• Moi, j' détricote dans un coin...

     

    Moi, j' détricote dans un coin...

    Les historiennes Laurence De Cock et Mathilde Larrère détricotent la brûlante actualité pour l'inscrire dans le temps long, chroniquent les tentatives d'instrumentalisation et font réfléchir à l'utilité de l'histoire et à d'autres récits. 

    (Médiapart)       

    Moi, j' détricote dans un coin...

     

     

     

     

    pardon à Odette Laure !
     

    J' détricote, j' suis idiote...
    J' détricote, j' suis idiote...

    Moi, j' détricote dans un coin,
    J' suis idiote, j' suis idiote..

    Moi, j' détricote dans un coin,
    J' suis idiote et je n' vois rien...

    Moi, j' détricote dans un coin,
    J' suis idiote, j' suis idiote...

    J' suis idiote, j' sais bien
    Mais je m' sens bien.

    Moi, j' détricote dans un coin...

    ...ce qu'on entend habituellement par "idiot·e·s util·e·s", mais qui ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Moi, j' détricote dans un coin...

     Biographies autorisées:

    Laurence de Cock est professeure agrégée d’histoire-géographie en lycée dans la région parisienne elle s'investit à partir du milieu des années 2000 dans les débats concernant l'enseignement de l'histoire dans le secondaire en soutenant le « Premier appel » des Indigènes de la République.Elle est membre du bureau du Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire (CVUH), fondés par les historiens Gérard Noiriel et Nicolas Offenstadt.  En 2011, elle cofonde, avec Emmanuelle Picard, Patricia Legris et Suzanne Citron, le site internet "Aggiornamento Histoire-géo" consacré aux "réflexions et propositions pour un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie du Primaire à l'Université"

    À partir du début des années 2010, elle commence à publier des articles sur l'enseignement de l'histoire en France tout en travaillant à une thèse de doctorat en sciences de l'éducation, intitulée "Le fait colonial à l’école : genèse et scolarisation d’un objet de débat public, scientifique et mémoriel (des années 1980 à 2015) - essai de socio-histoire du curriculum", qu'elle soutient en 2016 à l'université Lumière-Lyon-II sous la direction de Françoise Lantheaume. Ses recherches portent sur l'enseignement de l'histoire et l'articulation entre l'universalisme républicain et la diversité culturelle.

    Dans le même temps, elle participe à la rédaction de plusieurs manuels chez Nathan  et est chargée de cours en didactique de l'histoire et pédagogie depuis 2005 à l'université Paris-Diderot.

    Elle se déclare "engagée à gauche" et "proche du mouvement "Ensemble" (Ensemble, mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire). Elle intervient et est citée principalement dans des médias classés à gauche ou au centre-gauche (France Culture, L'Humanité, Libération, Marianne, Le Monde, Le Monde diplomatique).

     

     

    Mathilde Larrère,est spécialiste des mouvements révolutionnaires et du maintien de l’ordre en France au XIXe siècle.

    Elle adhère au Parti de gauche  en 2012. Lors des élections municipales de 2014 à Paris, elle est candidate sur la liste PG du 12e arrondissement. Elle quitte le PG en janvier 2016, après des désaccords politiques .

    En 2016, elle reproche à Nicolas Sarkozy d'avoir déclaré : "Quelle que soit la nationalité de vos parents, jeunes Français, à un moment où vous devenez français, vos ancêtres, ce sont les Gaulois et c'est Vercingétorix". L'historienne estime en effet que "chercher ce type d'origines fantasmes à la nation française a un sens historique". Elle a également critiqué certaines prises de positions de François Fillon, Manuel Valls, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron concernant divers éléments de l'histoire de France tels que la colonisation ou l'ordonnance de Villers-Cotterêts (août 1539, qui réduit certaines prérogatives des villes et rend obligatoire la tenue des registres des baptêmes, mariages et sépultures par les curés).

    Elle est membre du collectif "Le temps des lilas" (Le temps des lilas se veut "un laboratoire de réflexion alternatif". qui préconise les LILAS "Libres d’Inventer Les Autres Solutions". C'est un collectif fondé en juillet 2016 par des militants de gauche politique ou associative, son objectif est de réfléchir aux solutions qui permettraient de "construire et de mettre en œuvre un programme radicalement alternatif, ainsi que le cadre politique démocratique nécessaire à sa promotion".).

    Inscrite sur le réseau social Twitter depuis 2013, elle y publie des éphémérides historiques sous forme de "mini-cours"

     

     

    Un petit "best worst of" de leurs petites vidéos "éducatives et humoristiques *"

     

    Les détricoteuses: vive le récit national!

    En ces temps de campagne présidentielle s'invite l'idée d'enseigner aux enfants un beau récit qui, des ancêtres gaulois aux colonies, permettrait à nos têtes blondes d'être "fiers d'être Français" Ajoutée le 30 nov. 2016

     

     

    Les détricoteuses : l'école, c'était mieux avant?

    Les jeunes Français ne savent plus écrire ni compter, les instituteurs n'ont plus d'autorité et il faut revenir au port de l'uniforme : à la faveur de la campagne électorale, un discours en sépia sur l'école se répand sur les ondes. Ce qui a le don d'agacer nos deux historiennes. Ajoutée le 18 janv. 2017

     

     

    Les détricoteuses : Le grand méchant remplacement

    Les idéologies nauséabondes nées à l’extrême-droite se diffusent et se banalisent de plus en plus, grâce au web en particulier et les activités frénétiques de la "fachosphère". Le "Grand Remplacement" est l’une d’elles. Nos deux "détricoteuses", Laurence De Cock et Mathilde Larrère vous proposent un petit contre-poison. Ajoutée le 1 févr. 2017

     

     

    Historytelling. Clovis a-t-il été baptisé dans le vase de Soissons ?

    Détricoter la brûlante actualité pour l’inscrire dans le temps long, faire réfléchir à l’utilité de l’Histoire et à d’autres récits : le rendez-vous mensuel des historiennes Laurence De Cock et Mathilde Larrère s’organise en trois volets. Dans "Historytelling", la proposition alternative de récit national, les Détricoteuses se plongent dans le baptême de Clovis, premier roi des Francs. Ajoutée le 25 déc. 2017

     

     

    Vade Retro Sarrasinas ! Que s'est-il passé à Poitiers ?

    Détricoter la brûlante actualité pour l’inscrire dans le temps long, faire réfléchir à l’utilité de l’Histoire et à d’autres récits : le rendez-vous mensuel des historiennes Laurence De Cock et Mathilde Larrère s’organise en trois volets. Dans "Historytelling", la proposition alternative de récit national, les Détricoteuses se confrontent à la bataille de Poitiers, en 732. Ajoutée le 30 janv. 2018

     

     

     

     Et une bref aperçu de leurs préoccupations et de leurs style sur le blœurg de Médiapart:

    à 2 ou à 4 mains:  

    Moi, j' détricote dans un coin...

     

     

     

     

     

    (mais réservé exclusivement aux gentils abonnés...)

    Quand la droite prend la rue

    22 mars 2017 Par Laurence De Cock et Mathilde Larrère

    Soutien de De Gaulle au sortir de Mai-68, défense de l’école privée en 1984, « Manif pour tous », rassemblement pour Fillon au Trocadéro… malgré les a priori, la tradition de manifestation existe aussi à droite. Quelles différences historiques avec les manifs de gauche ?

     

    Vous reprendrez bien une petite pastille Vichy?

    19 avril 2017 Par Laurence De Cock et Mathilde Larrère

    Marine Le Pen a rouvert le dossier de la responsabilité de la France dans la rafle du Vél’ d’Hiv’. En reprenant la doxa gaulliste qui prétend que "la France" était à Londres pendant l’Occupation, le Front national, fondé par des anciens de Vichy biberonnés à l’antisémitisme, tente ainsi de se dédiaboliser.

     

    Les académicien.nes n’aiment pas trop les nénufars

    25 décembre 2017 Par Laurence De Cock et Mathilde Larrère

    Le français, une citadelle menacée ? Alors que les crispations sont légion, les Détricoteuses revisitent l’histoire du français, une langue vivante, changeante, construite comme un instrument de domination. Une histoire faite de coups de force, mais aussi de résistances et de merveilleux métissages qui n’ont aucune raison de cesser.

     

    France, qu'as-tu fait de ta tradition d'asile?

    30 janvier 2018 Par Laurence De Cock et Mathilde Larrère

    "Le peuple français donne asile aux étrangers bannis de leur patrie pour la cause de la liberté. Il le refuse aux tyrans." Voilà ce que disait la Constitution de 1793. La révolution proclamait à la face du monde la tradition d'asile de la France. Aujourd'hui, on peut légitimement se demander ce que le pays a fait de cette belle déclaration.

     

    Vague brune sur l’histoire de France

    29 août 2012 Par Laurence De Cock

    Ceux qui souhaitent réintroduire les valeurs nationalistes et chrétiennes à l’école continuent de mentir sur la manière dont l’histoire est enseignée aux enfants.

    A la rentrée 2010 déjà, puis en 2011 jour pour jour, Dimitri Casali attaquait les nouveaux programmes d’histoire-géographie en prétendant que ceux-ci ne faisaient plus "aimer la France". Relayée par certains médias complaisants au nom de la défense de l’"identité nationale", cette campagne avait d’abord pris la forme d’une pétition largement signée où se côtoyaient  Max Gallo, Stéphane Bern, Frédérik Gersal et Eric Zemmour...

     

    Comment enseigner l’histoire du genre et des homosexualités à l’école ? 

    8 nov. 2012 Par Laurence De Cock

    Le genre est aujourd’hui devenu un courant important et reconnu des sciences sociales à l’échelle internationale. Certains chercheurs tels que Joan Scott ont largement contribué à sa définition et son institutionnalisation en montrant comment cette nouvelle perspective pouvait permettre de renouveler notre lecture du monde...

     

    L'école saisie par le management antiterroriste

    29 nov. 2014 Par Laurence De Cock

    Mediapart a révélé la mise en circulation, dans l'académie de Poitiers d'un document adressé aux chefs d'établissements et destiné à sensibiliser les cadres à d'éventuelles radicalisations religieuses chez les élèves. Le document ne laisse planer aucun doute, dans le contexte de surexposition médiatique des jeunes Français dits "Djihadistes", sur la cible exclusive de ce document : les élèves déjà/supposés/potentiellement musulmans.

     

    Autres œuvres littéraires...

    "Paniques identitaires"

    de Laurence de Cock et Régis Meyran:

    Femmes en burkini suscitant des bagarres, cafés noyautés par des musulmans et "interdits aux femmes", viols effectués par cinquante individus musulmans à Francfort… Depuis quelques années, des informations inventées de toutes pièces ont pris de l’ampleur dans les grands médias, dans le but d’entretenir la peur d’un ennemi supposé menacer la nation et ses valeurs.

    Ces paniques identitaires ne sont pas de simples rumeurs : elles apparaissent dans un contexte de défiance démocratique et sont relayées par des journalistes et des politiques, avant de s’évanouir du jour au lendemain. Mettant en scène le corps pur de la nation à protéger contre les Roms, les musulmans mais aussi l’héritage de Mai 68, la diversité, la « théorie du genre » et le communautarisme, ces récits révèlent en creux les formes actuelles de la domination et de la stigmatisation. Dans ce livre, une dizaine de spécialistes en sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie, science politique) montrent en quoi ces paniques identitaires viennent nourrir le renouveau du nationalisme français, en train de se reformuler et d’occuper presque tout l’espace médiatique.

     

    "La fabrique scolaire de l'histoire" 

     

    "Des intrus en politique : femmes et minorités : dominations et résistances"

    de Mathilde Larrère et Aude Lorriaux:

    Nos représentants politiques ont longtemps été des hommes blancs et aisés. Aujourd'hui la situation change et quelques places ont été cédées à des femmes, des personnes racialisées, issues des classes populaires ou homosexuels.

    Pourtant pour ces intrus, le système politique s'apparente à une arène, tant le fait d'y entrer et de s'y maintenir relève de stratégies de combat. Attaques personnelles, soupçons d'incompétence, manoeuvres collectives : tout est bon pour juguler l'ouverture. Mais les nouveaux entrants ne sont pas démunis : jouer un rôle, se fondre dans le moule, brandir sa différence sont quelques-unes des multiples armes dont ils disposent, dont certaines à double tranchant.

    Mathilde Larrère et Aude Lorriaux réussissent le double pari d'expliquer ces luttes sur le temps long de l'histoire depuis la Révolution française, et à hauteur de femme et d'homme. Elles ont interrogé plus de trente personnalités politiques, au plus haut niveau de responsabilité comme au niveau local, au sein des institutions comme à l'intérieur des partis. Une exploration rare de ceux qui, longtemps exclus du pouvoir, parviennent à s'y hisser.

     

     

     

    Moi, j' détricote dans un coin...

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Mercy pour ce moment !!!Sweet crazy little "mad" Max »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    jean-marc
    Vendredi 2 Février à 19:10

    J'ignorais jusqu'à l'existence de ces 2 salopes.Merci Bedeau d'avoir comblé ce manque de culture

      • Vendredi 2 Février à 20:51

        En plus des blogs de Médiapart, il y a de quoi faire avec "Désintox" à Libé, "les Décodeurs" au Monde, "le Vrai du Faux" sur France-Info, "le Vrai faux de l’info" sur Europe 1...

        ...et j'en oublie certainement, sans oublier les prises de position de Président Trogneux  à propos des médias indépendants

         

    2
    Vendredi 2 Février à 22:58

    Une faille l'envers...Une faille l'endroit...

      • Samedi 3 Février à 17:39

        ... jusqu'au jour où l'endroit sera remis à l'endroit, envers et contre tout·e·s...

         

        (encore Marsault, mais bon... ça dit bien ce que ça veut bien dire)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :