• Machine à café

    L'autre matin, le Président, sa femme et le p'tit chien sont venus chez moi pour me serrer la pince. Comme je n'étais pas parti, le p'tit chien a dit: "Bon, ben alors... on y va ?" (dans son langage de p'tit chien)

     

    Je leur ai ouvert une fenêtre (sur l'écran) et on s'est retrouvés dans la salle de rédaction du blog: une salle ordinaire avec un correcteur entouré de ses dictionnaires en train de vérifier l'orthographe des articles en cours de publication, un googleur occupé à compulser des tas de fiches de documents et d'illustrations pour étoffer un article, un modérateur qui contrôle le contenu des commentaires avant de les publier... Petite discussion entre vieux amis autour de la machine à café:

     

    Machine à café

     

    moi

    - Bonjour, mon président, comment ça va depuis l'autre fois qu'on s'est vus ?

    lui

    - ???

    moi

    -Ben, oui... le jour de la mise en ligne de ce blog ! Le 6 mai, pour être précis; juste la veille de ta si belle élection... souviens-toi, on discutait ensemble sur ma page d'accueil... 

    elle

    - Qui veut un gâteau ? C'est papa qui les a faits hier soir.

    lui

    - Excusez-la, c'est rien... Être élu est un cursus d’un ancien temps.

    moi

    - Ouais... si on commence comme ça, ça promet rien de bon pour l'avenir de la démocratie et des libertés; remarque, on avait déjà eu un aperçu ces quelques mois de ton activité présidentielle.

    lui

    - La France est en deuil d’un roi

    elle

    - En marche les enfants !... "Dans la troupe, y'a pas d'jambes de bois, y'a des nouilles mais ça n'se voit pas..."

    moi

    - Bigre, un roi ?... et pourquoi ne pas t'auto-sacrer empereur, tant que tu vas par là ? Pas dans la cathédrale de Reims, hein, mais je verrai bien ça à la loge du Grand Orient...

    lui

    - La politique c’est mystique !

    moi

    - C'est celâ, ouii ! et ça paie bien au fait, le métier de président de la France ?

    elle

    - Monsieur Macron, vous passerez me voir dans la salle des professeurs, à la fin du cours.

    lui

    - La politique ne peut pas être un métier ; elle est une mission mais l'essentiel est que l'argent ne se mange pas, il ne se respire pas...

    moi

    - Ça a l'air d'être de la bonne ! Mais parlons-en de la politique ! Ça continue à sentir mauvais entre Trump et Kim Jong-un -tu vois qui c'est: l'américain et le nord-coréen...O.K. ? Tu as quelque-chose à leur dire pour calmer le jeu et éviter un guerre mondiale ? Ils t'écoutent, tous les deux...

    lui

    - Je suis votre chef. Les engagements que je prends, je sais les tenir. Et je n'ai, à cet égard, besoin de nulle pression et de nul commentaire, et  je serai d'une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes.

    elle

    - En marche, et plus vite mes petits !... "J'ai perdu le do de ma clarinette, au pas camarade, au pas au pas au pas...", allez..."Un kilomètre à pied ça use, ça use... Un kilomètre à pied ça use les souliers. Deux kilomètres à pied ça use les souliers…"

    moi

    - Eh ben voila une bonne chose de dite, Chef du Monde !... Je suis content de connaitre en avant-première le prochain Prix Nobel de la Paix ! Tu es sur de ton influence et de ton pouvoir, de ta force à ce point là ? Oui... C'est vrai qu'on t'as vu à la fois en pilote/copilote/radio/mécanicien d'un avion de chasse et commandant/navigateur/quartier-maître sonar/torpilleur d'un sous-marin... tu ne crains pas de provoquer la jalousie de tous les militaires professionnels ?

    lui

    - Les armées ne font pas ce qu’elles veulent, elles ne sont pas autopilotées

    moi

    - Je vois... et toi, Brigitte, tu penses quoi de tout ça ?

    elle

    - Emmanuel, tu passeras me voir dans la salle des professeurs, à la fin du cours.

    lui

    - Elle veut dire "Quand je lis des choses sur notre couple, j’ai toujours l’impression de lire l’histoire de quelqu’un d’autre. Pourtant, notre histoire est si simple".

    moi

    - C'est à Brigitte que je parle ! alors Brigitte ? toi qui n'est plus de la toute première jeunesse, si tu voulais un enfant d' Emmanuel, il te faudrait recourir à la G.P.A... que penses-tu de ces femmes qui s'y opposent, craignant une "marchandisation" du corps de la femme?

    elle

    - Hi hi hi... Attention hein ? Et pis, faut pas confondre la "marchandisation" avec le "merchandising"... ah mais, je suis pas encore gâteuse, et marchandage" aussi mais pas "marchand d'âges" hi hih hi... et d'abord c'est pas du bon français,les deux, ah mais non...et "marchandage" aussi mais pas "marchand d'âges",  hi hi hi...

    lui

    - Elle veut dire que Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. ...

    moi

    - Je vois le genre... bon, et à celles qui se plaignent d'avoir du mal à trouver un emploi qui sera de toute façon moins bien rémunéré que pour un homme ?

    lui

    - Comme elle disait souvent, avant que... avant, quoi! ... ne cherchez plus un patron, cherchez des clients ! car avec la relance des autocars, les pauvres voyageront facilement

    moi

    - Ah, c'est pour ça, alors le coup des mini-jupes... ça n'existait pas déjà, la mini-jupe, quand elle était jeune ? ah, si ?... Bon, passons à des choses plus légères; t'as regardé quoi, Manu, à la télé, ces jours-ci, des films, des chanteurs, des émissions culturelles ?

    lui

    - Il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse.

    moi

    - C'est ce qu'on dit... tu as des preuves ?

    lui

    - Oui... Nous sommes un pays assez unique; un pays de calcaire, de schiste et d'argile, de catholiques, de protestants, de juifs et de musulmans ; un pays qui n'a pas vraiment d'équivalent en Europe par ses contrastes.

     

    moi

    - Mais quand-même... Il doit bien y avoir quelque chose qui fait que la France, et même l'Europe soient autant convoitées par des immigrés plus ou moins clandestins qu'on accepte en dépit du bon sens ?

    lui

    - Je crois que si cela est fait dans le bon ordre, de manière intelligente, c’est une opportunité pour nous. Je veux faire ici la distinction:  il s’agit principalement de réfugiés, c’est-à-dire de femmes et d’hommes qui, pour des raisons politiques, fuient leur pays. Pas de migrants économiques Je crois que c’est la dignité de l’ensemble de nos pays, notamment de la France, d’être à la hauteur des évènements...

    moi

    - Okay... si tu le dis ! Et le terrorisme, bien sûr qui n'est pas lié à tout ça, alors, tu en fais quoi ?

    lui

    - Notre réponse au terrorisme ne peut être que multiple, afin d’y inclure toutes ces dimensions. Elle doit être à la fois sécuritaire, économique, culturelle et éducative, mais on ne peut pas prétendre lutter efficacement contre le terrorisme si on n’a pas une action résolue contre le réchauffement climatique

    moi

    - T'as réponse à tout, hein... t'es vraiment le plus fort des Dieux antiques !!!

    lui

    - J'ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s'ancrer dans de l'immanence complète, de la matérialité mais aussi et surtout, la dimension christique, je ne la renie pas mais je ne la revendique pas.

    elle

    - Manu, tu passeras me voir dans les vestiaires de la salle des profs, à la fin du cours.

    moi

    - Je suis content de t'avoir revu, sacré bonhomme, à la prochaine ?

    lui

    - C'est bien le seul point commun entre-nous: on croise des gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien (sans vouloir être désagréable avec vous et vos rares lecteurs...) . Make our planet great again, et pensez printemps, les amis !!!!

    moi

    - Et le toutou, on l'a pas entendu, jusque là... Il est aussi bien dressé que tes ministres et tes députés, pas un mot sans l'accord du grand patron... Alors, Némo, lâche-toi... qu'est qu'on dit aux visiteurs du blog, avant que papa et mémé te raccompagnent dans ta coucouche...

    toutou

     

     

    elle

    - Quelqu'un veut encore un petit gâteau ?

     

    lui

    interview

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    NB. il va sans dire que toutes les déclarations notées en italique sont authentiques et signées "Macron", même si je n'ai pas cité leur contexte... et que je les ai un tout petit peu détournées de leur sens initial...Machine à café

     

    « Ami.e.s hidalgosien.ne.sSoyons moins nauséabonds (leçon 1) »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :