• JE NE SUIS PLUS UN ABRUTI...!

    comprenne qui pourra...  

    l'ABC du port du masque (et le "D", aussi)

    J'ai enfin tout compris sur le port du masque..

    Quand on m'explique calmement comme l'a fait monsieur Véran, qui est ministre de la Santé, hier ou avant-hier, je ne suis pas plus bête qu'un autre (ou alors pas beaucoup plus)

    Je vais sauver des vies...!

    Je dois mettre un masque: 

    A... quand on est A risques,

    B... quand on est dans un lieu Bondé,

    C... dans les endroits Clos

    D... quand la Distance est impossible à gérer

     

    C'est facile...

    En plus, j'ai un moyen pas difficile pour m'en rappeler, et j'ai encore la cassette :

    PS.: J'aurais bien vu Sibeth Ndiaye, en tant que porte-parole du gouvernement, adapter cette chanson en conférence de presse... Dommage.

    PPS.: Pas de panique.. Je rigole... Et j'espère être presque aussi rigolo que Monsieur le Ministre croyait avoir l'air sérieux en faisant cette déclaration essentielle... La preuve, cet article est classé dans la rubrique "Et on peut plus rigoler, m... alors !"... Je me moque, mais c'est pas moi qu'a commencé, d'abord...

    d'après un article de "boulevard Voltaire"

     

    Et, dans la foulée...
    le ministre de l'intérieur conseille   le ministre de la justice conseille
    je dois appeler la police :   tu peux échapper à la prison :

    A... si je suis responsable d'un Accident,

    B... quand je rencontre un Bandit,

    C... quand je suis victime d'un Crime,

    D... quand je commets moi-même un Délit.

     

    A... si tu as choisi le bon cabinet d'Avocats,

    B... quand tu as fait Bobo sans le vouloir,

    C... si tu retournes te cacher dans ta Cité,

    D... si la juge ne te trouve pas Dangereux.

     

     

     

     
    « L'obsolescence de l'HommeOh, purée...! »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Vendredi 14 Août à 17:13

    Les infos en continu nous soûlent avec le masque, c'est leur marronnier.

    Un marronnier en journalisme est un article ou un reportage d'information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible. Les sujets « débattus » dans un marronnier sont souvent simplistes, parfois mièvres. (Wiki)

     Y en a marre du marronnier. Et du con vide.

      • Vendredi 14 Août à 19:42

        @ Souris donc....

        Oui, mais (en même temps), le marronnier en plus d'être simpliste ou mièvre -parfois agaçant par sa répétition systématique- a souvent un côté "bon enfant", "clin d’œil" aux chers zauditrices et diteurs... et surtout il reste habituellement en dehors du champ de la politique (au sens large du terme) et des polémiques, polémiques allant jusqu'au mépris ou à la haine et à la violence verbale et physique. Exemples : les premières chutes de neige et les bouchons sur la route des vacances en juillet-août, ou la rentrée des classes et les résultats du baccalauréat, ou la saison du blanc et le black-friday, ou encore  les fêtes de l'aïd-el-kebir et les régimes végans ... des sujets consensuels et dépassionnés (ou en voie de le devenir) : l'inverse de la "pédagogie intrusive" (je pèse mes mots...) qu'on nous impose au minimum 100 ou 150 fois par jour depuis fin 2019 sur et dans tous les médias.

         

    2
    Le Page
    Vendredi 14 Août à 17:37

    Je constate que plus le taux de réussite au bac est élevé, plus les représentants de l’état ( sans majuscule) doivent détailler leurs décisions et conseils:

    - il fait chaud, buvez, rafraîchissez vous, restez à l'ombre...

    - il fait froid, couvrez vous chaudement, allumez du feu, fermez les fenêtres...

    etc.

    Sans eux, que ferait-on?

    H.S.

    la parabole de la fuite d'eau:

    Une canalisation éclate dans l'appartement. Le père se précipite empoigne  le tuyau sans résultat et de plus se retrouve trempé. La mère appelle les gosses, va et vient pour chercher serpillières et seaux, tout le monde écope dans les cris et l’énervement. Rien à faire le niveau monte toujours.Passe un quidam qui demande où se trouve le robinet de la canalisation principale.

    Toute la famille s'arrête, regarde fixement l'intrus et d'une mème voix, crie "Fasciste!!!"

    Tout rapprochement avec le problème de l'immigration serait le fruit d'une imagination perturbée.

     

     
    What do you want to do ?
    New mail<button id="ffenetremailtobuttonEmail">Copy</button><textarea id="ffenetremailtotextArea"></textarea>

      • Vendredi 14 Août à 19:57

        @ Le Page...

        Sans eux on ignorerait ...

        qu'il faut manger cinq fruits et légumes par jour

        qu'il faut éviter de manger gras salé sucré et qu'il faut manger-bouger

        qu'il faut s'arrêter toutes les 2 heures sur la route des vacances

        qu'un papa n'est pas forcément un mâle

        que les gaulois ne sont pas nos ancêtres

        que l'islam est une religion de paix et d'amour

        que le sentiment d'insécurité est une illusion

        et

        que l'immigration est une chance pour notre pays

        ...

         

        ...toutes choses dont je n'avais pas idée quand j'ai passé mon Certificat d'études.

         

    3
    Pangloss
    Vendredi 14 Août à 18:39

    Le E, c'est "Ecrase!" Ou "Eh, va donc!"

      • Vendredi 14 Août à 20:07

        @ Pangloss... ?

         

        Le E, c'est aussi :

        - Emmanuel Macron...

        - Encore deux ans ?

        - Eh oui !

                                 

        - Et plus, si affinité...

        - Et merde...!

         

    4
    Orage
    Vendredi 14 Août à 21:06

    Je rajoute: j'igorais que les bisons (fûtés ou pas) vivaient si longtemps.

    J'avoue ne plus supporter cette ritournelle d'été.

      • Samedi 15 Août à 15:45

        @ Orage... ?

        Il a peut-être été cloné... ? Mais en tous cas il est particulièrement futé...

        Monsieur Bison nous dissuade de prendre notre auto, samedi à partir de midi, pour partir en vacances, alors monsieur Mouton Résigné se lève à 4 heure, gueule après madame Moutonne qui traînaille dans la salle-de-bain et après les petits Moutonnets qui se sont rendormis... et une heure plus tard, il se retrouve coincé dans un peu moins de 150 km. de bouchons au péage le plus proche... Alors, du coup, monsieur Bison Futé et ses potes peuvent prendre tranquillos la route vers 10-11 heure, sans problème, relax...

        J'ignore si ses compagnons de ménagerie ont le même sens de l'humour... Il faudra que j'essaie d'en savoir plus sur Pangolin Rusé...

         

      • Dithyrambe
        Dimanche 16 Août à 06:20

        On doit beaucoup à Giscard et son administration. Entre autres bison futé, la grotesque expression de "chassé-croisé"  sur les routes, la chasse aux "gaspis" ...

      • Dimanche 16 Août à 12:56

        @ Dithyrambe...!

        ce qui est remarquable, c'est que chacune des opérations que recouvrent ces expressions est (et restera) "la priorité des priorités" ou -en cas d'urgence vitale pour de vrai ou supposée telle- "la mère des batailles", et ça, ça rassure.c'est pas comme si c'était des paroles en l'air ("en l'air de quoi?" je me le demande...)

         

    5
    Orage
    Vendredi 14 Août à 21:07

    Faute de frappe: j'ignorais.

      • Samedi 15 Août à 15:49

        @ Orage...!

        Le principal est de s'exprimer sans "N" (et sans violence...!)   sarcastic

         

    6
    ABCD
    Samedi 15 Août à 20:34

    Je (pas moi, hein, mais le crétin qui s'exprime comme un ministricule s'adressant à des petinenfants) mets un masque parce que je suis un...

    Abruti refusant d'être un pariA ;

    Bobobéissant comme le merdelion ColomB ;

    Crondepremière redoutant la contagion par la fumée de tabaC ;

    Dhimmi qui attend d'être éliminé à la prochaine opération Nuit et brouillarD.

    (Je sais, les rimes avec une seule lettre ne sont pas bien riches, mais elles sont visuelles).

      • Samedi 15 Août à 23:59

        @ ABCD....!

        Assez Bien-vu Comme Définition...!

        (j'aurais du faire une "énigme du samedi" sur ce thème ?)

        Sinon, on retombe dans la discussion abordée dans l'article précédent: "pourquoi infantiliser à ce point nos *concitoyens* ?" Cette question restera sans réponse pour l'instant : je n'ai abordé ici que la forme, je reviendrai un autre jour sur le fond du sujet, quoique tout ce qui pouvait en être dit a été dit, et le reste un petit peu supprimé de Twitter et de Yotube, comme un vulgaire message des "Jeunesses Identitaires de France"... Au fait, j'ai l’impression que malgré sa présence toujours active sur ces deux médias, les journalistes ont perdu le n° de téléphone du Pr Raoult... c'est ballot !

        Tiens, si j'osais, je mettrais en ligne cette image trouvée sur internet :

                               

        (je vais y réfléchir)

        et nous signalons à nos aimables visiteurs que nous sommes ici dans la rubrique "Et on peut plus rigoler, M... alors..." 

      • 4Cer
        Dimanche 16 Août à 00:41

        A quand les ABCD de l'inégalité ?

        Qu'est-ce que le peuple ? Une infinité de lambdas.

        A quoi a-t-il été assimilé jusqu'à ce jour ? A une infinité de bêtas et d'epsilons.

        Que veut-il ? Etre délivré du petit nombre des bêtas mal déguisés en autant d'alphas.

        (Saloperie d'abbé Sieyès, d'ailleurs, qui non seulement n'est pas l'auteur de la célèbre formule, mais qui faisait semblant d'être démocrate : il aurait adoré la maudite Cinquième et ses forfaitures.)

        Gripari avait beaucoup aimé l'image originale ; ce détournement l'aurait certainement inspiré. ;-)

        Ma chyène de génitrice, d'un conformisme passant l'entendement, aimait à hurler "Tu vas obéir, je suis ta mère !" comme si c'était un argument. Mutatis mutandis, c'est ce qui tient lieu de philosophie à la tyrannie. La mafia étatique, déjà bien audacieuse en s'attribuant les vertus et l'autorité d'une simple institutrice, ne devrait pas avoir la prétention de se croire en mesure de jouer les profs d'université. Le rôle dépasse sa faible mesure.

        (Je fais référence aux instits et profs d'avant, bien sûr ; ceux d'aujourd'hui se valent à peu près).

         

      • Dimanche 16 Août à 11:26

        @ 4Cer...(??)

        Une jolie formule...

         

        Jolie formule aussi que celle d'une institutrice jouant au professeur d’université... mais le fond est atteint (enfin, peut-être...) quand c'est avec les mots d'une maîtresse de maternelle. Ou  plus exactement, ceux d'une nounou de garderie pour handicapés mentaux légers...

         

    7
    Dithyrambe
    Dimanche 16 Août à 06:02

    Je ne vois pas pourquoi vous critiquez cette ABCD de la c(.......)ompréhension. Après tout cela a permis à un super ministre opposé au port du masque, qu'il avait d"ailleurs interdit à la vente vu sa dangerosité, de changer de doctrine (prout prout ma chère!) et même de savoir quand le mettre.

     

    Sinon avez vous remarqué que les chaines d'info en continu ne parlaient que de çà le jeudi après midi, puis tout à coup, vers le soir, silence total et plus aucune allusion à cette méthode révolutionnaire . Y aurait il eu des consignes que ,le petit doigt sur la couture du pantalon, tous ces "journalistes" se seraient empressés d'appliquer?.

      • Dimanche 16 Août à 13:19

        @ Dithyrambe...!!!

        Je sais... et parfois, j'ai honte... Nous devrions être fiers d'être gouvernés par des gens que nous ne méritons pas... 

        On dit souvent qu'"il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis", et on a la chance d'avoir de grands sages comme dirigeants...

        Il y a bien quelques flottements mais, d'ici 2025-2030 le port du masque sera acté (c'est comme ça qu'on dit ?) et accepté par tout le monde...

        En attendant, je m'interroge (inutilement, je suppose, la réponse existe mais je n'ai pas trouvé) :

        "De plus en plus de villes rendent le port du masque obligatoire sur certains axes"... Dans la ville de "F*", où j'habite, pour aller de la Maison de la Presse jusqu'à la boulangerie, je dois emprunter sur quelques centaines de mètres le boulevard "L*" où le port du masque est obligatoire ; à un moment, je dois couper la rue "E*" dans laquelle il ne l'est pas.

        - Est-ce que je peux ôter mon masque en traversant le carrefour ou, au contraire, les passants de la rue "E*" doivent-ils mettre le leur, juste à cet endroit précis ?

        - Comment se comporter si, à cet endroit stratégique, je croise mon vieil ami "G*" : doit-on rester chacun sur son trottoir, l'un avec et l'autre sans son masque ?

        - si je vais acheter mon paquet de cigarettes (encore en vente libre) dois-je aller dans le bureau de tabac de la rue "E*" où je dois enlever mon casque en raison de la vidéo-surveillance, ou dans ce lui du bld "L*" ou je dois garder mon masque pour sauver la vie de la marchande ?

         

    8
    Dithyrambe
    Dimanche 16 Août à 23:22

    @Bedeau

    M'enfin !!! La réponse (évidente) est dans votre titre. Dans les rues commençant par ABC et D le masque est obligatoire. Dans les autres c'est si on veut. * et **

     

    * Je ne rembourse pas les amendes, demandez plutôt à monsieur Véran qui reste, on n'arrête pas le progrès, ministre de la Santé.

    ** On mesure mieux l'intérêt d'être passé à 15 conseillers (au lieu de 10) dans les ministères de ce nouveau gouvernement resserré et de combat.   

      • Lundi 17 Août à 11:38

        @ Dithyrambe...?

        Dans mon (mauvais) esprit et dans mon (très bon) titre, l'explication était autre:

        Adieu, Brave Connard

        Adieu, Brave Crétin

        Adieu, Brave Complotiste

        Dégage !

        (je vous épargne l'adresse du blog où ces gentillesses sont adressées à qui ne pense pas kommyfaü, l'insulte suprême y étant : "Gilet Jaune"... he / cry )

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :