• Médusé, je suis...!

    Mé-du-sé...!

    New-York, 13 octobre... Les féministes du mouvement #MeToo, détournant la mythologie grecque et l'histoire de Persée décapitant Méduse suite à des histoires compliquées comme seuls les Dieux ou les Héros ("Déesses et Héroïnes", pardon madame) de l'Antiquité savaient en inventer, avec les célébrités incontournables préférées de hellènes -Zeus ou Poséidon par exemple- pour les faire raconter à la veillée par les plus grands  poètes de l'époque... Mais bon... 

    Les féministes du mouvement MeToo, donc, installent la statue d'une femme, un sabre dans une main et une tête d'homme coupée dans l'autre face aux bâtiments de la Cour Pénale, un clair symbole de la rage féminine, parait-il parait-elle...

    Et, pendant ce temps là... 

    Médusé, je suis...! 

    Mais parmi les féministes, cette statue fait débat : elle a été réalisée par un artiste mâle et blanc,  alors que #MeToo, comme chacun(e) sait, est à l'initiative d'une femme racisée. Et, en outre, certaines craignent que les passants n'y voient qu'une statue de femme à poil de plus... pas très "empouvoirant", tout ça, comme on dit.

     

    On me dit que Alice Coffin en aurait commandé une miniature à son effigie dans une boule en verre avec la neige qui tombe dessus quand on la retourne *.

    * la boule en verre, qu'on retourne.

     

     

     

    « Maintenant, je sais...un jeune, armé d'un jouet et d'un canif »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    #CountMeOut
    Dimanche 18 Octobre à 23:55

    Pauvre Méduse, obligée d'aller nue, sans armure, sans bouclier, à l'épée dans un combat à l'issue incertaine, alors qu'elle détient le pouvoir de pétrifier tout mortel croisant son regard. Si la décapitation est intervenue post petrificationem, l'épée est alors un sabre laser façon Star Wars, ce qui n'apparaît pas assez nettement (faudra demander aux avocats de George Lucas ou de Disney). Le sculpteur est un imbécile, comme ses commanditaires, en plus de n'être pas très talentueux. La tête de la virago n'est pas très réussie ; celle du monsieur ne semble pas être celle de Trump alors que cela s'imposait pour des gauchistes provocateurs femelles.

    Seul mérite de cette anecdote : nous rappeler le célèbre et désopilant "combat des Gorgones et des Méduses" évoqué par l'inculte eurokollabo Giscard dit d'Estaing qui était aussi l'inventeur du trilogue, le dialogue à trois (on en déduit que le décalogue n'est pas ce qu'un vain peuple pensait avant Giscarat, mais une conversation à dix personnes). L'immense Boutang avait fait un sort à ces deux kronneries dans un Précis de Foutriquet qui mériterait une suite, L'imprécis de Foutriquet 2.0. Entre le charabia et les crimes contre la France, y'aurait de quoi écrire, garçon -- facétie pour saluer le très justement oublié Jeando, enfin mis à sa vraie place dans le cimetière de la littérature mondaine (ce qui n'empêche pas que La gloire de l'Empire était un plaisant livre de et pour khâgneux).

    Les histoires compliquées de la mythologie antique sont fort bien racontées par Jean Duché dans sa Mythologie racontée à Juliette, moins connue que sa délicieuse Histoire de France racontée à la même. Autre époque, autres époques...

    Très bien, "empouvoirant". ;-)

      • Lundi 19 Octobre à 15:20

        @ #CountMeOut...

        L'erreur de l'artisse et de ses commanditairesses, c'est de n'avoir pas déboulonnée (une de plus ou de moins...) la statue de "Persée tenant la tête de Méduse", que certains continuent de considérer comme un chef-d'œuvre de la Renaissance italienne (blanche, colonialiste et catholique...?). Et de n'avoir pas réécrit cette histoire en tenant compte des progrès des Sciences Sociétales : on a bien réécrit "Tintin au Congo" et "Les dix petits nègres" dont tout le monde avait au moins entendu parler, alors un vieux texte écrit en latin (peut-être, ou peut-être pas ?) en je ne sais combien de siècles Avant Notre-Ere, qui s'en soucierait ?

        Quant au "Combat entre les Gorgones et les Méduses", je n'en avais jamais entendu parler... pas plus que de la rencontre entre "Zadig et Voltaire" qui a été relatée dans le livre préféré d'un ancien ministre.

         

        ("empouvoirant" n'est pas une invention de moi, mais une découverte sur le site "TerraFemina", "Actus et réseaux au féminin" -dernier dossier : "Comment gérer le 'syndrome Cendrillon' pendant le couvre-feu", pour celleux que ça intéresse)

         

      • #CountMeOut
        Lundi 19 Octobre à 16:50

        @bedeau : On voit que vous n'avez pas lu le chef-d'oeuvre de giscarat intitulé "Diamocrassie française" (diam, c'est le Canard ; crassie, c'est moi). Heureux mortel ! Et que(ue) dire du "Passage", dont je n'ai pu lire que trois pages... (je ne connais qu'une amie prof de lettres pour l'avoir lu entièrement, habituée qu'elle était au sabir des élèves).

        Dans le même registre que le combat des Gorgones et des Méduses, y'a l'admirable déclaration de babarre cherchant à jouer les intellectuels, et déclarant chez pivot que son film préféré était "monsieur le maudit, de Fritz Lang". Grand moment de télévision.

         

      • Lundi 19 Octobre à 17:53

        @ #CountMeOut...!

        Je n'ai pas lu non plus "Vérolution" (le détournement de titre est de moi, à l'instant..) le "best-c'est l'heure" du "jeune homme si parfait", devenu -à ce qu'on dit- Président de la République.

        Il y écrit que (jeune homme parfait ou pas) "Gide et Cocteau étaient mes compagnons irremplaçables."... je ne sais pas si c'était d'une compagnie bien gaie pour un jeune homme (parfait ou pas) vivant chez sa mère-grand... Toujours est il que "La France se passionne pour le bas-ventre du président Macron" (attention : vidéo humour France-Inter)

         

      • #CountMeOut
        Lundi 19 Octobre à 18:05

        Z'avez dit l'oxymore qui tue : "Humour" et "France Inter". Non auditur ! ;-)

        Gide et Cocteau comme auteurs de prédilection, ça en dit long.

      • Lundi 19 Octobre à 20:28

        @ #CountMeOut...?

        Un progressiste transgressif bon teint comme Jean Genet peut-il lui aussi avoir sa place dans le Panthéon personnel du mari d'une ancienne professeuse de lettres .

        1. OUI, FORCEMENT
        2. NON (à ce qu'on dit)
        3. CH'SAIS PÔ...

         

    2
    Pangloss
    Lundi 19 Octobre à 10:36

    Bientôt Noël! Pourra-t-on dire "La mère Noël est une ordure"?

      • Lundi 19 Octobre à 15:39

        @ Pangloss...!

        Ni "mère", ni "père"...pourquoi genrer les individu·e·s et binairer les sexes ?

        Ni "Noël"  : en ces temps où la Laïcité Républicaine et Citoyenne est mise à mal par les religions, à éviter !

        Ni "ordures", il faut aller vers le "zéro-déchet" et/ou la fabrication de compost familial.

        Donc, on ne dira rien. Et pis, c'est tout.

        D'autant plus qu'un réveillon avec un maximum de 6 personnes et qui doit se terminer à 21 h., en évitant les volailles élevées et abattues en dépit du bien-être animal, et les poissons et autres fruits de mer chargés de métaux lourds... La Petite Marchande d'Allumettes devait parfois s'éclater plus que ça...!

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :