrétiens sont martyrisés ou massacrés en putain de terre de saloperie d'islam, etc...

     

    Mais pas que...

    Une certaine Yvette Horner est décédée il y a quelques jours et une messe aura lieu le mardi 19 juin à 10h30 à l'église Saint-Roch de Paris en sa mémoire. C'était une pianiste, accordéoniste et compositrice légendaire, connue pour avoir accompagné longtemps la caravane "populaire" du Tour de France, mais néanmoins Grand Prix du disque Charles-Cros, ayant enregistré des disques aussi bien avec des pianistes classiques qu'avec des musiciens de blues ou de jazz et collaboré à des ballets avec Maurice Béjart... et pour avoir été récupérée un peu malicieusement par un célèbre couturier-parfumeur parisien au sens de l'humour acide.

    On attend nombreux les amoureux de la France profonde, blanche et chrétienne (le prénom souchien "Yvette" vaut bien celui pseudo-américain de "Johnny" et les "Hohner" ou les "Cavagnolo" valent bien les "Fender" ou les "Gibson"), d'autant que sa foi était sincère et qu'elle vouait une vraie dévotion à la Vierge de Lourdes, où elle se rendait à chaque occasion de sa vie.

    Mais peut-être que un peu trop de "populaire" et de "dévotion", c'est parfois beaucoup trop... Peut-être que "accordéon, anisette, andouillette" sonnerait de façon aussi franchouillarde et abjecte que "biniou, béret, beaujolais" aux oreilles de certains de nos compatriotes, plus nombreux qu'on ne croit, et que "sexe, drogue, rock'n'roll" deviennent plus musical à nos tympans américanisés...

    Mais pas que...

    Un certain Marc Ogeret est également décédé récemment, qui avait à son répertoire la plupart des chants révolutionnaires qui ont fait l’histoire de France (celle qui existe et qui est reconnue et avalisée par Nozélite - note de l'auteur), grand admirateur de la Commune de Paris (la Commune, pas la ville ni l'agglomération - note de l'auteur), mais je ne sais pas dans quelle église a été transféré son cercueil...

     

    That's all folks...

     

    Je tiens à préciser que, du temps ou j'étais jeune et con, j'ai écouté d'avantage de disques de Johnny Hallyday que de Yvette Horner, mais ça, c'était quand j'étais jeune

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    12 commentaires
  • au nom de la liberté d'expression et de la diversité des opinions et des sensibilités,

    et pour une parité des engagements et des expressions artistiques ?

    Un docteur au Bataclan ? (ou pas)

    ...au Bataclan (ou pas)

    Difficile de définir ce que sont les Français.

    Voici donc un tableau impressionniste, partiel et partial !

    docteur Merlin

     

     

    au Bataclan (ou pas)

     

    Docteur Merlin, de son véritable nom Christophe Lespagnon, est un chanteur, guitariste et militant politique français. 

    Ce militant et sympathisant nationaliste, membre dans les années 1970 du GRECE, décide en 1979 de se lancer dans la chanson, parallèlement à ses activités professionnelles. Militant du Front National, invité à chanter dans diverses manifestations, Docteur Merlin a par la suite rejoint le Mouvement National Républicain.

    Il est considéré comme la deuxième figure de la chanson nationaliste française après Jean-Pax Méfret et comme une "valeur sûre" de la musique nationaliste en général.

    Il a fait partie de l'association "La muse à l'oreille", qui regroupait les musiciens et professionnels de la musique proches du Front national et produits ou distribués par la "Serp" de J.M. Le Pen.

     

    au Bataclan (ou pas)

    Ni "Libé", ni "La Horde", ni "Les Inrocks" ne l'aiment beaucoup, même au nom de la sacro-haram "libertédexpression"

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Ordinairement , la joie chrétienne est accompagnée du sens de l'humour 

    Exhortation apostolique sur la sainteté

    Gaudete et exsultate

    "Jorge Mario Bergoglio",

    alias "François Lepape"

     

     

    Heavenly Bodies : Fashion and The Catholic Imagination

    (Corps Célestes: la Mode et l'Imagination Catholique)

    on égorge pour moins que ça

    L’une des plus grandes institutions culturelles du monde, le Metropolitan Museum de New-York, inaugure une grande exposition intitulée "Heavenly Bodies" (se traduit littéralement par "Corps célestes"). Celle-ci met notamment en exergue l’inspiration de l’art chrétien, notamment médiéval, dans les créations des grands couturiers du XXe siècle. Une thématique hors normes pour un musée hors normes !

    L’exposition comporte une quarantaine de chefs-d’œuvre issus de la sacristie de la Chapelle Sixtine, qui n’ont pour la plupart jamais été montrées en dehors du Vatican : vêtements et accessoires papaux (anneaux, mitres, crosses…) du XVIIIe au XXIe siècle, englobant près de 15 papautés différentes. C’est la première fois depuis l’exposition sur les collections du Vatican en 1983 que le Saint-Siège concède un prêt de cette envergure au MET.

    Plus de cent cinquante pièces de haute couture des grands noms de la mode des XXe et XXIe siècles (Balenciaga, Chanel, Saint Laurent, Versace…) sont réunies pour l’exposition et mises en regard avec les collections d’art médiéval et d’art byzantin du MET. La scénographie replace ces œuvres de mode dans le contexte plus large de la production artistique religieuse pour analyser leur lien avec l'histoire de l’art chrétien et leur contribution à la construction de l'imaginaire catholique.

    avec, dans les principaux rôles:

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    Katy PERRY   RIHANNA

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     Cara DELEVINGE   MADONA

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    Lily COLLINS   Chadwick BOSEMAN
     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     Jared LETO    Jordan ROTH

    Là-bas, on égorge pour moins que ça

     

    Là-bas, on égorge pour moins que ça

    Lena WAITHE   Zoe KRAVITZ
         
     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    ... et le Cardinal Gianfranco RAVASI,

    entouré de quelques ouailles

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

    plus de détails sur les articles suivants (extraits) :

    Le cardinal Ravasi présente "Corps célestes" : le Vatican et “Vogue” organisent une exposition sur la liturgie et "la mode"

    Le lien entre l’ornement liturgique et la mode, grâce a “Vogue” (le lobby LGBT n’est pas loin)

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    Gianfranco Ravas est un cardinal italien, président des Conseils pontificaux pour la culture, l'archéologie sacrée et le patrimoine culturel de l'Église.

    Sensible aux questions culturelles et à leur impact sur l'histoire de la pensée, il se fait remarquer en prônant le dialogue entre l'éthique laïque et la morale religieuse

    Chasubles, croix de procession du XIe siècle, ornements utilisés lors des liturgies pontificales, la mitre précieuse de Léon XIII et la tiare offerte à Pie IX par Isabelle II d’Espagne sont au nombre des objets qui traverseront l’Atlantique, quittant le Vatican pour la première fois pour nombre d’entre eux. Au total, quarante pièces d’une valeur inestimable seront prêtées par la sacristie de la Chapelle Sixtine, datant du milieu du XVIIIe siècle au XXIe siècle.

    Elles voisineront avec des créations profanes ou non de Versace, Jean-Charles de Castelbajac, Christian Lacroix, Thierry Mugler, Jean-Paul Gaultier, Schiaparelli, Dolce et Gabana, sans compter la robe de mariée de 1967 de la collection Balenciaga.

    L’exposition veut évoquer le concept de pèlerinage religieux et en faire vivre l’expérience, même si certains objets de modes présentés "peuvent sembler très éloignés de la sainteté de l’Église catholique, il ne faut pas les prendre à la légère dans la mesure où ils incarnent les traditions narratives du catholicisme".

    Le Vatican prête des ornements sacrés pour un défilé qui sacrifie à la mode et non pas à Dieu

    Singer le clergé – pour un autre maître ?

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

    La bien nommée veste "Gold-Gotha" du doublement mal nommé "Christian Lacroix"...

    Une identité certainement deux fois trop lourde à porter pour ce malheureux homme, expliquant ses pauvres blasphèmes bling-bling ...

    Et leurs pièces sont emblématiques, du simple rappel biblique à la provocation caractérisée – il faut toute la gamme du rapport au sacré pour prétendre à la neutralité artistique et en défendre le principe ! Le jardin d’Eden se retrouve brodé sur une robe de chez Valentino. Des icônes byzantines s’étalent sur des tuniques Dolce & Gabbana. Et des robes de madones exposent une magnificence certaine…
     
    Mais l’intention de provocation sinon de sacrilège est bien présente. Les créateurs glissent des corps féminins dans des tenues de soirées inspirées des vêtements cléricaux portés par les prêtres et les évêques, tel ce manteau de cardinal réinterprété en version soir chez Balenciaga, cette robe de bure à l’image des moines, ou encore cette robe féminine "papale" de John Galliano à qui ne manque pas même la tiare !
     
    La croix, symbole ultime, s’étale largement, de la simple figuration jusqu’à la transgression évidente comme sur cette veste signée Christian Lacroix et intitulée insolemment "Gold-Gotha". Sur cet autre habit singé de religieuse, la croix du chapelet qui pend à son côté est même tronquée… le satanisme n’est pas loin.

    Le Met Gala 2018 à New York : le défilé du blasphème sur le thème "Corps célestes"

    Costumes religieux sur le ton du ricanement, avec l’approbation du Vatican !

    "N’est-ce pas beau de voir que ces gens que l’on pourrait caricaturer comme guindés, distants ou hautains sont prêts à avoir quelque chose à faire avec la religion avec des représentants de l’Église ? C’était exactement le contraire. Ils ont montré leur appréciation, ils étaient faciles à approcher, très respectueux. Mieux que cela : tout ce beau monde était là pour rendre hommage à ce que l’Église a légué aux arts et à la culture", s’est épanché le cardinal Timothy Michael Dolan...

    exemple d'humilité, d'hommage et de respect selon le cardinal:

    "A quoi diable pensait le Vatican", interroge sur un tout autre ton l’animateur britannique Piers Morgan dans un papier incendiaire dans le Daily Mail britannique. Ouvrant son article sur l’annonce ironique d’une célébration du prophète Mahomet lors de la prochaine édition du Met Gala en 2019, ce catholique auto-revendiqué avoue n’être pas des plus dévots, mais tempête contre l’irrespect grossier contre sa foi, accusant le Met Gala d’avoir franchi une ligne rouge. Il dénonce "une organisation qui pratique un deux poids deux mesures insolents, car tout le monde sait qu’il n’aurait jamais osé faire cela à l’islam ou au judaïsme".
     
    Habillée en fausse franciscaine, flanquée de faux frères et sœurs en bure, Madonna a même chanté Like a prayer à la fête "after". Pour qui connaît le clip d’origine, il y a là une odieuse provocation de plus...

     

    Ailleurs, on égorge pour moins que ça

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    9 commentaires
  • Deux informations apparemment anodines et sans rapport...

    A Minaret-les-Bécasses...

    ...pas franchement de la dernière fraicheur, mais "le temps ne fait rien à l'affaire", comme on dit...

     

     

    Bécassine

    Chez ma cousine

    Depuis sa naissance en 1905, la petite bretonne au visage lunaire, un peu gourde et gaffeuse, est critiquée pour l'image déplorable qu'elle renvoie de la Bretagne. Excédé, un trio de Bretons est même allé jusqu'au musée Grévin pour détruire la statue en cire du personnage, en 1939.

    Un scénariste-réalisateur, Bruno Podalydès, dont je ne me souviens pas avoir vu un de ses films, tourne une adaptation de la B.D. du siècle avant-dernier: "Bécassine", une servante bretonne de Clocher-les-Bécasses "montée à Paris"... Un film jugé insultant par le mouvement "Dispac'h" -anarcho-indépendantiste, anticapitaliste, antifasciste, féministe, écologiste, et internationaliste- ("Révolution" en breton) qui déclare: "Une pseudo-comédie française potache et soi-disant populaire, qui dès ses premières images en dit long sur l'insulte en termes d'identité et de mémoire qu'il adresse aux femmes et à la Bretagne.../...En plus du mensonge historique, ce film est une insulte à la mémoire de notre peuple, une insulte à toutes les femmes de Bretagne et à toutes les femmes qui connaissent ou ont connu l'immigration.../... [le personnage de Bécassine c'est ] comme Banania, c’est un personnage aux traits arriérés, pas cultivé du tout. C’est une vision colonialiste.../...En Bretagne, comme en Corse ou au Pays Basque, on ne nous apprend pas l’histoire de nos territoires. On apprend seulement l’histoire de France. Ainsi, beaucoup de Bretons ne connaissent pas l’histoire de cette migration. C’est aussi l’occasion pour nous d'en faire parler" 

     

     

    Sidy

    Chez ma cousine

    Marie-France a envoyé des centaines de courriers, notamment au Président (de la République française), aux dirigeants du Sénégal, du Mali, etc... seules le Pape et le maire de Puteaux lui ont répondu...

    A Pont-l'Abbé, petite commune bretonne d'à peine 10 000 âmes et néanmoins capitale du pays bigouden, il y vit un jeune écolier, à priori d'origine malienne (ou peut-être sénégalaise), dont l'âge se situerait aux alentours de 18 ans (environ) appelé croit-on à priori "Sidy Camara" (selon ses déclarations) et une brave et gentille bretonne  qui s'oppose à son expulsion, puisqu'il lui a assuré-certifié-juré-craché qu'il "était bien sidy", malgré une photo qui ne lui ressemble pas et des empreintes digitales qui ne sont pas les siennes sur un passeport qui est un faux... (d'après mes recherches personnelles, il ne s'agirait pas du Al Sidy Camara honorablement connu outre-Manche). En vertu de quoi, la même bretonne de Concarneau se dit prête à adopter ce petit garnement: "Sidy a trouvé ici une famille et des liens authentiques sont désormais créés. Sans compter le courage de ce garçon qui malgré, toutes les épreuves, reste confiant et reconnaissant envers son pays d’accueil, explique Marie-France Jeanmaire. Nous voulons montrer que la société civile et le monde associatif sont capables de se mobiliser face à une injustice flagrante."

     

     

    Bamboula et Bécassine sont-ils frère et sœur ?

    A Minaret-les-Bécasses...

     
     

     

    Alors ?

        Mamadou, le vilain Schtroumpf Noir, Sidy, le vieux tirailleur nègre de Banania, Bécassine, les congolais du néo-colon Tintin dans leur propre pays... même combat ?

     

    Bretons/ Immigrés : regards croisés

    A Minaret-les-Bécasses...

     

    Chez ma cousine

     

     

    Arrêtons de rigoler en ces temps de grands malheurs et de grande misère et revenons à des choses sérieuses:

    Georgius / La vraie Gigouillette (1934)

     

    C'est la fille à la meunière
    Qu'a perdu son pantalon,
    En cueillant dans la clairière
    D' l'aubergine et des brugnons...

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires