• Le discours appaisant sur l'islam...

    Un article trouvé sur internet... modestement, rien à retrancher, rien à ajouter...

    Ces voies détournées par lesquelles les attentats favorisent l'islamisation de l'Europe

    Le discours appaisant sur l'islam

    Le discours post-attentat est désormais tellement bien rodé qu’un ordinateur pourrait écrire les articles à la place des journalistes. Seuls les noms et les dates sont à changer.

    Le discours appaisant sur l'islam

    Le récit se répète comme une ritournelle : l’islam n’y est pour rien, les terroristes sont une poignée de fous radicalisés sans lien avec l’islam ; ils lui font même un tort considérable ; d’ailleurs, les musulmans figurent aussi parmi les victimes, même si ce ne sont jamais les lieux ou les symboles musulmans qui sont visés. Et face à ces actes odieux, il faut certes prendre des mesures sécuritaires, y compris en détruisant les bases des terroristes à l’étranger, mais la meilleure réponse est surtout de ne rien changer, de continuer à vivre comme avant, de préserver nos valeurs et nos libertés, et surtout de rester unis en s’aimant les uns les autres car les pays européens n’ont pas d’ennemis.

    Ce discours apaisant, centré sur la lutte contre le terrorisme, peut évidemment se justifier par la volonté d’éviter les violences intercommunautaires. Cette crainte a pu sembler d’autant plus sérieuse que, d’après Gilles Kepel, les violences interreligieuses sont justement supposées faire partie du plan des théoriciens de l’Etat islamique.

    Toutefois, cette grille de lecture est-elle la bonne ? Pire : ne conduit-elle pas à faire fausse route ? Le scénario noir des affrontements communautaires ne s’est pas réalisé. La répétition la régularité des attaques sanglantes permettent maintenant d’avoir un peu de recul. La démonstration a été faite : dans aucun pays, les Européens ne sont descendus dans la rue pour s’en prendre aux musulmans. C’est même tout le contraire. En France, les actes islamophobes ont baissé et l’image des musulmans s’est plutôt améliorée. Et chaque nouvel attentat renforce un peu plus les appels à l’amour, rejetant encore plus loin tout débat sur les causes des problèmes, et sur l’islam en général. Que ce soit par crainte d’un basculement dans la guerre civile, ou par empathie envers une population musulmane qui est vue sous l’angle de la seule victimation, les pouvoirs publics s’attachent prioritairement à écarter tout débat de fond pour se cantonner éventuellement aux problèmes d’organisation institutionnelle, ce qui paraît aussi dérisoire qu’inefficace. La critique de l’islam est découragée, voire sanctionnée, au moins moralement. Critiquer l’islam devient un sport de combat. A-t-on encore le droit de dire que l’on n’aime pas l’islam ? Ne pas être en admiration suffit à rendre suspect. Et ne parlons pas de la dénonciation de l’obscurantisme religieux, qui n’est manifestement plus d’actualité au pays de Descartes et de Voltaire. 

     

    Mais le problème ne s’arrête pas là. En partant du principe que l’islam ne pose aucun problème, voire que les musulmans sont eux-mêmes aux premières loges des victimes du terrorisme, une réponse coule de source : il faut faciliter son développement. C’est tout le paradoxe de notre temps : loin d’avoir provoqué un rejet de l’islam, le terrorisme favorise  un processus d’accommodement et d’encouragement. Proposer un moratoire sur la construction de mosquées relèverait purement et simplement de l’hérésie, à l’heure où le discours institutionnel ne tarit pas d’éloges sur la civilisation islamique, à laquelle la civilisation européenne apparaît tellement redevable.

    On peut voir dans cette attitude une belle manifestation de tolérance et d’ouverture. « Vous n’aurez pas ma haine » disait un écrivain dont la compagne a été tuée au Bataclan. Mais en matière politique, les appels à l’amour ne sont pas plus satisfaisants que les appels à la haine. L’amour et la haine dépolitisent et rendent aveugles : ce sont deux attitudes qui conduisent à ne pas aborder frontalement les problèmes. Or, est-on bien certain que le développement de l’islam soit la meilleure stratégie ?

    Si l’islam devient un jour majoritaire, la société française sera-t-elle toujours la même ou sera-t-elle radicalement transformée ? Une société dans laquelle la majorité des femmes est voilée offre-t-elle les mêmes conditions de vie et de tolérance mutuelle qu’une société où la majorité des femmes n’est pas voilée ? Telles sont les questions à laquelle doivent maintenant répondre les dirigeants politiques car, selon la réponse qu’ils feront, la stratégie à mettre en œuvre sera très différente. Dans tous les cas, le point crucial est de savoir quelle peut être la place de l’islam dans les pays européens. Comment et à quelles conditions peut-il s’intégrer dans un cadre démocratique ? Plus nous retardons ce débat, moins l’intégration pourra se réaliser de façon consensuelle et pacifique. L’islam a beau être une religion minoritaire, il lance des défis considérables aux démocraties européennes. Le pire serait que ces défis finissent par être totalement écartés à cause du terrorisme. Ce qui est peut-être aussi le souhait des terroristes, car ceux-ci nous connaissent probablement bien mieux que nous ne les connaissons.

     

    par Vincent Tournier sur ATLANTICO

     

    Vincent Tournier est maître de conférence de science politique

    à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

    « Y'a pas comme un ras le bol ?Y'a pas comme un ras le bol ? (MaJ) »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :