• Oh, purée...!

     

    Si vous avez le souvenir bien vivace et un peu ému d'avoir dansé comme une bête sur cette chanson, vous faites malheureusement maintenant partie des personneuzarisques.

    Si vous ne vous souvenez vraiment pas, pas du tout... Ben, euh, ça arrive à tout le monde, la chaleur, la fatigue... N'oubliez pas (si possible) de faire mixer votre tranche de jambon pour aller avec. N'essayez pas la chorégraphie.

    Si vous ne connaissez pas, c'est que vous êtes trop jeune... Vous voyez à quoi vous avez échappé...! (mais non, c'était bien quand-même.)

    La chorégraphie commence par un pas en arrière d'une jambe, avec le talon tourné vers l'intérieur. L'autre pied est alors légèrement positionné en arrière par rapport à l'autre, lors de la première pause. On s'appuie ensuite sur la plante du pied de départ, talon tourné alors vers l'extérieur. Il convient de répéter ces pas en changeant de pied et ainsi de suite. source ↵

     

     

     

    « JE NE SUIS PLUS UN ABRUTI...![Dernière volonté] »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Pangloss
    Lundi 17 Août à 09:37

    J fais partie de ces rares personnes qui, quand ils voyaient ou entendaient Johnny Halliday, avaient honte pour lui.

    2
    Souris donc
    Lundi 17 Août à 10:04

    C'était le prototype du yéyé. Une génération assimilée à ce genre musical populaire. Ceux que l'on insulte maintenant avec "OK boomer !" (= ferme-la, vieux con).

      • Lundi 17 Août à 17:50

        @ Souris donc... !

        Ben ouais...

        On est passé de l'appellation de "baby-boomers" qui yéyaient, à celle des "papy-boomers" qui yoyotent...! c'est la (fin de) vie...

         

        A propos, pas tout-à-fait, mais un peu quand-même, j'ai été un peu étonné et déçu de ne pas lire votre opinion sur :

        http://aumilieuduvillage.eklablog.com/rockcorrection-a183883798,...

        ... un article où :

        "Thierry Bouzard analyse le rôle culturel de Chuck Berry, inventeur du rock-n'roll, né de la fusion entre la musique afro-étasunienne et la musique country d'origine irlandaise"

        "Chuck Berry : porte-avion des troupes d'occupation culturelles"

        qui se termine par :

        "...L’émergence du rock coïncide d’ailleurs avec l’abandon de la plus longue mémoire musicale de la civilisation européenne quand l’Eglise de Vatican II élimine le grégorien de la liturgie ordinaire."

         

        (mais je dis ça comme ça... wink2 )

      • Souris donc
        Mardi 18 Août à 15:47

        Il fut un temps où Eklablog ne prenait plus mes commentaires. Chez vous et chez le Dr Wo. Je pense que j'ai sûrement essayé de tourner le compliment.

        Même si Chuck Berry n'est pas vraiment dans mes cordes.

      • Mardi 18 Août à 21:41

        @ Souris donc...

        Il y a souvent des bugs et des "maintenances exceptionnelles" intempestives sur Eklablog... je ne sais pas si j'ai choisi le bon hébergeur, mais j'ai pas trop envie de tout recommencer ailleurs...

         

        Sinon, dans l'article en question, Chuck Berry -et le rock- est un "prétexte" et le symbole : le fond du débat est plus dans le contexte historique, politique, culturel et commercial de l'immédiat après-guerre... et le début d'une "déculturation" made-in-USA (avis que je partage)

         

    3
    Mardi 18 Août à 15:02
    Jacques Etienne

    Sans être vraiment un fan, j'ai beaucoup apprécié un Johnny plus tardif mais ce que vous nous offrez là me paraît vraiment sévère ! Je me demande sincèrement ce que j'ai bien pu faire au Bon Dieu pour que son représentant sur terre m'impose tel châtiment ! La chorégraphie, les paroles, la prise de vue, tout est à chier ! 

      • Mardi 18 Août à 21:32

        @ Jacques Etienne...!

        Pardonnez -leur, à Johnny comme au Bon Dieu et au réalisateur du petit film et aux danseuses... c'était le début du Scopitone et de ce qui allait devenir les (vidéo)clips actuels, il n'est pas sûr qu'on ait gagné au change...

        Cadeau ?

        ...!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :