• C'est rien... Une 'tite info parmi d'autres, pas de quoi alarmer toute la fachosphère... C'est même quasiment anecdotique au regard d'autres problèmes actuels (l'immigration, l'insécurité, la bioéthique, etc... et même la parité femme/homme ou le réchauffement du climat..) qui intéressent une frange non négligeable de nos concitoyens.

    Mais ça donne une idée dont...

    1) le président

    2) le gouvernement

    3) le pouvoir

    4) le régime

    ...aborde les problèmes, en créée, les résout, les pose à nouveau autrement, s'en débarrasse, dit que y'a pas, etc... avec, toujours ce sentiment de dilettantisme, celui d'un qui s'occupe comme il peut en attendant des choses bien plus importantes à régler en temps utile mais qu'aime pas qu'on l'emmerde...

     

     A ceux qui roulent au diesel... (et aux autres)

     

    En juillet 2018, le gouvernement, dans le triple but de sauver des vies humaines, de faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'état et de montrer qui c'est qui commande depuis le palais de l'Elysée Central et Startupien, instaurait un abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h sur la plus grande partie des routes du pays, soulevant son lot d'interrogations sur le coût des nouveaux panneaux et les problèmes de reprogrammation des radars, etc... et sur l'efficacité réelle en baisse des accidents graves ou mortels de cette mesure, ainsi que moult mécontentements et protestations de la part des usagers et des professionnels de la route et des élus locaux. Une "clause de revoyure" était prévue pour juillet 2020.

    Mais, "Grand Débat Citoyen", colère des Gilets Jaunes et, surtout,  perspectives d'élections à venir aux résultats d'avance peu glorieux aidant, le Président, ses ministres et ses députés ont décidé d'abandonner vite fait cette réforme.

     

    Enfin presque.

    Car, en même temps™, les conditions de retour à une vitesse de 90 km/h s'annoncent assez ardues et coûteuses pour les autorités locales:

    • pas de retour aux 90 km/h sur des portions de route inférieures à 10 km.

    • absence, sur ce tronçon, d'arrêts de transports en commun...

    • absence d'habitations...

    • absence de traversée de chemins pédestres...

    • absence de passage d'engins agricoles...

    c'est pas tout:

    • obligation de présenter un audit préalable sur le niveau d'accidentologie...

    c'est encore pas tout:

    • matérialisation obligatoire de l'interdiction de dépasser par une "double bande blanche continue avec alerte sonore"...

    • mise en place d'un accotement d'une largeur minimale de 1,5 m.de chaque côté de la chaussée...

    • retrait de tout "objet accidentogène latéral non-protégé" sur une largeur de 4 m à partir de la chaussée...

    • interdiction totale bi-latérale de "traversée" et de "tourne-à-gauche"

    c'est toujours pas tout:

    • responsabilité pénale des présidents de départements ou des maires en cas d'accident corporel grave ou mortel... (sans réelle base juridique ou jurisprudentielle avérée)

    Certains départements ont déjà chiffré le coût de cette opération : jusqu'à plus de 300 millions d'euros, ou le risque de tomber dans l'illégalité...! Sans parler des problèmes et nuisances occasionnés par les travaux de mise en conformité...

     

    En tous cas, le président, le gouvernement et les députés de LaREM ont été très attentifs aux remarques et aux souhaits de la population. Si les petits élus locaux ne veulent pas en tenir compte, les mécontents sauront à qui s'en prendre.

    C'est qui qui commande ?

    "Et c'est ainsi que Macron est grand."

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    9 commentaires
  •  

        Tu préfères avoir des dents en bois, ou une jambe en mousse ?    

     

    Pierre Palmade avait montré l'exemple avec ses questions saugrenues...

    Tu préfères t'appeler "Glinglin" et on te souhaite jamais ta fête, ou "Nectaire" ce qui est plus joli mais t'as pas vraiment envie qu'on te la souhaite? money

    Tu préfères être alcoolique en Arabie Saoudite, ou hétérosexuel à San Francisco ? money

    Tu préfères avoir trois yeux sous les couilles, ou chaque fois que tu t’assois ça fait un bruit de klaxon ? money

    Tu préfères à vie avoir une tête de veau, ou deux bras de neuf mètres ? money

    Tu préfères avoir la grippe toute ta vie, ou que tu as trente canards qui te suivent partout ? money

    Tu préfères avoir un avant de Twingo greffé là comme ça, ou chaque fois que tu parles tu as un rat qui sort de ta bouche ? money

    Tu préfères être heureux toute ta vie, ou que tous les mois ta mère change de sexe ? money

    Tu préfères être un litre de lait, ou avoir Fernandel à la place de la jambe ? money

     

    J'ajoute, humblement, une question moins fantaisiste et plus pertinente:

    Tu préfères perdre la vie après une blessure létale faite à l'arme blanche au niveau du cou, ou crever dans ton sang égorgé comme un mouton à kebab ? he

    ...question subsidiaire:

    Tu préférerais avoir affaire à un demandeur d'asile déséquilibré mais inconnu des services psychiatriques, ou à un islamiste "fiché S" connu de la Police et de la Justice remis en liberté la veille ? he

    C'est toi qui vois... 

     

    Pour le journaliste qui relatera les faits, c'est tout vu...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    7 commentaires
  • Depuis la nuit des Temps Anciens, un leitmotiv revient sans cesse dans les cours de récréation, les préaux, les dortoirs d'orphelinats, les sacristies et autres repaires de jeunes enfants: "Et pis, d'abord, on dit que c'est moi que je commande." où celui qui commandera n'est souvent pas plus intelligent, rarement le plus expérimenté, parfois le plus fort, souvent le plus âgé. On aurait pu espérer un changement des mentalités surtout depuis qu'une des plus anciennes républiques d'Europe occidentale a confié son avenir et son sort à un post-adolescent sans réelle expérience (mais bénéficiant des conseils avisés d'une ancienne professeur de littérature et de théâtre qui fut sienne) et devenu un modèle universel de modernitude .

    "Et pis, c'est moi que je commande, passeque je suis le plus vieux, d'abord..." (ou "la plus vieille"; ou "la moins jeune"...)

    C'est le cas d'une joyeuse bande de copines qui se retrouve temporairement au fin fond de la Nouvelle-Aquitaine, sans leur conjoint(·e) pour faire un peu de lèche-vitrine. Il y aura Brigitte, Melania, Akie, Cecilia, Sophie, Jenny et même Małgorzata (pour rester entre filles, Joachim, le seul garçon de la bande, est laissé en Germanie avec sa panoplie de petit chimiste).

    En tant qu'"aînée", c'est Brigitte qui a mis au point l'emploi du temps du week-end dans cette charmante station balnéaire et ses environs: pendant trois mois elle en a soigneusement organisé et fignolé tout le programme:

    itinérance villégiaturelle au cœur d'Espelette et shopping chez les marchands d'espadrilles et de chocolat (au piment)

    partie de pelote (annulée sur place au dernier moment par l'organisatrice: ce n'est pas du tout ce qu'elle croyait...)

    escapade gourmande à Biarritz à "l'Auberge  de Saint-Pée" (annulée à cause du trop grand nombre de policiers présents en ville: un tir de LBD est vite arrivé...)

    visite d'une manufacture de bérets (annulée à la demande expresse de M. Bernard-Henri Lévy)

    cure thermale éclair optionnelle à Cambo-les-Bains et visite de la maison de Cyrano de Bergerac

    thé-discussion à bâtons rompus sur l'avenir des océans et sur l'égalité entre les femmes les hommes et les autres sexes ou genres

    initiation à la langue basque: origines, traditions, spécificités, littérature et oralité, etc... (annulé par le formateur) [MàJ: formateur parti évangéliser soldats de Daesh]

    spectacle de corrida (annulé à la demande des propriétaires de taureaux et des aficionados )

    démonstration d'"hommes forts" ou "Aizkolariak" (annulée à la demande des épouses des sportifs)

    rencontre avec les jeunes surfeurs de la côte basque (annulée à la demande des maîtres-nageurs sauveteurs du club Mickey)

    On me rétorquera que c'est quand-même elle qui connait le mieux la région (elle y a été faire un bref passage au mois de mai) et, comme son papa était confiseur-chocolatier, c'est elle qui est le mieux placée pour marchander et discuter du prix chez les marchands de chocolat d'Espelette.

    C'est pas faux.

    Mais nul doute que toutes repartiront vers leur morne existence, toutes éblouies de ce court séjour chez leur correspondante française.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  • ...les "parklets" arrivent dans Paris

    D'après wikipedia:

    Un parklet est une extension de trottoir qui offre plus d’espace et de commodités aux usagers de la rue. Les parklets sont généralement installés sur des emplacements de stationnement et en utilisent plusieurs places [2 ou 3 en moyenne]. Les parklets s'étendent généralement du trottoir jusqu'à la place de stationnement adjacente.

    Les parklets sont destinés aux passants. Les parklets offrent un lieu pour s’arrêter, s’asseoir et se reposer tout en profitant des activités de la rue. Dans les cas où un parklet n'est pas conçu pour accueillir des personnes, il peut fournir de la verdure, des œuvres d'art ou tout autre équipement visuel. Un parklet peut accueillir un parking pour vélos, ou un parking pour vélos peut être associé.

    Un parklet peut être considéré comme permanent, mais il doit être conçu pour pouvoir être enlevé rapidement et facilement en cas d’ urgence ou pour d’autres raisons, telles que le déneigement sans dommage pour le trottoir ou la rue. Dans sa conception initiale, un parklet est toujours ouvert au public.

    Les automobilistes parisiens à qui Anne Hidalgo semble vouloir offrir ce cadeau pour donner un petit air de San-Francisco -et pour favoriser la vie de quartier...- sont parfois moins enthousiastes, même si "...chaque parklet vise à incarner l’esprit du quartier dans lequel il est installé. "Dans le IVe, il est végétalisé et fait honneur à la nature en ville. Le parklet du XVe est destiné à la réparation de vélos alors que celui du XVIIIe s’intéresse plus à la culture en proposant des petits concerts et des réunions de quartier..." 

    grâce à Anne Hidalgo... (j'aime beaucoup le "nos places de parking" !)
       
    grâce à Anne Hidalgo...  le comble du foutage de gueule
       
    grâce à Anne Hidalgo...  
       
    grâce à Anne Hidalgo...  
       
    grâce à Anne Hidalgo...  
       
    grâce à Anne Hidalgo...  
    ou, mieux, style "récup'.", anti-bagnole végan...  
    grâce à Anne Hidalgo...  
       

    grâce à Anne Hidalgo...

     

     

    M'en fous: je ne vais plus à Paris... 

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    16 commentaires
  •  

    On ne me dit jamais rien... Par exemple:

    Est-ce que les personnes qui hébergent les enfants djihadistes français de retour dans l'Hexagone ont droit à la prime de rentrée scolaire ?

    Et pour quoi faire avec ?

    On ne me dit jamais rien

    On ne me dit jamais rien

    On ne me dit jamais rien

    ?


    Pareil, en ce qui concerne les réfugiés mineurs isolés sub-sahariens ?

    On ne me dit jamais rien

    On ne me dit jamais rien

    On ne me dit jamais rien

    ?

     

    Alors...?

    On ne me dit jamais rien !...

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  •  

    "Bientôt l'on nous fera payer l'air que nous respirons" (John Ball - prédicateur anglais du XIVme siècle, figure importante de la révolte des paysans.)

     

    Dans un monde futuriste l'environnement est dégradé de façon spectaculaire et l'air est devenu une denrée rare...

    toute ressemblance... etc... etc...

    "Dans un monde futuriste (lors de la sortie du livre en 1973) l'environnement est dégradé de façon spectaculaire et l'air que nous respirons est devenu une denrée si rare qu'il est désormais rationné et facturé; inversement toute consommation inférieure à la norme établie est aussitôt suspectée et réprimée par un "Big Brother" de l'environnement et des finances.

    "L'homme a maintenant un "compteur à air" greffé sur le dos et est tenu de l'économiser au point qu'il est strictement interdit de se livrer à des abus tels que "respirer des fleurs, monter un escalier en courant ou rire, simplement".

    "Des émeutes éclatent régulièrement en raison de l'augmentation du prix de l'air. De nouveaux compteurs, toujours plus "performants" et plus coûteux sont régulièrement imposés à la population...

    "Dans certains quartiers l'air est si pollué qu'il est gratuit et les gens y meurent dans une indifférence générale tandis que, dans d'autres quartiers, des enfants aisés jouent et courent dans des espaces-verts réservés avec leur animal de compagnie... 

    toute ressemblance... etc... etc...

    Toute ressemblance avec... etc... etc...

    L’histoire est racontée par un jeune garçon qui traverse les différents quartiers de la Ville, à travers des rues vides et sans vie...

    toute ressemblance... etc... etc...

    toute ressemblance... etc... etc...

    toute ressemblance... etc... etc...

    toute ressemblance... etc... etc...

    toute ressemblance... etc... etc...

    toute ressemblance... etc... etc...

    toute ressemblance... etc... etc...

    Dans un monde futuriste... forcément.

     

     

     

     

     

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    22 commentaires
  •  

    "Tous radicalisés" et "tous ultra" 

    L’exécutif reste fidèle à sa stratégie: assimiler quelques centaines de casseurs, bien souvent des "black blocs", à l’ensemble des "gilets jaunes"

    radicalisation

    radicalisation

    Gilet jaune ou black bloc ?

    Black bloc et gilet jaune ?

    radicalisation

    radicalisation

    radicalisation

     radicalisation

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique