• De quoi est-ce le nom ?

     

    Sur mes cahiers d’écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable sur la neige
    J’écris ton nom

    Sur toutes les pages lues
    Sur toutes les pages blanches
    Pierre sang papier ou cendre
    J’écris ton nom

    Sur les images dorées
    Sur les armes des guerriers
    Sur la couronne des rois
    J’écris ton nom

    Sur la jungle et le désert
    Sur les nids sur les genêts
    Sur l’écho de mon enfance
    J’écris ton nom

    Sur les merveilles des nuits
    Sur le pain blanc des journées
    Sur les saisons fiancées
    J’écris ton nom

    Sur tous mes chiffons d’azur
    Sur l’étang soleil moisi
    Sur le lac lune vivante
    J’écris ton nom

    Sur les champs sur l’horizon
    Sur les ailes des oiseaux
    Et sur le moulin des ombres
    J’écris ton nom

    Sur chaque bouffée d’aurore
    Sur la mer sur les bateaux
    Sur la montagne démente
    J’écris ton nom

    Sur la mousse des nuages
    Sur les sueurs de l’orage
    Sur la pluie épaisse et fade
    J’écris ton nom

    Sur les formes scintillantes
    Sur les cloches des couleurs
    Sur la vérité physique
    J’écris ton nom

    Sur les sentiers éveillés
    Sur les routes déployées
    Sur les places qui débordent
    J’écris ton nom

    Sur la lampe qui s’allume
    Sur la lampe qui s’éteint
    Sur mes maisons réunies
    J’écris ton nom

    Sur le fruit coupé en deux
    Du miroir et de ma chambre
    Sur mon lit coquille vide
    J’écris ton nom

    Sur mon chien gourmand et tendre
    Sur ses oreilles dressées
    Sur sa patte maladroite
    J’écris ton nom

    Sur le tremplin de ma porte
    Sur les objets familiers
    Sur le flot du feu béni
    J’écris ton nom

    Sur toute chair accordée
    Sur le front de mes amis
    Sur chaque main qui se tend
    J’écris ton nom

    Sur la vitre des surprises
    Sur les lèvres attentives
    Bien au-dessus du silence
    J’écris ton nom

    Sur mes refuges détruits
    Sur mes phares écroulés
    Sur les murs de mon ennui
    J’écris ton nom

    Sur l’absence sans désir
    Sur la solitude nue
    Sur les marches de la mort
    J’écris ton nom

    Sur la santé revenue
    Sur le risque disparu
    Sur l’espoir sans souvenir
    J’écris ton nom

    Et par le pouvoir d’un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer

    ....

     

    Y'a quelqu'un ?

    Y'a encore quelqu'un ?

    ...core quelqu'un ?

    ...quelqu'un ?

    ...elqu'un ?

     

     

     

     

    « Cette fois, je vais craquer, c'est sûr...Deux ch'tiotes infos... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Fran coise
    Mercredi 21 Juillet à 16:07

    Si,si, moi, je suis là..

      • Mercredi 21 Juillet à 17:46

        @ Francoise..!

        Merci d'être là...

        ...sur certains blogs, il devient de plus en plus périlleux de dialoguer -sans même contester aveuglément-, voire même de s'interroger sur la mortelle pandémie ses causes et ses conséquences, sur la vaccination obligatoire contrainte et forcée ou sur le "pass" dit sanitaire (voir plus bas) : depuis hier j'ai dû perdre 2 ou 3 membres de ma maigre liste de lecteurs et commentateurs (et ·trices).

        Je vais tacher de m'en remettre et me contenter  davantage d'une certaine qualité plutôt qu'une quantité incertaine.

        (ou ouvrir autre un blog, consacré essentiellement à la fabrication et la vente de burqas en macramé)

         

      • Dithyrambe
        Mercredi 21 Juillet à 18:07

        Bien fait ! ça vous apprendra à vous en prendre à une pauvre handicapée et à tous ses sectateurs.

      • Mercredi 21 Juillet à 18:44

        @ Dithyrambe...?

        Je ne comprends pas votre commentaire.

        Je ne m'en suis jamais pris à Marlène Schiappa...

        Ou c'était il y a longtemps.

        Ou c'était pour rire.

      • Fran coise
        Mercredi 21 Juillet à 19:34

        @bedeau  happy suis pas fan du macramé ! sur les blogs, mais dans la vie aussi... de plus en plus isolés...
        Etre curieuse, poser des questions, hop! je suis une complotiss ! résister, tant qu'on peut..moral en berne

      • Mercredi 21 Juillet à 20:16

        @ Fran coise...!

        Je ne suis pas non plus fan de macramé... et encore moins de burqa !

        Je complote aussi, mais ne le répétez pas. Mais je ne résiste pas, ou si peu : il est trop tard... bien trop tard...

         

        Voir, pour l'"Hexagone", comme on dit (on peut généraliser...) cet excellent article repris de l'excellent "Valeurs Actuelles"

        La France n’est pas morte en 1715, ni en 1815 ou en 1914… Louis XIV, Talleyrand et Clemenceau ont eu des successeurs… La vraie date, la fatidique, celle du coup de grâce, c’est le 10 mai 1981 ! Là, c’est le terminus, tout le monde descend… Plus de retour en arrière possible. Le président florentin a inventé un truc dont même Attila, Ivan le Terrible et Mao n’auraient pas osé rêver : l’autocensure !

        ...la suite ici chez l'excellent "Lebuchard (courroucé)" : R.I.P. ma France 

                                     

         

         

         

         

      • Clemence
        Mercredi 21 Juillet à 20:59

        Moi aussi, je suis là, même si je commente très très très peu ... (j'ai déjà commenter deux ou 3 fois, pas forcément avec le même pseudo, dont je ne me souviens pas d'une fois à l'autre)

      • Mercredi 21 Juillet à 21:19

        @ Clemence...!!!

        Un commentaire, même très bref, même apparemment banal, c'est une façon de signaler que l'article a été lu et qu'il n'a pas été écrit en vain, uniquement pour le plaisir ou la petite gloriole de l'auteur, comme celui-ci (il se reconnaitra car je sais qu'il passe de temps en temps "pour voir comment vit un complotiste", selon sa propre expression) qui ferme systématiquement les commentaires sur tous ses articles : pas de critique, pas de louange non plus, une jolie autosatisfaction radieuse...

         

    2
    NotBornToBeASlave !
    Mercredi 21 Juillet à 16:13

    Il n'y a plus que des fantômes, remplacés par de gentils moutons obéissants (j'arrête ici le développement, connu, évident, lassant pour tout le monde).

    Le mot que vous n'écrivez pas, c'est un vieux mot qui porte malheur. Quand on le réclame, quand on s'en réclame, quand on le prononce, on en crève (ici à partir de 00h00m28s pour passer le numéro d'autocélébration avec musique tonitruante) :

    https://youtu.be/SBvlo-jH2cQ?t=26

    On ne voit plus de scènes de ce genre que dans les films et romans.

    Morokaptcha !

     

      • Mercredi 21 Juillet à 17:26

        @ NotBornToBeASlave !

        no comment :

         

         

        et on nous dira que nous ne sommes pas en dictature ("sanitaire", hein..."sanitaire" ! ce qui change tout, forcément)...

        En fait, non, comme le souligne à l'instant Nicolas L. sur son blog

        Certains commentateurs, à propos des sacrifices de plus en plus lourds exigés par le clergé vaccinal pour honorer le dieu Vaccin, notre Sauveur, Aaaaamen, évoquent une "dictature sanitaire". Ils ont tort. Nous ne sommes pas en dictature. Nous ne sommes plus en dictature. Quand des mesures dictatoriales sont approuvées par 62% de la population, c’est le signe que la dictature s’est muée en totalitarisme : en exercice de la dictature par le peuple lui-même. Car si la dictature, c’est l'État policier, le totalitarisme, c'est le peuple policier. C’est ce monde irrespirable où le peuple approuve majoritairement le tyran, et se charge de sévir contre les derniers opposants. Nous y sommes, donc. 62%. Les fanatiques de la pikouz sont prêts. Ils s’ébrouent. Ils trépignent. Ils brûlent d’impatience d’empêcher péremptoirement toute discussion rationnelle, de culpabiliser haineusement tous ceux qui commettent le délit de douter, d’intimider violemment tous ceux qui ont encore le culot de penser, d’humilier férocement tous ceux qui se croient encore autorisés à poser des questions.

         

    3
    Mercredi 21 Juillet à 18:56

    excellent et la sensation de vide est bien rendue

      • Mercredi 21 Juillet à 19:48

        @ Paul-Emic...!

        Merci de votre passage et de votre appréciation concernant mon article et mon commentaire sur "information, déformation et investigation"...

        Je passe régulièrement chez vous, même si je ne commente pas souvent, faute d'inspiration et d'originalité.

        La dernière fois, j'ai emprunté et votre vidéo de Jacques Attali, ce qui m'a valu un "faut arrêter de fantasmer" après une affirmation brute sans démonstration.

        C'est la vie...

         

    4
    Mercredi 21 Juillet à 23:08
    Carine005
    Je ne comprends pas que les gens ne comprennent pas. À telle enseigne que les jeunes mères vaccinées continuent d'allaiter leur bébé. Je n'oserais pas, moi. Morokaptcha ! Et Montjoie aussi !
      • Jeudi 22 Juillet à 13:53

        @ Carine...!

        Il y a , je crois, deux sortes de personnes qui n'ont rien compris :

        ceux qui ne savent pas trop quoi comprendre puisque le professeur Delfraissy et le professeur Salomon l'ont bien expliqué et même le ministre de la santé "les vaccins sont complètement efficaces et sans danger et il n'y a pas de traitement contre le virus mais si on en prend on meurt et les chiffres très bas de réelle contamination sont trompeurs et il faut faire rapidement une autre piqure avant que ça s'aggrave mais ça s'aggravera quand même et.. ",. Mais qui ont entendu dire que., des fois, on dit que.. mais c'est des complotistes qui disent ça, un peu comme des Gilets Jaunes, quoi, et d'estrême-droâte et des fois d'estrême-gôche, c'est pas facile..

        Il y a ceux qui ne veulent pas comprendre, ne peuvent pas : ils ont souvent une vague formation scientifique, ou ont lu un ou deux "Que sais-je" sur le sujet et connaissent tout, se permettent de traiter Raoult de guérisseur ou de gourou, et traitent avec un mépris, tantôt ironique, tantôt agressif ceux qui continuent de se poser quelques questions. Il y a aussi ceux qui ont voté Macron pour échapper à la dictature lepéniste et qui ne supportent pas qu'on remette en cause les décisions du Gouvernement et de l'Assemblée Nat    du Président et de ses experts indépendants nommés par ses soins.

        Je ne sais pas lesquels sont les plus à craindre ?

         

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :