• Quelque rentier... vice l'Art.

     

     

       

    Des mandarins

    derrière les barreaux !

       

     

     

    Bon, il ne s'agit pas de hauts fonctionnaires et dignitaires chinois toujours admirés, ni de ces potentats de la médecine souvent dénigrés. (Ni de leurs épouses respectives !!!)

    A Rochechouart (Haute-Vienne), comme chacun sait, il existe un musée, situé dans l'enceinte du château depuis 1985. Des ensembles représentatifs de l’Arte povera, du Land art, de l’École Allemande et d’installations vidéo constituent une des plus importantes collections d’art contemporain en France. Certaines œuvres ont été créées spécifiquement pour le musée donnant lieu à un riche dialogue entre la création d’aujourd’hui et l’architecture du passé.

     

    C'est par le biais de ce lieu essentiel que j'ai entendu parler pour la première fois de l'artiste complet Jean-Marc Bustamante (photographe, peintre, sculpteur) et directeur de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

     

    pour ceux qui, comme moi, font cette découverte :

     

    Quelques rentiers vicelards...

     

    Quelques rentiers vicelards...

     

    Quelques rentiers vicelards...

     Ah, oui... ça, aussi :        
    Dans un entretien avec Xavier Veilhan et Christine Macel, intitulé "La création contemporaine", l'artiste a déclaré en 2005 :

     

    "L'homme a besoin de conquérir des territoires, la femme trouve son territoire et elle y reste ; alors que les femmes cherchent un homme, un homme veut toutes les femmes. La femme, dès qu'elle a trouvé son territoire, elle y reste. Les hommes sont toujours dans la recherche de territoires vierges."

    (Marlène... je balance!)     

     

     

     

    Récemment, on a pu y voir une exposition baptisée "suspension", œuvre du même: 

    oui, mais voilà..

    Des oiseaux en cage créent la polémique dans un musée de Rochechouart

    Le CLAMA (Collectif limousin d’action militante pour les animaux) a déposé plainte contre Jean-Marc Bustamante, directeur de l’Ecole nationale supérieure des Beaux Arts de Paris, pour une œuvre exposée au musée d'art contemporain de Rochechouart (87) dans laquelle il a enfermé individuellement des oiseaux mandarins dans des cages, ce qui constitue aux yeux de l’association une infraction prévue et réprimée par l’article R654-1 du Code pénal."Ces oiseaux ont des besoins spécifiques et supportent difficilement de vivre seuls, alors qu’ils se retrouvent enfermés seuls chacun dans une cage non aménagée et non adaptée (...) Le fait de traiter ces oiseaux comme de simples objets décoratifs, sans vous soucier de respecter leurs besoins physiologiques, constitue à nos yeux l’infraction de mauvais traitements à animaux tenus en captivité", précise le CLAMA dans son courrier à l’artiste.

    "Cela fait une vingtaine d’années que nous la possédons et que nous l’exposions de manière régulière." Pour Sébastien Faucon, le directeur du musée d’art contemporain de Rochechouart, la surprise est de taille quand on lui apprend que l’une des œuvres, exposées dans le château de la commune, fait l’objet d’une plainte pour maltraitance animale.

    L’œuvre en question, "suspension", est une sculpture de Jean-Marc Bustamante. Elle représente plusieurs cages, dans lesquelles, sept mandarins ont été placés. "Ces oiseaux ont été achetés légalement dans une animalerie de Saint-Junien. Les équipes du musée sont attentives à leurs besoins et nous alertons les visiteurs de ne pas faire de gestes brusques. Dans une dizaine de jours, à la fin de l’exposition, ces oiseaux ont retrouvé une famille d’accueil : trois iront chez une visiteuse et deux employés du musée prendront les quatre autres", détaille le directeur du musée.

    Mais la chose n’est pas suffisante pour le Clama. Après le signalement auprès de l’association d’une visiteuse, émue par le sort des sept mandarins, une plainte a été déposée auprès du procureur, contre l’artiste. "Cette œuvre pose un problème de principe, celui de se servir d’êtres dotés de sensibilité comme des objets de décoration. De plus les mandarins sont des animaux grégaires. Ils ont besoin de contacts physiques avec leurs congénères. Seuls dans leurs cages, ils peuvent être stressés", explique Sylvie Ebenstein-Couhault, président du Clama.

    Si l’infraction est confirmée, le musée risque une contravention de quatrième classe."Nous avons reçu un appel de cette association pour avoir des éléments, explique le directeur du musée. Mais nous sommes surpris par cette plainte, en particulier après dix semaines d’ouverture au public et moins de dix jours avant la fermeture de l’exposition."

    L'artiste, qui se reconnait comme "n'étant pas un expert en oiseaux mandarins", finit par se demander si "Sous prétexte de défendre la cause animale, ne sommes nous pas face à des gens qui rejettent l'art contemporain"

    Quelques rentiers vicelards...

    (Articles parus dans la presse régionale "Le Populaire du Centre" car, presque bizarrement, on ne trouve pas trace de cet évènement sur le site du musée http://www.musee-rochechouart.com/  et des photos récentes semblent aussi absentes à l'appel...Celle-ci serait tirée d'une exposition de 2012 en Espagne)

     Quelques rentiers vicelards...

     

    Il est évident que mettre des oiseaux en cage est moins contraignant que de passer trois semaines à couver des œufs au Palais de Tokyo (Abraham Poincheval) pour donner naissance à un poussin, moins sujet à polémiques que de crucifier un cadavre de vache dans une église en Belgique (Tom Herck) et moins douloureux que de se clouer le couilles sur la Place Rouge ou couper une oreille ou se rouler dans du fil barbelé (Piotr Pavlenski) pour marquer sa dissidence créative, (entre autres zinzins)

    (déclaration commune des artistes cités ci-dessus)

     

     

     

     

     Et un petit piaf triste
    De vivre en prison.
    "Ça met du soleil dans la maison",
    C'est ce que vous diront
    Quelques rentiers vicelards,
    Des vieux shnoks qui n'ont
    Que des trous d'air dans le cigare...

     

     

     dernière minute...

     

    http://aumilieuduvillage.eklablog.com

    lance un projet de "international nauseous artistic performence":

     

     

     

    Quelque rentier... vice l'Art.

     
     

    "Haram Kaaba"

    Le blog "Remettre l’Église au Milieu du Village" lance un grand concours auprès de tous les artistes amateurs et professionnels:

    art 1: L'objet de l'exploit est de représenter une giration perpétuelle de porcs, de porcelets ou de petites cochonnes, mécaniques, électriques ou électroniques, robotisés, télécommandés ou autonomes, tournant autour d'un parallélépipède de couleur noire censé représenter la Pierre Noire de la Mecque, sur fond sonore de muezzin appelant à la prière

    art 2: Plusieurs modèles seront retenus par les organisateurs et seront exposés dans un lieu du Neuf Trois qui sera révélé en temps voulu par l'ensemble des médias nationaux

    art 3: Sera déclaré gagnant l'artiste dont l’œuvre sera la dernière à rester debout, complète et reconnaissable

    art 4: Le premier prix consistera en un repas hebdomadaire gratuit à vie chaque aljumea (vendredi) chez notre partenaire "Vegan Kebab" pour le vainqueur ou l'un de ses héritiers ou ayant-droits

    art 5: Les organisateurs déclinent à l'avance toute responsabilité concernant tout incident pouvant survenir à l'occasion de cette manifestation et chaque candidat devra prendre les mesures nécessaires à sa sécurité et à sa survie

    art 6: les candidatures sont à déposer sur ce blog dans l'espace "commentaires", en précisant obligatoirement le pseudo, les nom et prénom véritables, l'adresse postale complète, le numéro de téléphone fixe ou portable, l'adresse mèl. de chaque postulant

    art 7: Bonne chance Que Dieu vous garde.

    Bedeau

     

     

     

     

     

    « Presse-papier et papier QLes (autres) heures les plus sombres »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Décembre 2017 à 20:55

    "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :