• Droit dans... ses gros sabots.

    Droit dans ses bottes, mais avec ses gros sabots ?

    Droit dans... ses gros sabots.

    Il y a quelques jour, j'écrivais dans un commentaire, à propos de l'inefficacité de Macron (président de la République Française):

    "...je doute que même les "soutiens" (grands patrons et banquiers, responsables politiques français et étrangers et hauts fonctionnaires, intellectuels et journalistes -la différenciation n'est pas de moi...-, artistes, sportifs et autres personnalités nationales et internationales) à Macron(...) lui trouvent maintenant l'efficacité qu'ils en espéraient. "

    aujourd'hui, je me rétorquerais, au risque de passer pour indécis:

    @bedeau "méfiez-vous des premières impressions (et des deuxièmes, des troisièmes, des... etc...)"

    On peut lire dans la presse, ces derniers jours, à propos du mouvement des "gilets jaunes" et des prévisibles et prévus débordement qui s'en suivent (dans la presse correctement politique, puisque puisés directement dans les éléments de langages gouvernementaux).

    insurrections... guérillas urbaines...

    scènes de guerre...

    retours de la peste brune...

    mouvements factieux...

    violences inégalées...

    menaces sur les institutions...

    insultes à la République...

    avec force allusions répétitives aux années 30, les "plus sombres de notre histoire" et avec force détails concernant

    le montant des dégâts et leur nature,

    le nombre de victimes parmi les "insurgés" et les forces de l'... "ordre" (?),

    le nombre d'interpellations et de gardes à vue,

    la quantité de munitions tirées par la police, les CRS  et la gendarmerie,

    le désarroi du bon peuple face à ces violences jamais vues depuis 1968...

    Alors, bien sur, "La presse internationale parle de Révolution et d’un Macron qui a perdu la main (Jean-Christophe Gallien, Fondateur et dirigeant de l’agence JCGA)" – LCI, 2 décembre 2018,

    Oui... Mais... imaginons...

    ...des violences inégalées, jamais vues depuis 1968 ? 

    Et alors...

    Et si ce même Macron, était un vilain méchant petit Prince (pas saint-exupérien, mais machiavélique...). 

    On pouvait lire dans la presse, mais dans la presse politiquement incorrecte, au tout début du règne jupitérien:

    "...il n'est pas exclu que la lecture de Machiavel ait aidé Macron à se comprendre lui-même. Machiavel est lui aussi arrivé au pouvoir par effraction: c'était en 1498, après l'exécution de Savonarole, lorsqu'il s'est engouffré dans l'action politique avec une brigata , une brigade de jeunes gens affamés de pouvoir et d'amitié. Chassé du pouvoir par le coup d'État des Médicis en 1512, Machiavel s'exile et entame la rédaction du "Prince", tentant de théoriser ses échecs politiques. Macron est un Machiavel à l'envers, ou du moins a-t-il fait le chemin inverse : il a abandonné la philosophie politique avant d'aller à la politique tout court. Dans "Le Prince", Machiavel démontre que l'enjeu du pouvoir n'est pas sa conquête mais sa conservation. Conquérir le pouvoir, rien de plus simple: il suffit d'un peu de culot et de beaucoup de chance. (...) On sent qu'il (Macron) a réfléchi à ses prédécesseurs. Sa présidence a pour le moment des airs de best-of de la Ve République. Il ressemble à Pompidou par l'ambition littéraire, à Giscard par l'exaltation insolente d'une jeunesse, à Mitterrand par la capacité à tuer ses adversaires d'un coup, à Chirac par l'art de se faire sous-estimer… Enfin, de Sarkozy et Hollande, il a surtout retenu à leurs dépens que gouverner est un art du rythme."

    Il aurait même écrit un mémoire de maitrise sur Machiavel. Par ailleurs, il a eu une carrière fulgurante comme jamais vue à la banque Rothschild, qui n'a pas la réputation d'engager, de garder et de vouloir retenir le premier branquignol venu à des postes de responsabilité internationales qui furent les siens (le Mozart des finances), sans oublier, en même temps™, "l'enfant étonnamment précoce" et "l'élève incontestablement surdoué", ni l'inoubliable rôle de l'épouvantail dans la pièce "La comédie du langage" (sic) mise en scène par sa professeuse de langue et de théâtre favorite...

    Alors...

    ...des violences jamais vues depuis 1968... dit-on ?

    Et si il y avait un esprit pourri et tordu à l'extrême machiavélique à souhait derrière ces 

    insurrections... guérillas urbaines,

    scènes de guerre,

    retours de la peste brune,

    mouvements factieux,

    violences inégalées,

    menaces sur les institutions,

    insultes à la République...

    ...qui permettraient à un jeune chef d'état, inexpérimenté mais avide de gloire, de pouvoir et de puissance, après avoir "réfléchi à ses prédécesseurs", d'instaurer un climat de guerre civile larvé, à force de mépris affiché de la nation et des citoyens ( rejet insolent de la culture et de l'histoire de la France, fête de la musique obcène, dépenses somptueuses de "prestige", selfies vulgaires et offensants, conseils arrogants et dédaigneux à ses "concitoyens"...) et de violences institutionnelles (migration sauvage et clandestine imposée, insécurité grandissante, pouvoir d'achat en baisse constante, dégradation des services publics, insultes et humiliations sournoises des français, impôts et taxes inédits, mises en chantier de réformes "sociétales" rejetées par la majorité des citoyens, opposition politique bafouée et piétinée...) puis, la coupe étant pleine et le chaos inévitable, de se présenter en Sauveur Suprême de la Nation, avec l'aide bienveillante et intéressée des marionnettistes, décideurs internationaux aux moyens humains, technologiques et économico-financiers illimités et journalistes dociles qui l'ont fait élire, face à un péril populiste et fascisant à côté duquel les révoltes soixante-huitardes menées par son copain Cohn-Bendit feraient figure de monômes estudiantins tous justes bons à inquiéter, occuper et contrarier le premier général de Gaulle venu.

    Droit dans ses... gros sabots.

    Chacun sait combien il est louable, pour un prince, de garder la foi et de procéder rondement et sans finesse. Mais l'expérience de ces temps-ci nous montre qu'il n'est arrivé de faire de grandes choses qu'aux princes qui ont fait peu de cas de leur parole et qui ont su tromper les autres ; alors que ceux qui ont procédé loyalement s'en sont toujours mal trouvés à la fin.
    Gouverner, c'est faire croire.... Gouverner, c'est mettre vos sujets hors d'état de vous nuire et même d'y penser.
    Il est plus sûr d'être craint que d'être aimé... Car il est vrai de dire que tous les hommes sont ingrats, inconstants, dissimulés, timides, intéressés.
    Il ne faut rien céder, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni à ceux qui foutent le bordel. Il ne faut en rien s'intéresser aux alcooliques et aux illettrés, à ceux qui ne sont rien mais qui ont décidé d'être contre tout, ces gaulois réfractaires atteints de la lèpre populiste qui n'ont comme objectif et comme ambition que leur fin du mois, leur clope et leur diesel,.

     

    On espère une dissolution de l'Assemblée nationale, on demande une démission du président de la République, on souhaite un changement de premier ministre et le remaniement qui va avec... on va avoir une entré triomphale du prince dans un Paris... Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré...!

    Le rêve de Manu...

    Droit dans ses... gros sabots.

     

    Droit dans ses... gros sabots.

    Droit dans ses... gros sabots.

      Droit dans ses... gros sabots.

    Droit dans ses... gros sabots.

    Droit dans ses bottes, mais avec ses gros sabots...

     

     

     

         

     

     

     

     

    « C'était mieux "Avent"Scopitone * »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Un simple rien
    Lundi 3 Décembre à 01:13

    Pardonnez-moi, cher bedeau : m'est avis que vous surestimez de beaucoup les facultés intellectuelles de Foutriquet 2.0 (et sans doute un peu celles de Machiavel, dont Pauwels avait fait un portrait remarquable et décapant dans une chronique). A en croire un de ses "protecteurs" (vidéo vue chez YouTube voici quelques mois), sa principale qualité, au Foutriquet 2.0 (référence à Giscard dit d'Estaing, dont il est le clone modernisé), c'est d'avoir la séduction d'une "pute" (c'était le mot employé avec un sourire à peine gêné), ce qui ne semble pas exiger beaucoup de connexions neuronales. Incapable de parler en français (la moindre retranscription de ses propos est une torture), ignare (au moins autant que les crétins qui rédigent ses discours, dont celui qui joue au spécialiste de l'opéra), s'est pourtant vautré par deux fois au concours de l'ENS contemporaine, laquelle est bien inférieure à celle qui distinguait jadis un Boutang, un Pommier, un Bardèche.

    En plus, il n'était même pas à Louis-le-Grand, eh eh.

    Notez que l'excellent fboizard, du site La Lime, ne tient pas Foutriquet 2.0 en très haute estime ("Les fidèles lecteurs de ce blog savent dans quel mépris, fondé et argumenté, je tiens Emmanuel Macron et son gouvernement (ainsi, au passage, que leurs électeurs)"). Le remarquable nicolas l., du site Les minuscules, ne pense pas autrement :

    https://les-minuscules.blogspot.com/2017/05/trissotin-2017.html

    Intelligent, Foutriquet 2.0 ne serait pas entouré par une telle faune et par de tels sous-fifres. Même des journalopes feraient mieux illusion. Dans technocrate, "technè" n'est là que pour donner l'illusion d'un savoir. Par paresse, je citerai kikipedia : "La tekhnè ou technè, du grec τέχνη, désigne la «  production » ou « fabrication matérielle », l’action efficace, chez les Grecs de l’Antiquité." : quelle est l'"efficacité" de ces individus depuis plus de 40 ans ? A part faire chaque jour la preuve de leurs inaptitudes intellectuelles (en plus d'autres "qualités" peu flatteuses), je ne vois pas.

    Quant à son machiavélisme de monoprix rayon des promotions, il est transparent : encourager la violence de supplétifs bien encadrés, pour l'attribuer ensuite à ceux qu'on veut perdre dans l'opinion publique, cela ne réclame pas plus d'imagination que celle du scénariste moyen de série télévisée américaine. Aurais-je été dans les services glauques du régime, que j'aurais d'ailleurs recommandé à ceux qui préparent les coups fourrés de ne pas laisser les troupes de supplétifs être habillées en "antifas" et que j'aurais trouvé des droits communs de souche pour semer le désordre. Et je n'aurais pas laissé des slogans gauchistes sur les murs -- ce qui fait désordre pour des membres de la nouvelle "ultra droite" (sauf à les supposer eux aussi dans la méta-méta stratégie). Tout cela ne serait même pas vraisemblable dans un film de série B (ou alors dans un film phrançais de série B).

    Seule interrogation (plus ou moins) amusante : c'est une triste loi de la Vème que chaque président désigné par le système (certains naïfs disent : "élu") soit plus méprisable que le précédent (et cela ne commençait pas de très haut). Qui sera l<e|a> prochain[e] ? SégogolE ? Aurore B. ?

    P.S. : L'autre réputé Machiavel florentin n'était pas un gangster beaucoup plus intelligent que les deux Foutriquet (un peu plus, mais pas beaucoup). Mais ce n'est que mon avis, et comme je ne suis qu'un rien, personne n'est obligé de me croire, C'est quand même dégradant d'avoir nos vies contrôlées par ça. Tant qu'à être esclaves, autant l'être d'un César, d'un Tamerlan ou d'un Richelieu !

     

      • Lundi 3 Décembre à 11:45

        J'hypothèse... Je n'affirme pas et je ne veux même pas démontrer de façon définitive (je pense n'avoir aucune compétence pour analyser une situation aussi complexe...), mais j'ai du mal à croire (un vieux reste optimisme de foi en la nature humaine) qu'autant d'incultures et d'incompétences puissent être réunies en même temps à tous les niveaux du pouvoir, Présidence et tous ministères confondus -y compris le premier-,  et l'ensemble de leurs collaborateurs, conseillers, consultants, communicants et autres petites mains.

        Certaines erreurs de comm' sont trop énormes pour ne pas avoir été préméditées. Ou alors.... ouch... Exemples:

        - laisser (justement) représenter sur tous les écrans des chaines d' "info"  tous les éléments impliquant l'extrême-gauche dans les "violences jamais vues" tout en prétendant qu'il s'agit d'une ultra-droite factieuse, ça peut agacer le téléspectateur le plus naïf

        - donner, à l'unité près, le nombre précis de manifestants: 106 301... pas un de plus ni de moins, peut faire croire au plus naïf des français moyens l'impression d'être pris pour une pomme...

        Il ne me semble pas possible que ce genre de "maladresses" ne soient pas calculées et inscrits dans ce que vous appelez par-ailleurs une "méta-méta stratégie" (issue de la "pensée complexe" de monsieur Foutriquet, ou inspirée par ses supérieurs hiérarchiques...)

        Cependant, je veux bien admettre qu'à l'Assemblée dite Nationale, le nombre de cons incultes et incompétents parmi députés En Marche! dépasse la moyenne nationale. En fait, c'est même à souhaiter, car le système de gouvernement par stochocratie que vous évoquiez précédemment prendrait un sacré coup dans l'aile, si les personne tirées au sort présentaient le même profil moral et intellectuel que les élues Aurore, Claire, Fabienne ou Hanissa...

         

    2
    Un simple rien
    Lundi 3 Décembre à 01:32

    P.S. : Je ne suis pas particulièrement fan du site boulevard voltaire, aux collaborateurs très inégaux, mais en voici un qui ne prend pas Foutriquet 2.0 pour une lumière et en tout cas donne quelques chiffres instructifs :

    http://www.bvoltaire.fr/quand-laurent-nunez-vend-la-meche/

    "Mais pourquoi nos dirigeants auraient-ils ainsi instrumentalisé les milices d’extrême gauche et les casseurs-pilleurs ? Une première explication s’impose : il s’agissait bien évidemment de séparer les gilets jaunes de cœur des gilets jaunes de terrain en discréditant le mouvement. Malheureusement, c’est du déjà-vu des dizaines de fois depuis trente ans. C’est presque devenu le b.a.-ba de la gestion des mouvements sociaux. Une autre explication est possible, mais elle est aussi plus inquiétante. Dimanche matin, le syndicat de police Alliance a réclamé l’instauration de l’état d’urgence."

    Il n'a pas de bottes, le minuscule marquis, mais de bien gros sabots.

    .

    3
    Un simple rien
    Lundi 3 Décembre à 12:22

    N'étant très exactement rien, je vais rappeler l'avis de Revel, qui était quelque chose : la principale force qui mène le monde, c'est la bêtise. Beaucoup d'autres ont formulé la même observation, à commencer par cet Hanlon dont le rasoir est d'un tranchant sans pareil, à l'expérience : "Never attribute to malice that which is adequately explained by stupidity".

    Contrairement à ce que raconte le proverbe, ce n'est pas au pied du mur qu'on voit le maçon : c'est en haut du mur. Le résultat de 40 ans (au moins, mais je me borne à l'époque contemporaine) de domination de ces gens-là, à tous les niveaux, n'est pas difficile à faire.

    Note pour le tirage au sort : en seraient évidemment exclus tous ceux qui ont, de près ou de loin, participé à la mauvaise comédie des dernières décennies. Malgré les précautions prises par le sieur de Sizif, ils seraient capables de nuire encore. ;-)

    N'importe qui *sauf* ceux qui nous ont mené là et qui en ont profité.

     

      • Lundi 3 Décembre à 13:09

        Tout ceci est fort probable, et même manifestement évident, je crois que c'est en réponse à l'un de vos commentaires sur un article précédent que j'avais écrit sans équivoque:

        Personnellement, je doute que même les "soutiens" (grands patrons et banquiers, responsables politiques français et étrangers et hauts fonctionnaires, intellectuels et journalistes -la différentiation n'est pas de moi...-, artistes, sportifs et autres personnalités nationales et internationales) à Macron, dont la longue longue liste impressionnante pour un candidat "sans moyen" venu de nulle part est visible sur https://ruptures-presse.fr/, lui trouvent l'efficacité qu'ils en espéraient. 

        Mais moi, qui ne suis très exactement et véritablement rien non plus, sauf un peu parano, j'en viens jusqu'à me demander si le fait que les syndicats policiers demandent l'instauration de l'état d'urgence avec le soutien et l'intervention de l'armée est, soit le résultat d'un ratage complet de la gestion de la situation par le "président de la République (française)" et de ses différents ministres et autres collaborateurs directs ou indirects, à différents niveaux de décision que ce soit, ou bien l'aboutissement logique d'une manœuvre occulte du "chef des Armées -qui est leur chef-" pour asseoir à terme "dans l'hexagone" au minimum l'image d'un pouvoir fort et indéracinable, hautement nécessaire à la survie du monde libre qui ne cédera jamais (ou le plus tard possible) la place à un régime atteint de lèpre nationaliste et populiste comme ils fleurissent actuellement en Europe ?

         

        (A propos du tirage au sort, je voulais suggérer que si, par exemple mais pas que, les élus EM! peuvent être considérés comme à peu près représentatifs de la population française, mis à part leur envie contestable de se présenter sur une telle liste, on a du souci à se faire en général pour être à peu près certains de tomber sur plus cultivé, plus compétent et plus intègre et scrupuleux... au hasard et parmi l'ensemble des citoyens, même en déclarant hors-jeu les "nuisibles" avérés.)

    4
    Lundi 3 Décembre à 16:53
    Pangloss

    Macron a tout appris, il sait tout sauf le plus important: se faire apprécier.

      • Lundi 3 Décembre à 20:40

        Ce qui revient à dire qu'il ne sait rien...

         

        Sinon, à la limite du hors-sujet:

        Macron, effectivement, n'a pas su, pas pu, pas voulu être aimé ou se faire aimer (sauf peut-être dans le sens de "va t'faire aimer...") malgré toutes les tentatives (partiellement he ) infructueuses menées dès le lycée d'Amiens, et allant jusqu'à "payer son coup" à quelques habitués d'un bar-PMU au cours de son itinérance... mais le plus dramatique pour le pays et ses fameux "concitoyens", c'est qu'il manque totalement d'empathie.

        La célèbre mais déjà ancienne vidéo du psychiatre italien le qualifiant de "pervers narcissique" nous en avait avertis: "Macron est un psychopathe qui travaille uniquement pour lui-même. Macron n’aime pas la France, ni les Français. Il ne cherche qu’à valoriser son image et à s’appuyer sur celles et ceux qui la mettent valeur"

        D'autres "spécialistes" avaient dressé précédemment dans un article de l'Express le portrait robot de ce type de psychopathes qui pourrait faire penser, effectivement, à notre président...

        Chantale Paoli-Texier, présidente de l'association "AJC contre la violence morale" 

        "Au début, c'est très valorisant" 

        "Le pervers narcissique est souvent quelqu'un qui fascine, qui hypnotise. Grand séducteur -mais pas forcément beau- il vous propose de vous confier, mais c'est pour mieux s'approprier votre propre histoire. Cela va bien au-delà du manque d'empathie ou de l'incapacité à se mettre à la place de l'autre : dans la satisfaction à dominer, il y a une violence morale, mais aussi une jouissance spécifique."   

        Dominique Barbier, psychiatre, psychanalyste, psychothérapeute, spécialisé dans l'aide aux victimes 

        "Un discours doucereux" 

        "Le pervers narcissique avance masqué - sauf s'il est mégalomane, ce qui donne alors de terribles et insatiables dictateurs! En général, lorsqu'il a trouvé une proie - au travail, en famille, en couple - il s'en contente. Mais sa capacité de séduction reste forte: souvent, on le repère à son discours doucereux, hypnotique, monocorde. Il vous regarde droit dans les yeux, vous touche sans cesse, envahit votre bulle. Assez vite toutefois, on perçoit une certaine incohérence dans ses propos: il peut adopter votre discours dans un premier temps et, deux heures plus tard, dire exactement le contraire à quelqu'un d'autre." 

         

        Si, en plus, on peut distinguer chez l'un d'eux quelque tendance à l'hystérie mystique... On est mal. Quoi qu'on fasse.

    5
    Lundi 3 Décembre à 19:02

    Machiavel fut conseiller de prince mais jamais au pouvoir. Je ne pense pas que Macron soit machiavélique, je le pense plutôt débordé par un mouvement imprévisible.

      • Lundi 3 Décembre à 21:01

        C'est effectivement l'image qu'il donne. l'image qui est relayée par les médias qui l'encensaient il y a encore un an et demi. C'est l'image que donnent ses ministres et "ses" députés. 

        Et c'est l'image qui me vient à l'esprit, spontanément.

        Mais, comme je l'ai écrit plus haut, j'ai du mal à croire qu'un individu apparemment aussi brillant (dans d'autres domaines que le "social", c'est vrai), que tous ses collaborateurs, tous ses conseillers, tous ses ministres, etc... qui ne sont pas vraiment des débutants ou des amateurs en politique n'aient rien vu venir alors que des mécontentements surgissaient dans toutes les couches de la population, dans tous les milieux sociaux, dans tous les domaines de la vie publique ou privée...

        Entre parenthèse, il est amusant de constater que Macron, qui voulait tant fêter le cinquantenaire de mai 68 avec son pote Dany, qui voue une telle admiration au général de Gaulle au point d'ajouter une croix de Lorraine à son logo présidentiel perso., se fait modestement oublier au lieu de prendre le pays profond à bras le corps afin de tenter de sauver ce qui pouvait encore l'être et de reprendre la situation en main... 

        C'est peut-être vrai, alors, qu'il est vraiment débordé par la situation... 

        Des gens ont été licenciés ou poussés à la démission pour moins que ça !

         

    6
    Un simple rien
    Lundi 3 Décembre à 19:02

    Même si "stratégie" il y a, c'est une "stratégie" transparente, une stratégie de téléfilm mise au point par des imbéciles et qui ne pourrait abuser que des imbéciles -- lesquels auront mérité leur sort s'ils s'y laissent prendre. Combaz et Boizard ont récemment évoqué la pitoyable carte "général de Villiers" que pourrait sortir le système : mieux vaudrait alors que le peuple, dans sa colère légitime, renverse et la table, et les cartes, et les joueurs. Abellio a parlé de ces pauvres ruses et contre-ruses, qui en fin de compte ne se règlent que par la force. Les grands stratèges joueurs de go, c'est uniquement dans les romans d'espionnage à l'ancienne. Dans la réalité, dans tous les domaines, c'est l'incompétence, l'inintelligence, l'inculture, la sottise, la veulerie qui règnent. Suffit de considérer les fruits de la modernité.

    Je ne sache personne avec un cerveau, lettré ou non, qui soit en admiration devant les facultés intellectuelles de Foutriquet, Juppé, Bayrou ou Méchancon, pour ne prendre que ceux-là. "La prédominance du crétin", c'est plus qu'un beau et véridique titre : c'est un constat.

    On ferait un meilleur gouvernement en prenant les meilleurs blogueurs de la "fachosphère" -- je ne suis pas un bloggeur, je peux donc le dire sans qu'on m'aille croire présomptueux. ;-)

    Qu'on lise ou relise la parabole de Saint-Simon : mutatis mutandis, elle dit tout sur ces maîtres si géniaux et si indispensables.

     

      • Lundi 3 Décembre à 21:39

        Oups...

        Bon, je n'avais pas vu cette vidéo de la France de Campagnol, que je consulte de temps en temps, mais les journées sont parfois courtes et ma connexion internet parfois capricieuse... C'est vrai que si le général de Villiers séduit à ce point Ruquier (et bientôt Hanouna ou Yann Moix ?) et les autres intellectuels du PAF... mais bon, le peuple a eu d'autres occasions de renverser la table et les chaises, il a toujours bien pris garde de ne pas casser la soupière.

        Faut-il s'attendre à ce que Zemmour soit ressorti de ses placards pour remettre, pourquoi pas, à l'ordre du jour la (politique-)fiction qui le mettait en scène:

            https://youtu.be/XVR4BR7bKwY

        ...et tenter d'en faire l'ultime Sauveur de la civilisation occidentale, à défaut de la planète et des océans qui sont dessus ?

         

         

        PS. à propos de votre dernière suggestion, je suis bien content de n'être pas parmi les "meilleurs", sinon parmi les plus influents blogueurs de la fachosphère,...dites-moi que c'est pas vrai et que je suis trop modeste ! mais c'est vrai que ce serait une juste reconnaissance pour des anonymes qui, parfois et de plus en plus souvent, prennent quelques risques pour tenter de faire passer certains éléments de vérités qui dérangent.

        PPS (en complément et justification du PS ci-dessus). étant  toujours et très exactement et véritablement rien, j'ose à peine reconnaitre que j'ignorais jusqu'à l'existence de Carlo Fruttero et de Frabco Lucentini, et à plus forte raison de leur "Prédominance du crétin". Ou alors, j'avais oublié...

    7
    Lundi 3 Décembre à 22:23

     

    URGENT DERNIÈRE MINUTE... URGENT DERNIÈRE MINUTE...

     

    Macron renonce à son déjeuner avec des chefs étoilés

    Le chef de l'État a annulé un déjeuner en compagnie de cuisiniers internationaux pour partager un repas avec les CRS mobilisés samedi 1er décembre

    Emmanuel Macron a préféré les forces de l’ordre aux étoiles. Selon une information du Figaro, le chef de l’État devait déjeuner avec de nombreux chefs étoilés internationaux ce lundi 3 décembre mais il n’a finalement pas assisté à la rencontre. Silencieux depuis les violences du samedi 1er décembre à Paris, Emmanuel Macron a fait un pas vers les CRS mobilisés ce jour-là : il a « souhaité se rendre auprès des forces de police pour témoigner de son soutien après une journée de violence totalement inédite », a précisé l’Élysée dans un communiqué.

    Le président s’est donc rendu dans une caserne du XXème arrondissement de la capitale, à la rencontre de CRS, de gardiens de la paix et d’officiers. Ce lundi 3 décembre, Emmanuel Macron a laissé Édouard Philippe sur le devant de la scène puisque le Premier ministre a rencontré les responsables de plusieurs formations politiques pour une concertation sur la grogne sociale.

     

     

    Finalement... vous avez raison à propos de l'intelligence et des compétences de Foutriquet !

    8
    Un simple rien
    Lundi 3 Décembre à 22:36

    J'ai pris soin de ne donner ici aucun nom. ;-)

    Je déplore chaque jour la disparition du tandem F&L : leur intelligence et leur culture étaient uniques.

    Faut admettre que le phénomène des Gilets jaunes a quelque chose d'unique, que souligne fort bien Arnaud-Aaron Upinsky : l'absence de meneurs. Sur la surprise, ce très juste billet de Pharamond :

    http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2018/12/03/contre-attaque-6110200.html

    Les prétoriens du régime, s'ils avaient eu un peu de dignité à la romaine, auraient refusé de participer à cette mauvaise saynète qui fait penser à un tableau représentant un épisode de chasse.

     

      • Mardi 4 Décembre à 11:35

        Euh.... je dis pas ça pour moi, hein... mais c'est possible que certains visiteurs ne voient pas très bien ce que vous entendez par "tandem F&L", et croient qu'il s'agit d'une marque de vélos !...

        .. si vous pouviez les détromper !

         

        Une autre personnalité a aussi souligné l'absence de meneur (crédible, compétent et charismatique) dans ce mouvement et a, par ailleurs, été plus loin en notant le manque de réalisme politique des revendications des gilets jaunes. D'après la presse, il s'agirait d'un spécialiste assez reconnu unanimement, monsieur Daniel Cohn-Bendit, qui semble parler d'expérience. intello

    9
    Souris donc
    Mardi 4 Décembre à 07:19

    Sa présidence a pour le moment des airs de best-of de la Ve république.

    Oui mais rajeuni. Au lieu de ça :

    On a ça :

    "...se présenter en sauveur suprême" ? En tous cas définitivement grillé à l'international, lui qui ambitionnait le leadership européen à la place de Merkel affaiblie par les contestations internes.

      • Mardi 4 Décembre à 13:16

        C'est pas moi... le coup du "sa présidence a pour le moment des airs de best-of de la Ve république.", c'est Patrick Boucheron (l'auteur du très contestable mais politiquement correct "Histoire mondiale de la France" qu'il faut avoir eu envie au moins une fois de .....) dans le Figaro du 14/07/2017... Voila, c'est cafté... Moi, j'aurais parlé de "plus pire of the Vth republique", mais bon...

        Mais c'est moi, à propos du "sauveur suprême", qui se rêvait à la fois dieu, César et tribun, mais qui a raté sa transition entre chef de classe en 4ème au lycée d'Amiens et et guide, à la fois duce, guîa, fürher et leader ... dirigeant, quoi, d'une Europe progressiste...

        Pour en revenir au best-of la Vème, mauvaise nouvelle pour le jeune challenger, selon le Figaro :

        Le général de Gaulle désigné personnalité la plus marquante de la Ve République...

        A l'occasion du 60e anniversaire de la Ve République, une enquête BVA en désigne les personnalités les plus marquantes.

        Sans surprise, le général de Gaulle arrive largement en tête, cité par 74% des sondés. L'actuel chef de l'État, Emmanuel Macron, est cité par 8% des sondés

        Étonnant, non?

         

    10
    Un simple rien
    Mardi 4 Décembre à 13:09

    Vous aviez déjà dénoncé Fruttero & Lucentini supra. ;)

    "Ou alors, j'avais oublié..." : impossible. ;) Les auriez-vous lus que vous ne les auriez pas oubliés. Peut-on oublier Saki ou Semprun -- Jaime, pas l'autre -- ? C'est comme "dé-voir" ou "dé-comprendre" pour reprendre une formule de La Mite dans la Caverne. A l'occasion, trouvez La prédominance du crétin, Le retour du crétin, La sauvegarde du sourire (mauvais titre) ainsi que La signification de l'existence. Vous pourriez ne pas regretter la découverte.

    Je n'ai jamais jugé que les opinions de Con Bandit (le mot n'est pas de moi) fussent dignes de considération. Pour ceux de son espèce, Shatter Brain (le mot n'est pas de moi non plus) a écrit ce qu'il fallait dans ses Mémoires (une histoire, bien connue, de mépris et de nécessiteux).

    Aucun rapport avec la situation, quoique... :

    https://www.youtube.com/watch?v=T77UyD9EqME

      • Mardi 4 Décembre à 14:10

        Des conseils de lecture judicieux... Une découverte est rarement regrettable.

        Quant aux opinions de Cohn-Bendit, elles peuvent parfois mériter une certaine attention malsaine comme étant celles d'un individu qu'on présente et qui se présente comme ayant joué un rôle non négligeable et très médiatisé dans ce qu'il est convenu d'appeler "le mouvement social français le plus important avec juin 1936"...

        ... et "docteur honoris causa" (... ma tête est malade),  "pour la suite de son parcours, jouant un rôle central dans l'émergence d'un mouvement vert européen influent"

         

        (merci pour la vidéo !)

      • Mardi 4 Décembre à 15:04

        C'est de la bonne !

                          

                              

    11
    Un simple rien
    Mardi 4 Décembre à 15:26

    "Assez attendre l'accalmie

    Assez mangé le pain des larmes

    Chaque con peut être Bendit."

    (Bergier, pastichant Aragon).

    Le boche malsain et vendu aux enfants du Siècle préfère évidemment le maintien, par tous les moyens, de son gauleiter chéri.

    Quant au général de villiers, préparé au cas où (voir Combaz), il vaut son hypocrite frère, le grand ami de foutriquet qui fait maintenant le coup du déçu du macronisme comme d'autres jouaient les déçus du socialisme sous l'homme de l'observatoire.

    Quousque tandem...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :